AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Rencontre explosive [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Rencontre explosive [terminé] Jeu 22 Oct - 19:55
Shallia avait congé aujourd'hui, elle s'était levée assez tard, elle avait envie de flemmarder. Le courage lui manquait en ce jours, cela faisait maintenant plusieurs mois qu'elle était à la recherche de sa femme et de sa fille. Pourtant, elle n'avait pas trouvé le moindre indice, pas la moindre trace de leur passage sur cette ile. Étaient-elles réellement ici ? Elle n'en savait rien mais voulait tout de même garder espoir de les retrouver. Elle pourtant si joviale, toujours le sourire aux lèvres était d'humeur morose, voire même déprimée. Elle n'avait en prime pas de travail pour la journée ce qui ne l'aidait pas à oublier. Elle finit pourtant par se secouer, le pas lourd, elle se dirigea vers la salle de bain. Elle entreprit de faire ses ablutions, une fois propre elle s'habilla de manière pratique mais à une mode légèrement dépassée pour son époque. Soyons réaliste, totalement dépassée, ses habits faisaient plus penser à l'époque médiévale qu'à l'époque contemporaine.

Elle se mit finalement en route, quitta sa maison dans la forêt et se dirigea vers la ville, elle allait encore tenter sa chance aujourd'hui, elle devait les retrouver, elle ne devait pas abandonner, elle avait besoin de leurs présence.

Elle marcha pendant 1h30 à travers toute la ville mais sans succès, le temps de midi approchait à grand pas. Dépitée, elle avait pourtant montré une photo de sa fille et de sa femme à toutes les femmes qu'elle avait rencontrée mais aucune ne semblait les avoir déjà vue. Bien évidemment elle n'avait pas demandé aux passants de sexe masculins, elle les haïssait de trop que pour s'y risquer. Elle était dans un parc, prête à en sortir lorsqu'elle fut prise d'une petite quinte de fatigue. Elle chercha alors un banc des yeux, elle vit alors un seul et unique banc sur lequel une place était disponible. La seconde place de ce même banc était par contre occupé par un homme. Il ressemblait à un dandy, il fumait une cigarette, le regard sérieux et l'allure fière. Elle détestait les hommes mais celui là, c'était le pompon, elle le regarda le regard mauvais. Elle aurait voulut le faire disparaître de ce banc pour pouvoir s'y reposer un peu. Jamais elle ne s'assoirais à côté d'un homme, c'était sûr.

Elle devait trouver une solution pour le faire déguerpir, discrètement, elle contourna le banc, avec une légèreté féline, ne faisant aucun bruit, guettant sa proie. Une fois caché du regard de celui-ci, elle sortit une mini charge explosive d'une petite poche camouflée dans sa manche. Une petite bombe ventouse à la main, elle claqua des doigts et l'expulsa pour qu'elle vienne se coller au niveau des fesses de l'inconnu. Elle alla ensuite rapidement se cacher derrière un buisson, juste à temps pour entendre le cri du dandy dont le pantalon était troué et les sous-vêtements noircis.

Le sourire aux lèvres, elle quitta sa cachette avec le sentiment d'avoir accomplit une bonne action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Lun 26 Oct - 0:24
L'Automne… Une saison belle par ses couleurs, versatile à cause de son temps et jamais assez courte. En effet, on attend plus l’Hiver et ses festivités que l’Automne et sa morosité. Les sanglots longs des violons de l’Automne, blessent mon cœur d’une langueur monotone… Voilà ce que ressentait Sherlock en rentrant dans cette saison charismatique mais tellement lourde de sens pour lui. À travers sa fenêtre, il regardait les gens passer dans la rue sous-jacente à son appartement : beaucoup n’avaient pas encore fait le deuil de l’Été et grelottaient. D’autres avaient la mine fiévreuse et le bout du nez rouge, certains, plus rares, étaient déjà emmitouflés à ne plus savoir comment respirer. L’Automne… Il releva le regard et le posa sur le ciel flou. Son visage était fermé, ses sourcils courbés d’une façon sévère et l’éclat de ses yeux était morne. Pas un sourire pour déformer ce visage pourtant doux, pas une fantaisie pour le sortir de sa mélancolie, rien. L’Automne. L’Automne est pour lui le signe de la décadence, le signe du froid qui viendra s’insinuer au plus profond de sa chair, des nuits sans lune ou des journées sans soleil. Le brouillard épais qui s’abat sur les campagnes n’épargnait pas ses souvenirs ou ses pensées. Une petite partie de lui osait murmurer que la saison des cheminées arrive, l’odeur du bois brulé, le plaisir de se réchauffer autour d’une boisson chaude et sucrée, la candeur de Noël et le duvet de la neige.

Tout suffocant et blême, quand sonne l’heure, je me souviens des jours anciens, et je pleure… Mélancolie, tristesse, nostalgie… Tellement de mot pour qualifier l’état d’esprit de notre pauvre anglais. Même son violon n’arrivait plus à chanter, trahissant inlassablement les émotions de son propriétaire. Pour seule défense, le Sexire se retranchait en lui-même, devenant plus distant et cassant qu’à l’accoutumé. L’Automne. Sherlock se retourna, voyant son appartement mieux rangé, vide, sans attraction. Depuis combien de temps est-il ici, à pourrir ? Il avait même pris le temps de faire la vaisselle et les courses, montrant à quel point il cherchait de quoi s’occuper. Mais rien ne lui suffisait, il devenait insatiable, exigeant, entêtant, pas même ses souvenirs pouvaient l'en sortir. Il posa son regard vide sur son pupitre qui tenait fièrement une partition gommée et froissée. Par terre, quelques feuilles trainaient… telles des feuilles mortes. Il fonctionnait au ralenti, était déconnecté de la réalité, était profondément morose. Le violoniste passa une main hasardeuse sur sa joue et sentit une barbe bien ancrée dans celle-ci, lui qui était si droit et propre. Il était simplement dans sa phase bipolaire dépressive. Comme à chaque début d’Automne.

Et je m’en vais au vent mauvais qui m’emporte deçà delà pareil à la feuille morte. S’en aller… Il relança un regard à travers sa vitre propre et se dit finalement « Pourquoi pas ». D’un pas moins énergique qu’à l’accoutumé, il se rendit dans sa chambre et ouvrit sa grande armoire. Dedans, il y avait de quoi habiller une famille entière : des habits d’enfants, fille comme garçon, des robes et des jupes et dans un autre compartiment, tout ce qui était nécessaire à un homme… enfin, à des hommes : différences de taille, de morphologie et de style. Il piocha dans le casier qui lui servait le plus : sa propre morphologie. Sans attendre, il retira sa veste et sa chemise et enfila un marcel blanc, il remplaça son pantalon par un jogging gris souris et troqua ses souliers vernis pour des baskets de running. Il orna le tout avec un sweat gris à capuche. Par pur réflexe de boxer, il banda ses doigts et ses poignets : une autre manière d’avoir plus chaud. L'homme passa rapidement par la salle de bain pour se rafraîchir, se raser et tout de même, se parfumer. Dans la poche kangourou de son « pull », il glissa ses clefs, son portable et un paquet de cigarette/briquet. Finalement il sortit de son appartement après avoir vissé un casque audio sur les oreilles.

Grandes foulées, un pas très rapide, des itinéraires étranges, en fait, il tentait de se défouler, de trouver autre chose que du sombre, se prouvant qu’il pouvait y avoir autre chose dans sa vie que l’ennui. De part ses anciennes vies, Sherlock avait prit l’habitude de relever sa capuche lorsqu’il courrait : les rues sont sûres dans Yasashi mais pas celle de son passé. Ainsi, il tourna dans toute la ville pendant deux heures. Finalement ses pas s’arrêtèrent dans un petit parc. Alors qu’il reprenait doucement son souffle, l’anglais vit une Morany se cacher puis entendit une légère implosion. Intrigué, il arriva sur le lieu de l’explosion : un homme tout à fait respectable fut victime de la jeune femme. Celui-ci partit en pestant : normal. Amusé de la situation, il reporta son attention sur la rousse : oreilles pointues, une queue fine : un chat de toute évidence. Machinalement, il porta une cigarette à ses lèvres et l’alluma. Si elle l’avait vu, elle ne l’avait pas forcément retenu mais cela ne l’empêcha pas :
    « C’est mal d’attaquer les braves gens demoiselle… »
Poème de Paul Verlaine : Chanson d'Automne.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Dim 15 Nov - 10:53
Shallia était heureuse, toujours derrière le buisson, elle avait le sentiment du devoir accomplit. Elle vit l'homme s'enfuir, le slip bien apparent. Il hurlait aux terroristes, courant vers l'entrée du parc. Il fut rapidement appréhendé par des policiers en patrouille pour exhibitionnisme et trouble de l'ordre public. C'était bien fait pour lui pensait la Morany, il n'avait pas à utiliser ce banc. Elle sortit de sa cachette, se dirigeant vers le banc tant convoité. Ce qu'elle ignorait c'est que son subterfuge avait été percé à jour. Elle entendit une voix masculine qui semblait s'adresser à elle. Elle fit automatiquement un bond en arrière sur la défensive et avec une rapidité déconcertante, se retrouva avec des charges explosives entre ses doigts. Elle était prête à passer à l'attaque, ne lâchant pas cet homme des yeux qui semblait-être aux antipodes de l'autre. Ils avaient une tenue vestimentaire totalement opposé. Ils n'étaient clairement pas de la même famille ? Elle en était sûre, ils seraient certainement allé dépêtrer l'autre homme qui venait de se faire arrêter.

Qu'est ce que tu me veux ? Passe ton chemin, je suis armée et je n'hésiterai pas à en faire usage.

Elle désigna de sa tête les charges explosives entre ses doigts. il semblait pourtant que celui-ci veuille lui faire la morale, elle était bonne celle là. Il trouvait cela honteux mais elle ne voyait pas du tout en quoi. Ce qu'elle venait de faire, ce n'était rien à côté de ce qu'elle avait subit par le passé. Elle châtiait les hommes et c'était une bonne chose. Ils l'avaient tellement fait souffrir qu'elle pouvait bien se venger d'eux. Ces chacals lui avaient fait tellement de mal.

En quoi ce que je viens de faire est mal ? Il va aller quelques jours en prison, on sera ainsi sûr qu'il ne violera pas de femme. Ce que je fais est un geste pour la survie et la dignité de la gente féminine. J'aurais peut-être dû l'éliminer si vous trouvez que ce que je viens de faire est mal.

Shallia agrandit encore l'espace entre l'homme et elle. Shallia se plaça à une distance optimale pour passer à l'action. Elle lança un regard en direction de l'endroit où les policiers se trouvaient il y a peu. ils étaient partis avec le Dandi, ainsi, plus de gêneurs. Elle faisait glisser entre ses doigts les petites charges explosives avec une dextérité hors du commun. Elle était douée à ce petit jeu.

Ce banc vous intéresse ? Je l'ai vu en première, cherchez en un autre.

Shallia s'assit dessus, gardant une posture défensive autant qu'elle le pouvait dans cette position.

Allez houst, j'ai envie de me reposer un petit peu, j'ai les jambes en compote.

Shallia n'avait toujours pas relâché sa vigilance, elle prit une pose détendue attendant que l'homme en profite pour s'en prendre à elle. Elle croisa ses cuisses par réflexe, manière pour elle de se protéger contre le sexe masculin.

Vous avez vu ce dont mes explosifs sont capable alors, dégagez.

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Sam 21 Nov - 16:51
La Morany sursauta et prépara en un temps extrêmement court sa riposte : entre ses doigts, des objets qui semblaient artisanaux. Avec les paroles agressives de la jeune femme, l’Anglais comprit qu’elle n’hésiterait pas à réutiliser ces espèces de pétard. Prendre quelqu’un la main dans le sac ne faisait jamais plaisir pour celui qui se fait avoir… peut-être que c’est pour cela qu’elle est si remontée ? L’angoisse de se faire balancer ? Sherlock n’est pas de ceux qui rapportent, il gardera cette affaire pour lui. Un peu comme cette histoire qu’il avait eut avec une autre Morany. Cependant la suite de la réplique fit tiquer notre violoniste : c’est quoi cette histoire de viol ? De protection ? Elle le blessait dans le plus profond de son être : les hommes ne sont pas tous des opportunistes et encore moins des pervers ! Tout le monde n’est pas comme ça, surtout lui qui est le pur gentleman britannique. Bon, on repassera pour le côté sex addict hein, car venant d’un Sexire… c’est l’hôpital qui se fou de la charité…

Mais son visage exprimait un tout autre sentiment : l’amusement. Un léger sourire en coin fleurissait sur son visage doux et un éclat de malice colorait ses yeux. Était-elle sérieuse ? Il tira sur sa cigarette et répondit, l’air songeur…
    « Ce banc est dans un endroit très passant… Imaginez le nombre de mâle qui y ont posé leur séant, ça doit être faramineux… Peut-être que leurs cellules sont entrain de souiller votre robe. Prenez garde, peut-être qu’un couple d’homosexuel s’est retrouvé ici cette nuit… Et puis c’est un endroit non surveillé par des caméras… Ce genre d’endroit est assez prisé par les amants en quête de frisson… » Dit-il avec un ton mi-sérieux, mi-ironique.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Asura
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Dans le lit de Shallia
Métier :: Fan de Shallia
Pouvoir :: Le puant en puissance
MessageSujet: Me voilà ! Ven 11 Déc - 22:32
« Il gèle, il caille, j'ai froid, j'en ai marre. »

Leylans répétait les phrases qui pleuvaient de partout. Les gens n'avaient, à cette période de l'année, que des reproches à faire au temps. Un peu plus et il allait penser que seuls les Français habitaient cette île. Nan, j'déconne : Leylans avait jamais appris à penser après son trou de mémoire. Mais tout le monde savait qu'il n'y avait qu'eux pour se plaindre de la sorte, sans arrêt. Le clochard ne reconnaissait pas du tout le lieu où il se trouvait, comme d'habitude. Mais l'endroit était assez animé et y avait toute sorte de personnes qui arpentaient son champ de vision ambulant. Les mains dans les poches, il avait la démarche sautillante, des dents éclatantes à découvert et des cheveux blancs plus emmêlés que jamais. Comme le faisait si bien remarquer la masse ignorante, le soleil n'était pas de sortie, au grand bonheur des yeux rouges du bonhomme.

« Venez, on va jouer au loup, qu'est-ce que vous en pensez ? »

Le pré-adolescent un peu gamin n'aurait jamais dû dire ça si fort... Leylans sauta sur l'occasion, le prit par les épaules et s'agita sur place. Oui, il voulait jouer au loup, lui ! Il était partant, tout le temps, et il allait ramener du monde. Parce que du monde, il en connaissait !! Et plein ! Il ne remarqua même pas le groupe presque arrivé à maturation sexuelle secouer la tête. Et ils avaient raison ! Depuis quand on jouait encore au loup à douze ans ? Et en plus de ça avec un vieux de vingt ans. Qui puait la pisse de chat, avait de la cire qui débordait de ses oreilles et était albinos. Ouais, ça collait pas niveau contexte pour eux.

« Euh... Ben... Vous allez faire le loup alors, monsieur... Mais d'abord, comptez jusqu'à cent, qu'on puisse s'éloigner un peu. »

Mais ouais, Leylans adorait grave faire le loup, il était hyper fort à ça en plus ! Pis, il comprenait pour le décompte aussi, fallait être fair play dans la vie, bordel de chierie !
Bon, vous vous en doutez bien, les gosses se sont vite barrés, le clochard a compté à toute vitesse en oubliant plusieurs nombres et, arrivé à soixante-neuf, il eut tellement de mal à se rappeler comment prononcer le sept à côté du deux qu'il frappa l'arbre sur lequel il s'était posé. Et se retourna succinctement.

« J'ARRIVE !!! »

Il courut comme un dingue, comme s'il était poursuivi par des warrior zombies, en zigzaguant n'importe comment, en bousculant des passants et même en jetant avec violence des adultes hors de son chemin. Et enfin, il en trouva un, ou plutôt une ! Il vit une mini tâche couleur châtaigne derrière une autre grande tâche grise.

« J'T'AI TROUVÉE ! »

Il sprinta, les mains en avant, et bondit sur sa proie en se prenant la présence grise ainsi que le banc au passage. Il entendit comme un portable se fracasser par terre. Mais il s'en branlait : peu importait la douleur, peu importaient un accident, une cassure, un mort : il avait touché quelqu'un. Il n'était plus loup. Il était redevenu une personne géniale et innocente. Il avait le droit d'être un super héros maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Mar 15 Déc - 18:56
Shallia grimaça lorsque l'homme lui décrivit l'état potentiel du banc dans un tel lieu avec tant de passage mais surtout en plein milieu d'un jardin public. Elle n'y avait jamais pensé et ce la dégoutta de repenser à cette semence obscène, cette chose dégoutante qui provoqua en elle un souvenir qu'elle aurait préféré ne pas se remémorer surtout dans un instant comme celui-ci. Le visage de la jeune femme devint blême, on pouvait lire de la peur en elle. Tout le monde serait capable de s'en rendre compte alors, une personne telle que Sherlock... Elle revoyait son père, cet être abject qui avait bien mérité la sentence de mort qui lui était tombé dessus. Elle tremblait et pas qu'un peu, elle, devait se ressaisir, elle le savait, elle montrait ses faiblesses. sa poigne sur ses petits explosifs se faisait moins sûre. Elle leva pourtant la tête, regardant cet homme avec insistance, tentant de camoufler sa peur. Elle voulait lui montrer qu'il ne l'effrayait pas.

Si ma robe est sale, je la nettoierai voila tout. Il est temps pour toi de dégager d'ici et de me laisser tranquille.

A peine finit-elle sa phrase que l'homme se fit bousculer par quelque chose, elle n'eut pas le temps d'en identifier l'origine qu'elle vint la heurter à son tour. Sous le coup de la surprise, elle laissa choir au sol ses mini explosifs qui explosèrent au contact de l'herbe du parc, dégalant un peu l'herbe. Ce ne fut pas le seul effet de ceux-ci, ils firent diminuer la taille de sa robe qui ressemblait actuellement plus à une mini jupe noircie à son extrémité. Elle était enragée et voulut écarter cette chose, elle se rendit alors compte que cette fameuse chose était en fait un homme. Elle leva alors sa jambe et décocha un coup de pied de toutes ses forces pour l'éloigner d'elle. Shallia était terrorisée par la présence de celui-ci aussi près d'elle. Comment avait-il osé faire ça ? Elle allait le tuer, personne ne l'empêcherait de le faire, ni la police, ni l'autre inconnu. Elle allait le trucider pour ce qu'il venait de faire. En prime, c'était un pouilleux, il puait tellement fort, il était totalement débrayé, un pervers par excellence, on ne pouvait pas en douter. Les narines de Shallia se seraient fermées comme des branchies si elle en avait été capable. Son nez autant que félin était très sensible aux odeurs environnantes, bien plus que les humains ne le sont. Cette exhalaison la révulsait au plus au point.


~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Jeu 17 Déc - 21:38
La Morany devint blanche comme neige après la prise de conscience. Sherlock cacha son amusement derrière son masque de sévérité. Elle tremblait comme une feuille mais tentait, par vanité ?, de garder la face et de se tenir fière. Il n’était pas dupe et cette fois-ci ses lèvres se tordirent dans un sourire malicieux. Alors qu’il allait répliquer, quelque chose le frappa dans le dos et il fut projeté en avant. Ses vieux réflexes lui firent mettre les bras en avant et se rattrapa en position de gainage. Avec la souplesse d’un chat et la vitesse d’une souris, il s’accroupit pour voir la « menace ». Et son regard se posa sur le truc devant lui : une masse informe avec une veste bleue, des cheveux blancs et une peau pâle à rendre jaloux Dracula en personne. L’Anglais affuta son regard et le diagnostic tomba dans son esprit : un Albinos oculocutané.

Le bruit métallique qu’il avait entendu dans sa chute était son briquet qui était sortit de sa poche. Il le ramassa rapidement et se releva en essuyant ses manches. Les dégâts étaient minimes, m’enfin, pour lui. La jeune femme avait perdu une partie de sa robe, le jeune homme, son nez et le gazon, son éclat. Mais quelque chose d’autre frappa tel un uppercut notre sujet : l’odeur. Par automatisme, il plaça sa main sous son nez pour enrayer le passage de l’immondice à ses capteurs olfactifs mais cela ne fut pas d’une grande aide… Dans sa jeunesse, il était entrainé à contenir ses réactions, preuve qu’il avait perdues. Ainsi, il désarma sa main et fit fi de son déconfort.

Ne pouvant pas laisser le pauvre larron entre les griffes de la sexiste (solidarité masculine oblige), le boxeur le récupéra et s’exclama avec un peu de reproche dans la voix :
    «Nous sommes des personnes civilisées et matures, on peut tenter de s’arranger autrement que se taper dessus. Vous allez bien Monsieur ? »

Il relâcha l’odorant après l’avoir fait prendre de la distance avec la carnassière.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Asura
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Dans le lit de Shallia
Métier :: Fan de Shallia
Pouvoir :: Le puant en puissance
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Ven 18 Déc - 16:46
Se tenant les côtes, Leylans crachait de la salive jaunie par la bile dans les bras d'un brave. Le choc provoqué par le coup de pied l'aurait fait vomir comme un gros dégueulasse s'il avait été une personne normale. C'est-à-dire s'il avait mangé comme un porc à Mc do, comme tous les gens qui bénéficiaient de l'âge que son corps insinuait. Il avait pas vraiment compris ce qu'il lui arrivait mais il pleurait. De joie, de peur, de rire ou de douleur ? Le clochard avait le choix ! Mais pour lui, toutes ces propositions se valaient : il les prit donc pour vraies, toutes. Ce qui était sûr, c'est qu'il avait entendu comme des pétards s'éclater et qu'il en avait senti l'odeur. Ouais, malgré la puissance de son parfum Sauvage (Johnny Depp représente), il s'y était habitué et pouvait s'intéresser aux autres senteurs. Celle de sa sueur ne lui chatouillait plus le nez comme autrefois. Tu devrais tenter, Invité, essayer d'être enfin naturel(le) pour une fois et cesser de te laver avec ces trucs appelés « gels douche » pour garder ton odeur propre ! L'utilisation du mot « propre » ne sortant pas de son contexte, je peux continuer à écrire ce pavé que tu liras, j'espère, en diagonal.
Le mec qui l'avait repêché semblait bien grand à ses côtés. Il l'avait traîné par terre, ignorant sa chiante posture - le dos courbé par la douleur, les genoux pliés et le front presque au sol - pour l'éloigner du banc. Sans délicatesse. Avec poigne.

« Mais... pourquoi...? »

La tâche grise eût à peine le temps de finir sa phrase que le clochard ferma le poing droit et le balança dans sa direction. En plein sur ses abdominaux, comme un couillon. D'après sa tenue éclatante de wesh accompli, jogging, baskets, tout ça, on pouvait même pas prétendre que l'inconnu possédait un bide à bière. C'était certain : il pourrait éclater l'extravagant anorexique avec un pouce. Mais Leylans s'en branlait ! Il n'avait toujours pas commencé le combat contre son complexe d'infériorité concernant sa petite taille : il le repoussait toujours au lendemain. Du coup, en toute logique, il valait mieux qu'il se batte contre un de ses multiples et indénombrables ennemis. Il fallait dégager cette frustration exponentielle, qu'elle évite de déborder de son réservoir à émotions négatives. En réalité, le clochard s'était même pas rendu compte de son geste. Son corps avait attaqué de lui-même, contrôlé par sa consternation inconsciente et par son agitation constante. Quoi ? Il contrôlait même pas ses mirettes, pourquoi il devrait contrôler sa main ?

« Salut, j'crois qu'les prostipapéticiennes sont pas acceptées dans les lieux publics, tu veux ma veste pour cacher ton corps de salo... Salariée accomplie ? Où est ton mac, que j'le défonce ? C'sont même pas de vrais ordis ces trucs ! »

Leylans s'était vite détourné de la chose grise, ayant déjà oublié s'il l'avait touchée avec son arme corporelle ou pas. Il avait alors remarqué cette douce créature à qui il manquait quelque peu de tissu, même pour ses yeux d'albinos. De par son expérience incroyable, il avait développé en lui une intuition aussi géniale que sa propre personne : ressentir la présence des flics. Et d'après cet instinct, il valait mieux que la fille de joie en face de lui s'en aille, sinon elle allait finir interpellée.

« Ah. Si tu te fais arrêter, je demanderai à mon pote Natacha s'il peut me laisser partir avec toi. Comme ça t'auras de la compagnie sur le trajet. »

Il fit son plus beau sourire et se mit à sautiller, chantonnant des paroles « boum boum boum boum, I want you in my room » sans réel rythme et avec une voix enrouée par une foutue rhinopharyngite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Dim 27 Déc - 18:07
Le jeune homme fut rapidement écarté de lui, par le premier inconnu, elle était vraiment dans la lie, la fange. Elle se serait crue dans un marais tellement l'odeur était nauséabonde. Les deux hommes semblaient décider à se taper dessus voila qui l'arrangeait fortement. Elle fit un bond en arrière, sur la défensive prête à se lancer sur le vainqueur pour l'achever sournoisement. La police ne semblait pas être présente ou alors, elle ne s'était pas décidée à intervenir, la foule commençait à quitter le parc en vue de la bagarre en perspective, que pouvait-il y avoir de mieux, pas de témoin si elle se décidait à les éliminer tous les deux. Le puant pris la parole la traitant de prostipute, elle n'appréciait pas du tout cette réflexion, elle était mariée par le passé et même si sa femme avait disparu, elle ne se résoudrait jamais à en arriver à de telles extrémités. Elle continuait de temps à autre à se donner du plaisir comme toute femme bien formée. Puis pourquoi l'appelait-il ainsi, elle ne portait pas d'habit provoquant. Elle baissa la tête pour regarder et vit ce qu'il restait de ses vêtements, maintenant en lambeau, elle posa ses mains pour tenter de cacher les parties dénudées. Elle était rouge de colère, elle allait les réduire en miette, l'état de son vêtement était bien plus important que leur vie à eux.

le puant enfonça encore plus le clou lorsqu'il lui dit en anglais qu'il la voulait dans sa chambre non mais pour qui se prenait-il ce sale empaffé même pas capable de se laver. Ses mains posées sur sa propre peau se resserrèrent autour de ses cuisses, faisant de petites marques blanches à cet endroit. Elle devait se couvrir mais comment ? Elle tourna la tête autour d'elle mais rien qui pourrait l'aider. Elle allait devoir rester comme ça dirait-on. Elle attendait donc son tour pour affronter le vainqueur, la rage dans les yeux.

Je ne connais pas ta Natasha mais je n'ai aucune envie de la rencontrer si elle te compte dans tes amis. Les hommes et les femmes ne peuvent-être amis. Nous sommes en guerre, et les femmes gagneront soit en sûr. Nous sommes bien plus forte que vous.

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Mar 29 Déc - 1:18
Alors qu’il pensait aider un pauvre type tombé sur une mauvaise personne [notez tous qu’il aide quelqu’un pour une fois !], il reçut un malheureux coup de point en plein dans les grands droits… Si douleur il y avait (ce dont je doute), c’était plutôt la surprise qui s’estampa sur ses traits. Pourquoi cet acte si… injustifié ? De un, il vient de le tirer des mains d’une enragée contre le sexe masculin, peut-être qu’il ne l’avait pas encore compris… de deux, il visait la partie faite pour amortir les chocs, montrant son haut niveau de self-défense et de trois : comment un être aussi lourd pouvait-il avoir une force aussi rudimentaire ?! Bien évidemment, l’Anglais lâcha le nauséabond. Peut-être que simplement il ne l’avait pas fait exprès… Allez savoir.

D’ailleurs ses réactions étaient complètement… décalées ? Sans filtre, sans réflexion, sans trop de lien… Whaaaaa… Il resta ébahit par la puissance de la simplicité de cet être. Il s’est vomi dessus à cause d’un coup bien placé puis maintenant, il lui fait du gringe..? Bah, se sont des choix et des appréciations différents des siens : s’il aime se faire taper dessus par une Morany… Lui il a bien un faible pour les Capiennes donc il peut causer. Alors que son attention était sur l’autre mâle, la demoiselle tenta de cacher tant bien que mal sa nudité. Bah qui s’y frotte s’y brûle, nan ? C’est ça de jouer avec des pétards. Mais le violoniste ne reluqua pas la rousse : pas besoin. Ses yeux étaient toujours vrillés dans ceux de la furie. Il lui aurait bien prêté son manteau maiiiiiis, il ne l’avait pas. Quel dommage, sincèrement… (ironie)

Puis la bestiale parla et encore une fois, Sherlock haussa un sourcil perplexe : était-il entouré de décérébrés ? Son QI devait faire monter en flèche la moyenne de ce parc… Pas la peine d’entamer une discussion avec ce genre de personne : quand on est braqué, seul le temps peut faire de l’effet. Mais elle n’a pas tord sur le fait que les femmes sont meilleures que les hommes… Quoi ? Pourquoi tu me regardes comme ça toi ? Surveille tes arrières, l’autre taré est encore capable de te frapper sans avoir fait exprès.

Celui-ci regarda son téléphone pour s’informer de l’heure : plus qu’une dizaine de minutes avant que la Police ne débarque… Vu le tapage effectué, ils abouleront rapidement. Avec souplesse, il ramassa sa cigarette qui avait été projetée lors de sa chute, frotta le mégot et la remit en bouche : rien ne se perd. Son air désinvolte lui collait à la peau tandis qu’il partait dans le sens opposé sans se presser. Il avait une idée derrière la tête et son côté joueur prenait doucement le pas sur l’atterré. Il avait largement le temps de tenter une expérience.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Asura
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Dans le lit de Shallia
Métier :: Fan de Shallia
Pouvoir :: Le puant en puissance
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Mar 29 Déc - 12:23
Le regard perplexe, le clochard était dubitatif. Ah bon ? Y avait une guerre entre les hommes et les femmes ? Mais depuis quand ? Pourtant, on clamait pas partout l'égalité, tout ça, tout ça ? … Elle faisait chier cette meuf. Il venait juste de se souvenir qu'elle était l'origine de tous ses malheurs. Qu'est-ce qu'elle avait à l'agresser comme ça, sans aucune raison ? Il lui avait proposé sa veste, nan, il était sympa alors pourquoi elle se comportait aussi mal ? Leylans prit une voix de vieux, accentuée par la maladie qui infiltrait lentement mais sûrement sa gorge douloureuse.

« Ah les jeunes, y a qu'la vulgarité qu'i connaissent, aucun respect. Avec leurs vêtements aussi courts que la (il toussa) d'un jaune, i finiront par tous crever d'froid en hiver. Bande d'ignorants débiles. Pour ta gouverne, l'inculte, Natasha, c'est pas une fille, j'ai vérifié quatre fois, foie, foire. Et de deux, on a signé mes papiers donc la guerre est terminée depuis longtemps. »

Ils apprenaient pas ça dans les bouquins d'histoire ?! Comment il avait brillamment exposé son idée de créer des toilettes publiques mixtes pour mettre définitivement fin à toutes les critiques féministes ? Avec ça, l'égalité entre sexes était prouvée et certifiée  ! Ça devait être écrit... Écrit ?! Ah les livres, fallait vraiment qu'il aille les cramer un jour. Ils étaient bons qu'à détruire les arbres et polluer l'air qu'ils diminuaient.
Il enleva son manteau parfumé et le jeta à la figure de la demoiselle, avec toute la puissance faiblarde dont il disposait. Puis il s'arrêta net, vigilant et méfiant, comme si quelque chose avait soudainement surgi de derrière des buissons... Son instinct le lui faisait ressentir : les sirènes de police n'étaient pas loin. Il allait enfin revoir ses potes de brigade. Il se mit à bouger le bassin, comme s'il faisait tourner avec grâce et technique cet objet si renommé qu'était... le cerceau ! La tête en l'air, il inspira à fond et, après quelques secondes de lutte, il réussit enfin. Il cracha le gros mollard sur le banc grillé et se mit à soupirer de soulagement. Quel était ce sentiment de liberté si pur ? Il se retourna brusquement, regardant le Sexire aux vêtements couleur souris et agitant les bras dans sa direction.

« … Oh mais c'est vrai Clovis, t'as pas de fauteuil dans ta baraque pourrie ! Tiens, je vais te prendre ça, ça fera l'affaire. Allez viens m'aider à porter, ça ira plus vite. J'te fais le tout gratos en plus. Le portage, portement, portagaz, l'installation, le ménage, tout ! »

Il tenta de s'emparer du banc mais vit immédiatement que quelque chose clochait. Il s'agenouilla donc près d'un des pieds de l'objet et se mit à creuser dans la terre du parc. Il était toujours prêt à servir et à aider un ami, il était là pour ça après tout. Il lui fallait cette chaise longue à tout prix, il ne partirait pas sans !

« Mince, c'est quoi déjà la chanson nulle dans Blanche-Neige... Je hais Blanche-Neige, c'est un dessin animé pourri et... »

Il continua à parler tout seul, creusant avec hâte en lançant la terre un peu partout, toujours avec son euphorie qu'il pensait transmissible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Sam 2 Jan - 12:39
La jeune femme ne comprenait strictement rien à ce que lui racontait le clochard car il devait en être un vu ses frusques. Elle se demandait bien qui pouvait-être cette Natasha qui n'était pas une femme. Elle devait-être un homme, il n'y avait donc aucune raison de s'interroger sur elle dans l'esprit de la jeune femme. Elle était maintenant entourée par ses agresseurs car oui, dans son esprit, c'est ainsi que se présentait les choses. Elle devait trouver le moyen de s'en sortir, elle faisait un peu moins la fière maintenant qu'elle était en infériorité numérique mais les deux hommes semblaient vouloir se battre mais pour qu'elle raison ? Certainement pour déterminer lequel des deux la culbuterait en premier. Elle frissonna de dégoût en y pensant. Elle devait profiter de leurs dissensions pour frapper fort, c'était sa seule solution pour s'en sortir.

Elle était dégoutée de voir ce jeune crétin écervelé cracher au sol. Elle avait une chance, celui là ne paraissait pas très malin, bien loin de là d'ailleurs. Il devait-être totalement fou, il tentait d'arracher du sol le banc pour le donner à un certain Clovis, elle supposait que ça devait-être l'autre homme avec plus de prestance. Il semblait intelligent lui par contre et devait certainement être plus dur à duper.

Elle entendit le bruit des sirènes d'alarmes, la police allait arriver, elle allait devoir déguerpir. Elle profita que l'homme était à quatre pattes au sol pour déterrer le banc pour lui assener un coup de pied au visage dévoilant de par ce fait sa petite culotte bleue bondi à dentelle.

Prends ça dans les dents bien fait pour toi... Souffre comme la fange que tu es.

Le bruit des sirènes se faisait de plus en plus proche, à cette allure, elle risquait la prison, les policiers ne voudront surement jamais la croire si elle dit qu'ils souhaitaient la violer. Ils étaient de tels incompétents, même pas fichu de faire régner la justice. Elle était dégoûtée de cette situation et espérait bien s'en sortir car si on lui demandait en prison d'enlever sa queue et ses oreilles, elle était vachement mal barré, elle espérait que la personne qui l'appréhenderait si cela devait arrivé soit un mythe et non pas un simple humain, il la laisserait peut-être fuir pour continuer à masquer leurs identités.

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Dim 3 Jan - 20:23
Sherlock était parti dans une direction, laissant les deux opposés se taper dessus. Là aurait pu se finir cette histoire mais… je ne suis pas quelqu’un qui fait dans la simplicité, non non non ! Sinon, je perdrais toute ma classe et mon imagination, quelle tristesse ! Bref, parlons un peu de mon personnage : quand il fut en dehors de leur champ de vision, il trouva une cachette : le parc était de toute façon vide et ce fut une affaire vite classée. L’Anglais allait tenter une expérience unique… Il ferma les yeux et laissa son pouvoir prendre le dessus : il se métamorphosa en femme en quelques secondes : une belle noiraude avec des yeux bleus-gris, un corps de rêve caché sous des vêtements qu’il… enfin, qu’elle retroussa et ainsi, repartit en direction des deux déments. Ce nouveau corps était moins puissant que l’ancien mais bien plus rapide : il, non, c’te chose en était pataud, maladroit.

Le spectacle vu de loin était beau : l’un creusait comme un dératé et l’autre le frappait telle une possédée. Mais pourquoi est-il revenu ? Non pardon : pourquoi est-elle revenue ? (Bon dieu, que ça fait bizarre) Elle courut vers les deux autres et alla directement sur la Morany. Elle l’agrippa pour mettre de la distance entre les deux fous :
    « Voyons, arrêtez, laissez le tranquille.»

Certes, elle avait les même vêtements que lui mais très franchement… Est-ce que quelqu’un peu faire le lien entre le brun cuivré et la jais ici présente ? Je ne crois pas. Surtout qu’il, non, elle avait modifié sa taille pour se rendre plus crédible. Ainsi que sa voix : douce, chaude… à la Sexire quoi.
    « Mais Monsieur, qu’est ce que… ?! Vous trouvez ça drôle de détruire ce que de braves gens ont construit ? Arrêtez donc ! »

Les sirènes hurlaient encore au loin : ils avaient encore 8 minutes.

Ce à quoi ressemble Sherlock...:
 


~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Asura
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Dans le lit de Shallia
Métier :: Fan de Shallia
Pouvoir :: Le puant en puissance
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Mer 6 Jan - 13:01
Leylans avait reçu un coup de pied en plein dans le nez… mais il avait eu le temps d’admirer un beau tissu azuré ! Un sourire pervers aux lèvres, il posa une main glacée sur sa face ensanglantée et s’assit en tailleur. Ah, il était tellement génial que toutes les femmes s’avançaient vers lui pour lui proposer leurs charmes… Euh… Même les hommes d’ailleurs. Alors qu’il allait se relever, il entendit une personne arriver en hâte, ce qui détourna son attention. Ses yeux sursautèrent comme à leur habitude et… Et c’est ainsi qu’il la vit.
Sous les nuages pluvieux d’automne, et aux sons des sirènes de police, il découvrit enfin celle avec qui il allait passer le restant de sa vie. Ni trop grande ni trop petite, avec des formes généreuses sans paraître vulgaires, elle lui coupa le souffle. Bien entendu, avec ses vêtements soulignant son charisme, sa féminité et son élégance, il ne pouvait que deviner ses attributs. Mais bizarrement, son imagination ne laissait place à des vieux seins dégoulinants. Le clochard voyait ainsi des fesses rebondies et une formidable poitrine dessiner les courbes harmonieuses et délicates de sa dulcinée. Ses longs cheveux tombaient en cascade et ondulaient avec le vent, laissant découvrir son visage sans imperfection et ses yeux… Bon Dieu ses yeux ! Immense et brillant, son regard le caressa avec tellement de violence qu’il le flagella en plein visage… A moins que cette sensation ne fut que la plainte de son nez cassé ?
Son cœur battait si puissamment la chamade qu’il eut du mal à se relever. Leylans se tint le plus droit possible, bouche bée. Oui… La demoiselle faisait pile sa taille, ou alors un millimètre de plus ou de moins. La bouche ouverte et les yeux plus qu’exorbités, il fut pris de surprise quand les lèvres de la belle s’agitèrent, laissant passer entre elles des mots dont la mélodie, la pureté ainsi que leur incompréhension firent pleurer le bonhomme. Il ne l’avait pas cherchée, il ne l’avait pas attendue mais qu’est-ce qu’il aurait dû… Il s’approcha, comme possédé, de sa dulcinée en uniforme noir. Il l’atteint rapidement et prit tout aussi vite ses mains longues et douces, comme si sa vie en dépendait. Ses boules rouges s’agitèrent en sursaut et tombèrent presque immédiatement sur les yeux bleus-gris de la princesse aux cheveux de jais.

Je suis génial !


Il posa ses propres lèvres sur la bouche en cœur de la demoiselle. Il l’embrassa avec fougue, passion et sans retenue, tentant d’y entrer la langue pour goûter toute entière la jeune fille de ses rêves. Bon, il lui mit sans doute un peu de salive par-ci par-là dans sa délicatesse habituelle, mais on ne pouvait pas dire qu’il lui avait craché dessus !
Bien que le baiser fût de courte durée, Leylans ressentit énormément d’émotions. Il ne pouvait même pas toutes les énumérer et surtout, toutes les expliquer tellement elles étaient multiples, diverses et complexes. Gardant dans ses mains les doigts fins de son interlocutrice aux boucles basanées, il se demanda pourquoi elle lui avait refilé un goût de sang dans la bouche. Malheureusement, ce n’était pas la saveur qu’appréciait Leylans. Lui qui pensait que ces lèvres délicates lui rappelleraient les bonbons de son enfance - dont il n’avait aucun souvenir.

« Ah. Bah merde. Finalement, c’était pas la bonne ! Haha, c'est con. »

Il reprit son agitation et son débit verbal habituels, puis, se rendant compte que le bruit insupportable des flics ne cessait de bousiller ses tympans, il lâcha en hâte les mains de la gamine. Marchant à reculons, il se rappela de la silhouette aux oreilles de chat et lui fit un immense sourire.

« A tout à l’heure femme de joie ! On se retrouve à l’hôtel de la dernière fois : comme d’habitude, tu vas prendre ton pied, j’te l’garantis. Plus besoin de masturbation masturebation masse-turbe-ass-ion pendant des mois !!! Allez héhé ! »

Leylans s’éloigna en sautillant, toujours à reculons, abandonnant le banc donc un des pieds était à moitié déterré. Bah. Il ne finissait jamais ce qu’il entreprenait de toute façon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé] Dim 10 Jan - 0:23
Shallia frappait aussi fort qu'elle le pouvait le pouilleux au visage, bien décidée à se débarrasser de lui. Elle était tellement affairée dans ce qu'elle faisait qu'elle ne remarqua pas la disparition du second homme et encore moins la transformation qu'il subit. Elle entendit une voix féminine la suppliant d'arrêter ce qu'elle faisait, ni une ni deux, elle arrêta de martyriser le nauséabond. Elle se détourna et regarda la jolie noiraude, elle était parfaitement à son goût, elle ne portait pas des vêtements mettant son corps en avant, loin de là mais ces vêtements semblaient tout de même bien lui aller, ne l'enlaidissant pas pour un sou alors que n'importe qui à côté aura fait baisser la libido d'un mammouth en rut en moins de 10 secondes. Elle la fixa, oubliant le martyr qui d'après ce qu'elle pouvait entendre continuait de creuser. Il était bel et bien imperturbable.

La Morany voulut s'approcher de la nouvelle venue pour la prévenir qu'il fallait se méfier de celui dont l'odeur empuantissait des lieues à la ronde. Elle tendit la main vers elle, se tournant vers l'homme, elle le vit foncer sur elle, voulant lui agripper le bras pour la sauver de cet attaque en traite. Elle n'y arriva pourtant pas, elle vit leurs lèvres s'unir, elle n'eut que le temps de grimacer devant une telle scène qui la révulsait. Elle en avait les hauts le cœur et la plaignait de devoir subir cela. Le puant semblait s'être trompée de personne d'après ce qu'elle pouvait comprendre, c'était donc à elle que ce baiser était destine. plutôt mourir que de subir ça, elle grimaçait de dégoût. Le baiser rompu, elle se fit à nouveau agresser verbalement par celui-ci, la traitant de femme de joie, il aurait mieux fait de se regarder, lui qui embrassait la première inconnue possible et contre son gré en prime.

La masturbation masculine que d'horreur, il voulait qu'elle cauchemarde toute la nuit ou quoi ? Elle espérait que cette image ne resterait pas figé en elle. Les sirènes se faisaient de plus en plus proche, elle devait fuir mais ne pouvait pas se permettre de la laisser derrière elle. Elle risquait de finir au poste alors qu'elle n'était pour rien dans cette triste affaire. Le second homme par contre avait clairement profité de sa distraction pour mettre les bouts.

On devrait s'en aller et en vitesse avec que la police n'arrive. Vient, on va aller dans un endroit plus sûr qu'ici. Il y a un endroit ou tu souhaiterais aller, un endroit où tu te sentirais plus en sécurité. Indique moi le chemin et je nous y conduirai. Tu ne risques rien avec moi.

Ni une ni deux, elle prit la main de la jeune femme dans la sienne, elle fut surprise devant la douceur de sa peau mais n'en dit mot, la tirant rapidement en dehors du parc. Elle tourna la tête et vit les policiers qui venaient de débarquer par une autre entrée que celle qu'elles venaient de prendre. Elle avait bien chiqué son coup pour les éviter.

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rencontre explosive [terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Rencontre explosive [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Humain & Védin :: Yasashi Koji-