AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Gabriel Lacroix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Gabriel Lacroix Dim 19 Fév - 19:39
~ Carte d'identité ~

  • Nom : Lacroix
  • Prénom : Gabriel
  • Âge : 24 ans
  • Race : Humain
  • Particularité de la race : ///
  • Sexe : Homme
  • Orientation sexuelle : Hétérosexuel
  • Logement : Quartier Capien
  • Métier : Garde du corps
~ Biographie du personnage ~

  • Description physique :

    Question intéressante mais ô combien inutile. Ne pouvez-vous pas simplement ouvrir vos yeux ? Je n’ai pas que ça à faire. Mais soit. Demandez aux autres, ils vous diront bien. La réponse changera d’ailleurs suivant l’interlocuteur.

    Pour les Humains, j’étais probablement considéré comme un homme pompeux, imbu de lui-même et probablement riche. Peut-être un militaire ? J’étais un garde du corps d’une maison particulière. Aussi, j’étais d’une concision et d’un froid cruel. Toujours droit, le regard vagabondant, évaluant les gens et les risques. Je n’avais pas peur pour moi, mais j’avais un serment à respecter. Je devais les protéger. Qu’importe une vie sociale. Mes cheveux noirs et mes yeux sombres n’aidaient sans doute pas à inspirer la confiance. Je n’étais pas bien grand, mais suffisamment svelte pour être pris au sérieux dans mon métier.

    Pour les Capiens, j’étais probablement considéré comme un indésirable. Un homme vaniteux et trop fier, simplement du fait de ma présence parmi eux. Ils détestaient voir la lame superbement ornée qui cinglait ma taille car elle leur rappelait mon rôle et ce que je pouvais leur faire. Surtout, mon sang leur remémorait celui de ceux ayant cherché à les exterminer par le passé.

    Oui, ces deux points de vue se rejoignaient sur nombre de points. J’étais trop prétentieux du fait de ma posture, et arrogant par ma présence et ma tenue. Pourtant, auprès de ces derniers, il y avait Elle. Elle qui me voyait tout autrement. Pour Elle, je n’étais pas le militaire droit et hautain, dénué de tout sentiment ou d’amicalité. Elle n’entendait pas de froideur cruelle dans ma voix, mais une douce franchise. Elle ne voyait pas une arme capable de tuer, mais la promesse de notre lien. Mes cheveux ne représentaient pas la noirceur des âmes humaines mais une ombre à la recherche d’un peu de lumière. Mes yeux ne la calculaient pas, ils l’admiraient de leur iris foncés. Mes mains n’étaient pas maculées de sang, elles la réchauffaient et la rassuraient. Pour Elle, je n’étais pas un garde ordinaire. J’étais Sien.

  • Description mentale :

    Je suis un garde du corps. Droit et prêt à combattre les dangers, je me dois d’être à la hauteur de mon serment. Je me dois de les protéger. Alors j’appris très tôt le maniement du sabre et à m’endurcir. Pleurer ? Avoir peur ? Ce ne sont pas des choses pour moi. Il n’y avait que la force. La force de les protéger, comme le veut ma promesse, mon devoir. Tout du moins, c’était ce que je pensais.

    Mon éducation me permit de passer outre le deuil de mes parents avec un moindre mal. Mais ils ne m’avaient pas préparé à tout. Ils ne m’avaient pas préparé à Elle. L’héritière de la famille que je devais protéger. La belle et douce héritière… Nous n’étions pas du même monde et pourtant. Nous n’avions pas les mêmes ancêtres et cependant…

    Le Destin est une chose bien cruelle. La providence tout autant. Un avenir déjà tracé et dont nous ne pouvons-nous défaire. Dans ce cas, ce Dieu, si toutefois il en est un, n’est pas une divinité aimante. Il a créé les différences et a rendu chacun de nous uniques, mais il a oublié d’ériger les frontières entre les divers univers qu’il avait formé. Il nous a donné des noms différents, des attributs séparés, une origine distincte, mais un même cœur. Un cœur qui permet d’haïr et d’aimer cette différence en même temps.

    Moi l’orphelin gardien et Elle, la riche héritière d’un autre monde. Que pouvais-je bien faire ? Et pourtant nous nous sommes rencontrés. Si opposés, et cependant nous nous sommes regardés. Des étrangers, mais nos doigts s’entremêlaient comme une même main. Nous avons détesté notre nature, mais nous avons savouré l’interdit de nos sentiments. Malgré tout, rien de nouveau sous le soleil. L’histoire avait prouvé à maintes reprises que Cupidon ne savait plus viser depuis des lustres. Shakespeare l’avait même démontré au monde entier. Il avait pointé du doigt le résultat d’un tel Destin, la cruauté de cet Avenir, l’injustice de cette Providence.

    Et pourtant je ne l’ai pas cru, comme tous les hommes perdus et éperdus. Mais elle n’était pas n’importe quelle femme. Elle était unique. Trop, hélas. L’héritière des Delorme… Les poètes avaient raison : elle me fut retirée, son âme échangée. Je n’avais pas écouté les présages et il était trop tard : Elle avait imprégné tout mon être au point que je m’enivre même de son sang. Je n’étais pas un chevalier, un champion ou un héros. Je n’étais qu’un esclave, prisonnier d’une cage dorée que l’on nomme Destin. Amère Providence.

  • Histoire :

    Les Lacroix. Une famille protégeant une autre depuis des générations. Trop de générations. Pourquoi faisait-on ça ? Je l’ignorais moi-même. Probablement pour excuser les « crimes » de nos ancêtres ? Pourtant, pourquoi auraient-ils eu tort d’agir de la sorte ? Vu leurs rituels barbares et avilissants… Une famille protégeant une autre. Mais ces autres ne sont pas comme nous. Ils ne le sont pas, et pourtant nous veillons sur eux. Nous, des Humains, alors que nous avions cherché à les exterminer il n’y a pas si longtemps que ça. Pour les défendre eux…

    Des Capiens.

    La maison Delorme. Une famille protégeant une autre ? Ca n’était plus tout à fait exact. Mes parents avaient rempli leur rôle avec bravoure, dignité et abnégation. Jusqu’au bout. Ils ont préféré ces buveurs de sang à leur propre fils. Mais pouvais-je vraiment leur en vouloir ? Moi qui continuais à les servir ? Pourquoi en serait-il autrement. Je n’avais connu que ça depuis trop longtemps. Et surtout, il y avait Elle. L’héritière des Delorme. Leur petite protégée. Pas étonnant que mes parents l’aient choisie à ma place. Pas étonnant que je sois resté…

    Une famille protégeant une autre. Plutôt un Humain à présent, seul. J’étais leur majordome, le serviteur, leur garde,… leur ami ? Celui d’enfance de l’héritière. Son confident, son amant, son aimé. Comment aurais-je pu m’en aller alors ? Ils étaient tout ce qui me restait. Je les couvrais auprès de mes congénères Humains, je les protégeais des Capiens trop avides. La peur de ce que nous avions fait quelques siècles plus tôt restait dans les mémoires. Dans leur sang. Le risque que je divulgue leur nature suffisait la plupart du temps à les tenir à l’écart. Pour les autres cas, mes parents m’avaient appris à me servir d’un sabre qui ne me quittait jamais. Héritage des Lacroix, il nous aurait été confié par le premier des Delorme, une Seigneur Sang-pur, pour sceller notre serment envers eux. Orné et le fourreau richement décoré, je pouvais le porter n’importe où sans éveiller l’attention. Il s’agissait davantage d’une œuvre d’art, d’un bien qu’on exposait à la vue de tous que d’une arme à proprement parler.

    Je continuais donc à les servir du mieux que je pus. A les protéger aussi, jusqu’à ce fameux jour. Ce jour où je faillis à ma tâche, où les Delorme perdirent leur héritière. Où je la perdis Elle. Mais mon serment demeurait. Je ne pouvais abandonner aussi facilement. Aussi lâchement. Je ne pouvais l’abandonner Elle. Il devait bien exister un moyen de la ramener, de chasser cette satanée Sang-pur qui envahit son corps. Un moyen pour qu’Elle me soit rendue…

    Mais le destin semblait en avoir décidé autrement, car elle s’enfuit loin d’ici sans même prévenir. Elle s’en alla rejoindre une île rassemblant plusieurs des mythes rescapés du grand génocide. Elle s’en alla, me privant de mon serment, de mon héritage et d’Elle. Sang-pur ou pas, elle demeurait une Delorme et moi un Lacroix. Une famille protégeant une autre… Ma place était là-bas, auprès d’Elle.

    Une famille protégeant une autre ? A quoi bon se cacher derrière un serment. Au fond, je n’étais qu’un Humain. Simplement un homme. Courais-je vraiment après un devoir ou était-ce un rêve, un frémissement, un sentiment ? La chaleur de bras que je perdis pour leur cause. L’odeur de ses cheveux glissant entre mes doigts. Non, cette histoire n’était pas celle d’un chevalier cherchant à respecter son serment à tout prix. C’était la même histoire répétée sans cesse par les bardes, troubadours et poètes de toute époque. La forme change, mais le fond demeure : un homme qui coure après une femme qui lui est inaccessible.
  • Pouvoir : ///

~ IRL ~

  • Nom : Mic
  • Âge : 22 ans
  • Première impression : Waouh.
  • Comment avez-vous découvert le forum ? En le créant ?
  • Votre Parrain : Master
  • D'où provient le personnage sur votre avatar et le nom du personnage ? J'en sais fichtrement rien.
  • Votre Skype : J'connais le chemin.

  • Acceptez-vous le règlement et vous y soumettez-vous ? Oui
  • Code du règlement :
  • Quel est le nom de la guerre qu'engagèrent les Humains face aux mythes ? :

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Gabriel Lacroix Sam 25 Fév - 13:40
Coucou, que voila un retour de DC intéressant.

Alors par où commencer car j'ai pas mal de choses à dire sur ta présentation. Je trouve que tu te répète beaucoup ( protection... protection... protection). Sur une présentation plus longue, cela ne ce serait certainement pas remarqué mais ici je trouve que si. Une famille en protégeant une autre apparaît au moins 4 ou 5 fois et je n'ai pas cherché à tous les trouver. Ton histoire quant-a elle est terriblement courte. Tu ne parles pas de ton enfance, de comment Gabriel est devenu l'ami, l'amour de Elle (comme tu l'appelles). Tu en parles comme un fait avéré et je trouve dommage que tu ne l'aies pas plus expliqué en fait. Surtout que l'histoire de Sonatae donnait pas mal de possibilité d'explication des sentiments de ton personnage en temps réel. Tu n'as pas saisi cette chance et c'est bien dommage. Je dirais heureusement que j'ai lu la présentation de Sonatae en premier et pas la tienne, elle donne de la perspective à ton personnage.

Ce que tu écris est facile à lire, pas de soucis à ce niveau par contre je trouve que tu restes trop superficiel, ça manque de contenu. Ton personnage donne l'impression d'être un complément d'information de la personne avec qui tu es lié comme si tu cherchais à combler. Tu ne donne pas non plus la façon dont te traite la famille Delorme hormis Elle (Respect, méfiance, confiance...? Gentil, méchant ?...)

Présentation physique et mentale, rien de particulier à redire à ce niveau, simple et compréhensible.

Je m'attendais à une présentation plus soignée de ta part. Celle de If était vraiment bien écrite, tu as pris ton temps, celle la on dirait qu'elle a été faite à la vas vite. Ce n'est bien sûr que mon avis.

Résumé :

- S'investir dans sa prez.
- Eviter les répétitions Wink

Je n'ai pas de raison de te retenir du coup. Je suis terriblement désolé et ce n'est pas contre toi mais tu auras un 5.

Faites péter le Champomy. Ton personnage à du potentiel, profites bien, je te passe le blabla pour les nouveaux bien évidement. Au plaisir de RP avec toi Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gabriel Lacroix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Général :: Présentations :: Validées-