AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

De sombres ruines oubliées [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Capien
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Aucun
Métier :: Chevalière de l’ordre du dragon
Pouvoir :: Daemoniacus Tenebrae
MessageSujet: De sombres ruines oubliées [Terminé] Lun 23 Oct - 20:39
Il y a fort fort longtemps dans une lointaine petite île alors protégée, une puissante magie avait amené par les vents une bien étrange construction. Au cœur de l'étrange et mystérieux triangle des Bermudes, dans ce qui était l'actuelle forêt des Monary, une partie d'un monastère était apparue alors. Cependant, la guerre sonna entre l’humanité et ce que l’on appela les mythes. Une guerre pour la survie si rude, que cette histoire d’une seule et jeune mythe accompagné d'un ange enfermée par magie en un lieu si profond et si sombre fut oubliée. Ce n’était guère la priorité pour le moment, elle était protégée. Le temps passa pour le reste du monde, excepté dans une pièce bien particulière, la végétation et la nature reprirent alors ses droits. Ce qui devint alors de vieilles ruines furent bientôt envahies de ronces, de lierres et de toutes sortes de plantes ainsi que des champignons. Il y faisait assez humide, alors cela proliférait aisément.

Les larges pierres de taille du Moyen Âge unifiées par du torchis de l'époque étaient bien visibles et sortaient de l'ordinaire au beau milieu des arbres. Il était possible de rentrer dans ce qui semblait être un monastère bénédictin, où le silence était d’or à part dans certains courts moments. Il y avait certaines écritures encore distinguables malgré le temps, et c’était sans doute du latin. Il y avait également des peintures de l’époque. On pouvait y voir un magnifique et splendide ange auréolé d’o. Il semblait porter une magnifique armure étincelante et d’humbles moines semblaient être en vénération devant lui.

Alors que les premiers visiteurs malgré le côté sauvage purent pénétrer dans la première salle, un réfectoire. Il y avait neuf grandes tables alignées dans la pièce disposée le long des murs. De vieux bancs, en bois massif, certainement du chêne semblaient près de s'écrouler sur le poids des années. Quatre longs poteaux de soutien se dressaient sur leurs quatre mètres de haut au milieu de la pièce, dont une partie du toit s'était écroulée. Une porte semblait se dresser en travers des aventuriers, afin de mener à la suite du monastère, mais elle ne semblait plus bien solide.

Nous étions au milieu de la matinée, il y faisait frais et les rayons du soleil avaient bien du mal à travers la chevelure de dame nature tant la nature étaient denses. Il n’était pas aisé de voyager au milieu de cette partie de la forêt. Sans doute que peu de voyageurs étaient venus jusqu'ici depuis des lustres. Il y avait bien de très vieux rapports de cette situation dans une obscure bibliothèque d’un manoir capien, mais cette histoire n’avait pas coulé d’encre depuis bien des siècles. Il y régnait une étrange atmosphère, lourde et pesante, sombre et oppressante. Les larges pierres formant les murs du monastère hostile semblaient être capables de subir un siège. Certains paraissaient avoir subi l’épreuve du feu, légèrement plus occis que d’autres, mais il fallait dire que le quinzième siècle n’était pas le plus calme et sans doute pas le bon choix pour une visite dans le temps. Les murs avaient une certaine épaisseur, comme si ce lieu de prière devait être comme une muraille de l’esprit afin de pouvoir méditer en paix. On pouvait y voir de rares fenêtres très étroites, presque des meurtrières avec des gonds à l’intérieur malgré l’absence de volets. La lumière peinait donc à rentrer et éclairait mal l’intérieur, mais heureusement, l’homme eut la bonne idée d’inventer l’électricité et les lampes. Nos fiers aventuriers s'étaient bien préparés pour cette excursion n'est-ce pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Lun 30 Oct - 21:37
Shallia venait de recevoir un petit message par pigeon voyageur en provenance d'un garde forestier qui œuvrait à la protection de ce lieu naturel. Le nom inscrit lui était totalement inconnu mais quoi de plus évident, elle ne pouvait connaître l'ensemble des individus de son peuple. Le message était clair, une personne rôdait autour de la crypte découverte dans une zone très rarement explorée de son territoire. Elle avait entendu le rapport de sa découverte mais n'avait jusqu'alors jamais eu le temps de s'y rendre. La femme chat était un peu lasse de son travail et de la paperasserie qui s'entassait sur son bureau.

La jeune femme avait beau être une Alpha, voire Oméga, elle restait avant tout une femme d'action. Bouger un petit peu lui ferait le plus grand bien. Elle s'apprêta donc d'une tenue faisant plus dans la praticité que dans l'extravagance. Elle quitta donc son lieu de travail, l'arbre monde comme elle aimait l'appeler pour se rendre sur place sans la moindre escorte bien évidemment. Elle était une femme du feu, impétueuse et qui aimait se sentir libre. La nouvelle dirigeante ne connaissait pas encore la forêt comme sa poche, en fonction depuis un temps bien trop court. Avouons le, elle ne se perdit pas mais fut loin de prendre le chemin le plus rapide. Elle arriva au point de rendez-vous et un moustique vint se poser sur son épaule. Elle ne le chassa pas ni ne tenta de le tuer, il devait très certainement s'agir du Morany s'occupant de la surveillance de cette partie de la forêt. Il voleta s'écartant avant de reprendre sa forme mi-animale mi-humaine.

"Alpha"

Il se prosterna devant-elle.

"Je suis honoré que vous soyez venue en personne''

"Je ne sais pas si c'est un honneur mais j'avais envie de me dégourdir les jambes tout du moins. Où est donc passé notre visiteur ?"

"Il a déjà pénétré au sein de l'édifice, j'attendais mes directives pour savoir quoi faire"

"Et bien allons y."





~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 18

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Mer 29 Nov - 21:10
    « - Dame Sang-pure, une lettre pour vous.
    - Merci. »

Assise dans le velours d’un fauteuil ancestral, je pris la lettre et me mis à la lire promptement. Gwihir, en face de moi, leva les yeux d’un document sur lequel nous travaillions, entendant mon silence.
    « - Est-ce que la légende de la chevalière et de l’Ange te dit quelque chose ?
    - Quelle époque ?
    - Quinzième siècle.
    -
    - Tiens-moi au courant.
    - Bien sûr. »

Aussitôt mon amie se leva et je ne la revis que deux jours après, dans une alcôve à peine éclairée, le dos courbé sur un promontoire, un livre antique posé dessus.
    « Je viens t’apporter du thé chaud… et une orange que je t’ai préparée. As-tu appris quelque chose ? »

Elle se redressa avec élégance mais je la sentais fatiguée et usée par cette histoire. Avait-elle dormi depuis notre dernière rencontre ? Je ne sais…
    « Cette histoire m’évoquait bel et bien quelque chose mais c’était flou et les recherches ont été peu fructueuse en un premier temps. Mais maintenant que j’ai ceci, tout est plus clair. »

Doucement, je m’approchais, entrant dans cette ambiance calfeutrée et aux odeurs vieillottes. Je posai avec délicatesse la termos et l’assiette puis pris celle vide. Je vins par-dessus son épaule pour lire.
    « - Ici, il y a son histoire… La légende… D’un cœur pur vicié par un pouvoir démoniaque perçant le poitrail d’un ange…
    - Et que cet être de dévotion fut à son tour protégé par les générations à tel point qu’il disparut. On y crut un miracle de foi de la part des descendants.
    - … Tu sais lire l’ancien Roumain ?
    - Sachant que j’ai vécu à toutes les époques et bien des années, je connais toutes les racines des langages. En mélangeant quelques acquis, rien n’est bien complexe.
    -
    - Mais quel est le lien entre elle et cette lettre ?
    - Que cet « acte » de foi n’a été qu’une téléportation de cette pièce pour chez nous, permettant à cette ancêtre de se réveiller sans accrocher les regards. Mais depuis que les Humains sont sur notre île rien n’est plus sûr.
    - T-tu es entrain de dire qu’un Mythe venant du XV°siècle peut s’éveiller à tout instant sur Yasashi Koji ?!
    - Je suis en train de chercher où se situe cette Capienne pour qu’on prévienne un reproche.
    - Elle est Capienne ?! »

Et là, je compris enfin pourquoi on venait de m’envoyer une lettre… Mon sang ne fit qu’un tour et je ne dus pas dire ce que je pensais pour que mon alliée comprenne ce que je mijotais.
    « - Ce n’est pas à l’Héritière de se salir les mains.
    - Parce que toi tu restais dans le manoir à rien faire ? »

Sourire en coin…
    « - Et puis, c’est de ma responsabilité. Elle est des nôtres. Je ne puis la laisser seule ou se faire tuer simplement par acte d’ignorance.
    - Que ça.. ? »

Ce fut à mon tour de sourire. Non, bien sûr qu’il n’y avait pas que ça. J’avais envie de sortir de ces murs, de courir, respirer, vivre ! Je ne suis pas créature de réflexion ou de soie : j’aime ressentir, user mes muscles et mes crocs, revenir à l’adrénaline et à la peur. Revenir sur ce que je suis et ce que j’ai toujours été : une chasseresse.

Le jour J, je me préparai : je m’habillais chaudement, prenant une rapière et un katana, ramenant mes cheveux en une queue de cheval, amenant une « lampe de poche » et une « radio ». Un truc où quand on parle dedans, quelqu’un nous répond. Mais ce n’est pas un téléphone… Qui permet aussi d’avoir ma position en temps réel. Car le temps n’est pas la variable la plus tangible ? Quoi qu’il advienne, et malgré mes incompréhensions, j’acceptais la peur de mes camarades et tentais de retenir toutes les informations. Un temps en ‘quatre-quatre’ plus tard (un grand carrosse sans chevaux… pourquoi ne l’appellent-ils pas simplement ‘voiture’ ?), ils me déposèrent à deux heures de ma destination. Ce fut avec délice que j’entamais cette aventure : ma tête était emplie d’impatience, délaissant entièrement mon cœur et mes soucis internes de côté. Ainsi je marchais dans les feuilles, suivant des indications assez floues. Un coup à droite... derrière le chêne, contourner le lac par la droite, deux cents mètres au sud... Plus j'avançais, moins je comprenais ce qu'ils me disaient... Je fus une pause d’une demi-heure car j’étais totalement perdue. Je vous dis pas la panique au manoir. Au bout de 5 heures de marche, je trouvai enfin !

Dévorée par les années, la bâtisse me ramenait à mes derniers souvenirs. Je suis mort il y a 500 ans dans les bras de mes enfants alors qu’ils tentaient de me sauver de la crue. La Seine avait déversé sur Paris un flot d’immondice et mon corps usé n’avait pu vaincre ce flot. À l’époque, j’étais leur père et je n’ai pas pu dire à quel point je les aimais. Et cette architecture me parlait… Je connaissais le Comte empaleur. Je lui ai même rendu un certain nombre de fois visite. Et rencontrer une personne qui était à son chevet m’émoustillait. Fébrile, j’entrais… Allumant ma ‘lampe de torche’. Du bout des doigts, je me perdais dans le dédale des âges, imprégnant mon âme de leurs couleurs et sagesses. Avec délice, je lisais les inscriptions, faisant remonter en moi de la mélancolie.

Me voilà donc dans un réfectoire alors qu’un bruit derrière moi me coupa de ma rêverie. Aussitôt, j’éteignis ma lampe et me mis en garde, empoignant la garde de ma rapière… Une flamme dansait là, seule, sans support, venant du couloir que je venais de traverser. Suis-je en train de rêver ? Est-ce un esprit vengeur ? Alors pourquoi ces bruits de pas ? Un corps que je ne vois pas ? Déjà des embûches ? Tapie dans l’ombre, j’attendais d’y voir plus clair… les muscles tendus.

    « Shallia ?! »

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Aucun
Métier :: Chevalière de l’ordre du dragon
Pouvoir :: Daemoniacus Tenebrae
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Dim 3 Déc - 15:24
Le vent soufflait dans la forêt millénaire, faisant bruisser les branches et les feuilles pour seule mélodie que provoquait la nature. Ce qui restait du monastère semblait accuser le temps. On pouvait voir que les plantes grimpantes s’étaient plus ou moins approprié les lieux. De petits bruits de cailloux certainement se faisaient entendre dans les ruines hors d'âge ou peut-être était-ce le fantôme de moine errant passant au milieu du cloître. Cette bâtisse datait de la période sombre du Moyen Âge, les guerres de religion, la guerre, les peines et les espoirs. Elle avait tout connu vraisemblablement. Un faisceau de lumière éclairait les peintures sur les murs, depuis si longtemps oublié ici. Une certaine lourdeur imprégnait les lieux, des feuilles mortes avaient envahi l'intérieur des pièces agrémentant comme d'un tapis mordoré le sol en pierre. Les bancs semblaient hors d'âge, des restes de bols en bois et des couverts en métal rouillé semblaient être en place sur les tables vermoulues. Comme si le temps avait suspendu son vol dans ce lieu insolite.

Une porte entrebâillée semblait mener vers un couloir après le réfectoire. Une autre porte semblait mener vers le Nord à une autre pièce, sans doute, faudra-t-il éclairer les lieux pour savoir où cela mène. Sinon le couloir s'enfonçait dans les ténèbres vers l'Ouest. Le style était assez austère, sombre, même au milieu de la forêt. On ne pouvait dire que c’était un lieu très charmant. Il n'y avait sans doute pas l'entièreté du monastère téléporté, d'autant plus que la téléportation semblait s'être effectuée depuis les sous-sols. Il était fort à parier qu'il faille s'enfoncer dans les profondeurs de la terre pour y trouver ce que la légende parlait, cette fameuse chevalier et un véritable ange venu des cieux. Le couloir était décoré plus simplement, de simples lampes à huile depuis longtemps éteintes semblaient légèrement oscillées dans de petits bruits métalliques disgracieux. Une ambiance de mort semblait flotter autour des deux femmes qui venaient de se surprendre mutuellement en pareil lieu.

Alors qu'après les premières surprises, les discussions allaient sans doute naître entre les deux dirigeantes, un léger bruit de feuilles se fit entendre loin dans le couloir. C’était un petit peu comme si quelqu’un venait malencontreusement de marcher dessus. Ces feuilles mortes entassées dans la direction du sud, si sèches, faisaient alors un parfait signal de détresse. Les pas semblaient être menus et discrets, comme si l’on cherchait à se soustraire à la vigilance des imprudentes visiteuses, qui exploraient les lieux. Le monastère ressemblait davantage à une tombe qu’un lieu de prière. Dieu avait comme abandonné ce lieu maudi par la présence d'un être sombre. Ce n’était pas le genre d’endroit où on entrait par hasard, poussé par un instinct de curiosité maladive, prêt à braver les épreuves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Jeu 7 Déc - 19:36
Une voix sortit de nul part prononça le nom de Shallia. Mais qui cela pouvait-il être ?

"Qu-qu'est ce que tu fais ici ?! Je ne m'attendais pas à ça !"

Shallia identifia cette voix qui lui était familière mais sur laquelle elle n'arrivait pas à placer de visage lorsque l'héritière des Capiens sortit de sa cachette.

"Sonat... Mais que fais-tu ici ? Tu es bien loin de ton territoire"

"Méprends-toi, ici est l'antre d'une Capienne. D'où ma présence. Et toi ?"

"Et bien, je suis dans la forêt dont j'ai la charge et la présence d'une personne proche de ses dites ruines m'a été remontée."

"Je pense qu'il s'agit de moi... Je suis seule. Ai-je fait une erreur ? Je n'ai pas le droit d'être ici ?"

"Normalement, ce lieu est un sanctuaire mis sous la protection de mon peuple. Tu es une bien méchante fille d'en avoir violé l'entrée."

Le moustique pendant ce temps là tournait autour de l'héritière prêt, à la piquer au besoin. Mieux vaut ne pas trop réfléchir à toutes les maladies que ces petites choses sont capable de véhiculer.

"V-violer ?"

Le teint de la Capienne passa rapidement au rouge. Un petit sourire taquin naquit sur les lèvres de la femme chat.

"J-je ne savais pas que je devais passer par toi pour venir ici. Je dois dire que j'ai été pressée par le temps. Ce n'est pas un des tiens qui m'a envoyé cette lettre ?"

"Quelle lettre ? Je ne t'ai rien envoyé pour ma part"

"Oh ? Quelqu'un m'a prévenue de cet endroit. Je pensais que c'était un des tiens.
Avec l'aide de la Princesse, je pus avoir plus de détails et me voici. Si tu m'ordonnes de quitter tes terres, je m'exécuterai."


"Je ne vais pas te chasser ainsi. Tu es la bienvenue sur ces terres
Mais qu'est ce qui t'amène dans le temple en lui même ?"


"Que connais-tu de cette bâtisse Shallia ?"

"Strictement rien, je sais juste que les anciens Alphas le protégeait mais de quoi, aucune idée. J'ai un dossier sur ce lieu dans mon bureau mais je n'ai pas encore pris le temps de le lire."

Voila que c'était au tour de Sonat de sourire de la situation.

"Il y a une Capienne enfermée en ces murs. Un ancien pouvoir la retient dans son époque et plus le temps passe, plus ce sort risque de céder."

"Que proposes-tu du coup ? On n'enferme généralement pas les gens sans raison"

"Certainement mais... Après 600 ans, y'a prescription, non ?"

"Au besoin, nous éliminerons la menace si menace il y a."

"En effet. Veux-tu être de l'aventure ? Vu que tu n'étais là que pour ma présence..."

"Une aventure mais avec plaisir.... Ce sera bien plus exaltant que la paperasse que j'ai laissé sur mon bureau."

Sonat arborait un sourire en coin qui voulait tout dire.

"Alors allons-y...! Mais par où ? Tu as des dons pour s'avancer ?"

La femme chat fit apparaître une petite sphère enflammée et la fit se mouvoir dans les airs pour éclairer leur chemin.

"Je sais faire de la lumière."

"Alors, quel chemin ?"

"La gauche par défaut ? Il existe une légende qui dit qu'il faut toujours tourner à gauche."

La Capienne hocha de la tête. Elle ne savait pas et se contentait de suivre Shallia.

Spoiler:
 

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Aucun
Métier :: Chevalière de l’ordre du dragon
Pouvoir :: Daemoniacus Tenebrae
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Mar 12 Déc - 18:27
Dans une atmosphère lourde et lugubre, le duo de demoiselles, qui tentait d'échapper à de la paperasse, parcourut alors un couloir envahi par des plantes grimpantes. Le lézard fit de petits bruits en fuyant son territoire glissant entre les feuilles mortes provoquant de petits craquements. Les murs du couloir semblaient avoir été peints il y a longtemps. L'atmosphère humide et si ancienne avait eu raison de l'état et la chatoyance des couleurs. Les personnages saints tracés sur le mur se retrouvaient être lézardés par des fissures, et les couleurs ternes et tristes. Il était difficile de pouvoir discerner les personnages l'un de l'autre, mais on pouvait remarquer certains personnages qui portaient par exemple un parchemin d'une main et de l'autre une croix simple. Une autre peinture représentait une femme dans une sorte de robe avec un châle sur la tête avec les mains croisées sur la poitrine, ainsi qu'un mouton à ses pieds. Un autre homme encore semblait tenir un morceau de bois enflammé d'une main et de l'autre un doigt levé tel un professeur en pleine leçon. Enfin le dernier personnage visible représenté semblait dévoilé au milieu du lierre grimpant un moine dont la tonsure était clairement visible penché vers un enfant qui ne devait pas avoir plus de trois ou quatre ans. Il semblait avoir coincé sous son autre bras une branche d'un arbre avec de petites fleurs. En-dessous de chaque portrait, il y avait une inscription en latin de couleur or sombre, peu compressible pour les néophytes, surtout que le style d'écriture était gothique. Une auréole lisait derrière chaque personnage sur les représentations. À quoi servaient vraiment ces peintures ? Est-ce que c'était une sorte d'éducation, après tout, beaucoup de personnes du peuple de cette époque apprenaient à lire ou se cultivaient par ce genre de procéder?

Si le groupe poursuivait bien dans la direction de la première porte au mur opposé du couloir qu’elles venaient de quitter, elles pouvaient alors découvrir ce qu’il pouvait ressembler à une cuisine des temps anciens. Il y avait une grande cheminée, qui semblait avoir servi de nombreuses fois, tant elle était souillée de la suie de charbon ou de bois. d'ailleurs, des bûches semblaient être disposées en tas en forme de pyramide sur le côté droit. Quelques rondins de bois vermoulu semblaient être près de tomber en ruine un peu partout autour de la cheminée, comme si on avait fui les lieux par précipitation. Un chaudron était posé sur une pique dans le foyer de la cheminée, prêt à servir. De vieux ustensiles de cuisine comme des équivalents à des casseroles, des écuelles ou des fourchettes à trois piques et de grosses culières étaient disposés attachés aux murs. Le temps semblait s'être arrêté sur l'instant dans un moment de panique, et personne n'était venu pour ranger ou récupérer ce qu'il pouvait traîner Il semblait avoir de très grandes tables en bois très abîmées, capable d'accueillir au moins six cuisiniers. Il fallait bien avouer qu’il y avait apparemment des couverts pour de nombreuses personnes. Quelques placards offraient un spectacle peu ragoûtant, on pouvait deviner que des aliments avaient dû pourrir ici, il y a bien longtemps. Face à la cheminée, il y avait un four à pain, la disposition pouvait rappeler les fours à pizza actuels.

Enfin, une petite porte dans cette même pièce pouvait être ouverte avec difficulté. La porte semblait être très abîmée et à moitié effondrée. Il était nécessaire de forcer sur la porte pour la pousser ou encore le plus simple restait de casser les gonds ou la porte pour se frayer dans la pièce suivante. Elle semblait être assez petite et visiblement très fraîche. Il n’y avait aucune fenêtre vers l’extérieur, et de ce que l’on pouvait voir, cela donnait dans une sorte de cellier. Dans ce genre de pièce, il y avait entreposé de nombreuses jarres, pots fermés et des tonneaux de vin ou autres alcools. Sans doute que certains encore bien hermétiquement fermé pourraient encore délivrer le précieux nectar. Il y avait également la réserve d'assiettes et de récipients, qui ne devaient pas tenir dans la cuisine. Quelques restes de plantes pendues étaient encore visibles, on pouvait imaginer que cela devait être des oignons ou de l'ail, ainsi que quelques charcuteries aujourd'hui largement disparus par les affres du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 18

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Mar 19 Déc - 18:51
De sa lumière téléguidée, nous nous enfoncions dans les boyaux de cette bâtisse. Incontestablement, la sagesse et le repos du lieu nous imposait un silence religieux. Où bien est-ce la peur ? Cette impression de remonter dans le temps ? De revenir à une vie qui me semble si loin et pourtant, qui est la plus proche ? De par ce fait, nous étions encore plus attentives aux bruits et aux échos. Plus d’une fois ma main s’est crispée sur ma rapière alors que je n’avais rien de visu. Il s’est avéré que la plus grande frayeur n’était qu’une goutte d’eau tombée dans une flaque de condensation. Ainsi, à mi chemin entre l’insouciance et l’angoisse, je me baladai le long de ces murs, glissant mes doigts dans les fissures et sur les peintures de l’époque.

De temps en temps mon regard se perdait dans des écrits alambiqués. Cependant le gothique ne m’arrêtait pas et je murmurai les divers noms que je décryptais. « La sainte vierge… » Marie mère de Jésus et du christianisme. Comme quoi, il y a toujours une reconnaissance de la mère même si de moindre importance que le père. Mais toute naissance nécessite des géniteurs. « Moïse… » Celui qui fendit les eaux, délivra le peuple esclave des Égyptiens, les amena à la terre promise et le père des dix commandements. Le feu rappelle le buisson ardent, l’icône mystique qui lui avait donné sa mission. La voix de Dieu. « Saint… » Mais je ne pus déchiffrer la suite : la peinture s’était écaillée à cet endroit et Shallia avançait alors que je traînais sur ces fresques. Ainsi, je n’eus pas la chance d’apercevoir le dernier. À mon grand regret.

Mais il n’y avait aucun doute : c’est bien un bâtiment religieux. Monastère ? Presbytère ? Je connais ces histoires, ces récits. Je connais les pouvoirs, les Mythes. Je connais l’imagination propre des Homo Sapiens… Aussi surprenant que cela puisse être, je laissais à mon cœur un espoir de vérité. Et puis pourquoi pas ? Et s’il y avait un Mythe au dessus de tous ? Un être qui nous maîtrise ? D’autres, pour une cause, qui se sont soudés et ont avancé vers la même destination. Que Marie était une Zéphyre, que Moïse était un Gemma au bâton enchanté, Jésus un soigneur… Tout cela pour prôner l’amour de son prochain et instaurer des règles créant une société 'égalitaire'. Dire que les Humains sont si proches de la vérité, la caresse sans vraiment la toucher… Qu’on les noie sous des préceptes dont ils font des religions et pourtant… La guerre, la famine, la peur…

Shallia me fit une remarque car j’étais trop à la traîne et je vins auprès d’elle en courant. Plus on s’enfermait, plus le froid et l’humidité étaient marquées. Je refermai ma veste doublée sur mon cou, réprimant un frisson. Quand nous ouvrîmes la porte, j’avais une main sur ma rapière et l’autre proche de la lame pour en faire jaillir mon sang. Shallia elle, envoya une flamme éclaireuse. Quand nous vîmes que tout était bon, nous visitâmes la cuisine. Bien des outils m’étaient familiers et je prenais un plaisir indéfinissable me remémorer cette époque. Je m’extasiai sur les objets, les prenant en main, expliquant en cas échéant leur fonction à la demande de l’Alpha. Là j’étais dans un milieu connu ! Loin des ‘télé’ de ‘internet’ des ‘ondes’ de l’’électricité’.

Puis la petite porte... Je tentai d’ouvrir sans grand succès. J’usai de mes maigres muscles pour mais ce fut désespéré.
    « Soit on tente de passer par là, soit on rebrousse chemin pour une autre pièce. Mais elle veut pas s'ouvrir !»

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Dim 7 Jan - 13:23
Shallia avançait avec sa démarche débonnaire, elle prenait un vilain plaisir à ne jamais sembler sembler sur ses gardes, pourtant, elle était prête à intervenir dans le cas ou le moindre pépin se dresserait sur leur route. Elle ne s'attardait guère sur les différentes représentations religieuses. Elle savait se qui se cachait réellement derrière tous ces subterfuges. Elle avait été apprentie déesse après tout mais elle en gardait beaucoup de mauvais souvenirs au final. Elle accéléra donc volontairement le pas, préférant ne pas faire resurgir son passé. Sonat quant-à-elle, elle semblait ralentissait le rythme visiblement intéressée.

La femme chat pensa dans sa tête : "si tu savais quels connards sont les dieux en vrai".

Elles ouvrirent une porte menant sur une autre pièce, d'un geste de la main, l'héritière envoya ses flammes en reconnaissance dans ce qui semblait-être une cuisine d'un âge révolu. Elle ne reconnut d'ailleurs pas certains des ustensiles contenus dans celle-ci, posant quelques questions à la Sang-Pur.
Une fois la pièce entièrement visitée, les deux aventurières se retrouvèrent fasse à leur premier obstacle.

Un moustique les suivait, virevoltant un petit peu partout, frôlant les murs tel un Kamikaze. Sonat lui proposait de faire demi-tour et ne pas voir ce qui se trouvait dans la pièce suivante ? Non, elle n'allait pas y consentir, elle était bien trop curieuse notre Neko. Elle se revoyait un peu plus jeune dans des parties de JDR et d'exploration de Donjon. laisse une porte non ouverte ? Sacrilège, on risquait de louper un loot important.

"Je m'occupe de la porte, ne te tracasse pas, elle ne fera pas long feu".

Shallia fixa simplement les gonds qui commencèrent à fondre d'eux même, la porte à moitié mitée s'effondrant purement et simplement à l'intérieur de la nouvelle salle. Shallia envoya a nouveau sa flammèche visiter les lieux.



~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Aucun
Métier :: Chevalière de l’ordre du dragon
Pouvoir :: Daemoniacus Tenebrae
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Jeu 11 Jan - 10:14
Le lieu était empreint d'une certaine sérénité comme l'aurait été une tombe, et quelque part s'en était une ici-même. Plus les deux demoiselles s'enfonçaient dans les profondeurs de l'antique bâtisse plus il y avait un silence mortuaire et accablant. L'analyse de Sonatae au sujet des personnages bibliques représentés sur les murs était plutôt juste. Cela marquait une certaine connaissance et une aisance de ce style d'écriture ancien. Cependant Shallia semblait être affectée par ces visions, tant et si bien qu'elle ne put rester pantoise à l'instar de la capienne. Le bâtiment quoi que partiel s'enfonçait dans la forêt et avait une grande capacité d'accueil à la vue des tailles des salles de réfectoire.

Sans doute que le seul danger ici était celui que l'on voulait bien se donner, l'ambiance générale l'y faisait sans doute. Peut-être même que l'on s'attendait à s'extirper des décombres une de ces créatures mystiques dangereuses ? Si l'on avait posé la question à une personne européenne de cette époque, beaucoup en aurait dit que peu importait la manière dont on en parlait, il y avait bien une force supérieure suprême capable de tout décider. Les humains avaient oublié sans doute depuis lors le surnaturel bien persuadé de tout contrôler et de tout connaître. Beaucoup se détournaient de la lumière, et cet endroit était là pour le rappeler comme un phare dans la nuit. L'amour, la bonté, la paix, toutes ces notions que par-delà le temps parlaient à tour le monde évidemment. Bon nombre de morts et de guerres avaient été demandés par la seule raison d'une religion d'amour, mais l'erreur était humaine après tout.

Le seul danger de la première pièce semblait être les anciens ustensiles de cuisine, ce qui pour une femme pouvait représenter toute sa vie à l'époque. La capienne ne manquait pas d'offrir un large panel d'explications aux outils présents dans la pièce, et depuis longtemps oubliés. Shallia toute à son exploration décida de s'attaquer à la porte, ce qui ne fut guère une difficulté. La vieille porte aux gonds fatigués céda aisément dans un crépitement et le gémissement du métal. Si l'on était dans un de ces jeux de rôle où l'on était armée que de dés et de stylo sur une feuille de papier, sans doute que l'alpha aurait gagné quelques expériences bien méritées ! Une vague de poussière fut soulevée et parfaitement visible par la flamme d'exploration suivie du fameux moustique.

Les deux aventureuses purent pénétrer alors dans ce qui semblait être une ancienne réserve de nourriture. Les murs étaient très épais, il y faisait frais voir froid. On pouvait discerner des restes de racines pendantes accrochées à de vieilles cordes, sans doute des oignions et de l’ail. Un petit peu plus loin se trouvait plusieurs tonneaux, sûrement du vin. Il y avait ensuite des sacs de jutes contenant auparavant des céréales, des graines ou d'autres légumes du potager du monastère, mais cela faisait bien longtemps que tout cela avaient soit pourris soit tant séchés que cela aurait pu servir de munitions pour un lance pierre. Par terre, il y avait un tapis bien abimé et mité avec une légère courbure dû à de mauvais plis. Par-dessus se trouvait un coffre de bois sculpté fait pour entreposer des plats et autres assiettes précieuses. Cependant et ce malgré sa petite taille, il semblait enfoncé dans le sol au milieu, tant et si bien que l’on devinait un trou. Si les demoiselles étaient assez curieuses, elle trouverait ce qui pouvait être une cave humide d’un mètre cinquante de large et de deux mètres cinquante de profondeur. On pouvait y voir également des écritures le long du trou en latin « Diabolus foraminis » (Le trou du diable). Enfin, on pouvait deviner un petit couloir étriqué partant du trou, venant d’une petite trappe en pierre à moitié refermé. On ne devait pouvoir y aller qu’allonger sans trop savoir où cela pouvait bien mener.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Dim 28 Jan - 11:08
La porte avait cédée sous les flammes de la demoiselle. Elle scruta la pièce à la recherche d'un piège où de tout autre indice sur l'ancienne utilité du lieu. La déduction ne fut guère compliquée vu tous les indices pouvant rappeler un garde-manger. La femme entra donc dans la pièce suivie de son amie. Elles marchèrent sur un tapis à moitié mité formant d'innombrables faux plis. Plus elles avançaient et plus il paraissait évident que ce lieu ne devait guère renfermer grand chose de plus que de vieux objets rongés par le temps. Une question la taraudait pourtant, pourquoi son peuple en protégeait l'accès ? Cela ne pouvait s'expliquer de par ce qu'elle avait pu voir pour le moment. Il fallait continuer les investigations, continuer d'aller de l'avant.

Sonatae, tu penses que le vin est encore bon depuis le temps ?

Shallia s'approcha de l'un d'entre eux, tournant le petit robinet en bois pour laisser choir au sol un petit peu du précieux liquide, approchant son nez de celui-ci. Elle s'écarta vivement de l'odeur aigre du vinaigre s'en échappant qui commença à embaumer légèrement la pièce. Elle referma le contenant prestement histoire de ne pas accentuer encore l'odeur.

Je pense qu'il n'est plus bon malheureusement. Nous ne saurons jamais si celui-ci était une grande cuvée ou une piquette infâme torche-boyaux.

Son regard se porta ensuite sur un coffre de cuisine dont le positionnement était particulier. Il était bien a moitié enfoncé dans le sol comme s'il cachait un passage secret à une époque reculée mais maintenant, l'artifice ne trompait plus grand monde. Toujours aussi curieuse et sans demander son avis à son amie, elle l'ouvrit regardant à l'intérieur de ce qui semblait-être une sorte de cave duquel un chemin semblait se dessiner à ses yeux.

Sonat, il y a de la lecture pour toi.

La Nekotte désigna du doigt une zone éclairée par ses flammes.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 18

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Dim 28 Jan - 17:30
    « C-c’est le cas de le dire ! » Fis-je en voyant les gonds fondre.

Je frissonnai. Impressionnant. Sincèrement. Bien que je pense que j’aurai moi aussi pu forcer. Cependant, je n’avais pas le cœur de ‘vandaliser’ cet endroit. Si Shallia s’en occupait, je ne m’en souciais pas. Mais de ma part… Peut-être suis-je trop timide ? Trop respectueuse des origines des choses ? Trop soucieuse des aboutissants ? Je me sentais chez moi, je ne pouvais détruire. Et puis, que dirait la Capienne de cela ? Quoi qu’il advienne, j’étais heureuse de faire cette expédition avec une ardente telle que Shallia. Ainsi, nous visitâmes les lieux et sans nulle surprise, à la suite de la cuisine, nous étions dans le cellier.
    « D’expérience, les vins de cette époque n’ont rien de ceux de nos jours. Et malgré l’adage de la bonification de l’alcool suivant les années, je pense que trop de temps tue le temps. »

Puis ma sensation de froid s’accentua pour devenir incommodante. Je n’avais point fait attention jusqu’à présent ou bien, il n’était pas encore si mordant. Soudainement la trappe mise au jour, je compris d’où venait cette caresse vivifiante : une cave. La trappe offrait de vils courants d’air surtout après la chaleur émise par la féline.

À la fois excitées et prudentes, nous faufilâmes dans les boyaux sombres. La lumière vacillante de la flamme m’offrait une visibilité exquise. Il ne me fallut pas plus de temps pour me perdre dans les fresques et les écrits muraux.
    « Diabolus foraminis » Fis-je à voix haute. « Le trou du diable… »

L’adrénaline frappait à mes tempes et un sourire carnassier fleurissait sur mes lèvres. Doucement mais sûrement, nous nous approchons du but ! À la suite de l’orbe de flamme, nous atterrîmes dans une pièce où la lumière était trop faible pour dévoiler tous les murs d’un éclat. Une soudaine oppression pesait sur mon cœur et rendait mes gestes plus précis. Je me sentais petite, vulnérable face à cette obscurité majeure et insidieuse. Sur les murs visibles, porteurs de la porte d’où nous venions, des bas-reliefs les ornaient superbement. En me retournant, à la droite de la porte une sculpture claire d’un être auréolé. Tandis qu'à gauche, je n’y voyais qu’une arabesque noirâtre, effrayante.
    « Cette pièce… Voici l’antichambre du savoir : en décryptant ses structures, peut-être auront nous plus d’informations. Éclaire-moi mon amie. »

La droite : visions de bon augure pour les Romains et les grecs. De là découle d’être droit, d’être adroit, d’être dans ses droits. Cependant, la gauche est mauvais signe, symptomatique d’une mal adresse, d’être mal à droit : maladroit, d’être gauche… Ainsi, ils avaient respectés les anciens préceptes, étalonnant ma lecture et les déductions qui peuvent en suivre. Car si déjà à notre époque un mot peut en cacher un autre, cela était encore plus vrai dans celle de la conspiration.

Ainsi se dressait les bas-reliefs, l’histoire se déroulait de façon toujours bi-phasique : à droite l’évolution de l’être auréolé, à gauche, celui des pics menaçants. Des ailes pointues et une pierre plus lumineuse ornait des faisceaux droits : une croix brisée de deux segments : un au dessus de l’horizontal, plus petit, l’autre en biais, en dessous du segment connu. Le second pan, celui de gauche, montrait des volutes rondes, à la pierre ornée d’obsidienne avec une croix romaine déversant un liquide dans ces dites circonvolutions.
    « Le début de la fresque est ici : à droite, l’Ange mâle, de naissance orthodoxe qui suivit la destiné qui lui était réservé. Les formes plus pointues, plus carrées sont réservés aux hommes tandis que la rondeur est plutôt féminine. Ce symbole flanqué de brisure est celui de la religion orthodoxe et je pense que tu as remarqué les ailes comme je les vois. La seconde partie représente une femme Capienne, au chemin détourné. À l’époque, bien que le Moyen-âge était assez révolutionnaire, les femmes n’étaient que destinées à la famille. Or la croix chrétienne versant du sang sur ces rondeurs est à la fois source d’alimentation et de croissance. L’artiste nous laisse déjà voir l’objet de leur bataille. »

Je m’attaquai aux pans perpendiculaires à notre arrivée : deux murs, deux problématiques, deux histoires. Je ne suis pas cryptographe, je n’ai que de maigres notions et je savais bien que ce que j’allais dispenser n’était qu’une blafarde idée de l’auteur. Allant à droite pour décrire l’histoire de l’Ange :
    « L’Ange grandissait dans les pas de sa famille et était sans prétention. Dès son plus jeune âge il apprit les subtilités de la guerre, les finances et les versets de son livre sacré. Plus diplomate que guerrier, il s’était investi sur le chemin de la foi. Il conseillait, il écoutait, il dirigeait. Il accéda par ce parcours à la place de main du roi. »

Je traversai la pièce pour accéder au pan de gauche, celui des ténèbres :
    « Tandis que la Capienne était ballottée encore les désidératas de sa mère et la fierté de son père. Contrairement aux femmes de cette époque, elle reçut une éducation religieuse et scientifique et apprit à se battre. La vie de maison ne lui plaisait guère et obéissait sans déviance au Comte aux pieux aiguisés. Ainsi, elle devint chevalière.»

Il n’en manquait plus qu’un, celui d’en face de notre entrée. Il n’était pas percé d’une porte, laissant le bas-relief homogène dans son histoire. De droite, continuait la lumière et la pierre blanche, de gauche, la noirceur. En son centre, la fusion se faisait admirablement, par des éclats de telles ou telles pierres dans le territoire opposé, marquant la rencontre des deux êtres. Je tentais de lire les extrémités pour me rapprocher du centre.
    « L’histoire de l’Ange se pavait de réussite politique et stratégiques face à la croix romaine. Il planifiait avec intelligence ses coups et surtout, de quoi faire tomber le Comte aux pieux aiguisés. Il maîtrisait sa magie et n’hésitait pas à l’utiliser sournoisement contre l’ennemi. Cette noirceur le suivait de renom. Son aura n’était plus la même.

    La Capienne, elle, obéissait aux ordres, allant sur tous les champs de batailles et répandait la mort comme on semait des champs labourés. Sa puissance était sans limite et son cœur toujours plus avide de sang. Mais bien des allusions montrent qu’elle veillait aux préceptes de sa religion qui prônait la bienveillance et l’amour du prochain.

    Lors de leur rencontre, il se savait incompétent pour l’affronter de manière honorable et tissa un piège. Ainsi, il se referma sur la démone qui ne souhaitait que défaire cette guerre et obéir à son supérieur, la piégeant ainsi dans les méandres du temps avec lui.
    »

Tout n’était que symbole et ornement : il n’y avait pas un visage ou un corps de sculpté. Un peu comme des hiéroglyphes ésotériques. Je ne pouvais en parler que parce que j’avais vécu cette époque et connaissais les codes. Cependant, un historien aurait répondu à cette fresque de manière bien plus distincte que moi. Malgré le caractère étrange de cette histoire, le rendu était magnifique et d’une élégance rare. Je trouvais que la partialité de cette affaire était totalement respectée, mettant en lumière les défauts et les espoirs des deux protagonistes, comme pour conserver cette histoire au plus proche de la vérité. Je sais que mon analyse est assez subjective et que j’ai fait des erreurs. Si je m’écoutai, je m’assiérais ici, regardant avec minutie chaque coup de burin. Mais Shallia ne serait peut-être pas aussi patiente.

Cependant, je n’avais pas vu d’autres portes ou couloir. Une dalle ? Une pierre creuse ? Un message à déchiffrer dans ces sculptures diverses ? Un mécanisme ? Simplement une impasse ? Et puis, je n’avais pas exploré le centre de la pièce. Peut-être que la réponse se trouvait là.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Dim 4 Fév - 13:09
Nous étions donc dans l'antre du démon, en voila une idée réjouissante. Après sa visite spirituelle chez les anges et les dieux, elle allait faire ses premiers pas chez leurs ennemis naturels. Shallia mourrait littéralement d'envie de continuer à visiter ce lieu qui semblait renfermer une multitude de secrets. Elles continuèrent leur chemin, progressant tant bien que mal dans des boyaux dont le diamètre n'avait de cesse de changer, tantôt s'élargissant, tantôt rétrécissant. Finalement, elles arrivèrent au but, débouchant dans une salle semblant plus vaste.

Son amie avait besoin de lumière ? Et bien, elle lui fournirait. C'est sans un mot qu'elle dirigea sa petite sphère enflammée, suivant à la lettre les directives de la Capienne qui lui traduisait les inscriptions sur le mur qui pour la flamboyante était un fouillis de symboles incompréhensible. Contrairement a ses habitudes, elle ne se précipitait pas. Oh, bien sûr qu'elle désirait continuer à avancer mais c'est avec grand respect qu'elle écoutait l'histoire de la lutte des deux protagonistes. La personne qui avait gravé cette épopée dans la pierre avait un don pour captiver son auditoire ou alors n'était-ce que Sonatae qui arrivait à en transcrire l'essence en la rendant plus intéressante qu'elle ne l'est réellement ? Peut-importe, il lui plaisait d'écouter. Dans un certains sens, elle lui rappelait un petit peu Gwihir l'ancienne Princesse des Capiens.

Toute chose avait une fin, le texte laissait place à la réflexion. Quel côté était réellement le bon ? Elle essayait de se projeter à travers les deux protagonistes pour voir lequel lui ressemblait le plus. Lequel des deux aurait-elle désiré sauver ? La vérité s'imposa rapidement à ses yeux, elle se sentait beaucoup plus proche dans le raisonnement et la manière de procéder de la disciple de Vlad III. Elle n'avait maintenant qu'une envie, terminer d'explorer ce temple et d'en apprendre encore plus sur cette femme qui s'était battue pour ses convictions et la paix.

Merci beaucoup pour cette lecture Sonatae. Elle pousse à la réflexion.

La flammèche se dirigea vers le centre de la pièce.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Aucun
Métier :: Chevalière de l’ordre du dragon
Pouvoir :: Daemoniacus Tenebrae
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Jeu 8 Fév - 10:58
Après une magnifique description des murs ornés de représentations, qui auraient pu à l’époque déjà dissuader bon nombre de personnes de poursuivre dans une telle voie. Un ange, un démon, une lutte depuis la nuit des temps, elles se trouvaient dans un endroit que l’on pourrait nommer comme maudit à l’époque du sculpteur des œuvres sur les parois de cette pièce rectangulaire. C’était assez étonnant que dans un monastère on pouvait trouver une pareille neutralité en parlant d’un démon, l’ennemi viscéral de Dieu. Peut-être que la vision des choses des Hommes vivants à l’époque de l’obscurantisme était différente de ce que l’on en retenait.

A la profondeur où se trouvait le duo, on ne pouvait rien entendre comme si chaque son était rapidement absorber. Cela augmentait encore l’impression de lourdeur et de petitesse. La pièce était plutôt haute de plafond, et qui aurait pu construire tout cela pour en faire simplement un cul de sac ? Cela semblait des plus stupide à y réfléchir ainsi. Au centre de la pièce se trouvait une inscription en latin à nouveau

« nisi instauravitque flagellum dei filius, justorum autem semita eius continue »

Traduction pour les linguistes:
 

Puis juste en dessous, on pouvait trouver toutes les lettres de l’alphabet d’une dalle blanche à une dalle noire, mais est-ce que cela avait une réelle signification ou bien n’était-ce qu’esthétique ? Quoi qu’il en soit, on pouvait apparemment appuyer sur les dalles de chaque lettre jusqu’à entendre un mécanisme s’enclencher. Après huit lettres appuyées, tout semblait se remettre en place avec une lenteur infinie. Il était possible de remarquer que la lettre L était très légèrement plus appuyée que les autres. Sans doute était-ce un test pour pouvoir ouvrir une porte ou une trappe.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 18

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Ven 9 Fév - 0:41
C’est alors qu’une ombre se distingua sur le sol… et une inscription vit le jour dans la lumière de Shallia. Une phrase que je n’avais pas encore vue. Je m’y précipitai pour le lire et le traduire :
    «Nisi instauravitque flagellum dei filius, justorum autem semita eius continue’ : seul armé du fléau du fils de Dieu, le juste pourra poursuivre son chemin. »

Je lançai un regard interrogateur à mon amie héritière mais elle semblait aussi perplexe que moi. Que devait-on en faire ? Pourquoi cette citation ici ? Puis ce fut Shallia qui me tira de mes réflexions et qui me montra les différentes lettres sur ce damier pourtant si ordinaire. Oh ? Devait-on écrire quelque chose ? Y poser des poids ? Découvrir ce que cette énigme nous demande ?

Prudente, je m’avançai sur les lettres et quand je mis le pied sur le E, je sentis que la pierre s’enfonça sous mon poids. J’eus un mouvement de recul immédiat ainsi que le réflexe de porter ma main à ma bouche. Le cœur battant, je vis que rien ne se passait, la dalle s’étant juste affaissée. Pas de monstre, pas de créature, pas d’attaque, aucun mouvement : rien. Décidément, je deviens paranoïaque. Me détendant doucement, je m’avançais à nouveau sur cette dalle qui ne bougea plus. Avec précaution, je mis un peu de mon poids sur le F qui lui aussi descendit. C’est alors que je vis la lettre L et sa particularité : elle était naturellement plus enfoncée que les autres sans pour autant descendre aussi bas que celles ‘activées’. Elle aussi, je l’activai en marchant dessus, ne voyant aucun changement. Suis-je en train de détruire notre unique chance ? Diantre, je n’y avais pas pensé ! Mais avec les lettres utilisées, je ne pouvais plus faire de mot convenable. Ainsi, je marchai librement dessus : peut-être que toutes les activer délierait ce problème.

Or non. À la huitième lettre (je ne les avais pas comptées mais Shallia y avait fait attention), elles se remirent à leur état basal. Là, je fis un saut pour sortir de ce damier. Je regardai les alentours, attendant un mouvement ou une réaction… Rien, à nouveau.
    « Tu en penses quoi ? Tu as une idée ? »

Je me rapprochai de cette phrase, tentant encore et encore de la comprendre, de la tourner dans mon esprit, de chercher les différents sens des mots choisis. Un ‘Fléau’ est pour moi une arme utilisée pour battre le grain ou les esclaves, voire les orner de pics pour massacrer des peuples entier. Il y a aussi le sens de malédiction, les 7 fléaux de Dieu… Or non, ici on parle du fils de dieu ! Et l’arme du fils de Dieu… la foi, la bonté, la gentillesse, des préceptes d’amour et de paix… Car c’est sa parole sa principale arme. Outil qui, aussi de nos jours, est toujours aussi usité et tranchant. Après, le fléau du fils de Dieu pourrait être son antagoniste, son opposé. Un peu comme… un démon. Mais étant le fils de dieu, il faudrait un équivalent hiérarchique maléfique…

Lucifer ?

Après, la Capienne était bien décrite comme le mal par ses habitus alimentaires et sa soif de combat. Est-ce que seul un Capien pourrait activer la chose ? Un ancien Démon ? Vampire ? Après… le Christ n’avait-il pas donné son sang et son corps ? Est-ce que le fléau du fils de dieu serait le sang répandu pour ces guerres de croyance ? D’autant plus que c’était le même Dieu qu’ils adoraient mais se disputait la véracité des écrits.. Croisade ? C’est un mot à 8 lettres..

Peut-être devait-on écrire avec un outil en main ? Un outil que l’on trouverait dans ce bâtiment ? Mais le fléau du fils de dieu… La lance du soldat quand ils vérifièrent qu’il était mort ? Comme celui de la cuisine qui porte le chaudron ? Feuille de laurier ? Palmier ? Le fouet qui lui a fait monter les sangs lors de son port de croix ? Sa couronne de pic ? Sa douleur lors de la crucifixion ? Ou bien…

E-M-P-A-L-E-U-R : 8 lettres, 7 dalles.
Un homme qui a été considéré comme un démon et qui a versé du sang pour son peuple et sa religion. Il est lié à une arme. C’était la pensée la plus logique et stable que j’eus sur le moment. Tandis que je sautillais de lettre en lettre, j’expliquai mes divers raisonnements à Shallia, peut-être que cela l'inspira-t-elle ?

Que va-t-il se passer ?

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Mar 13 Fév - 17:49
Tiens une énigme, voila qui n'était pas le fort de la flamboyante. Elle écoutait avec attention les propos de son amie, un peu perdue au départ malgré la qualité des traductions qu'elle pouvait faire. Elle n'était pas une pro-catholique et ses connaissances dans le domaine dataient surtout de l'époque ou elle a été formée pour être apprentie déesse. L'idée de Sonat aurait pu convenir mais visiblement, ce n'était pas le cas. Bon...Bon, elle continuait à réfléchir, observant les dalles. Elle se remémorait tant bien que mal les cours théoriques qu'elle avait reçu. Une idée traversa son esprit, elle n'y croyait guère mais, elle avait entendu parler du septième fléau qui s'opposa au Christ, seul fils de dieu reconnu par la religion catholique. Babylone serait donc la solution ? Pourquoi pas après tout.

J'ai peut-être une idée, je vais tenter mais je ne peux rien te promettre.

Elle s'approcha doucement quand soudain, une seconde idée lui traversa l'esprit. Elle savait, l'illumination venait de l'assaillir. Et si c'était le lieu ou le Christ a été crucifié ? Cela serait tellement évident du coup. Ce mont maudit qui vit ses derniers instants. Oui, bien sûr, bien évidement.

Je pense que j'ai la réponse cette fois, j'en suis persuadée.

Elle passa lentement d'une lettre à l'autre G-O-L-G-O-T-H-A formant le mot Golgotha, lieu ou le Christ fut crucifié après avoir été condamné à mort par les juifs. Elle sauta prestement hors du damier, le sourire aux lèvres, attendant le résultat concluant ou non, la piste qu'elle avait proposé lui semblait envisageable et pas dénuée de sens. Son regard se posa sur celui de Sonat, l'inculte aurait peut-être la solution là ou la sang pure aurait pêché. Elle espérait ne pas s'être trompée, elle risquait de passer pour une imbécile mais bon tant qu'à jouer à un jeu, autant le faire sans retenue.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Aucun
Métier :: Chevalière de l’ordre du dragon
Pouvoir :: Daemoniacus Tenebrae
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Lun 19 Fév - 8:28

L'analyse de Sonatae était sans doute excellente, cependant, elle écrivit avec les dalles empaleur, mais rien ne se passa. Cela ne devait pas être le bon mot de passe. Comme si les anciens testaient la sagesse de ceux qui désiraient déranger un combat mystique bloqué depuis des temps immémoriaux. Visiblement, le juste ne pouvait poursuivre son chemin avec le nom de celui qui fut dépeint comme un monstre par l'histoire dans un temps difficile.

C'était la vision de moines d'il y avait de nombreux siècles, et malheureusement l'essaie de l'apprentie déesse ne suffit guère visiblement, car après sa tentative, rien ne se passa. Seul le bruit de mécanisme se fit entendre comme si on remontait lentement une montre dont l'engrenage serait fatigué. Au bout d'un temps, toutes les dalles étaient remontées, mais toujours la dalle marquée d'un L semblait plus usé par le temps que les autres vue qu'elle était déjà à moitié enfoncé.

À force de regarder le damier avec l'espérance qu'il ne bougea de lui-même, les deux femmes purent remarquer que le N était lui aussi légèrement plus enfoncé, comme l'aurait été les touches d'un digicode. Un très léger filet d'air se dit sentir au niveau de la fresque centrale ou le bien et le mal venaient se rencontrer. Sans doute était-il possible d'y faire quelque chose également. Quoi qu'il en soit, les deux femmes étaient toujours dans cette large salle souterraine, apparemment sans autre voie d'accès qu'un étrange tunnel escarpé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 18

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Dim 25 Fév - 11:32
Quand les dalles remontèrent sans qu’il n’y ait de résultat, je ne pus retenir une moue perplexe. Non, ce n’était pas le bon mot. Zut. Après un petit silence lourd de réflexion, la Moranie tenta à son tour. Golgotha ; 8 lettres, 6 dalles. Il est vrai que cette réponse n’était pas dénuée de sens : cela me renseigna aussi sur le savoir de Shallia. Je ne la voyais pas connaisseuse à ce point. Finalement, tant mieux pour nous.

Cependant, ce fut aussi un échec.

Et si je ne devais pas réfléchir dans les généralités mais dans la précision ? Après tout, nous sommes dans un bâtiment religieux : je me dois d’être rigoureuse dans mes réponses. Car eux ont ce savoir et en sont expert. Et puis… Si après huit lettres, les dalles reviennent à leur origine, c’est qu’il fallait effectivement avoir huit lettres différentes. Donc peut-être pour cela qu’on était dans l’erreur. Ce qui revient à chercher un mot de 8 lettres différentes mais dont la longueur peut souffrir de répétitions.

M-mais, qu’est ce ?
    « Shallia, regarde, le N est aussi légèrement enfoncé… ! »

Mais moins que le L. Faut-il les utiliser ? Si ce n’était qu’une trappe, ce serait les dalles jouxtant le L qui seraient plus basses… Serait-ce un signe supplémentaire ? Un mot de 8 lettres contenant un L et un N ?

Reprenons mes idées une à une…
    Malédiction : trop de lettres. Pas lié à Jésus. Pas de N.
    Croisade tout de même ? C’était environ à cette époque… Mais pas vraiment dans cette partie du monde. Je pense pouvoir l’écarter : pas de L ni de N.
    Fléau, goupillon, masse d’arme, faucille, pic… Mais pourquoi le fils de Dieu ? Att-attends !

    « La lance du soldat ! Le soldat ! Tu connais aussi ces rumeurs non ? Mais comment Diable s’appelait-il.. ?»

Après un N ou un L, il y a très souvent une voyelle, peut-être que ça fera remonter des choses en moi.

Na… Ni… Ne… Né… No… Nu… La… Le… Lé… Li… Lo…Lu…

En admettant qu’il y ait une voyelle, il y a aussi tous les risques qu’elle soit suivie d’une consonne. Et si ce soldat était bien romain, la construction de son nom devrait bien répondre à la logique latine.

Nan, Lot, Ner, Liv…

Tandis que je faisais tourner les sonorités à bas bruit, je me dis : et si ça ne commençait pas par ces lettres-ci ? Shallia m’entendait baragouiner dans mon coin. Alors que j’étais perdue dans la musicalité de cette recherche, sa voix brisa ma réflexion :
    « Longinus ! » 8 lettres, 7 dalles. J’étais septique suite à ma réflexion précédente. Mais en effet, c’était bien le nom de ce dit soldat.

L’Alpha, certaine, sautilla sur les dalles pour écrire le nom tandis que je m’abîmais encore dans mon savoir. Cependant, un bruit m’en tira. Nous levâmes nos têtes pour apercevoir un chemin qui se traçait à travers la fresque. Dans un savant découpage de celle-ci et avec une obscurité se jouant de nos sens, je n’avais pas remarqué cette fissure. Nous échangeâmes quelques encouragements et paroles positives avant de remonter à travers le temps pour sauver une voire deux âmes…

[Hors Rp : Je remercie Luna qui m'a fait mettre cette idée dans ma réflexion, sans elle, ne l'aurait pas évoquée.]

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Aucun
Métier :: Chevalière de l’ordre du dragon
Pouvoir :: Daemoniacus Tenebrae
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Dim 25 Fév - 12:26
Cette énigme avait été dressée afin de limiter les personnes pouvant poursuivre leur chemin, car après tout, l’ordre des moines devait garder cet endroit. Il n’était pas prévu pour résister au temps sans protection. Il était une évidence que tôt ou tard, la réponse serait trouvée, mais, hélas, les moines n'étaient plus présents pour protéger leur héros face au mal absolu. Dans la pièce sans issue, sombre, dont les représentations murales ne seraient sans doute plus regardées avant longtemps. Alors que l’idée commençait à faire son petit bonhomme de chemin dans la tête de la capienne, qu’elle activait les dalles une à une jusqu’à entendre un lourd bruit de pierres frotter contre une autre. Le système d'ouverture semblait être vétuste, et sans doute que cela ne marcha pas beaucoup plus qu'une petite ouverture d'une cinquantaine de centimètres. Ce fut là où se rejoignaient les représentations du bien et du mal que l'on put enfin découvrir alors un long couloir avec une étrange lueur non naturelle tout au bout.

Il n’y avait plus de représentation sur les murs, tout n’était que brute. La construction semblait très ancienne, et effectuée très rapidement avec une manière de faire manquant de professionnalisme. On pouvait deviner que ceux qui s'étaient essayés à la construction de tout ce qui les entourait n'en étaient pas des spécialistes. Après une quinzaine de mètres parcourut d’un couloir sombre tout droit, l’on pouvait trouver un simple petit autel où il était possible de s’agenouiller devant pour prier devant une scène totalement irréelle. Cela donnait alors sur une vaste grotte naturelle, un feu semblait brûler au centre avec quelques bûches de bois un peu trop fraîches pour faire un bon feu, mais cela avait au moins l'avantage de pouvoir réchauffer sans doute. Cependant, les flammes de ce feu ne semblaient pas bouger, comme figé, il ne semblait pas donner sa chaleur non plus tant il faisait froid. En éclairant mieux la scène, on pouvait découvrir d’étranges ombres le long des murs en forme de piques, mais à bien y regarder, ce n’était pas des ombres. On pouvait remarquer comme des lames d’ombres très larges, comme un homme, extrêmement fines et pointues comme le couperet d’une guillotine. Il y en avait bien une quinzaine dans la grotte qui semblait toute se rejoindre vers les hauteurs de cette grotte naturelle.

En s’approchant pour pénétrer dans cette grotte, on pouvait sentir comme un mur invisible totalement infranchissable. Il était possible de poser les mains contre, de sentir cette énorme force sous ses doigts. Il était toujours possible de se pencher pour voir les hauteurs de la grotte, car en effet le couloir de pierre construite n'offrait pas forcément une vue parfaite sur toute la scène, le couloir de pierre construite n'offrait pas nécessairement une vue parfaite sur toute la scène. On pouvait alors découvrir une scène des biens étranges, comme figée. D’un côté, un ange magnifique, tout drapé de plumes dont certaines semblaient s’être détachées dans l’affrontement, semblait ouvrir les bras alors qu’il avait procédé à une magie extrêmement puissante. Il portait des vêtements de la noblesse, sans doute très onéreux à cette époque. De l’autre, une femme en armure dans les airs dont le casque semblait avoir été éjecté dans les airs, une lourde épée longue à la main dont la pointe était posée contre la peau au niveau du cœur de son adversaire. Au bout du pommeau de l’épée, on pouvait y voir une gravure d’un dragon allongé, dont sa queue était entourée autour de son propre cou, et les ailes semblaient avoir été changées en une grande feuille d’un arbre en or, où on discernait une grande croix blanche en son centre. Pour ceux qui avaient de bons yeux, une phrase était gravée le long de la lame.

O Quam Misericors est Deus, Pius et Justus (O voilà comment Dieu est miséricordieux, fidèle et juste)

Cette femme pouvait être dans les airs sans doute, car apparemment, ces étranges ombres en forme de lames géantes semblaient partir de son dos, rendant la scène du bien face au mal, à ce regard de haine et de colères sur ses traits plus véritables encore. C’était comme si on pouvait voir l’antéchrist et l’archange Michael face à face. La femme semblait avoir une larme de sang le long qui semblait s’écouler. Il était une évidence, que la scène face aux deux femmes était un affrontement, et vu par des personnes du moyen-âge, une évidence. Si jamais le temps reprenait son cours d’or et à présent, l’ange ne pourrait sans doute pas être sauvé. L’épée commençait déjà à s’enfoncer dans sa chaire vers son cœur, de multiples lames noires allaient ensuite pénétrer son corps le morcelant sans doute. Était-ce de la responsabilité des deux exploratrices de tuer cet ange pour libérer cette capienne d'un autre temps ?

Quoi qu'il en soit, une fois la limite du sortilège touché, on pouvait faire apparaître comme un mirage des énormes chaînes tour autour de cette scène. C'étaient des chaînes démesurément trop grandes, les maillons devaient bien faire dans les uns mètre, un mètre trente. Il faudrait sans doute s’écharner dessus pour les briser. de plus ses chaînes qui semblaient flotter dans les airs, semblaient être scellées par un énorme cadenas apparemment légèrement fêlé par le temps peut-être. Protégeait-il cette bataille antique ? Quel était le rapport exact ? Qu'était-il possible de faire en cet instant si dramatique, sachant les événements passés entre-temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Sam 3 Mar - 12:04
Le nom, le nom de cette lance et de son propriétaire, elle se triturait les méninges à ne plus quoi savoir en penser. La lance.... la lance aller trouve, cela faisait partie de ton cursus céleste. La pièce finit par tomber, une évidence avec tout ce qu'on avait pu lui rabâcher.

Longinus, c'est Longinus.

Sans une parole de plus, elle s'élança sur les dalles, les activant les unes après les autres avant de voir le mécanisme se mettre en branle. La devinette était à la fois simple, complexe et logique. Pourquoi n'y avait-elle pas pensé plus tôt. Heureusement pour elle, sa compagne de fugue n'était pas une Vedine de basse extraction. Elle s'engouffrèrent toutes les deux guidées par les flammes luminescentes de L'Alpha. La section de tunnel semblait bien plus ancienne que le reste de l'édifice, les murs n'étaient cette fois recouvert d'aucune fioriture. Touchaient-elles au but ? Pour peu que l'on puisse dire que Shallia en possède un autre ici que le fait de se distraire avec une amie.

Devant-elle se tenait un autel réservé aux prières. Qu'ils aillent se faire voir les empotés d'en haut, elle n'était pas prête de les prier à nouveau. Elle n'avait pas besoin de leur aide pour avancer dans la vie. Devant-elle une scène des plus improbable se déroulait, un feu semblant figé dans le temps. Lorsqu'elle voulut s'enfoncer plus profondément dans la grotte d'allure naturelle, elle fut stoppé dans son mouvement se cognant a une sorte de mur invisible.

AIIIEEEE

Shallia se frotta le bout du nez de la paume de sa main.

C'est quoi cette chose ? Je n'arrive pas à aller plus loin. C'est comme si quelque chose de solide mais d'invisible m'en empêchait.

Dans les airs un combat de haute voltige entre un ange et une femme chevalier. Étaient-ils réels ou de simples pantins diablement bien réalisés ? En tout cas le vainqueur de ce duel semblait tout indiqué, la lame de la guerrière pressée contre le coeur de l'être divin. Shallia souhaiterais s'en rapprocher plus pour mieux contempler la scène mais elles avaient un autre soucis à régler avant, trouver une voie d'accès.

Elle fixa le cadenas et les chaînes, bien décidée à se frayer un chemin à travers ce mur invisible. Leurs surfaces commencèrent à se couvrir de flammes. Serait-elles efficaces ? Visiblement pas vraiment, elle avait beau se concentrer, elle ressentait que son pouvoir agissait mais qu'il lui manquait un petit peu de force.

So...Sonat, je crois que j'y arriverai pas seule.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 18

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Jeu 8 Mar - 11:22
Je restais éberluée par ce qui venait de se passer et c’était d’une manière un peu irréelle que je remontais ce couloir. Plus rien n’était travaillé, révélant que l’endroit avait été retenu secret même pour un bon nombre de personnes… Prenant des constructeurs de bas étage pour éviter qu’il fuite. Enfin, c’est ainsi que je le comprenais.

Toujours dans cette sensation de rêve, je vis cette salle… Art mythique d’une beauté sans pareille… Traversant les siècles sans prendre une ride. Cependant, le froid mordant de l’endroit me ramena bien rapidement à mon corps et ma réalité. Je remis mon col en place, mis des gants tout en admirant et me chapotais de ma capuche rembourrée. Aux paroles de Shallia, de la condensation voltigeait devant sa bouche et ses narines. N’avait-elle pas froid ? Son pouvoir la rendait insensible ? Je regardais ce feu avec intensité. Il avait pour mission centenaire de veiller sur cette pièce, l’éclairer pour les aventuriers ou les personnes qui vénéraient cet endroit. Qui pouvait l’entretenir de la sorte ? Quelqu’un d’autre est au courant pour cet endroit ? Un protecteur quelconque ? Cependant, il ne délivrait aucune chaleur et ne dansait pas au gré des vents. Ne serait-ce qu’un pouvoir abandonné ici ?

La chasseresse en moi ne cessait de crier gare. Peut-être qu’un dernier évènement nous empêchera d’accéder à ce que l’on désire. Et le mur contre lequel s’est précipité la Moranie ne faisait qu’accentuer mon trouble. L’art de la protection mythique…

Nous touchons au but.


À l’instar de Shallia, je m’approchais pour contempler la charge, la nouvelle énigme. Ce n’était pas tant la sculpture qui attirait mon regard mais bien les chaines et le cadenas titanesque. Aussitôt, l’Héritiaire de la forêt se lança dans la violence. J’aurais préféré regarder ce qui se passe, les tenants et les aboutissants de ces chaînes.. Mais il était vrai qu’il ne manquait pas grand-chose pour les détruire.
    « Shallia, quand il cèdera, je te demande de reculer. Cette Capienne sera peut-être affamée et risque de se jeter sur l’une d’entre nous. Bien que mon sang soit très attractif, sa soif peut très bien lui dicter la facilité. Et je ne veux pas d’effusion de sang qu’on pourrait éviter… » Fis-je dans un regard sans appel.

Tandis que je portais ma main à ma bouche, je priais. Car nous allons peut-être éveiller un démon mais certainement tuer un ange. Le dernier représentant ‘vivant’ de sa race. L’ultime. Et je ne pouvais me résoudre sans avoir une part de culpabilité. Cependant, les Dieux en avaient décidé ainsi : sa mort a été retardée de 500 ans. Peut-être qu’en ayant pris un soigneur avec nous, nous aurions pu le récupérer… Belle erreur de ma part. Mais pour qu’il arrive dans quel monde ? Celui où il sera seul ? Celui de la folie ? Non… Je suis en train de me convaincre que le crime est un bon choix. Or, ôter la vie à quelqu’un est toujours préjudiciable et irréversible. Je verse mon sang sacré en sacrifice à ton histoire et ta mémoire. Repose en paix.

Je murmurai en langage angélique « Pardonnez-moi. » tandis qu’un pic de sang coagulé partant de mon index s’avançait avec brutalité vers la charnière du cadenas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Aucun
Métier :: Chevalière de l’ordre du dragon
Pouvoir :: Daemoniacus Tenebrae
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Ven 9 Mar - 13:00
Une sorte de barrière invisible et infranchissable semblait se dresser, alors que Shallia tenta d’avancer vers ce feu, mais ce n’était pas une protection réellement. C’était surtout que le temps était figé juste après, alors il était impossible de pénétrer dans les lieux dans ces conditions. La différence de temporalité faisait un blocage naturel. La scène en plusieurs centaines d'années n'avait évolué que de quelques millimètres, c'est dire la puissance du sortilège des anciens temps. Alors que de puissantes flammes commençaient à dévorer les chaînes, cela ne semblait pas suffisant malgré la faiblesse évidente du sortilège après tant de temps. Il était évident, que lorsque le groupe d'êtres surnaturels avait téléporté cette partie du monastère, la magie divine qui avait stoppée le temps était beaucoup trop puissante pour être brisée. C'était sans doute pour cela que les anciens avaient procédé de cette manière.

Le feu figé dans le temps ne risquait pas de s'éteindre, vu qu'il avait arrêté de brûler depuis un moment maintenant. Il semblait être assez rustique dans son style, sommaire, mais efficace dans sa conception. La capienne ressentait autant de manque de sang qu'à l'époque pendant cette bataille. L'ange était en effet condamné, il ne manquait quasiment rien pour l'oxcir et il serait sans doute très difficile de le le sauver. C'était un drame qui allait se passer, mais à l'époque, il ne manquait pas de toute sorte de créatures mystiques. Et alors que la capienne unissa ses forces avec sa camarade d'exploration en lançant un pic de sang coagulé, le cadenas magique commença à se fissurer de plus en plus lentement. Il brilla de mille feux un bref instant comme si l'accumulation de beaucoup d'énergies magiques augmentait jusqu'à provoquer son explosion. Le temps reprit alors son court immédiatement, et le pire arriva bien entendu. L'épée de la capienne transperça de part en part le corps de l'ange au niveau du cœur, alors que ce dernier ne faisait que sourire. La multitude de piques d'ombres vinrent se planter dans le corps angélique de toute part, le morcelant sans difficulté. Beaucoup de sang se répendaient sur le sol de la grotte et alors la jeune femme enfin délivré cracha au visage se l'ange mort.

« Crap lucru te-am prins »



Dit alors d'une manière agressive Varuna satisfaite d'en avoir fini avec lui, certaine d'avoir gagné ce combat avant que l'ange ne puisse procéder à son sortilège, quel qu'il soit. Cependant, elle fut rapidement surprise en regardant autour d'elle, c'est à dire que cela avait bien changé depuis le temps. Le feu avait repris sa danse et de la chaleur se dégageait enfin dans cet environnement glacé. Son épée ensanglantée bien en main, elle se tourna lentement en direction des deux femmes, qui venaient d'apparaître avec une construction. Elle se croyait dans une grotte naturelle, il y avait quelques instants.

« Ce este această magie? Și cine ești tu? »



Dit d'une manière menaçante la capienne en dressant à deux mains son épée dans leur direction. Elle parlait la langue locale de l'époque, et elle était bien certaine qu'elles devaient comprendre, sinon que ferait-elle dans son pays ? Les deux femmes étaient habillés étrangement, il fallait l'avouer, mais elles ressemblaient au moins davantage à des européennes qu'à des sarrasinnes. Elle venait de tuer un ange, elle n'était pas dans les petits papiers de certains groupes de personnes, alors elle avait tendance à se méfier. Les lames d'ombres se retiraient lentement du corps en le laissant tombé partiellement en morceaux. Elle était légèrement essoufflée par cette rapide dépense d'énergie, mais la capienne n'était pas du genre à reculer face à un danger.

« Eu sunt Varuna Basarab, Cavaler al Ordinului Dragonului, Protector al Valachi și Inamic jurat al Imperiului Otoman »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 18

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Mer 14 Mar - 23:31
La lumière m’aveugla le temps d’un instant, m’obligeant à passer une main sur mes yeux pour me protéger. Entre les bruits évocateurs et la larme qui coulait le long de ma joue, je savais ce qu’était devenu l’Ange. Quand mes yeux purent à nouveau voir, ils se posèrent sur une jeune femme aux traits fins et à la détermination vengeresse. Instinctivement, je compris les insultes de la Capienne et mon cœur se serra. Si seulement elle savait…

Mais ce qui me gênait le plus, c’était l’odeur de ce sang oublié. Plus j’inspirais, plus s’instillait en moi la faim dévorante de la Soif. J’avais beau me gaver, avoir renoncé à mon amour pour Gabriel, je n’arrivais à étancher ce désir. Je sentis mon corps se crisper pour lutter contre cette envie. Mes poings se raidirent. Un bon bol d’air frais m’aurait grandement servi mais… l’air était saturé de ce délicieux poison.
    « Les Mythes ont bien des pouvoirs et des facettes inexplorées. » Fis-je dans sa langue, de manière un peu sèche à cause de mes maux.

D’un geste presque théâtral, je me démasquai, montrant mon visage de jeune adulte strié d’une larme écarlate. Mes cheveux blancs étaient assemblés en une queue de cheval et mes yeux bleu-verts étincelaient par ma faim contenue. Le sang de mon doigt ondulait autour de moi comme un fouet indolent.
    « Je suis Sonatæ Delorme, Régente des Capiens sur cette île, Sang-pure de la lignée Unique. Elle est Shallia Silvermoon, l’héritière des Moranies. Nous ne sommes ni ottomanes ni chrétiennes… ni des ennemies. Nous sommes ici pour te souhaiter la bienvenue dans cette nouvelle… époque. »

Même si elle était des miens, je ne pouvais descendre ma garde. Je lançai un regard fugace à Shallia dont le regard me rappela qu’elle ne comprenait rien. Il est vrai que je ne l’avais pas informé de la chose. Mais ça aurait été une erreur que de parler dans une langue que la demoiselle ne comprenait pas. Ne pas la braquer plus que nécessaire.
    « Cet Ange a lancé un sort qui vous a plongé dans une faille temporelle. Avec l’aide de mon amie, nous vous avons délivré de ce maléfice… mais pas de sa malédiction. »

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Sam 17 Mar - 9:26
Les efforts conjoints des deux jeunes femmes venaient de porter leurs fruits, les pièces de ferrailles cédèrent libérant au passage une quantité d'énergie lumineuse assez impressionnante. Instinctivement, la flamboyante vint masquer ses yeux de ses mains et ses paupières se clôrent. Qu'avaient-elles donc fait ? Avaient-elles prise la bonne décision en laissant l'ange succomber ? Bwarf après tout, elle n'en avait cure, cela faisait un homme de moins sur cette terre. C'est certainement ce qu'elle aurait pensé encore l'année dernière mais sa vision du monde avait commencée à changer.

Ses yeux se rouvrirent laissant apparaître le spectacle d'un ange, une épée le traversant de part en part au niveau de son coeur. Mort a coup sûr, plus rien à faire. Une épée ensanglantée, son regard se porta sur celle qui l'accompagnait, saurait-elle contenir sa soif ou bien Shallia devrait-elle intervenir ? Visiblement, elle tenait bon mais la tentation devait-être forte.

La vainqueur se tenait devant elles, s'adressant dans une langue totalement inconnue pour la femme chat. Sonat semblait comprendre car elle lui répondit dans un dialecte ou une langue dont l'intonation et les sons semblaient se rapprocher. Elle n'avait cette fois pas le droit a la traduction instantanée de son amie. Elles discutaient entre représentantes de la même race et Shallia savait qu'elle n'avait de toute manière pas son mot a dire. La femme chevalier était sous la juridiction de la Sang-Pure tout comme les Morany était sous la sienne. Pourtant, elle rongeait son frein de ne pouvoir participer à la conversation. Devait-elle les laisser seul ? Non, elle ne pouvait se le permettre, cette femme dans sa tenue de guerrière était très certainement dangereuse. Sonat aurait certainement besoin d'aide dans le cas ou celle qui venait d'être libérée de son cercueil temporel deviendrait agressive.

Shallia possède le même tempérament que son pouvoir mais parfois sait garder le calme quand cela est nécessaire et cette situation le requérait. Il ne lui restait plus qu'a mettre sa patience à l'épreuve...

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Aucun
Métier :: Chevalière de l’ordre du dragon
Pouvoir :: Daemoniacus Tenebrae
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Mar 20 Mar - 13:11
Varuna pouvait admirer alors la larme de sang coulée le long de la joue d’une de ses sœurs. Elle ne l’avait jamais vu, mais elle lui semblait jeune et pas du tout paré au combat. Elle ne portait pas d’armure, mais elle lui faisait tout de même face. Il était aisé par le sang coulant sous le regard d’une personne d’identifier une capienne. Elle ne comprenait pas du tout d’où pouvaient venir ces deux femmes, et cette étrange construction dans la grotte où elle s’était installée pour la nuit. Elle ne pensait pas que c’était si passant que cela cette fichue grotte ! Si elle avait su, elle se serait installée ailleurs. Cela devait être une magie de téléportation, mais pourquoi un couloir ? Quoi qu’il en soit, elle était totalement piégée, la seule sortie était après ces femmes.

Sa larme continuait à couler le long de sa propre joue, mais elle était habituée aux batailles sanglantes, alors ce n’était qu’une information comme une autre. Elle gardait son épée de chevalier face à ces deux femmes, ce qu’elle ne comprenait pas méritait d’être traité comme un ennemi. Elle trouva cela tout à fait normal que cette femme parle la langue locale, il ne manquait plus que cela de tomber sur des étrangères. Elle observait alors Sonatae retirer son masque de son visage, elle avait des cheveux d’une vieille dame, mais elle n’en avait pas le visage d’une jeune femme. Elle leva un sourcil perplexe en penchant légèrement la tête, non sans rester en position de combat au cas où.

« O insulă? Despre ce vorbești? Suntem în Țara Românească! În Europa! Regentul Capiens? Despre ce vorbești? Ce este acest titlu? Nobilimea? Păi ... încântat, dar ce faci în peșteră? Dacă veniți să luptați, atunci aveți dreptul să-l spuneți acum. »



Répondit alors dans un premier temps la capienne. Elle ne connaissait pas le nom de l’une ou de l’autre, mais elle le nota dans un coin de sa tête. Cependant, quand Sonatae dit qu’elle n’était pas chrétiennes, Varuna posa un genou à terre en posant le bout de la lame de son épée contre le sol, ce qui avec le pommeau formait une croix. Elle se mit alors à rapidement prononcer quelques mots en latin de la prière classique, que tout bon citoyen de l’Europe connaissait avant de reprendre la parole à haute voix.

« Nebun pentru eretic! Nu te rogi Domnului nostru, dar ești norocos, în credința Lui mare milostivă, dacă-ți vei primi dragostea acum în inimile tale, te voi converti oficial și vei evita orice mânie. »



Dit alors Varuna d’une voix assez agressive en regardant l’une, puis l’autre. Elle ignora l’histoire de cette capienne la souhaitant dans une nouvelle époque, si elle parlait d’une nouvelle ère qui allait débuté où le christ n’allait pas être le seigneur du monde, alors cela ne l’intéressait aucunement. Qui serait assez fou pour proclamer haut et fort en son siècle être un hérétique ?

« E imposibil! Am omorât acest înger, el nu a avut timp, sunt sigur că o voi simți! Despre ce vorbești în cele din urmă? Și ce este acest lucru ciudat? Ești cerb? »



Varuna, ne semblait pas être prête à croire une quelconque modification temporelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 18

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé] Jeu 29 Mar - 10:34
Je réprimais un sourire pour ne pas la frustrer. Oui, bien sûr : rien ne va être simple dans cette affaire. Aussitôt, elle demanda si nous étions venues pour nous battre, de le faire promptement. Mon fouet de sang se désagrégea et devint une simple flaque au sol. Je séchai ma larme écarlate et pourléchai ainsi ma main meurtrie et colorée tandis qu’elle priait pour le salut de nos âmes. Diantre, que cela faisait longtemps. Doucement mais avec détermination, je m’avançai vers ma compatriote. La morsure à mon doigt était étrangement luisante pour du sang coagulé*.
    « Peut-être ne me connais-tu pas sous ce nouveau nom ni en ce corps… Mais tu es Capienne et sans doute as-tu déjà entendu le nom de Léandre de l’Îsle, dit l’Écarlate… »

C’était mon ancien corps, mon dernier souvenir. Énormément de Capiens me connaissaient à l’époque : j’étais le Sang-Pur d’Europe. Celui qui offrait son sang aux plus dépravés pour les nourrir et leur rendre la raison. Celui qui décapitait ceux qui refusaient de se soumettre aux coutumes et actes signés. Celui qui dévorait ses ennemis de ses mâchoires monstrueuses. On disait de lui qu’il était un diable orné d’une couronne de son propre sang. Beaucoup le craignait… Alors qu’il n’était qu’un Capien parmi tant d’autres, un représentant de la justice et de la droiture. Et pour ceux qui le connaissaient personnellement, avait le même caractère que le mien : pourquoi serait-il différent vu que c’était moi ? Droiture et cœur. Il réalisait ses devoirs et gardait sa culpabilité en son cœur ou pour ses proches.

Et déjà à l’époque, le rituel des 500 ans était connu de tous ainsi que la légende de ma résurrection. Je fis plus impérieuse :
    « Varuna Basarab ! Tu n’es plus en Valachie au XVII°s, tu es sur Yasashi Koji, une île de l’Atlantique, en 2018 ! L’Ange dont tu viens de verser le sang était le dernier de sa race vivant et t’a prise dans son sortilège. Regarde autour de toi, ne vois-tu pas des changements ? Des détails dont tu n’avais le souvenir ? Regarde-nous, sommes-nous comme tes compagnons d’arme ? La légende raconte que tes ayants-droits ont protégé cette scène pour empêcher ta mort et ta découverte car… »

J’étais cette fois-ci assez proche d’elle et de son arme. Mais surtout de cette âme qui venait d’être rappelée auprès de je ne sais quel dieu. Je pris le temps de contempler son visage, de le couvrir de regret et de tristesse… Une fois Varuna plus au faîte des choses, j’organiserai des funérailles pour le Dernier… Diantre, que ces ailes étaient belles et puissantes… ce sang et cette blancheur… le triomphe de la peur et de la mort sur la pureté.. Un peu comme la Kimatsu.

Les Anges étaient un peuple bien. Ils ne méritaient pas cette cruelle disparition… Aucune des races d’ailleurs.
    « … Car peu après ton enfermement dans les limbes du temps, une terrible guerre éclata. Bien plus vaste et meurtrière que celle des religions, que celles pour la conquête d’un pays… Les Humains ont créé des armes pour détruire les Races et on conduit à notre presque extinction. La Kimatsu. Tes héritiers t’ont cachée pour te préserver de leur courroux, pour éviter que cette fresque ne réactive la suspicion auprès des Humains. Traverse ce couloir et vois si tu es encore dans une grotte. »


~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: De sombres ruines oubliées [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

De sombres ruines oubliées [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Le Manoir Oublié
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Morany :: Forêt-