AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Folles pierres [Quéte][terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Jeu 20 Avr - 18:14
    Les conséquences de ses actes de la veille ? Blood put les constater extrêmement rapidement : il n’entra pas dans la montagne. Des Gemmas refusaient l’entrée à tout visiteur. Sans doute une décision de l’impulsif Titan ? Les raisons différaient selon les Gemmas : des travaux de rénovations, une nouvelle attraction en construction, des réparations d’une forge devenue dangereuse pour le public, etc… Seuls les mythes pouvaient se demander avec appréhension quelle était la véritable raison et ce qu’ils préparaient dans la montagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Jeu 20 Avr - 21:14



[Quéte]


Folles pierres

"Il n'y a pas plus terrible monstre que la raison..."



“Personne ne sait combien de temps peut durer une seconde de souffrance.”
de Graham Greene.








Je ne pouvais pas entrer, les innocents ne pouvaient que se poser la question de la raison de ce refus alors que ma personne comprenait que les choses se gâtaient. Je ne pouvais pas insister, après un coup d’œil à quelques Gemmas qui étaient dans le coin, gardant leur montagne, je tournais les talons. Je réfléchissais, lorsque je passais derrière une adolescente, lisant, apriori, un texte de Delille. Elle était assise sur un banc, je captais un extrait qui malgré moi, m’avait interpellé ; « Le dragon qu'annonçait sa prophétique voix Vint sur la race humaine assouvir sa vengeance. » Mais je continuais mon chemin bien que je me posais de nouveau la question de ce que donnerait le visage de cette belle lectrice tordue par la douleur… Mais je ne pouvais point, à cette heure-là, je ne pouvais en fait que réfléchir aux mots posés. Est-ce que le dragon peut être un ange noir ? Car cette phrase me ressemblait si je me comparais à ce dragon. N’est-ce pas la vengeance longtemps dessiner que je déverse sur ce monde ? Née par la prophétie d’une mort passée ? Je soupire, cette journée ne va pas être simple…

Mais j’avais au moins des noms de Gemma en tête qui pourrait en intéresser une, surtout que je pouvais au moins essayer de rechercher d’autres infos malgré la situation actuelle…

Je regarde la montagne derrière moi ; ils essayaient peut-être d’empêcher le loup de rentrer, mais ne pouvais en aucun cas l’empêcher de roder… J’avais une idée… Assouvir une vengeance hein ? Il y a encore une autre espèce que les Gemmas, où ma fureur est aussi dirigée… Celle qui m’a vu naitre.

Mais faisons tout cela dans l’ordre, j’allais discrètement, l’air de rien, dans un lieu souvent fréquenté par des individus louches… Me promenant un peu aux alentours, espérant croiser un de mes contacts ; j’ai des informations et il m’en fallait aussi. La chatte n’avait jamais dit que je devais les garder que pour moi après tout… Finalement, après un moment à errer comme un chat abandonné, je finis par voir des cheveux rouges dans un coin. Un mec bien habillé, des yeux bleus, il était clair que Satan rodait. Mais je ne le craignais point, je devais juste faire attention à savoir si l’un de ses partisans était dans les parages. Pour tous les adeptes du marché noir, il est clair que c’est une personne influente d’où la peur qu’il inspirait aux plus malheureux. Mais ce n’était pas mon cas, mon malheur réside en mon existence. J’ai mon sourire habituel, bien qu’au fond, je voudrais que mon ami soit avec moi… Mais après tout, c’est pour lui que je fais tout ça, pour qu’il me soit restitué. Alors j’avance, allant à proximité du diable, aussi appelé Milo Grondea.
« -Bien le bonjour… Si je suis là, c’est que j’ai surement des informations qui t’intéressent tout comme tu dois en avoir qui m’intéresse. »
Mon visage ? Un mépris présent, comme un loup venant de sortir d’une chasse soutenue par ce sourire de voyous.

© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Dim 30 Avr - 10:27

    Hum ? Ca n'était que Blood que finalement. Pourtant, je ne l'avais pas fait appelé. Que voulait-il donc alors ? Ne voyait-il pas que j'étais occupé ? Tant de personnes qui attendent d'être kidnappés, et tout autant de gens qui ont les moyens de payer une belle rançon...

    Blood, je ne l'appréciais guère. Il n'y avait qu'un lien professionnel entre nous : je détestais son arrogance. Se croyait-il supérieur à moi ? Mais je n'avais rien à craindre de lui. Nous ne jouions pas dans la même catégorie.

    « Et bien, comme tu sembles savoir ce qui m’intéresse mieux que moi, vas-y, parle donc. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Dim 30 Avr - 14:31


[Quéte]


Folles pierres

"Il n'y a pas plus terrible monstre que la raison..."



“Personne ne sait combien de temps peut durer une seconde de souffrance.”
de Graham Greene.







Il était ce genre de gars, avoir toujours des gens pas loin de sa personne. Je ne sais pas s’il était là pour une de ses chasses ou non, mais je m’en fichais royalement. J’aime bien me faire passer pour ce que je ne suis pas ; seul mon ami sait qui se cache sous les plumes, mais il n’est pas là aujourd’hui encore… Alors, ici-bas, il ne reste que ce monstre arrogant avide de sang et de haine. Dans la réalité, mes cauchemars ne peuvent m’atteindre, c’est ainsi. Personne ne sait mon passé et c’est mieux ainsi, car du coup, personne ne peut voir ma douleur et ainsi, personne ne peut chercher à comprendre pourquoi je suis devenue ainsi. Je ne veux pas que l’on me pardonne mes actes, car personne ne pardonne au loup de manger la brebis. C’est ainsi que je mène mon existence, dans l’incompréhension de cette vie fade la plupart du temps, bien que parfois sanglante et euphorique. Vraiment, qu’est-ce que voudrait un kidnappeur que le nom de gens important d’une famille influente ? Surtout que j’en ai deux en tête, une plutôt vieille, mais qui finalement, va me servir.

À chacun ses plaisirs et elle, elle avait semblé mettre le rang de sa famille en tant que protection absolue alors que ça peut attirer bien des convoitises ; je l’avais prévenue pour cela, peut-être comprendra-t-elle que c’est moi si elle a des problèmes, mais je ne pense pas.

Il parle et je lui réponds avec un fin sourire.
«-Et bien, comme tu sembles savoir ce qui m’intéresse mieux que moi, vas-y, parle donc.
-J’ai surement deux noms qui pourraient t’intéresser surtout que l’une est plutôt accessible… Sophia Mac Aedan d’une riche famille de capien assez influente, assez rebelle… Certes, la demeure où elle réside est plutôt bien gardée, mais elle va au lycée sans aucun garde du corps, préférant souvent la solitude. Elle est du genre à prendre des petites ruelles mêmes parfois pour s’y rendre, ce genre de petite ruelle dont personne ne se soucie, ou parfois des personnes disparaisse mystérieusement… »
Mon sourire se renforçait, mon sous-entendu était clair. Je lui livrais sur un plateau d’argent une proie plutôt facile à capturer pour quelqu’un comme lui. Je lui avais même dit ou il pourrait la kidnapper discrètement, sur le chemin de l’école. J’avais Vent Funeste ce jour-là… Il me manque.
« -L’autre est un Gemma, mais je pense que je serais bien imprudent de tout dire avant d’avoir les informations que moi je cherche. »
Je regarde derrière moi… Hummm, je ne sais toujours pas s’il est accompagné. Mais je pense qu’une diversion serait pas mal, on n’est jamais assez prudent et puis, j’aime bien montrer qu’il ne faut pas me sous-estimer…

Cela m’a déjà amené à des problèmes ce genre de comportement, mais montrer les crocs est une question de survie dans ce monde. Je claque des doigts, envahissant la rue derrière nous de mon obscurité… Je pourrais donner ici la taille d’un terrain de foot pour ce que j’y mets, mais je n’ai pas besoin de si grand et c’est largement plus massif que si je m’étais contenté de 10 mètres carrés. Je ne le maintiens pas, laissant l’antre du démon resté ainsi durant une bonne quarantaine de minutes. C’est avec des yeux fous et un sourire carnassier que je justifie mon action.
« -On dit souvent que l’on n’est jamais trop prudent. »
Et puis, l’incompréhension des gens peut être très drôle… Comme quand je l’ai utilisée pour partir de la taverne de la montagne, la bagarre que cela a entrainé bien que ça ne s’est pas passé aussi bien que prévu par la suite. Mais ce n’est pas le plus important en ce moment ;
« -auberge « Sang-égal » en France, dimanche 8 février 2010. Il y a eu une explosion de gaz qui a détruit la demeure, mais les propriétaires, Alucard et Alia n’ont pas été retrouvés présumés morts, mais pas la moindre trace de leur cadavre. Que sais-tu sur cette affaire, dont ces personnes ? »
Avec son réseau, qui sait ?








© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mar 2 Mai - 21:12
    « Sophia Mac Aedan, je vois… Mais dis-moi, de qui as-tu si peur ? »

    Son obscurité et deux allusions à la prudence. S’attendait-il à des représailles ? Je demeurais impassible malgré tout, quoiqu’un peu curieux.

    « Une auberge ? Il y a plusieurs années ? Ce n’est pas ce que tu demandes d’habitude… Dis-moi d’abord pourquoi ce sujet t’intéresse et ce que tu veux savoir là-dessus ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Jeu 4 Mai - 21:21



[Quéte]


Folles pierres

"Il n'y a pas plus terrible monstre que la raison..."



"La souffrance excite, ranime, irrite les nerfs ;elle fait saigner le coeur, elle abrège l'agonie.
C'est la convulsion violente, terrible, qui nous relève de terre et nous donne la force de nous
dresser vers le ciel pour maudire et crier."
de George Sand.







Je lui avais sans nul doute livré une information intéressante à propos d’une fille, une proie facile quoi. Il n’était pas nécessaire de dire comment je savais tout cela, ça ne concerne que moi cette information-là. En effet, je ne livre que ce que je sais, mais mes méthodes, elles, restent longtemps secrètes ; surtout quand elles impliquent l’utilité de mon oiseau, aujourd’hui disparu… Mais c’est bien pour cela que je suis là, pour le retrouver, à tout prix. Je me compare souvent au loup même si une différence majeure est présente ; le loup vit en meute et moi, je suis seul, car les plumes qui m’accompagnent me suffisent en compagnie. Et ceux, largement d’ailleurs, très largement même. Certes, je me nourris aussi de la souffrance de mes victimes et il m’est nécessaire d’avoir des contacts pour subsister, mais qu’importe au fond.

J’avais donc dit pour la demoiselle à Satan qui avait alors répondu, constatant mon obscurité, mais l’interprétant de bien mauvaise manière ;
«-Sophia Mac Aedan, je vois… Mais dis-moi, de qui as-tu si peur ?
-De personne, si j’avais peur de qui que ce soit… Crois-tu que je ferais cela ? Ne me confonds pas avec un souriceau apeuré, c’est un conseil.»
Une menace ? Qu’à moitié en fait, je lui avais fait valoir que j’étais toujours là et aussi qu’il ne devait pas me confondre avec n’importe qui… Malgré le sourire, j’avais dit cela de façon bien sombre.
«-Une auberge ? Il y a plusieurs années ? Ce n’est pas ce que tu demandes d’habitude… Dis-moi d’abord pourquoi ce sujet t’intéresse et ce que tu veux savoir là-dessus ?
-Le pourquoi n’est franchement pas tes oignons, surtout après les informations sur cette grosse proie que je viens de te donner. Ce que je veux savoir n’est-ce pas ? Tout simplement ceux que sont devenues les propriétaires au vu du fait que l’on a retrouvé aucun corps. »
Je pars du principe qu’ils sont vivant soit que cet incendie n’était pas si accidentel que ça et que donc, le responsable aurait caché les cadavres.
« -Mais j’aurais donc besoin de savoir ce que sont devenues les propriétaires ; s’ils sont vivants et si c’est le cas, que sont-ils devenus depuis ? »
Je jetais un coup d’œil en arrière quelques secondes, voire la réaction des gens dans la rue, un sourire de psychopathe aux lèvres… Les fourmis dansent, paniquées, regardant l’ombre de la botte s’abattre sur eux… Ils ne mourront pas ce soir, aucun, mais les voir ainsi reste très amusant. Je reviens vers mon interlocuteur ; et dire qu’il aura d’autres informations une fois qu’il m’aura dit ce qu’il sait.







© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Sam 6 Mai - 10:12
    « Franchement pas mes oignons ? Je suis un homme d’affaire ne l’oublie pas, et je me renseigne toujours sur mes clients avant d’accéder à leur requête… Soit, tu ne veux rien dire ? Ca me prendra un mois donc : j’ai bien d’autres dossiers à traiter. Si tu veux espérer que je mette ta demande sur le haut de la pile, il va falloir m’en dire davantage sur cette affaire. Peut-être puis-je réduire le temps d’attente à trois jours ? Peut-être. Mais à quoi bon me presser pour ce qui n’est pas mes oignons ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Sam 6 Mai - 15:05



[Quéte]


Folles pierres

"Il n'y a pas plus terrible monstre que la raison..."



"La souffrance excite, ranime, irrite les nerfs ;elle fait saigner le coeur, elle abrège l'agonie.
C'est la convulsion violente, terrible, qui nous relève de terre et nous donne la force de nous
dresser vers le ciel pour maudire et crier."
de George Sand.







J’avais dit les choses telles qu’elles l’étaient, il n’était pas là pour savoir les raisons de ma demande, mais pour les satisfaire. Surtout que je lui avais donné une bonne proie à traquer en échange. Je me demande ce que je conseillerais Vent Funeste s’il était là… Lui qui m’a longtemps guidée, j’espère que ça sera de nouveau le cas dans l’avenir… Il un savoir-faire, une personnalité que je ne posséderais sans doute jamais. Mais je ne le souhaite pas, car le sang, la folie est ma plus grande guide de l’avenir. Un avenir de néant, de vengeance, de douleur, de solitude… Devrais-je souhaiter autre chose ? N’est-ce pas mon destin ? Celui dicté depuis ma plus tendre enfance, enfin, tendre… Je souris tristement de l’intérieur, le ventre noué… Le mot tendre aurait été parfait si mon frère n’avait pas été tué sous mes yeux, me donnant son cœur, car le mien était défaillant, si je n’avais pas du tué ce meurtrier qui était aussi le père adoptif de ma meilleure amie qui aujourd’hui, me poursuit sans relâche. Des fois, on se demande pourquoi on a dû naitre…
« L'enfance est un voyage oublié. » de Jean Mallard, comte de La Varende.
Vraiment ? Je l’avais lue une fois, mais, certains voyages ne s’oublient pas, s’enlisant doucement dans la douleur et l’incompréhension.

L’enfance, cette même chose qui pour certain, n’est qu’une cicatrice invisible, un couteau rester planté dans notre cœur. Oui, c’est ainsi qu’est écrit la vie, quelque grain de chose agréable pour des montagnes d’expériences désagréables. Jamais je ne tournerais la page, sinon, à quoi tout cela rimerait ? Comment pourrais-je continuer en renonçant à venger mon frère, cela serait mon plus grand tourment, parmi d’autres, surement…

Pourquoi chercher à savoir, c’est inutile…
«-Franchement pas mes oignons ? Je suis un homme d’affaires ne l’oublie pas, et je me renseigne toujours sur mes clients avant d’accéder à leur requête… Soit, tu ne veux rien dire ? Ça me prendra un mois donc : j’ai bien d’autres dossiers à traiter. Si tu veux espérer que je mette ta demande sur le haut de la pile, il va falloir m’en dire davantage sur cette affaire. Peut-être puis-je réduire le temps d’attente à trois jours ? Peut-être. Mais à quoi bon me presser pour ce qui n’est pas mes oignons ? »
Durant un instant, je ne souris plus. Cela ne m’arrangeait pas, vraiment pas, peut être devais-je demander à quelqu’un d’autre… Mais je ne pouvais pas dire la raison de cette demande… Je rangeais bien vite mes yeux haineux, reprenant mon sourire, personne ne devait jamais pouvoir lire en moi… Jamais… Un mois donc ? Cela faisait déjà presque une semaine que cela avait commencé… Donc un mois, signifierait avoir une semaine de retard. Je n’avais même pas ma faux avec moi… Je serais bien tenté de mentir, mais dans le marché noir, centre de bien des informations… Mais je ne pouvais pas non plus préciser trop la chose. Cruel choix. Il n’avait pas relevé l’absence de mon compagnon au moins… Je pris un moment à réfléchir, peut-être une minute environ. Souriant, sans trace de cette absence qui me tourmentait, je finis par répondre.
« -Soit. Disons simplement qu’un de mes amis à un besoin rapide de cette information. »
Que dire d’autre… Je regarde de nouveau derrière moi, contemplation inlassable. Il veut se renseigner sur ces clients… Pourtant, il y a des informations qu’il n’aura jamais ; mon passé. Je ne cherche pas à réduire le temps à trois jours, mais à trois semaines maximum.






© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mer 10 Mai - 21:09
    « Un ami ? Tu n’en as aucun, tu es toujours seul, si l’on compte pas ton corbeau… Il est où d’ailleurs ? Je croyais que vous étiez des inséparables ?
    Mais dis-moi surtout, soit tu me mens, soit tu caches une grosse information : tu n’aurais pas mis autant de temps avant de me répondre pour dire si peu. Ta requête ne semble pas si importante que ça… Finalement ça pourrait prendre deux mois. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Jeu 11 Mai - 21:37



[Quéte]


Folles pierres

"Il n'y a pas plus terrible monstre que la raison..."



"La souffrance excite, ranime, irrite les nerfs ;elle fait saigner le coeur, elle abrège l'agonie.
C'est la convulsion violente, terrible, qui nous relève de terre et nous donne la force de nous
dresser vers le ciel pour maudire et crier."
de George Sand.







Hummm, je n’aimais pas cela… Il y a des sentiers dans lesquels il vaut mieux ne pas s’aventurer et je le savais. Je me souviens de quelque chose, de l’époque où il était encore humanoïde…


***
Il était sur un promontoire rocheux à ce moment-là… Je crois que l’on était parti en montagne, dans je ne sais plus quel pays.
« -Tu sais quelle est la plus grande qualité d’un assassin ?
-Savoir traqué ?
-Non, savoir quand épargner une vie. »
Pourtant, déjà en ce temps-là, il ne m’avait pas semblé qu’il faisait preuve de beaucoup de scrupule. L’homme borgne aux cheveux noir avait semblé en avoir vu des vertes et des pas mures. J’étais encore jeune, qu’aurais-je pus répondre ? Cette époque… Ça ne faisait pas si longtemps que cela.

« -Non, pas pour moi. On a tué mon frère, ce monde à tuer mon frère ! Jamais je ne pardonnerais à qui que ce soit ! Je me vengerais, je le jure.
-Tu ne peux pas tuer notre terre.
-Je peux tuer les habitants qui sont dessus.
-Et après, que feras-tu, une fois que tu te seras vengé, que tu seras seul ? »
Je n’avais pas tressailli, rien, la douleur au fond du cœur, comme aujourd’hui. J’étais devenue un loup enragé.
« -Qu’importe après, que je vive, que je meure…
-Ne sous-estime pas la solitude… On aura beau se dire qu’on n’a rien à perdre, la vie nous prouve toujours que si, on a toujours quelque chose à perdre. »
Il n’avait pas tort à cette époque, je le réalise… Qui est-ce que je cherche à sauver à présent ?
« -Même si ça me fait devenir fou… Au moins, je ne souffrirais plus.
-Ce n’est pas le cas des personnes qui tiennent à toi. À l’origine, je viens d’une île, tu sais… Il y a tant d’espèces dessus. Pour protéger mon peuple, j’ai fait des choses abominables, gravé dans ma mémoire. J’avais même pris gout au sang et j’ai fait des erreurs si bien que j’ai commencé à mal me faire voir. J’avais un ami à cette époque, un jour alors qu’il avait trop bu, il est allé tuer une famille entière d’humain innocent, un risque pour la communauté… Il allait tuer une petite fille, je l’ai achevé avant. J’ai essayé de m’expliquer, mais personne ne m’a crue, on a voulu ma mort à partir de ce jour-là… Ils ont beau m’avoir trahi, je ne m’imagine pas faire un génocide. »
J’avais pris ça avec mépris.
« -Ce n’est pas mon cas… Je vous vengerais aussi et si vous le voulez, j’irais même tuer chaque mythe de cette île ! Ces bons à rien ! Il est impossible de faire confiance à ce genre de monde, le seul moyen de survivre est de sombrer aux ténèbres. »
Est-ce à partir de ce moment que je me suis perdue dans la folie ? Est-ce pour ce manque d’attention que mon maitre est aujourd’hui prisonnier. Je me souviens de son regard désespéré… Surement m’a-t-il suivi tout ce temps en espérant de me guérir. Mais même en le sachant, je sais que c’est impossible… Et je ne le souhaite pas de toute manière.
***

Ce souvenir… Pourquoi s’est-il imposé ? Surement, car je n’essaye pas de tuer pour tuer à présent, mais je cherche à sauver mon ami. Il n’a jamais montré trop d’intérêt à sauver son peuple quand on est revenue, mais il n’a pas non plus voulu particulièrement le détruire, c’est vrai… Mais moi, j’ai moins de scrupule, ma bouche a encore envie de sang.
«-Un ami ? Tu n’en as aucun, tu es toujours seul, si l’on ne compte pas ton corbeau… Il est où d’ailleurs ? Je croyais que vous étiez des inséparables ?
Mais dis-moi surtout, soit tu me mens, soit tu caches une grosse information : tu n’aurais pas mis autant de temps avant de me répondre pour dire si peu. Ta requête ne semble pas si importante que ça… Finalement ça pourrait prendre deux mois. »

Que dire… Je le regarde durement, surement pas tout…
« -Très observateur, vraiment… Disons que c’est en quelque sorte pour lui que j’en ai besoin, mais vu que tu ne sembles pas disposé à me les donner, autant que j’aille chercher ailleurs, n’est-ce pas ? Dommage pour les autres informations que j’avais pour toi. »
J’attends quelques secondes avant de tournées le dos, avance un peu, mais finit par boiter de nouveau… ça risque d’être gênant si mon os se ressoude mal, mais je n’ai pas le choix. Je n’aime pas montrer que je suis amoché… Je regarde devant moi, finissant par enlever mon obscurité avant la fin du temps impartie. Je soupire, m’arrêtant, à la fois pour voir si Satan réagis, voyant une potentielle information lui échapper, mais aussi… Pour réfléchir à qui je demanderais présent.


© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Dim 14 Mai - 21:53
    « Le coup du tout ou rien ? Me prends-tu pour un débutant dans l’art des négociations ? Tu m’as déjà offert une information gratuitement. Et comme tu sembles tant me sous-estimer, ce sera 3 mois et je veillerais à ce que personne ne réponde à ta requête en leur faisant une offre plus alléchante que la tienne.
    Tu es un assassin, pas un homme d’affaire. N’oublie pas quelle est ta place… Alors continue ta route si tu le veux, ou reviens me dire tout ce que je souhaite savoir. La décision t’appartient. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mar 16 Mai - 19:39



[Quéte]


Folles pierres

"Il n'y a pas plus terrible monstre que la raison..."



"La souffrance excite, ranime, irrite les nerfs ;elle fait saigner le coeur, elle abrège l'agonie.
C'est la convulsion violente, terrible, qui nous relève de terre et nous donne la force de nous
dresser vers le ciel pour maudire et crier."
de George Sand.







Je suis sans doute un être cruel, mon passé en est-il la raison ou est-ce plutôt ma douleur la source des maux que j’inflige ? J’avoue que moi-même, il m’arrive de ne pas la savoir, tout ce que je sais, c’est que j’aime ça.
«-Le coup du tout ou rien ? Me prends-tu pour un débutant dans l’art des négociations ? Tu m’as déjà offert une information gratuitement. Et comme tu sembles tant me sous-estimer, ce sera 3 mois et je veillerais à ce que personne ne réponde à ta requête en leur faisant une offre plus alléchante que la tienne.
Tu es un assassin, pas un homme d’affaires. N’oublie pas quelle est ta place… Alors, continue ta route si tu le veux, ou reviens me dire tout ce que je souhaite savoir. La décision t’appartient. »

Qu’il croit… Je me mords la lèvre, je ne pouvais pas le regarder, juste lui parler une dernière fois. Bien que ces mots-là sont moins agressifs que d’habitude, je ne pensais pas les employer un jour.
« -Le coup de la balle est dans ton camp ? Tu ne peux pas faire taire toute une île, quel que soit tes méthodes, tu t’exposerais trop. Tu dis de ne pas oublier qu’elle est ma place, mais la tu seulement déjà un jour comprit ? Mais passons, ce n’est pas le sujet…
Sache Satan, que je ne t’ai jamais sous-estimé ni pris pour un débutant. Ha, et tu devrais faire attention aussi, la montagne gronde en ce moment. »


Pourquoi l’avertir alors qu’il ne m’a pas répondu ? Qui sait… Je ne sais pas moi-même. Un bon sentiment ? Je n’en possède pas, ce n’est pas cela. Je pars, tout simplement, boitant. Je vais chez moi, attendant la nuit, me préparant en prenant ma faux, caché dans un tissu ; je ne referais pas deux fois la même erreur de la laisser. Je prends aussi mon sac, mettant un petit scalpel retrouvé dans tout mon bazar ; je l’utilise très peu et ce n’est pas souvent pour le bricolage.

Je prends aussi un crayon et un papier, mets des gants aussi noirs que le reste de mes vêtements. Reprends mon fameux masque… Je sors de nouveau, attendant bien évidement une heure avancée de la nuit ; vérifiant que personne n’est dehors. Bien que je ne vais pas jusque dans la rue ; à peine ai-je franchi la porte que je sors mes ailes ; J’ai dû faire des petites entailles à mon vêtement à cet endroit-là pour éviter quelques désagréments. J’ai encore du mal à m’y habituer. Je m’envole, vais sur un toit près d’une ruelle où quelques imprudents se perdent parfois, cherchant une proie ; j’ai un message à faire passer et le mieux serait de tomber sur une fillette pour que ce dernier soit entendu… Mais au bout d’un long moment, je me décide à changer de stratégie ; Je m’envole de nouveau, mettant mon fameux masque directement sur mon visage. Je survole des maisons de très près ; qu’est-ce que je cherche ? Une bâtisse où les habitants auraient malencontreusement laissé une fenêtre au moins entrouverte. Mais je regardais aussi s’il y avait aussi des traces de jeux d’enfants quand j’en repérais une bien que je doive faire plusieurs fois le tour du même quartier. Je prenais aussi de l’altitude lorsque dans la rue pas loin, je voyais des gens arrivés, passé sous les lampadaires.

Au bout d’un moment, lorsque je repérai ce que je recherchais, je m’approchais prudemment, d’abord sur le toit, essayant de voir vers quelle pièce donnais l’entrée et sur quel côté de la maison, si c’était très exposé ou non (si entre la maison et la rue, il y avait une haie, un muret, ect…) et surtout, bien que les moyens étaient limités tant que je ne serais pas rentré, s’il y avait une trace de caméra de surveillance. Mais je dus faire plusieurs tours de la maison pour avoir toutes les informations que je recherchais néanmoins.

Il y avait effectivement des caméras, mais surtout devant les ouvertures habituelles d’une maison : donc les portes et non les fenêtres à l’étage. Je n’aurais donc pas beaucoup de problèmes à rentrer, je rentre, aussi silencieusement que je le pouvais, faisant surtout attention à la lame de ma faux. J’étais dans ce qui ressemblait à une salle de bain, éclairé légèrement par la lune. Je sortis de cette pièce, me prenant d’abord les pieds dans un paillasson que je n’avais pas vu à cause de l’obscurité. Je faillis m’étaler, mais réussit à reprendre mon équilibre. Je rentrais mes ailes… Le plancher grinçait affreusement, mais je n’y pouvais rien. Il y avait plusieurs pièces… Dont une avec une porte bien infantile au vu des petites fleurs et petits cœur qui l’agrémentais. Je m’avançais, mais un grincement derrière moi, non mon pas, m’avertit. Par réflexe, je me retourne en mettant ma faux entre moi et l’agresseur, ce qui évita que je me retrouve avec une bouteille fracassée sur le crâne. Bah, mon vieux, ça, c’était une très mauvaise idée. Je vis une femme à la limite d’une autre pièce, le visage effrayé par la lune traversant une fenêtre pas loin. Elle cria, c’est raté, mais je ne pus m’empêcher de sourire derrière mon masque. Je fis jouer de ma faux, l’homme sembla se défendre de bien piteuse manière, il eut un bras tranché net, se protégeant avec. Un cri de douleur, je devais me dépêcher a présent. Il était au sol, se vidant de son sang. Que la police arrive à temps ou non m’importait peu ; j’avais un masque, des gants, qui pouvait m’identifier ? La jeune femme tenta de fuir, dans sa chambre, se mettant dos a une fenêtre mal fermer, a battant ; les humains… Il n’y avait rien pour se défendre ma pauvre. Dans un dernier élan, elle essaya d’arracher mon masque, je me reculais, tout simplement puis la poussait, voyant si elle savait voler… Je me demande si elle survivra à la chute, mais j’ai une autre cible. Je revins sur mes pas, l’homme était à présent plus dans les vapes que dans la vie réelle. Je souris, marchant sur son corps sous son hoquetèrent de douleur…

Je me dirigeai vers la chambre ciblée à l’origine, entendant des pleurs derrière la porte… Je rentre, elle était cachée sous son lit minuscule. Je lui attrapais les cheveux et la tirade sous ses hurlements. Une fille aux cheveux blonds et longs, yeux bleus et avec des taches de rousseur. Il y a mieux en innocence, mais ça me va. Avec ses petites mains, elle essayait de me faire lâcher ; faut grandir encore un peu ma belle. D’un coup de faux, je lui tranchais net la tête, sortant de la maison par où j’étais rentré, laissant gouter le sang de la demoiselle sur mon chemin. J’entendis les sirènes de police au loin ; trop tard. Je m’envole de nouveau, haut dans le ciel, allant bien plus loin ; sans prendre de risque. Il était dur de volé correctement avec deux poids, mais ce n’était pas la tête d’un adulte que je transportais… Une fois assez loin, je pris donc mon papier et mon crayon…

« Je suis le vent, insaisissable… Craignez le ciel et regardez les squelettes que je sème. »

Je m’envole de nouveau… J’avais fait en sorte que ça tienne en transperçant le papier avec le crayon et l’enfonçant dans l’un des yeux de la tête mutilée. Je pris un moment avant d’arriver à la montagne, je ralentis qu’une fois y étant. Je fis un rapide passage, près du sol, pas si loin d’une patrouille, mais tout de même assez pour pas qu’il me voie et y lâchais la tête avec le mot dessus. Je m’envolais de nouveau et après plusieurs détours assurés, rentra chez moi, me changeant de suite. Mis les vêtements tout comme le reste de mes affaires m’ayant servi sous les lattes du plancher. Je me reposais que légèrement, me demandant comment mon message allait être reçus et que se passerait-il du côté de la ville humaine.









© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mar 6 Juin - 22:52
    Les Gemmas doublèrent la garde et les tours de guet. Un vent insaisissable ? Ils n’avaient pourtant rien vu s’approcher. Le sol ? Ils l’auraient remarqué : ce sont eux qui habitent la terre. L’air alors ? Ils allumèrent des feux tout autour de la montagne. Plus personne ne pourra approcher, au sol ou dans le ciel, de jour ou de nuit, sans qu’ils ne s’en aperçoivent.

    En ville, la mère avait, malheureusement pour elle, survécut à la chute. Recueillie par les policiers, elle passera la nuit à divaguer entre cauchemars et délires. Mais lorsque poindra le jour, elle maintenait ses propos : un assassin volant était venu tuer son mari et sa fille… Information plutôt incongrue, mais on put dresser un portrait-robot de l’individu. Certes avec un masque, mais la police avec son gabarit, sa silhouette, sa latéralité à la façon dont il s’était servi de son arme, et le fait qu’il possédait une faux. Arme peu banale qui leur permettrait peut-être de retrouver le meurtrier ? En tout cas, l’assassin, ou son signalement, allait être recherché activement par la police.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mer 7 Juin - 18:33



[Quéte]


Folles pierres

"Certains chemins se finissent quant d'autres commencent"



"La souffrance excite, ranime, irrite les nerfs ;elle fait saigner le coeur, elle abrège l'agonie.
C'est la convulsion violente, terrible, qui nous relève de terre et nous donne la force de nous
dresser vers le ciel pour maudire et crier."
de George Sand.







Je me reposais donc toute la nuit… Le sourire aux lèvres de ce que j’avais fait ; il ne pouvait en être autrement. Enfin, je l’imagine, sinon, pourquoi l’aurais-je fait après tout ? Ce plaisir m’ayant envahi durant tout l’instant bien que je devais à présent me montré prudent… J’éviterais le centre-ville ou les alentours de la maison de ma précédente cible ; précaution que je prends à chaque fois que je ne suis pas sûr d’être intraçable… Bien que j’ai été particulièrement imprudent ce soir ; il n’est pas là… Je ne sais pas si l’homme est mort ou simplement handicapé a vie bien que ça soit peu probable vue l’état dans lequel je l’ai laissé. Et que dire de la femme ? Ce n’étais pas un immeuble et avec les caméras devant la porte extérieure, je ne pouvais me le permettre. Mais ces imprudences ont surement une raison ; les adultes n’ont jamais été ma cible après tout… Certains pourront toujours dire qu’elle n’avait rien demandé mais c’est comme tous les enfants qui n’aspire qu’à jouer et s’amuser mais on doit tous grandir un jour… Je lui ai simplement épargné ce fardeau de voir la réalité en face comme moi auparavant, le jour où mon frère est mort…

Aujourd’hui, je me mis au courant des nouvelles environnantes ; la guerre approchait entre Gemma et Morany tout comme l’occasion de récupérer mon ami. J’irais bien sûr, au moins pour m’en délecté ; en effet, quel camp pourrais-je seulement espéré choisir ? Quelqu’un comme moi au front… Durant le reste du temps, je n’allais plus en ville, restant dans le quartier que j’habitais, sortant même rarement. Je ne pouvais aller demander des informations maintenant… J’avais bien caché mes affaires pour mon meurtre infantile. A l’endroit où les lattes de mon plancher se retirais, j’y avait glissé ce qui me servait de lit…









© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Folles pierres [Quéte][terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Tuto-réaliser des pierres pour décorer les socles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Gemma :: Grande bibliothèque-