AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Stripteaseuse
Pouvoir :: Eau
MessageSujet: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Sam 12 Sep - 1:11
La soirée de la petite asura c'était plutôt très mal finie. Elle était partie faire son show de strip-teaseuse et au final avait fini avec une bouteille de whisky et un torchon rempli de glace sur la joue. Sans oublier le patron qui avait tenté d'abuser d'elle et le védin qu'elle avait maltraité. Que de choses en si peu de temps. Mais maintenant, elle marchait dans les rues de la ville, errant comme une petite bête sans toit. Parce qu'effectivement, elle ne savait plus le chemin pour rentrer chez elle. Cela devait être à cause de la bouteille à moitié vide dans sa main. Ses idées n'étaient plus vraiment claire et même son cerveau ne suivait pas chacun de ses mouvements. On peut se le dire, elle était totalement ivre. Elle marchait en titubant, ne suivant aucune ligne logique. Chacun de ses pas ne la menait nulle part, elle marchait et marchait encore dans les rues de la ville. Et après plusieurs heures à errer, elle sentit une douce brise caresser son visage. C'était la plage.

Observant l'horizon, elle eut un délicat sourire qui s'affichait sur ses lèvres. C'était si beau la nuit. La mer se mêlait à la douceur des ténèbres de la nuit. Le sable assombrit marquait une barrière entre Helena et l'eau qui allait et venait sur celui-ci. C'était une bonne idée ou non, mais son désir était de goûter à la fraîcheur de cet océan qui ne demandait qu'à être envahit par son corps. Alors, sans vraiment savoir ce qui allait se passer et sous un coup de tête, elle retira ses chaussures à talon et plongea ses orteils chauds dans le doux sable froid. Un frisson la parcouru, mais malgré la fraîcheur de la nuit, elle retira également son sweet, sortant de sa poche un bandage. Même ivre, elle pensait à protéger son secret et enroula autour de son avant-bras droit le tissu qui roulait autour. Et en baissant la tête, elle releva lentement de sa main le tissu arraché de son débardeur dont on pouvait entièrement voir son soutient gorge bleu, celui qu'elle portait durant son show.

En regardant son corps griffé sur le buste, son short en jean légèrement agrandit par la force de son patron, les larmes commencèrent à couler le long de ses joues devenues froides. Une belle marque se dessinait sur son visage, l'endroit même où ce monstre lui avait mit un coup de poing. En glissant ses mains à son bas, elle le déboutonna et le laissa tomber le long de ses jambes, dévoilant le shorty allant avec son soutient-gorge, également mit pour son show. C'est là qu'elle vit les traces des doigts de ce salaud à hauteur de ses cuisses. Il l'avait marqué de sa force lorsqu'il se trouvait sur elle et les flashs revenant en mémoire, elle se laissa tomber sur le sable, éclatant en sanglot, se recroquevillant sur elle-même. Cela avait alerté quelques jeunes qui traînaient par là et en vue de l'odeur de ce qu'ils fumaient, ils ne restèrent pas sur les lieux, mais appelèrent tout de même la police.

En entendant leur conversation, Helena attrapa ses affaires et se rhabilla en vitesse, les marques sur son corps toujours visible malgré les tissus et son débardeur tombant sur son corps. Mais complètement ivre et déboussolé par ce qui venait de se passer, elle reprit sa marche le long de la plage, sans savoir où elle allait. Alors, en sentant une présence derrière elle, la peur s'empara de l'asura et en se retournant Helena jeta la bouteille pour se protéger.


- Laissez-moi !!!

Elle se cacha le visage avec ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Lun 14 Sep - 20:59
Voilà maintenant presque une saison qu’il est sur cette île. Doucement, il reprenait ses habitudes, prit ses marques et se sentait chez lui. Il lui faudrait sans doute encore une saison pour y être parfaitement adapté mais il ressentait déjà un mieux. Cependant, il n’était toujours pas en accord avec lui-même... Né d’une mère Asura et d’un père sans doute Sexire, sa famille ne connaissant pas les autres races, était convaincue qu’il était lui aussi un Asura. Pendant très longtemps, elle le freinait, l’empêchait de vivre et le punissait pour ses dérives de telle sorte à ce que sa race devienne tabou pour lui. L’ignorance est sans doute la plus douloureuse des punitions. Mais, on ne peut refréner ce qu’on est vraiment, même Sherlock. Normalement, sans se nourrir, les Sexires vieillissent : on peut voir assis dans le fauteuil vert un cinquantenaire. L’Anglais avait des cheveux gris sur les tempes, de petites rides au coin des yeux et des mains abîmées par le temps. Malgré tout, il restait un magnifique 'vieux'.

Résolu cette après-midi là, il mit sa technique en place. Il ne voulait pas être reconnu, hors de question. Le violoniste laissa de côté son costard habituel et mit un T-shirt à manches longues qu’il retroussa, au col ouvragé et de couleur bordeaux, un jean et des converses noires. Une fois l’habillage fini, il embarqua son costume dans son sac de boxe : un énorme sac bleu et rouge qui se porte en bandoulière. Puis, il passa à l’étape la plus délicate : son apparence à lui. Il ouvrit son armoire pour avoir une vision d’ensemble dans le miroir intérieur. Ses cheveux devinrent blonds et lisses, de la même longueur. Ses yeux, gris bleu se changèrent en un vert profond. Ses traits fins se vulgarisaient un peu sans pour autant perdre de beauté. Il se retira quelques centimètres et dut ainsi retrousser son pantalon. Le nouveau Sherlock se mit à tousser et parla :
    « Test, its a test one two three |Test, cest un test un deux trois| »

Et sa voix mua pour devenir celle d’un ténor et non plus d’une basse. Il réajusta sa coiffure, mit un autre parfum, choppa son sac et partit de son appartement direction Luxire.

------------♫------------

Comme à chaque fois, je descends cet escalier après avoir raccompagné un client. Celui que je viens de quitter était un porc, comme quoi, je fais le plus beau métier du monde ! Me voilà dans la pièce rouge : c’est là que les clients nous choisissent mais vu l’heure, il n’y aura pas grand monde. C’est plus le soir ou la nuit que nous aimons avoir de la compagnie, si vous voyez ce que je veux dire... Je fus étonnée de voir qu’il y avait cependant un homme qui attendait : un blond d’une cinquantaine d’année, bien préservé et aux goûts vestimentaires subtils. Il se leva avec souplesse, ramassa un énorme sac aux couleurs douteuses et vint auprès de moi. J’aime pas ces tarés et leurs objets mais souvent, je les fais payer plus cher pour avoir une plus grande marge. Une fois dans la chambre, il déposa son sac loin du lit et repéra mon regard inquiet :
    « - Ce n’est pas pour vous. C’est à l’heure ou aux actes ?
    - À l’heure avec une avance d’une heure au moins.
    - Combien ? »

Je dis mes tarifs réajustés vu que le sac n’était pas pour moi. Il sourit, un magnifique sourire et nous nous mîmes au travail. Mais quelque chose me choqua : il avait au nombril un cœur tatoué. J’en avais déjà vu, c’est une secte ? Mais ce n’est pas le moment pour poser la question. Ce qui me dérangea aussi c’est ses manières : il refusait tous baisers prétextant que la plus vieille règle au monde était de ne pas embrasser les prostituées. Il sort d’où lui ?! Mais au fur et à mesure, il arrivait à me mettre en confiance, à me laisser aller, il me chouchoutait comme si j’étais sa copine, me permettant d’aussi en profiter… Et j’en ai profité ! Je crois que ce fut un de mes meilleurs coups : il savait, il faisait, il n’y avait pas de temps mort, à croire qu’il ne faisait que ça. Quand je finissais, il continuait, continuait et cela dura… je sais pas moi, des heures ? Des journées ? Des semaines ? Je ne voulais pas l’arrêter car le temps était écoulé… J’étais esclave de ses mouvements, de ce plaisir qui naissait au fond de moi et malgré ces quelques règles étranges, il était… un professionnel. Finalement, il sentit que je n’en pouvais plus, que j’avais tout donné et il s’arrêta. J’aurais pourtant juré qu’il n’avait pas fini. Mais… oh ! J’aurais aussi juré qu’il avait cinquante ans ! En face de moi, un jeune homme d’une vingtaine d’année. Pendant qu’il se rhabillait, il chercha dans sa poche le reste qu’il me devait mais… je mis ma main sur la sienne : je ne voulais pas de son argent. Le blondinet sembla surpris, puis il me resservit son magnifique sourire. Il embarqua son sac et me dit en fermant la porte :
    « Très bonne soirée à vous. »

Mais quelle heure est-il ?!

--------------♪--------------

Sherlock bailla, et se réfugia dans des toilettes publiques. Il se changea [costard, chemise blanche et souliers cirés], redevint comme il était réellement, avec sa vraie voix, ses vrais couleurs, sa taille, lui quoi. Cependant, alors qu’il avait l’habitude d’être un trentenaire, il était plus dans la tranche des vingtaines. Quand il se regarda dans la glace, il avait l’impression d’être un bébé et il détestait ça. Il sortit de cet endroit grouillant et partit visiter un peu la nuit. Ses pas le menèrent sur la plage. Un groupe d’ado chantait, buvait et fumait à quelques mètres de lui mais ils ne faisaient pas attention à lui mais plutôt à l’ombre plus loin sur la plage. En se rapprochant, il comprit pourquoi ces jeunes gens étaient focalisés sur elle : sexy qui plus est. Il se racla la gorge et détourna son regard pour ne pas être un de ses voyeurs. Cependant, il était évident qu’elle n’allait pas bien au vu de sa démarche ébrieuse. Il soupira, sa bonté le perdra un jour. « La bienveillance n’est pas nécessaire Sherlock. Alors, débarrasse t-en. » Ouais, ouais, il sait… Mais il vint vers elle et il se fit accueillir par un lancé de bouteille efficace. Il eut juste le temps de mettre ses deux bras en protection. Le verre se brisa et l’alcool rentra dans les plaies. Il grogna :
    « For the God sake… ! |Pour l’amour de Dieu… !| C’est ainsi que vous récompensez quelqu’un qui vous veut du bien ?! »

Par bon réflexe, il avait mis son bras gauche en avant et le droit en arrière, protégeant ainsi sa main forte et son visage. Quelques éclats s’étaient fichés dans la droite mais c’était surtout la gauche qui était amochée.
    « Vous lancez encore bien pour une personne ivre. »

Sa phrase était lancée légèrement bien qu’il était un peu en colère… enfin, c’est quelque chose de compréhensible. Il vérifia qu’elle n’avait plus rien de dangereux sur elle en quelques regards et continua :
    « C’est une mauvaise idée pour une personne saoule de rester sur la plage. Vous risquez de vous noyer. »

Sa main gauche gouttait sur le sable et de sa droite, il retirait doucement les gros morceaux en jurant dans sa barbe et en anglais.

Il reconsidérera la phrase de son grand-père après cet évènement.



~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Stripteaseuse
Pouvoir :: Eau
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Lun 14 Sep - 22:15
Observant la silhouette qui se dessinait sous la lune, Helena vit un homme à l’allure élancé. Il avait des épaules larges et ses cheveux d’un noir digne de la nuit se bataillaient avec harmonie autour de son visage. Observant d’avantage le détail malgré sa difficulté à rester debout, l’asura vit des yeux gris bleuté, l’attirant et la rendant curieuse. Mais son état ne lui permettait pas de parler, ou plutôt, l’état de choc dans lequel elle se trouvait. En voyant le jeune homme, elle tenta de cacher le bleu sur son visage en mettant sa capuche. Hors de question qu’on la pense faible afin de l’agresser. C’était tout ce qui lui passait par la tête à ce moment précis. Et les paroles raisonnant dans sa tête ne passaient pas. Comme si son cerveau faisait un black out avant l’heure. Il faut aussi l’avouer, elle avait exagéré dans sa réaction, mais après ce qui venait de lui arriver, rien d’étonnant.

- Venir m’aider … ah.. ah ah ah… j’ai l’air en détresse ?...

A cause de l’alcool, elle se mit à rire de plus belle et en reculant, trébucha et tomba sur le sable. C’est alors qu’elle tenta une « cascade » en vu de son état. Elle se balança sur le côté gauche et se plaça à quatre pattes, essayant alors de se relever. Et dans cette position, autant dire qu’elle risquait gros. L’asura releva ses jambes, dos à l’homme, ramenant ses mains à ses chevilles et en se redressant, manqua de nouveau de tomber.
Elle se retourna pour faire face à l’inconnu et s’approcha de lui pour regarder son bras. Elle venait de le blesser avec sa bouteille et commença à culpabiliser. C’est sur, elle visait toujours aussi bien, ses blessures en étaient la preuve. Mais la suite de la conversation l’énerva. Elle n’était pas une pauvre bête sans défense. Enfin, si, mais elle ne pouvait se l’avouer à ce moment là.


- Je… je ne chui… enfin… je ne chui pas… sans défense… juste ivre !... Continuez votre chemin, il n’y à rien à voir… et merde…

Ses dernières paroles venaient du fait qu’elle regardait la bouteille éclaté au sol.

- Voilà !... je ne peux même plus boire maintenant…

Sans donner de détail en plus et certainement à cause de son caractère, Helena retira son sweat, laissant alors voir les marques sur son corps. Son bandage cachait toujours son avant bras, mais pour ce qui était de son soutient gorge, le débardeur déchiré ne couvrait plus rien. Et son short, trop court pour dissimuler les marques de doigts sur ses cuisses. Mais peu importe, elle ne pouvait pas laisser le jeune homme avec ses égratignures. Alors, laissant son sweat tomber sur le sable, elle retira le débardeur qui était bon pour la poubelle et le regarda, tout en s’approchant.

- Laissez-moi faire… je sais viser mais je sais aussi soigner…

Elle tendit sa main pour prendre le bras du jeune homme, s’il voulait bien lui passer. Afin de mettre son débardeur autour de ses blessures. A force de trouver des solutions pour cacher son tatouage, l’asura était devenue très douée pour faire les pansements.

- Je… je suis… désolée…

Elle titubait encore, manquant encore une fois de tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Mar 15 Sep - 13:14
Dans sa jeunesse, lorsqu’il exerçait son réel métier, Sherlock avait l’habitude de gérer des personnes ivres : c’était monnaie courante. Elle était réellement dans le stade où elle ne comprenait plus rien, rigolait de tout, ne savait plus mettre un pied devant l’autre sans faire une acrobatie… un cerveau anesthésié quoi. D’ailleurs en se relevant, il put avoir un magnifique aperçu de son séant. Un sourire fleurit sur son visage juvénile, dans quelle galère s’était-il fourré... ! Et ce n’était pas fini ! Oh que non. Déconnectée de la réalité, elle palabrait sans que le violoniste ne l’écoute. Une chose est sûr, il ne la laissera pas toucher son bras, pas dans cet état. Puis vint la phrase de l’alcoolique fini : plus rien à boire. Il murmura pour lui dans un sourire :
    « Ça fera moins de blessés… »

Puis là, à nouveau une phase où l’alcool rendait la scène étrange : elle se déshabilla simplement. Il la regarda sans arrière pensée, juste amusé de la situation. Bon, au moins, elle n’est pas si agressive quand elle boit. Cependant, il remarqua les marques sur son corps, des blessures sanguinolentes, des ecchymoses fraîches et son regard s’assombrit. En voyant les sous-vêtements, c'était plus que simple de savoir quel métier elle exerçait mais cela n’excusait en rien les violences qu’elle pouvait subir. Même si c’était chose courante. Il cessa immédiatement de sourire et devint grave. Quand elle proposa le bout de tissu [car il ne reconnaissait pas ce que c’était initialement] et demanda son bras, il pinça son sourire.
    « On va plutôt faire l’inverse : je prends le tissu et je m’occupe de mes plaies. Vu votre état, vous serez encore capable d’empirer les choses ou me vomir dessus… Remarque, ça désinfecterait bien. »

La boutade était désinvolte, légère, pas de mauvaises pensées ni de rancœur. Puis la jeune femme vint vers lui et ainsi, il put détailler les coups. Ils étaient proches et il murmura de sa voix grave :
    « Vous n’avez pas à subir la colère des hommes. Vous ne pouvez pas leur donner la satisfaction de sombrer dans l’oubli ou l’alcool. »

Yeux-noirs titubait et menaçait à chaque instant de tomber. Lors d’un risque plus accru que les autres, le jeune homme se permit de la tenir pour pas qu’elle se retrouve à nouveau sur le derrière. Bon c’était du sable, ce pourrait être du macadam… Il éloignait son bras gauche avec précaution, faisant quasiment tout de la main droite. L’exhibitionniste pouvait sentir la force du Sexire, même sentir à travers ses habits son corps.
    « Laissez moi ausculter vos blessures, en voir leurs gravités… J’ai quelques notions de médecine. »

Quelques notions ?! T’es médecin depuis les années 60 ! Mais ça, personne n’est au courant mis à part toi ! S’il arrive à la convaincre, il pourrait la laisser à la police pour qu’il y ait un rapport et ainsi une plainte. Si y’a bien quelque chose qu’il déteste [remarque, je commence à avoir une longue liste], c’est d’attaquer plus faible que soit sans raison. Les Hommes sont définitivement mauvais… et il sait de quoi il parle.

Il nota aussi que toutes ces blessures étaient « neuves » mais qu’elle avait un bandage sur son avant-bras droit. Un bandage bien propre pensa t-il. Pourquoi avait-elle eut le temps de soigner cette blessure en laissant les autres ? Si elle avait été plus grave, vu l’épaisseur de la bande, du sang aurait coulé. Donc, soit cette blessure est antérieure… soit ce n’est pas une blessure. Sherlock eut un mouvement de recul en ayant cette pensée : une Asura ! Il la regardait comme si elle était devenue une menace potentielle puis se ravisa : ils ne sont peut-être pas tous pareils…

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Stripteaseuse
Pouvoir :: Eau
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Mar 15 Sep - 15:33
L’ivrogne regardait le beau jeune homme face à elle, se disant qu’il dégageait une aura mitigée. Une aura sombre et lumineuse, un genre de duel entre le bien et le mal. Pourtant, il avait tout d’un gentil. Sa manière d’être, ses paroles quelques peut froides et douces à la fois. C’était étrange la sensation qu’il lassait à l’asura. Elle avait l’impression de pouvoir lui faire confiance, tout en étant méfiante. Une sensation de pouvoir compter sur lui, sans pour autant lui donner le bon dieu sans confession. C’était étrange et terriblement attirant. Enfin, son corps l’était encore plus. L’ivresse la faisant tituber, elle sentit le bras droit du jeune homme envelopper son corps affaiblit. Elle posa inconsciemment sa main sur son torse pour se retenir, calant sa tête contre son épaule. C’est ainsi qu’elle sentit la force et les muscles du jeune homme, lui faisant monter le rouge au joue. Ou était-ce l’alcool ? Peu importe, le murmure grave sortant de ses lèvres perturba la jeune femme.

- Les humains… ils sont tous tellement cruel…

Se retenant de pleurer, les doigts de Helena serrèrent le haut de son confesseur mais la suite lui fit peur. Soigner ses blessures ? Mais comment ? Elle avait des marques de violence, des bleus sur son corps, rien de réellement soignable. Ou parlait-il de son bras ? A cette simple idée, l’asura se recroquevilla sur elle-même, reculant de son emprise et tenant son bras bander contre son corps.

- NON !... Il ne faut pas… s’il vous plait… ne touchez pas à mon bras… je ne veux pas vous faire de mal, je vous en pris… il ne faut pas retirer le bandage… vous êtes si gentil… je ne veux pas que cette malédiction vous affecte… s’il vous plait !

Les images de Luc brûlant dans le feu, ces corps sans vie que Richard avait torturée grâce à ce tatouage. Non, elle ne voulait pas faire de nouvelle victime. Même Lineth en avait subit le châtiment. Elle ne voulait pas qu’une autre personne en soit témoin. Elle en avait marre de la solitude, de l’isolation de ce « don ». La peur était constante, dans ses yeux, on pouvait voir qu’elle ne voulait pas faire de mal. Son visage marquait la terreur qu’elle ressentait face à sa particularité. Et sans s’en rendre compte, sous l’effet de l’alcool, elle augmentait les suspicions sur sa race.

- Je… oubliez ce que je viens de dire mais n’enlevez pas mon bandage…

Et dans un état semi-second, elle se rapprocha lentement du garçon, son corps tremblant de peur. L'alcool l'a faisait parler, c'était sur.

- La colère des hommes… vous avez dit que je ne devais pas subir leur colère ?... Mais comment faire lorsque cet homme est plus fort que vous ?... Comment faire quant on se retrouve seule, à la fermeture du bar, avec ce porc et qu’il vous coince ?... j’ai l’impression que ses mains sont encore sur mon corps… je me sens tellement sale… pourquoi je culpabilise sur l’action répugnante de cet homme ?...

Essuyant ses larmes chaudes qui coulaient sur ses joues, Helena lâcha un petit « aie », sentant sa joue endolorie, baissant la tête de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Mar 15 Sep - 16:36
Il y en a plus qu’il n’en faut… Bah des preuves pardi ! Elle a bien dit « Humains » là où Sherlock a dit « Hommes », les réels Humains ne feraient pas une erreur aussi grossière, enfin, ils ne la feraient pas. Ce n’est pas courant dans la langue française d’utiliser ce terme pour parler de ses compagnons. Et cette réaction pour ce bandage… Une malédiction. Il arqua un de ses sourcils, signe qu’il n’était pas dupe. Bon, il a affaire avec une Asura ivre. Avec cette réaction, on peut penser qu’elle n’est pas plus agressive que ça et qu’elle en souffre. Qui réagirait de cette façon sans en avoir des blessures profondes ? Je vous le demande. Cette réaction de rétraction, de recul… c’est seulement les animaux maltraités qui l’ont. Cependant, yeux-noirs n’est réellement pas discrète. Si un Humain suspicieux tombe sur elle, ce sera la perte des Mythes. Et il ne veut pas finir comme ça.

Le violoniste sentait aussi que cette jeune femme était indécise. Elle se laissait aller dans ses bras, puis les fuyait pour y revenir. Bon, l’alcool inhibe toute logique et une jeune femme qui est attirée par notre héros, c’est aussi quelque chose dont il a l’habitude. Je vous jure, ses chevilles vont bien, n’oubliez pas qu’il est un Sexire… ! Et au fond de lui, ça ne l’arrange pas autant que vous pouvez le penser. Mais là, c’est un autre sujet. Revenons sur la scène.

Et là, c’est dans ce genre de moment où Sherlock ne sait pas quoi faire. Autant il vous reconnait toutes les symphonies par les trois premières notes, vous récite tous les nerfs du corps par ordre d’apparition embryologique, vous trouve toutes les odeurs dans un vin huppé mais pour rassurer une personne qui pleure, il est le plus parfait des maladroits. Il ouvrit la bouche, la referma et réfléchit à ce qu’il voulait dire. La compassion, il la comprend, mais de là à la ressentir…
    « Si vous ne pouvez agir sur le coup, rien ne vous empêche d’aller de l’avant par la suite. Allez voir des personnes compétentes comme la police [ou moi], ils feront un rapport médical et vous portez plainte contre l’homme qui vous a agressé. Il sera inculpé, payera ou sera jeté en prison. Par la suite, je pense que vous avez assez de qualités pour changer de métier et de prendre quelque chose de moins dangereux. Vous avez de quoi le faire tomber, si vous ne pouvez pas vous défendre sur le coup, vous avez néanmoins les armes pour vous venger. »

L’anglais n’était pas capable de donner une réponse autre qu’intellectuelle. Il ne sait pas dire de mots doux, des mots rassurants… Il ne sait plus.
    « J… Je ne suis pas le mieux qualifié pour parler d’émotion mais je peux écouter votre histoire. Venez et calmez-vous. Et s’il vous plaît, habillez-vous. Vous me donnez froid ! »

Infini frileux devant l’Eternel, il retira sa veste pour la lui mettre sur les épaules. Non pas que la vision de son corps nu le dérangeait, il en a déjà vu tellement… Professionnellement ! Pas que sexuellement, bande d’esprits tordus. Mais l’été était dans sa décadence et les nuitées se faisaient de plus en plus fraîches. Sa chemise du côté gauche était imbibée de rouge, à droite, c’était plus discret. Il voyait bien que la jeune femme pleurait, la réaction normale serait de la prendre dans ses bras et la serrer contre son cœur… Mais n’oubliez pas qu’elle vient de se faire violenter par un homme et que son sauveur est lui aussi un homme. Maladroit qui plus est dans ce genre de situation.
    « On m’a souvent dit que j’étais de piètre compagnie. Vous êtes malheureusement mal tombée. »

Disait-il dans un sourire.
    «Asseyez-vous et racontez-moi votre histoire. Le meilleur moyen de souffrir est de s’enfermer dans sa peine. »

Sa voix était plus chaude, plus apte à mettre en confiance. Mode acteur activé, il savait exactement quoi faire pour entendre cette histoire. S’il en juge nécessaire, il fera justice… et s’il le faut, lui-même.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Stripteaseuse
Pouvoir :: Eau
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Mar 15 Sep - 19:04
Aller voir la police. Impossible. Avec son bandage au bras, ils allaient lui demander de le retirer, pensant à une blessure faite pendant l’agression. Et les questions, ils allaient fuser et ne jamais s’arrêter. Elle allait devoir détailler toute la scène, communiquer ses informations et rentrer dans un sujet trop personnel. D’où venait-elle ? Que faisait-elle ? Quel âge avait-elle ? Trop d’information qu’il ne fallait pas demander dans son état. Déjà là, elle était vraiment imprudente. A croire qu’elle cherchait à se faire tuer. Peut-être était-ce le cas ? Peut-être en avait-elle marre de la vie ? Après tout, Richard l’avait violé à mainte reprise, il avait brûlé vif son amour et avait fait d’elle une arme de torture. Tellement d’année à traquer et ramener les personnes que son maître lui demandait. Elle les chassait, usant de ses charmes de femelle pour appâter les plus pourries d’entre eux. Elle savait se défendre, savait se battre, mais face à un homme qui lui rappelait Richard, elle perdait tous ses moyens. C’était comme un poison en elle, une phobie dont elle ne pouvait se défaire, Richard.

- Non… pas la police… je ne peux pas… Et ne vous rabaissez pas monsieur… même si vos paroles sont plus digne d’un dictionnaire que d’une émotion, cela m’apaise étrangement… pour une fois, il n’y à pas de sentiment ou de compassion et c’est assez reposant… j’ai fais une over dose d’émotion pour ce soir…


L’alcool commençait à descendre et son état d’ivresse diminuait en douceur. L’asura reprenait ses esprits et s’asseyant à ses côtés, elle trébucha encore mais su se rattraper cette fois-ci. Ses réflexes revenaient lentement et ses larmes se calmèrent. Elle regarda la veste posée sur ses épaules, remerciant d’un signe de tête son « héros ». Ses mains attrapèrent chaque côté du tissu pour s’emmitoufler dedans, sentant le parfum encore et toujours de cet homme très séduisant. Elle ne savait pas pourquoi, mais sa beauté l’envoutait. C’était une sensation étrange, seul Ifaël avait eu une telle emprise sur elle. C’était déroutant pour la jeune asura qui n’avait ressentit que pareil attraction dans les bras de Luc. Ce cher Luc. Pourquoi cet homme lui faisait penser à son amour de jeunesse.

- Ne dites pas de bêtise… votre compagnie est forte agréable et même si je ne suis pas dans un état très net, je peux vous assurer que j’ai beaucoup de chance d’être tombé sur un homme dépourvu d’intérêt envers ma personne… Je dirais que… cela soulage… ne pas être vu comme un objet constamment, mais ce boulot, je dois le continuer… les humains enfin… les hommes ont la langue qui se délie lorsqu’on envahit leur pensé… et c’est très enrichissant…

Elle se mit à sourire également en voyant les lèvres de son partenaire de la nuit faire la même chose. C’était tellement mignon de le voir sourire, cela lui réchauffait le cœur. Et cette voix si douce, si apaisante, c’était tellement agréable à l’entendre.

- Vous… vous me faites penser à quelqu’un… c’est très rassurant… et avant de vous compter mon histoire, je vais peut-être me présenter… Je m’appelle Helena… Helena Maaka… Et vous êtes ?

Le regardant avec douceur, le visage d’Helena se faisait d’ange. Il n’y avait qu’un animal blessé par le passé avec un cœur énorme, débordant de gentillesse qui se dégageait d’elle. L’asura n’était pas méchante, elle demandait juste à avoir le droit à une part de bonheur. Et en attendant quelques instants si le jeune homme voulait lui donner son identité qu’elle débuta son récit.

- Je… je suis stripteaseuse… cela se voir à ma tenue je suppose… je fais ce travail pour récolter des informations sur certains hommes, sans coucher avec bien sur, pour des clients de mon passé… en échange, si j’ai besoin d’information, ils m’en donnent… ce soir, j’ai fini tard avec un client, c’était la fermeture et en allant dans la loge pour me changer, mon…


Elle avala une gorgé de salive, posant ses mains sur ses épaules, en croisant ses bras, comme pour se protéger. Ses jambes se réunirent et ses cuisses se serraient entre elles, comme pour empêcher quoi que se soit de s’y glisser.

- Mon patron est venu et a fermé la porte… j’ai voulu partir mais… il m’a plaqué au sol et est venu sur moi…

Bizarrement, elle ne pleurait pas mais son corps tremblait.

- Il… il a commencé à me dire qu’il avait comprit mon petit jeu… il pensait que je dansais pour lui pendant mes shows et n’en pouvait plus d’attendre que je lui cède… il m’a dit que je n’étais qu’une traîné et que je devais me laisser faire… il…

Elle prit une pause, sa respiration étant de plus en plus rapide sous le stresse de l’émotion. Son corps réagissait à chaque fois qu’elle narrait son agression.

- Il a déchiré mon haut, en me griffant… il… il m’a forcé à écarter les jambes en forçant sur mes cuisses… et… comme je ne me laissais pas faire… il m’a frappé… j’étais déboussolée mais un bruit lui a fait croire qu’il y avait quelqu’un dans le bar… et grâce à cela, je l’ai assommé avec la barre de fer qui était là… j’ai pris une bouteille et je suis partie… je… je ne suis pas une traîné… il n’y a que deux hommes qui m’ont touché dans toute ma vie… comment peut-on dire de moi une telle chose ?... pour moi, une traînée est une femme qui manipule et sème le mal partout autour d’elle, qui utilise son corps pour son propre plaisir… suis-je comme cela ?...

Elle se tourna légèrement vers le jeune homme, le fixant de ses yeux. La lune se reflétait sur son visage, dévoilant le bleu qui se formait sur sa joue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Mar 15 Sep - 21:51
Bouche bée. Voilà ce qu’il était. Pour une fois dans sa vie on venait de lui dire que cette attitude était mieux que des émotions. C’est pas forcément une bonne idée de lui avoir dit, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Puis la jeune femme le rejoignit sur le sable, d’abord en tombant mais elle maîtrisa sa descente par la suite. Comme quoi l’alcool se dissipe tout de même assez vite. La veste était bienvenue apparemment, elle s’emmitoufla dedans avec plaisir. Cela arracha un sourire en coin à notre Sexire. Il attendait la suite avec impatience.
    « Je pense que tous les gentlemans doivent adopter cette attitude. Les femmes ne sont pas nos biens mais une personne dont il faut prendre soin. Et s’il vous plaît, bannissez le mot Humain de votre vocabulaire.»

Quand il dit le mot « gentleman », ses origines anglaises ressortaient terriblement. Il avait toujours un tout petit accent quand il parlait français. Avec la pratique, il le perdra à nouveau mais il lui faut un peu de temps. À y réfléchir, il parlait français comme il l’avait appris, soit il y a assez de temps pour que le langage courant lui soit étranger. La langue a beaucoup évolué depuis cent ans… Bref ! Son histoire la touchait terriblement, comme si en la réexpliquant, elle la revivait : respiration rapide, position de défense, tremblement… Choc post-traumatique ? Muet, il écouta sa soirée avec un visage grave.
    « Une trainée fait de son métier le plaisir des hommes et, d’après ce que vous m’avez dit, ce n’est pas votre cas. Pourquoi hésiter alors ? Vous savez ce que vous êtes, ne laissez pas les autres dicter ce qu’ils veulent de vous. »

Sherlock cependant tiqua sur l’utilité de son métier. En gros, strip-tease n’est qu’une couverture pour être une espionne pour le compte d’autres clients. Pourquoi ? Pour qui ? Quels informations recherche t-elle ? Le meilleur moyen de garder Sherlock auprès de soi est de l’intriguer.
    « Au risque de passer pour un curieux, pourquoi cherchez-vous des informations ? Et lesquelles ? Vous êtes payés pour cela ? Votre patron n’est certainement pas au courant… Depuis combien de temps êtes-vous sur l’île ? Vous… »

Il s’arrêta, il réfléchissait, fixant la jeune femme à côté de lui. Pas de haussement de ton, pas de colère, pas de peur, comme si ce qu’il venait de dire ne le choquait pas. Normalement, une personne saine se méfierait un peu, mais lui, non. D’un coup, il réalisa qu’il ne pouvait chasser qui il était. Le violoniste a beau tout faire pour être un honnête homme, il se loupe toujours au moment où sa curiosité est piquée. On l’a parfaitement bien conditionné… Il regarda les étoiles, un sourire mystérieux sur ses traits :
    « Si vous m’engagez, je pourrais mettre derrière les verrous votre patron pour abus sans que vous ayez à aller personnellement à la police. Et je saurais vous aider pour vos informations. J… »

Il hésitait, c’est la première fois qu’il annonce sa réelle identité depuis environs 80 ans. Surtout que ce nom apporte son lot de moqueries et de souvenirs désastreux. Il aurait tellement voulu rester Mathieu Richert… Mais on décida pour lui. Finalement il soupira et annonça avec sérieux :
    « Je m’appelle Sherlock Rechel. Violoniste mais consultant dans mes heures perdues. »

Si elle ose se moquer ou faire une blague…

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Stripteaseuse
Pouvoir :: Eau
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Mar 15 Sep - 23:29
Bannir le mot humain. Il n’avait pas tord. Mais pourquoi cela ne l’avait pas choqué d’avantage ? Helena commençait à se poser des questions. Il était très attirant, à la limite de la perfection. L’énergie qu’il dégageait était telle un aimant à être vivant et étrangement, l’asura se posa des questions encore plus profonde sur l’existante d’autre race, chez les mythes. Elle avait connu une morany et aussi une zephir. Alors, ce pourrait-il que d’autre race existe. C’était étrange et son cerveau n’arrivait pas à aligner ses idées à cause de l’alcool. Elle tentait de décuver aussi vite qu’elle pouvait mais ce n’est pas elle qui décidait, c’était les capacités de son corps, et surtout de son foie.
Par la suite, les paroles du jeune homme lui serrèrent le cœur. Elle n’était pas une trainée et cela la remplissait de joie. Bien sûr qu’elle le savait, mais à force d’être sous couverture à son boulot, elle commençait à flancher dans sa manière de penser. C’était un job très dur à supporter, surtout qu’elle ne cessait jamais de penser à Luc lors de ses prestations. Ce qu’il penserait d’elle, aurait-il honte de sa chère et tendre ? Voudrait-il encore d’elle en sachant ce qu’elle avait fait ? Ce n’était que des questions en l’air, vu qu’il était mort. Mais l’a voyait-il d’en haut ? Aucune importance, elle avait fait ce qu’elle avait fait et devait l’assumer maintenant. Pas le temps pour les regrets.

La multitude de question réveilla l’asura de ses pensées. Elle le regarda avec étonnement, se disant qu’il ferait un bon enquêteur. Il posait trop de question et c’était amusant pour elle. Comme s’il s’intéressait à elle, mais que par intérêt. C’était drôle. Elle fixait toujours le jeune homme avec un sourire marqué sur ses lèvres. Mais quand il regarda le ciel étoilé, elle détourna la tête et observa la mer face à elle. Une grande étendue d’eau qui n’avait pas de fin à ses yeux. L’asura repartit dans ses pensées, hésitant à la proposition du bellâtre jusqu’à ce qu’il se présente. Sherlock Rechel. Quel joli prénom. Elle adorait cette particularité et détournant le regard sur son interlocuteur, elle commença à parler.


- Je n’ai pas d’employeur, je suis à mon propre compte… Mon ancien maître m’a laissé des contactes à sa mort qui me sont utiles, si en contre partie, je fais quelque mission d’information pour eux… cela dépend de ce qu’ils veulent… Je suis payée pour mon travail, lorsque mes informations apportent une aide à mes clients… Ils se moquent de la manière dont je les trouve, ce qu’ils veulent c’est des résultats… Je suis sur cette île depuis 5 ans maintenant, si j’ai bonne mémoire…

Elle détourna de nouveau le regard et sentit l’alcool partir de plus en plus.

- Sherlock… c’est un prénom magnifique… et pour ce qui est de votre proposition, je vous avouerais que cela m’intéresse… Je ne peux pas faire justice moi-même, la police me tomberais dessus, et beaucoup de chose se compliquerait… mais vous pouvez peut-être m’aider ?... Si j’avais le choix, j’aimerais que cet homme subisse ce qu’il a voulu me faire et meurt en souffrance… Je veux qu’il disparaisse de ma vie… Vous pouvez faire cela pour moi ? Faire en sorte qu’il ne m’approche plus ?... en échange, si vous avez besoin de quoi que se soit, même d’argent, je vous le donnerais… et je le ferais…

Elle le regardait avec détermination, ne voulant plus être une victime.

- J’ai envie de me baigner… pas vous ?

Elle lui sourit et se releva. Autant dire qu’il n’y avait plus d’alcool. Et sans hésiter, elle lui rendit sa veste et retira son short ainsi que ses chaussures, commençant à avancer vers l’horizon. Ses pieds s’enfonçaient dans le sable froid et le vent caressait sa peau mis à nu. Elle portait toujours son soutient gorge et son shorty.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Mer 16 Sep - 10:55
Là où certain aurait reculé ou se serait méfié, elle, elle lui souriait. Décidément, cette fille plaisait bien à Sherlock : pas de fioritures nécessaire pour entendre ce qu’il voulait. L’efficience, voilà ce qu’il cherchait : l’optimisation des informations. Ce qui l’importunait le plus, c’était les palabres : en plus de ne pas être utiles, cela usait son peu de patience. Sans peur, l’Asura répondit aux questions. Bon Dieu, si seulement tout le monde était comme elle. Il emmagasina toutes les informations mais une dernière question restait sur le bout de ses lèvres. Cependant, Helena en décida autrement. La jeune femme enchaîna sur sa proposition et accepta. Mais ce qui fit tiquer notre cher mâle, c’est ce qu’elle venait de dire sur son prénom. Il n’en revenait pas. Il y a trois solutions, soit elle n’a aucune culture littéraire, soit est infiniment polie, soit elle aime réellement son prénom.
    « "J’aimerais que cet homme subisse ce qu’il a voulu me faire…", je ne suis pas très porté sur le viol masculin mais je peux tenter d’au moins le mettre en prison si cela vous va tout de même.»

Dit-il avec son sourire moqueur. Normalement, cela ne l’intéresse pas d’attraper une cible, c’est plus la découverte de celle-ci qui émoustille son cerveau. Mais cela le fera tremper dans l’affaire de la demoiselle, il pourra ressentir l’ambiance de son travail, interroger ses collèges, voir peut-être ses clients… Et peut-être ferrera t-il un poisson plus grand… ? Et s’il nécessitait une information, il avait dans sa poche le meilleur informateur de la ville… Puis la conversation dévia et à nouveau, il se trouvait en terre inconnue.
    « Je ne suis pas de ceux qui aiment l’eau… Désolé. »

Mouillé, froid, déshabillage… non, mauvaise idée. Et puis le sel dans les plaies, il pouvait au moins s’éviter ça. Mais la jeune fille n’attendit pas sa réponse pour s’y jeter à corps perdu. Quand elle barbotait, il sortit de son sac une pochette de cuir. Il défit son lacet et dedans se trouvait tous les objets de son premier métier : lime, pince à épiler, loupe, éprouvette, bistouri et d’autres objets dont je ne connais pas le nom. Il entreprit de nettoyer ses plaies. Il retira sa chemise pour accéder aux blessures. Donc finalement, il se retrouvait tout de même torse nu. Il n’aimait pas tellement ça mais il ne voulait pas prendre le risque d’être infecté.

Tout d’abord, on regarde les plaies, leur aspect et profondeur puis on tente de laver pour y voir encore mieux. Mais avec les moyens du bord, soit il surenchérissait, soit… non en fait, y’a pas d’autres solutions : l’eau salée n’est pas une bonne idée et la salive non plus. Il fouilla rapidement dans son sac pour voir s’il avait un reste d’eau : c’est aussi son sac de sport. Heureusement pour lui, il lui restait un demi-litre. Il fit couler doucement l’eau sur sa peau meurtrie sans frotter : y’a des bouts de verre dedans ! Puis vint le travail d’horloger : retirer les bouts. Il ne tremblait pas, il ne faisait pas mine de souffrir et il retirait avec sa main experte les éclats. Ainsi, il amassa trois bouts dans l’avant bras gauche et un seul dans le droit. Heureusement pour notre ex-médecin, aucune entaille ne nécessitait de points de suture. Maintenant, bandage. Il récupéra le tissu de la demoiselle et sa chemise foutue. Avec le débardeur, il put faire 8 bouts, un peu plus absorbants que sa chemise fine. Il en disposa 5 à gauche et 3 à droite et utilisa les chutes de la chemise pour faire un bandage compressif. Pour finir, il enfila son T-shirt bordeaux porté plus tôt dans la journée et remit sa veste bien qu’abîmée. Pendant tout ce temps, il veillait sur la jeune fille : elle est encore un peu ivre, il est responsable d’elle en cas de noyade.

Beaucoup de questions se bousculaient dans sa tête. Elle travaille sans doute dans le quartier de Luxire, celui des Sexires. Il y a tellement de bar de cette trempe là-bas. À en juger de son accoutrement, cela restreignait un peu le champ de recherche. En recoupant avec les ouïe-dires des employées sur leurs patrons, il ne restait que 3 bars potentiels si celle-ci ne mentait pas. Non pas qu’elles balançaient directement leur boss, mais souvent ce qu’on cherche se trouve dans un silence.

Il attendait qu’Helena revienne auprès de lui pour lui poser la question qui lui brûlait les lèvres : quelles informations recherchait-elle ?

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Stripteaseuse
Pouvoir :: Eau
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Mer 16 Sep - 17:47
Bien sur, elle voulait qu’il aille au moins en prison. C’était le minimum syndical. De plus, elle pouvait faire jouer ses relations pour qu’on l’y corrige à l’intérieur. Quelque part, elle pouvait se changer en une véritable garce, si on devenait extrêmement méchant et violent avec elle. Même si elle n’était pas Wonder woman et qu’on pouvait lui faire du mal, elle n’en était pas moins dangereuse. Ses clients avaient tous besoin de ses capacités d’interrogatoires et surtout, quel plaisir c’était pour eux d’avoir un tel résultat à chaque demande. Elle était consciencieuse et perfectionniste. Toujours obligée de prendre les informations qu’ils désiraient, mais de soutirer aussi toutes les informations en la possession des hommes interrogés. Il ne fallait jamais se contenter du peu qu’on nous donnait, il fallait toujours aller plus loin. C’est ainsi qu’un ministre se retrouva à la merci d’un de ses clients. Il avait bavé tout ce qu’elle voulait savoir et d’autres informations compromettantes et pouvant être utilisé contre lui pour le manipuler. Cela peut toujours servir. Pour ce service, son client lui avait offert le double de son contrat, autant dire qu’elle était millionnaire rien qu’avec cela, sans compter l’argent qu’elle a de côté. C’est un métier qui paie bien. Mais revenons à l’histoire et tentons de la pimenter un peu plus.

Il ne voulait pas venir, tant mieux ! Helena pouvait alors retirer son bandage à son avant-bras, ne regardant pas un seul instant son partenaire de nuit afin d’éviter l’apparition du tatouage. Elle se mit à courir vers l’horizon, voulant sentir toutes les sensations possible dans un bain de minuit habillé.
Plongeant son corps dans l’eau froide, Helena pu enfin se détendre. C’était un tel plaisir de se retrouver immergé dans la mer. Et le plus drôle dans l’histoire c’était qu’elle avait son propre secouriste pour elle toute seule. Le genre d’homme à surveiller les plages en maillot de bain rouge, oui, vous voyez de quoi je parle. Enfin, cessons les fantasmes, revenons à la baignade.
L’asura nageait tranquillement dans les vagues, laissant ses bras flotter, puis son corps, mettant la tête sous l’eau et remontant prendre sa respiration. Autant dire que son bonheur était complet. La plage, c’était le lieu qu’elle pouvait admirer et apprécier aussi bien avec les yeux qu’avec ses sens. Quand elle était là, elle se sentait libre, elle se sentait partir et ses pensées se vidaient. On bien dire que la sensation était celle proche du joint. Mais il fallait bien revenir, l’asura n’allait pas laisser ce pauvre Sherlock sur la plage, en solitaire. Alors, en revenant, elle le vit se changer de loin, pensant de nouveau à son bras.


- Je reviens… je vais refaire mon bandage !

Il ne fallait pas poser ses yeux sur lui, pas un seul instant. Alors en se penchant vers l’avant, elle ramassa le tissu de tout à l’heure et partit un peu plus loin derrière le bellâtre pour qu’il ne puisse pas remarquer son manège. Pas trop loin non plus, il ne fallait pas qu’elle le perde de vue, ou plutôt, il ne fallait pas qu’il la perde de vu en raison des évènements à suivre.

- Dites-moi !... Vos parents devaient adorer Arthur Conan Doyle. C’est l’un de mes auteurs favoris et je trouve qu’ils ont fait honneur à son personnage en vous nommant ainsi… Cela doit être une fierté de posséder un tel nom ?... en tout cas, si vous êtes consultant à vos heures perdues, cela vous va extrêmement bien ! Je le pense sincèrement !

Terminant le bandage après quelques minutes, Helena revint à sa place. Enfin, elle voulait revenir à sa place, parce qu’au même moment, un homme l’attrapa par la taille et lui couvrit la bouche en arrivant par derrière, l’emportant avec lui. Par chance, il n’avait pas vu qu’il y avait quelqu’un d’autre et son cher patron n’aurait jamais du revenir la chercher.

- Je savais que j’allais te retrouver trainée !!... On va finir ce que l’on a commencé !
- HMMMmm… hmmmm… HMMMM…


Ses cries étaient étouffés et en sous-vêtement, Helena pouvait sentir le corps transpirant de ce porc qui avait certainement courut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Jeu 17 Sep - 11:04
Son bandage… quelle grosse mascarade. Maintenant, il était certain de sa déduction. On ne va pas avec une plaie dans l’eau de mer, on ne retire pas le bandage avant d’aller dans l’eau, enfin, cela n’avait aucun sens ! Surtout pour un ex-médecin. Cette fille avait beaucoup de qualités mais mettait réellement la vie des mythes en jeu. Le temps en sa compagnie est dangereux, une bombe à retardement. Il ne voulait pas souffrir comme tous les autres de la peur des Humains. Jusqu’à présent, il n’avait que vécu la haine des Mythes entre les autres Mythes. Ou plutôt de gros soucis de famille. Je touche du bois pour que cela dure encore. Helena recommença la conversation. Bon, elle connaît la référence, donc, il ne reste plus que deux solutions…

Adorer ? C’est encore trop faible. Idolâtrer plutôt… Vénérer ? En faire sa religion ? Je ne saurais comment le dire. Et pour ce qui est de l’honneur d’être appelé comme un sociopathe péteux, on reviendra hein ? Non, Sherlock vouait une haine inexplicable à l’encontre de ce personnage. Il en avait trop souffert, trop de blessures physiques tant que morales. Son visage se ferma et ses yeux s’assombrirent.
    « Une malédiction plutôt… »

Lâcha t-il dans un soupir. Sherlock, c’est tellement lourd d’histoires, tellement de préjugés, tellement d’attentes, c’est pas un nom d’homme ! Plus pour un chien ou n’importe quel animal ! Un homme drogué, addict’ au gore et à la nuisance humaine, servant de son pistolet comme d’un jouet, qui ne mange pas, qui tire plus du limier que réellement de l’homme… Bon au moins il est intelligent : manquerait plus que ça. Et sommet de l’hypocrisie : Sherlock ressemble réellement à M.Holmes. Grand, longiligne, des yeux gris clair… Rien que d’y penser, ça le dégoûtait.

Mais il fut vite sorti de sa dépression par les bruits environnants. La nuit était sombre à présent, mais ses yeux étaient habitués à la pénombre. Il se retourna d’un mouvement vif et aperçut la scène. La haine d’avant se transforma en rage. On pouvait lire dans ses yeux la colère et la détermination. Plus question de sourires… Ces sentiments négatifs se canalisèrent en réflexes et déductions, comme on le lui avait appris.
Premièrement : l’opposant ne l’a pas remarqué, il profite donc de l’effet de surprise. Il se trouve à une bonne distance. S’approcher un peu, vérifier les armes potentielles puis l’attirer. Rendre ses sens inutilisables pendant les quelques secondes qui lui sont nécessaire pour attendre la cible. La neutraliser et s’il le faut, en remettre une couche.
Temps de l’attaque : une minute.
Finalité : ouverture des bras lors de l’inconscience et preuves.
Temps de tranquillité : 10 minutes. Amplement suffisant pour que la police ait le temps d’arriver.

L’Anglais chercha dans sa poche, envoya un texto et se mit en place.

---------♫-----------

Tu vas voir ce que je vais te faire petite salope. Je vais t’abîmer ce petit corps … oh, à quel point je rêve de te l’abîmer… Tout m’est permis, j’ai tous les droits sur toi… Oh ♥ Quelle délicieuse sensation.
    « T'sais ce que je vais te faire une fois que j’aurais fini.. ? J'te ramène et tu me feras tous c'que rêve… Et dès que j’aurais envie de mordre ton cul, tu viendras me su… »

FLASH

    « Souriez ! »

FLASH FLASH

    « - Qu’est-ce… ?!
    - Non, n’enlevez pas votre main, c’est mieux pour les photos.
    - Quo… »

FLASH FLASH

Putin ! J’vois plus rien ! Des tâches partout quand j’ouvre les yeux. Je m’essuie les yeux d’une main.
    « Qu’est ce que tu veux nabot, dégage ! »


SBAM


-----------♪----------

Le direct du gauche de Sherlock avait explosé le nez du pauvre patron, l’offrant dans les bras de Morphée. La masse tomba lourdement sur le sable, mou comme du caramel, relâchant la jeune femme. Le Sexire joua de ses doigts pour dissiper la douleur puis retira sa veste. Il la mit au petit gros et noua les manches autour du cou de celui-ci, faisant un ersatz de camisole : de toute façon elle était morte sa veste. Le violoniste récupéra son portable dans sa poche et eut la confirmation que la police était en chemin. Toujours debout, il regardait Helena sans l’aider et balança avec son éternel sourire moqueur :
    « Tsss, nabot…»

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Stripteaseuse
Pouvoir :: Eau
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Jeu 17 Sep - 20:51
Son patron était entrain de faire courir ses mains sur le corps de l’asura qui affichait un large visage de dégoût. Comment avait-il fait pour la retrouver ? La plage n’était pas aussi proche que cela du bar. Mais maintenant, qu’allait-elle faire ? Ne pouvant pas crier pour le moment, le patron l’a plaqua sur le sol, faisant cogner la tête du mythe contre une pierre. Helena crispa le visage mais tentait de le repousser de ses bras, le corps de son patron devenant trop pesant pour elle. C’était un calvaire qu’elle ne voulait pas revivre et ce porc continuait à la forcer à espacer ses cuisses qu’elle serrait de toutes ses forces. Et à ce moment, un flash se vit aveuglant. L’asura regarda le corps qui s’approchait, un sourire s’affichant sur son visage. Elle était heureuse de voir que Sherlock les avait vu et un soulagement s’empara de son corps, surtout lorsqu’elle pu se dégager de ce poids. Elle rampa sur le sol jusqu’à s’éloigner suffisamment de son patron et en voyant le corps se faire coucher par un direct du gauche, un sentiment de liberté l’envahit. C’était plus fort qu’elle et d’instinct, sans réellement savoir pourquoi, elle se releva et se blottit dans les bras de Sherlock, l’embrassant sous le coup de l’émotion.

- Excusez-moi… je… je n’aurais pas du pardon… mais… merci… je… je vous paierais une nouvelle veste et… une nouvelle chemise…

Elle se sentit stupide et se mit à rougir. Et pour cacher sa honte, elle partie vers la plage pour ramasser ses affaires et les mettre sur elle. Elle remonta son short et le boutonna pour ensuite attraper le sweat de son amour perdu et l’enfila pour se tenir au chaud. Sa tête ne comprenait pas sa réaction, pourquoi avait-elle fait cela ? Et pour éviter de continuer dans cette ambiance pesante, elle fit comme si de rien était.

- Je… je peux comprendre les malédictions… Pour moi, c’est un joli prénom, même s’il provient de ce livre, vous êtes comme vous êtes… Chacun à sa personnalité et son caractère… On ne peut pas vous comparé à une imagination, alors que vous êtes bien réel… En tout cas, Sherlock est un joli prénom pour moi… enfin bref… je… est-ce que vous voulez qu’on s’associe ?... Enfin, une espèce de partenariat plutôt… Je peux vous aider à avoir des informations et en échange, si j’ai besoin de vous, vous pourriez m’aider ?...

Le rouge de ses joues avait du mal à s’estomper, mais il fallait faire avec.

- Et… vous n’êtes pas un nabot mais bien un grand homme… peu de personne aurait agit comme vous venez de le faire pour m’aider… encore merci…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Jeu 17 Sep - 22:47
Assez fier de son sauvetage et de ses rappels, il regardait sa victime d’un œil critique. Depuis combien de temps n’avait-il pas fait de boxe ? Et encore plus, des déductions de ce genre ? Rien d’affriolant, il est vrai mais, ça lui faisait tellement de bien. Chassez le naturel pour qu’il revienne au galop non ? Il avait été conditionné pour être ainsi. Mais quelque chose d’inattendu se produisit. Heureuse ou soulagée, Helena se réfugia dans les bras du noiraud et l’embrassa. Son cerveau fit un black out. Il ne comprenait plus rien, ne maitrisait plus rien, depuis combien de temps n’avait-il pas embrassé quelqu’un.. ? Ou que quelqu’un le fasse ? Il n’y répondit pas et puis même, cela dura le temps qu’elle se rende compte de ce qu’elle venait de faire. La jeune femme se retira, il n’avait pas ouvert les yeux mais serra des poings.
    « Anah… » Murmura t-il.

Elle partit, fit quelque chose, il n’en n’avait cure. Il restait planté là. Puis l’Asura revint, se mit à parler de chose et d’autre, il n’écoutait pas. Ou peu.
    « Ne parlez pas de ce que vous ne savez pas. »

Cela claqua comme un coup de fouet : une réplique dure. Bien sûr que Sherlock parlait de son prénom et du pourquoi il l’avait. Il était soudainement devenu froid, distant… une aura négative avait annexé son humour. Il semblait être un animal qu’on venait d’agresser dans la plus profonde partie de son être. Il toisa la victime, dans ses yeux brillait une violence contenue, dangereuse, toxique. Sa voix était devenue grave et cassante :
    « Tout dépend sur quelles infos vous travaillez. Puis-je savoir quel est le type d’information et pour qui ? Comprenez bien que je ne pactise pas avec un relai pour que d’honnêtes hommes se fassent plumés. »

Le bipolaire tourna la tête en entendant une voiture arriver. Il partit sans même écouter les remercîments d’Helena. Il avança vers eux, donna son portable en disant qu’il y avait toutes les preuves pour enfermer cet homme pendant au moins cinq ans avec une grosse amande. S’ils voulaient des détails, ils pouvaient le contacter. Il ne faisait que des phrases très précises et concises. Il était même devenu hautain, utilisant son humour et sa méticulosité pour être désagréable.
    « Sale type… » Entendit-il derrière lui quand il quitta la police.

Il grinça des dents et serra les poings : il devait partir. Retournant sur ses pas, l’Anglais récupéra son sac, l’envoya un peu violement sur son dos et commença à partir sans demander son reste.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Stripteaseuse
Pouvoir :: Eau
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Jeu 17 Sep - 23:12
Qu’avait-elle fait ? Une erreur impardonnable. Surtout en vu de la réaction du jeune homme. C’était tellement débile. Elle avait agit sous l’émotion et maintenant avait perdu toute possibilité de dialogue avec lui. Pourquoi un tel geste ? Qu’est-ce qui lui était passé par la tête. L’asura se sentait telle une gamine ayant fait la pire des bêtises, comme si ses parents allaient l’engueuler. Mais l’action était faite, il fallait maintenant qu’elle se fasse pardonner, mais comment ? Surtout en vu de son attitude envers la victime. Il était froid et distant, ne relevant aucune émotion que la colère peut être. Et sa curiosité était en ébullition également. Pourquoi avait-il eu un tel geste face à sa bêtise ? Il avait peut-être une petite-amie et là, l’asura se sentit d’autant plus mal. Une belle erreur ma petite, qui sait ce qui allait se passer après cela. Mais il fallait tenter le tout pour le tout et lui donner des infos dont il serait peut-être friand.

- Je suis désolée… j’ai agis sous le coup de l’émotion… j’espère ne pas vous avoir brusqué ?... je ne voulais pas vous mettre mal à l’aise ou vous énerver… S’il vous plait Sherlock, attendez !

Elle le regarda ramasser son sac et partir. Non, il ne pouvait pas la laisser ainsi. Elle ne voulait pas qu’il l’a laisse, pas tout de suite. Pourquoi réagissait-il ainsi ? Elle avait fait quelque chose de mal, peut-être, mais pourquoi changer du tout au tout comme cela. Sans même s’en rendre compte, elle arriva à sa hauteur et lui attrapa le bras.

- Je ne suis pas de celle qui empoisonne la vie des braves gens… Je ne suis pas avide !... Et pour votre gouverne, la seule information qui peut vous intéresser est peut-être ce pervers que je tente de coincer… Il se fait appeler Peter pan… Son rôle dans l’organisation est de fournir des enfants à ses clients… Je n’ai rien sur son physique ou quoi que se soit qui le caractérise… La seule personne que j’ai pu interroger était un de ses clients… il le contacte par mail, via un forum en donnant les détailles du genre d’enfant qu’il désir… Age, sexe, origine et j’en passe… J’étais à deux doigts de l’avoir mais il avait déjà quitté son appartement… Peut importe ce que je fais, il a toujours une avance sur moi et… Il détient la fille d’un de mes clients… Elle n’a que 9ans… une jeune demoiselle blonde, aux yeux bleus… dans ce genre de site, j’ai tenté de me faire passer pour un de ses pervers mais se sont des hommes vêtus de noir qui dépose l’enfant et reviens le chercher à la fin de la journée… En voyant la petite, je n’ai pu me résoudre à la renvoyé aux près de ses monstres et j’ai été grillé… Aidez-moi Sherlock !

Lâchant son bras, elle recula et l’observa de dos. C’était sa plus grosse affaire du moment et elle ne pouvait rien faire de plus dans sa position. Ce n’était pas une enfant, ce n’était pas un homme. Elle ne pouvait pas infiltrer ce groupe. Trop de méfiance. Une fois elle l’avait localisé avec son téléphone portable, lors d’un appel. Mais cet homme changeait de lieu sans arrêt. Il fallait quelqu’un de plus expérimenter qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Lun 21 Sep - 11:12
Beaucoup de choses passaient dans la tête de Sherlock, tellement de choses… Devinez pourquoi je n’ai pas pris la narration à la première personne. Je suis pas suicidaire hein. Bref. Trop d’émotions se mélangeaient dans l’esprit de l’Anglais, des choses qu’il n’avait pas vécues depuis un certain temps comme d’autres, plus quotidiennes. Des souvenirs se confrontaient, certains inintéressants, d’autres plus prenants : des très bons mais aussi des terriblement mauvais. Il était replié en lui-même, très peu attentif à ce qui se passait autour de lui. Les caresses, les sourires, le bonheur, tous ces éléments effacés de sa vie actuelle ou diminués tout du moins, étaient en train d'hanter son âme. Son violon lui manquait. Ou bien son sac de frappes. Il voulait être seul. Ou bien avec Elle…

Mais Helena voyait ça sous un œil différent et le rattrapa, l’agrippa et déblatéra. Tout d’abord il n’écoutait pas ou peu puis peu à peu, il buvait ses paroles. Vers la moitié de la tirade, il renoua un contact visuel avec elle, plongeant ses yeux gris/bleus dans les siens, beaucoup plus foncés. On pouvait encore y lire de la violence contenue mais beaucoup moins qu’avant. Au fur et à mesure, la curiosité prenait le pas. La situation était claire. Il réfléchissait, cela se voyait : ses yeux allaient et venaient. Après quelques secondes, il lâcha doucement son sac et réajusta son T-shirt. Il n’aimait pas revêtir ce genre d’habits : cela le compromettait potentiellement pour ses prochaines sorties et cela ternissait son image si soignée. Le violoniste regarda autour de lui si aucunes oreilles ne traînaient.
    « J’aurais préféré connaître les détails dans d’autres circonstances mais vu que vous m’y contraigniez… Il faut bien que je vous fasse confiance. »

Il soupira, respira un grand coup et fit le ménage dans sa tête. Plus d’émotions, plus de sentiments, il ne faut plus que penser au problème, à l’énigme. Il chassa d’un revers de main le visage qui le hantait, les ressentis qui lui serraient le cœur et d’autres détails parasites. Quand il rouvrit les yeux, il n’y avait plus que de la détermination, de la soif de traque, de l’intelligence. Quand il parlait, sa voix était grave, son ton neutre et sa diction rapide. Son regard voyageait entre le vide et les yeux de sa partenaire. Ses mains étaient rangées derrière son dos, l’agrandissant, le rendant encore plus « impressionnant », « froid » ou « inatteignable ».
    « Il me faut savoir : si ce ne sont que les enfants de l’île qui sont touchés, dans quelles circonstances la jeune fille a été kidnappé et comment savez-vous qu’elle a atterrit dans ce trafic, l’enfant que vous aviez commandé était en bonne santé ? Battu ? Comment physiquement et mentalement ? A-t-il été repris par l’organisation depuis que vous l’avez sauvé ? Il me faudrait rencontrer les parents pour avoir peut-être plus de détails. »

Puis il tâtonna ses poches, pinça un sourire, chercha dans son sac… et en sortit un paquet de cigarettes. Il attrapa un bout de cancer, l’alluma et sortit son premier rond de fumée. Sa cigarette en main, jamais dans la bouche car déjà qu’il parle vite, il serait encore plus incompréhensible, il en proposa une à Helena avec un sourire carnassier :
    « Mais surtout, je veux savoir comment on paye leurs services et comment devenir client. Cette enquête va être très intéressante. »

Personne n’a déjà rêvé d’être un pervers infantile ? Lui, ça l’amusait, pauvres gosses…

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Stripteaseuse
Pouvoir :: Eau
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Lun 21 Sep - 17:16
Perdue dans cette vague de question, la jeune asura se doutait qu’elle venait de toucher une corde sensible tout d’un coup. C’était comme si cet homme aimait cela, aimait les énigmes et les casse-têtes. Même s’il ne voulait pas se l’avouer, il ressemblait à Sherlock du livre dans son envie d’enquêter et de connaître la vérité. De plus, son savoir faire et ses connaissances allaient peut-être aider la demoiselle à retrouver la fille de son client. Et elle l’espérait de tout cœur que cela se fasse. Espérant grandement que la petite tête blonde retrouvera ses parents dans les meilleures conditions possibles.

- Ce ne sont pas que des enfants de l’île… La fille de mon client n’est pas d’ici mais la jeune fille que j’ai reçu, oui… Elle c’est fait enlever dans sa chambre il y de cela 5mois maintenant, comme celle de mon client, pendant son sommeil… Je sais qu’elle est dans ce trafic parce que l’homme sur la photo, avec elle, est l’un des pervers que je suivais… Quand je l’ai attrapé pour avoir des informations, il m’a donné le site et rien d’autre, m’expliquant comment le contacter… Sur internet, il y a un site du nom de demandez-et-vous-aurez.com. C’est dans ce site qu’il y a possibilité de demander tel ou tel genre d’enfant et qu’il vous est envoyé après confirmation par mail… Ensuite, le jour de la livraison, deux hommes en noirs sortent avec l’enfant et vous l’amène… J’avais donné une chambre d’hôtel pour la petite… j’ai prétexté vouloir l’emmener au restaurant pour la détendre et on c’est enfuit par les toilettes… Ces hommes ne font pas attention aux enfants réellement, tant qu’ils sont payés, c’est le plus important… Donc la surveillance n’est pas leur point fort…

Elle reprit sa respiration à cause de tous ces souvenirs et cette pauvre enfant.

- Vous payez par internet… La petite Anaïs est toujours avec ses parents… J’ai des nouvelles assez souvent d’elle… Et je veille à ce qu’on ne la suit pas, en la raccompagnant de loin, quand elle rentre de l’école… Les parents n’ont aucun détail, ils dormaient quand l’enfant c’est fait enlever… Et… Pour ce qui est de son état quand je l’ai retrouvé… elle était très propre sur elle, et elle mangeait à sa faim mais… les marques d’ecchymoses et autres sévices qu’elle avait subit… cette enfant a assez souffert et je ne veux pas qu’on l’embête à nouveau avec des questions… Sinon, je m’en chargerais personnellement pour les lui demander… Elle ne fera jamais confiance à un inconnu sauf si ses parents ou moi-même sommes présent… Ce que je sais de source sûr, c’est que Peter Pan est un homme… il faudrait avoir les dossiers des enfants disparus et jamais retrouvé pour le moment… Dans la disparition, ce qu’il est commun à tous les kidnappings c’est une enveloppe… Ce salaud les enlève et dépose une enveloppe d’un montant de 100 000 €… avec le mot « merci pour ce trésor »… c’est le seul lien que j’ai avec les deux petites et je pense qu’il y en a beaucoup où les parents n’ont pas parlé de l’argent…

Commençant à avoir froid et tombant de sommeil, l’asura se mit à bailler et se frotta les yeux.

- Si vous le désirez, je peux vous ramener les photos des pédophiles que j’ai traqué… la plainte de la famille d’Anaïs et celle de la petite aussi… Ainsi que le site, la transaction et les photos des blessures de l’enfant… Enfin, tous les éléments que je possède, ainsi qu’une copie de l’expertise de mon client… Comme je vous l’ai dis, mon client ne veut en rien avoir un lien avec la police, il ne faudra jamais le citer… Sinon, je peux vous promettre que le lendemain, nous seront entre quatre planches…

Commençant à rassembler ses affaires, elle attendit simplement l’adresse du jeune homme pour le retrouver le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Lun 21 Sep - 22:48
Sherlock écoutait avidement ses réponses sans paraître pourtant plus impliqué que cela, il fumait tranquillement sa cigarette en amassant les éléments intéressants. Helena avait déjà bien débroussaillé le terrain et elle avait pu répondre avec beaucoup de précision. Cependant, beaucoup de questions taraudaient notre jeune violoniste. Est-ce que la porte avait été forcée lors des kidnappings ? Pourquoi donc lui interdire de voir la petite ? L’étude de ses bleus pourrait être d’une précieuse aide… Pourquoi ce Peter Pan [que drôle de nom !] payait pour ses forfaits ? Est-ce que le mot était dactylographié ? Et tant d’autres. Quand il voulut prendre la parole pour continuer, il remarqua l’état de fatigue de sa partenaire. On ne pouvait pas toujours être comme lui… Quand il entend le mot énigme, il ne peut fermer l’œil de la nuit : l’excitation prend tout son être. Un peu frustré de devoir attendre, il passa nerveusement sa main gauche dans ses cheveux.
    « Rendez-vous chez moi dès que vous le pouvez, je serais réveillé. Ville Yasashi Koji, 221B rue des luthiers. »

Il tiquait à chaque fois qu’il disait son adresse, maudissant tous les jours un peu plus Pipo et son sens de l’humour plus que douteux. Il devait s’y faire… tout le monde croira qu’il a fait exprès, qu’il est un fan invétéré, qu’il pousse même à faire de la fausse modestie. Tout ce qu’il voulait c’était quatre murs et un toit où poser sa valise ! Pipo… le jour où il te retrouve, tu passeras un sale quart d’heure…
    « Je vous raccompagne jusqu’à chez vous ? Normalement l’alcool ne fait plus effet et votre boss est actuellement en train de se faire cuisiner par des agents… Mis à part si vous avez d’autres ennemis, vous pourrez enfin être autonome. Ce qui ne sera pas trop tôt… »

Comme il s’en doutait, la petite habitait dans le quartier des Asuras. Ainsi, ils devaient traverser tout le Sexire, l’Humain pour enfin y arriver. Heureusement que l’île n’est pas si grande. Il l’accompagna silencieusement jusqu’à sa porte. Il la salua d’un geste de la main et rebroussa chemin vers la ville de Yasashi Koji. Tout son trajet se fit dans un silence presque religieux. Tout se passait dans sa tête, là s’était une symphonie de pensées, d’idées saugrenues, de bizarreries et de questions. Quand il arriva devant le pas de l’immeuble, il se maudit. Réprimant des insultes en anglais, il rebroussa une énième fois son chemin : il avait oublié ses clefs dans sa veste… actuellement au commissariat.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Stripteaseuse
Pouvoir :: Eau
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE] Mar 22 Sep - 1:13
Lorsqu’il lui donna son adresse, l’asura regarda autour d’elle et fit un vieux feu de camp. Elle prit un bon de charbon et marqua l’adresse sur sa cuisse. Ce n’était pas si simple mais avec de la patience, c’était lisible. Et puis, elle avait bonne mémoire de toute manière, mais en vu de son état, il était préférable de le marquer quand même. L’alcool s’était dissiper mais pour éviter tout danger, Sherlock la raccompagna chez elle.

- Oui merci...

Ne disant pas un mot, elle continua à marcher silencieusement dans les rues. Elle traversa le quartier Sexire d’où elle venait un peu plus tôt dans la soirée. Puis vint le tour du quartier humain qu’elle haïssait au plus profond d’elle-même. D’ailleurs, en passant dans ce coin, les poils de l’asura se hérissèrent. Il fallait vraiment qu’elle fasse un travail sur elle-même pour cesser de se mettre en danger. Mais passons. Ils arrivèrent devant sa villa. Du portail, on n’aurait pas dit que le terrain était si grand. C’est les murs autour de la propriété qui trahissait sa grandeur.

Laissant Sherlock vaquer à ses occupations, Helena rentra chez elle pour marquer l’adresse, rassembler les infos qu’elle avait et surtout dormir. La soirée avait été très éprouvante entre le védin et son patron. Il fallait faire un black out avant de surcharger.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE]
Revenir en haut Aller en bas

Ivre et déboussolée... qui va débarqué ? [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Attention faire pipi en étant ivre pour être mortel...
» Vient voire Johanna complétement ivre [Pv Jo']
» Haiti le bateau ivre...
» Le Serpent Ivre [Pv: Eiji]
» Un ptit PNJ pour le requin ivre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Esertari :: Plage-