AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

[Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Mar 10 Jan - 19:54
Les montagnes, que trouverais-je là-bas ? L’espoir ou mon désespoir ? Je prenais de très gros risques… Mais n’était-ce pas ce qu’il fallait ? Les tensions entre ces deux peuples rendaient ma venue tellement incertaine…
La dernière fois que j’ai regardé mon reflet, mon regard me semblait tellement terne.
Malgré ce que je disais, ce que je pensais, ce que je voulais, je ne fonçais pas tête baissée. N’est-ce pas ce que j’aurais fait autrefois ? Surement, très certainement même. Mais aujourd’hui était différent, j’étais différente d’hier. J’avais toujours mes valeurs, mais sous un regard nouveau ; on ne me nommerait plus Shena, mais plutôt, à présent, Laureline Maeglin. J’avais caché mes parties animales sous mes pauvres habits, ma capuche cachant mes oreilles ainsi qu’un peu mon visage. Visage pourvu, à part de mes tatouages, de lentilles rouges. Mon vêtement à capuche était long et ma queue de panthère était dans mon pantalon. Je regarde un instant le ciel ; lui aussi est terne depuis la guerre.

|N’es-tu pas là pour changer cela ? |
|Oui, en effet, qu’importe ce que je risque… C’est la force de ma volonté. Peut-être que les Gemmas me considèrent comme une ennemie, mais ce n’est pas mon cas. Tout comme je ne suis pas comme mes semblables à les haïr. |
|Tu es une Moranie différente des Moranys, il y aura surement des Gemmas différent des autres Gemmas. |
| Je l’espère. Je ne leur demande pas leur sang dans une autre bataille, mais leur foi en mes pensées et mes convictions. Je devais commencer par-là, sinon, cela n’aurait aucun sens. |

Oui, comment montrer mes convictions sinon ? Je risque tellement… Mais je n’ai pas le choix. Un pied en avant, en silence, un premier pas pour l’avenir. Je ne pouvais pas rentrer au cœur dans leur cité sans me faire griller de suite, mais je pouvais aller sur la montagne et non en dessous. Après tout, là-bas aussi, je trouverais bien même si ce n’est qu’un ou deux, cela serait déjà ça. Peut-être échouerais-je, les conséquences allant avec ; mais renoncer sans essayer, cela aurait été un crime encore plus impardonnable…

Combien de temps vadrouillai-je ? Tout ce temps avec un risque grandissant dans le creux de mon cou, dans le silence des pierres et de ma tristesse. Je ne sais pas, mais je trouvais un moment une âme en peine. Je ne faisais pas beaucoup de bruit, mais tout de même assez pour ne pas le/ la surprendre. Ce/cette Gemma… Captera-t’il/elle ma propre peine, mon soutien, mon ton apaisant et ne cherchant pas querelle dans ma voix ?
« -Je vous souhaite le bonjour… »
Puis je laissai quelque seconde de silence.
« -Est-ce que je dérange ? Si c’est le cas, pardonnez mon intrusion… »
Je ne devais pas être trop pressé non plus… Le sang versé était encore récent après tout, dans les esprits et dans les cœurs.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Mer 11 Jan - 11:24
    Depuis l’incident avec les Moranys, quelques règles avaient changé sur le territoire des Gemmas. Déjà, les homme-bêtes étaient bannis et traqués de leur terre. Ce qui n’était pas bien compliqué vu leurs attributs plutôt voyants. Des gardes étaient postés à divers endroits de la montagne, couvrant les différents flans dans leur champ de vision. Ils avaient également déclaré la montagne où ils habitaient comme étant sacré, et à ce titre personne n’avait le droit de couvrir sa tête ou son visage. Pour pénétrer dans la montagne la fouille était encore plus scrupuleuse, les Gemmas devant approcher discrètement des visiteurs et effleurer maladroitement les parties où les Moranys portaient habituellement leurs attributs.

    Aussi, quand la Gemma qui surveillait un côté de la montagne se fit accoster par une personne encapuchonnée, elle lui répondit aussitôt :

    « Ôtez votre capuche. Vous vous trouvez sur un lieu sacré. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Mer 11 Jan - 23:19

Je ne m’attendais pas à me faire rabrouer aussi sèchement. Je fixais la fille avec un profond regard malgré mes lentilles. Je ne souriais pas, comment le pourrais-je ? Non, je n’avais que cet air triste, cet air révolu, cette détresse sourde au fond de mon cœur de félin. Oui, comment pourrais-je lui en vouloir de me demander ça…. On juge tellement à l’étiquette et non à la personnalité. Que cela soit dans un camp ou un autre d’ailleurs, nous ne sommes parfois que les marionnettes de nos supérieurs.
« Ôtez votre capuche. Vous vous trouvez sur un lieu sacré. »
Je la fixais… un moment ; sacré ? Je savais que l’on était bannis de ces terres, mais pas que cette dernière avait gagné un statut particulier. Mais j’imagine que ce n’est qu’artifice pour le public ; ainsi, ils pouvaient vérifier les identités par des choses reconnaissables sans pour autant alerter le public sur le véritable objectif de cette manœuvre. Pourquoi ? Pour le secret je pense, toujours et encore cette maudite malédiction du silence et du passé. Je secouais la tête, peinée. Si je le fais, je suis grillé, si je ne le fais pas, aussi d’une certaine manière, car ça serait trop suspect tout comme toute tentative de fuite ; très lâche d’ailleurs cette idée. Je regarde autour de moi, on est en montagne, il y a des roches, des hauteurs… Et non, je ne compte pas me battre contre elle pour cela.
« -Je pense savoir la raison de ces mesures. »
Autant grillée pour grillée… Je me mis hors de portée de quelconque arme de corps à corps par un bond dans une hauteur proche bien que pas immédiate non plus, par un saut en diagonale. Je m’assis, les jambes croisées, la regardant tristement.
« -Je ne suis pas ici pour me battre, je suis seule. Vous pouvez le vérifier si vous voulez. Vous pouvez toujours me traiter de lâche ; si nos peuples s’en étaient arrêtés à cela… Il n’y aurait eu aucun mort, que ce soit dans l’un ou l’autre camp, cela n’aurait pas fini dans un bain de sang stupide et inutile. Que vous décidiez de ma mort ou de ma vie, ce choix vous revient, je suis venue en m’y préparant. De toute manière, si je reviens chez moi, le conseil me mettra surement à mort. Pour la simple et bonne raison que je ne juge pas à ce que sont les gens, mais à qui ils sont…. Et que je pense que les forts sont là pour aider les plus faibles, que ces derniers ne sont pas condamnés à disparaitre. »
Je la fixais un instant, je n’avais toujours pas enlevé ma capuche. Je souris légèrement, pas un sourire heureux, mais triste… Une larme perla au coin d’un de mes yeux, filant rapidement sur ma joue avant de s’écraser au sol. Une chose me vint à l’esprit.
« -Aussi, ma morsure n’a jamais contaminé personne si vous vous posez la question. Après tout, je n’ai jamais considéré ma race comme une maladie, mais je comprends la malédiction de ceux qui ne sont pas nés ainsi ; chacun devrait avoir le choix. Je ne m’adresse pas au peuple Gemma ou à votre chef, mais aux oreilles qui veulent l’entendre. Je voudrais prouver que c’est possible de vivre tous ensemble à ces dirigeants qui envoient leur frère et sœur dans la bataille avec une contrainte pesante. Surtout qu’il y a des injustices à régler ; je sais que votre peuple prête apriori beaucoup de valeur à leurs armes… La situation de mon peuple devrait se régulariser, si mon amie est en vie, il n’y a pas de raison que les armes ne vous seraient pas restituées ; chacun a droit de faire son deuil. »
Peut-être ne m’écouterait-elle pas… Mais je la fixais ;
« -Maintenant que tu le sais, réfléchis. Ma mort ? Mon arrestation ?
Je n’enlèverais pas cette capuche ; c’est ce que sont les personnes qui déclenche la plupart des conflits. Je suis là pour essayer de les régler, mais je ne peux pas le faire seule…Ho, je ne demanderais jamais d’autre bataille. Le fait de tuer ou de se faire tuer, j’ai décidé que j’en assumerais la seule responsabilité…
Mais sinon, à part ma mort ou mon arrestation ; tu peux aussi me laisser partir si tu ne veux en entendre plus ou alors, porter ce message à ton peuple. Je peux aussi ne partir que pour te laisser réfléchir ; tu déciderais de mon sort à mon retour… »

Je prenais un gros risque, mais… De toute manière, n’était-ce pas là la force de ma volonté de bien faire, de changement ? Je vais peut-être mourir ici, mais au fond de moi… J’espère, misérablement.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Dim 15 Jan - 10:45
    « Je… Je n’ai aucun moyen de vérifier ce que vous dites. Pourquoi ne seriez-vous pas envoyé par votre précieux conseil pour rallier un Gemma à votre cause afin de l’interroger ensuite ?
    Vous ne demanderez pas d’autre bataille ? Je sais ce qui s’est produit lors de la rencontre dans le désert entre nos chefs. Vous avez sauvagement attaqué les notre par surprise, les mordant tous, les contaminants, obligeant les notre à s’amputer pour ne pas devenir les ennemis de leur propre peuple !
    Mon mari fut de ceux-là. Il se trancha la jambe sans hésitation pour ne pas trahir les siens. Fier comme tout Gemma. Mais il avait coupé trop tard, ou trop bas… »


    La voix de la femme commençait à tressaillir alors qu’elle continuait à parler, mais ses mains tinrent fortement la lance qui se trouvait dans son dos un instant auparavant.

    « Lorsque je m’étais réveillé, il était là, debout à mes côtés, les iris d’un serpent et la peau d’un reptile. Je crus à un cauchemar et j’appelais à l’aide. Je pensai qu’un Morany s’était infiltré chez nous. Je ne l’avais même pas reconnu ! Il me dit m’aimer, avant de retourner son poignard vers lui et de le planter en plein cœur…
    Ce n’était qu’après que je le reconnus… C’était mon mari !
    Alors pourquoi devrais-je vous croire, vous écouter, ou transmettre votre message ?
    Tuer ou se faire tuer, vous en assumez seule la responsabilité ? Maintenant que je vous ai vu, on attend de moi que je vous arrête, ou que je vous tue. Dans le cas contraire, si ça venait à se savoir, c’est moi qui serais exécuté.
    Alors dites-moi, pour quelle raison devrais-je vous laisser partir ? Je préférerais mille fois vous planter, quitte à ce que vous me mordiez pour que je puisse rejoindre mon mari comme il se doit ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Dim 15 Jan - 16:46

Je la comprenais… C’est cette douleur dans mon cœur qui m’a mené ici, cette liberté au prix de renier qui je suis…. Au prix de devenir une autre personne et de supporter le fardeau des autres….

|Est-ce la folie ? |
|Ou bien la raison ? |

Peut-être un peu des deux… La complémentarité, c’est ce que je cherchais quelque part… Que peut-on faire seule ? Peut-être deviendrais-je une martyre, une criminelle recherchée, une héros, qu’importe en soi… Du moment que la paix revienne, que le sang arrête de couler et que le cri des larmes ne remplace pas le chant des oiseaux.
« Je… Je n’ai aucun moyen de vérifier ce que vous dites. Pourquoi ne seriez-vous pas envoyé par votre précieux conseil pour rallier un Gemma à votre cause afin de l’interroger ensuite ? »
Vraiment, la douleur est quelque chose d’horrible… C’est pour cela que je veux être la seule à souffrir…

Après ce que le conseil a fait, pense-t-elle vraiment qu'il puisse user de tant de subtilité ? Mais je l’écoute, car, sans avoir, ce n’est pas si étonnant qu’une telle idée germe dans les cœurs meurtris.
« -Vous ne demanderez pas d’autre bataille ? Je sais ce qui s’est produit lors de la rencontre dans le désert entre nos chefs. Vous avez sauvagement attaqué les notre par surprise, les mordant tous, les contaminants, obligeant les notre à s’amputer pour ne pas devenir les ennemis de leur propre peuple ! »
Le conseil…. Je sais que les Gemmas ont aussi leur responsabilité dans cette histoire, mais je ne relevais pas ; les miens n’ont donné aucun choix, le conseil n’a pas laissé le choix… Et cela me répugne. Je la laissais dire ; peut-on vraiment changer qui l’on est en même temps de ce que l’on est… Les ennemis de leur propre peuple ? La transformation sans doute ; comment ne pas la considérer comme une malédiction lorsqu’elle nous est imposée ? Moi, qui suis née ainsi, l’ai toujours considérée comme une bénédiction.
« -Mon mari fut de ceux-là. Il se trancha la jambe sans hésitation pour ne pas trahir les siens. Fier comme tout Gemma. Mais il avait coupé trop tard, ou trop bas… »
La fierté des Gemmas, la stupidité et la rage des Moranys ; un joyeux mélange de folie démesurée, de fléau impossible à arrêter si personne ne fait rien. Oui, c’est ainsi que je vois les choses, l’amputation ; on est toujours considéré comme des monstres. Je la fixais sans sourire, les yeux tristes ; sa voix commençait à trembler.

«-Lorsque je m’étais réveillé, il était là, debout à mes côtés, les iris d’un serpent et la peau d’un reptile. Je crus à un cauchemar et j’appelais à l’aide. Je pensai qu’un Morany s’était infiltré chez nous. Je ne l’avais même pas reconnu ! Il me dit m’aimer, avant de retourner son poignard vers lui et de le planter en plein cœur… »
Une victime parmi tant d’autres… Une raison de plus pour me battre, je touchais mes tatouages, pour ceux qui ne sont plus. Ceux partis avec leurs proches derrière eux, leurs amis, leur famille, leur femme, leur mari ou leurs enfants pour les pleurer. Pleurer et haïr ; je suis certaine que ce n’est pas la seule solution qui peut s’offrir à nous. N’est-ce pas pour cela que je me bats, que je prends de tels risques ? Pour l’avenir de tous ?
« -Ce n’était qu’après que je le reconnus… C’était mon mari !
Alors pourquoi devrais-je vous croire, vous écouter, ou transmettre votre message ? »
Une question vraie dont je ne peux pas contredire la justesse. Pourquoi me croire ? Pourquoi m’écouter ? Ne suis-je pas préparée à ces reproches ? Mais c’est mon choix…
« -Tuer ou se faire tuer, vous en assumez seule la responsabilité ? Maintenant que je vous ai vu, on attend de moi que je vous arrête, ou que je vous tue. Dans le cas contraire, si ça venait à se savoir, c’est moi qui serais exécuté. »
Oui, si ça venait à se savoir… Mais moi qui ai prononcé ces mots ; croit-elle vraiment que je laisserais faire quiconque ? J’ai déjà échoué une fois à protéger ceux qui me tenais à cœur, comment pourrais-je supporter de perdre une seconde fois sans avoir essayé ? Sans m’être battue de toutes mes forces, celles qui me restent ?
« -Alors dites-moi, pour quelle raison devrais-je vous laisser partir ? Je préférerais mille fois vous planter, quitte à ce que vous me mordiez pour que je puisse rejoindre mon mari comme il se doit ! »
Je la regarde, horrifié. Je secoue la tête.

Tous ont perdu un être cher…
« -Le conseil… Un jour, je me suis dit que si Cantatore devait mourir, je serais la seule à me battre contre eux ; que je serais la seule dont le destin serait d’être détesté. Je n’étais pas là le jour où tout a commencé, je n’ai pu que constater les erreurs de chaque dirigeant même si le conseil avait commis le plus gros crime à mes yeux… Ne pas laisser le choix et ne penser qu’à grossir leur rang en transformant les Gemmas à l’insu de ces derniers. »
Oui, je serais la seule… Qui aurait la responsabilité à porter la mort de Cantore.
« - Et vous dites vouloir rejoindre votre mari, me tuer… Est-ce que cela le ramènera ? J’ai un frère, vous savez, même si je suis une très mauvaise sœur de me faire passez pour morte… J’étais censé intercepter le Védin dans la forêt ; le conseil avait envoyé un groupe de pacifiste ; le mien. Je voulais le protéger, il ne me croyait pas, j’ai bien failli mourir, je ne voulais pas abandonner. J’ai la mort des miens sur la conscience. Mon frère m’a fait promettre, les larmes aux yeux… De vivre. C’est ça l’amour, j’imagine.
Vous croyez que votre mari voudrait que vous mouriez… Je ne pense pas qu’il vous a dit qu’il vous aimait pour que vous le rejoigniez, mais pour que vous viviez. Après tout, on ne peut plus rien faire pour les morts, mais on peut encore protéger les vivants. Je peux comprendre votre réserve et les risques pour vous ; dans cette bataille dans la forêt, j’ai vu quelle cruauté il était possible d’avoir. »

Je regarde un instant le ciel, digérant une larme qui voulait tomber.

|La douleur. |
|La compassion. |

Cela dépendait des interprétations, je pense.
« -Mon père est un transformé. Il était Zéphyr avant, il a plus de cent ans. Lorsqu’il s’est définitivement transformé, il ne l’a pas supporté et c’est évaporé dans la nature. Je ne l’ai revu seulement il y a quelques jours… Cela faisait des années. Il a beau être un Morany, il a dit qu’il ne supporterait pas si son ancienne patrie se faisait attaquer, que le conseil avait oublié…. Que ceux qu’il avait transformés, avaient changé de forme, mais pas qui ces gens-là étaient, et je suis d’accord avec lui. Ma mère elle, est morte en me sauvant la vie. Je vais vous dire ;
Le conseil est trop pourri pour user de telle manœuvre. Pourquoi me croire ? Demande à ceux qui ont déjà compris qu’il pouvait me faire confiance, ceux qui savent ce que je suis prêt à faire. Comme la maire védin par exemple, si elle est encore vivante…. Je suis celle qui lui a révélé le secret et je n’ai jamais regretté. Avant cette histoire, elle allait faire poser une interdiction de chasse. Ce n’est pas le genre de chose que le conseil approuve… Dans mon groupe de pacifiste aussi, il y avait une serpent… Cantatore lui avait donné ce choix ; si elle ne tuait pas le védin, c’est elle qui mourrait. Je lui ai promis de la protéger, mais je ne sais pas où elle est aujourd’hui ou même si elle est en sécurité, mais je les retrouverais ; elle et la maire. Vous nous voyez comme des monstres, certains des miens aussi se voient comme tels. J’ai déjà connu un renard à neuf queues qui ne voulait pas aller en ville à cause de ses heures de transformation destructrice. J’avais réussi à le convaincre de venir chez moi, mais il n’est pas resté. Avec tout ça, tous ces risques, on peut se dire que je suis suicidaire… »

Je la fixais de nouveau.

Toujours triste, mais déterminé.
« -Ou alors que je suis du genre à vouloir protéger tout le monde, qu’importe ceux qu’ils sont. Donc pour répondre à vos questions ; non, je ne demanderais pas d’autre bataille, car je ne mettrais jamais d’autre vie en péril que la mienne. Pourquoi me croire ? À cause de la folie des dirigeants de nos peuples, aimeriez-vous que ce qui est arrivé à votre mari arrive à d’autres ? Et puis, à défaut de pouvoir tout empêcher, je pourrais au moins essayer d’empêcher d’autres morts comme ça. Ensuite, tuer ou se faire tuer ? Oui, car si jamais, ça venait à se savoir…. Tout comme je l’ai promis à cette serpent, je ne laisserais jamais personne vous faire du mal et dans le pire des cas, je prendrais votre place. Et aussi, je l’ai dit ; ma morsure n’a jamais contaminé personne et j’ai appris à contrôler ce que je suis. Je suis une panthère noire quand je le veux et pas à d’autres moments. »
Mes yeux avaient ce même reflet de douleur que le reste de mon visage ou même de mon allure.
« -Après, si je n’ai toujours pas réussi à vous convaincre, faites donc. Je prendrais peut-être la fuite ou alors, me ferais tuer, mais je ne compte pas me battre contre vous dans tous les cas. Surtout que votre mari est mort, il est donc de votre devoir de vivre pour l’amour qu’il vous portait à mon avis. Sinon, quel sens tout cela aurait ? »
Ces situations… M’ont toujours forgée au nom de l’avenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Lun 16 Jan - 22:58
    « Ne parlez pas comme si vous le connaissez ! Vous n’êtes qu’une bête ! Ce qu’il aurait voulu ? Il aurait voulu vivre ! Tout simplement !
    Vous parlez de la maire et d’une serpent dont vous ignorez si elles sont en vie. Mais au lieu de tenir votre promesse, vous voilà ici sur cette montagne au lieu de les chercher. Belle parole que la votre.
    Vous parlez beaucoup, mais notre peuple juge un homme à ses actes. Vous connaissez la valeur de mon mari. Si vous voulez que je reconnaisse la votre, vous devrez faire preuve de la même foi que lui. Sacrifier une jambe pour votre cause. Vous mentionnez votre vie tout à l’heure, qu’est-ce qu’un membre en comparaison ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Mer 18 Jan - 18:53

Les morts ont toujours laissé un vide derrière eux, quelque chose d’incomblable et de douloureux…
«-Ne parlez pas comme si vous le connaissez ! Vous n’êtes qu’une bête ! Ce qu’il aurait voulu ? Il aurait voulu vivre ! Tout simplement ! »
Oui, toute personne normalement constituée souhaite vivre, mais…. Quand la fatalité de l’impossibilité de la chose les frappe alors ils feront tout, non pour se préserver eux, mais plutôt leurs proches. Reposer en paix en sachant que ceux que l’on aime sont en sécurité. J’ai tant de responsabilités…
« -Vous parlez de la maire et d’une serpent dont vous ignorez si elles sont en vie. Mais au lieu de tenir votre promesse, vous voilà ici sur cette montagne au lieu de les chercher. Belle parole que la vôtre. »
Ai-je dit que je ne les chercherais pas ? Pour l’une, je suis un peu plus tranquillisé si jamais, elle va dans la forêt ; mon père veille et Shallia est du genre à aussi tenir ses promesses. Mais elle n’a pas tort, je la comprends.
« -Vous parlez beaucoup, mais notre peuple juge un homme à ses actes. Vous connaissez la valeur de mon mari. Si vous voulez que je reconnaisse la vôtre, vous devrez faire preuve de la même foi que lui. Sacrifier une jambe pour votre cause. Vous mentionnez votre vie tout à l’heure, qu’est-ce qu’un membre en comparaison ? »
Je ne suis pas un homme, je suis une ombre. Une ombre qui cherche le lendemain même si pour cela, elle doit disparaitre à jamais. Les Gemmas sont fiers, mais moi, je ne juge pas au degré de torture que l’on est capable de s’auto-infliger. La différence entre sacrifier un membre et sa vie ?

C’est surement à cela que je vais répondre en premier.
« -La comparaison ? Lorsque la mort vient, on ne pense qu’à ce que l’on peut faire avant de rendre son dernier soupir, aux gens que l’on veut protéger… Et que l’on aime. Mais à sacrifier un membre, les possibilités de protéger se réduisent, comment tenir les promesses si l’on est limité dans nos possibilités ? Effectivement, je m’excuse, je ne connaissais pas votre mari. Je connais seulement la douleur de ne pas réussir à protéger un être cher, la douleur de se dire que la mort est la seule solution pour ne faire de mal à personne…. Les Gemmas ont subi les Moranys, mais beaucoup de Moranys se subissent eux-mêmes, car ils ne voient pas la mort arriver. Ceux qui ne se contrôlent pas ; leur vie peut s’achever à chaque transformation, ils peuvent aussi faire du mal à ceux qu’ils aiment le plus au monde et ce, tous les jours, à la même heure… Malgré cela, même quand je ne me contrôlais pas encore, j’ai toujours considéré notre sort comme une bénédiction ; en notre existence courte, on apprend la valeur de la vie. C’est aussi pour cela que je n’aime pas le conseil ; ne laisser aucun choix est une erreur, un crime à mon sens tous comme ne pas respecter les rites funéraires des autres peuples au nom de la haine alors que cette dernière est un cercle vicieux. »
Pourrait-elle, pouvait-elle me contredire sur ce point ?
« -Effectivement, je n’ai pas encore cherché ceux dont je vous parle. Mais je le ferais, surtout la védin…. Pour la serpent, quelqu’un qui la cherchait m’a fait la promesse de la protéger et je fais aussi confiance à mon paternel. Mais pour l’instant, même si je les retrouve, je dois surtout prouver que la cohabitation est possible ; pour éviter encore plus de mort et de boucherie. Vous jugez un homme à ses actes ;
Ne suis-je pas là, devant vous malgré les risques planant au-dessus de ma tête, ceci pour chaque minute passante ? Vous ai-je déjà agressé ? Je suis venue ici en premier alors que j’aurais pu y être en dernier ; je n’ai aucune protection, rien de tout cela, aucune arme sur moi. Je suis venue malgré les tensions entre nos deux peuples ; pour le bien de l’avenir et que, tout comme je pense que mourir n’aurait aucun sens pour vous après que votre mari ait mis fin à sa vie pour vous protéger. Ma parole n’aurait aucun poids tout comme ma détermination n’aurait aucun sens si j’avais demeuré ici en dernier, la queue entre les jambes comme un chien sous la protection de ses pairs. Car les Gemmas ne sont pas ma seule destination, juste la première… Vous m’avez traitée de bête, soit…. Je ne peux vous contredire, car c’est aussi ce qui nous définit ; des bêtes douées de raison, de sentiment, de volonté, différente les unes des autres. Je ne vous ai pas non plus de me suivre dans l’immédiat… »

Vraiment, je regarde mon bras…
« -Je ne m’amputerais pas d’un membre sans raison, mais j’ai bien d’autre manière de graver mon corps… Enfin, si vous avez une lame que vous me prêteriez quelques instants et donc le fait que je l’ai en ma possession durant ce laps de temps ne vous dérange pas…. Si vous doutez de mes agissements, sachez que c’est vous, qui, à l’origine, avez demandé une preuve. »
Là encore, je n’ai pas rêvé les paroles qu’elle m’avait lancé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Jeu 19 Jan - 16:31
    La Gemma l’écouta encore une fois, toujours sur ses gardes. Des paroles et des paroles. Elle tentait de convaincre un peuple privilégiant les actes par de simples mots ? S’amputer un membre sans raison ? Ca n’était pas ce qu’on lui avait demandé. On lui demandait de prouver sa détermination à travers ce geste.

    « Oui, nous jugeons un homme par ses actes. Alors qu’en est-il ? Une promesse de protection, mais vous reportez vos recherches à plus tard. Une capuche pour masquer votre origine, comme si vous en aviez honte, que vous avez quelque chose à cacher. Vous m’imposez de choisir entre risquer ma propre vie en vous laissant ou vous abattre comme il se doit. Et surtout et avant tout : vous êtes un Morany. Tôt ou tard, vous finirez par tuer des gens, que vous le voulez ou non.
    Voici le jugement de vos actes. Alors tenez ce couteau, mais n’allez pas croire qu’un peu de sang qui cicatrisera effacera tout le reste. Il faut savoir faire des sacrifices pour nos idéaux. Je ne vois que la naïveté des beaux parleurs, des rêveurs. Alors faites-moi plaisir : planter ce couteau que je vous envoie dans le cœur, vous me soulagerez d’un choix. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Sam 21 Jan - 23:07

Ma détermination, contrairement à avant, n’était pas irresponsable ou irréfléchie…. Elle ne consistait plus à foncer tête baissée puis à se lamenter sur son propre sort après coup… Vraiment…
«-Oui, nous jugeons un homme par ses actes. Alors qu’en est-il ? Une promesse de protection, mais vous reportez vos recherches à plus tard. Une capuche pour masquer votre origine, comme si vous en aviez honte, que vous avez quelque chose à cacher. »
Je n’avais pas honte de ce que j’étais, mais de ce que mon peuple avait fait sous les ordres du conseil… Se livrer au meurtre juste, car on nous le demande, ce n’était pas mon genre, voilà la vérité… La protection et les recherches, ce n’était pas exactement la même chose. Si l’on doit trouver une personne, c’est que l’on n’a pas pu la protéger auparavant ; dur rappel de mes échecs. Mais malgré cela, j’écoutais, car la vérité, c’est aussi ce que je recherche en fin de compte.
« -Vous m’imposez de choisir entre risquer ma propre vie en vous laissant ou vous abattre comme il se doit. Et surtout et avant tout : vous êtes un Morany. Tôt ou tard, vous finirez par tuer des gens, que vous le vouliez ou non. »
Je l’ai dit, je contrôlais cette partie de moi, je crois même que ce n’était pas la première fois que je l’avais évoqué… Est-elle sourde ? Mais j’imagine que l’étiquette a la vie dure, ça doit être cela, je pense. Oui, je lui ai laissé le choix, car je suis chez elle, mais surtout, que c’est aussi la liberté que je recherche. Cette chance que je veux offrir à tous à part la paix…
« -Voici le jugement de vos actes. Alors, tenez ce couteau, mais n’allez pas croire qu’un peu de sang qui cicatrisera effacera tout le reste. Il faut savoir faire des sacrifices pour nos idéaux. Je ne vois que la naïveté des beaux parleurs, des rêveurs. Alors faites-moi plaisir : planter ce couteau que je vous envoie dans le cœur, vous me soulagerez d’un choix. »
Elle m’envoie l’arme, mais non avec l’intention évidente de me tuer… Je l’attrapais au vol, m’entaillant d’abord la main ; elle semblait bien affutée, c’est le moins que l’on puisse dire.

Je fermais un instant les yeux, le couteau dans les mains.
« -Si je dois les chercher, c’est que j’ai l’échec de leur protection sur la conscience… Si j’ai changé, fait tout ça, c’est pour ne plus échouer la prochaine fois, comment vivre sinon ? Je n’ai pas honte de ce que je suis, mais de ce que le conseil de mon peuple a fait et je ne veux pas que les gens s’accrochent à la race que je suis, mais à qui je suis. Je ne blesserais personne, car j’ai appris à me contrôler ; je serais la seule blessée… »
Je pris le couteau de ma main droite… Je sentais mon cœur battre sous ma peau de ce que je m’apprêtais à faire. Un peu plus bas que l’épaule, au-dessus du cœur, quelque chose de risqué, très risqué. Les tissus ne prirent pas longtemps à se trouer et déjà, des gouttes de sang les tachais. Je ne faisais pas ça rapidement, mais avec une grimace, je le faisais lentement pour pas que la douleur s’estompe de ce pas, mais vienne de manière laborieuse….

|Et alors ? Ne le fais-tu pour ta cause ? Mais, cette douleur… |
|Ce n’est rien, depuis ce jour, mon âme, elle, est sans cesse torturée sous mes échecs et remords… |

Quelques millimètres de plus, le sang toujours plus abondant. Je finis ma phrase, la douleur dans ma voix et ma main tremblante, impossible à arrêter.
« -Et ceux, qu’importe la douleur…. Même si ça me laisse des cicatrices éternelles comme un animal marqué à vie… Si je dois subir le fer ou le feu, alors soit ! »
Plus la lame avançait, plus c’était douloureux, ma vision se brouillait légèrement, mais cela ne m’arrêtait pas. Ma grimace, je me mordis fortement la lèvre et du sang, là aussi, coulait, jusqu’à mon menton. Et une goutte rouge déjà, partie de là pour venir s’écraser en contrebas, mélanger à une larme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Dim 22 Jan - 10:07
    La Gemma resta silencieuse un moment, observant l’acte de la Morany, son sang, ses rictus. Au bout d’un certain temps, elle ouvrit finalement la bouche, mais le ton de sa voix était bien moins agressif qu’auparavant. Presque compatissant.

    « Vous dites avoir appris à vous contrôler, mais vous semblez oublier la finalité de votre existence. Je n’ai qu’une question : que ferez-vous au bout de vos quarante années de vie, lorsque vous recouvrerez votre forme animale jusqu’à perdre toute conscience de vous, et donc vous mettre à chasser les gens autour de vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Dim 22 Jan - 15:39

Elle ne dit rien pendant un moment alors que la lame s’enfonçait toujours plus loin…. Déchirant mes chairs de manière sanglante, douloureuse, libération ou torture ? Là où mon corps souffrait, mon âme elle, comprenait et était déjà prêt à aller plus loin, encore plus loin… Le fer prenant une teinte rouge au fur et à mesure, au fur et à mesure que le temps passait. Mon cerveau en alerte de par ce liquide vital qui coulait en même temps que mes larmes.
«-Vous dites avoir appris à vous contrôler, mais vous semblez oublier la finalité de votre existence. Je n’ai qu’une question : que ferez-vous au bout de vos quarante années de vie, lorsque vous recouvrerez votre forme animale jusqu’à perdre toute conscience de vous, et donc vous mettre à chasser les gens autour de vous ? »
Je la fixais, certains effectivement retournent à leur état sauvage, une minorité. Surement pour échapper aussi au conseil ou à une existence passée trop douloureuse, à une société ou à des gens…. Peut-être aussi pour oublier qui, il était alors…
Oui, un jour aussi, je serais une transformée, mais… Pas aujourd’hui et puis, ce jour-là, je serais plutôt comme mon père, car il est de ma responsabilité de ne pas oublier. Je ne laisserais pas ma conscience s’envoler ce jour-là, je continuerais à me battre pour ce que je crois justes, jusqu’à la fin… Jusqu’à la mort qui rattrape tout être vivant de ce monde. Avec difficulté, je souris, le teint pâle. Ce n’était pas un sourire de joie, mais de compassion envers le sort des Gemmas, un sourire triste et douloureux lui aussi. La lame s’enfonçait toujours, ma voix tremblante.
« -Le conseil est composé de transformés, mon père est un transformé. Certains d’entre nous en effet, oublient qui ils étaient, par choix, mais moi… Il est de ma responsabilité de ne pas oublier, quelle que soit ma forme…. Sinon, je ne serais même plus une Moranie transformée, mais je ne serais plus qu’un simple animal sans plus une lueur de volonté dans les yeux. Si ce jour-là, j’oublie qui je suis, qui j’étais alors… Mon frère et mon père auront la responsabilité de me tuer ; pour pas que je détruise ce que j’aurais construit. »
Je grimaçai une nouvelle fois sous la douleur. Oui, le jour de mes quarante ans, ma forme changera, mais pas mon identité ni mes actes passés. Si je suis mené à devenir le monstre que les autres races se figurent des Moranys lors de ce moment, alors…. Ma famille aura la responsabilité de me libérer, s’ils m’aiment vraiment, ils sauront que c’est ce que je souhaiterais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Mer 25 Jan - 15:23
    Alors qu’elle écoutait les mots de la Morany se meurtrissant la peau, le regard de la Gemma se fit plus triste.

    « Ma pauvre enfant… Vous ignorez donc la nature profonde de votre « race » ? Douce rêveuse, il ne s’agit pas d’un choix, mais d’une maladie qui vous ronge. Quarante années plus tard, vous devenez un animal, physiquement. Le mental, lui, n’est pas sujet à ce même impératif de durée, mais il finit toujours, tôt ou tard, à suivre le mouvement. Un animal enragé à l’esprit bestial. Voici la finalité de votre existence. Voici pourquoi votre maladie perdure à travers les âges.
    Votre conseil finira aussi, tôt ou tard, à perdre la raison. Comme votre père. Comme vous.
    A défaut de m’avoir convaincu, vous m’avez néanmoins touchée. Rendez-moi ce couteau. Je m’occuperais de vous le jour venu. En attendant, voyons où votre naïveté vous mènera. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Mer 25 Jan - 22:32

Vraiment, la douleur, je m’y étais préparé… Je vis son regard triste, reflet du mien.
«-Ma pauvre enfant… Vous ignorez donc la nature profonde de votre « race » ? Douce rêveuse, il ne s’agit pas d’un choix, mais d’une maladie qui vous ronge. »
La maladie… Vraiment, ce n’est que voir le mauvais côté de la chose… C’est aussi pour cela que je me bats ; pour changer de genre de raisonnement. Moi, je me souviens des courses sous ma seconde forme, le plaisir de la forêt et ses douces senteurs réveillant tous mes sens. Je me souviens me mêlant à la nature, aux insectes, aux plantes, dormir au soleil sur un tronc d’arbre…
« -Quarante années plus tard, vous devenez un animal, physiquement. Le mental, lui, n’est pas sujet à ce même impératif de durée, mais il finit toujours, tôt ou tard, à suivre le mouvement. Un animal enragé à l’esprit bestial. Voici la finalité de votre existence. Voici pourquoi votre maladie perdure à travers les âges. »
C’est vrai, un jour, j’échangerais le violon contre le plaisir de sentir la terre sous mes coussinets. Je deviendrais alors une gardienne, mais contrairement à mon père, je ne me contenterais pas de regarder. Nan, je prendrais part à chaque action, qu’importe où ça me mène, qu’importe si je dois, mourir à la fin de manière immonde…. Je me dis que ; j’en aurais bien profité au final, je n’aurais alors aucun regret.
« -Votre conseil finira aussi, tôt ou tard, à perdre la raison. Comme votre père. Comme vous.
À défaut de m’avoir convaincu, vous m’avez néanmoins touchée. Rendez-moi ce couteau. Je m’occuperais de vous le jour venu. En attendant, voyons où votre naïveté vous mènera. »
Ma naïveté ? Je secoue légèrement la tête, une lueur passe dans mes yeux. Je m’étais arrêté, mais je ne l’avais toujours pas rendu.
« -Tout le monde pense à notre sort comme une maladie… Il est vrai que c’est transmissible pour la plupart d’entre nous, surtout ceux ne se contrôlant pas. Mais, néanmoins, je ne le vois pas comme ça… Je me souviens des senteurs de la terre et de la forêt, je me souviens du soleil sur ma fourrure, je me souviens me mêler corps et âme et voir la forêt vivre ; pour vous, la maladie serait de devenir morany. Pour moi, ça serait de ne pas l’être… J’en connais aussi certains qui sont devenus morany par choix, enfin, j’en ai surtout entendu parler. Je suis née ainsi ; ma mère s’est sacrifiée pour me sauver la vie. Je connais un renard à neuf queues qui lui plaint son sort… Effectivement, peut-être suis-je encore naïve ou rêveuse, mais justement… Ce que je veux apporter ; c’est l’espoir, un demain pour tous… »
La malédiction des autres est de devenir Morany, le mien aurait été ne pas l’être : la vérité de mon cœur. Je me retire le couteau d’un coup, transpirante, dans une gerbe de sang. Je faillis tomber en avant, mais je me rattrape d’une main, mes ongles devenant griffe, traçant de profonds sillons dans la roche. Je dus reprendre un moment mon souffle, ainsi arcbouté. De nouveau, je la regarde.
« -Je n’ai que 20 ans, je n’ai pas le pouvoir de ramener les morts à la vie, je n’ai pas le pouvoir de ramener votre mari parmi les vivants. Mais laissez-moi vous aider à porter votre peine, laissez-moi répandre la paix et l’espoir pour que… plus jamais la guerre n’emporte des vies, pour que plus jamais ça ne se reproduise. Laissé moi montrer que demain existe ; même ici, sur la montagne. Votre mari n’est peut-être plus, mais… Je suis sûre que beaucoup vous aime, si vous mouriez, vous leur laisseriez un vide, pensez-y. »
C’est vrai, à l’origine, elle a souhaité rejoindre son mari… Je me reprends. Je saute d’où je suis, en contrebas, me réceptionnant difficilement sur mes membres, ayant rentré mes griffes bien sur. Une fois sure de mon équilibre, je lui tendis le couteau bien que j’étais à quelques mètres de sa personne ; me préparant éventuellement à esquiver un coup. Le manche était vers elle alors que la lame était encore largement couverte de sang. Je me force à sourire, malgré la douleur.
« -Je ne sais pas ce qu’il y a après la mort, personne n’y est encore jamais revenu, mais une chose est sure ; quand on prête allégeance à la vie, on a beaucoup de choix… Transmettre la mémoire de ceux qui ne sont plus, se souvenir, aider ses amis, partager des moments avec son entourage que ce soit de joie ou de peine, on peut encore créer des projets, on peut encore profiter de chaque petit moment passé… Tout cela, je ne suis pas sûre que l’on puisse le faire dans la mort. »
Ma main, paradoxalement à mes mots, était encore légèrement tremblante de par la blessure que je venais de m’infliger et qui m’obligerait d’au moins passer à l’hôpital de la ville. Mais cela ne m’empêchait pas de sourire.
« -Et si un jour, vous entendez le chant d’un violon perçant le ciel, vous serez que c’est moi et ce jour-là, si le cœur vous en dit, vous pourrez venir voir qui je suis vraiment, la force de ma volonté. »
Elle avait le choix… Que va-t-elle me répondre ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Jeu 2 Fév - 17:49
    « Je tendrais l’oreille à l’affut du chant de violon donc.
    Mais vous avez beau bien critiquer, que comptez-vous faire, concrètement ? Continuer de vous planter un couteau dans le corps n’arrêtera pas un peuple sur le point de prendre les armes. »


    La Gemma attendit la réponse avant de s’avancer pour récupérer sa lame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Sam 4 Fév - 13:23

|Pourquoi faire tout cela, ça te fait si mal et tu prends tellement de risques |
|Peu m’importe… Car tout ce que j’entreprends, toute la douleur que je porte… Est là afin que demain existe, elle est là au nom de l’avenir. Pas le mien, pas ceux des autres, pas ceux d’un peuple particulier, mais pour tous, sans discrimination de genre ou de race. |

Oui, c’est bien cela, je fais ça pour l’avenir, l’espoir, ce feu qui anime chacun, mais qui, lorsqu’il s’éteint, ne donne que l’ombre de ce qu’étaient jadis les gens… Je rallumerais cette flamme, même si je dois être à bout de souffle, même si chacun de mes muscles doit finir torturé, même si je dois devenir folle…. Qu’importe les sacrifices s’ils ne concernent que ma personne, qu’importe si je dois entacher mon âme de sang…

Car c’est depuis longtemps, si longtemps, car c’est mon propre choix, que j’assumerais jusqu’au bout…

Oui, c’est ainsi que cela doit être, désolé mon frère… Mais parfois, le chemin est long et périlleux. Ce n’est pas pour autant que j’ai abandonné. Car pour moi, l’abandon n’est pas une option ; juste une lâcheté en plus dans ce monde.
«- Je tendrais l’oreille à l’affut du chant de violon donc.
Mais vous avez beau bien critiquer, que comptez-vous faire, concrètement ? Continuer de vous planter un couteau dans le corps n’arrêtera pas un peuple sur le point de prendre les armes.
-Effectivement, je ne peux stopper un peuple sur le point de prendre les armes… Mais je peux peut-être, l’apaiser… Sans qu’aucun de ses membres n’ait à se mettre en danger. Mon peuple a fait une faute, ne pas donner la possibilité de deuil aux Gemmas. Des armes, c’est ça ? Cette faute, j’espère pouvoir la réparer. »
Je lui souris de nouveau… Un sous-entendu grossier.
« -Peut-être que, qui sait, les armes des défunts réapparaitront mystérieusement sur la montagne… Après tout, seul un morany peut réparer les erreurs d’autres moranys ; quel qu’en soit le prix. »
Oui, je pense que je vais finalement repasser chez moi plus tôt que prévu, même si c’est en criminel. Un détour comme un autre, après un tour à l’hôpital. La fille récupéra son arme après s’être avancée.
« - Si je devais dire quelques vers en ces instants, ça serait surement ceux-là ;
L’union des peuples construisent l’avenir,
Leur déchirement, au contraire, la détruise,
Mais quand la vie on jure alors de servir,
C’est l’espoir en chacun que l’on aiguise.

Peut-être n’est ce qu’un doux rêve, mais néanmoins, j’espère que mes vers deviendront réalité, que j’arriverais à le prouver à tous un jour… »

Va-t-elle encore se moquer de mes mots ? Pourtant, ils décrivent si bien mon souhait ; construire l’avenir pour la vie, pour ramener l’espoir de chacun, qu’importe ce qu’il est, ou, qui il est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Dim 5 Fév - 11:51
    La Gemma sourit. Finalement, peut-être n’était-elle pas qu’une douce rêveuse.

    « Cette mystérieuse réapparition n’empêchera pas la bataille, mais le bienfaiteur obtiendra sans doute l’oreille de plusieurs des nôtres. Et je serais là pour témoigner de l’identité de ce Morany réparant les erreurs de ses pairs.
    Filez maintenant. Voilà trop longtemps que vous vous trouvez sur nos terres. Si l’on vous découvre ici, je ne pourrais rien pour vous.
    J’attendrais le chant du violon. Adieu. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé] Dim 5 Fév - 16:35

Je le voyais enfin, ce sourire, oui, c’est pour cela que je me bats, c’est pour ces sourires que j’endurerais toutes les douleurs du monde… Pour voir l’espoir dans la pupille de chacun et chacune et ceux, qu’importe, à quel peuple elle appartient. On dit que l’avenir est quelque chose à inventer plus qu’à découvrir… On dit que l’avenir appartient à ceux qui savent le chercher. J’ai souvent écouté les citations de grands hommes et femmes comme guides.

Mais aujourd’hui, je peux en dire une qui ne vient pas des autres, mais de moi, des mots qui sortiraient de ma bouche. Oui, les mots de l’avenir de chacun et de ce que je suis prête à faire pour demain…

"Tant que l'on n’abandonne pas, l'avenir se présentera toujours à nous..."

Oui, de simple mot… Qui deviendra la réalité que je veux créer, car jamais, jamais je n’abandonnerais. Je ne suis qu’une ombre, mais cette ombre, c’est pour demain qu’elle se bat, pour maintenir la flamme de l’espoir ou la ressusciter… Cette ombre emportera avec elle les ténèbres de chacun.
«- Cette mystérieuse réapparition n’empêchera pas la bataille, mais le bienfaiteur obtiendra sans doute l’oreille de plusieurs des nôtres. Et je serais là pour témoigner de l’identité de ce Morany réparant les erreurs de ses pairs.
Filez maintenant. Voilà trop longtemps que vous vous trouvez sur nos terres. Si l’on vous découvre ici, je ne pourrais rien pour vous.
J’attendrais le chant du violon. Adieu. »
J’avais mal d’une blessure physique, mais ce sourire que je venais de voir en valais la peine, j’en suis convaincu.
« - Merci… J’espère pouvoir faire plus que ça, mais ça sera déjà un premier pas… Ainsi, j’y vais à présent… Adieu et… Restez en vie. »
Oui, il fallait qu’elle reste en vie, c’est la moindre des choses, la plus importante… Si elle m’écoute, elle verra aussi que tout n’est pas perdu.

Je m’éloignais à présent, doucement, comme une ombre, silencieusement… Quittant les montagnes, allant vers l’hôpital, me présentant sous ce faux nom étant devenu mien… Laureline Maeglin. J’eus vent qu’on avait à priori retrouvé la maire, j’étais tellement heureuse, mais je craignais d’aller la voir à présent… J’avais déjà un détour à faire après tout… Je regarde un instant le ciel par la fenêtre…

Une ombre est solitaire, sans identité
Elle trace son chemin dans l’obscurité,
Jusqu’à ce faire alors, simplement oublié,
Sauf une seule chose, ses actions passées….

On m’appelait jadis Shena Etoile et je vous guiderais jusqu’à demain.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

[Quéte] Libre dans la douleur [P1 Gemma][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « L'homme est une prison où l'âme reste libre. » ~Victor Hugo~ [Pv~Alicia Von Ludvig]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» Nouveau Cabinet + 20000 emplois en Haiti ! Quel miracle ?
» Masse Salariale / joueurs blessés
» And I die a thousand deaths. [Katina] - Terminé (dans la douleur :D)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Gemma :: Montagne-