AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

A la recherche des origines... {PV Gwihir, Luna}[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 45

CV
Quartier d'habitation :: Atlantin
Métier :: Médecin
Pouvoir :: Soin
MessageSujet: A la recherche des origines... {PV Gwihir, Luna}[Terminé] Jeu 14 Sep - 4:16


avec Gwihir et Luna


A la recherche des origines...




Dans les épisodes précédents...

Gabriel avait rejoint la chambre pour se reposer un moment. Assise en tailleur devant son bureau, Luna pensive, réfléchissait à la meilleure manière de faire sa demande sans pour autant évoquer le cas de la Sang Pure. Elle avait de toute façon prévu de se rendre à la bibliothèque pour des raisons plus générales mais désormais, la priorité allait à ces recherches pour Gabriel. Devait-elle réellement l'aider ou simuler sa participation le plus longtemps possible afin de le préserver auprès d'elle plus longuement dans l'espoir qu'il finisse par s'attacher? La réalité froide de sa situation laissait un gout de cendres et une sensation douloureuse de manque au creux de ses reins. Que lui arrivait il? Alors que pour la première fois depuis des décennies elle s'était rassasié à la peau de son amant, tout son corps se faisait encore avide de ses caresses et de ses soupirs. Pourquoi ce manque, ce désir presque impérieux? Était ce lié à ce coup de lune dévorant et ravageur qui avait emprisonné son cœur sans crier gare? Était ce ça que les livres appelaient l'amour? Mais pourquoi cela devait il la submerger pour un homme qui en aimait une autre au point de vouloir mourir? Pourquoi au moins la part physique de tout cet ouragan n'était il pas assouvi au moins un moment? Luna essuya rageusement une larme, posant d'instinct une main sur son ventre, se refusant à envisager la plus impensable des raisons. Torturée par son cœur, elle ignorait ostensiblement les signes de son corps, et sa nature qu'elle connaissait encore fort mal dans ce domaine.

Au lieu de cela, c'est résignée, réalisant qu'elle ne pourrait aimer un homme tout en le trahissant ou lui mentant pour le garder qu'elle ouvrir son ordinateur, relevant l'écran pour commencer à pianoter nerveusement sur le clavier. Après quelques recherches, elle trouva l'information nécessaire : le nom de la conservatrice de la grande bibliothèque capienne. Il y avait à croire que la partie qui l'intéressait serait hors de portée des humains dans des pièces à accès controlé, aussi se décida t'elle à envoyer une missive pour annoncer sa venue et demander une autorisation de consultation des registres "privés". Gwihir Deirfiur, elle avait entendu son nom lors du bal des capiens, l'Héritière capienne dont Sonatae assurait l'intérim. Et bien au moins, s'agissant d'une capienne, elle pourrait plus explicitement motiver les raisons de sa venue. Délaissant l'ordinateur, elle prit une feuille à entête, son stylo plume et se mit à rédiger son courrier à la main usant de mot couvert afin que sa destinatrice la comprenne sans que cela ne soit compréhensible à d'éventuels humains curieux. Les nouvelles technologies étaient une chose bien pratique mais elle ne se lassait pas du plaisir de la plume courant sur la surface soyeuse d'un papier.


Docteur Luna Watson
Dispensaire médical Watson
1, route du Lac
Quartier Atlantin




le 7 septembre 2017, à Yasashi Koji,


Madame Deirfiur,


permettez moi de me présenter. Je suis le Docteur Watson, installée dernièrement dans l'île, à l'orée des quartiers Morany et Atlantin. Issue d'une vieille famille dont les origines sont liées au quartier Sexire, j'ai souhaité faire du dispensaire qui ouvrira ses portes le 15 septembre, un établissement se spécialisant en soins adaptés aux particularités des habitants de chaque quartier.

Cependant, si je connais bien certaines "ethnies" de notre île, les spécificités d'autres me sont plus difficiles à cerner. Pour cette raison, il m'est venu à l'esprit de faire des recherches en ce sens. On m'a conseillé dans cette optique de consulter les registres et archives des plus grandes bibliothèques insulaires et celle de votre manoir est revenue à plusieurs bouches pour la qualité et l'étendue de sa collection privée.

Je vous écris donc ce jour pour vous demander l'autorisation de visiter celle ci et de pouvoir consulter certaines de vos ressources sur le sujet. Cela me serait d'une grande aide, car c'est dans le passé et l'histoire des êtres que prend la source de leur nature la plus profonde.

En espérant recevoir réponse positive de votre part et que j'aurai également la chance de vous compter parmi nos invités lors de l'inauguration du dispensaire ce 15 septembre prochain pour profiter de cette journée afin de passer tous ensemble une excellente soirée qui nous donnera l'occasion de mieux nous connaître, veuillez agréer l'expression de mon profond respect.

Bien cordialement,



Dr Luna Watson



Le pli terminé, Luna passa un coup de fil rapide, ainsi le commis, qui devait lui livrer une tenue pour Gabriel et quelques vivres d'urgence, se chargerait ensuite de déposer à son retour en ville la missive cachetée de cire au manoir de la Sang Pure à Helldream. Il n'y avait plus qu'à attendre des nouvelles, ce dernier ayant reçu pour consigne d'attendre si possible réponse et de l'appeler si l'autorisation était donnée ou une lettre en retour devait être acheminée.






~~~~~~~~~~~~
MAYDAY, MAYDAY, WE HAVE A PROBLEM!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 18

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: A la recherche des origines... {PV Gwihir, Luna}[Terminé] Sam 6 Jan - 17:10
Depuis que nous travaillions ensemble, Mlle Deirfiur et moi-même étions inséparables. Bien des heures se sont passées l’une avec l’autre à lire des lettres à la lumière chancelante d’une flamme esseulée. Nous étions toujours cordiales bien que nous nous autorisions des écarts lors de ces moments qui n’appartenaient qu’à nous. Bien au-delà des paroles et des souvenirs, quelque chose nous liait et une confiance mutuelle s’était tissée sans acte. Elle n’avait rien à me prouver, je ne lui ai rien promis et pourtant, cette relation était là.

Bien des fois je me suis interrogée sur ses envies et le pourquoi de ses actions. Avait-elle envie de reconquérir le trône ? M’inspectait-elle pour mieux me défaire ? Donner des informations aux avides ? Ou simplement, rester à mes côtés et auprès de ceux qui l’ont servi ? Garder cette suprématie matérielle ? Je ne sais… mais penser ainsi à un goût de trahison. Or, elle ne le mérite pas.

Ainsi, nous passions nos journées et nos nuits, nos repas et nos fantasmes. Toujours dans la rectitude de notre relation et dans les mi-mots manipulateurs propres à notre race. Certaines lettres lui étaient adressées mais la majorité me revenait. Une fois qu’elle avait en avait fini avec ses responsabilités, elle ne manquait pas de m’aider subtilement. De plus, elle avait un rôle d’éducation auprès de moi : j’avais 500 ans à rattraper et c’était avec un mordant à pleine camouflé qu’elle m’instruisait.

-----†-----


Comme à son habitude, Gwihir ouvrit ses lettres à l’aide de son couteau draconien en ivoire et jade. Aujourd’hui, elle avait rendez-vous avec Luna Watson, docteur es médecine. Bien des sous-entendus ont été soupirés dans cette missive mais malgré tout, la prudence était mère de sureté. Elle lui avait répondu de déclarer sa présence à l’accueil et qu’elle viendrait personnellement pour la prendre en charge. L’entretien et les réponses viendront dans un bureau réservé à cette intention.

Le chant cristallin d’une clochette retentit : la Tyrolienne comprit que sa cliente venait d’arriver. Dans un bruissement de tissu, elle se rendit alors à l’endroit dévolu.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 45

CV
Quartier d'habitation :: Atlantin
Métier :: Médecin
Pouvoir :: Soin
MessageSujet: Re: A la recherche des origines... {PV Gwihir, Luna}[Terminé] Lun 15 Jan - 11:27


avec Gwihir et Luna


A la recherche des origines...


Luna était à son cabinet quand la missive lui fut portée. Prévoir le rendez vous avait pris quelques jours, le temps qu'il avait fallu malheureusement pour que Gabriel choisisse de filer à l'anglaise et pour elle de découvrir son état, une raison de plus de tenir à consulter les ouvrages de la bibliothèque. Car oui, qu'en serait il pour son enfant, conçu d'une sexire et d'un humain? Quelles seraient les conséquences sur sa nature à lui? Quelles seraient les lois et attitudes des mythes vis à vis du père d'un mythe, fusse t'il humain? Ce statut lui offrirait il un peu de répit ou au contraire serait il une raison de plus de vouloir s'en prendre à lui?

Depuis que Gabriel était entré dans sa vie, Luna perdait pied dans ses certitudes. Cela faisait un siècle qu'elle se protégeait de tout et faisait profil bas pour survivre et il avait suffi qu'il entre dans sa vie sans crier gare pour tout chambouler avec une constance déroutante. Si encore elle parvenait à mettre des mots sur les sentiments qu'ils pouvaient ressentir à son égard. Mais l'homme était taciturne et si complexe à comprendre. Par moment son regard sur elle lui donnait la sensation d'être comme une bouée de sauvetage, une ancre à laquelle il tentait de s'accrocher et l'instant d'après il se perdait à nouveau dans une relation maudite avec une femme ambivalente qui pourtant venait de lui dire lors de la récente inauguration du dispensaire qu'elle renonçait à lui. Qui croire? Que penser? Qu'espérer? Rhaaaa! Elle toujours si réfléchie et sure de chacune de ses décisions, elle avait perdue son assurance à son contact. Et pourtant elle devait se recentrer, trouver une solution, pour ses enfants, pour Ynka, pour ce bébé à naitre. Elle n'était plus seule désormais. Elle qui pensait trouver un asile de quiétude sur cette île y voyait exacerber ses pires craintes. Elle devait en apprendre plus. Au delà de la Sang Pure et de sa promesse d'informations à Gabriel, elle avait besoin d'en apprendre bien plus en général et qui sait, de trouver une personne prête à lui parler avec recul. On disait que la bibliothécaire était une femme pleine de savoir. Pourrait elle l'aider?

C'est pleine de toutes ces questions que Luna s'était préparée ce matin là. Au moins, être sexire avait l'avantage de lui éviter le ventre rond, les varices et autres joyeusetés de la grossesse. Mais par contre, elle ne pouvait guère dissimuler le rayonnement naturel de toute femme portant la vie. Seul le manque de Gabriel permettait en partie d'en limiter les signes. Le résultat en était déroutant, pour une personne attentive, mélange subtil de fatigue et de manque caractérisé par des fils d'argent dans sa chevelure sombre, et d'un teint éclatant malgré des cernes de fatigue pour lesquels Luna avait abandonné l'idée de se maquiller. Ce n'était de toute façon pas vraiment son genre. Elle préférait le naturel et s'était donc limitée à un peu de rouge aux lèvres et un chignon soigné pour discipliner sa chevelure traitresse qui pouvait presque indiquer le nombre de jours de jeun qu'elle s'était imposée depuis le départ de Gabriel. Elle soupçonnait d'ailleurs Ynka de surveiller l'évolution de sa mère, à ses regards inquiets posés sur elle, le soir devant la télévision.

Essayant de chasser ces pensées, Luna regarda l'immense demeure devant laquelle elle venait de se garer dans le quartier capien : le Manoir. Dire que c'était en poussant sa porte, qu'elle avait vu basculer sa vie sans le savoir. Par deux fois. Qu'en serait il aujourd'hui? Qu'apprendrait elle de nouveau? Que risquerait elle à nouveau? Il n'y avait qu'une manière de savoir. Elle avait passé sa vie à fuir, à s'effacer volontairement de ce monde. Mais elle n'était plus seule, elle avait des raisons de se battre désormais. Avec un geste instinctif protecteur, posant sa main sur son ventre comme toutes les mères depuis la nuit des temps, elle vint sonner à la grande porte et se fit recevoir par un homme austère qu'il lui semblait avoir déjà vu les dernières fois. Elle annonça son identité et avant même de devoir en dire davantage, celui ci lui indiqua de la suivre et la conduisit sans délai auprès de la responsable de cette institution immuable qu'était la Bibliothèque. A qui allait elle avoir à faire? Mystère!




~~~~~~~~~~~~
MAYDAY, MAYDAY, WE HAVE A PROBLEM!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 18

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: A la recherche des origines... {PV Gwihir, Luna}[Terminé] Lun 26 Fév - 0:03

Gwihir toqua deux fois pour s’annoncer à sa cliente. Celle-ci patientait dans une antichambre richement décorée et aux allures d’un autre temps. Entre la moquette parfaitement uniforme, les boiseries minutieuses et l’odeur de la cheminée allumée en face d’elle… Elle était catapultée dans le XVIII°siècle. Vêtue de sa robe de velours émeraude, l’ex-Princesse l’interpella poliment :
    « Docteur Watson ? Je suis Gwihir Deirfiur, directrice de cette Bibliothèque. Je vous en prie, rentrez. »

Elles débouchèrent sur un bureau décoré avec goût et rigueur : chaque chose avait sa place et sa place sa chose. La Capienne s'installa sur un voltaire ancien mais confortable et proposa son homologue à sa cliente. Un lourd bureau en bois les séparait, noble et ouvragé de la plus belle des manières. Lumière tamisée, mourante, s'infiltrait dans le manoir. La bibliothécaire avait pour habitude de proposer des thés et des infusions à ses clients, rendant l'endroit encore plus propices aux longs périples imaginaires. On pouvait voir dans les pupilles de la résidente beaucoup d'émotions indéchiffrables, mystérieuses. Ainsi était son aura. Luna l'observa un moment avant de prendre la parole de sa voix aux tons chauds.
    « Bonjour Mme Deirfiur. Je suis bien en effet le docteur Luna Watson. Je vous ai écrit pour avoir la chance d'une entrevue avec vous et un accès à la collection privée du Manoir. On m'a dit beaucoup de bien de celle ci et des ouvrages particuliers qui y sont entreposés et qui pourraient m'être d'une aide précieuse pour mon travail.
    Je viens du Japon où j'ai séjourné des années, avant de venir sur l'île pour y installer mon dispensaire. J'ai eu la chance de parcourir le monde pour me former à de nombreuses formes de soins mais ces derniers ne sont pas toujours les plus adaptés suivant ... l'ethnie de mes patients. Je prends donc toujours grand soin d'en apprendre le plus possible sur les particularités physiques et ... héréditaires de ces derniers pour adapter les meilleurs soins à leurs divers maux.
    Connaître donc les différences ethniques, les besoins et fragilités de chacun pour mieux pouvoir les soigner est une composante essentielle, surtout vues la disparité de population de l'île. La sensibilité au froid des personnes résidant dans le désert, la transmissibilité particulière des habitants de la forêt, sont des composantes à ne pas ignorer.
    »

Tout en écoutant, l’ex Princesse s'installa plus confortablement dans son fauteuil, un demi-sourire aux lèvres.
    « Avant toute chose, puis-je vous proposer quelques rafraîchissements ? La saison est celle des épices et des agrumes. Car il me semble que votre demande nécessitera... Quelques temps de mon attention. »

Les joues de Luna rosirent légèrement suite à la remarque masquée. S'efforçant cependant naturellement à s'adapter à son auditoire, elle sembla en un instant se détendre dans son fauteuil et tout son corps se fit plus détendu, tandis que son visage se révélait plus serein, au moins au premier regard.
    « Pardonnez mon empressement à passer au sujet de ma visite. J'ai ce défaut professionnel de toujours vouloir poser les faits, les décortiquer et les mettre sur la table. Il ne me serait pas mauvais d'apprendre parfois à laisser le temps au temps. Les décennies ne m'ont certes pas enseigné cet art. Je prendrais volontiers une infusion si vous avez cela, ou même qui sait un vin chaud ? Avec l'hiver, ce genre de boissons est toujours la bienvenue. »

Suite aux paroles de la dame, le sourire de la Capienne se renforça : mais pas d’amabilité ou de chaleur, d'autre chose plus... mystérieux ? Elle fit teinter la clochette une fois.
    « Je comprends votre urgence et hâte. Mais... il y a bien des curieux qui veulent s'instruire sur des faits dont ils ne font pas partis. »

L’homme toqua une fois, attendit l'autorisation de Gwihir et entra avec une théière chaude, de quoi ajuster le breuvage ainsi que quelques scones aromatisés à la fleur d'orange. Il partit aussitôt les dames servies. Luna acquiesça du regard et se tue le temps que le majordome entre et vienne déposer son précieux chargement. Une fois parti, Luna reprit :
    « En effet, je suis au courant et ce genre d'indiscrétions peuvent s'avérer très néfastes, voire tragique. J'ai eu ainsi la douloureuse occasion de le constater lors de mon dernier séjour au manoir. J'ai eu à soigner nombres de présents, résidant du quartier ou de celui Asura. Tout ceci fut fort dramatique et nous aura valu un nouveau maire. La sécurité de certains biens et connaissances exige parfois une sécurité drastique. J'y ai d'ailleurs rencontré et soigné Mademoiselle Delorme entre autres.»

Donc, elle avait été là lors de cet évènement... Et si l'Exilé l'avait laissé s'enfuir, c'est qu'elle était bien Mythe... Et que c'était bien la doctoresse dont la Sang-pure lui avait parlé et non pas un ersatz.
    « - Très bien. Pendant votre investigation, un bureau vous sera propre, nous vous remettrons la clef. Ainsi, vous pourrez laisser vos recherches au lendemain. Il suffit d'annoncer l'essence de vos recherches et je vous ferai envoyer les livres qui peuvent vous répondre... Mis à part si vous préférez un interlocuteur plus.. loquace.
    - Merci de me laisser en tous les cas l'opportunité de consulter votre base de connaissances et d'ainsi pouvoir mieux appréhender mes patients et avoir la chance d'adapter mes soins à leur identité personnelle. C'est une chose essentielle pour être un bon médecin dans notre communauté.
    - Alors dites moi Docteur, que cherchez-vous ? Car j'ai entendu bien des sujets. »

Luna lorgnait les scones à l'odeur alléchante mais se retint d'en attraper un pour se concentrer sur la discussion et répondre à la question posée.
    « - J'ai eu l'occasion d'avoir déjà par le passé des patients de nombreuses ethnies. J'ai ainsi appris l'importance de différents critères sur la santé de ceux ci. Comme pour les peuplades d'Esertari où les femmes ont besoin de vivre dans des environnements chauds pour pouvoir mener leur grossesse à terme. Mais souvent, il est difficile de se faire une idée sur peu de cas des limites de ce type de contraintes. Je me doute qu'il n'existe pas forcément d'ouvrage traitant spécifiquement de ce genre de cas. Mais pouvoir prendre le temps d'étudier des anciennes correspondances, des livres de bord de navires, ou des rapports médicaux, journaux intimes etc. Tout ceci est parfois une source de connaissance inépuisable. Cela risque certainement de me demander de passer de longs moments ici et c'est un travail de longue haleine. Mais le savoir ainsi consigné est l'occasion de toujours mieux maitriser mon domaine et mes compétences à venir. D'ajuster mes habilités naturelles et mythiques à chaque situation.
    - La durée n'est pas un problème. Le bureau sera vôtre le temps qu'il le faudra. En un premier temps l'aspect médical ou relatif au corps... »

La Capienne se perdit un instant dans la chaleur de son thé, pensant aux ouvrages qui lui venaient à l'esprit. Elle se délecta de cet instant de silence pour libérer ses sens…
    « J'ai bien deux ou trois histoires qui peuvent vous éclairer. L'histoire d'un vagabond vous aidera sur bien des aspects.. Lisez-vous d'autres langues que le français ? »

Une lueur de plaisir s’alluma dans les iris d’or de la cliente.
    « - L'histoire d'un vagabond... Je vais déjà retenir ce nom. Oui, je parle diverses langues standards, j'ai beaucoup voyagé durant ce siècle : italien, anglais, japonais, allemand et je décrypte les langues latines car j'ai appris le latin. Je parle également le Shilow.
    - Rien de plus.. ancien ?
    - En dehors du grec et du latin, non. Mais si nécessaire, je n'ai pas vraiment peur de m'initier à d'autres langues qui pourraient me permettre de m'ouvrir à plus d'ouvrages. Mais cela me prendra plusieurs mois en parallèle. Je devrai donc commencer avec des ouvrages plus... récents. La connaissance est une maîtresse exigeante et avec qui il faut savoir se montrer patient. »

Gwihir eut un sourire en posant sa tasse dans un tintement de porcelaine.
    « En effet. Au cas échéant, je peux vous servir d'interprète pour les questions les plus litigieuses. Car vous savez qu'un bon nombre des renseignements que vous recherchez sont vieux d'au moins 400 ans.. »

Puis un regard plus malicieux que les autres se déporta sur sa cliente.
    « Sachez que beaucoup de secrets dorment entre ces murs et ce, depuis des siècles... et qu'il est toujours difficile d'assainir une rumeur… »

La Princesse prit un scone et le mâcha avec une lenteur délibérée, gardant un regard perçant sur Dr Watson.
    « Je suis prête à vous aider dans votre cheminement, de vous donner les renseignements que vous espérez. Cependant, je voudrais aussi que vous m'instruisiez en retour. Est-ce que cela vous semble être un bon compromis..? »

Luna sourit avec sa douceur et son allure naturellement bienveillante. Alors qu’elle répondit, Gwihir prit une gorgée de son thé.
    « - Merci à vous de ce secours. Je suis persuadée qu'il sera très instructif de pouvoir apprendre à vos cotés. Je ne saurais dire jusqu'où remonte votre expérience, mais si vous gérez cette bibliothèque, c'est que vous avez très certainement le talent naturel pour le faire et votre aide me sera précieuse. Si je peux vous être d'un secours en retour, j'en serai d'autant plus ravie. De quel type de connaissances souhaitez-vous que je vous entretienne? Le plus gros de mon savoir est sur la médecine sous toutes ses formes.
    - Que s'est-il passé la nuit de la mort de feu la Maire et qu'est-il advenu du traitre depuis ? »

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 45

CV
Quartier d'habitation :: Atlantin
Métier :: Médecin
Pouvoir :: Soin
MessageSujet: Re: A la recherche des origines... {PV Gwihir, Luna}[Terminé] Jeu 26 Avr - 2:16
- Que s'est-il passé la nuit de la mort de feu la Maire et qu'est-il advenu du traître depuis ?


La question de la capienne était tombée comme un éclair, soudaine et sans préambule et Luna prit une seconde pour l'observer, se demandant bien quelle pièce elle jouait dans l'échiquier capien. Récente sur l'île, elle ne connaissait pas encore tous ces rouages, mais savait plus que surement à quel point ils pouvaient être mortels. Elle en avait eu la confirmation ce jour-là au manoir. Aussi, c'est avec calme et attention qu'elle vint répondre à la question.

- Je n'ai pas forcément bien assimilé tous les tenants de cette affaire. Je ne suis sur l'île que depuis peu. Je peux simplement dire ce que j'ai vu. La védine maire s'était réfugiée dans le manoir cette nuit là alors qu'elle était visiblement traquée par l'Exilé. Le Conseiller de l'Oracle a connu sa présence et demandé en vertu de la décision prise lors d'une réunion entre héritiers, si j'ai bien tout saisi, de lui livrer celle-ci. Pour éviter un bain de sang, le garde du corps de la Sang Pure l'a laissé passer. Après était-il traître d'obéir aux consignes de l'Exilé sur un accord validé par les Héritiers, je ne saurais dire. Je ne connais pas assez les coutumes de l'île. Je sais juste que n'étant pas capien, il a été décidé de le chasser du quartier capien où il est apparemment persona non grata. N'étant pas capien, il a du surement préférer répondre à la loi entre toute de préservation du secret? Une védine au courant de notre existence...

- Est-ce tout...?

- Il faudrait demander je pense à la Sang Pure. Je suis sexire et je ne connais que peu les rites et coutumes de votre quartier. En plus, celle ci ne m'a pas parlé depuis ce jour là. Je ne la connais que de manière très formelle et en dehors de soins apportés ce soir là, nous n'avons jamais réellement parlé.

Gwihir la dévisage sans animosité. La regarde longuement... en attendant d'autres choses éventuelles... Comme la notion de la seconde traîtrise. Mais Luna ne savait trop quoi rajouter pour le coup. Elle ne connaissait rien du passé de Gwihir et ne se voyait pas de discuter ainsi de la vie et des décisions de l'héritière capienne avec une inconnue. S'i y avait une chose qu'elle avait appris durant ce siècle, c'était bien de ne pas se mêler des affaires des autres races.

- Et où est-il à présent ?

Ne pas mentir sans dire la vérité, un art bien complexe et pourtant étonnamment simple pour une femme qui fuyait depuis des décennies. Ainsi, la réponse se fit de source.

- A ma connaissance, il se trouve aujourd'hui à Yasashi Koji, dans le quartier humain. Il a surement des choses à y faire et il va être compliqué pour lui de vivre sur l'île avec une race mise à dos. Pourtant il n'a fait qu'obéir à un ordre direct de l'Exilé. Tout le paradoxe est là : quelque soit la décision prise, il aurait été traître, mais en sus, le manoir se serait métamorphosé en bain de sang et l'île aurait pu se retrouver en guerre ouverte entre capiens et asuras. Je n'ose pas imaginer l'escalade lors que je vois déjà ce qu'il est advenu des victimes de cette nuit là. J'ai évité de passer devant la fontaine de sang pour tenter d'oublier un peu cette nuit horrible...

Gwihir se mit à réfléchir : soit cette femme ne savait pas tout, soit elle mentait. Effrontément...

- Avez-vous un objet à lui en votre possession ?

Luna souleva un sourcil intrigué. Pourquoi diantre aurait elle un objet de Gabriel? Vu l'état dans lequel il était arrivé la veille, toutes ses affaires avaient été mises à la poubelle et elle avait même du lui acheter de quoi sortir dans la rue. Son seul bien était son sabre et il l'avait avec lui. Là encore, elle ne mentit donc pas en répondant.

- Non, je n'ai rien en ma possession. Pourquoi m'aurait il donné quoi que ce soit? Je l'ai rencontré que peu de fois, principalement au manoir, et nous ne nous connaissons qu'assez peu. Pour tout dire, je ne l'ai croisé que trois fois en tout et pour tout. Je l'ai rencontré une fois au manoir, revu une fois la nuit de l'assaut toujours au manoir, et une fois à ma clinique où il s'est présenté en piteux état. Etant médecin, je l'ai bien évidemment soigné. C'est là que j'ai appris qu'il avait été exilé du quartier capien et comptait se rendre au quartier humain.

Luna observa plus longuement Gwihir. Pourquoi cet interrogatoire en règle? Elle était venue dans la bibliothèque consulter des livres, et non pour se faire encore une fois manipuler et mettre en porte à faux. Son corps se tendit donc imperceptiblement, plus les jours passaient et plus les capiens de l'île s'évertuaient à jouer avec elle un jeu qu'elle n'appréciait guère.

- Pour une bibliothécaire, vous êtes bien curieuse de la vie des gens. J'avoue que c'est plutôt mal aisant. Je venais simplement demander un accès à la bibliothèque mais si cela pose problème car j'ai rencontré chez vous précédemment une personne que vous jugez en traître, je peux me retirer. Cela me prendra certainement plus de temps pour apprendre comment soigner au mieux les différents mythes de l'île, mais je ne tiens certainement pas à me retrouver au milieu de toutes les tensions politiques qui semblent bercer l'île.

- n'ayez crainte, j'ai eu les réponses que je cherchais.

Un éclat de sang éclaira une seconde ses pupilles joueuses.

- Maintenant, je suis toute disposée à vous venir en aide.


Luna hésita un instant sur la marche à suivre, mais les livres de la bibliothèques étaient un bien précieux, une mine en or pour mieux comprendre le fonctionnement et la nature des différents mythes. Elle acquiesça donc à la proposition d'aide de la capienne et la conversation revint à ses recherches. Les jours et semaines qui suivirent, Luna se fit une visiteuse et lectrice assidue. D'abord tous les jours, le temps de comprendre le classement et le fonctionnement de la bibliothèque. Puis elle prit rendez vous deux fois par semaine avec la bibliothécaire pour des sessions plus poussées sur les textes en langues anciennes ou mythes qu'elle ne comprenait pas elle même. Petit à petit, son portable se remplit de références et de connaissances sur les natures et particularités des différentes races, ainsi que sur les soins déjà connus ou répertoriés dans le passé.

La somme de savoir de la bibliothèque était impressionnante. Il lui faudrait des mois pour espérer faire un tour complet, mais l'automne finit sa course et l'hiver passa en studieuses études, confirmées ou annotées en fonction des patients qu'elle recevait à la clinique. C'était une recherche parfois fastidieuse mais qui passionnait Luna : apprendre plus de la nature des mythes pour pouvoir soigner au mieux ses patients. Des particularités du virus Morany à l'impact de la chaleur sur les Esertaris et bien d'autres détails encore qui lui permirent d'équiper et commander des traitements particuliers pour prendre en charge chacun. Ainsi, le coin de physiothérapie vit il des ouvriers séjourner quinze jours à la clinique pour y aménager un coin sauna et hammam un peu particulier. Si un Esertari malade ou blessé était amené à la clinique, elle pourrait en prendre soin dans les meilleures conditions. Un exemple parmi d'autres des résolutions du Docteur Watson durant ces deux saisons par ailleurs des plus mouvementées...

~~~~~~~~~~~~
MAYDAY, MAYDAY, WE HAVE A PROBLEM!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A la recherche des origines... {PV Gwihir, Luna}[Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

A la recherche des origines... {PV Gwihir, Luna}[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Capien :: Manoir hanté-