AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un conseil ou une conseillère ? [Pv Maria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Un conseil ou une conseillère ? [Pv Maria] Dim 8 Oct - 23:08
Biiip… Biiip… Biiip… C’était son portable qui lui indiquait qu’il devait couper court à son entretien.
    « - Je vois et je comprends votre point de vue. Je ne m’imaginais pas les choses sous cet angle.
    - C’est sûr qu’en restant dans votre tour d’ivoire, vous ne voyez pas grand-chose.
    - Je n’aurais pas utilisé ce terme… »

Encore une activiste qui le prenait pour un de ses embourgeoisés vivant dans une bulle. Il ne cachait guère son irritation : il voulait combattre ce cliché. Car en plus d’altérer son image, ça ne l’aidait pas dans sa mission : se faire aimer et apprécier de tous. Ou presque. Elle ne lui plaisait pas cette Adélaïde… De plus, elle avait de menues épaules et des hanches à faire pâlir un fauteuil trois place. Un triangle, un V à l’envers… Une pyramide. En plus avec ses idées d’autres siècles… Mais bon, trop en chair pour être une véritable momie bien que son visage nous convainc du contraire.

Une joute plus tard de ‘J’aurais pas dit ça…’, de ‘J’aurais pondéré ce propos’, de ‘Hummm… non.’, ils se mirent d’accord sur une chose. Une et une seule : ce poste n’était pas pour elle. Comment conseiller si nous n’avons pas même une idée en commun ? Poliment mais froidement, il l’accompagna à la porte et conclut par un :
    « - Passez une bonne journée.
    - Profitez pas trop de nos impôts. »

Et toi de ton chômage pour optimiser ton infarctus, connasse (en guise de ponctuation).


Sans même qu’il dut faire une geste, Hervé sut qu’il n’allait pas lui envoyer une réponse positive. Il commença de suite pour balayer cette femme de leurs vies. Esteban prit un verre d’eau frais et soupira.
    « - Elle était vraiment si pire ?
    - … pire encore. »

Il passa une main lasse sur ses yeux et dans ses cheveux. Le rouquin finit son verre tout en regardant l’heure : il avait débordé sur le temps et la prochaine devait déjà attendre… ou au moins passer les contrôles. Alors qu’il ouvrit la bouche pour poser la question, son secrétaire le devança :
    « Elle est déjà en salle d’attente depuis quelques minutes. »

Oh. Puis le regard des deux hommes convergèrent et un sourire commun fleurit en même temps :
    « - 50 que tu le mets pas d’ici.
    - Tenu. »

Il était bien ce Hervé. Ainsi, le Maire fit face à son objectif et d’un geste souple envoya le gobelet en plastique en direction de la poubelle. Mais dû à la légèreté du composé, le rouquin perdit donc 50€.
    « Ça sera mis sur ta paye. »

Si d’ici là il ne gagne pas d’autres paris.
    « - Quelle est la suite ?
    - Mme De Camas. Un nom à particule : ça sent la bourgeoisie.
    - Nous verrons vite. »

Ainsi, les deux comparses se mirent à leur place respective : Esteban se mit derrière son bureau bien rangé et le secrétaire appela la dame. La pièce était sommairement décorée : un tableau moderne inspirant paradoxalement la sérénité et la détermination selon le point de vue. Quelques plantes vertes égaillaient la pièce lumineuse mais terne. Le chaud du bois des différents meubles rendaient les choses moins austères. Il était assis dans un fauteuil/chaise de bureau noir(e) dernier cri : un parfait mélange de beauté et de confort. Il proposait deux identiques en face de lui pour ses rendez-vous. Pour les moments un peu moins guindés, il avait le coin fauteuil/canapé/table de salon derrière une grande baie vitrée. Là, les meubles étaient blancs et chauds. Une machine à café était derrière lui avec un service complet.

Quand on toqua deux fois, Esteban se leva, épousseta et lissa son costard blanc puis s’avança vers la porte. Il ouvrit avec sourire et curiosité. Aussitôt, il présenta une main à la demoiselle :
    « Je suis Esteban Secall, enchanté. Je vous en prie, prenez place. Que puis-je pour vous ? »

Or il y avait encore deux messieurs avec elle. Le Maire leur firent le même accueil : une poignée de main.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: PDG pharmaceutique
Pouvoir :: Death-Camas
MessageSujet: Re: Un conseil ou une conseillère ? [Pv Maria] Jeu 12 Oct - 16:31

Bonjour Mme de Camas,

Je serais ravi, lors d'une entrevue, de m'entretenir avec vous pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de votre firme. Ainsi, nous pourrions peut-être conclure les premiers accords et trouver un terrain d'entente. Je vous propose le Xx Octobre 2017 à Xxh à la Mairie. Si cela ne vous convient pas, je vous prie d'appeler mon secrétaire pour réajuster le rendez-vous selon vos convenances : 03 xx xx xx xx.
Pour rappel : à cause du plan vigipirate en vigueur, une fouille sera faite au préalable avant l'entrée dans la partie administrative de la Mairie.

Cordialement,
Esteban Secall.
acidbrain



Nous passons les portes de la mairie pour se faire directement apostropher par les vigiles qui commencent à vérifier le contenu de nos affaires. Je les laisse faire plus intéressée par l'architecture de la bâtisse que par leurs mouvements. Ce quartier est vraiment moderne. Ce n'est pas comme à Paris ou Toulouse, et tellement d'autres, aucune trace d'un passé antique dans les pierres des façades, dans les fondations des bâtiments.

Maria.
Hm ?
Que fais-tu ?
Je contemple l'histoire.

Louis et Ghislain me regardent et secouent la tête. Ils ont l'habitude des facéties de la jeune femme. Ils se dirigent, ensuite, ensemble vers la salle d'attente du bureau du Maire. Après quelques instants d'attente, une femme sort par la porte en baragouinant dans sa bouche quelques mots incompréhensibles. De plus, ce n'est pas le plus intéressant chez elle. C'est plutôt son habillement... Mais, il ne faut pas porter de jugement non ? Après quand j'y réfléchis, j'en ai vu des modes passer devant mes yeux, donc bon... oublions ce détail. C'est mon nom traversant l'épaisseur de la porte qui me réveille. Tiens ? Les portes parlent maintenant ? La technologie avance vraiment trop rapidement. Ghislain lève le bras et toque à la porte. Cette dernière s'ouvre sur un homme de belle apparence. Un coup d'oeil à Louis qui incline la tête, et je serre la main du rouquin.

Enchantée, Maria de Camas. Voici Ghislain et Louis, mes conseillers.

Après les poignées de main échangées, je m'avance pour prendre place sur les sièges en face de son bureau.

J'aimerais, comme annoncé dans la lettre, installée une succursale de mon entreprise sur cette île et ainsi fournir les habitants en produits pharmaceutiques. C'est dans votre quartier que celle-ci naîtra assurant des emplois administratifs, de recherches et quelques autres. De plus, j'aimerais rencontrer chaque maire de quartier car la flore de votre île est tellement intéressante. Je pourrais leur apporter des emplois de main-d’œuvre afin d'assurer des cultures bio pour nos produits et nos recherches. Voici, un résumé de ce que j'aimerai pourvoir à cette île.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Un conseil ou une conseillère ? [Pv Maria] Sam 21 Oct - 0:33
D’un mouvement de main, il montra les chaises à ses convives (il en manquait une… zut) et s’installa lui-même confortablement. Cordialement, il présentait un visage ouvert et lumineux mais sous ses airs de Sexire benêt…
    « Bonjour messieurs, enchanté. Puis-je vous offrir quelque chose à boire ? »

Cependant, quand il avait ouvert la porte, il avait ausculté avec précision les trois personnes entrantes.

La première avait l’air d’une demoiselle digne et aux allures nobles : n’imaginez pas que les fleurs sur son buste aient échappé au regard de Sherlock. La logique voudrait qu’elle soit Védine et il la considéra comme tel. Cependant, impossible de dire quelle plante -horticulture n'était pas sa tasse de thé-. Donc, son véritable âge ne se voit pas à travers ses traits : ne pas tomber dans ce piège. Ainsi, il scanna avec précision les vêtements de la demoiselle : matière neuve dans un style ancien : ininterprétable. Ses bijoux dépeignaient sa fortune ainsi que ses ascendants aristocratiques… ou plus ? Oh mais.. Se sont des authentiques ! De loin, à brûle pour poing, mode du XVII-mi-XVIIIème siècle français : la montée du baroque et des modèles floraux. Alors : est-ce un don héréditaire ou un objet qu’elle a depuis sa naissance ? En tout cas, elle en prend soin et les chérit : sinon elle ne les porterait pas et ils seraient bien plus altérés. La fortune qu’elle doit dépenser pour les entretenir… ! Bon, cherchons autre chose pour la placer dans le temps… Les mœurs et le langage sont trop labiles et malléables… Il n’y croyait pas. Pas d’alliance, pas de signe amoureux envers les deux hommes présents, pas de répugnance envers la gente masculine… Au moins hétérosexuelle mais célibataire sans attache. De plus, par son phénotype et son accent : d’origine de l’Europe de l’ouest et un accent français parfait. Sans plus de fouille, elle n’avait sur elle aucun objet pouvant provoquer de la méfiance.

Le second : roux avec un œil caché. Son premier réflexe a été de savoir si le bandeau avait été piégé ou orné d’une quelconque machine (voire si c’était un faux !). Cependant, rien ne lui indiquait de tels objets. Sa poigne avait été bien ferme démontrant un potentiel de combat important tout comme sa méfiance et son effacement. Il devait exceller dans le combat et avoir passé bien des batailles... d’âges différents : des lames aux calibres autres, des cicatrices de soins différents, des armes d'ères éteintes… En lisant dans sa carrure, Sherlock conclut quelle était sa garde et les principaux maniements de l’homme : un épéiste sans nul doute. Un lien de confiance et de fidélité s’était tissé entre eux depuis des années mais sans passion. Un garde au minimum. Mis à part sa loyauté, il ne voyait aucun amour avéré. Il avait à peine la vingtaine malgré les cicatrices qui hurlaient la supercherie. Pas Humain… Védin ? Non : il serait dans la trentaine et puis… avait-il vu un indice ? Esertari : la chaleur n’y est pas. Sexire : bof ou alors c’est un Sexire que la nature n’a vraiment pas gâté… Il reste Atlantin, Asura et Zéphyr. Quoiqu’il en soit : un Mythe. Le savait-elle ? Connaissait-elle le secret ? La surveillait-il depuis le départ ? Si elle ne s’était pas déjà enclenchée, une attitude de surveillance et de méfiance se mit en place dans l’attitude du Maire. Assez silencieuse pour passer inaperçue mais être présente tout de même. Et puis, vu l’attention qu’il donne à sa supérieure, il était évident qu’elle était son point de pression. Bref ! Les finances au top, caucasien… Attendons de voir la suite.

Le dernier : pas de doute à avoir… Un Sexire. Ou bien un quelqu’un vraiment gâté par la nature mais ça, il n’y croyait pas. Une telle aura ne se crée pas ainsi. Pas d’amour, pas d’attache et pas d’attraction envers la gente masculine : au moins ça. Sherlock se méfiait particulièrement des Sexires et de leur pouvoir de séduction, de leur charisme… Il les savait bon dans ces domaines et se doutait que cet homme allait utiliser son influence sur lui. Essaye… Essaye seulement. Encore un caucasien… cependant, il ne pouvait lire dans son corps ses aptitudes physiques : tout est maximisé par ses atouts sexiresques. Donc son âge, on repassera…

Résumons : un monolithe de trois personnes dont les liens ne font aucun doute, partageant un secret commun (ou pas.. ?) venant lui parler d’une firme et de la présenter auprès de tous les Héritiers… J’sais pas pourquoi, mais je sens que Myria va aimer voir deux Mythes suivre une Védin tels des petits chiots. Bon, au moins ils ne sont pas armés, pas là pour poser des bombes : c’est déjà ça non ?

Alors qu’Esteban s’asseyait dans son fauteuil, il tiqua sur quelque chose. Une et une seule : l’accent de la demoiselle. Oh~ Voilà qui confirmait ses soupçons. Attendons d’entendre les deux autres pour réajuster l’échelle temporelle.

Deuxième déduction : elle est forcément au courant du secret, modulo qu'ils aient passé suffisamment de temps ensemble.
    « Les quartiers qui vous seront les plus profitables en terme de biens seront ceux de la périphérie. L’écosystème de Yasashi Koji est incroyable : mais c’est votre métier de dénicher et d’en faire un commerce. Je ne vous apprends alors rien. Cependant, et je tiens à vous le rappeler malgré les belles mesures que vous prenez déjà dans le monde, notre microcosme est fragile et je ne pourrais accepter que vous utilisiez nos menues ressources. Notre pays n’est pas bien grand et nous ne pouvons nous permettre de détruire nos surfaces pour une exploitation rentable : je préfère alors importer avec nos commerçants du continent. Mais tout cela, vous le savez déjà je suppose. »

Machinalement, il tassa quelques papiers nonchalamment.. Tout en surveillant le Sexire qui lançait des regards à cette épaule… tout en veillant aux tics faciaux des trois gus… tout en scrutant leurs gestes.
    « J’ai épluché, lu et relu ce que mes conseillers m’ont donné à propos de votre firme. J’ai moi-même fait quelques recherches et je n’ai qu’une question : pourquoi notre île ? »

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: PDG pharmaceutique
Pouvoir :: Death-Camas
MessageSujet: Re: Un conseil ou une conseillère ? [Pv Maria] Jeu 9 Nov - 22:41


Mes conseillers secouent la tête sèchement pour refuser la boisson, me laissant ainsi la parole. Assise sur la chaise de droite alors que Louis prend celle de gauche jetant un rapide coup d’œil à mon épaule ce qui me fait aucunement réagir. Je laisse mon regard parcourir la pièce en face de moi avant de répondre à la phrase du Maire. Je sens la présence rassurante de Ghislain sur ma droite légèrement en retrait couvrant mon dos, comme dirait-il dans un jargon militaire. Non ? Je ne sais plus en fait. Bref, passons. Que disais-je ? Ah oui, l'entreprise !

Mes yeux suivent le mouvement du papier tapant sur la surface plane du bureau, juste après les paroles de l'homme. Un sourire malicieux se fait dans mon esprit, le diable qui se cache au fond... souhaite-t-il sortir de sa cage ? Non, il ne faut pas... pourtant, il y avait des solutions qui peuvent être proposées et que je suis tout à fait disposée à donner. Cependant, je ne dois pas sortir de mon rôle de PDG ; je ne dois pas réagir. L'atonie reprend ses droits dans mon esprit. Il peut arriver que j'ai, par moments, des réactions profondes et réelles qui ressortent. Celles que j'étouffe depuis très longtemps. J'attends qu'il finisse avant de reprendre ses points.

Je peux comprendre que l'écosystème est fragile. Cependant, je souhaite proposer quelques solutions qui pourraient nous arranger. Par exemple, au lieu de les cultiver sur vos terres, je pourrais créer à l'extérieur de l'île, sur mes propres terres, une serre avec le climat adapté à chaque espèce. Je demanderais alors que quelques plants pour pouvoir les cultiver. Une partie sera réservée au recherche de l'entreprise alors qu'une autre ne servira qu'à les faire prospérer. Imaginez qu'un jour, un incendie éclate sur des terres et que certaines espèces endémiques s'éteignent sous les flammes, ne seriez-vous pas heureux de constater que le patrimoine forestier aura été sauvegardé ? De plus, je pourrais alors vous fournir des plants pour les ré-implanter. Ne pensez-vous pas que cela est équitable ?


Louis se tourne vers le Maire semblant enfin s'intéresser à la situation.

Il va s'en dire que si les recherches sont prometteuses, nous vous versons un pourcentage sur les ventes des produits venus de la flore de l'île. Bien sûr, le pourcentage ne reviendra qu'au quartier correspondant à l'endroit où a été extraite la plante. Cette partie est sans équivoque et ne peut être marchandée. Comme nous vous l'avons précisé, nous voulons aussi faire prospérer l'économie local.

Ghislain rajoute alors une phrase pour montrer notre bonne foi.

Tous les contrats seront érigés selon les lois. Le droit de chaque partie sera respecté. Nous signerons des contrats qu'en présence physique des représentants légaux de chaque quartier. Nous acceptons même que vous vérifiez chaque terme du contrat pour qu'il concorde avec la volonté de chacun.

Je termine enfin par répondre à sa dernière question. Pourquoi cette île ? Un sourire doux s'accroche à mes lèvres et un regard luisant se dévoile.

Je vous l'ai déjà exprimé de diverses manières pourtant... le pourquoi cette île. Vous avez une faune et une flore diversifiées sur un terrain étroitement petit. Votre patrimoine végétal doit être à la fois rare et endémique. Et si vous avez réellement épluché, lu et relu les informations qui tournent sur ma firme, vous devez savoir que notre leitmotiv reste et restera toujours la protection des plantes mais aussi la survie de celles rares. Je recherche la valorisation et le respect pour ce domaine souvent négligé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Un conseil ou une conseillère ? [Pv Maria] Ven 1 Déc - 11:38
P-pourquoi a-t-il regardé son épaule ? Lui, le sans-doute-Sexire. Est-il son tailleur aussi ? Celui qui prend garde à son charisme et ses attitudes ? Que cherchait-il ? Aussi insignifiant qu’était ce geste, cela resta dans la tête de notre curieux. Un regard glissant d’un homme qui louchait sur autre chose ? Sexire certes, mais ils n’avaient pas l’air d’entretenir une relation amoureuse ou corporelle… Et puis, cette race est tout de même reine dans la tromperie : il n’est pas bleu, c’était sans doute pour une autre raison.

Et cela émoustillait l’Anglais.

Second point : le langage des autres n’étayait pas la déduction du temps. Peut-être qu’ils se sont rencontré de manière normale sans qu’elle sache réellement. Il suffit que le Sexire se nourrisse régulièrement pour garder son âge et que le dernier… reste lui-même. Bien des gens ne font pas leur âge et avec les temps modernes, les chirurgies sont efficaces… Attendons encore..

Donc l’île l’intéresse car c’est un concentré de plantes rares qui sont normalement éparpillées sur la planète. Plantes qu’elle a déjà sans doute dans ses serres car elle fricote avec le monde. Et cette idée de replanter si incendie… Oui pourquoi pas mais il nous suffit alors d’en faire la demande aux autres pays qui ont eux cette plante endémique. Yasashi Koji n’a pas de plante exclusive ou unique et un bon nombre de scientifique arpentent la forêt en cherchant une réponse : comment ces végétaux font-ils pour coexister dans un tel climat alors qu’ils sont répartis sur la planète de manière climatique ?

Suite à ces réflexions, une nouvelle interrogation plana : pourquoi s’encombrer d’un contrat, de pertes, de revenus et de taxes sur des matières premières qu’elle a potentiellement déjà ? D’autant plus qu’elle devra construire ses serres à l’extérieur. Ce n’est pas notre potentiel agricole qui l’intéresse… Et bizarrement, après avoir rencontré d’autres PDG, ils ne font pas ça pour le côté humain. Donc… il devait y avoir une autre raison. Veut-elle avoir des employés mythes pour les surveiller ? Pour tenter de les védiniser ? De surveiller la politique de l’île ? De mettre des bâtons dans les roues de l’Exilé ? Que sait-elle seulement de l’île.. ? Est-il simplement parano ?

Autre point qui s’éclaira dans l’esprit du rouquin : à trop insister sur la légalité et sur les mesures prises, ça a un effet inverse. Est-ce réellement nécessaire de dire que légalement tout sera correct ? Car elle avait imaginé (ou il car c’est peut-être lui qui s’en occupe) un autre moyen de faire ? Comment s’arrangeait-elle avec les autres pays ? En versant des billets dans des poches ou en faisant des contrats frauduleux ? Hummm…
    « Pour notre périphérie, je pense que votre firme a tout à y gagner. Mais avant que vous nous proposiez un contrat, je voudrais avoir les autres que vous avez avec les pays membres. Je suis encore novice dans cette branche et mes experts auront besoin de matières pour juger votre contrat. Comprenez que nous ne désirons pas être lésés dans l’affaire… »

Et il dira à ses subalternes de voir avec ces succursales les tenants et les aboutissants. Voir s’il y a des choses que l’on peut apprendre de manière… fortuite.
    « Je me demandais aussi : Yasashi Koji n’est pas une île d’employés qualifiés. Beaucoup sont des artistes ou des commerçants. Pensez-vous trouver quelqu’un qui entre dans vos critères ? À moins que vous n’ayez aucun critère de recrutement ? »

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un conseil ou une conseillère ? [Pv Maria]
Revenir en haut Aller en bas

Un conseil ou une conseillère ? [Pv Maria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 07. Conseillère et désorientation
» [CONSEIL] Nains
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Charte du Conseil Comtal du Maine: Abrogée
» UN CEP CHAMPWEL ? LE NOUVEAU CONSEIL ELECTORAL DE PREVAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Humain & Védin :: Yasashi Koji-