AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 25

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé] Sam 30 Sep - 23:27


Avec. Shallia Silvermoon


Esclave du monde

“Le meilleur régime politique est la monarchie absolue tempérée par l’assassinat.”



"On ne regrette pas d'avoir peu vécu, quand on connaît les misères
auxquelles on eût été longtemps exposé dans le cours d'une plus
longue vie." de David Augustin de Brueys









Mon masque, je ne l’ai pas nettoyé depuis, il est ensanglanté. J’ai dû attendre trois jours, vers le lac aujourd’hui… Là où je les ai rencontrés. Mais à présent, j’ai des ailes, plus de faux néanmoins. Me soigner ? Je n’ai pris que quelques biscuits chez moi, j’en oublie de manger, mon teint est sombre, fou. Mes os sont toujours en miette, je suis assis dans l’herbe. La douleur ? J’ai toujours vécu avec. Alors qu’elle est physique ou morale, qu’est-ce que ça change pour moi ? Ou plutôt ; qu’est-ce cela change pour les autres, mes employeurs, mes instruments, mes victimes, mes prédateurs dans ce milieu qui craint pour beaucoup ? Rien, absolument rien, que dalle, car ce monde est fait comme ça, personne ne nous attend et une mort n’empêche pas le monde de tournée. Et les cadavres ne parlent pas, surtout pas de ceux qui les ont rendues ainsi.


Quand tu tues, si tu étrangles, tu sentiras le souffle de ta victime diminué. Si tu coupes, tu verras son désespoir, sa tristesse, la haine, une demi-seconde avant la mort. Si tu le noies, tu la verras chercher absolument la vie, de gagner à la surface en vain, se débattre, ses désirs. C’est surement pour cela que j’aime bien les lames, la haine que je vois dans les regards me rappelle ma place, ce que je suis, ce que j’ai été et ce que je ne serais jamais. J’ai été un orphelin, paumé, faible, je suis un assassin avec le regard éteint et je serais un mort de plus sur le chemin d’un loup plus féroce encore. C’est comme ça, c’est la vie, il y a un début et une fin, des remords et des douleurs, des idées reçues et des inconnues. Alors, une vie en plus ou en moins ? Il suffit de voir les guerres, je n’aurais pas dû être en première ligne, pourquoi j’ai été là, je ne suis pas un géant avec une hache, je suis l’ombre qui tue… Je suis celui que l’on oublie, tel le clochard au coin de la rue, celui qu’on regarde avec indifférence et fatalité, l’ignorant comme s’il n’existait pas. Je ne suis personne, je suis les gants qui couvres les mains sales.

J’avais un sac pas loin de moi, des trucs divers, des biscuits, de l’eau, un couteau, une corde, un petit truc de bandage, on ne sait jamais. Non, pas pour moi, une simple veste noire couvre ses vêtements trempés de sang, il est ouvert d’ailleurs. Je n’ai remis mon masque qu’une fois arrivé et mon manteau est là car ainsi, fermé, je n’attire pas l’attention. J’avais lavé mon visage, mais pas le reste… Je tousse, je regarde le ciel, elle fait quoi, j’y suis depuis l’aube. Sous ce masque, un visage décomposé, des rides de fatigue, les yeux éteints, une folie meurtrière dansante au fond d’eux. Je suis adossé contre un arbre, il n’y a pas de raison, ça me fait un dossier. Un bras est sous ma veste, me tenant les côtes malgré moi, pour ma jambe en miette, je m’en étais occupé bien que sommairement. J’avais retiré les débris, rincée, mais finalement, à remettre mes anciennes fringues, ça sert à quoi ? La chirurgie pour mes os, avec ma tronche ? Tsss, faut pas rêver, je resterais a boité dans mes conditions et dans le meilleur des cas en plus. Mais c’est dur de cacher ce genre de chose. Je repense à Cassandra, tu seras peut-être bientôt libre ma chère.


©️ Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé] Dim 1 Oct - 22:01
Il était temps de rendre à Blood ce qui appartient à Blood. Shallia était en train de se préparer, elle avait enfilé sur son dos une petite veste sous la voix d'un Corbeau qui l'invectivait dans son esprit. Quelle plaie, vivement s'en débarasser. La voila fin prête, elle couvrit la cage de l'oiseau d'un drap puis le prit par la poignée. Elle sortit, fermant la porte derrière elle. Elle ne devait pas réellement quelque chose à cet homme qui l'avait plus gêné qu'autre chose mais au moins, elle serait tranquille, plus besoin de s'occuper du piaf et de le nourrir. Il lui fallut un certains temps pour arriver sur place, elle semblait attendue par l'homme qui portait toujours son masque couvert de sang. Son corps ne semblait guère en bon étât.

"Je vois que vous m'attendiez, j'ai ce que vous désirez récupérer. Une fois que je vous l'aurai rendu nous serons quitte il me semble. Je vous fais grace des informations que je vous avais demandé de mon côté sur les Gemmas mais j'aimerais en savoir plus sur celles que vous avez pu obtenir sur la famille de ma femme."

Sur ces mots, elle découvrit la cage pour montrer la présence du prisonnier.

"Ne vous tracassez pas, on s'est occupé de lui avec soin, on l'a nourrit régulièrement. Il est en parfaite santé."

Comme signe de sa bonne foi, elle ouvrit la porte de la cage, libérant le prisonnier.

"Tu es libre, retourne voir ton ami, je pense que tu as du lui manquer pourqu'il soit venu sans trop avoir pris la peine d'aller se soigner. Je pourrais d'ailleurs te conseiller d'aller consulter rapidement un médecin si tu ne veux pas finir avec une infection."

Elle s'appuya contre un arbre, regardant la scène attentivement tout en attendant la réponse à ses questions. Après tout, même si elle ne disait rien, son objectif était atteint de son côté et elle doutait terriblement qu'il ai pu collecter des informations sur le passé de sa femme là ou celle-ci avait déjà échoué à plusieurs reprises.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 25

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé] Lun 2 Oct - 0:24



Avec. Shallia Silvermoon


Esclave du monde

“Le meilleur régime politique est la monarchie absolue tempérée par l’assassinat.”



"On ne regrette pas d'avoir peu vécu, quand on connaît les misères
auxquelles on eût été longtemps exposé dans le cours d'une plus
longue vie." de David Augustin de Brueys







Elle était finalement venue, cette femme, cette chose devrais-je plutôt dire. Car c’est ce que sont les autres pour moi, des instruments, une drogue instables et plus corrompus que moi… La haine, c’est la seule chose de vraie dans ce monde. Il y avait une sorte de cage je dirais, avec un drap dessus. Pourquoi suis-je là ? S’il n’était pas là, ne deviendrais-je pas un meilleur assassin ? Une voix féminine, je ne bouge pas. Je ne prononce même aucune parole, laissant les mots s’enchainer, n’écoutant que les informations essentielles. Ma plume noire dans mes cheveux avait repoussé depuis un moment, fardeaux complaisants, j’imagine… Je ne suis que ce que la vie a fait de moi alors que la faucheuse danse avec les morts là-haut.
« -Je vois que vous m'attendiez, j'ai ce que vous désirez récupérer. Une fois que je vous l'aurai rendu, nous serons quittes il me semble. Je vous fais grâce des informations que je vous avais demandé de mon côté sur les Gemmas, mais j'aimerais en savoir plus sur celles que vous avez pu obtenir sur la famille de ma femme. »
J’entendis un tissu tomber, des croassements, je ne tournai pas la tête…

Vraiment, que croit-elle cette gosse ? Que la vie est facile ? Que connait-elle de mon monde ? La douleur, la peur, la satisfaction de voir ses ennemis crever comme des miséreux ?
« *** Tu es bizarre, sans parler de ton état… Que s’est-il passé ?*** »
Et elle continue… Vraiment, qu’est-ce que c’est chiant ce genre d’hypocrisie…
« ***Pourquoi tu ne me réponds pas ?*** »
Un large sourire se forme sous le masque, mes yeux n’ont que la lueur de la folie. J’ai envie de sang.
« -Ne vous tracassez pas, on s'est occupé de lui avec soin, on l'a nourri régulièrement. Il est en parfaite santé. »
Qu’est-ce que cela peut bien me faire ?

Une porte qui s’ouvre, mais pas de battement d’ailes.
« -Tu es libre, retourne voir ton ami, je pense que tu as dû lui manquer pour qu’il soit venu sans trop avoir pris la peine d'aller se soigner. Je pourrais d'ailleurs te conseiller d'aller consulter rapidement un médecin si tu ne veux pas finir avec une infection. »
Mais mon compagnon a compris. Il parle autant pour elle que pour moi.
« ***Sauf que si je retourne à ses côtés, il va me tuer. *** »
Je ris sous mon masque, finissant par le retirer.
« -Après tout, mon ami… »
Je commence dans un ton plus que sinistre…
« -Je ne serais qu’un meilleur assassin ainsi… Je m’en suis rendu compte par ton absence, il est peut-être temps que l’élève dépasse le maitre, tu ne crois pas ?! Un assassin, c’est un peu comme un couteau bien affuté, plus il est tranchant, mieux le travail est accompli ! Un couteau n’a pas besoin de cœur ou de gens à ses côtés ; ceux qui m’emploient l’ont toujours bien compris. Quand on fait appelle à moi, c’est pour obtenir des informations qu’elle qu’en soit les conséquences, quand le nombre de morts importe peu… Tu dois le savoir, mon maitre…
***Qu’as-tu fait ? Pourquoi tu es dans cet état ?***
-Je suis ainsi et j’ai découvert à quel point les dirigeants sont hypocrites et naïfs, surtout ce cerf. « Il n’y a aucune valeur à une vie… Qu’on soit un dirigeant ou un sans-papier », j’imagine que le pouvoir rend aveugle à la réalité. Pour les femmes, tous les hommes doivent paraitre comme des violeurs et pour les hommes, toutes les femmes doivent paraitre comme des tentatrices… »
J’éclate de nouveau de rire, mon cœur souffre, mais c’est ainsi, mon véritable masque est le visage que je porte tous les jours.

Vraiment…
« -Vraiment, qu’importe le prix après tout, quelle que soit la race, les êtres vivants recourent toujours au sang, mais tant mieux, sinon, les gens comme moi n’existeraient pas. Cette guerre va donner tellement d’orphelins qui devront se rendre compte de cette réalité, les plus faibles mourront et les plus forts deviendront de nouvelle bête.

Je vais donner les informations que je te dois, toi qui pette le feu, mais comme tu ignorais quel poisson j’étais à l’origine, je vais aussi te donner le prix que cela t’aura couté ; une fillette, un homme, un soldat gemma, je crois qu’il y en a eu d’autre, mais bon, le plus important n’est-il pas tes informations ? Après tout, les cadavres sont mon champ de blé, tu n’as fait qu’appeler le moissonneur.
Pour ta femme, l’auberge est classée dans les affaires accidentelles, mais il y avait eu des rumeurs. De plus, aucun corps, même cramer, il reste toujours quelque chose, je m’y connais. Après quelque petite recherche, j’en suis venue à plusieurs hypothèses, dont deux ; Ils devaient savoirs qu’ils étaient menacés et ils ont fuie en mettant feu à leur propre auberge pour pas qu’on les cherche. Mais pour ça, je trouve bizarre que personne ne les ait revus par la suite. La deuxième, un assassin les a tués puis fait disparaitre leurs cadavres pour enfin trafiquer la conduite de gaz et foutre le feu discrètement a l’auberge pour faire disparaitre d’éventuelle preuve.
Et pour toi, même si la guerre est passée, c’est susceptible de t’intéresses. Ils ont un réseau dans leur montagne, des portes dérobées, je n’ai juste pas eu le temps d’arriver à choper une carte ; impossible de trouver les passages sans elle. Et ils ont des croyances, ces points faibles qui normalement, ne sont propres qu’au Zéphyr ; Frak As, ils ont un buste de ce personnage respecté, j’imagine que ça serait une grande perte de le voir détruit. Aussi, ils obtiennent le pouvoir par la force, vous devriez avoir vos chances, surtout au vu de leur naïveté. »

Je soupire, ma jambe est douloureuse… Je toussai un coup, souriant toujours… Je fixe mon « compagnon », folie est mon mot favori.
« -Qu’attends-tu, mon ami ? Aurais-tu peur de moi ?
***Ceux qui n’auraient pas peur de toi quand tu es dans cet état sont encore plus fous que toi. Ton devenir est plus important que ma vie, mais si je me laisse tuer, ce n’est pas un tueur qui viendra te prendre, mais ta propre folie. *** »
Il avait encore parler aux deux personnes présentes, moi et elle. J’ai toujours été ainsi, non ?

À souffrir.

À tuer.

J’entends le canon d’un pistolet que l’on amorce et une fille sortir de quelques fougères. Des lunettes, yeux rouges, cheveux blancs. Vois-tu, ma chère chatte, je ne t’ai pas menti sur son existence, juste sur notre relation. Elle avance, les mains tremblantes, qu’attends-tu ? Mon sourire ne se fait que plus étendu.
« -Qu’attends-tu ? N’est-ce pas ta chance ? Si tu ne le fais pas maintenant, c’est toi qui tomberas.
-Où est ton maitre ?
-Ainsi, le pigeon t’intéresse. Tu regardes autour de toi de temps en temps ? »
Elle tourne enfin la tête, voyant l’invitée et celle qu’elle demande. Elle semble choquée.
« -S’il n’est pas à tes côtés, c’est que c’est probablement trop tard.
-Je le répète, qu’attends-tu ?
-Tu ne peux rien faire dans ton état et sans arme…
-Qu’attend-tu, voyons, Cassandra, cela fait bien des années après tout.
-C’est vrai, mais… »
Les larmes commencent à couler, l’arme se baisse, elle se mord la lèvre.
« -J’aurais dû m’en rendre compte plus tôt, mais je ne peux pas te tuer tout comme tu ne le peux pas. Et tu sais, tu auras beau sourire comme si tout allait bien, je pourrais toujours lire en toi. Je peux voir que tes actions ne sont que la suite logique de ce qui s’est passé.
-Tais-toi…
-Pourquoi ? Ta souffrance, tu dois le voir tous les jours, chaque nuit, non ?
-C’est ça être assassin.
-Non, tu n’es pas un assassin… Tu n’es que l’homme qui n’a pas réussi à protéger son frère ce jour-là. Doit je te le rappeler, te rappeler pourquoi on s’est poursuivi ?
-Tais-toi !!!! »
J’avais hurlé, mes yeux n’avaient pas changé, mais je ne souriais plus.

La source de mon pouvoir est mon cœur.
« -Non ! Tes pouvoirs… Tu peux donner la haine, car tu l’as toi-même vécue, tu peux offrir le désespoir, car tu le vis au quotidien, n’est-ce pas ? C’est notre malédiction, tu le sais bien, la malédiction des orphelins. Le jour ou celui qui m’a adopté, un Gemma, à tuer ton frère d’une balle dans la tête devant toi, il t’a offert son cœur, tout s’est effondré… Puis tu es allé le venger en tuant mon père. Je devais être idiote, on était que des mômes, mais… On a dû apprendre à devenir adulte ce jour-là. Tu ne fais qu’haïr.
-Tu devrais te taire. Le monde est ainsi, fait d’instrument, comme moi et de gens qui paye pour nous envoyer à la mort, comme elle. Tu es naïve de ne pas l’avoir compris plus tôt.
-Vraiment… Ton état, tu serais capable de te laisser mourir, mais… Un instrument est-il capable de ça ? Tu devrais m’aider si tu n’es vraiment que l’ordure que tu prétends. »
Elle retourne son pistolet contre elle, se suicider ? Une part de moi criait de l’en empêcher quand l’autre, déjà morte, désirais qu’elle en finisse, que ça lui facilite la tâche. Pourtant, je ne bougeais pas, que pourrais-je faire de toute manière ? Peut-être est-ce la première fois de ma vie…
Que mon sourire qui revenait était sincèrement souffrant et que des larmes coulent le long de mes joues. Je ne peux rien faire, mais il n’y a pas que moi, mon corbeau avait fini par se réfugier dans un arbre pendant la discussion, mais… Celle qui m’a employé, laisserait-elle vraiment faire ça ?



©️ Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé] Dim 8 Oct - 11:44
Shallia était un peu perdue, pourquoi désirerait-il tuer le Piaf alors qu'il avait fait tout ce chemin pour le récupérer. Bha après tout, c'était leur problème pas le sien. Elle en apprit un peu plus sur les deux questions qu'elle lui avait posé lors de leur première rencontre. Il semblait bien moins impétueux que la première fois qu'elle l'avait vu. Certainement les blessures et la fatigue du champs de bataille. La suite des événements ne me regardaient guère. J'allais m'en aller laissant les deux volatiles ensemble lorsqu'un événement que je n'avais pas planifié le moins du monde survint. Une femme fit son apparition, la peau blanche comme le lait, les yeux rouges vifs comme une pomme rouge du Mont Fuji. Que voulait encore cet intru alors que la femme chat ne désirait qu'une chose, aller retrouver sa femme.

Une discussion assez envenimée en suivit, la demoiselle tournant le canon d'une arme à feu dans sa direction, voulant visiblement mettre fin à ses jours. Que devait-elle faire ? Rester là, ne pas bouger et la regarder s'exécuter devant ses yeux ? Simplement tourner le dos et la laisser aller au bout de son acte ? Non, elle ne pouvait s'y résoudre, autant Blood était dans l'esprit de Shallia un connard finit, autant cette demoiselle semblait une parfaite innocente. Elle jaugea du regard l'homme qui venait d'enlever son masque, il semblait changé, terrifié, des larmes s'écoulant de ses yeux. Il avait donc tellement peur de la perdre ? Cette femme était donc si importante à ses yeux ? Bien plus que son pauvre maître en tout cas. Elle ne pouvait pas la laisser se faire flinguer pour un sale type comme lui, un homme surtout.

"Du calme, ne fait pas de bêtises... Je ne sais pas ce que tu peux lui reprocher mais je ne pense pas que ça en vaille la peine."

Elle s'élança dans la direction de celle-ci aussi vite qu'elle le put, la heurtant pour la faire basculer dans l'herbe tandis qu'elle lui tordait le poignet avec force et vivacité pour lui faire lâcher l'arme. Elle dut ressentir une certaine douleur, cela se voyait à ses yeux alors que l'arme à feu tomba au sol. Shallia était installée à califourchon sur elle, utilisant une de ses mains pour maitriser les deux autres au dessus de la tête de la demoiselle. Son autre main vint lui caresser la joue dans le but de la calmer.

"Chut...Chut, tout vas bien, tu es en sécurité, je ne te ferai aucun mal. Explique moi ce qui se passe. L'homme là-haut t'as fait des misères ?".

Elle tourna la tête en direction de Blood, lui lançant un regard mauvais avant de se reconcentrer sur celle qui se trouvait sous elle.

"Doucement, je te libère si tu me promets de ne pas faire de bêtises. Deal ?"

Un sourire doux sur les lèvres, elle attendait la réponse de celle-ci.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 25

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé] Dim 8 Oct - 22:14



Avec. Shallia Silvermoon


Esclave du monde

“Le meilleur régime politique est la monarchie absolue tempérée par l’assassinat.”



Depuis mon enfance, j’ai vécu beaucoup de choses, la mort, la douleur,
la peine, le désespoir…
Est-ce mal ? Mais surtout, qu’est-ce que cela change pour moi ?
Aujourd’hui, je suis terrifié à l’idée que l’on me tende la main
et que l’on m’accepte enfin tel que je suis…








Cassandra… Tu as certainement raison, je ne peux pas me résoudre à te tuer de mes mains. C’est surement pour ça que j’ai souvent usé de moyen détourné… On me dit fou, mais les gens qui parlent de moi n’imaginent pas à quel point ils sont proches de la vérité. Le ciel est trop bleu pour moi, le soleil trop éblouissant, la bonté plus affutée qu’une lame… Je me dois donc de demeurer dans l’obscurité. Du coin de l’œil, je vois mon maitre sur une branche, en hauteur, m’observant plutôt tristement. Part mon ami, si ce n’est pas aujourd’hui, ça sera certainement un autre jour, quand l’un de nous aura oublié…

Quand on aura oublié qu’il existe probablement une autre voie que celle empruntée.

Mon employeuse ne semblait pas être capable de rester immobile, de voir les choses se passer.
Doit je m’en réjouir ?
Doit je être déçus ?

Vraiment, je n’ai jamais su quoi en penser… Je ne suis pas payée pour réfléchir, on me paye pour agir sans poser de question… Oui, on me paye à ne plus avoir de conscience, à mourir de l’intérieur, pour me flétrir…
« -Du calme ne fait pas de bêtises... Je ne sais pas ce que tu peux lui reprocher, mais je ne pense pas que ça en vaille la peine. »
Ma chère ne fait que la regarder su coin de l’œil avant d’être surprise de la voir s’élancer. Le choc fut rapide et rapidement, à la fois surprise et blasé, facilement désarmée. La fille chat était à califourchon sur elle, la caressant d’une main quand l’autre empêchait mon amie de se mouvoir librement. Cassandra serrait les dents, les yeux larmoyants.
« -Chut...Chut, tout va bien, tu es en sécurité, je ne te ferai aucun mal. Explique-moi ce qui se passe. L'homme là-haut t'a fait des misères ? »
Elle me lança un regard pas très sympathique. Je dois me ressaisir, personne ne doit voir qui je suis vraiment… J’essuie mes larmes d’un revers de manche… Je me contiens, bien que je n’essaye plus de sourire pour rien cette fois-ci, ne laissant pour une fois, que mon visage éteint… Écraser sous le poids de la fatalité. La fille continua de parler, souriante, mais mon amie ne risque pas de répondre tout de suite, la boule dans sa gorge l’oppresse autant que ses larmes.
« -Doucement, je te libère si tu me promets de ne pas faire de bêtises. Deal ?
-C’est fou à quel point tu ne comprends pas… Sa langue est devenue aussi fourchue que la mienne, ses dires sont tout aussi véridiques que les miens. »
Enfin, c’est ce que je pensais…

Je pense toujours, quand je ne cauchemarde pas, qu’il n’y a rien à espérer.

Car une voix au volume tout juste audible finit par se faire entendre dans le silence.
« -Il a raison au moins sur ce point… Vous ne comprenez pas. De plus, vous êtes une moranie semble-t-il, donc pourquoi conserver ma vie, a moi qui suit humaine ? »
Pour t’utiliser… C’est ainsi que sa marche, je soupire, parvenant à me lever à peine, difficilement, douloureusement. Je respire un coup…
« -Elle a surement fait ça, car tu vaux mieux que moi… Et je pense qu’elle a raison, pour une fois. Et je vais te rappeler pourquoi, pourquoi tu pointeras plus souvent l’arme sur moi que moi je le ferais. »
Je regarde aux alentours puis je finis par enlever mon haut, dévoilant mon torse… Un cœur noir brisé à l’endroit où ce cœur battant demeure vraiment… une longue cicatrice courant de mon épaule gauche pour aller s’enfoncer jusqu’au côté droit de mon bassin… Sans compter certains éléments à part la crasse et le sang séché venant s’ajouter au tableau ; les cotes enfoncées de la dernière bataille. Puis finalement, des ailes sortent de mon dos, noires, longues, voilà ce que je suis…
« -Ce jour-là, tu m’as dit ; " à toi qui tues les tiens, à toi l'assassin. La prochaine fois que l'on se verra, ça sera en ennemis mortels. Seule ta mort me satisfera… mon cher ami d'enfance. " Tout en me sauvant la vie, pour la première fois. T’en rappelle-tu, Cassandra ? Ma question est donc la suivante, pourquoi aujourd’hui renonce-tu et tourne l’arme censée me tuer vers toi ? »
Elle ferme les yeux, les larmes nourrissant le sol, refusant de me répondre.
« -Je suis ce que je suis ma chère. Peut-être qu’il en aurait été autrement dans une autre vie, mais on n’est pas dans une autre vie. Je suis un ange déchu, esclave de ce monde. Alors pourquoi pleures-tu pour un esclave qui ne ressent rien ?
-Je ne pleure pas pour toi. Je pleure pour ce visage que tu aurais pu avoir si je t’avais tendu la main à cette époque au lieu de te haïr en même temps que de t’aimer.
-Vraiment ? Pourquoi tendre la main à un assassin ? Surtout un comme moi ? Je haïs tellement de choses après tout ; les humains, car ce jour-là, tu ma trahit quand j’espérais tant, les moranys car ils ont un jour trahi mon maitre, les Gemmas qui m’ont tous pris par le passé et les Zéphyrs qui ont fait de moi un orphelin, nous condamnant moi et mon frère. Je te le répète donc, je suis un ange déchu, mon existence ne présage pas un miracle, mais qu’une succession de malheur.
-Je suis désolé…
-Ne t’excuse pas. C’est la fatalité, rien d’autre. La même qui fait que même si je le souhaitais, je ne pourrais jamais aller me faire soigner convenablement à cause de ce que je suis et ce que je fais. Tu es une espionne, je suis un assassin, tu devrais le savoir pourtant. Tu devrais même t’éloigner de moi un peu au lieu de me pourchasser sans relâche, ce que tu poursuis à cesser d’exister après tout… Demande donc à celle qui t’empêche de faire une bêtise si tu ne me crois pas, arrête de t’attacher à cet espoir naïf »
Elle pleure de plus belle avant de tourner son visage si sincèrement désespéré vers sa sauveuse providentielle. Regarde mon état ma chère… Que croyais-tu donc faire ? Tu dois le savoir, que je n’aurais pas bougé ni que je t’aurais aidé à en finir.

Car je suis une ordure.

Alors, n’espère pas que je te tue, mais n’espère pas non plus que je te sauve.
« -Vous qui m’avez sauvé sans raison et qui sembler connaitre Blood, comme je l’ai ainsi nommé à l’origine… Dites-moi donc, pourquoi est-il dans cet état ? Ne puis-je vraiment pas le ramener ? Tuez-moi dans ce cas… Je ne veux pas être comme lui, vivre dans le désespoir d’une fatalité. »
C’est alors qu’une voix résonna dans nos têtes à tous… Lui qui demeure percher sans m’approcher.
« ***Si tu meurs, tu ne feras que fuir le problème. Tu ne feras que lui donner raison au final et le désespoir restera, car la lumière se sera éteinte. Je ne suis peut-être qu’un ancien assassin ayant été trahi par les miens pour couvrir les apparences, mais je m’en suis relevé, je n’ai pas haï. Je sais que vivre est difficile, mais Blood est justement ainsi, car il a renoncé à vivre. ***
-Je suis là je te ferais dire. Et je n’ai pas renoncé à vivre, je vis simplement dans la vengeance et dans l’attente d’un monde en flamme.
***Vraiment ? Tu ne crains plus la mort depuis longtemps malgré ton âge. Le jour où cette fille t’a cramé les bras, t’emprisonnant, tu te laissais faire pour ne pas révéler ce que tu étais vraiment. Mais aussi, car la menace ne te faisait rien, si je n’étais pas devenue otage et dit de faire ça, tu serais mort. *** »
Je souris, que crois-tu donc ?

Cassandra elle, commence à regarder, terrifié, celle qui l’avait sauvé, faisant un lien entre mes cicatrices de brulure sur les bras et celle au-dessus de sa personne.
« -Lâcher-moi… »
Je soupire, arrête de flipper pour rien.
« -Si elle voulait te faire flamber, je ne pense pas qu’elle t’aurait sauvé. Assure-toi la prochaine fois, juste, que l’on soit que tous les deux si tu ne veux pas te faire interrompre dans ta mascarade.
***Blood, n’oublie pas, même si tu veux actuellement me tuer, que j’étais toujours là. La perte de ton frère, que je considérais comme mon fils tout comme toi, ma détruit, mais le pire est de te voir tuer, sans arrêt, sans forcément de contrat, pour le plaisir. Depuis le temps, j’ai compris que tu faisais ça uniquement pour éviter de penser à ce que tu as perdu. ***
-Je sais que ma vie vous passionne, mais à présent, je me demande si je ne vais pas devoir agir… Le feu a des oreilles aussi et je n’aime pas que ce dernier entende ma life. Devrais-je aussi vous tuer pour qu’aucun ne sache mon histoire ? Il y a trois jours, il y a eu une guerre pour laquelle j’ai été contraint de participer, je n’ai plus envie de jouer là. »
Enfin, mon maitre se tait, voyant que j’étais sérieux. Et mon amie d’enfance, tête vers le sol, ne se met qu’à pleurer encore plus, tremblante. Oui Cassandra, tu m’as perdue il y a fort longtemps.






©️ Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé] Dim 29 Oct - 10:31
Une sacrée scène voyait le jour sous le regarde de Shallia. Un jeux ou seul la mort semblait poindre au bout du chemin. Elle avait besoin de repos pas d'un spectacle comme celui-ci, éreintant à souhait. Elle continuait de plaquer la demoiselle au sol, son regard braqué vers l'ange déchu. Ce Zéphyr était dangereux, incalculable, ingérable, plus vite il aurait disparu de sa vue et plus vite elle serait tranquille et soulagée. Son mit, du repos, sa femme, voila ce dont elle avait réellement besoin pour l'instant. Les phrases devenaient de plus en plus agressives et semblaient monter crescendo. Devait-elle partir et leur laisser régler leur compte? Elle n'avait rien à voir dans cette histoire, cela ne la regardait pas mais elle ne pouvait en tant que futur Alpha laisser un meurtre se perpétrer sur ses terres. Elle se releva donc, libérant la demoiselle, ses yeux braqués sur l'homme jadis masqué.

"Je pense qu'il serait temps que chacun rentre chez soit si on ne veut pas que la situation dégénère. Écoute, je n'aime guère être menacé, je t'ai laissé la vie sauve après que tu aies tenté de faire du mal à ma femme. Oui, il y avait une condition, tu devais travailler pour moi. Tu m'as aidé lors du grand conflit, on est quitte, je t'ai rendu ton corbeau et le reste ne me regarde pas."

Elle posa sa main sur la demoiselle, lui agrippant l'épaule pour l'aider à se relever. Elle tenait à remettre les choses au clair vu le regard qu'elle lui portait. Il était le seul fautif de ses blessures après tout.

"Tu n'as pas à rester prostrée devant lui ainsi, soit forte, s'il ne veut pas de toi auprès de lui, tourne la page... Tu as une vie à vivre, le tourment ne t'apportera jamais rien de beau. Je n'ai aucune intention de te tuer et pour ce qui est arrivé à Blood comme tu l'appelles, je n'en ai aucune idée, je ne l'ai croisé qu'une seule fois et il n'est pas le genre à s'épancher à une inconnue. Tu le connais mieux que moi. Tout ce que je peux te dire, c'est que ta mort ne résoudra en rien son problème, de ce que je peux comprendre d'une vision extérieure, cela risque d'amplifier énormément son envie de tuer qui semble déjà irrépressible maintenant."

Shallia passa délicatement une mains sur la joue de l'humaine pour en chasser les larmes.

"Calme toi, seule la réflexion nous fera sortir du mauvais pas où on est embarqués tous les quatre. Blood tiens-tu tant que cela à voir cette personne si chère à tes yeux mourir? Je ne suis pas dupe, loin de là, je sais pertinemment que tu tiens à elle. Plutôt que de la considérer comme une faiblesse, tu ferais mieux de faire d'elle ta force..."

Elle se retrouvait à faire intermédiaire dans une situation qui ne la regardait pas le moins du monde.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 25

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé] Dim 29 Oct - 18:34



Avec. Shallia Silvermoon


Esclave du monde

“Le meurtre parfait est de pousser l'autre au suicide...”


On dit pécheur pour celui qui ne croit pas à l’Eglise;
On dit meurtrier pour celui qui ne croit pas à la vie.






Je rentre mes ailes et me rhabille, après tout, il ne sert à rien d’attirer l’attention pour rien. Je suis parfois lassé par tout cela, tous ces idiots qui pensent que les choses sont simples, qu’il existe d’un côté le bien et de l’autre, le mal. Il n’en est rien pourtant, je décrirais plutôt l’existence comme des actions et des conséquences, un tourment qui jamais ne prend fin. Peut-être même vit-on afin de se préparer à notre propre mort au final ? Peut-être est-ce un regard pessimiste des choses, mais d’un autre côté, ce n’est que le reflet de ce que je suis. Certains disent que l’on finit tous jugés, mais si je prends la mort comme jugement, alors, c’est le jugement qui a entrainé les actions et non l’inverse.
Cassandra finit par se faire relâcher par le feu, ces mêmes flammes qui me fixe et me jauge à présent.
« -Je pense qu'il serait temps que chacun rentre chez soi si on ne veut pas que la situation dégénère. Écoute, je n'aime guère être menacé, je t'ai laissé la vie sauve après que tu as tenté de faire du mal à ma femme. Oui, il y avait une condition, tu devais travailler pour moi. Tu m'as aidé lors du grand conflit, on est quitte, je t'ai rendu ton corbeau et le reste ne me regarde pas. »

Chez soi, un terme bien dérisoire, surtout quand l’on sait où je vis ? Il n’y a jamais vraiment d’endroit ou retourner, ce sont juste des endroits temporaires pour se cacher à la mort qui rodent en permanence… Tenté de faire du mal à ta femme ? Je ne peux nier que j’avais bel et bien l’intention de jouer un peu avec elle, mais il me semble que les flammes sont arrivées avant que je fasse réellement quelque chose à la demoiselle. Et pour le reste, j’y peux quelque chose si on a décidé de venir me chercher des ennuis, aussi blanche, et pale qu’en soit la source ?

Elle aida ma chère à se relever, cette dernière qui sembla hésité une dernière fois au vu du regard qu’elle porta à l’arme plus loin. Mais elle s’abstient, peut-être a-t-elle compris que ça ne servirait à rien ?
« -Tu n'as pas à rester prostrée devant lui ainsi, soit forte, s'il ne veut pas de toi auprès de lui, tournes la page... Tu as une vie à vivre, le tourment ne t'apportera jamais rien de beau. Je n'ai aucune intention de te tuer et pour ce qui est arrivé à Blood comme tu l'appelles, je n'en ai aucune idée, je ne l'ai croisé qu'une seule fois et il n'est pas le genre à s'épancher à une inconnue. Tu le connais mieux que moi. Tout ce que je peux te dire, c'est que ta mort ne résoudra en rien son problème, de ce que je peux comprendre d'une vision extérieure, cela risque d'amplifier énormément son envie de tuer qui semble déjà irrépressible maintenant. »
Si facile à dire quand on ne sait pas. Cela fait des années qu’elle me poursuit, que l’on se fait du mal l’un à l’autre, que l’on survit si je puis dire. Tourner la page, c’est ça ? Il y a des choses que l’on ne peut oublier et je sais très bien sans la regarder que Cassandra le sait aussi bien que moi. Mais sans doute au moins, elle arrêtera son obstination bien que ça m’interroge sur ce qu’elle essayera de faire par la suite. Tuer, oui, voir les visages meurtris, effrayés d’inconnues plutôt que celui de mon frère défunt. C’est quelques choses que personne ne pourra sans doute jamais comprendre.

Un visage séché par une main, pour que les larmes cessent de couler. Un corbeau qui de sa branche, observe la scène.
« -Calme toi, seule la réflexion nous fera sortir du mauvais pas où on est embarqués tous les quatre. Blood tiens-tu tant que cela à voir cette personne si chère à tes yeux mourir ? Je ne suis pas dupe, loin de là, je sais pertinemment que tu tiens à elle. Plutôt que de la considérer comme une faiblesse, tu ferais mieux de faire d'elle ta force...
-Je n’aurais pas bougé si c’est ça que tu te demandes. Et tous les quatre, disons plutôt qu’elle t’a embarqué dans nos affaires sans que je le souhaite. Et comme tu la dis plus tôt, tu avais pris Vent Funeste en otage… Si tu as des êtres proches de toi, ils seront systématiquement pris comme monnaie d’échange et deviendront une faiblesse. Surtout pour un assassin. Alors que si tu n’as plus rien à perdre ou du moins, fais en sorte de ne plus avoir rien à perdre, il n’y aura plus de moyen de pression sur toi. Et donc, tu pourras agir à ta guise.
Ainsi, que je tienne à elle ou pas n’est pas la question ; un outil n’a pas besoin de sentiment, il a juste besoin de savoir tuer. »

Tout comme un marteau sert juste à fabriquer des objets et enfoncer les clous. C’était logique non ? Ne m’as-tu pas utilisé toi-même pour remplir quelque chose ou tu ne voulais pas te salir les pattes ?

Tu as le teint sombre, même pour un corbeau, je le vois d’ici.
« ***" faire en sorte de ne plus avoir rien à perdre", j’imagine que tu insinues, tuer ce qui te tien a cœur, littéralement. *** »
Un grand sourire, tu sembles avoir compris. La folie est la meilleure des délivrances, j’imagine.
« -Tu comprends vite, mon cher maitre.
-Mais… Cela serait à en devenir fou… »
Je soupire.
« -Ne le suis-je pas déjà ? Mais bon, ce n’est peut-être pas pour ce soir. Bien qu’un petit massacre est très tentant, je suis assez lasse de la situation actuelle entourée d’idiotes. »
J’avais dit ça en regardant la vie du lac se passant derrière, un peu plus loin, et les quelques malheureux se trouvant là. Finalement, je tourne talon sous une Cassandra tremblante, je m’arrête un instant, sans les regarder, afin d’éviter qu’elles voient mon regard perdu dans le vague.
« -Tu devrais arrêter d’essayer de me sauver ou je ne sais quoi Cassandra.

Car on ne peut pas sauver une ordure. »

Et je continue, marchant très mal à cause de mon état. Vent Funeste c’était envolé, sans pour autant se perché à une de mes épaules, il me suivait du ciel.



Une fois partie, Cassandra, toujours apeuré et triste dit tout bas.
« -La véritable ordure n’est-il pas ce monde pour nous avoir rendu ainsi ? »
Elle secoua la tête, regardant un moment le sol… Finalement, sans sourire, mais sans larme non plus, elle dit à la femme flamme ;
« -Désolé de vous avoir mêlé à ça… »
Même si d’un autre côté, sans elle, cela aurait pu mal tourner…



©️ Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé] Dim 5 Nov - 12:48
L'ange déchu semblait bel et bien bouché, continuant à considérer la jeune femme comme une faiblesse plutôt que de tenter d'en faire un point fort. Tampis pour lui, elle n'allait pas se battre pour lui faire entendre raison. Elle n'avait de toute manière plus rien à faire ici en particulier. Il n'était peut-être après tout plus réellement sauvable. Contrecarrait-il le célèbre dicton ? Elle n'en avait cure mais ne pouvait de par évidence même laisser mourir des gens devant-elle dans la forêt qui bientôt serait sous sa juridiction. Les meutres, ce ne doit guère-être bon pour la popularité. Blood finit donc par s'en aller laissant la pauvre femme derrière elle. Il ne faisait qu'appuyer la vision négative que Shallia portait aux hommes. Bon, le voila parti, bon débarras, elle allait pouvoir rentrer chez elle. Il lui restait juste une chose à régler au préalable, elle tourna son regard à nouveau vers la rescapée la couvant de ses yeux avec douceur.

"Tu n'as pas de raison de t'excuser de m'avoir mêlée là dedans. Je suis juste soulagée que cette rencontre se termine sans un cadavre pour souiller cette forêt. Désires-tu me parler un petit peu de ce qui fait que tu es prête à mettre ta vie en l'air pour un tel ingrat ? De l'amour je suppose. Je ne suis guère bercée dans les relations homme-femme mais si je peux t'aider, il ne faut pas hésiter."

Elle sortit d'une poche intérieure de sa tunique une petite carte professionnel et la tendit à son interlocutrice.

"Si vous désirez me voir, vous aurez mon adresse et vous saurez où me trouver."

J'étais prête à tourner les talons suivant comment elle réagirait à ma proposition.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 25

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé] Dim 5 Nov - 15:06



Avec. Shallia Silvermoon


Esclave du monde

“Le meurtre parfait est de pousser l'autre au suicide...”


On dit pécheur pour celui qui ne croit pas à l’Eglise;
On dit meurtrier pour celui qui ne croit pas à la vie.







Cassandra est sans doute, avec Vent Funeste, une des seules personnes où mes sourires ne marchent pas… Car elle me connait trop bien pour se faire avoir comme ça, par mes mensonges ou encore, ma noirceur. Depuis ce jour, sans que je me doute, au fur et à mesure que l’on se voyait, l’on a grandi à la différence près qu’elle a appris à comprendre et à se diriger vers la lumière quand moi, je ne faisais que m’enfoncée dans le désespoir. A-t-elle rêvé quand moi je cauchemardais ? S’est-elle souvenue de la vie de mon frère jumeau quand moi, je ne pouvais que me souvenir de sa mort ? La haine engendre la haine, j’en suis le résultat et sans doute l’a-t-elle bien compris. Alors que j’étais partie, elle s’était excusée de ce qui venait de se passer à la fille du feu qui l’avait sauvé.
« -Tu n'as pas de raison de t'excuser de m'avoir mêlée là-dedans. Je suis juste soulagée que cette rencontre se termine sans un cadavre pour souiller cette forêt. Désires-tu me parler un petit peu de ce qui fait que tu es prête à mettre ta vie en l'air pour un tel ingrat ? De l'amour, je suppose. Je ne suis guère bercée dans les relations homme-femme, mais si je peux t'aider, il ne faut pas hésiter.


-Je ne suis pas amoureuse de lui… J’ai grandi avec lui, à l’orphelinat, c’est moi qui lui ai donné ce nom et ce prénom à l’origine. Au début, sans doute ai-je été comme lui, aveuglé… En soi, je le considère comme un frère. Mais ce frère est devenu le résultat de la haine de la société, il est à la fois un pantin et l’avatar de la partie sombre de ce monde. Il vit là où les secrets n’existent plus.
Je ne sais pas si on peut vraiment m’aider, mais merci quand même.»

Là où les secrets n’existent plus… Elle savait de quoi elle parlait, tout comme moi, elle a déjà trempé là-dedans. Le trafic d’être vivant que ce soit des humains ou des mythes, la drogue et tant de choses qu’une seule liste ne pourrait contenir. La haine m’a engendré il y a de cela bien longtemps… Elle essaye de m’aider, regrettant aujourd’hui sans que j’en aie conscience, de ne pas avoir été là où j’ai basculé, le jour où la mort a frappé. Elle me considère comme un frère que l’obscurité a enlevé sans parler de mon frère jumeau qu’elle considérait pareillement, mais où c’est la mort qui l’a retiré de sa vie à jamais. La fille du feu prit une carte professionnelle de sa tunique pour la donner à Cassandra qui l’accepta.
« -Si vous désirez me voir, vous aurez mon adresse et vous saurez où me trouver.
-Merci. Et pardon encore pour toute cette histoire… »
Dit-elle avant de partir à son tour, les yeux vers le ciel, se demandant si tout cela était le résultat du destin ou de la fatalité.


Oui… Dans ce monde, nous ne sommes que des esclaves, des pantins utilisés pour satisfaire quelqu’un d’autre au prix de notre sang, de notre vie, de notre humanité si on considère que l’on en possède.



©️ Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Esclave du monde [PV Shallia Silvermoon][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» je fuis le monde. [apollo] [terminé]
» [Terminé] Rien dans ce monde n’arrive par hasard || Anubis
» Alice Lucy Wilson. ~Être rebelle c'est refuser l'idée que le monde est figé.~ {Terminée}
» (terminé) « Et de ses tentacules, la pieuvre l'enserra, solitude infâme qui isole du monde. » [pv Nathanaël]
» Sans famille, seul au monde, on tremble dans le froid ✖ ( terminé )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Morany :: Lac-