AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 17

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Mer 1 Mar - 22:41
Grand soir. Encore un. Pourrais-je passer une journée calme sans avoir à me soucier du temps ? Que cela est frustrant… passer une année complète en apnée puis avoir l’éternité pour s’ennuyer. Ne peut-on pas distiller un peu tout cela pour rendre ces temps plus plaisant ?

Mais ce n’est pas à moi de décider et je me plie aux lois ainsi qu’aux coutumes. C’est devant mon miroir, admirant mon reflet, que je soupirasse, fatiguée.
    « - Ne vous inquiétez pas Mlle Delorme.
    - Je ne suis pas inquiète, je suis juste fatiguée d’avance de devoir justifier ma présence et mon aura. »

M’arrachant des doigts doux de ma servante, je passai une main dans mes cheveux encore mouillés.
    « - Veuillez ne pas bouger s’il vous plait…
    - Malgré mes millénaires… je n’arrive toujours pas à me faire à cette étiquette. Je doute que j’y arrivasse un jour…
    - Arrivasse.. ? »

Mon regard turquoise lui rendit son interrogation. Décidant d’abandonner sa réflexion, elle se concentra sur mon maquillage et ma coupe de cheveux. La robe viendrait après. Plus les ères se suivent et plus les inventions sont surprenantes. De la crème qui rend jeune, des fards qui éclairent les yeux, des stylos pour la peau… Des machines pour parler aux gens à l’autre bout de la planète dans l’instantané, d’autres pour aller plus vite, pour voler… Où était passée la magie ? Les rêves ? L'imagination ?

Ce qui m’effrayait le plus dans cette soirée était le décalage entre eux et moi… Allais-je être constamment à la recherche d’excuses ? De solution ? De comparaison ? Prouver que je suis réellement venue d’un rituel barbare ?

*Soupire*
Une fois mes cheveux blancs savamment coiffés (‘un chignon asymétrique’ comme ils appellent ça) et ornée d’onyx, j’enfilai une robe noire de satin et d’argent : courte devant, finissant en traîne courte derrière moi. De longs gants allaient jusqu’aux coudes et de magnifiques escarpins rendaient mes pieds élégants. Chouette ! Mais comment marcher avec ?

~~~~~~~~~~

Je pris un petit temps pour me contempler… La 'moi' version XXI°siècle... Version 2.0. J’ai dormi 500 ans et il y a 1000 ans, j’ai été rappelée à la vie. La mode y était vraiment différente… ainsi que mon corps, étant un homme lors de mon dernier réveil. C'est assez destabilisant.
    « Mademoiselle, votre carrosse vous attend. »

Je m’approchai de mon reflet, caressant ma joue par le miroir. Ces produits sur ma peau… Était-ce cela qui me rendait différente ? Pourtant, en tant que femme, rien n’avait changé depuis ma naissance… Tout va si vite… trop vite… Est-ce que c'est simplement moi qui ne suis pas encore faite à cette époque ?
    « Mademoiselle. »

Connais-je au moins le textile qui enserre si joliment mon corps ? Est-ce qu’une couturière me l’a faite main ? Ou est-ce ces ‘usines’ ? Tellement de choses pour nous rendre unique et pourtant… cela est fait en grande quantité pour être vendu. Sommes-nous finalement différent ou tous pareil ?
    « - Nous all…
    - J’arrive. »

C’est ce que je vais voir en rencontrant le fleuron capien.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Sam 4 Mar - 17:58
    Dans le grand manoir du quartier Capien, voilà des heures que des carrioles ne cessaient d’aller et venir, déposant des hommes et des femmes noblement accoutrés. La tête et la posture droite, un héraut clamait leurs noms lorsqu’ils entraient dans l’immense pièce aux multiples colonnes. Les nouveaux venus étaient souvent accueillis par quelques regards méprisants, rarement par un hochement du chef. Ils étaient tous des candidats potentiels. Tous des concurrents, des obstacles à l’ambition de chacun.

    Des tables dressées, des mets de divers pays et quelques fontaines à sang étaient là pour occuper les convives avant l’événement. Evénement dont la date était fixé, et pourtant ils étaient tous présents depuis quelques heures déjà. Ou presque. Croyaient-ils que ça leur rapporterait davantage de points ?

    Au fond de la pièce, trois marches en pierre permettaient d’accéder à un tapis rouge menant à une chaise au haut dossier couleur pourpre. La chaire tant désirée. Le titre tant redouté.

    Finalement, enfin, des subordonnés de l’ancienne Princesse firent leur apparition après que le Héraut ait instauré le silence de leurs noms. Ils étaient trois. Majordome, servante et conseillère. Tous trois désignés pour choisir le prochain souverain pendant la chasse de Gwihir sur le continent.

    Spoiler:
     

    Tous trois prononcèrent chacun un nom. Les détenteurs de ce nom les rejoignirent et, en silence, ils quittèrent la grande salle. Le bal et les festivités reprirent alors leur cours, malgré une tension palpable. Quelques murmures. Surtout des non-dits.

    Puis, une demi-heure plus tard, le héraut réclama une nouvelle fois le silence des trois mêmes noms. Cette fois encore, ils prononcèrent un patronyme, puis s’en allèrent avec eux. Les précédents nommés ne retournèrent pas dans la salle de bal.

    Absinthe Feuerbach avait appelé Sonatae Delorme à la rejoindre. Ensemble, elles rejoignirent une pièce contenant un bureau taillé dans un bois probablement aussi cher qu’une maison. Les chaises, de même allure, accueillirent les deux dames alors que l’arrière de la salle était plongé dans la pénombre la plus complète. Les rideaux pourpres avaient été tirés et la seule source de luminosité provenait d’un chandelier posé sur le bureau. Sans détour, la conseillère des deux précédents souverains demanda :

    « Pourquoi vous pensez-vous digne d’être la Princesse ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 17

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Mar 7 Mar - 9:58
Étrangement, je ne fus pas si dépaysée. Le doux remous de la carriole me berçait et m’apaisait. Je me surpris à fermer les yeux pour profiter de cet instant tendre avant de me lancer dans l’arène. Un peu comme le calme avant la tempête. Malheureusement, cette course fut bien courte.

Le chauffeur m’aida à m’extirper de la voiture, prenant ma main, m’offrant ainsi l’équilibre nécessaire pour une sortie digne et élégante. C’est une catastrophe ces chaussures… Là-dessus, ils ont plutôt régressé ! Le héraut scanda mon nom après un coup de bâton magistral et de lourds regards pesèrent sur moi. Je fis face. Avec précaution, je descendis les escaliers et m’avançai pour me perdre dans la foule. Que devais-je faire ? Fuir au buffet et passer une affamée ? Prendre un verre pour me donner contenance ? M’incruster dans une discussion mondaine alors que je ne connais personne ? Trouver un danseur avec qui passer le temps ?

Jadis, j’étais escortée, suivie et appréciée. Me voilà à présent seule, cherchant ma place dans un monde où je suis l’agneau… dans une meute de loup. Première chose, ne jamais montrer sa peur. Toujours avoir l’air sûr de soi, avoir le contrôle : faisons illusion. Alors qu’un serveur me proposait un verre que je refusais, j’entendis quelqu’un haranguer la foule.

C’était la petite avec les cheveux bleus que j’avais rencontré il y a peu. Elle parlait fort, mettait tout son cœur à l’ouvrage, appelant à la démocratie, au vote, au choix du peuple. Cela fit tilt dans mon esprit : je me rappelais les temps immémoriaux latins où cela venait d’être instauré. Une république, une nouvelle vision, de la liberté… Certains l’écoutaient, d’autres la fusillaient, mais énormément faisaient preuve d’incurie extrême.

Non ma chère, ton rêve est bien trop nébuleux pour un peuple sauvage et vengeur. Il lui faut du sang, de la poigne, de la force : un guide. Il ne soutiendra que celui qui montre les crocs, celui qui ose mordre, qui vit au rythme des battements de son cœur… au rythme des tambours de guerre. Le temps avait beau s’écouler, on ne change pas aussi rapidement, surtout pas après l’échec de la Kimatsu.

Derrière ces masques de courtoisie se cachent des âmes de chasseurs. D’affamés. De meurtriers.
Et il faut les assouvir.

Tu le comprendras bien vite petite… Ce monde est plus fort que toi et si tu n’oses mordre, ce sera toi la proie.
    « Sonatæ Delorme. »

Mon sang ne fit qu’un tour malgré mon cœur qui se tut un bref instant. Mon regard se chargea de fougue et de détermination. C’était à mon tour d’attaquer.

Une fois seule, entre femmes, je pris le temps de m’asseoir et de calmer mon esprit impatient. Mes doigts s’enlacèrent tendrement mais ma voix fut sans appel. Dans mes yeux, une flamme turquoise d’une fermeté exceptionnelle dansait.
    « Je n’userai de mon titre actuel ni de mes actes passés. Je ne suis pas de celles qui s’enorgueillissent de terres ou d’un nom de famille. J’ai autant à vous prouver qu’au peuple qui emplit nos rues.

    Je connais les Capiens, je connais leurs racines. Je sais comment ils marchent. Surtout en ces temps d’incertitude. Gérer cette guerre, ce silence… Je donnerai de mon être pour taire ou pour protéger ce que de droit. Saigner mon propre peuple ne me fait pas peur si cela est nécessaire. Il faut un dirigeant. Une poigne de fer dans un gant de velours. Il faut quelqu’un avec du recul, sachant réfléchir de manière détachée, sans rivalité avec le plan personnel. Je suis prête à me sacrifier. Je suis sans attache dans un monde révolu. Je suis prête à taire mes émotions le temps de cette vie pour offrir le meilleur à ma race. Nous sommes fiers. Nous sommes guerriers. Nous sommes Capiens.

    Grâce à mon pouvoir, je saurai nourrir mon peuple. J’offrirai mon sang pour emplir verres, gourdes ou fontaines. Par sa pureté, il a le don de provoquer la satiété en quelques gouttes. Les affamés sauront trouver le calme. Personne n’aura à se cacher de notre nature… et cela protégera ce « secret ». Moins de violence de notre part, meilleur vision de nos coutumes par nos alliés, moins de moyen de pression sur nous… et plus sur eux.

    Je viens d’une époque réunifiée. Par cette expérience, je connais les autres races et leurs coutumes. Leurs aspirations profondes et cachées… J’ai vu naître la plupart des races restantes et je ne peux croire qu’une journée ait fait changer si radicalement des empreintes ancestrales.

    Si je viens à être choisie, je formerai un hémicycle de conseillé et des pourvoirai des postes à mes côtés. Je ne cherche la puissance ou le pouvoir unique. Je veux que le peuple Capien retrouve sa gloire, sa passion et l’infini respect qu’il a gagné au fil des ères.

    Nous sommes Capiens. Prenons ce que de droit.
    »

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Mar 7 Mar - 22:48
    Impartiale, Absinthe écouta attentivement ce que la soit disant sang-pure avait à dire. Elle ne l’interrompit pas, la laissant sortir son baratin longuement travaillé et ô combien similaire aux nombreux discours qu’elle avait déjà écouté. A les entendre, ils étaient tous dignes de porter le titre. Hélas, il n’y en avait qu’un qui le portera à la fin de la journée.

    Chez elle aussi, Absinthe sourit discrètement à une étape de son discours. Un point crucial.

    « Sans attache dans un monde révolu ? Saigner votre propre peuple quand cela est nécessaire ? Prête à vous sacrifier ? En voilà de beaux dogmes pour une Princesse. Mais allez-vous vraiment les tenir ? »

    Appuyant sur un interrupteur, la partie sombre de la pièce baigna enfin dans une lumière tamisée. Au milieu de l’ancienne pénombre : une personne attachée sur une chaise, un capuchon recouvrant sa tête. La lumière le réveillant, il baragouina des sons incompréhensibles. Les muscles de ses bras étaient tendus, preuve que la corde résistait très bien malgré ses efforts.

    Absinthe se leva doucement et s’approcha de l’homme tout aussi lentement. Fixant son invitée droit dans les yeux, elle retira la capuche, dévoilant un visage familier et bâillonnée.

    Spoiler:
     

    « Cette personne traînait dans les parages du manoir en vous recherchant. Il s’agit d’un danger pour notre peuple. Alors, prouvez-moi la force de votre résolution à présent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 17

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Ven 10 Mar - 20:57
Oh ? Une petite surprise ? C’était à prévoir : un examen sans coup de sang ne serait capien. Mais… Je ne pus cacher ma franche surprise : que faisait-il là lui ?! Aussitôt, mon regard se durcit. Est-ce la rage d’une lionne envers son enfant face à un danger ? Ou plutôt le frémissement d’un aigle fondant sur sa proie ? Soudainement, une chape de plomb emprisonna mes émotions et mon attitude redevint impériale. Comment avaient-ils su...?
    « Si vous le prenez pour une menace, vous êtes une bien piètre chasseresse. C’est homme est de ma garde, sa famille protège la mienne depuis des générations sans perdre souffle. Il est le dernier héritier. Les Capiens sont aussi normaux pour lui que les pigeons sur les trottoirs dans les grandes villes pour un Humain. »

Je m’approchai de lui, voyant qu’il avait été un peu malmené. Bienvenu dans le vrai monde Gabriel… Le château de France n’était qu’un paradis par rapport à cette île viciée. Sais-tu à présent à quoi t’engages-tu ? Finalement, je fus assez proche pour poser un doigt malicieux sur sa cuisse.
    « Tout comme moi, il n’est point acclimaté à cette île et ses us. Que les Humains et les Autres cohabitent ne me choque pas… j’ai vécu ces derniers temps en ces strictes conditions. Or ce n’est plus le cas. J’ai dû avoir loupé quelque chose dans son éducation historique… »

Mes yeux virèrent à la glace en fixant le ténébreux.
    « Bien qu’il veille sur ma protection, il a désobéi. Le connaissant, je sais parfaitement quelle punition lui infliger pour qu’il se souvienne de la différence entre ici… et là-bas. »

Je m’éloignai…
    « Si vous le prenez pour un danger, cela marque que vous vivez que rarement avec les Humains. Comment se camoufler si l’on fait bande à part ? Il faut apprendre à reconnaître un ennemi d’un lambda et lui…»

je me retournai pour l’avoir de face.
    « … est un insignifiant à l’échelle capienne. Il faudrait revoir un peu cette réaction critique à la baisse.»

D’un sourire plus énigmatique, j’embrasais mon aura :
    « N’oubliez pas, je ne veux pas être Princesse… Je veux être Sang-Pure.»

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Sam 11 Mar - 17:15
    « Ainsi donc vous le connaissez ? Bien sûr que vous le connaissez… Il ne pourrait en être autrement, après tout.
    Hélas, comme chacun, vous avez de beaux mots en bouche. Comme chacun, vous tentez de protéger l’indésirable dans un premier temps. Mais au final, vous finissez tous par devoir faire ce choix.
    Vous avez dit savoir comment le punir ? Moi aussi.
    Vous voulez devenir notre Sang-Pure ? Tuez-le. Notre Héritier ne doit pas être que doué de ses mots, mais surtout de ses crocs.
    Tout candidat passe par là. Si vous n’êtes pas capable de vous débarrasser d’un proche pour notre peuple, en quoi nous servez-vous ?
    Quelle est votre réponse ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 17

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Lun 13 Mar - 18:53


Que de dures paroles…



Que d’actes cruels…



Que de choix cartésiens à prendre.
À présent, il était impératif de mettre fin à ce dilemme. Me promettre à un règne basé sur le sang versé de mon amant contre une vie tumultueuse avec lui mais lisse d’autorité. Je pris une longue inspiration pour calmer mon esprit en ébullition. Statufiée, j’épiai l’homme devant moi. À cet instant précis, je le détestais. De tout mon cœur. De tout mon être. De chaque fibre qui me constituait.

Que faire ? Quel choix ?

Qu’est ce qui est le plus important pour moi ?

Qu’est ce qui est le plus important pour ma Race ? Ne devrais-je pas ravaler mes émotions pour le plus grand nombre ? Mettre en action mes belles paroles.. ? Qu’est ce qui m’en empêchait.. ?

Un souffle aérien murmurait en mon âme, priant pour que je n’en fasse rien, que je devais me retourner et fuir cet endroit. Vivre auprès de lui comme si de rien n’était, oublier mes rêves de dirigeante et cueillir le jour. De ne jamais poser une main sur lui. De ne pas lui faire plus de mal que je n’ai déjà fait. De le chérir, de le protéger, de le rendre heureux… Voilà ce que me susurrait mes dernières 17 années.

Mais le diable me chantonnait que tous mes problèmes de cœur seraient arrangés une fois le crime accompli. Que je ne saignerai plus et que je pourrai prendre le temps pour panser mes blessures. Que mon esprit serait enfin en paix. Que je n’aurai plus un ennemi juré sur mes talons, attendant la plus petite faille… Le plus petit écart… La moindre hésitation…

Pouvais-je faire ça à mon ancienne moi.. ? Détruire à jamais cette confiance volée ? Briser ce lien entre les deux ‘moi’.. ?

N’importe qui d’autre, je n’aurais jamais hésité. Pourquoi ? Pourquoi ?!

Mais les faits sont là : c’est lui…

Ou.. ?
    « Je t’aurais égorgé avec ton sabre… que tu ne portes pas autour de la taille. Alors que tu le portes même quand tu sommeilles. »

Jamais tu ne l’aurais oublié en t’approchant des Capiens. Il y aurait au moins ton ceinturon… un froissement sur ton pantalon… Or, vous n’avez rien de cela.

C’est impartiale que je m’avançai. Droite, au clair avec moi-même… Et ce fut sans plus d’émotion que j’enfonçasse mes canines dans son cou.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Lun 13 Mar - 23:45
    Le corps de Gabriel se crispa, ses muscles se tendirent et ses yeux crièrent leur étonnement. Pourtant, Sonatae continua sa besogne, mais aucune goutte de sang ne vint abreuver sa bouche. Les contours de Gabriel devinrent plus flous, jusqu’à disparaître, comme un mirage.

    Absinthe claqua des doigts et un Capien entra dans la pièce, droit comme un i.

    « Merci John, il semblerait que votre don qui fait apparaître l’être le plus cher de chacun ait trouvé une utilité finalement…
    Vous pouvez raccompagner la dame jusqu’à la salle de bal. Là, elle devra prononcer son premier discours.
    Et, s’il me convient, peut-être conclurais-je en la proclamant Princesse. Dans le cas contraire, la Sang-Pure vivre une belle humiliation qui la suivra pour les siècles à venir. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 17

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Sam 18 Mar - 14:42
Mes canines s’enfoncèrent… mais la chair n’était ni chaude, ni savoureuse. Y avait-il eu seulement une résistance ? Je ne sais ce que j’aurais fait s’il avait commencé à crier, à se débattre ou encore, perdre son bâillon… Aurais-je réussi à aller jusqu’au bout ?

Sincèrement, non.

Mais le fait est là : ce n’est pas lui. Ce n’est même pas un être vivant. Et soudainement, un apaisement profond calma mon âme en ébullition. L’autre partie de mon âme s’effondra de soulagement.

Je ne l’ai pas tué. Bon Dieu, je ne l’ai pas tué… Pardonne-moi mon ami. Mon amant… Je sais que tu ne peux comprendre mon choix, toi qui es tant aveuglé par l’amour. Cependant, si l’on me demandait de le refaire, je n’aurai qu’une parole… mais cent milles regrets.

Voilà donc un pouvoir bien intéressant… Déroutant et diabolique. Mais la suite fit repartir au galop mon cœur déjà bien épuisé par le choix cornélien. Or les paroles sont plus malléables que des actes et en cette spécificité, j’ai beaucoup d’aptitude. Combien avait réussi ce test ? Serais-je la seule à m’exprimer ainsi, devant tout le monde ? Si c’est le cas et que j’échoue… vont-ils continuer les recherches car je n’aurai pas rempli tous les critères ?

Quoiqu’il advienne, je dois donner le meilleur de moi-même.

Debout, les mains dans mon dos, je toisais la salle de la scène. C’est ainsi que je me trouvai devant tant de monde… devant des yeux interrogateurs… devant des tonnes de questions… devant un peuple qui n’attendait qu’un mot. Un peuple… qui n’attendait qu’une voix. Après une inspiration lente, je commençai mon discours :
    « Capienne, Capien,
    Vous souvenez-vous des temps immémoriaux de notre naissance en ce monde ? Nous sommes nés avec les Humains, les Sapiens. Nous sommes même nés d’eux. Nos ancêtres les plus réputés étaient enfants de deux Sapiens dont les meurs ont crée notre civilisation au cours des siècles. À cette époque bien lointaine, un pacte a été très rapidement scellé entre nos deux peuples : nous les protégions et eux, nous nourrissaient. Sacrifices, rites, dons, mariages… vénérés et respectés, nous étions pour eux des demi-dieux de la chasse… et de la guerre.
    »

Je ressentis sur ma joue la caresse tendre de ma mère ainsi que la chaleur de la fourrure dont elle m’avait enveloppée. Je me souvins de la nuit sans lune qui m’accueillit… de mon frère déjà grand qui me regardait comme une curiosité… des enfants que nous avions eu ensemble.
    « C’est alors que les Vampires et autres démons, dérivant d’autres créatures, vinrent éprouver nos savoirs. Immédiatement, une rivalité s’est créée entre nous. Quels combats nous faisions… Quel courage nous animait… Quelle beauté. Loin des armes d’aujourd’hui, nous resplendissions par notre souplesse et notre impartialité. Par notre cœur. Nous avions un peuple à protéger en plus des nôtres. »

L’odeur du feu qui dévorait les chaumes de pailles. Le goût du sang infecte des Vampires. La doucereuse saveur d’une guerre qui se finissait. La nauséabonde culpabilité des morts ainsi empilés… Le bonheur d’être en vie et de retrouver les survivants… les amis… les amours.
    « Certain d’entre nous se sont retournés, s’alliant à nos ennemis de sang. Au fur et à mesure des ères, une entente cordiale s’est tissée avec les Vampires : qui tuait le plus, qui avait les crocs les plus longs, qui arrivaient à pister la plus petite créature, qui assurait au mieux la protection… Des arènes de combat furent élaborées pour nos compétitions, donnant l’idée aux Humains des Colisées antiques aux gladiateurs cruels. Les plus proches des Humains enseignaient l’art de la guerre aux plus solides d’entre eux. Ceux qui ne ressentaient de gloire dans le sang, restaient auprès des Sapiens pour apprendre l’agriculture, la lecture, l’écriture… En ces temps, le Capien avec les plus longues canines animaient énormément de désir de la part de la gente féminine. Le plus large fief jamais pris était l’apogée d’une famille…

    Mais…

    Si toutes créatures déviantes sont supprimées par la nature, il devait bien en avoir une dont la rébellion devait convenir. Cela est l’attribut des Sapiens. Toujours en quête de renouveau, de meilleur, les hommes ont plus d’une fois trahi, abandonné, tué, déshonoré. N’allez pas croire que nous sommes tout blancs dans cette affaire car un bon nombre sont encore aveuglé par l’appel du liquide pourpre… Mais il a bien fallu qu’un jour l’enfant que nous protégions si ardemment entre en adolescence et se retourne contre nous…

    Je n’étais pas éveillée en cette journée mais en contemplant les dégâts réalisés sur notre égo, je peux en conclure son étendue. À présent, c’est à celui qui se camoufle le mieux, celui qui sait faire taire le guerrier en lui, celui qui passe inaperçu dans un monde qu’il ne contrôle plus… Voyez notre déchéance…
    »

Je pris le temps de laisser ces émotions imprégner mon auditoire… Je mis mes deux mains en croix sur ma poitrine.

    « Notre magnificence passée ne reviendra pas. Et ceux qui aspirent à son retour sont des rêveurs. Les temps changent et les choses évoluent. Si gloire à venir il y aura, elle ne sera la même que celle qui coule encore dans nos veines… qui font pulser nos artères… qui font battre notre cœur.

    Un Capien n’a qu’un seul maître : la voix de son peuple. Relevons-nous de ce cataclysme. Reprenons ce que de droit ! Moi, Sonatæ Delorme, Sang-pure ressuscitée, Alkaria première du nom, Ancêtre Primaire, je veux conquérir mon peuple et rappeler à moi la fureur ancestrale qui vous anime tous… !

    Nul ne nous provoque impunément !
    »

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Journaliste Capien
avatar
Age : 19

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Lycéenne
Pouvoir :: Les nerfs
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Mar 21 Mar - 15:33
La journée de Sophia n’avait pas très bien commencée, forcée de devoir séchée les cours pour une énième séance d’essayage de robe, la petite Capienne était plus que de mauvais poil. Sa maman, la douce Moira, devait déployer toute sa patience pour garder son flegme pourtant légendaire.

Après des heures d’âpres négociations, de pleurs et de crises de nerfs, coupés de «Jamais je ne porterais ça de ma vie !», «Cette robe n’est pas à la hauteur du bal en l’honneur de notre potentielle future Princesse !», les deux femmes arrivèrent enfin à se mettre d’accord. Le souci était alors le lourd retard pris sur le planning. Les heures qui suivirent furent une torture pour l’adolescente alors qu’une armée de petites mains finissaient les derniers détails de la somptueuse robe de bal, la maquillait et la coiffait.

«Lady Mac Aedan, vous voilà fort belle et enfin présentable, peut-être est-ce l’occasion de vous trouver un parti, vu que celui donc nous pensions n’est plus disponible.»
«Mamannnnnnnnn …» soupira la jeune femme. «Pourquoi tu ne me parles que mariage alors que j’ai à peine 17 ans, j’ai encore toute la vie devant moi non ?»

Lady Moira la prit alors dans les bras et lui fit un gros câlin. Parfois les gestes pouvaient dire plus que milles mots et les deux femmes en restèrent là. Le carrosse étant fin prêt, elles montèrent à l’intérieur accompagné du père de Sophia, qui s’était mis sur son 31 pour l’occasion.

«Je me demande ce que cette femme va nous présenter comme programme … j’espère qu’elle respectera nos traditions …»

Plutôt que de se fâcher une énième fois de la journée, Sophia prit ses écouteurs et lança sa Play liste préférée en mode aléatoire. Les occupants du fiacre purent ainsi passer un voyage relativement agréable. Ils entrèrent ensemble dans le manoir, se firent annoncer puis se séparèrent vacant chacun à ses occupations. La priorité de la petite peste fut de retrouver Stéphanie, ce qui fut relativement facile. Il suffisait de trouver le banquet. Les deux adolescentes passèrent le reste de la soirée à se goinfrer et à danser ensemble. Puis vient le moment du discours de Sonatæ que Sophia écouta attentivement. Elle ne put s’empêcher d’intervenir.

«Ainsi vous voulez nous conquérir et faire appel à la fureur ancestrale ? Voilà un langage bien belliqueux et vous n’avez presque que parlé de notre côté guerrier dans votre discours. Sachez que certains Capiens sont fatigués par nos traditions sanglantes et qu’ils ne souhaitent que vivre en paix avec les mœurs d’aujourd’hui. Vous dites être très âgée, plus que le Kimatsu mais êtes-vous encore adaptée à notre époque ? Qu’elle est votre opinion sur les mariages arrangés ? Pensez-vous que la Chasse soit un juste procès alors qu’aucun accusé n’en a jamais ressorti vivant ? Et surtout quelle légitimité avez-vous pour prétendre au titre de Princesse ? Le temps des nominations par un comité restreint a fait son temps, il est grand temps que les Capiens fassent le pas de modernisme et organise des élections. Je tiens à préciser une dernière chose, je n’ai rien contre vous et il est même possible que je voterai pour to… vous.»

La petite peste fit alors une belle courbette avant d’attendre les réactions que son discours allaient faire survenir.

~~~~~~~~~~~~

"Le capital est semblable au vampire, ne s’anime qu’en suçant le travail vivant et sa vie est d’autant plus allègre qu’il en pompe davantage." Karl Marx


DC de Lauraline Larsson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 17

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Sam 25 Mar - 10:14
Une voix connue traversa la foule, la même que celle du discours sur la démocratie. Après quelques regards furtifs sur la foule, je retrouvai la petite tête bleue qui m’avait accueillie au château. Je soutenais son regard, positionnant mon corps vers elle, signe d’écoute et d’intérêt. À la fin des questions, le silence qui s’en suivit me susurra que rien ne m’empêchait de répondre. Si certains se seraient insurgés car elle s’adressait directement à eux (noblesse mal placée… !), je ne suis pas de cette trempe. Tous sont entendus, tous sont écoutés et tous méritent que je réponde à leurs questions.

Après quelques secondes offertes, je repris d’une voix forte.
    « Les temps évoluent, les rites changent… Sache ma chère qu’à l’époque, c’était mon propre frère qui fut mon mari et amant. Par la suite, c’était le victorieux de bataille… Puis vint une époque où ce fut à la femme de se battre pour son mari. Et là, à présent, se sont les parents qui décident ? Quelle époque devrais-je prendre en compte, selon vous ? »

Mon regard se portait sur la foule… Puis je me souvins de mon souhait le plus cher.
    « Mais en amour, il n’y a qu’une voix qui compte : celle du cœur. Par mon statut, j’ai eu énormément de chance et très peu de fois je me suis vu être imposée… ce qui n’était pas forcément le cas de celui qu’on m’avait promis. Si cela arrange certain, d’autres ne peuvent profiter de leur vie. Et je suis contre le malheur de mon peuple. On ne peut imposer des sentiments… et ceux qui en sont persuadés sont des utopistes. »

Réponse un peu vague mais idée bien en place. Ceux qui savent lire entre les lignes comprendront. Puis autre sujet :
    « La Chasse, jugement bien extrême. Je ne pensais pas qu’elle traverserait les siècles ainsi… Ceux qui y parviennent ne sont pas de simples voleurs ou voyeurs : se sont des criminels, des parjures, des personnes en qui nous ne pouvons plus faire confiance. Mais cela reste relatif… Draveck IInd a repli la mer rouge du sang de son peuple ainsi. Je ne sais comment fonctionnait la Princesse, mais justice sera rendue, qu’importe sa forme. »

Je détachai un petit temps mon attention de la foule en souriant puis revins de plus belle :
    « Pour ce qui est de la voix au peuple, je ne peux le mettre en place. Si je devais disparaître ou mourir, ça sera à mes conseillés de décider. Je ne puis imposer cette voie. Voyez comme nous sommes ancrés dans les rites, chambouler les âmes en temps d’hésitation ne serait pas forcément du meilleur effet.

    Vous avez soulevé le fait que mes souvenirs les plus récents remontent il y a 500 ans… C’est pour cela que je veux me faire entourer et créer un Sénat. Les postes seront à pourvoir.
    »

Je savais que cette réponse n’allait pas lui plaire, mais je ne suis pas là pour m’accorder au singulier, je me présente pour harmoniser un peuple divisé.
    « Vous l’avez compris : je ne suis pas la remplaçante de Princesse Deirfiur. Je serai la Sang-Pure, une nouvelle reine avec ma propre imagination, mes intentions, mes aptitudes.»

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Journaliste Capien
avatar
Age : 19

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Lycéenne
Pouvoir :: Les nerfs
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Mar 28 Mar - 13:13
Sophia n’était qu’à moitié convaincue par les réponses de l’auto-proclamée Sang-Pure. De plus le peu qu’elle s’en rappelait et cela les dires de l’intéressée, il s’agissait d’une sous-race de Capien consanguin afin de conserver leurs pouvoirs dans la même famille. Bref pas de quoi vraiment réjouir l’adolescente qui ne rêvait que de démocratie.

«Si je vous comprends bien vous êtes donc contre les mariages arrangés … j’en suis forte heureuse et j’espère que vous allez prochainement vous occuper de ce fléaux pour les jeunes gens.»

La petite peste lança un regard assez noir à ses parents qui l’ignorèrent ouvertement, ce qui désola l’adolescente. «Je vais encore me faire gronder ce soir mais tant pis. Si personne ne se mouille, notre civilisation restera passéiste, barbare et sanguinaire.» Motivée par cette pensée la Capienne continua sa réponse.

«J’aimerai une réponse franche de votre part concernant la Chasse, vous semblez insinuer qu’elle n’est ni efficace ni juste mais quand est-il vraiment ? Et je ne comprends vraiment pas pourquoi vous ne pouvez pas mettre en place un système d’élection plus démocratique … Et si on organisait un vote parmi nous pour savoir ce que les gens désirent ? Pour finir, j’aime bien votre idée de vous faire entourer mais les membres de votre Sénat seront désignés comment ? Par un droit de naissance ? Nominé par un petit groupe ? Mais qui fera partie de ce groupe ? Je suis vraiment désolée de vous opportune avec mes questions de jeune adolescente mais je suis certaine que je ne suis pas la seule à me poser ces questions.»

Sophia refit alors une courbette pour montrer son respect de l’autorité même lorsqu’elle « l’attaquait » assez frontalement.

~~~~~~~~~~~~

"Le capital est semblable au vampire, ne s’anime qu’en suçant le travail vivant et sa vie est d’autant plus allègre qu’il en pompe davantage." Karl Marx


DC de Lauraline Larsson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 17

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Mar 28 Mar - 19:21
La jeune femme embraya sur de nouvelles questions. Toujours après un regard furtif lancé à la maitresse de cérémonie, je continuai à distribuer mes réponses.
    « Jadis la Chasse était un châtiment cruel mais dosé. L’homme ou la femme sanctionné(e) avait mérité sa sentence et cela était prouvé de bien des façons. D’autres coupaient la main des voleurs… Certains prenaient leurs femmes et tuaient leurs enfants… Je ne sais comment procédait la Princesse mais si Chasse il y aura, le verdict sera clair. »

Quelques images passèrent en coup de vent dans mon esprit. L’imagination pour la Chasse était débordante et la course à la morbidité écœurante. Bien des hommes ont péri en implorant un procès, en hurlant des noms, en dénonçant les bakchichs… Or ce que je désire ne s’achète pas : dur de me corrompre. Puis elle revint à son histoire de vote. Un léger sourire flotta nébuleusement sur mes lèvres.
    « Comment, moi candidate, pourrait réaliser des élections pour ma propre campagne alors que les autres en font fi ? Si j’avais le droit d’organiser ma propre mise sur le trône tel que vous me le proposez, alors je prendrais des critères qui feraient que je sois sûre d’y accéder. Une jeune femme aux cheveux blancs : se pourrait être parfait. Donc non, je ne peux organiser cela pour mon investiture…

    … Comme je ne peux que la proposer à mes conseillers s’il me venait à disparaître. Ce n’est point moi qui décide comment débutent ces règnes. Se sont les anciens… les Rois et Princes précédents… Si je dois donner la main à quelqu’un, je préfèrerai le choisir moi-même pour m’assurer de ses intentions et de la véracité de ses paroles. La démocratie a plu d’une fois été destructrice…
    »

Hitler… Les menaces… L’argent… L’aveuglement… Même ce 'tous' ne peut toujours faire de bons choix. Alors faut-il que je m’en remettre à moi-même pour courir le moins de risque ? Est-ce que cela ne m’esquinterait pas de rechercher la perle rare ? Pour mon peuple, je le ferai… Continuons par le Sénat…
    « Les motivés qui veulent rejoindre le Sénat devront montrer patte blanche et me prouver leur loyauté ainsi que leur intelligence. Je ferais en sorte à ce qu’un grand panel d’idées y soit représenté. De ce fait, je m'offre toutes les chances pour faire de bons choix. Je peux les nommer comme je peux confier cette tâche à quelqu’un d’autre… »

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Journaliste Capien
avatar
Age : 19

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Lycéenne
Pouvoir :: Les nerfs
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Ven 7 Avr - 10:31
La petite peste savait que sur la pratique de la chasse, elle n’obtiendrait que difficilement des soutiens dans la salle alors elle abandonna ce combat pour se consacrer au progrès de la démocratie dans la civilisation capienne.

«Je trouve que vous insistez trop instamment que sur les dérives de certaines démocraties, qui au final se sont lentement transformer en de terribles dictatures … Il me semble qu’il n’y a pas que du bon non plus dans le système de la monarchie … l’histoire ne nous l’a que trop souvent démontrée. Les différentes démocraties ont aussi apporté de grandes choses. De plus, je ne demande pas forcément que ce soit à cette élection qu’on instaure la démocratie ni que ce soit vous qui en définissez les règles. Je demande que soit ouvert un groupe de travail qui se penche sur la question. Un groupe de travail qui ne soit pas nommé par vous ou un de vos amis mais ouvert à tous, pour que tous les Capiens ou Capiennes puissent exprimer son avis. La démocratie a cela de merveilleux qu’un groupe d’individus aura plus d’idées et plus de possibilités de solutions qu’un individu seul. Mais bon il me semble que j’abuse de votre hospitalité et je vais donc arrêter de vous importuner plus longtemps.»

Sophia continuera d’écouter la princesse mais n’interviendra que si celle-ci lui adresse la parole ou alors qu’elle raconte une chose qui fasse dresser les poils de notre petite démocrate. Elle essaie alors de sonder certaines personnes dans la salle afin de savoir si quelques personnes seraient sensibles à ses idéaux de participations populaires.

~~~~~~~~~~~~

"Le capital est semblable au vampire, ne s’anime qu’en suçant le travail vivant et sa vie est d’autant plus allègre qu’il en pompe davantage." Karl Marx


DC de Lauraline Larsson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Ven 7 Avr - 18:49
    Frappant dans ses mains, Absinthe réclama le silence. Alors, elle qui était restée sur l’arrière scène depuis le début, s’avança devant Sonatae. Elle avait fait exprès d’attendre pour savoir de quelle façon elle allait traiter ce genre d’altercation. Bien qu’elle trouva qu’elle manquait de poigne, elle n’en démordit pas.

    Mais il y avait un point sur lequel elle n’avait pas assez insisté. Sans doute pour paraître conciliante alors qu’elle n’était encore que candidate ? Ou qu’elle se pensait candidate ? Une personne aussi âgée qu’elle le laissait paraître et qui s’amusait à chercher des compromis et des subterfuges politiques au lieu de s’imposer ? Etrange.

    « Donc, si je comprends bien, vous suggérez d’abandonner nos traditions, le savoir de nos ancêtres et notre histoire pour adopter une invention des hommes qu’ils appellent démocratie ? »

    Absinthe regardait vers la jeune Capienne dans l’assemblée.

    « Très bien… Faisons donc un vote. Levez la main ceux qui souhaitent préserver le système de nos pères. »

    La fille du précédent prince avait parlé, et la grande majorité des invités levèrent la main à l’unisson. Absinthe attendit volontairement plusieurs secondes pour que cette image se grave dans l’esprit de la jeune opportune.

    « A présent, ceux qui veulent que l’on imite les humains en crachant sur nos aïeuls. »

    Deux personnes levèrent la main, en plus sans doute de Sophia. Leurs parents leur lancèrent un regard abasourdi tandis que les autres Capiens enregistraient quelque part leur visage avec dédain. Parmi les jeunes Capiens, beaucoup s’abstinrent de voter. Ce qui était logique : les grandes familles nobles pouvaient préserver leur place avec l’ancien système. Pour les jeunes qui rêvent de porter leur maison jusqu’au gratin de la société, ils savaient que voter contre les grands risquait de les faire tomber en disgrâce à jamais, car jamais les maisons principales n’accepteraient un danger pour leur autorité parmi eux. D’où le taux d’abstention dans les familles secondaires. Et les regards réprobateurs pour ceux qui osèrent voter contre.

    Mais, même si la situation avait été l’inverse, Absinthe n’aurait pas accepté le changement. Tout simplement parce que là, c’était uniquement des personnes de confiance qui décidaient. Passer à une démocratie signifiait beaucoup plus de décideurs, et par conséquent plus de portes d’entrée. Avec les tensions entre Gwihir et l’Oracle, cette dernière n’attendait que pareille occasion pour s’immiscer dans leurs affaires et influencer leur système.

    Finalement, cette affaire étant entendue, Absinthe se tourna vers Sonatae.

    « Un dernier mot pour votre peuple avant de vous asseoir sur votre chaire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 17

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Mer 12 Avr - 13:28
Sont-ils vraiment prêts pour une démocratie ? La parole distribuée ? Alors que nos instincts sont régis par la loi du plus fort ? La foule était neutre : quelques uns faisaient la moue, d’autres écoutaient, intéressés. Mais il n’y avait pas de coupure franche… N’est-ce qu’une façade ? Que pensent-ils réellement ? Je sondais encore le peuple étendu devant moi en attente de questions or Mlle Feuerbach s’avança et prit la parole.

Voilà donc le nerf de la guerre… La plus belle démonstration de l’aristocratie capienne. Un sourire amusé passa mes lèvres : rien n’avait changé malgré les siècles. Mordre ou être mordue. Bienvenue dans le cercle vicieux des buveurs de sang. Ainsi, j’étais à la page et mes vagues inquiétudes furent balayées par de dures certitudes. Ils n’allaient pas être déçus.
    « Peuple capien, nobles, haute bourgeoisie, familles réputées, membres insolites…

    Serait-ce folie d’admettre que les mœurs peuvent changer en 500 ans ? La précaution est une des armes les plus redoutables bien maniée. Ainsi, je reconnais en vous et votre monarchie l’essence même de nos ancêtres. De quoi me rendre profondément heureuse. Je ne suis point dépaysée.

    Si la Princesse a eu confiance en moi, je vous prouverai qu’elle a eu raison. Famille touchée par la folie du sang, rassurez-vous : j’offrirai de ma personne pour apaiser vos tourments. En tant que Sang-Pure, héritière des Capiens, j’ai le devoir de vous nourrir et de vous faire encourir le moins de risque : vous apporter la sustentation nécessaire à notre équilibre. Je récupèrerai vos fils et filles des cageots de l’Exilé et les réhabiliterai dans nos rues. La honte et la peur seront traquées à travers nos rues pour à jamais disparaître.

    Pour mes frères et sœurs qui ne sont point mus par cette guerre de pouvoir ou cette démonstration de puissance : ne craignez pas d’être banalisés. Tout Morany ne supporte pas bien sa condition. Les Atlantins n’aiment pas tous l’eau ou les Esertaris les déserts à perte de vue. Mais qui joue risque de perdre…

    Je ne sais comment vous remercier de votre espoir placé ainsi en moi. Je ferai de mon mieux pour ne pas vous décevoir... Non : je ne vous décevrai pas. Je militerai auprès des Autres pour qu’ils respectent nos traditions et nos coutumes, mais aussi notre territoire et nos mœurs.

    Nul ne nous provoque impunément… !
    »

Concluais-je en m’asseyant. Cette phrase était parfaite pour une transition entre Mlle Deirfiur et moi-même.

La soirée se déroula sans accro si ce n’est le regard noir et insurgé de la petite aux cheveux bleus. Je ne la revis plus… Toutes les familles vinrent se présenter à moi, baise mains, serments jurés, mots de tous les jours… Certains étaient réticents, d’autres voulaient m’offrir de leur sang pour sceller l’entente, voire demander comment se passera l’entrée au Sénat.

Ce fut l’aurore qui vida la salle immense et le peu d’énergie qui me restait encore…

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé] Mer 12 Avr - 16:28
Ainsi, une nouvelle Héritière fut nommée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Le bal des Capiens... Prenez donc un verre ! (Conteur) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Cimetière] Pas de bol, prenez un verre
» Pour un Conteur en recherche d'aide... (DK System)
» Une histoire pour un conteur
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» Verre canette coca cola

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Capien :: Helldream-