AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Abigail "Bubble" Cable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Atlantin Admin
avatar
Age : 45

CV
Quartier d'habitation :: Atlantin
Métier :: Gérante de cybercafé / agent du Magister
Pouvoir :: Hacker
MessageSujet: Abigail "Bubble" Cable Dim 22 Juil - 0:12
~ Carte d'identité ~

  • Nom : Cable
  • Prénom : Abigail
  • Surnom : Bubble
  • Âge : 23 ans
  • Race : Atlantine
  • Particularité de la race : mains et pieds palmés sous l'eau, etc
  • Groupe choisi : Magister
  • Sexe : Féminin, il parait
  • Orientation sexuelle : pas besoin j'ai un vibro
  • Logement : bulle marine sous le lac Atlante
  • Langue mythique parlée : Gotaki
  • Métier : Gérante de cybercafé / agent du Magister
~ Biographie du personnage ~

  • Description physique :
    Atlante, ville sous marine, une bulle d’appartement de standing dans les faubourgs huppés : logement de l'agent Abigail Cabble

    Dans la pièce principale, nimbée d'une obscurité profonde, le suintement du vérin hydraulique d'un caisson hyperbare de privation sensorielle vient strier les lieux. Avec l'air qui envahit le réceptacle, le bruissement incessant des données numériques fait grésiller virtuellement l’atmosphère ambiant et un soupir las s'échappe de l'habitacle. A la surface luminescente de l'eau gorgée de sel, une main fine aux doigts palmés effleure les rebords pour s'y agripper et aider le corps à s'extraire de sa retraite de silence. L'atlantine a beau vivre avec cette sensation depuis presque sa conception, subir le flux tenace et parasite à chaque fois qu'elle quitte son asile aquatique de la nuit est une véritable épreuve. Elle ne peut guère se plaindre pour autant. Ce n'est que depuis quelques mois qu'elle a réussi à se procurer cet équipement. Le magister l'a logée et la rémunère grassement dans l'espoir de voir son don se développer et faire d'elle une source vivante d'informations cruciales pour les mythes. C'est certes un poids sur ses épaules, mais elle ne le vit pas ainsi. Elle a enfin un but et une justification à ce qu'elle est, à qui elle est.

    Le corps ruisselant d'eau, aussi nue que le jour de son éclosion, la "Mandarine" pose un pied tout aussi palmé sur le sol de son logement. S'ébrouant, elle fait voler autour d'elle sa chevelure atypique aux dreads multicolores, avant de se regarder dans le miroir. Sa coiffure surprenante est un hommage au premier poisson sur lequel elle a posé les yeux en sortant de l'isolement de son oeuf : un Poisson Mandarin plus scientifiquement appelé Synchiropus splendidus. Comme ce dernier, elle a décidé de camoufler sa nature sous une allure exotique et bigarrée, un brin rebelle. Ainsi, si sa coiffure peut accrocher le regard de prime abord, tout son corps est, à sa manière, marqué par sa nature. Fine, à la démarche discrète et sans façon, elle possède un corps aux proportions surprenantes. Une poitrine menue mais ferme et effrontée, une taille fine, des jambes longues et musclées par la nage, elle est plutôt jolie même si elle ne risque pas de rivaliser avec les sexires. Cependant, en signe de protestation, elle a commencé dès ses premières semaines de liberté à aller se faire tatouer sur tout le corps. Oh, pas sans raison, chacun des symboles sur son corps a un sens bien particulier. Mais elle les arbore avec un brin de provocation, pour marquer sa différence et son désir de ne pas se laisser imposer quoi que ce soit. D'ailleurs, ses lèvres charnues se parent souvent d'une moue blasée dès qu'on tente de la contraindre. Ses yeux en amande soulignés de khôl se plissent et le bout de son nez se fronce. Dans ces moments là, il vaut mieux fuir, car si elle n'est pas physiquement violente, elle sait fort bien comment pourrir la vie des gens à un point que l'on imagine même pas en la voyant.

    Abandonnant son reflet, Aby parcourt la pièce rapidement du regard. Où l'a-t elle foutu??? Ouf, il est là... Tendant sa main, elle récupère son JVC et allume la musique qui envahit la pièce, faisant vibrer l'eau du caisson. La musique de Pirate Métal résonne sans concession tandis que l'atlantine s'habille. Un débardeur court et un baggy tout droit sortis des surplus américains, des baskets confortables sans chaussettes et une veste à capuche pour y dissimuler un peu sa tignasse dans la rue. Le casque sans fil près du JVC est récupéré à son tour et vient surplomber le tout. La jeune hacker appuie sur le bouton pour que la musique soit directement redirigée vers ses oreilles, histoire de masquer le bruissement numérique insupportable. Frigo ouvert, première dose de Caf pow en main, l'atlantine ferme les yeux un instant en sirotant son élixir: Rhaaa, bordel, enfin, on va pouvoir peut être faire un truc de cette journée. Trève de réflexion, au boulot!


  • Description mentale :
    TA YEULE! Bordel, tu fais chier!

    Le cri d'Aby fait s'enfoncer la tête dans les épaules de tous les employés du magister à portée de voix. Pourtant l'atlantine s'est vu confier un bureau privé dans le bâtiment, loin de tout possible collègue à cause de son caractère asocial. Il faut dire que qui la côtoie a généralement affaire à l'illustration même de la geek rebelle sur les bords et fermée au contact humain. Ceci dit, la Juge lui concède cette attitude car elle connait le passé de l'atlantine et les raisons qui ont fait d'elle ce qu'elle est. Souvent revêche, parfois emportée, perdue dans la musique criarde qui s'échappe de son casque, Aby, aka Bubble pour les hackers du monde entier, ne se sent jamais très à l'aise dans la foule. Un brin ochlophobe, elle compense généralement ce malaise en se montrant mordante avec les gens. En l'occurrence, le pauvre préposé aux missives qui vient de lui déposer une note du service juridique alors qu'elle est en train de pirater un réseau bancaire pour tenter de suivre une piste d'activistes humains présumés sur l'île.

    - Sérieux, depuis quand ce que je fais est sensé être "légal"... De toute façon, je ne suis pas traçable, donc va dire aux scribouillards du dessus que s'ils ont un truc à me dire, ils bougent leur cul gras et on verra ensuite si je suis d'assez bonne humeur pour pas diffuser leurs photos intimes sur leurs réseaux sociaux!

    Toujours en maugréant, Aby fait une boule en papier du mémo et envoie la balle dans la poubelle un peu plus loin avant de se remettre à travailler. Parce que quand il s'agit du boulot, l'atlantine est un vrai pitbull. Un petit bout de fil anodin et elle s'acharne à remonter la pelote pour dégoter toutes les informations sensibles nécessaires au Magister pour sécuriser le Secret et l'île. Sans le moindre état d'âme ou presque. Car si elle joue la blasée, elle conserve un domaine qu'elle ne peut se résoudre à salir. Aby a une faiblesse, l'innocence immaculée et la pureté des enfants et des animaux la touchent profondément, car elle n'a jamais eu vraiment la chance de connaître cette état de grâce. Alors pour cela, elle est prête à se battre bec et ongle et sans pitié.

    A bien y repenser, laissant un instant son rapport et fermant les yeux, Aby se laisse aller à se rappeler comment elle en est arrivée là....

  • Histoire :
    - Je flotte... je ne suis encore qu'une vague conscience et pourtant je flotte là et je suis.... C'est calme, c'est serein. Je ne le sais pas encore, mais je suis une atlantine en devenir, un œuf juste conscient qui s'éveille à la vie, dans le silence du Palais Perdu. Des milliers d'autres alevins d'atlantins flottent autour de moi dans cette chambre immense de couvée. Les lieux sont si sereins, baignés d'une lumière évanescente, tout juste troublée par la nage des nourricières qui viennent prendre soin de nous par vague. Si seulement la vie pouvait toujours ressembler à ça : calme et sérénité. Mais cela ne dure pas...

    Cela fait maintenant deux ans que je crois doucement dans mon réceptacle, et mes capacités sensorielles et cognitives ont commencé à s'étendre. Mais ce que je ne sais pas, ce que personne ne sait encore, c'est que mon pouvoir, ma nature de mythe a décidé que je ne serai pas comme les autres. De mes cinq sens, un sixième a vu le jour. Oh, pas le sixième sens comme les humains l'entendent, non. Un sens nouveau, berceau de mon époque, et malédiction de ma vie à venir. Au début, cela s'est manifesté de manière anodine, un murmure, un chuchotement à mon esprit naissant, indistinct, discret, presque une berceuse, et je me suis tendue vers cette source de distraction et de connaissance, avec ma curiosité naturelle. Mais avec ma croissance, celle de mon pouvoir a suivi, et ce murmure est devenu mots, et pire encore, images, vidéos, bruit de plus en plus cacophonique. Avec la connaissance apportée par ce sens inattendu, mon esprit a fini par comprendre ce qu'il voyait. Certaines choses étaient anodines, musique, documentaires, discussions, sms, mails, la plupart n'étaient pas très explicites pour moi, si jeune. Mais d'autres éléments perçus me provoquaient des cauchemars : guerre, pornographie, crimes, violence religieuse... L'homme est fou, l'homme est dangereux, l'homme est inconscient de la propre horreur de ce qu'il diffuse via les ondes. Et à mon corps défendant, je baignais dans tout ça, terrorisée et meurtrie, à mon âge le plus tendre. Les humains déversaient leur noirceur en moi et piétinaient mon innocence de la poubelle de leurs déchets informatifs. Toute la durée de ma maturation, j'ai été choquée puis blasée et au final révoltée de cet apprentissage involontaire et de ce viol de mon intimité la plus secrète.

    Et puis je suis née au monde, mon oeuf s'est déchiré et je me suis extraite, encore faible de mon cocon translucide, fixant un regard froid et trop conscient sur la nourricière venue s'occuper de moi. Elle m'a observée, intriguée, avant de palir quand j'ai ouvert la bouche pour prononcer un mot. "Silence!" C'est tout ce que je demandais à cet instant là. Qu'elle ramène le silence de mes premiers mois d'existence. Mais elle ne le pouvait pas. Personne ne le pouvait. Au lieu de cela, elle s'est empressée de prévenir ses supérieurs, et j'ai été écartée des autres nouveaux éclos pour passer une batterie de test. Les adultes restaient figés. Je parlais couramment, je pouvais calculer, m'exprimer en plusieurs langues, faire preuve d'une érudition impossible à ce stade, et surtout, je n'avais pas cette étincelle de pure innocence qui caractérisait les jeunes atlantins. Mon âme était vieille et colérique de tout ce à quoi elle avait du faire face. Et surtout, je ne contrôlais pas ce savoir qui affluait en moi. Il m'arrivait de commencer une phrase dans une langue et de la terminer dans une autre. Je peinais à me concentrer sur une chose très longtemps car mon esprit devait faire face à trop d'informations à la fois.

    Dépassée, le Limier avait contacté la Juge pour savoir comment agir. Serais-je un danger pour le Secret si l'on me laissait sortir dans le monde ainsi? Moïdran, intriguée, demanda à ce qu'on m'amène au Phare. Calme et posée, elle m'interrogea longuement. Contre toute attente, elle demanda au Limier de me confier au Magister. Bien qu'atlantine, cela soulagea tout le monde que le Phare me prenne en charge. Moi y compris. Étrangement, cette femme d'un calme olympien, au regard réellement concerné, savait m'apaiser. Elle fut la première à me regarder sans peur, sans sembler voir en moi un phénomène étrange. Et je l'apprécie profondément pour cela.

    Ma vie à partir de ce moment changea profondément. Les scientifiques du Magister me prirent en charge, me faisant passer des tonnes d'examens. C'est fortuitement cependant qu'ils commençèrent à réaliser mon potentiel réel. Un jour, alors que l'on m'avait truffée d'électrodes pour passer un encéphalogramme, je devais répondre à de stupides questions sur les dessins de cartes que je ne voyais pas. L'un des chercheurs remarqua un pic sur les électrodes. Intrigué, il me demanda si j'avais vu ce que portait la carte. Blasée, je lui confirma que je n'en avais pas la moindre idée, mais qu'il ne devait pas oublier de passer prendre les enfants à la garderie. Se figeant, il me demanda comment je pouvais savoir ça : il ne parlait jamais de sa vie privée au boulot. Sans trop comprendre sa surprise, je lui répondis de simplement répondre au SMS de sa femme. Le portable extirpé de la poche et quelques lignes parcourues plus tard, il sortit en courant du laboratoire pour prévenir qui de droit. Les tests prirent une toute autre tournure suite à cela, car mon pouvoir venait de se révéler : je percevais les ondes, toutes ces informations qui grouillent et qui pour moi sont un bruit assourdissant et incessant. Parfois certaines éclosent et sont plus perceptibles que d'autres. Mais à l'époque, j'étais incapable de choisir ce que je voulais entendre et ce que je voulais éteindre. Mais le premier pas était franchi.

    Avec le temps, j'ai appris à maîtriser le gros de ce flux et à en extraire des données les moins protégées volontairement. Je sais qu'il me faudra du temps pour dompter ce torrent dans lequel je me noie parfois. Mais dès cet instant, je suis devenue un atout pour le Magister. La Juge m'a convoquée et m'a proposé de m’entraîner, et de faire de moi une source d'information unique pour nous protéger des humains. Grâce à elle, j'ai un but, un avenir, et un espoir. L'espoir qu'un jour je sois assez forte pour calmer ce tsunami perpétuel, l'espoir de retrouver le silence. Alors je travaille pour le Magister avec opiniâtreté. Même si parfois devoir côtoyer les gens me saoule et me donne envie de leur pourrir un peu la vie pour qu'ils me lâchent la grappe. Mais c'est rare, je me retiens. Pour Moïdran, parce qu'elle a su voir en moi, parce qu'elle a confiance en moi. Parce que j'admire cette femme.

    Du coup, j'essaie de m'intégrer de mon mieux. J'ai quitté le phare pour m'installer dans une des bulles sous marines en périphérie d'Atlante. J'ai de la chance, le Magister m'a pris un logement spacieux où j'ai même un bureau pour les jours où devoir subir le flux d'informations à la surface est trop lourd. Sous l'eau, le bruit est atténué, et j'ai mon caisson pour dormir. Malheureusement, je ne dors jamais très bien et je compense en buvant mes Caf pows pour me tenir alerte.

    Dernièrement, Moïdran m'a dit de me forcer à me confronter au monde. En plus, comme tout agent du Magister, je dois avoir une couverture plus conventionnelle pour les humains. Du coup, j'ai ouvert un cyber café sur l'île. Ça me permet d'avoir accès facilement aux données des gens qui y viennent. Le mauvais coté, c'est que le Bruit y est assourdissant et parfois il me faut plus que du café pour rendre tout ça supportable. C'est pour ça que depuis quelques mois, je me suis mise à me faire tatouer. Chacun des dessins sur mon corps représente une victoire sur le Bruit. Mais ça, je ne le dis à personne, c'est mon secret personnel. Même si Moïdran veut que je m'ouvre aux autres. Pire, elle a décidé récemment que je devais prendre des cours de combat au corps à corps. Elle pense que si des gens découvrent ce que je suis, ils pourraient vouloir s'en prendre à moi. Du coup, je dois apprendre à me défendre. Bordel, dire que je vais devoir aller dans le désert pour ça! Elle m'a trouvé un esertari, apparemment, qui aura la "patience" de me gérer... Comme si j'étais ingérable, sérieux... Je peux être calme parfois. La preuve, je suis devenue accro au tai chi chuan. Ca me permet de me recentrer et de ne pas perdre pied entre la réalité des autres et la mienne. Ma réalité "augmentée". Mais comment expliquer aux gens que ma vie a simplement une autre dimension, celle du Bruit. Qui pourrait comprendre? Personne... J'aime pas les gens!

  • Pouvoir : Hacker

~ IRL ~

  • Nom : Caroline
  • Âge : 45 ans
  • Première impression : La première commence à dater, mais celle sur la V3 c'est clairement redynamisant.
  • Comment avez-vous découvert le forum ? Toujours ce fichu belge!
  • Votre Parrain : Mais si il a ses reins!
  • D'où provient le personnage sur votre avatar et le nom du personnage ? Deviantart: https://www.deviantart.com/anahiroart/art/The-Witch-Doctor-593059501
  • Votre Discord : déjà sur place

  • Acceptez-vous le règlement et vous y soumettez-vous ? chef, oui chef!
  • Code du règlement : Réponse en hide
  • Quelle est la date de la Kimatsu ? : Réponse en hide

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin tech
avatar
Age : 25

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: sans
Pouvoir :: Cactus
MessageSujet: Re: Abigail "Bubble" Cable Dim 22 Juil - 11:23
Coucou

On en a parlé pour ton pouvoir, c'est validé :}

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Atlantin prez
avatar
Age : 28

CV
Quartier d'habitation :: Le Port
Métier :: Chef des garde-côte
Pouvoir :: Le poulpe
MessageSujet: Re: Abigail "Bubble" Cable Dim 22 Juil - 15:50
Bien le bonjour,

Ne perdons pas de temps et allons directement à l'essentiel, je ne pense pas que tu m'en voudras.
Très belle présentation, je n'ai rien à redire au niveau de ta présentation physique et mentale qui est joliment amenée. Ces deux descriptions sont incorporées sous forme d'histoire et se lisent aisément. Au niveau de ton histoire, je l'ai lue avec beaucoup d'attrait, je trouve ça assez originale le fait que tu parles un petit peu plus en détail de la partie de sa vie passée sous forme d'oeuf. Elle rejoint le Magister mais tout se fait de manière logique, qui n'aurait pas été intéressé par une personne possédant ce même pouvoir.

Je ne continue pas plus l'encensage que cela, je te donne ta note qui est de 8.

Bonne continuation et sabrage de Clairette de Die pour changer un peu du Champomy et du Kidibul. Ca ne peut pas être pire qu'un certain match de foot avec du Limoncello.

Je te passe le blabla d'usage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation ::
Métier :: Te valider
Pouvoir :: Te refuser
MessageSujet: Re: Abigail "Bubble" Cable Dim 22 Juil - 17:36
Abigail "Bubble" Cable est une Atlantine de 23 ans. Le look de la demoiselle est assez particulier, cheveux couleur Rainbow, tatouages sur une bonne partie du corps. Elle est fine, poitrine menue, de longues jambes et plutôt jolie malgré son apparence rebelle. Son caractère est au diapason de son look totalement barré et à l'ouest. La geekette est gérante d'un cybercafé mais travaille également pour le Magister, admirant la Juge. Elle est d'un tempérament asocial, la foule l'inquiète mais son pouvoir la rend très utile dans le domaine du renseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Abigail "Bubble" Cable
Revenir en haut Aller en bas

Abigail "Bubble" Cable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Abigail Blackson, la petite fille du Diable...
» Wyatt, Triple H, and Sister Abigail..
» Bubble Island [With - Erica Carmelia]
» Abigail Storm
» Le petit chaperon rouge [Nathanaël/Abigail]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Général :: Présentations :: Validées-