AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Be pretty and shut up. [pv:Sherlock]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Atlantin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Atlantin
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Léviathan
MessageSujet: Be pretty and shut up. [pv:Sherlock] Mer 29 Mar - 19:51
    Le ciel était encore clair, un bleu pâle qui virait au gris, rosé par le soleil couchant. Le crépuscule tendait ses bras vers le firmament. La ville se teintait de couleurs orangés et projetaient de longues ombres sous les pas des badauds. Sous la casquette du photographe, des mèches rousses s’embrasaient de couleurs carminées. Le visage de Peter restait impassible alors qu’il laissait trainer un regard froid sur ce qui l’entourait. Ce n’était qu’une silhouette de plus dans les rues du quartier humain/védin qu’elle quittait tranquillement.

    Le photographe se dirigeait nonchalamment vers le quartier sexire. De temps à autre l’oeil de son appareil se relevait et se figeait sur un morceau de ciel, un pan de mur, une ruelle obscure, prenait en photo un oiseau, un passant, une devanture.. Rien de très passionnant. Pourtant le photographe poursuivait sa série de photos communes alors que les lumières du quartier sexire l’entouraient.

    Et dire que c’était elle qui avait eu l’idée de venir ici. Le marché ouvert, le quartier sexire, c’étaient des endroits très fréquentés, beaucoup de passage, de nombreuses conversations que l’on pense, à tort, discrètes. Mais ce quartier.. ça aurait été plus l’affaire de James que de Peter. Une main vient balayer les cheveux que le vent portait devant son visage alors que la silhouette continuait d’avancer à pas réguliers jusqu’à une certaines partie du quartier. Elle s’arrêta devant une des enseignes.

    Ce n’était pas compliqué, elle devait entrer, demander un « amour sucré » servit par une certaine « Butterfly ». C’était en tout cas les instructions de James pour entrer en contact avec une des filles qu’il affectionnait dans ce bar.. Liw’ ne pouvait que désapprouver ce genre de passe-temps pourtant, elle était curieuse aussi. Des corps qui se déhanchent sensuellement peuvent-ils être si captivants pour que même des hommes tels que James puissent se laisser séduire ? Peut-être que Liw’ avait trop haute opinion de l’esprit analytique de son ami. Le photographe prit une photo et entra sans plus d’hésitation.

    Deux femmes tournaient autour de barres verticales à gauche et à droite de la salle, un homme dansait dans une sorte de cage un peu plus loin, le bar était en majeure partie occupée par des hommes mais il y avait aussi des femmes. Plus que ne l’aurait pensé Liw’. Après tout c’était aussi une attraction de l’île.. Peter se dirigea vers le bar, passant près d’une des femmes qui se dandinait autour de sa barre, leur regard se croisèrent. La danseuse esquissa un clin d’oeil par réflexe et détourna rapidement les yeux, son habituel sourire aguicheur avait quitter son visage pendant une seconde, cependant c’était une professionnelle, elle rattrapa son erreur assez vite pour ne pas être remarquée. Elle n’avait sans doute pas l’habitude de croiser autre chose que des regards lubriques ou enchantés, les prunelles vertes de Liw’ n’étaient ni l’un ni l’autre. Peter nota quelques détails sur la danseuse, sa taille, la couleur de ses cheveux, de ses yeux, les bijoux qu’elle portait et ses chaussures. Devait-on vraiment s’infliger des talons hauts en plus de l’inconfort de devoir rester debout à danser pendant des heures ?

    Arrivé au bar, le photographe commanda son cocktail et la danseuse qui allait avec. Cependant la dénommée Butterfly n’était pas disponible pour le moment. On proposa au jeune homme de choisir une autre danseuse, ce dernier refusa poliment, répondant qu’il allait attendre. On lui servit tout de même son verre. Le cocktail rose était à peine dans la main de Peter qu’une femme l’aborda.

    - Hi pretty boy, tu veux danser ?

    - Non merci.

    - Je peux aussi danser pour toi tu sais..

    C’était une femme d’une quarantaine d’années, de lourdes boucles blondes tombaient sur ses épaules dénudées. Elle portait une robe bustier très proche du corps, ne cachant rien de ses courbes généreuses. Sa bouche rouge s’approcha de la joue du photographe, affichant un sourire qui se voulait séducteur, plus que ça, provocateur.

    - .. je ne suis pas une danseuse mais je peux te faire passer du bon temps, ne sois pas farouche..

    Son souffle parcourait la joue lisse de ce qu’elle prenait sans doute pour une jeune homme timide mais venu là pour une raison peu avouable. Un jeune être, soumis à la tentation. Puis elle rencontra son regard et son aplomb se perdit dans les limbes des prunelles émeraudes. Elle était décontenancée mais, cela sembla l’enthousiasmer, elle se remit à sourire et se rapprocha, certaine d’avoir toute son attention maintenant. La voix calme et grave de son interlocuteur l’arrêta.

    - Vous êtes une prostituée ou vous faites exprès d’y ressembler ?

    Son visage se décomposa alors qu’il n’y avait pas la moindre once d’agressivité dans la voix du photographe, comme si, il posait réellement la question. C’était pire encore. Ses bras se crispèrent alors que la colère déformait la couche de maquillage qui lui servait de visage. Ses doigts se tendirent avant même qu’elle ne lève la main pour l’abattre sur la joue de l’impertinent. Les signes étaient trop évident pour que Liw’ puissent les ignorer et elle n’avait aucunement l’intention de se faire gifler, elle esquiva le coup. La claque fit un petit courant d’air sur les mèches rousses, cela vexa encore davantage la femme blonde. Sa mâchoire grinçait quand elle tourna les talons en emportant ce qu’il lui restait de dignité.

    Quant à Peter.. il s’en voulait, il avait fait sa première erreur. Cette petite altercation devait être passé inaperçue mais, il n’avait pas bien gérer la situation. Si la femme s’était mise à hurler son désarrois, Peter aurait été dans de beaux draps.. Et la claque, il aurait du la recevoir, ça aurait été plus naturel que de l’esquiver si facilement, sans doute. Rah ! Comment pouvait-il savoir comment réagir dans des cas pareils ?! Il n'était pas un pro de l'infiltration et ce n'était pas franchement un environnement familier !

    La main qui tenait toujours le cocktail porta le verre jusqu’aux lèvres du photographe qui le vida d’un trait.

    - ..merde..

    Il venait de faire sa deuxième erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Be pretty and shut up. [pv:Sherlock] Jeu 30 Mar - 23:20
Entouré d’hommes qui assassinaient leurs payes à coup de shooters et de bières, Esteban ne se souvenait plus trop comment il était arrivé ici ni pourquoi. La journée avait pourtant bien commencé. Lui, couché sur son lit, profitant de ses douces caresses et de sa protection rassurante contre les cauchemars en tout genre. Car oui, il a beau se mentir en disant qu’il ne dort pas assez… Il connaissait au plus profond de lui la vérité. Ce qui le tient éveillé ne sont autres que ses pires peurs qui se matérialisaient dans ses sommeils.

Le Védin… L’Oracle… L’Exilé et ses geôles… La douleur.. La lave… L’eau déferlante… La mort qu’il avait semé…
Sa mort à elle.

Sherlock avait toujours tenté de distancer la faucheuse, que se soit pour lui comme pour les personnes de son entourage, qu’importent leurs relations. Les seules fois où l’ombrageuse vint auprès de lui, c’était de ses bras tendres et de son regard compatissant qu’elle récupérait la personne ainsi appelée. La vie faut la peine d’être vécue… mais pas à tous prix. Dans son ancienne vie, quand il savait qu’il ne pouvait plus rien faire, il offrait l’apaisement ultime après une discussion paisible. De cela, il n’avait aucun regret.

Là où son esprit le torturait, c’était les âmes perdues lors de son évasion. Il n’y avait pas d’autres choix… mais vaut-il la trentaine de personnes qui se sont éteintes ? Et pour quel gain avaient-ils péri ? Rien… pas une avancée en quasiment un an…

Qu’est ce qu’un an à l’échelle mythique ?
Rien.

Son heure viendra. Il le savait et le calculait.

Bref : pourquoi était-il là déjà ? Trois pintes étaient vides devant lui ainsi que sept shooters. Et ce crâne… Il peina à mettre ses mains sur ses oreilles, les bouchant pour lutter contre la musique distor… disconstor… Distendue.. ? Distordue ? Là, ce truc qui lui grésille dans l’oreille quoi… Et les autres parlaient trop forts et les nanas étaient toutes si vulgaires et cet air était trop chaud, trop d’odeur, trop d’informations… Quand le rouquin tenta de se mettre sur ses pieds, la gravité les lui faucha. Un fou rire aux décibels insupportable vrilla le peu de clarté qui lui était imparti. Un bras fort le releva et il put voir des lèvres bouger mais n’en comprit pas même les sons… Tout était flou… de coton… Le monde tournait… ou bien c’était lui qui tournait ? Même l’horloge tournait… Le Sexire bloqua sur les allées et venues de la trotteuse… Ainsi le gringalet purgea son alcool : plus rien n’existait que cette petite lame de métal qui avançait… avançait… encore… et là… Hypnotisant.

Combien de temps s’était passé ? Au final, il ne le savait même pas. La contemplation exclut la réflexion et le jugement. Son téléphone vibra, le sortant de sa transe. Non sans difficulté, il réussit à le sortir de sa poche mais bloqua sur le mot de passe… Y’a 10 chiffres… Non c’est des lettres… Ou un mélange des deux.. ?

Il avait besoin d’air.

L’Espagnol se leva et dompta le rodéo furieux : il tenait debout. Mais… saura-t-il marcher ? C’est avec l’impression de passer les JO de 2020 qu’il s’avança… monta son pied… l’abaissa… et fit de même avec l’autre.

Il avait réussi !!!!

Un peu rob-cop, certes, mais il pouvait se déplacer seul. Utilisant les murs comme matelas en cas de fuite inattendue du genou, il longeait le bar. Sans prendre garde, il boxait les types accoudés. Ainsi il sortit à l’air frais… et s’adossa contre le mur extérieur.

Et là, ce fut horrible… Ça lui tordit les tripes tant cela était fort. Ses pupilles se rétrécirent au point de devenir des têtes d’épingle. Sa bouche s’assécha d’un coup… Son parfum embaumait l’air, si léger, si unique… si reconnaissable. Oh cette tentation… Oh ce désir.. Il ne le connaissait que trop bien… Il luttait depuis toujours contre ça mais… c’était dans sa nature. Et puis, elle était là, devant lui, vile séductrice…

Une cigarette.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Atlantin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Atlantin
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Léviathan
MessageSujet: Re: Be pretty and shut up. [pv:Sherlock] Lun 5 Juin - 1:33
    Le verre devant lui était vide et le bruit constant qui l'entourait était de plus en plus difficile à supporter. Enfin, son attente ne fut pas si longue, une jeune femme s'approchait de lui. Elle était peu vêtue et portait des talons aiguilles à en donner des crampes au premier coup d'oeil. Un boa de plumes violettes glissait de ses épaules à chacun de ses pas. Une démarche gracile, voluptueuse et attractive, plus encore que ses courbes laissées à la vue de tous, il y avait une sorte d'élégance féline qui se dégageait de la danseuse. Peter la dévisage, de ses yeux d'émeraude, intransigeants, elle penche la tête sur le côté et ses cheveux relâchés ondulent dans la même direction.

    - Vous désiriez me voir ?

    Sa voix est douce, chaleureuse bien que trahissant la surprise. Elle devait sans doute s'attendre à rencontrer James. Peter quitte son siège et s'approche davantage de la jeune femme. Un léger parfum de magnolia sur sa peau blanche, des fleurs synthétiques de la même couleur que son boa piquées dans sa chevelure d'ébène. Des tatouages, nombreux, sur ses bras, son ventre, à l'encre noire seulement. La description correspondait parfaitement au portrait que lui en avait fait James. Peter acquiesce légèrement du menton.

    - Nous pourrions peut-être aller dans un endroit plus intime.

    La danseuse esquisse un sourire et guide son client jusqu'à une alcôve, fermée par un rideau de velours. Un canapé en demi-cercle et une table percée en son centre d'une barre de pole dance occupe presque tout l'espace. Butterfly se tourne vers le jeune homme tout en lui indiquant de prendre place sur le canapé.

    - Pourquoi un amour sucré ?

    - Je ne déteste pas ça.

    La réponse étant plus qu'expéditive la danseuse n'insiste pas. Elle dissimule assez bien l'inconfort qui la gagne alors qu'elle monte sur la table pour commencer à danser, cherchant sans doute quelle genre de conversation elle pourrait mener ou si elle devait tout simplement cesser de faire la conversation.. Elle ouvrait la bouche quand Peter la coupa.

    - Vous avez des tatouages intéressants. On dirait qu'ils dansent eux aussi. J'aurai juré voir cet oiseau sur votre hanche.. à moins que ce ne soit le papillon.

    La danseuse cesse de danser, elle se laisse doucement glisser le long de la barre, son regard fixant le visage de son client.

    Il avait dit les mots. Ceux de James. Un sourire sous la casquette, Peter sort un carnet et un stylo d'une des poches intérieures de sa veste. Butterfly s'assoit sur la table, jette un oeil au rideau fermé derrière elle puis prend le carnet, lit les quelques mots qui y sont inscrit puis prend le stylo et se met à écrire tout en parlant.

    - Je n'ai pas de tatouage de papillon mais, si vous me regardez danser assez longtemps.. vous verrez pourquoi je porte ce nom.

    Les deux interlocuteurs n’échangent pas même un regard alors qu’ils poursuivent une conversation anodine pendant encore quelques minutes. Puis la jeune femme tend le carnet à Peter qui lit rapidement ce qui y est noté, y écrit rapidement, montre la page à Butterfly qui acquiesce. Le carnet et le stylo reviennent dans la poche intérieure et Peter se lève.

    - Il va bien ?

    Le photographe lance un regard à la danseuse, toujours assise sur la table. Quelle relation pouvait-elle avoir avec James ? Plus qu’une informatrice, qu’une danseuse, qu’une amante ? Peter se rapproche, se penche légèrement en avant, sa main se tend, délicate, ses doigts glissent sur la joue puis la nuque de la danseuse. Leurs visages se rapprochent, leurs souffles s’entremêlent, leurs lèvres se touchent, s’embrassent. Un peu de gloss reste sur les lèvres de Peter alors qu’il se redresse. Butterfly rouvre les paupières qu’elle avait fermée, pour apprécier le baiser ou l’imaginer venant d’un autre.

    - Revenez me voir.

    Peter quitte l’alcôve, repoussant le rideau sur le côté pour le laisser retomber derrière lui. Il avait ce qu’il était venu chercher. Cela dit.. ce n’était pas assez. L’air frais vint frôler ses joues alors qu’il quittait l’atmosphère chaude et un peu étouffante du bar. À l’extérieur, des fumeurs et des.. « décuveurs » ? Qu’importe leur nom ils n’étaient pas frais. Peter sembla hésiter un instant puis, sortit une cigarette d’un paquet coincé dans sa poche droite, entre d’autres objets, dont un briquet, qu’il ne sortit pourtant pas. Une clope au bec donc, il s’approcha d’un fumeur, demanda du feu et entama la conversation. Elle tourna vite court, la faute à une désagréable sonnerie de portable. Peter fit quelques pas en arrière, son dos venant s’appuyer contre le mur. À côté de lui un autre gars venait de s’adosser, il avait une sacrée tête.. à fixer la bouche du mec d’en face comme si il allait la lui arracher avec envie.. Et rien d’érotique là-dedans.

    L’homme à la casquette plonge une main dans sa poche et en sort une cigarette pour la tendre à l’assoiffé de nicotine.

    - Vous avez pas l’air bien.

    Non vraiment ? Les banalités évidentes sont les meilleures, non ? En attendant, les prunelles vertes observaient l’homme. Sa carrure, son visage hagard elles avaient déjà fait, elles s’attardèrent sur ses mains avant de se tourner vers les enseignes lumineuses qui clignotaient joyeusement dans la rue.

    - Cela dit le reste n’est pas mieux.

    Un nuage opaque file des lèvres de Peter qui resserre un peu le foulard autour de son cou. La légère brise nocturne l'emporte. Peter le regarde se dissiper comme s'il avait tout le temps devant lui, il laisse quelques secondes s'écouler avant de reprendre :

    - Vous êtes un de ces comédiens ?

    Est-ce que la pointe d'ironie ou de mépris qui sifflait dans ce nom s'était échappée par mégarde ? Qu'importe, Peter tirait de sa cigarette un autre nuage éphémère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Be pretty and shut up. [pv:Sherlock] Sam 10 Juin - 17:01
Une main secourable lui tendit l’objet de désir. Un peu désinhibé par l’alcool, le rouquin prit de suite la cigarette en main et la reluqua comme si elle était irréelle. Un éclair de lucidité lui fit tenir ce discours :
    « Merci. Vous n’auriez pas du feu… ? »

Un autre type, aussi déchiré que lui entendit et le héla. Il lança son briquet et, contrairement à son niveau d’alcoolémie, le Sexire le rattrapa vivement malgré le lancé pourave. Ses anciens réflexes (ou plutôt, ses vrais réflexes) revenaient. Ainsi, il alluma sa cigarette et tira avidement dessus. Ses anciens démons refaisaient surface doucement… Cela faisait presque un an qu’il avait arrêté et pourtant ; il ressentait toujours autant de satisfaction à en brûler une… ou d’irritation à ne pas en avoir une au bec.

Un vent frais le remettait doucement de sa fièvre : il jura de ne pas avoir emporté de quoi tenir au froid. Peut-être qu’il avait ses affaires à l’intérieur… ou n’en avait pas. Quoi qu’il en soit, Esteban croisa ses bras sur son torse pour se réchauffer. Il ne laissait jamais sa cigarette en bouche : on le comprenait guère et c’était inesthétique.
    « Je ne participe pas à l’écologie de cette île. Je ne suis qu’enq… guitariste. Je ne suis ici que pour trouver un travail. »

Goulûment, il tira une nouvelle taffe et la garda en son sein le plus longtemps possible.
    « Et vous n’en êtes pas non plus… » Fit-il après avoir expiré cette fumée nuisible.

Son regard se porta sur l’individu qui l’avait accosté. Soudainement, son regard scintilla et un sourire amusé passa sur ses lèvres. Il ajouta très bas, juste pour qu’elle entende :
    « La prochaine fois que vous voulez changer de sexe, cachez vos mains ainsi que votre séant mademoiselle. »

Tout en reprenant une bouffée mortelle, il lui lança un regard furtif pour apprécier l’étonnement ou non de ce bon samaritain.


~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Be pretty and shut up. [pv:Sherlock]
Revenir en haut Aller en bas

Be pretty and shut up. [pv:Sherlock]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pretty Little Liars [Drame]
» 04. Pretty little liars.
» 05. It's a pretty little liars [PV Dakota]
» Shut up and drive — LIBRE
» [Cinéma] Eyes wide shut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Sexire :: Bar à strip-