AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Mer 11 Nov - 19:02
    Même si depuis un certain temps personne n’était là pour diriger les Moranys, il y avait cependant un conseil qui s’était mis en place pour clarifier les choses en attendant la nouvelle tête. Or, personne de cette flopée n’était avide de pouvoir et ils ne pouvaient se résigner de choisir l’un d’entre eux. Et puis même, faire ça dans le dos de leur peuple donnerait peut être lieu à des messes basses ou à de la méfiance. Que faire ? Que dire ? C’est ainsi que le simili conseil se retrouva dans la forêt, sous un rayon de lune.
      « - Qu’en penses-tu Cornes de Brume ?
      - Se serait une bonne idée, mais il faut alors organiser tout cela, peut-on compter sur toi Epopé de plume ?
      - Poster des lettres ? C’est juste ça mon rôle ?! Tu m’as pris pour un facteur ou quoi ?
      - Tu es le plus rapide et le plus efficace… Allez Popé, tu peux le faire plus facilement que nos grosses carcasses… »

    Un bruissement de plume s’écoula dans la nuit silencieuse. Des bruits de pas aussi sur les feuilles mortes…
      « - J’vais voir avec Vif… Mais il va pas être content vu l’heure…
      - Merci Popé ! T’es le seul qui est dans sa poche !
      - Vous me revaudrez ça les gars… J’aime pas être avec cette tête de linotte…
      - Cervelle de moineau tu veux dire ! »

    Et les quatre protagonistes rirent à gorge déployée mais aucun son ne passait leurs bouches. Après quelques paroles encore, les ombres se séparèrent silencieusement.
    ------------------
    Le lendemain, tous les Moranys avaient dans leur boite à lettre une missive leur expliquant qu’un nouveau chef allait être élu, que tout le monde était candidat, mais que pour obtenir le poste, ils devaient passer quatre épreuves. Ainsi, pour passer ces dites épreuves, ils devaient se présenter le 5 Décembre au pied du grand arbre vers 3h du matin. Tous ceux qui ne viendront pas ne seront de base pas retenu pour devenir chef. Il n’y avait sur cette enveloppe ni timbre, ni tampon, ni adresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Griffon
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Mer 11 Nov - 22:42
J’étais en haut de ma ville natale, chez moi pour être plus précise. La journée avait été plutôt dense je trouve. En effet, je trouve que les autres races profitent un peu trop de nous. Je veux dire, rien que les chasseurs qui ne semblent pas savoir où est leur place, il semblerait que notre race ne soit plus vraiment prise au sérieuse. Comme si l’on était vraiment que de simples animaux, ce n’est pourtant pas du tout le cas ; nous sommes un peuple, une culture, une race comme une autre ! Alors pourquoi ai-je l’impression parfois que l’on ne nous respecte pas ? J’avoue que je ne suis pas un modèle, loin de là mais ça n’empêche pas que je me soucie des miens, de mes frères et sœurs de race ! Il faut admettre que ces pensées font bizarre venant d’une voleuse occasionnelle ou presque comme moi… Mais ça, ce n’est qu’un détail technique, un défaut que je n’ai pas envie vraiment de perdre car tout comme mes qualités, cela me définit ; ça fait partie intégrante de ma personnalité. Certains pourraient trouver cela égoïste ou pire, mais bon, je n’ai pas besoin de leurs avis pour savoir ce que je veux. J’ai beau effrayer les chasseurs, j’entends toujours leurs coups de feu dans le lointain de la forêt. Comme une douleur que rien ne peut atténuer dans mon esprit en sachant le risque que le sang qui coule ne soit pas celui d’un simple animal…

Je sortis de chez moi, restant dans le feuillage de l’arbre abritant ma maigre demeure. « Pour vivre heureux, vivons caché » tel était le dicton. Mais est-ce vraiment la bonne solution ? Est-ce que certains humains ne renonceraient pas à leur cruelle besogne s’ils savaient ? Est-ce qu’ils ont vraiment tous un mauvais fond ? Il y en a aucun qui aurait un cœur ? Peut-être que certains mériteraient d’être dans le secret.
Je serrais les dents, mais le dire pourrait tout aussi bien signer le début de la fin. Et puis, pourquoi y songer ? Il faudrait déjà en parler avec les autres peuples et pour ça, il faut être le chef, ce que je ne suis pas. En parlant de ça, ça fait un moment que l’on n’a pas vu notre chef apparaitre… Pourtant, n’est-ce pas le devoir d’un chef d’être là ? Je regardai un moment la lune, de jour comme de nuit, certains deviennent l’animal qu’ils incarnent, toujours au même instant… Moi, j’ai appris avec mon frère à maitriser cela mais ça n’est pas facile pour autant de vivre simplement. Mais bon, ça ne sert à rien de méditer là-dessus, je devrais plutôt allez dormir.

|____| La nuit passée… Au petit matin, sous les gazouillis des oiseaux…. …. |____|



J’avais plutôt bien dormi il faut l’admettre… Je me tendis, tranquillement et pris ma flûte de bois, jouant assise sur ma fenêtre et partageant ma douce mélodie avec la population de la ville… cela ne comprenais pas que les gens de ma race mais aussi les écureuils et autres bêtes, vivant avec nous. J’allai ouvrir mon courrier après cela et une lettre dont je ne saurais dire la provenance était là. Etait-ce une farce ? Devrais-je l’ouvrir ? C’était des plus étranges ! Je rentrai à l’intérieur, pensive mais aussi curieuse. Au pire, qu’est-ce que je risque, ce n’est pas comme si ça allait m’exploser à la tête non plus !

«-Ceci est bel et bien étrange… »

Une hirondelle vint se poser à ma fenêtre, comme si elle allait répondre… Je m’assois au final et ouvre délicatement l’enveloppe. Je crus d’abord rêver et dus relire le papier au moins une bonne trentaine de fois pour être sûre de ne pas rêver ! Mais, est-ce que je lisais était seulement la vérité ? Si c’était le cas, cela voudrait dire que je ne suis pas la seule à halluciner en ce moment.

|____| Lors du jour dit, alors que le froid mordant de l’hivers était présent…. …. |____|



Après mûre réflexion, j’avais décidé d’y aller, je ne perdrais rien après tout. J’avoue que j’avais dû réfléchir un moment sur le lieu de rendez-vous ; On a beaucoup d’arbres chez nous. Mais bon, à l’évidence, c’était celui que tout le monde connaissait et que personne ne pouvait louper. Je me levais de bonne humeur surtout que je ne suis pas du genre à être fatiguée à cette heure : les félins sont plutôt nocturnes. Je m’habillais un peu près chaudement, baskets noires, short noir, écharpe noire, haut à manches semi-longues et mes anneaux dorés à mon oreille.

Je n’avais pas mis si longtemps à y aller malgré les apparences… La gloire peut-être, la richesse un peu près même si ce n’est pas sûr mais surtout… Pouvoir enfin protéger les miens, c’est sur cette dernière pensée que je franchis le seuil de la porte, dans un battement de paupière. J’arrivai rapidement au lieu précisé dans la missive… Mais je ne devais pas me bercer d’illusions ;

Si je voulais obtenir ce titre honorifique, je devais gagner ces épreuves ;
Et cela ne serait pas si facile, ce serait une tâche ardue….

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Jeu 19 Nov - 23:04
    La matinée était fraîche mais douce, un léger brouillard colorait la forêt, l’halant de limbe et de magie. Des ombres se découpaient dans ce flou et ce, de plus en plus au fur et à mesure que le temps avançait. En faisant un 360°, on pouvait estimer une petite centaine de personne, tous avec des attributs animaliers : oiseaux, insectes, mammifères, il y avait de tout. Le silence était lourd de stress et d’angoisse cependant, on sentait qu’ils se rassuraient entre eux : le fait d’éprouver la même chose, ne pas être le seul dans la situation. L’accumulation de vie se faisait progressivement mais sûrement, certains plus à l’heure que d’autres. D’ailleurs, ceux qui avaient une montre savaient que les préparateurs étaient en retard : ils se laissaient désirer.

    Finalement plusieurs silhouettes se dessinèrent dans les volutes : un cerf avec sur un de ses bois un corbeau, à ses pieds un guépard qui porte un crapaud sur le sommet de son crâne. C’est quoi ces clowns ? Pourquoi des animaux sont-ils rassemblés alors qu’ils sont censés être ennemi ? Des murmures s’élevèrent dans la foule impatiente. D’un coup de sabot, le cerf imposa le silence :

      « Chères sœurs, chers frères, Moranys de toute race, soyez les bienvenus. Nous vous avons rassemblés ici pour choisir un nouvel Alpha. Je suis Corne de Brume, Morany transformé par la maladie et voilà mes acolytes, nous sommes le conseil des quatre. Après décision collégiale, nous vous ferons passer quatre épreuves qui sont toutes éliminatoires : ainsi, nous pourrons vous égrainer comme bon nous semble. Je laisse la parole à Ombre Mouchetée. »

    Étonnement, la forêt fut silencieuse durant toute la réplique : pas un son sortait de la bouche du cerf et pourtant, tout le monde avait entendu ce qu’il avait à dire : une fois transformé par la maladie, les Moranys gagnent un pouvoir de télépathie à la place de leur ancien pouvoir. Ainsi, ils peuvent encore communiquer avec les autres. Le guépard regarda le cerf puis fixa la foule avec son regard d’or liquide :

      « Mes amis, j’ai l’honneur de commencer le bal. Chez moi, vous allez devoir me montrer vos capacités physiques, votre endurance, votre force, votre vitesse mais aussi votre capacité de survie, d’esquiver et d’anticiper. »

    La voix féminine laissa un temps. Le félin regardait la foule avec minutie. Effectivement, le peuple Morany est forcément jeune : peu de personne dépassent les 50 ans sous forme humaine et puis même, les métamorphosés n’ont pas forcément un corps vieux. Bon, il y avait quelques personnes qui avaient l’air plus vieille que d’autres mais rien de très contraignant.

      « Pour les animaux, ça a toujours été la loi du plus fort… Ainsi, pendant une semaine, vous allez être pris en charge par un professeur qui vous apprendra à vous battre selon votre spécificité et à survivre dans la forêt. Vos cours seront personnalisés selon vos animaux d’origine. Il vous faudra venir tous les jours, sinon vous serez rayer de la liste. À la fin de cette semaine de préparation, vous allez être confronté à vos semblables. Vous connaissez sans doute les livres « Hunger games » ? Devinez de quelle race est l’auteur ? Chez concitoyen : bonne chance et puisse le sort vous être favorable. »

    Très rapidement, beaucoup de Moranys apparaissaient, demandant à ce que certaines races viennent à eux. Il y avait un professeur tigre pour les félins.


    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Griffon
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Sam 28 Nov - 20:31

J’étais arrivée assez vite au point de rendez-vous. A croire que j’avais de la concurrence ; en effet, une centaine de personnes était déjà là. La population était diverse ; des cornes, des crocs, des griffes ou des antennes. Je suis un peu stressée quand même, une pensée, parfois je me demande ce que je fais là. Mais voilà, j’y suis et pour un but précis alors hors de question que je me défile tout de suite à cause de la foule. Je regarde parfois sur les côtés, détaillant une personne ou une autre, la plupart sont des jeunes pas encore transformés. Et puis, même ceux qui sont métamorphosés n’ont pas réellement de traits anciens. Et même si c’était le cas ; comment voir des rides sous les poils, les plumes ou les écailles ? Il me semblait être arrivée à l’heure, je ne vois toujours pas ceux qui ont fait appel à nous. Enfin, appel de ceux qui nous ont donnés rendez-vous ici plus tôt. Si ce n’est pas une farce géante. Des ombres approchèrent doucement, des formes animales se dessinant dans le matin. J’étais presque prête à partir. Pourquoi se faire tant désirer. Des sabots, des serres, des pattes griffues, une peau verte ; que faisaient ces animaux ici. Et puis même, en général, les uns mangent les autres. Je les regardais attentivement, je ne dis rien… Mon père était aussi un métamorphosé maintenant alors, pourquoi ça devrait m’atteindre plus qu’autre chose ?

Les murmures s’élevèrent et moi, même s’il ne me voyait probablement pas, je défiais involontairement le regard du fauve tacheté. Ma mère était un guépard… Et ce que j’aime, c’est la vitesse de part cette partie que j’ai hérité. Je suis une panthère noire mal foutue certes, mais ça ne m’empêche pas d’avoir des ambitions. D’ailleurs, je me demande si mon frère est là, je le cherchais du regard un instant… Je ne l’aperçois pas mais en même temps, avec toute cette foule. Je suis à la fois déçue et ravie : J’aurais peut être aimé voir sa silhouette mais d’un autre côté, ça aurait été compliqué pour moi de l’affronter.

Un coup de sabot raisonne doucement dans les bois.

Aucun bruit pourtant, le silence amenait les paroles. Une fois transformés, ce n’est plus la voix qui nous permet de communiquer mais nos pensées. On nous souhaita la bienvenue ; le conseil des quatre avait ainsi cette insolite apparence ? Je dois dire que le crapaud me parait bien ridicule alors que le félin m’inspirait tant d’admiration. Je vous laisse deviner pourquoi. Je ne sais pas ce qu’est une décision collégiale mais ce n’est pas le plus important de toute manière. Ainsi, ils veulent nous tester… Le félin prit la parole à son tour.

J’aime les défis, qu’ils commencent par nos capacités physiques s’il le veut ! Effectivement, chez les animaux, ça a toujours été la loi du plus fort. Mais peut être que si je réussis, je pourrais changer ça… L’égalité tout en se faisant respecter. Une semaine de préparation ? C’est avec arrogance que je pensais que c’était largement suffisant. Je dois les surpasser pour y arriver, une panthère noire est une créature puissante, je ne courberais pas la tête face à un tigre.


Je souris ;
« \bonne chance et puisse le sort vous être favorable.\ »
Mes poils noirs seront la seule chose que l’on pourra voir… J’en ai la conviction, pour mes rêves et mes pensées les plus profondes.





|____| Jour 1….. |____|


Je crus un instant que je serais en retard et je l’avoue, que j’ai légèrement paniqué… ça aurait été bête de se faire disqualifier dès le premier jour, non ? Mais Finalement, j’arrivais à bon port deux minutes en avance, c’était chaud… J’admirais les lieux qui accueilleront notre entrainement qui ne sera certainement pas une partie de plaisir. Je me demandais si on aurait un Morany pas encore transformé pour nous… Mais non. Avec ses grosses pattes de félin, le fauve rayé arriva. Je me demande en premier quel âge il a, mais ça doit importer peu, non ? En tout cas, à part moi, il y avait pas mal de monde. Mon frère ne doit pas y être… Du coup je ne posais pas un regard sur mes concurrents… Car oui, déjà cette semaine serait un concours, certains ne tiendront certainement pas. D’ailleurs, on remarqua tous que quelques participants avaient déjà abandonné au vue de leurs absences. Les lâches… Mais je dois surtout songer à moi à présent. Une semaine est composée de 7 jours, ça devrait aller, j’espère.

Notre professeur nous demanda de nous mettre face à lui. Il nous jaugea du regard, cassant un peu les illusions de certains avec un malin plaisir ;
« \Je ne veux pas de faibles, ceux qui ne sont pas prêts, la porte est grande ouverte.\ »
Un silence, ça a beau être de la télépathie, quand plus rien n’est dit, le silence est pesant. Mais ça eut son effet, cinq personnes partirent. Pas besoin de mot après le « prêts », il se suffisait à lui-même. Certains pensent que ça va être une promenade de santé, c’est tout ou alors qu’on va être gentil avec eux, quels naïfs ! Nous sommes concurrents les uns des autres et on a 7 jours pour se préparer à la première épreuve. Je suis certes une artiste, mais aussi une voleuse qui aime protéger sa forêt…

Il pourrait nous dire autre chose, nous encourager par exemple mais il resta froid comme une porte de prison… Je me demande comment ça doit se passer chez les reptiles, devinez pourquoi. Aujourd’hui, il nous expliqua que l’on travaillerait surtout notre endurance. J’appris que notre cher professeur adorait nous traiter de « limaces », « mollassons » et d’autres mots tout autant décourageants. Je ne pensais pas que l’on allait simplement courir comme ça toute la journée. Certains se transformaient parfois quand ils le pouvaient, pour les autres, ils s’absentaient à leur heure de transformation. On ne peut pas vraiment les renvoyer pour cela. Il nous faisait courir partout où on le pouvait, on avait quelques fois des rares pauses de cinq minutes. La joie…. C’était ironique bien sûr. Pour ceux qui s’arrêtaient et ne pouvaient se relever, c’était la porte de sortie. Au début, ça pouvait aller mais je n’ai jamais couru aussi longtemps. Moi qui étais d’abord en tête de course, j’étais à présent à la traine.

Vers la fin d’après-midi, je n’en pouvais vraiment plus, on avait fait qu’une seule réelle pause pour se restaurer mais ce n’était déjà qu’un lointain souvenir pour moi au vu du grondement de mon ventre. Je suis crevée, je ne peux plus… continuer. Je m’effondrais après avoir trébuché. Le professeur, comme pour tous ceux avant moi arriva. Il m’ordonna en pensée ;
« \Lève-toi !\
-Je n’en peux plus… »
Il me regarda un instant, ai-je échoué ?
« \Alors pars.\ »
Durant un instant je pensais renoncer, durant une seconde je pensais partir. Mais à la surprise de tous et moi la première, j’essayais de me relever. Ma queue fouetta l’air, silencieusement, comme une rage intérieure à cette pensée sombre… Comment pourrais-je renoncer ? Ai-je seulement le droit d’abandonner ? Il m’avait déjà tourné le dos quand j’étais levée, puisant dans mes dernières réserves. Etait-ce de l’insolence, dès le premier jour ?
« -Non !
\Ma parole est irrévocable.\
-C’est ce qu’on va voir. »
Je le défiais du regard, des pupilles montrant toute ma détermination. Malgré mes muscles douloureux, je lui passais devant avec un sourire, je courais. Peut-être me fallait-il juste un peu de courage ? Et puis, depuis quand les tigres donnent des ordres aux panthères noires ? Je me transformais à demi pour me donner un booster… Des canines, des yeux perçants, des griffes, des pattes arrières, une tête aux attributs animaux avec par endroit de la fourrure. Je suis une panthère mal fichue mais le noir reste ma nation !!

Je piquais un sprint ainsi… Pour passer devant et pouvoir affirmer avoir réussi haut la main. Il nous laissa nous reposer à la fin de la journée mais alors que j’allais partir, il me lança ;
« \Ne reviens pas demain.\
-Pourquoi je serais là si je me décourageais aussi facilement ? »
Je partais avant une autre remarque, sans blague, il me prenait pour qui ?


Spoiler:
 





|____| Jour 2….. |____|


Cette fois-là, j’étais une demi-heure en avance. Je l’ai dit ; j’aime les défis et ce n’est pas un code barre qui va me décourager ! Il allait me renvoyer mais dans un sourire, je parlais en premier alors que les autres arrivaient. J’étais en forme, avec ce qu’on avait fait hier, j’avais bien dormi après ma douche.
« -Alors, c’est quoi au menu ? »
Les autres arrivaient. Et oui mon coco, tu vas encore me voir pendant un moment. Ainsi, nous allions aujourd’hui… Taper un sac qui sert habituellement à la boxe. Je pensais qu’on aurait quelque chose de comment dire ? Original. Mais avant, nous devions faire un tour de la forêt le plus vite possible. Ceux dépassant 1 heure ne seraient pas repris. Ce qui veut dire que l’on devait être rapide et endurant. J’eus beaucoup de mal à rentrer dans les temps, surtout avec mes courbatures d’hier. Je n’avais pas l’impression d’avoir des muscles mais plutôt du plomb. Après, on enchaina donc avec les fameux sacs de boxe. Ce n’est pas passionnant de cogner comme ça. Je me demandais si on allait faire ça toute la journée comme on a couru éternellement hier. Mais il ne semble pas, ce n’était à priori qu’un échauffement. Je crains pour la suite en fait.

Vous voyez, les lanceurs de balle qu’on utilise pour le tennis, bah imaginez ça sans raquette et sans filet. Et là, le but n’est pas de les renvoyer mais de les éviter. Au moins, il ne nous renvoie pas dès qu’on se fait toucher, c’est déjà ça. Car comment dire, la première fois, je m’en étais reçue une en pleine tête et ça m’avait assommé un court instant. J’aurais un joli bleu demain moi. Le minimum était que je ne m’étais rien cassée à la fin de cet entrainement-là. Finalement, j’aurais préféré courir tout court. Le tigre ne me reparla pas de mon renvoi.

Je m’améliorais néanmoins et je me rendis compte que quand j’étais concentrée, je faisais mieux et je ne voyais pas le temps passé. Pourtant, je n’aimais pas forcement mais j’avais juste envie de réfléchir. Il commençait à se faire tard, je pensais qu’il nous renverrait chez nous. Mais non, il nous fit courir encore avec un temps plus réduit et nous demanda de rester. Je n’en crus pas mes oreilles de félidé quand il nous ordonna de dormir à la belle étoile ! Mais, je voulais me doucher moi ! Quelques autres murmures de désapprobation s’élevèrent mais c’était comme tout le reste ; Si vous ne pouviez pas, vous partez tous simplement. J’allais donc dormir dans un arbre, ce n’est pas trop dormir sans un toit qui me dérange. Non, c'était plutôt être pleine de sueur !

D’ailleurs, en regardant tous ces gens rassemblés, je crus voir un visage familier lorsque mes yeux se fermèrent. J’ai dû rêver, tout simplement. Qui ça pourrait être après tout ?





|____| Jour 3….. |____|


Je me réveillais à l’aube… Mon instinct et le soleil dans la tête aussi. J’en avais plein les pattes moi ! Et l’autre qui parait en pleine forme, ça a le don de m’énerver. Devinez ce qu’on fait en premier ? Allez, c’est facile, c’est la même chose qu’hier à part que mes muscles commencent à s’habituer. Et oui, on court ! A ceci près, le temps a encore été réduit mais contrairement au tout début, moins se font renvoyer. Tous ceux qui sont restés à ce troisième jour mèneront surement le combat jusqu’au bout. J’ai moins besoin de me transformer, ce n’est pas la peine. Après, séance d’esquive et de « je tape dans un sac » plus court mais aussi, plus intense. Le niveau est de plus en plus haut. Mais, j’y arrive mieux.

Après, on a dû l’affronter un par un. Une revanche ? C’est parfait ! J’étais probablement la seule à être excitée que vienne mon tour. Etait-ce de l’arrogance ? Non, comment une panthère noire pourrait perdre face à un code barre, sérieusement ! Même pas en rêve ! Mais, à la grande surprise de personne, je m’étais largement surestimée. La règle était simple, quand nos épaules sont à terre, on perd. Le cas fut vite réglé pour les premiers, trois, deux secondes ?
Quand vint mon tour, il me regarda dans les yeux pour simplement me lancer en pensée ;
« \Je me demande ce que tu espères.\
-Pas grand-chose à part vous mettre une bonne raclée. »
Le rire d’un tigre est spécial. Je ne sais pas ce que couterait mon audace mais au moins, je pus combattre. Je ne compris pas trop ce qui se passa, en deux secondes, le sol se rapprochait de moi. Heu, il m’a fait tomber quand ? Il ne me regarda même pas, lançant simplement une réplique ;
« \Tu n’as pas beaucoup de chance.\
-Vous croyez ? »
Je m’étais rattrapée à la dernière seconde et donc, je n’avais pas encore perdu. Je me relevais habilement. Il me regarda faire et, je rêve ou je vois un sourire ?

Bon, seconde technique, essayer de me faire tomber en arrière. Sauter sur moi, j’avoue que cette fois, mes épaules touchèrent bel et bien le sol. Il allait se lever pour aller se préparer au prochain. Je dois avouer, j’ai osé mais c’était plus fort. Et faisons des chatouilles au petit tigre ! J’entendis certains ricaner mais il s’en alla bien vite de mon attaque. Je souris, avec un visage dur, il me demanda ;
« \Tu crois vraiment que ça te permettra de gagner ?\
-Qui sait ? Ne dit-on pas que qui vivra, verra ? »
C’était vrai, on pouvait au moins voir le lendemain.

Après ça, il nous laissa nous affronter les uns contre les autres tout en surveillant qu’il n’y ait pas d’accident. C’est si vite arrivé surtout quand l’on sait ce que l’on est, pas des malades mais des Moranys. Parfois, je sentais son regard posé sur moi et ça me stressait ! Je ne peux pas dire que j’étais une championne, mais au moins, j’étais dans la moyenne ! Je pense comprendre pour les balles de tennis ; c’est rapide, violent comme les coups de nos adversaires en somme. Par contre, quand je tombais sur des gens qui réfléchissaient, j’étais désavantagée. Je ne suis pas du genre à prévoir le coup que je donnerais après et donc, à répliquer. Et pour enchainer des mouvements, je vous laisse imaginer ! Après, c’est une chose comme une autre à apprendre. En fin de journée, on dut encore courir… Il courra avec nous et on dut donc rester en petit groupe même s’il allait vite. Il nous fournissait des conseils par rapport à ce qu’il avait observé. Posture, défense, attaque… Je surpris un regard étonné ; il ne s’attendait pas à ce que je sois attentive probablement. Mais bon ; Il fallait bien que je m’améliore et pour cela, j’aurais effectivement besoin de m’appliquer davantage même si c’est écouter un code barre.

Enfin, journée finie, il nous imposa de nouveau à dormir à la pleine lune. Toute la nuit, au lieu de penser à demain, je pensais surtout « Douche ! Douche ! Douche ! ». Les félins sont propres en fait… Et pas que les chats alors forcément, sentir mauvais et avoir les vêtements collants à la peau, ce n’est pas agréable.





|____| Jour 4….. |____|


Je me réveillais un peu plus tard que minuit. Je ne m’éloignais pas, je montais simplement plus haut dans mon arbre pour aller observer la lune. Je sentais un regard sur moi mais je devais rêver, le professeur était en train de dormir. J’observais longtemps l’astre de la nuit et lorsque l’aube arriva, j’eus l’impression d’avoir été là seulement depuis quelques minutes. Je ne sentais pas de fatigue, juste de la nostalgie. La lune est si belle après tout, lueur d’espoir dans les ténèbres. Je veux être comme elle, un espoir pour mon peuple, un changement. Mais je dois d’abord gagner avant et je ne dois pas abandonner sous peine de le regretter. Car c’est ainsi, on doit vivre à fond sa vie pour n’éprouver aucun regret après, pour pouvoir être en paix.

On courus de nouveau, toujours la même distance mais plus rapide. On fit encore les sacs de boxe et je remarquais que j’avais des courbatures aux bras ; ça fait vraiment quelque chose cet entrainement ? J’arrivais mieux aussi pour les balles même si j’aurais toujours des bleus en plus mais ça, je n’y peux rien. On dut encore se combattre les uns les autres et je suivis les précieux conseils donnés la veille. Le midi, on mangeait peu ; on reprenait plus tôt. Il ne nous enseignait pas de mode de combat spécifique comme les arts martiaux par exemple ; c’était impossible à nous apprendre en 7 jours. Je n’utilisais en général pas mon côté animal ; ainsi, ça me demandait moins d’efforts. Et puis, il me faut bien quelques balles de rechange à mon pistolet, c’est une métaphore bien entendu. Ce que je veux dire, c’est que la surprise a toujours été un bon avantage ; après tout, ceux qui sont présents ici seront mes concurrents pour l’épreuve. Depuis longtemps (enfin, quelques jours) les plus faibles ont été évincés de l’entrainement. Moi, je ne veux juste pas abandonner.

Par rapport aux premiers jours, ça se passait plus tranquillement ; on commençait à prendre habitude de ce régime. Notre vitesse et notre endurance s’amélioraient tous les jours. Pour ce qui est de l’esquive, j’imagine qu’on pourra considérer que c’est bon quand on n’aura plus de bleus. La force, je crois que c’est simplement travailler tous ses muscles et c’est aussi très physique. Par exemple, moi, j’ai toujours été faîte plus pour l’agilité que pour la force pure et dure. Nan, le plus ardu était surement les phases de combat ; difficile de s’améliorer malgré les conseils. Et pour devenir parfaite sur ce point, il ne nous reste que 3 jours en plus… Je crois que le professeur vit que je galérais pas mal.
Je combattais un gros calibre apparenté au lion au vu de ses éléments physiques quand il me sautait dessus à l’improviste. Je ne sais comment, je me baissais d’un coup pour l’esquiver alors que je l’avais simplement aperçu du coin de l’œil.

Il fit partager un autre de ses conseils alors, adressé au gens comme moi pas spécialement super doués ;
« \Vous pouvez aussi essayer de faire confiance un peu à votre instinct. Des fois, des réflexes ou des gestes innés sont plus efficaces que d’essayer d’utiliser trop son cerveau.\ »
Il n’avait pas tort, j’utilisais trop ma tête pour essayer d’esquiver. Mais j’avais toujours du mal, je ne faisais pas suffisamment confiance à mes reflexes. Je laissais donc tomber cela et me concentra plutôt pour enchainer les gestes, les coups.

A la fin de la journée, après notre seconde course habituelle avec un temps de nouveau diminué, il nous libérait enfin. Peut-être que notre puanteur l’avait convaincu. Mais il me demanda quelque chose avant que je puisse franchir le seuil de la porte.
« \Pourquoi tu n’utilises pas tes capacités en combat ?\
-J’en garde la surprise pour la fin.
\Certes, mais tu saurais mieux les utiliser si tu t’entrainais avec.\ »
Je ne dis rien, je n’y avais pas pensé. Il partit avant moi, il devait surement faire quelque chose ce soir mais ça ne me concerne pas. Je rentrais chez moi pensive et pris ma douche aussi longtemps que nécessaire. Même quand je fermais mes yeux, mes cheveux encore mouillés sur mes draps, je pesais le pour et le contre.





|____| Jour 5….. |____|


Un corbeau vint brailler à ma fenêtre et me fit sursauter. Je me cognais contre ma table de nuit. Super réveil, à peine levée et je me suis déjà fait mal. Mais je dois au moins le remercier de m’avoir réveillée car vu l’heure, un peu plus et je serais forcément arrivée en retard. Je me changeais rapidement et me rendit compte seulement quand j’étais arrivée que j’avais mis mon haut à l’envers. Alors que le code barre me fit remarquer que ce n’était pas vraiment le lieu, je ne me gênais pas pour enlever mon T-shirt noir adapté au sport pour le remettre à l’endroit.

Cette fois, après la course et l’échauffement de routine, notre séance de combat était plus encadrée et donc, moins libre. En effet, cette fois ci, on changeait moins de partenaire mais on avait des rôles précis : un qui attaque et l’autre qui se défend. C’est-à-dire qui doit esquiver et se défendre sans se faire éjecter d’une zone rouge tracée au sol. Chose qui se vit tout de suite ; j’étais beaucoup plus douée pour la défense que pour l’attaque. Mais c’était encore à améliorer mais j’y mettais beaucoup de bonne volonté.

Mais il est vrai que je craignais un peu l’arrivée du jour J. À part aujourd’hui, il me restait encore deux jours pour m’améliorer. Et donc, perdre du temps serait inadmissible. Je redoublais ma concentration même si ça ne fit pas grand-chose. Je veux dire que ça n’améliorait pas non plus grandement ma performance actuelle. Mais après quelques heures, je progressais un petit peu.

En dernier, avant la course du soir, il nous fit faire des pompes et je n’ai franchement pas l’habitude de cela ! Quand j’en avais fait dix, les autres en avaient fait plus du double ce qui me fit vraiment me sentir bête ! Et ceci n’a rien à voir avec ma race, parole de Morany ! Je remarquais qu’il nous lâchait plus tôt que d’habitude.

Je pus donc aller m’entrainer aussi de mon côté dans la brousse. Parfois, je me battais contre un arbre, simulant un adversaire en mouvement. J’essayais des techniques d’esquives et d’attaques, de défenses sans reculer aussi. Je fis aussi encore un peu de course malgré mes pieds en compote ainsi que des pompes. Je m’entrainais aussi à sauter d’arbre en arbre habilement, je comptais bien miser sur mon agilité même si j’avoue que je demande de quoi sera fait l’avenir. Au final, je finis plus tard et la nuit était tombée depuis longtemps. Surtout qu’il me semblait que des yeux perçants m’observaient, sensation désagréablement familière. Ma douche fut rapide et mon lit m’accueilli après que j’eus mangé et que je me sois lavé les dents.





|____| Jour 6….. |____|


Je me levais relativement de bonheur afin de faire quelques pompes avant d’y aller. J’étais plus concentrée que jamais aujourd’hui et ça se voyait dans mon altitude. En effet, mon sourire ne reflétait que ma détermination… On courut comme à l’habitude en premier, j’étais toujours dans la moyenne sauf pour la force où il me semblait être un peu moins bonne que les autres et à l’agilité pure et dure ou au contraire, j’avais un plutôt bon niveau. Mais bon, je dois bien être bonne quelque part au minimum, non ?

On fit encore quelques pompes et des combats mais avec des règles différentes de celle d’hier. Ce n’était pas le rôle de l’attaquant et du défenseur mais encore un duel libre. Seulement, la zone était rectangulaire avec une largeur très restreinte. Je dus donc revoir mes postures et mes mouvements, dur de s’adapter à un changement si brutal. C’est un peu comme passer de la 3D à la 2D dans un jeu vidéo ! Mais passons car cette journée me réservait une autre surprise.

Il semblerait que j’aurais dû faire plus attention à mes « camarades », en tout cas, ceux qui étaient présents. Car lors du signal pour nous dire de changer d’adversaire, le mien avait des yeux verts, une peau semi claire, des cheveux courts couleur cendres et des oreilles de félin légèrement arrondies. Une panthère, moins mal foutue que moi, cette queue de félidé qui bouge… Oui, j’avais devant moi mon frère. Ma bouche était en forme de O, j’étais étonnée. J’aurais dû le voir pourtant ! Comment une sœur peut ne pas voir son propre frère ? Je suis presque indigne à cause de cela !

J’eus du mal à trouver mes mots dans son doux sourire ;
« -Tu es là depuis longtemps ?
-Un peu depuis le début en fait.
-Mais tu aurais pu venir me prévenir !
-Pourquoi ? Est-ce que tu te serais relevée le premier jour si tu avais su ?
-Tu regardais ?
-Je suis bien obligé avec une petite sœur pareille ! »
Je me frottais le bras, gênée… J’allais ouvrir la bouche de nouveau mais il passait directement à l’attaque. Je fus obligée de me reconcentrer du coup, mettant un peu de côté le fait de qui il s’agissait. Ça me rappelais nos bagarres quand nous étions plus jeunes… Je ne sais pas pourquoi, mais quand c’était lui, je me faisais plus confiance au point d’en sourire.

Je crois qu’il fit exprès de ne pas me laisser le temps de parler davantage. Il ne me donnait aucunes explications, je ne pensais pas qu’il visait spécialement le trône. Il ne me semblait pas que gouverner l’intéressait plus que cela. En effet, bien que je ne l’avais pas vu depuis un moment, je ne me souvenais pas que la politique lui était un terrain de prédilection. Les seuls véritables mots qui sortirent de sa bouche étaient des conseils et j’étais toute ouïe… Je ne savais pas qu’il savait ça.

A la fin de la journée, on fit encore des pompes et de la course avec un temps de plus en plus limité. Le soir, mes rêves furent tourmentés par cette apparition. Et c’est la vérité qui me servit de compagnon dans mon lit d’une fraicheur mordante à cette heure ; Un de mes adversaires lors de la fameuse épreuve serait mon propre frère. Je ne sais pas pourquoi mais ça me terrifiait en même temps que ça m’excitait. J’aime mon frérot plus que tout pourtant… Je n’ai pas envie de l’affronter, voilà tout. Et demain serait le jour de vérité en plus, quelle galère !





|____| Jour 7….. |____|


Je n’avais pas très bien dormi, je pense que vous devinerez aisément pourquoi. Pourtant, ce n’est qu’une épreuve demain, ce n’est pas comme s’ils nous demandaient de nous battre à mort ! Sinon, il n’y aurait plus personne pour passer les trois autres épreuves. J’essayais de me rassurer ainsi mais j’étais encore mal à l’aise et c’est l’air piteux que j’arrivais en cours. On fit plus de pompes et notre temps de course fut vraiment très limité et la plupart d’entre nous était juste. Je pensais que comme c’était le dernier jour, on devrait à nouveau affronter le code barre… Mais il ne semblait pas, comment savoir alors si on s’est amélioré ? Comment être sûr de soi dans ces cas-là ?

J’affrontais de nouveau mon frère qui ne me laissais pas parler, encore… On fit aussi une course dans les arbres en temps limité plusieurs fois d’affilée en fin de matinée. Mon agilité me servit de manière assez exceptionnelle, ma grande queue de félin me servant magnifiquement de balancier. Parfois, je sortais les griffes pour m’accrocher à l’écorce des arbres… Il parait que c’était plutôt bien joué mais mon grand frère me copiait...

Au midi, une annonce plutôt inattendue émergea du silence qui se prolongeait malgré les paroles dans nos têtes.
« \Je vous laisse pour l’après-midi. Je peux déjà vous féliciter pour avoir passé la semaine mais ne croyez pas que s’est déjà gagné. Je ne peux que vous souhaitez bonne chance pour demain. Bonne fin de journée à vous\ »

C’était un peu la surprise que ce tigre assez dur nous encourage et nous complimente. Surtout qu’il ne m’a rien dit, donc je pense que c’est bon pour demain mais je ne peux pas en dire autant pour mon moral. Je pensais un instant abandonner tout simplement. Mais une voix me fit sursauter ;
« -Bon courage pour demain alors ! Fais de ton mieux !
-A propos de cela, je ne suis pas sûre d’y aller…
-Pourquoi ?
-Tu es mon frère et… »
Je baissais les yeux au sol. Je sentis sa douce main me relever la tête vers lui dans un sourire chaleureux.
« -Je suis venu surtout pour te voir en fait. J’aime bien te voir quand tu es aussi déterminée, tu veux vraiment me décevoir ?
-Non, bien sûr que non !
-Alors, va au bout de tes rêves et de tes envies ! Remarque, non, ne viens pas, je vais surement te mettre encore la patté !
-Quoi ? Non ! Tu verras tien ! C’est moi qui vais gagner. »
Il partit, me faisant un signe de la main et un clin d’œil. Il avait réussi à me redonner le sourire malgré moi…

Oui, demain, j’irais, il va voir qui mettra la patté à qui tien ! Je m’entrainais toute seule, plus durement, l’après-midi mais me douchait et me coucha assez tôt tout de même ; il fallait que je sois en forme pour demain !

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Jeu 21 Jan - 18:08
Shallia se trouvait dans son petit chez elle, le terme était à prendre au sens premier du terme car sa maison suspendue se composait uniquement de 3 pièces et elles étaient loin d'être imposantes tout au contraire. La première, la salle de bain faisant à peine 4 mètres carrés, composée d'une douche, d'une cuvette et d'un évier. Elle aurait beaucoup aimé déménager mais ses finances ne lui permettaient pas. Le reste de la maison, une cuisine qui lui servait aussi d'atelier de fabrication et une chambre qui permettait tout juste de placer un lit et une commode de taille modeste. la table de sa cuisine était à moitié encombrée par des mécanismes et de la poudre. Elle ressemblait plus à un plan de travail qu'à un lieu ou casser la croûte. Elle s'était juste réservé un petit coin de la table pour ses encas. Elle savait qu'un jour, si elle retrouvait sa femme et sa fille, elle devrait faire un sacré rangement ou alors, trouver quelqu'un pour lui faire un prêt d'argent. Cela n'était pas encore d'actualité malheureusement.

Elle dormait profondément mais une petite alarme ainsi qu'une lumière jaune clignotante s'activa en plein milieu de la nuit, ce qui la réveilla en sursaut. Elle avait les yeux englués par le sommeil. Le facteur, à cette heure ? Que pouvait-elle bien faire ? Elle se leva donc précipitamment et se dirigea à la fenêtre, c'était son petit plaisir que de regarder la jolie factrice, une Morany hase qui était particulièrement au goût de Shallia. Elle avait à plusieurs reprises pensé en faire sa proie mais ne l'avait jamais fait. Elle souhaitait l'inviter à prendre un verre mais comme on le fait parfois avec les facteurs de village, les invitant à prendre un petit alcool au passage mais elle ne pouvait pas, sa maison était trop peu entretenue, elle fuirait sûrement à une de ces vitesses ce qui paraissait logique pour une Hase.

Shallia vint déposer sa tête contre la vitre, sa vision féline lui permettait de voir mieux que le commun des mortels dans le noir, elle devinait les formes et cette forme n'était pas celle qu'elle attendait. Devant sa boite aux lettres, se tenait un homme pigeon, voila qui la révulsait. Il semblait pressé car très rapidement, il s'en allait. Cela l'intrigua, pourquoi ce n'était pas le facteur habituel ? Cela ne laissait rien présager de bon, surtout qu'on venait rarement dans les boites aux lettres à une heure pareil. Elle espérait que ce n'était pas une lettre d'expropriation en provenance des impôts. Elle payait généralement en retard. En avait-ils marre à ce point ? Allait-elle se retrouver à la rue. Elle ne se laisserait pas faire en tout cas.

Elle se tourna en direction de son lit, il était l'heure de se reposer et non de se prendre la tête. Elle alla donc se coucher, quoi que fut cette lettre, elle pouvait attendre. Cela ne changerait plus rien. Elle se réveilla le lendemain après une bonne nuit réparatrice. Elle n'était pas réellement pressée de voir ce qu'on lui avait livré le jour précédent, elle prit donc son petit déjeuner. Au milieu de la poudre bien évidemment, fit ses ablutions et s'habilla de sa tunique habituelle. Il était temps d'aller voir ce que pouvait contenir la boite aux lettres. Elle descendit les escaliers jusqu'au pied de l'arbre et l'ouvrit elle découvrit une simple lettre qu'elle posa au dessus de celle-ci. Elle retira les déchets de la petite charge explosive qui avait explosé. Elle était assez fière de son invention. La boite contenait un mécanisme qui lorsque la porte s'ouvrait faisait exploser un petit pétard, qui activait un boitier de commande qui transmettait une information via la forme d'une onde sinusoïdale vers un récepteur placé dans sa chambre qui clignotait et émettait un son. Elle ne pouvait pas louper le facteur ainsi. Elle remplaça donc le pétard par un qui se trouvait dans une des poches intérieures de sa tunique. elle réactiva le mécanisme puis pris la lettre et remonta chez elle.

Elle s'installa sur une chaise et ouvrit la missive, elle contenait un mot relatant un concours pour devenir chef des Moranys. Shallia sourit, voila qui l'intéressait, cela allait participer à l'assouvissement de son plan et en prime, cela réglerait ses problèmes monétaires. Elle fit risette, elle pourrait ainsi aider son amie de manière plus appuyée qu'actuellement. Le rendez-vous était le 5 décembre, elle y serait. Elle se devait de participer pour une autre raison, elle ne voulait pas d'un homme comme supérieur. Elle ne l'aurait pas supporté de toute manière, le plus simple était de prendre le poste pour régler le soucis, ça évitera qu'elle ne doive se casser la tête sur la meilleure manière pour l'assassiner.


Jour 1

Le 5 décembre arriva, il faisait assez froid ce jour-là, surtout à 3 heure du matin. Elle était prête, attendant au pied de l'arbre que les épreuves commencent. Il y avait déjà plusieurs personnes présentes autour d'elle et pourtant, elle était en avance d'une dizaine de minute. La lutte ne serait certainement pas aisée mais elle avait foi en ses compétences, elle pouvait vaincre, surtout qu'elle avait glissé sous dans les replis et poches secrètes une belle quantité d'explosif pour le cas où il faudrait se débarrasser d'adversaires gênants. Il n'y avait pas de précision sur les épreuves, il fallait donc-être préparé à tout. Elle tuerait sans le moindre scrupule pour atteindre cette position. Surtout les hommes qui croiseront son chemin...

Le conseil des quatre désirait se faire attendre, quel manque de goût et de ponctualité. Ils étaient en fin de carrière en prime, ils étaient transformés et ne savaient plus reprendre leurs formes originelles. Elle savait que tôt ou tard elle serait dans la même situation qu'eux. Elle n'était pas pressée pour autant surtout que sa transformation était un choix volontaire, elle savait à l'avance à quoi elle devait s'attendre. Elle s'y était déjà préparée même s'il lui restait encore beaucoup d'années devant elle. Le guépard expliquait en quoi consisterait leur première épreuve. Un entraînement pour apprendre à mettre en avant ses capacités qui sont propres à son animal, voila quelque chose qu'elle jugeait intéressant, se demandant bien ce qu'elle allait pouvoir y apprendre et qui serait son maître. Cette épreuve ne lui faisait pas peur, elle avait déjà été formée aux armes par une amie et au combat au corps à corps.

Elle chercha donc le maître qui allait lui être assignée, elle le trouva vite, une maîtresse, voila qui l'arrangeait, ce sera plus simple. Le hasard fait parfois bien les choses (Ou les choix du joueur parfois). Elle s'approcha de la jeune femme félidé. Elle était plutôt mignonne et semblait-être une combattante vu sa tenue, ressemblant à une armure révélant son ventre et les parties intéressantes de celle-ci. Garder sa concentration sera sûrement difficile mais elle prenait ce challenge à cœur.

Spoiler:
 

Elle s'approcha donc pour connaître sa toute première épreuve de la journée car oui, il semblerait qu'il faille commencer directement. Elle n'était pas seule, beaucoup d'autres se joignirent à elle. Des hommes, des femmes. Elle essayait de jauger celle qui lui faisait face, déterminer quel serait son point faible car tout le monde en possédait un. Les autres participants n'étaient pas tous en forme physique exemplaire, ce qui était assez sidérant pour des félidés, certains s'étaient laissé aller à l'embonpoint. Ils seraient certainement les premiers éliminés dans les tests d'endurance. La jeune féline s'adressa à l'assemblée :
    Bonjour et bienvenue, je serai celle qui vous enseignera pour 7 journées entières, j'espère que vous sortirez grandis des cours que je vais vous prodiguer, vous en aurez besoin pour la seconde étape. Soyez prêts et prêtes car ce que vous allez subir aura pour but de vous pousser dans vos derniers retranchements. Seuls les meilleurs seront aptes à participer à la dernière épreuve et pourront devenir notre chef. Je serais fière que cela soit l'un ou l'une d'entre vous car il sera sorti d'entre mes mains. Je comptes donc sur vous pour vous surpasser et me rendre fière du temps que je vous aurai consacré.

Shallia écoutait les paroles de la jeune femme, c'était de la mise en place et de la mise en bouche qui lui plaisait, un ton direct, n'allant pas dans le chichi. Elle sentait que ces 7 journées allaient bien se passer. En plus, cela allait l'occuper elle qui ne savait pas quoi faire de son temps, elle était en prime une femme sportive donc tout ce qu'il fallait pour sortir du lot était réuni en elle. Il ne lui restait plus qu'à mettre ses capacités en avant.
    Aujourd'hui, vous allez commencer par réaliser un footing mais pas un simple footing, je vais vous fournir une carte et vous abandonner chacun dans un lieu différent. Vous aurez tous le même point de ralliement. A vous de vous débrouiller pour retrouver votre chemin en un temps le plus court possible. Vous allez ainsi développer votre endurance à la course dans un parcours accidenté à travers la forêt mais également entraîner votre capacité à vous repérer. Êtes-vous prêts ?


Un oui Madame déchira le ciel en provenance des jeunes recrues.
    Bien, parfait

Aussitôt dit, aussi tôt fait, Shallia se retrouva dans la forêt, livrée à elle même, devant retrouver son chemin. Elle commença à regarder la carte, l'épreuve ne semblait pas trop dure, elle devrait y arriver. Cet entraînement lui ferait du bien, ce n'est pas la première fois qu'elle faisait un footing dans les bois. Son sens de l'orientation n'était pas à toute épreuve, c'est dans ce domaine qu'elle allait devoir apprendre le plus. Pas qu'elle n'avait pas le sens de l'orientation mais elle avait des lacunes. La carte indiquait le Nord-est mais où se trouvait-il ? Une fois le nord localisé, elle pourrait retrouver son chemin sans trop de difficulté. Elle s'approcha des arbres, cherchant la mousse sensée pousser au Nord. Elle localisa rapidement un vieux chêne dont un côté du tronc était couvert de lichen. Elle pointa ainsi le Nord et pris la direction indiquée. Elle trottinait tout du long, regardant régulièrement sa carte, elle ne voulait pas trop se fatiguer, puis courir à toute vitesse risquerait plus de la perdre que de lui apporter quelque chose. Elle trouva assez aisément son chemin, elle n'arriva pas la première car pas habituée à ce genre de course d'orientation mais, elle était la pour apprendre. Elle fut félicitée pour avoir réussit à terminer. Certains avaient dû-être rapatriés, totalement perdu dans la forêt. La première journée se clôtura là dessus. Elle rentra à la maison, fatiguée mais prête pour la suite. Elle se demandait quand même ce que le lendemain lui réservera.

Jour 2

Shallia se présenta à nouveau au point de rendez-vous. Elle était ponctuelle, arrivant juste 5 minutes à l'avance. Leur enseignante était déjà présente. Qu'allait-elle donc devoir faire aujourd'hui. Le nombre de prétendants dans son groupe semblait déjà avoir diminué. C'est fou comme certains pouvaient abandonner aussi vite. C'était bel et bien la preuve qu'ils n'étaient pas réellement intéressés par le poste.
    La deuxième journée va débuter, aujourd'hui, nous allons entraîner vos réflexes et votre agilité. Ces deux caractéristiques sont propres aux félins et vous devriez déjà être capable de le faire avec aisance.

Elle tenait dans ses mains une fuscine, elle fit un geste brusque, venant assener un coup de hampe sur la tête d'un des hommes présent, malheureusement pour lui, il ne fut pas assez rapide pour esquiver. A croire qu'il n'avait même pas tenté, il s'écroula au sol comme une masse. Il avait perdu connaissance. Deux urgentistes arrivèrent avec empressement conduisant le pauvre homme à l'infirmerie la plus proche. Shallia ne put s'empêcher d'avoir un petit rictus moqueur se qui n'échappa pas à la professeur qui s'approcha pour asséner le même coup sur Shallia qui prise au dépourvu réussit tout de même à esquiver de justesse.

    Très bien, prenez exemple sur cette demoiselle, elle a réussi à esquiver le coup que je lui ai porté. Vous allez-vous mettre en file les uns derrière les autres et tenter d'esquiver chacun à votre tour. C'est un entraînement, si vous loupez, vous pouvez recommencer, enfin, si vous arrivez à vous relever après le choc.


Une partie de la matinée consista à esquiver les coups assénés par la jeune femme. Il y eu une sacrée hécatombe, beaucoup de gens finirent assommés. Entre chaque passage pour les personnes ayant esquivé, elle accéléra la vitesse, essayant de voir jusque où elles pouvaient aller. Shallia esquiva à plusieurs reprises mais finit tout de même par se prendre un mauvais choc sur l'épaule, elle n'avait pas été assez vive apparemment. A force d'entraînement, elle commença à s'améliorer, esquivant les chocs de mieux en mieux. Leur maîtresse était décidément rapide, elle était sûre qu'à pleine vitesse, elle n'aurait jamais réussit à l'esquiver sans devoir passer des journées à s'entraîner et encore, y serait-elle arrivée ? Ce n'était pas sûr.

Cet entraînement était épuisant, même pour Shallia. La matinée pris fin. Ils eurent le droit de casser la croûte avant de continuer.

    Le prochain exercice consistera à améliorer votre équilibre, vous allez devoir marcher sur une corde en funambule mais sans perche pour vous aider. La hauteur au début ne sera pas trop élevée que vous puissiez-vous améliorer avant de faire des péripéties de haute voltige.


Le programme de l'après midi était aux goût de Shallia qui avait un très bon équilibre et qui sans le moindre soucis réussis à se déplacer sur ce fil tendu même à très forte hauteur, elle avait été épargnée par la peur du vide. la journée se termina sans autre accident.

Jour 3

Le 3ème jour, Shallia arriva, à la même heure que le jour précédant, bien décidée à laisser son potentiel se développer. La jeune femme qui les entraînait était présente, une fois tout le monde rassemblé, elle pris la parole.

    Aujourd'hui, vous allez -vous entraîner au combat rapproché. il nous faut savoir nous défendre sans utiliser notre forme animale, c'est très important. Vous allez former des groupes de deux personnes. Je vous montrerai certains mouvements, certaines prises que vous allez devoir reproduire l'un sur l'autre. Le but ici n'est pas de se faire mal mais d'apprendre à gérer son corps et voir comment l'on peut réagir face à quelqu'un qui vous agresse. J'ai le regrets de vous annoncer que la personne que j'ai assomée hier ne pourra plus prendre part à la suite de l'entrainement. Il a subit une commotion cérébrale. Il ne redeviendra peut-être plus jamais lui même. Si vous avez peur de subir le même sort, surtout, n'hésitez pas à abandonner.


Shallia regarda les autres, qui allait-elle prendre pour partenaire, elle préférait éviter les hommes, pas sûr de pouvoir contenir son envie de tuer si celui-ci la touchait. Elle trouva donc une jolie jeune femme qui était à son goût physiquement, quoi quand à faire, s'il fallait toucher quelqu'un autant qu'elle soit jolie. elle choisit donc la jeune femme tigre à la poitrine proéminente. Shallia ignorait ce qu'elle faisait dans son groupe, elle aurait dû se trouver dans un autre normalement mais bon... Elle avait sûrement dû se tromper et suivre le mauvais.

Spoiler:
 

Elle s'approcha donc de la jeune femme, le pas rapide avant que quelqu'un ne la prenne de cours et ne lui demande à sa place.
    Bonjour mademoiselle, souhaiteriez-vous être ma partenaire pour la journée?

    Oui, je veux bien Madame.


Elle avait volontairement choisit une femme paraissant timide, elle pourrait ainsi l'entraîner à ce durcir un petit peu. Elle avait déjà pas mal de connaissance dans le domaine du combat rapproché, son amie Lenne l'avait déjà bien formée dans ce domaine. Si elle voulait-être une cheffe respectée, il lui fallait se faire des amis, tisser des liens avec certaines femmes qui pourraient la soutenir si elle atteignait son but. Diriger seule sans avoir des personnes de confiance sous ses ordres est strictement impossible. Elle savait que cette femme ne saurait jamais gérer tout un peuple, elle n'avait pas le caractère assez fort mais elle pourrait en faire une bonne suiveuse.
    Je me prénomme Shallia et toi ?

    Taiga


La jeune tigresse semblait un peu hésitante, elle semblait ne pas trop savoir où se mettre.
    Ne te tracasse pas, je n'ai pas l'intention de te faire mal, notre professeur à bien précisé que ce n'était pas l'objectif. Puis même, je ne suis pas violente sans raison. Tu as certaines connaissances dans ce domaine ?

    Non aucune, je suis totalement nulle dans tout ce qui est combat, je ne suis pas faite pour me battre.

    Je vais t'apprendre un peu et en douceur, ce qu'elle est en train de montrer, c'est la base et je la maîtrise assez bien. Je te montrerai quoi faire. Je comblerai tes lacunes dans ce domaine.

Shallia se retourna pour regarder la première prise. Une simple prise pour maitriser quelqu'un en lui bloquant le poignet, rien de complexe pour la jeune femme. Elle connaissait cela depuis des années et s'en était déjà servie en condition réelle à plusieurs reprises.
    Tends le bras tu veux bien, je vais te montrer comment faire, je te promets de ne pas te faire mal si ça peut te rassurer. Je vais te montrer le geste puis tu tenteras de le reproduire sur moi.


La Tigridé tendit sa main en direction de Shallia, elle ne semblait plus aussi effrayée qu'au départ. Avec douceur, elle prit la main de celle-ci, lui montrant comment tordre le poignet et tournoyer pour se retrouver dans le dos de son adversaire.

    C'est comme ça qu'il faut s'y prendre. A ton tour d'essayer sur moi.


    Je vais essayer mais je ne suis pas sûre de pouvoir y arriver.


    Tu dois avoir confiance en toi, c'est le maître mot de la réussite. Tu peux me croire.


Taiga était assez maladroite, Shallia dût la guider mais le geste fut assimilé même si cela pris un petit peu de temps. Elles discutèrent de choses et d'autres apprenant à faire connaissance. Elles continuèrent à s'entraîner ainsi jusqu'à ce que dans un pied de nez, le soleil décida de se coucher. Shallia était contente, Taiga avait bien progressé.

    Je suis fière de toi et j'espère que tu l'es également car tu es une élève attentive capable de s'améliorer, il te faudra encore t'entraîner bien sûr. Je pensais d'ailleurs, cela t'intéresserait que je continue à t'entraîner si ils nous laissent un peu de temps libre entre les deux épreuves ? je pense qu'il faudra un jours que nous Moranys nous battions l'un contre les autres. Une des épreuves aura certainement ce besoin, je le sens au fond de moi et je n'aimerais pas que tu te fasses éliminer là dessus.


Elle lui aurait bien demandé si elle souhaitait devenir une de ses personnes de confiance si jamais elle devenait la leader, la femme alpha comme on dit dans le jargon animal. Il était encore trop tôt pour lui proposer, elle verrait plus tard.

Jour 4

Une nouvelle journée commença, elle était prête, une fois arrivée, elle fit signe à Taiga, contente de la voir. Leur maîtresse pris la parole. Shallia se demandait bien qu'elle serait le cours de cette journée. La Morany avait peur de peu de choses dans la vie mais là, elle allait devoir affronter un sacré obstacle.

    Aujourd'hui, cours de natation, je sais que beaucoup de félin n'apprécie pas trop l'eau, il faut diminuer autant que possible cette faiblesse qui vicie énormément notre existence. C'est pourquoi aujourd'hui, vous allez-vous entraîner à nager. Je vous montrerai les techniques de natation et vous devrez les reproduire.


Shallia devint blême, elle ne savait pas nager, qu'allait-elle faire? L'eau lui faisait très peur. Elle n'avait jamais appris à nager, elle en avait une peur bleu. Les apprentis furent conduit au lac des Atlantins, ils devaient s'y entraîner, elle était terrorisée au bord de l'eau, elle savait qu'elle allait couler. Elle ne devait pas montrer ses faiblesses si elle voulait devenir une cheffe respectée. Taiga s'approcha d'elle.

    Bonjour Shallia, je suis contente de te voir. Prête pour aller se baigner ?

    Prête, ben comment te dire ça.


Shallia semble terriblement embêtée.

    Je ne sais pas nager. L'eau me fait peur.


    Ne te bile pas, je t'aiderai, je te dois bien ça pour ce que tu m'as apprise hier.


Le visage de Shallia s'illuminait, Taiga allait l'aider à apprendre. Elle se sentait un petit peu plus sûre d'elle ainsi.

    J'ai prévu le nécessaire pour la baignade, vous trouverez dans ce bac, des maillots pour un peu toutes les tailles. Faites votre choix.


Les deux jeunes femmes partirent dans les buissons pour se vêtir de leurs maillots respectifs. La première à ressortir fut Shallia qui portait un maillot deux pièces noir.

Spoiler:
 

Elle fut suivie de près par Taiga qui n'avait visiblement pas trouvé de vêtement de bain correspondant à sa taille de bonnet.

Spoiler:
 

Shallia la regardait, la trouvant ravissante, de petits idées pas totalement avouables planant dans le fond de son esprit. Elle sentit la main de la femme tigre prendre la sienne et la guider à l'eau. Elle passa pas mal de temps à tenter de familiariser la jeune femme avec le milieu, le premier pas encourageant fut que Shallia accepte d'entrer dans l'eau, guidée par son amie car elle pensait maintenant pouvoir l'appeler ainsi vu ce qu'elle était en train de faire pour elle. Son amie passa le reste de la journée à tenter de lui apprendre à nager. Ce ne fut pas une parfaite réussite, elle y arrivait avec beaucoup de difficultés. Pour-être honnête, elle avait appris à ne pas couler et à vaincre un peu sa peur, ce qui était un grand pas pour elle.
Les deux femmes étaient de plus en plus liées l'une à l'autre après les quelques épreuves traversées.

Jour 5

Le matin se leva sur la cinquième journée de cours. Shallia arriva au point de ralliement, venant directement faire la bise à Taiga cette fois-ci. Elles se firent quelques politesses, se remerciant l'une l'autre pour l'aide fournie les deux jours précédents. Notre héroïne trouvait cette jeune femme adorable, elle avait pris sa décision. Elle comptait bel et bien faire d'elle une personne de confiance.

    Taiga, j'aimerais te demander quelque chose, dans le cas où je deviendrais la cheffe des Moranys, ce qui n'est pas encore gagné, nous n'en sommes qu'aux prémisses des épreuves. Je souhaiterais que tu deviennes ma seconde, une personne en qui je pourrai avoir toute confiance, une personne sur qui je pourrai compter quoi qu'il arrive. De mon humble avis, un leader qui est mal entouré est un chef qui sera capable de bien peu de choses. Je ne veux pas que tu le prennes mal non plus, je n'insinue pas que tu vas perdre. Ce n'est nullement mon intention.


Taiga fit risette à Shallia. Elle ne semblait pas embarrassée le moins du monde par la révélation de celle-ci.

    Tu sais, pour être honnête, je ne désire pas du poste que le vainqueur recevra, je ne m'en sens pas capable.

    Pourquoi participes-tu alors ?

    Et bien, c'est mon père qui m'y oblige, tu sais, soit-disant que cela apportera gloire, fortune et félicité à notre famille qui est actuellement en disgrâce.


Shallia avait sa réponse, elle plaignait un peu la jeune femme qui se retrouvait à faire quelque chose qui ne devait pas forcément lui plaire.
    Je comprends que tu ne désires pas avoir cette place, ce poids sur les épaules. Ce que je ne comprends pas par contre, sans vouloir te vexer, c'est que ton ignare de père te force à participer. Si tu n'es pas motivée, cette position, tu ne l'atteindras jamais. On ne peut devenir une femelle alpha que dans le cas où l'on a envie de le devenir, jamais personne, d'après moi n'a pu le devenir par dépit. Que penses-tu de ma proposition ? Elle te permettrait d'avoir une influence et de redorer le blason de ta famille sans avoir toute cette pression sur les épaules.

    J'acceptes avec beaucoup de plaisir mais ne devrais-je pas abandonner ? Cela augmenterait tes chances de victoire.

    Non, justement, cela provoquerait l'effet inverse, j'aurai certainement besoin de ton aide au cours des différentes épreuves alors, surtout, n'abandonne pas et garde courage.


La leçon de la journée était banale, améliorer sa résistance physique par divers moyens tel que course d'endurance, saut à la corde, sprint, passage de haies,etc
Les deux femmes se serrèrent les coudes pour endurer l'entraînement plus aisément. Shallia revenait régulièrement remotiver Taiga qui n'était pas habituée a une telle dépense physique. Elle avait un malus mammaire restreignant fortement sa capacité à sprinter. Shallia était heureuse de ne pas être née avec une poitrine volumineuse. Elle l'aurait tellement handicapée dans son métier de femme de l'ombre.

Jour 6

Ce matin était pluvieux, le ciel obscurcit par les nuages, la journée s'annonçait sous de mauvais auspices. Le sol de la forêt était boueux, on peinait à marcher, s'embourbant avec une facilité déconcertante. la pluie battante avait lessivé le sol toute la nuit. Shallia se dépêchait, courant comme elle le pouvait ayant l'impression de soulever des tonnes avec toute la mélasse qui lui collait aux souliers. Elle allait pas être très présentable aujourd'hui mais bon, beaucoup ne le seraient pas non plus. Elle arriva à l'heure mais tout juste cette fois. Elle chercha Taiga et la trouva, elle avait pris un parapluie pour se cacher de la pluie. Shallia bisqua intérieurement, elle aurait dû y penser. Elle n'avait pas le réflexe de prendre un riflard comme le disait les vieilles gens. Taiga l'aperçu et se dirigea rapidement vers elle, les couvrants toutes les deux.
    Tu n'es pas très prévoyante Shallia, tu es réellement une femme pour oublier de te couvrir par un temps pareil ?


Shallia fut incapable de s'empêcher de rigoler devant cette affirmation.
    J'avoue, je n'ai pas obligatoirement les même habitudes que beaucoup de femmes. Par contre, tu ne devrais pas rester aussi proche de moi, je dois sentir le chat mouillé et c'est pas une odeur très alléchante si tu veux mon avis.


Elle avait les poils des oreilles et de la queue dans tous les sens ce qui donnait l'impression qu'elle était ébouriffée et engorgée d'eau comme une éponge.
    Tu devrais te sécher si tu ne veux pas tomber malade par un temps pareil. Ce serait dommage pour la suite des épreuves non ?

    Oui, j'attends juste de savoir ce que nous allons devoir faire puis ensuite, promis, je me sèche.


Le cours de la journée, un parcours militaire, en voilà une veine pensa-t-elle par un temps pareil, ils voulaient les faire mourir frigorifiés ? Se sécher allait finalement être totalement futile.
    Je pense qu'il ne sert à rien de se sécher ? Qu'en penses-tu mon amie ? Nous allons de toute manière finir totalement boueuses et trempées de partout. Après, va falloir prendre un bain bien chaud pour se décrasser.


Un parcours avait été installé avec des barbelés sous lesquels elles allaient devoir ramper, des murs en bois à escalader, tout le petit nécessaire pour faire d'elles de bon petits soldats bien entraînés. La femme chat soupira devant l'épreuve de la journée, l'avantage, elle était déjà mouillée, cela ne ferait plus trop de différences pour elle mais pour ce qui est de la femme tigre, c'est une toute autre chose. Taiga avait le visage abattu et un peu chagriné, son amie lui passa donc une main dans le dos qu'elle caressa avec douceur.
    Que se passe-t-il ? Quelque chose ne vas pas ?

    Ma robe est toute neuve, c'est la première fois que je la mets, elle va être en piètre état.


Shallia se fit encore plus douce avec la jeune femme. Elle voulait lui transférer de son courage.
    Ne te bile pas, si je deviens la dirigeante de notre race, je t'offrirai autant de vêtement que tu le souhaite rien que pour voir ton sourire sur tes lèvres. Fais moi confiance, ensemble, nous triompherons de l'adversité et nous en ressortiront grandies. Je pense qu'il est temps de se lancer, allons nous traîner dans cette gadoue, on en profitera pour en prendre un bain. Il parait que c'est bon pour la peau, alors profitons en.

Shallia fit un petit clin d'œil taquin à la jeune femme qui rigola avec plaisir devant cette boutade. Le courant passait maintenant très bien entre les deux femmes qui commençaient à devenir de plus en plus complices. La suite de la journée fut dure, harassante pour toutes les deux. La femme chat, d'habitude si résistante était exténuée, faire une telle chose par un temps pareil, c'était à la limite ignoble, ses muscles lui faisaient souffrir le martyr, son corps était tout courbaturé. Une fois la séance terminée, taiga proposa de se rendre dans un lieu qu'elle connaissait, une grotte dans la forêt qui contenait en son sein une source chaude qui jaillissait du sol. Les deux femmes s'y rendirent clopin-clopant. Elles prirent un bain et un repos bien mérité, blottie l'une contre l'autre.

Jours 7

Une nouvelle journée commença bien moins pluvieuse que la précédente. Elle contrastait en tout point par le soleil radieux qui brillait dans le ciel comme pour faire oublier tous les sévices subis le jour précédent. Les deux jeunes femmes se retrouvèrent donc pour une nouvelle journée bien moins fatigante que la précédente. C'était le dernier jour, la plupart des Moranys présents semblaient sur les rotules, beaucoup ayant abandonné succombant à la difficulté de la journée précédente, à la fatigue de s'être donné pendant une si longue période sans réel repos si ce n'est le soir dans leurs lits.

Leur enseignante prit la parole et parla sur un ton solennel :
    Je suis fière de vous d'être arrivé jusqu'ici, vous faites honneur à l'espèce des félidés. Cette journée sera donc un peu plus reposante pour vous permettre de ne pas tomber raide mort avant la suite des événements. Je vous propose donc une sorte de quartier libre pour la journée, pas si vite, ne rentrez pas chez vous car vous allez-vous entraîner tout de même mais aux différents exercices que vous avez pratiqué cette semaine. Si vous avez tenu le coup jusque là, c'est que vous êtes aptes à continuer votre route. N'oubliez jamais ce que vous avez appris ici, cela vous servira dans un futur proche et même pour le reste de votre vie si je puis dire. Je serai présente si vous avez des questions, si vous souhaitez peaufiner certaines choses. Sur ce, profitez bien de cette journée de semi-repos.


Shallia était contente, elle allait pouvoir s'entraîner mais sans pression cette fois-ci. Ce serait l'occasion parfaite pour continuer à suivre les cours de Teiga dans le domaine de la natation.
    Je sais pas ce que tu en pense mais, j'aimerais que tu m'enseigne encore un petit peu de ta technique, je ne suis vraiment pas douée pour me mouvoir dans l'eau. Me ferais-tu le plaisir de continuer à m'instruire ce matin ? En échange, je t'entraînerai au close combat. Nous pourrons ainsi toutes les deux combler les faiblesses l'une de l'autre.

    Je suis totalement d'accord surtout qu'avec ce soleil, une petite baignade nous ferras le plus grand bien. Par contre, elle a pas proposé de maillot pour le cours de cette journée.

    Je pense que l'on peut s'en passer, nous nous sommes vu dans notre plus simple appareil hier soir après tout.


La journée se passa sans encombre même si la matinée ressemblait plus à une journée détente aquatique qu'à une vraie journée pour s'améliorer. Shallia n'avait pas appris grand chose au niveau de la technique mais se familiarisait de plus en plus à ce milieu aqueux qui quelques jours plus tôt la terrifiait tant.
ps : édition en cours, post non terminé

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Ven 22 Jan - 17:20
    La semaine s’écoula sans trop de vague en terme d’administration. Le conseil des quatre avait confiance en Ombre Mouchetée et celle-ci avait une haute estime d’elle-même. Le jour J, elle vint devant la foule rétrécie par la première semaine de d’entrainement. Ils étaient à nouveau au pied du Grand Arbre. De sa voix mentale, elle expliqua la suite des évènements :

      « On vous a appris à vivre avec votre côté bestial, à vous entrainer, à vivre dans ces circonstances inconfortable, à devoir survivre, simplement. Chaque animal a des défauts mais aussi des qualités : facilité nourricière, force, vitesse, défense… La suite des évènements va être relativement banale : encore une fois, pour une semaine, vous allez être cette fois-ci enfermés dans un bout de la forêt et vous allez devoir survivre. Pas de nourriture toute prête, pas de matelas, pas d’eau potable… Les prédateurs devront chasser et les herbivores, se défendre. Alliances, meutes, coup bas… rien n’est interdit si ce n’est tuer quelqu’un. On vous injectera une puce GPS qui nous enverra vos constantes vitales. Quand on vous juge trop faible, vous serez évincés et secourus. Le Morany qui en tue un autre aura affaire à ma personne… »


    Dit-elle en menaçant ouvertement les quelques assoiffés.

      « Si vous réussissez à faire sortir quelqu’un, un bonus vous sera envoyé : boisson, nourriture, soins. Alors réfléchissez bien à votre stratégie. Vous avez cette journée et la nuit qui vient. Ceux qui se présenterons demain seront fouillés, n’auront que le droit de garder leurs vêtements. À demain mes chers amis. »


    Ce qu’elle ne disait pas, c’est que l’espace réservé à cette épreuve était très, très réduit et qu’ils étaient obligés de vivre les uns sur les autres. Pas la peine, comme dans les Hunger Games, de faire des pièges : ils ne se feront pas de cadeaux de toute façon.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Griffon
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Jeu 11 Fév - 19:40
Je me sentis stressée lorsque le jour fatidique arrivait car elle nous dirait la suite des événements. Car ça ne concernait pas que moi, ni même cette foule mais aussi mon frère qui je le sais, serait comme moi, concentré à voir ce qu’il allait se passer. Car on ne le savait pas, on nous avait entrainés durant une semaine, mais l’avenir restait tout de même flou, l’entrainement ne nous avait pas mis sur la piste pour savoir quelle genre d’épreuve nous attendait. Certes, c’était de la survie, de la force physique et autre mais je sentais qu’il y avait autre chose. Je ne sais pas quoi, ce n’était pas un mauvais pressentiment mais plutôt une pensée disant que ça ressemblera surement au hunger game. « Puisse le sort vous êtes favorable. » ces mots me revinrent lorsque le félin vint devant la foule. Je dis toujours qu’il faut profiter de la vie car elle est courte et que nous avons peu de temps devant nous mais… L’avenir n’en reste pas moins incertain, on ne sait pas ce qui se passera dans un jour, un mois ou des années ; on ne peut qu’espérer.

Une voix mentale nous envahit, la télépathie des transformés. La voix féminine nous dit la suite des événements. Chaque animal a des défauts mais aussi des qualités. Pourquoi le dire ? C’est une évidence même mais certain serait tout de même désavantagés. En effet, moi, j’avais mon frère mais les félins (à part les lions) ne sont pas très unis alors qu’il y a bien une espèce qui se reposait essentiellement sur le nombre et le travail d’équipe, je le savais. Cette dernière est celle du loup, des animaux qui chassent en une meute soudée et solide. Mais peut-être que je me trompais ; Chaque catégorie avait eu un entrainement spécifique, les canidés avec les canidés, les reptiles avec les reptiles, les félins avec les félins et bien d’autres.

Ainsi, ils prévoyaient de nous enfermer dans un bout de forêt, super… J’espère juste que l’on n’aurait pas de pièges comme dans le livre, ça serait vraiment dangereux. Ainsi, il nous suffit de survivre, intéressant. Je pourrais très bien faire une alliance avec mon frère. Un sourire me vint, je sais qu’il pensera à la même chose que moi ; Dès qu’on se rencontrera, on se battra… Pas le droit de tuer, c’est déjà ça, je pensais bien que le conseil n’allait pas nous demander de nous battre à mort ; ce n’était pas le but.

Mais le félidé sembla tout de même poser ses yeux sur certains d’entre nous ; espérons qu’il n’y a aucuns psychopathes ici… Si on fait sortir quelqu’un, on aura un bonus. C’est à la fois une bonne et une mauvaise idée je trouve ; ça pourrait pousser certains à être violent plus que d’habitude même si ces derniers ne tueront personne et même si l’entrainement avait évincé les plus faibles dans toutes les sections, il en restait tout de même pas mal. Donc celui qui se montrerait le plus violent d’un certain coté, ça serait un peu noël pour lui. Mais d’un autre côté, ça pourrait être d’une grande aide, cette idée était donc à l’image de ma race ; avec un bon et un mauvais côté. Il fallait donc savoir maitriser ces deux facettes.

On avait donc la journée et la nuit avant de se présenter demain avec comme seul bagage pour cette rude épreuve, nos vêtements. J’en profitais donc car quelque chose allait jouer pour cette survie sauvage ; notre forme au départ. Si on a le ventre sur les talons ou qu’on est fatigué par exemple. Ça peut paraitre bête mais dans ce genre de circonstances, il fallait penser à tous, même si c’était presque impossible ; nous ne sommes pas des machines. Donc je m’entrainai jusqu’au goûter avant d’aller me détendre au lac. Je vis quelques regards curieux de participants passant par là. Ils pensent sans doute qu’il faut redoubler d’effort et finir un entrainement d’enfer mais moi, je suis plutôt sur la piste qu’il fallait être en forme.

Je sentis des pas se rapprocher, une main chaude se posa sur mon épaule alors que mes pieds trempaient dans l’eau. Assise sur la berge, j’appuyais ma tête contre elle. La personne s’assit alors à mes côtés et je me blottis contre son corps ardent. Mon frère sourit, c’était ironique ; demain on se battrait surement comme jamais et pourtant, on s’accordait ce moment de douceur où aucun mot n’avait besoin d’être échangé. Il s’allongeait, moi contre lui, la tête posée sur son torse. J’eus l’impression que le battement régulier de ce cœur chassait tous mon stress du matin. C’était ça un cœur de félin, indomptable et libre. On s’endormit ainsi jusqu’au soir, ouvrant les yeux alors que le ciel nous offrait un magnifique couché de soleil.
« -Il est temps.
-Oui.
-Alors, je te dis à demain ?
-Bonne chance. »
On se levait et il fut le premier à s’éloigner. Mais au bout de quelques pas, il s’arrêtait et tournait la tête, répondant doucement dans un sourire ;
« -A toi aussi. Et puisse le sort nous être favorable comme certains le disent. »
Ma réponse fut un simple visage éclairé par des lèvres souriantes.

Ainsi, chacun rentrait chez soi et je mangeais de manière satisfaisante, plus que nécessaire. Je me sentais bien alors que demain je le combattrais. Je me demande si tous les frères et sœurs ont ce lien, comme un fil fin mais incassable les reliant les uns aux autres. Qu’importe ce qui se passerait, nous resteront toujours unis même si durant une semaine, on se combattrait.




|____| (J1) Nature et survie… |____|


Au matin, je me levai tôt bien entendu et pris des affaires qui m’allaient mais qui n’était pas en cuir. Ils étaient noirs, ça se constituait d’un short et d’un T-shirt mais détendus, plus fait pour le sport. Pas questions de prendre quelques choses qui auraient pu gêner mes mouvements agiles. J’avalais assez d’aliments pour avoir de ventre plein tout en pouvant encore bouger habilement.

En arrivant, je fus fouillée comme tout le monde et on m’injectait une puce électronique. Je pensai d’un coup à quelque chose ; la semaine me semblerait vachement longue. Il y a quelque chose qui changeait aussi par rapport au livre ; le temps. En effet, dans le livre, le temps était changé artificiellement et allait de plus en plus vite pour en finir rapidement. Mais nous, on aurait une vraie lune et un vrai soleil… heureusement d’ailleurs ; mais voilà, une semaine restera une semaine. Pourquoi penser à cela maintenant ? Je ne sais pas.

On vint ensuite disposer chacun dans le fameux coin de la forêt, on saurait quand on dépasserait la zone avec une décharge électrique. Il faut dire qu’heureusement il n’allait pas mettre de pièges qui prennent feu à votre arrivée. Il y avait aussi quelques surveillants ; il ne fallait pas que des intrus extérieurs viennent perturber l’épreuve, c’était une évidence.

Quand un coup semblable à un tir de canon nous donna le départ, on s’élançait tous, sans exception. Certains partirent directement à la recherche de concurrents, ce qui n’était pas une mauvaise stratégie en soi. Mais pour moi, je préférais largement la tactique de d’abord explorer silencieusement le lieu où nous étions « enfermés ». En effet, si j’avais besoin de fuir ou de me cacher ou encore, de tendre une embuscade, il fallait que je connaisse précisément le terrain. Sinon, il est certain que je ne resterai pas longtemps en jeu. Je me demande comment se débrouille mon frère de son propre côté d’ailleurs… C’est une question forte intéressante, on se ressemble mais on n’est pas jumeaux non plus. De plus, si on a le droit de faire des alliances, je dois m’attendre à me faire attaquer par un groupe entier à tout moment.

Mais on n’avait pas que ce côté à prendre en compte, il n’y avait pas de combat sans survie. Effectivement, je me rendis compte rapidement que notre espace était assez réduit et que je risquais de rencontrer mes adversaires fort rapidement. Je devais donc me fondre dans la masse, au cœur des feuilles et de l’herbe… Surtout que j’entendis des bruits un peu partout. Ça pouvait être un insecte mais ça pouvait aussi être des gens me traquant.

Je retins ma respiration un instant… Je réfléchissais. On n’avait que des vêtements mais qui me dit que personne ne viendrait me les prendre ou me tendrais une embuscade ? Mais les sons, surement naturels, signe de ma paranoïa, me stressais et je me dis que je ne perdrais surement pas grand-chose. Je me déshabillais donc rapidement.

Petit à petit, les poils recouvrèrent mon corps, mes bras et mes jambes devinrent pattes, mes canines poussèrent et la panthère mal foutue que je suis apparu en plein jour, sous le couvert des arbres.

Là où se croisait vents et marées, je vis une coccinelle se prélassant sur une branche d’arbre très basse. Là où la forêt se mourait, telle une émeraude, je vis un rongeur se faufiler aisément entre les feuilles mortes à terre. J’avais heureusement bien caché mes habits car je n’eus pas le temps de m’en soucier davantage. Je montais dans un arbre, assez haut. Des silhouettes aux queues de loups passèrent sans lever la tête, à mon grand bonheur. Vu leur nombre, ça serait une mauvaise stratégie d’essayer de les affronter. Le nombre fait la force, c’est ça ? Les loups restent des loups j’imagine.

Je n’osais pas bouger après cela, c’était risqué il faut dire ! Mais, d’un autre côté, je ne pouvais pas rester éternellement là. Et qui me dit que personne ne me guette de là-haut ? Attendant une faille pour me foncer dessus et me mettre hors course ? Je regardais rapidement autour de moi, mon cœur ne s’accélérant rien qu’à cette idée. Je ne sais pas exactement combien de temps je restais ici mais je commençais à avoir des crampes aux pattes. Et j’avais ma bonne étoile de mon côté. Je crois que le conseil ne nous avertira pas à chaque fois que quelqu’un tomberait ; pas besoin de faire un tapage pour ça j’imagine. Mais bon, je vois moins d’individus passer à présent, je pense que déjà beaucoup de personnes ont perdue. Je commençais aussi à avoir soif, je devais vraiment bouger…

Je redescendis en douceur de mon arbre et regardais une dernière fois où j’avais mis mes affaires en espérant que je les retrouverais par la suite. Je me mis en marche après ça, frôlant une feuille ici et là et soulevant de la poussière sur mon passage. Je n’y pouvais rien, je trottais légèrement après tout et l’air était sec. Je faisais attention, voilà tout. Je marchais calmement après quelques longues minutes. Mais, au détour d’un arbuste, quelqu’un me tomba dessus.

Je ne compris pas tout de suite ce qui était arrivé ; je m’étais retrouvée à terre en quelques secondes, pleine de… Bave ! Je me secouais la tête et regardais qui c’était. À en croire par ces courts cheveux noirs, ce n’était pas mon frère. Le gars se relevait, se retournant d’un coup, à croire que ce n’était pas voulu… Je ne sais pas, je ne vis pas tout de suite à quel animal il était affilé, ce sont ces yeux qui me donnèrent les indices nécessaires. En effet, du jaune avec un épais trait noir à l’horizontal comme… Un crapaud ? Ah non, pas ça ! Mais c’est dégeulasse ! Je me relevais en faisant une mine dégoutée. Je n’avais pas prévu ça !

L’individu ne cherchait pas à m’attaquer, je ne sus pas tout de suite pourquoi mais la suite me donnait l’explication ; il était déjà en plein combat. Enfin, c’était une façon de parler car un œil aux alentours m’en donnait rapidement la couleur. Des yeux luisants, la plupart transformés ; c’est quoi ce bazar ? Tous ces loups ont le même pouvoir ? Mais je me dis que ce n’était pas le plus important ; il pouvait très bien s’occuper de moi aussi. Heuuuu, comment dire ? À l’aide ? Mais, dans la pénombre d’un arbre, je remarquais une autre silhouette, non transformer. Celui-là n’a certainement pas le même pouvoir que ces compères ; quels sont ces derniers alors ? Je devrais me méfier mais d’abord, faut absolument prendre la poudre d’escampette ! Enfin, plus facile à dire qu’à faire au vu de la situation.

Je voyais qu’ils allaient bientôt passer à l’attaque, j’ai beau savoir que ce n’est pas à mort, ce combat me donne des frissons. Et puis, entre moi et l’arbre le plus proche, il y avait ce crapaud qui bien qu’il n’ait pas l’air de se soucier de moi, ne me laisserait surement pas passer gratuitement. Que faire, une décision rapide s’imposait pourtant.

Je bougeais d’un coup, pour prendre une accélération. Au lieu de passer au-dessus de l’individu aux cheveux de cendre, je passais en dessous, à ras le sol et d’un coup de griffe, le blessait à la jambe. Ça saignerait et ça lui ferait surement hyper mal mais il ne la perdrait pas et il n’en mourra pas. Après tout, je ne veux pas non plus leur faire de mal gratuitement, c’est à l’origine un peuple que je veux protéger. Au moment où je sautais dans mon arbre alors que l’autre était plié par terre, serrant son précieux membre, les loups s’élancèrent. Je n’étais pas encore très haut et quelques-uns voulurent attraper ma longue queue de panthère. D’autre essayèrent de monter, de manière très maladroite. Je devais mettre plus de distance entre eux et moi.

Le gars qui était resté dans l’ombre s’avançait néanmoins. Je montais toujours quant à moi. Mais je vis que j’avais raison à propos de lui ; son pouvoir n’était pas de contrôler la bête en lui mais sa nature était plus dangereuse. Il touchait le tronc de ses deux mains et la base explosait, je reçus un éclat dans une de mes pattes avant malgré la distance. L’arbre commençait déjà à basculer. Que faire ? Que faire ? Ils avaient mis rapidement KO l’autre qui n’était pas mort au moins. Mais j’en suis qu’à moitié rassurée de voir qu’il ne s’agit pas d’assoiffés. On est dans une forêt, non ? Je serais les dents et sautais habillement sur un arbre intact.

Je ne sais pas pourquoi, ça m’avais choquée mais je devais vite me reprendre si je voulais atteindre au moins le soir. Je secouais la tête et me dépêchais de sauter de branche en branche, d’arbre en arbre. Même si, par deux fois un faux mouvement avait failli me mettre à la portée de ces prédateurs canins. Quand je fus assez éloigné, sans que je sache combien de temps avait duré le manège, je redescendis directement. J’irais plus vite à terre même si je serais certainement moins prudente. J’avais encore plus soif et la faim commençait aussi à me tirailler le ventre.

Mais cette petite course m’avait mené à proximité d’un bruit fort intéressant, celui de l’eau qui coule. Je suivis le doux son de cette dernière et vis bientôt apparaitre une rivière. Joyeuse, je courrais naïvement, pensant me jeter dans cette eau claire. J’étais soulagée… Je quittais le sol mais ne pus gouter à cette fraicheur à portée. Je ne compris pas tout de suite ce que je faisais là, pendue dans cette toile fine et solide, si soyeuse. Je voulus me débattre mais je me retrouvais tous juste dos vers le sol, à l’envers. Je n’ai pas l’air intelligente en tout cas…. Mais qui a tendu pareille piège. Ça collait à la fourrure, c’est horrible !

Ça ne prit pas longtemps avant que le, ou, dans ce cas, la coupable, se montre. Une fille aux petits yeux globuleux rouges, des antennes, des mandibules et en plus des bras et des pieds, elle avait quatre autres pattes longues et noires. Je crois que je viens hélas de tomber sur la Moranie de l’araignée… Mince comme on dit ! En plus, c’était une vraie naine, elle semblait vraiment petite et devait être un peu près aussi jeune que moi. Mais sérieux, même moi je suis beaucoup plus grande que ça, enfin, je suis aussi peut être grande tout court… Enfin bref, bien que je suis transformée et plein de bave de crapaud, ça ne m’empêche pas d’être rudement emmêlée et je ne peux pas faire de grands mouvements non plus… Est-ce que l’aventure s’arrête ici ?

Elle s’approchait et d’une voix pas vraiment cruelle mais qui semblait plutôt joueur, elle dit ;
« -C’est un sacré gros chat qui s’est pris dans ma toile…. Devrais-je le dévorer aux petits oignons ou entre deux tranches de jambon ? »
Elle rit, je vois que c’est une amatrice de rimes. Mais là, elle se mesure à une artiste, non mais. Je sais pas si c’est vraiment une stratégie, qui semble un peu naïve mais qui ne tente rien, n’a rien.
« -Le chat est plutôt une panthère. Si tu as foi, il y a bien des choses que je pourrais faire. Je n’implorais pas ton pardon, pour mon honneur. Mais tu devrais faire attention, ici, n’est pas encore mon heure. »
Elle me regardait d’un drôle d’air et d’un geste osé, caressait ma fourrure encrassée. Elle semble se prendre au jeu malgré les enjeux.
« -Vil créature, tu es pourtant prise dans ma toile. Ton futur est dans ma toile. Ce n’est pas ton heure ? Tu es pourtant à ma merci. La fin est ta sœur mais sans tuerie.
-Certes, mais j’ai des griffes acérées et des sens aiguisés. Je ne suis pas du genre à abandonner et la situation pourrait se renverser.
-Tu risque surtout de finir en cocon pour un temps plus ou moins long. Je me demande à quoi tu ressembles sous cette fourrure couleur cendre.
-Si tu me laisses là, tu ne le saura jamais. Pour la dernière fois, si tu m’aidais ? On a le droit de faire des groupes, non ? Si tu te loupes, toutes deux, nous tomberons. Réfléchis et fait donc le bon choix, c’est ton droit.
-Tu implore donc mon pardon ? Qu’est-ce que j’ai à y gagner ?
- Quelques conseils en rimes par exemple, je suis une artiste aux horizons amples.
-Tu me plais. »
Je vais dire que c’est grâce à ma bonne étoile qui fait que personne ne nous soit tombés dessus pendant notre petite… Bataille de rimes ?

Mais d’un certain coté, je me demande aussi si cette dernière souhaite vraiment gagner et pourquoi elle désire le trône. Elle allait me libérer, mais finalement, je réussis enfin à dégager une de mes pattes. D’un simple coup de griffe, j’arrivais à trancher sa toile et à tomber donc… Dans l’eau. En plus, j’avais encore plus soif à force de parler moi. Donc, je bus avant tout et l’araignée me regardait avec un sourire. Ouai bon, j’avoue que je n’avais pas trop le choix, si je voulais rester en course, que de tenter ce que je pensais. Mais je ne me doutais pas non plus que ça existait les gens qui en libèrent d’autre juste car ces derniers parlent bien. Je vais dire que j’ai eu beaucoup de chance.

Au bout d’un moment, je relevais la tête et sentit ma fourrure. Donc, j’étais trempée, pleine de bave de crapaud en plus de quelques bouts de toile me collant à la fourrure. Je fis une mine de dégout. J’aurais pu essayer de deviner tout scénario possible que celui-ci ne me serais jamais venu à l’esprit. Le pire, c’est que ce n’était pas trop le moment. Et dire que ce n’était que le premier jour. Je revins vers ma compagne de rimes ;
« -Tu proposes quoi ?
-On n’a pas à suivre de lois et on ne fait plus de chacun pour soi. Donc que nous proposes-tu, panthère attendue ? »
Et bah, si elle ne parle qu’ainsi, on n’est pas sortie de l’auberge…
« -Déjà, je serais ravie de faire des concours avec toi mais là, ce n’est pas trop le moment.
-Il n’y a point de mauvais moments, les rimes sont le temps.
-Je vois, laisse tomber, je vais essayer de m’y accommoder alors.
-Je suis ravie de l’entendre pour mon cœur en cendre.
-Il nous faudrait peut-être établir une base sécurisée. J’ai croisée des loups avant toi, toute une meute… Je pourrais très bien m’occuper des autres félins mais ces canidés seront un problème. Je peux seulement me transformer comme tu peux le voir. Et toi, c’est quoi ton pouvoir ?
-Je ne puis te le dire tout de suite, car mon heure arrive…
-hein ? »
Je compris seulement quand je vis ses vêtements tombés au sol.

Une grosse araignée sortie, ha, d’accord. Donc, elle bataillait avec moi alors qu’elle allait bientôt être vulnérable. J’ai l’impression d’être tombée sur une crétine. Je ne peux la prendre avec mes grosses pattes. Et si je la laisse, elle risque de s’échapper et de se mettre en danger. Je pris donc un autre stade de transformation. J’ai de la fourrure par endroit, une sorte de panthère garou. Je peux marcher sur deux jambes et mes mains ont gardées leurs griffes. J’ai mes moustaches de panthère sur la figure ainsi que les yeux et les canines. Je suis toujours aussi souple et mes cuisses sont étranges, gardant mes « ressorts » de fauve. Ma peau est noire, je n’y peux rien, même là où il n’y en a quasiment pas, ma fourrure est noire. Et en plus, ma peau à magnifiquement foncée aussi. Au moins, ainsi, je peux me défendre mais aussi prendre l’arachnide dans mes mains. Je pris aussi ses vêtements sur une épaule et montais d’un bond dans l’arbre le plus proche, aussi haut que possible. J’attendis car je ne pouvais pas faire grand-chose avec elle dans mes mains.

Je ne sais pas combien de temps exactement cela avait duré, je sais juste que j’avais faim. Un moment finalement, je la sentie se retransformer et après une vérification minutieuse, je sautais à terre pour la poser. Heureusement car elle ne tardait pas à revenir à sa forme d’avant, à ceci près qu’elle était nue, comme moi. Mais moi, j’ai ma fourrure donc c’est surement moins gênant. Je lui tendis ses vêtements et elle se rhabillait rapidement, non sans avoir rougis avant.

En plus, j’avais envie de me laver mais je crois que ce n’était pas la priorité. Enfin, je ne parlais pas du fait que je l’avais vue à poil car je pense que l’on s’en passerait bien. Je parlais plutôt de ce que je voulais dire à l’origine ;
« -Donc, avant cet événement imprévu, dont tu aurais pu prévenir sois dit en passant. Je te demandais qu’elle était ton pouvoir ? Et aussi, tant qu’on y est, comment tu te nommes. Moi, c’est Shena Etoile.
-Tu veux donc savoir mon pouvoir ? Je te le dirais avant ce soir. Il consiste à faire des toiles, qui sont très dure, chère étoile. Je me nomme Mini Cinier, je suis la Moranie araignée. »
Je restais pensive un instant. J’essayais de trouver les applications possibles de ce pouvoir… Je vois, ça pourrait nous être utile pour faire notre base dans les arbres en plus de faire des pièges. Je souris, oui, ça pourrait le faire. Je lui fis donc part de mon idée et elle me répondit que c’était une bonne solution, en rimes bien entendu.

Elle s’attelait donc à la tache pendant que je montais la garde. En effet, on restait nombreux donc jusqu’à qu’elle ait finit, beaucoup de gens pourraient nous affronter. Je priais juste de ne pas retomber sur les loups, j’eu des frissons rien que d’y penser. J’avais repris ma forme totale de panthère, plus discret bien que la saleté m’était très désagréable. Etablir notre base près d’un point d’eau était aussi bien un avantage que dangereux. On pourrait faire des pièges, on affrontera beaucoup de monde mais on ne sait pas qui par contre. De plus, on n’avait pas le problème de l’eau. Il y a des poissons qu’on pourra facilement pécher grâce à un filet improvisé. Je me couchais deux minutes par terre. D’ailleurs, je devrais peut-être aller chercher mes affaires… à la nuit peut être, ça serait plus prudent.
Mini me signalait qu’elle avait fini et je l’aidais pour les quelques finissions nécessaire. C’était plus un amas de toiles recouvertes de feuilles mais c’était bien camouflé donc ça suffisait largement. Je n’allais pas lui demander de faire des hamacs, on n’est pas en vacance ! On péchait avec ses toiles et je constatais avec surprise qu’elle était répugnée de manger crue. Faire un feu serait comme inviter tout le monde à nous attaquer et je n’en avais franchement pas envie.
Elle me demandait aussi pourquoi je ne reprenais pas forme humaine et ce fut l’occasion de lui signaler que j’allais brièvement m’absenter la nuit. D’ailleurs, je n’ai pas vu le temps passé car le soleil se couche déjà. Ouai, j’espère que demain on fera mieux qu’un seul repas et zéro ennemi vaincu. À part cela, ça s’est plutôt bien passé.

Je lui indiquais de se cacher dans notre « base » (j’avais entendu des bruits) et on le fit à temps car des torches passèrent en contrebas. Dommage qu’on n’est pas encore fait de piège. J’espère juste qu’ils ne vont pas rester là…

Il faisait une légère pénombre grâce à la lune et je demandais donc à Mini d’être prudente même si ça serait bref comme absence. Je descendis prudemment de mon arbre et allais dans la direction où reposaient mes affaires, cachées normalement. Je dus bien des fois raser le sol, à l’abri de fougères car je passais prés de petits groupes et je n’avais pas non plus envie d’affronter des personnes seules. Je pris rapidement mes affaires entre mes crocs et pris le chemin inverse, bien que légèrement diffèrent, ça me permettait d’explorer un peu plus les lieux ainsi. Arriver, je bus un coup et je dis à Mini de ne pas m’attendre pour dormir car j’allais me laver.
Elle reposait la tête dans la cachette où, à présent, je vis qu’on avait bien joué notre coup. Je repris ma forme initiale, la pénombre ne me gênais pas, j’y voyais parfaitement. Je lavais d’abord mes affaires et les fit suspendre sur une branche d’arbre. Je m’immergeais complètement dans l’eau de la rivière et frissonnais. Mais bon, je ne supporte pas d’avoir de la bave de crapaud et des morceaux de toile sur moi. Alors même si je n’ai pas de savon, je pourrais enlever le plus gros. J’avais presque oublié ou j’étais…

Enfin, de la lumière me fit rapidement revenir à la réalité… Je regardais d’où ça venait et deux individus approchaient. Je n’avais pas le temps de tous remballer hélas… J’espère que Mini ne va pas intervenir juste, ça serait un avantage pour nous si on ne sait pas que l’on est ensemble. Je n’essayais pas de me dissimuler davantage dans l’eau, j’avais mes vêtements sur une branche de toute manière donc ça ne serait que plus suspect. Les deux personnes semblaient être un Morany renard et celui d’un chat. Ils m’adressèrent la parole comme si de rien n’était ou plutôt, je semblais être un objet de valeur que l’on convoitait… Super.

« -Hé, ma petite, ça ne te dirais pas de sortir de l’eau. »
L’autre ne dit rien mais écrivit quelque chose dans le sol avec un bâton… Il devait être muet. Un chat muet et un renard bavard, c’était presque comique.
« -Non merci, je suis très bien là où je suis.
-Ne nous oblige pas à venir te chercher ! En plus, on te fera la gentillesse de t’éviter toute cette galère de jeux ! Ne rêve-tu pas de quitter ce bout de forêt ? »
C’est de la vanité ça, ce que je n’aime guère…
« -Je me demande pourquoi vous participez. Venez vous battre au lieu de bavarder !
-Bah, tu sais, ce que tout le monde veux ! La richesse, la gloire, tout ça, tout ça quoi ! Mais j’avoue que me battre contre une fille nue dans l’eau est alléchant. »
Je plaquais mes oreilles en arrière alors qu’il approchait, laissant son coéquipier sur la berge. Je ne comprends pas, me dites pas que c’est parce qu’il n’aime pas l’eau ?
Bah, le renard attaquait en premier et la panthère ripostait simplement. Je ne compte pas me laisser faire et être dans cet état ne lui offre aucun avantage. Je découvris bien vite ses capacités alors qu’il avait réussi à me saisir ma queue de panthère. Membre sensible je dois dire car c’est le prolongement de la colonne vertébral. Il se mit en feu et ça me brula là où il m’avait saisi. Je me transformais alors totalement pour lui asséner un puissant coup de griffe qui le fit lâcher prise. Venir ainsi n’était pas bien joué pour lui.

Car il créait de la vapeur d’eau et je constatais qu’il ne pouvait pas s’enflammer lorsqu’il était mouillé. Donc je dus juste me jeter sur lui, malgré le feu et l’immerger. Cela fonctionnait à merveille et alors que je pensais le mettre chao, un chat m’a atterri dessus. Je vois, la même capacité que moi et malgré sa taille et qu’il soit muet, je vis que ça restait un féroce combattant. Un chat blanc contre une panthère noire qui se défend déjà d’un renard, ça ferait un beau tableau je pense. Je ne sais pas combien de temps je dus me défendre mais ce fut dur. Mais au bout d’un moment, j’ai arrêté de réfléchir à mes coups et j’ai laissé mon instinct prendre le relais. Finalement, après bien des coups échangés dans l’eau, c’est moi qui gagnais. Je repris ma forme première. Ils étaient KO tout deux et je les éloignais durement de notre base improvisée. Quelqu’un irait les chercher. Je dus me laver de nouveau, rien que pour désinfecter les blessures plus ou moins sérieuses. J’avais mon bras gauche salement amoché. Lorsque j’allais reprendre mes vêtements, je déchirai une partie de mon haut pour m’en faire un bandage vite fait.
Quand je montais à l’arbre pour me coucher je vis que Mini dormait encore. Je vois, c’est ce qu’on appelle sans doute un sommeil de plomb. Il ne faudra pas que je compte sur elle pour nous avertir en pleine nuit si on se fait attaquer.

Néanmoins, ça me fit sourire et c’est en paix que je m’endormis.


Spoiler:
 
|____| (J2) rencontre… |____|


Je me réveillai au petit matin et je me levai avant mini. Je descendis et me transformais directement, me promenant dans l’herbe… Essayant de repérer mes adversaires à présent. Au détour d’un arbre, je tombais nez à nez avec une fille…


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Lun 21 Mar - 19:46
Shallia se sentait prête, elle était à l'heure comme à son habitude, attendant qu'un des membres du conseil prenne la parole, ils étaient bien moins nombreux que lors de la première épreuve. Il restait pourtant une proportion encore acceptable de participant. Elle n'avait pas trop compris l’entraînement qu'elle avait reçu, il avait été trop simple à son goût, beaucoup trop de personnes de son groupes avaient été sélectionné. Les paroles de celle qui les avaient coaché cette semaine résonnait encore dans sa tête. Elle souhaitait qu'elle les rende fière de leur prouesse, cet échauffement n'avait sûrement pas à ses yeux d'éliminer des gens mais plutôt de les préparer en douceur pour la suite. Elle aurait préféré un entraînement plus dur quand elle voyait ce que certains avaient subit, elle aurait préféré se retrouver avec eux plutôt que de...quoi que, finalement, elle ne regrettait pas, elle avait ainsi pu rencontrer Taiga en qui elle plaçait beaucoup d'espoir. Elle ferait une très bonne subordonnée ainsi qu'une amie de confiance.

Elle fut interrompue dans ses réflexions par le félin faisant partit du conseil des 4 qui parla à la plèbe car oui, ils pouvaient se définir ainsi vis à vis de ce groupe de décideur mais les choses allaient changer et même très rapidement. Elle avait bon espoir de réussir à prendre ce poste qu'elle convoitait. Elle aurait recours à tous les moyens pour parvenir à ses fins, elle ne pouvait décevoir, elle avait une amie à aider. Elle savait qu'en cas de détresse, elle pourrait penser à elle pour se motiver et se remonter le moral. Mais surtout, cette position de dominance avait également un autre but, elle avait besoin d'information pour retrouver sa femme et sa fille. Ce job, si on pouvait appeler cela comme ça pourrait se révéler une vraie mine d'or en information. Elle allait pouvoir se faire plaisir et éliminer définitivement quelques hommes au passage, ça ferait un bon déblayage, un élagage tout ce qu'il y a de plus jouissif.

Son idée s'envola rapidement lorsqu'elle se concentra sur les dires du chat qui parlait à travers leur esprit. Elle détestait cette sensation, elle savait bien qu'ils ne lisaient pas dans les esprits mais elle trouvait cela dérangeant au possible. Elle les savait maintenant incapable de s'exprimer dans la langue humaine mais tout de même. Les participants allaient prendre part à un jeu de survie dans la forêt et pour une semaine entière. Ils ne semblaient pas friands de fournir des timings différents. Ils auraient pu dire deux semaines, moins de sept jours mais pourtant cette notion de semaine ne cessait de revenir. Il y avait peut-être une leçon qui y sous-tendait vu qu'ils semblaient aimer apprendre des choses aux pseudos pauvres brebis que nous sommes... Que cela était grisant et peu digne d’intérêt, les participants n'avaient pas besoin de leurs aides pour apprendre. Enfin, c'est ce que pensait Shallia en tout cas. Elle avait sûrement tord mais elle ne supportait pas qu'on lui fasse la leçon, sûrement des séquelles de son enfance qu'il vaut mieux taire pour ne pas choquer les lecteurs.

Elle ne pouvait visiblement pas tuer ses adversaires, voila qui allait compliquer les choses pour la jeune femme mais elle relèverait le challenge car rien ne l'empêchait de les blesser assez sévèrement pour les forcer à abandonner. Un petit sourire malicieux germa au coin de ses lèvres, tournant même un petit peu vers le sadisme. Personne dans la foule n'avait du le remarquer, elle passait inaperçue au milieu de tous ces gens, tous réunis ici dans le même but... On pouvait tout de même avoir recourt aux méthodes de son choix hormis cela, pas de confort, pas de nourriture ni de boisson, cela ne faisait pas peur du tout à notre jeune héroïne, elle en avait vu et vécu bien d'autres.

Ils ne pouvaient également que porter leurs vêtements, ils seraient fouillés avant de commencer. Que faire, elle espérait pouvoir prendre quelques explosifs avec elle ainsi que son émasculator 3000. Elle pourrait les cacher dans les doublures de sa tunique comme à son habitude. Elle avait confiance en ses cachettes, elles étaient dur à trouver pour une personne non bercée dans le domaine mais elle ne pouvait pas prendre le risque d'être éliminée de cette manière pour tricherie, elle allait donc devoir se passer d'eux. Il n'y avait pas d'alternative et là par contre, elle n'était plus aussi sûre d'elle, elle n'avait plus son attirail pour la protéger contre ces êtres vils que sont les hommes, cette race qu'elle hait temps. Elle fut prise d'une petite quinte de terreur mais elle réussit tout de même à se calmer rapidement, elle était après tout en public. Elle prit une profonde inspiration, emplissant ses poumons d'air frais car oui, le fond de l'air était frais. Son calme revint finalement et la foule se dispersa après que le félidé ai finit son petit speech. Shallia était restée là, seule, un peu comme prostrée par les termes de participation à la suite des événements, elle sursauta lorsqu'une main vint se poser sur son épaule, faisant un petit bond en avant et se retournant à toute vitesse pour faire face à son adversaire. Qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle aperçu Taiga ainsi que la surprise de celle-ci en la voyant la fuir comme ça et s'apprêter à s'en prendre à elle au besoin. Shallia se détendit en se rendant compte de celle qui lui faisait face. Elle lui fit même un petit sourire complice. Elle n'avait rien à craindre, elle s'approcha alors d'elle, rassurée et vint lui faire la bise.
    Je suis désolée Taiga si je t'ai fait peur, quoi que, tu m'as fait peur aussi, j'étais plongée dans mes pensées et pas des plus reluisantes en prime. Je suis contente de te voir en tout cas, tu te sens prête pour demain ? Nous risquons d'avoir de très longues journées je pense ou nous n'auront que peux de loisir pour se détendre. Je me disais que peut-être, nous pourrions profiter de l'après-midi pour penser à autre chose qu'à ce qui nous attend, qu'en penses-tu ?

Le visage de Taiga s'illumina devant cette proposition, elle semblait également avoir besoin de lâcher un peu prise et de penser à autre chose. Elle accepta donc volontiers ce qui lui était proposé, d'aller boire un petit pot pour se donner du courage pour le lendemain. Elles se rendirent dans un bar assez banal d'aspect, buvant un ou deux verres d'alcool car c'est bien connu, l'alcool donne du courage et délie les langues mais ça, ce n'est pas toujours un avantage en soi. Elles évitèrent autant que possible de parler de ce qui les attendaient, comme si elles désiraient oublier, elles mentionnèrent juste l'alliance qu'elles allaient faire toutes les deux pour tenter de survivre à cette épreuve. L’après midi commençait à avancer, Shallia proposa à Taiga de continuer la soirée chez elle malgré le fait que son chez elle soit tout petit. Elle ne pouvait l’amener chez Gwihir, sa relation avec la jeune femme ne devaient pas être connue et rester secrète, tout du moins pour le moment. Il serait bête que son plan échoue pour si peu. Elles se rendirent donc chez la jeune femme chat.

A peine arrivée, Shallia vint se flasher dans le canapé, un peu fatiguée et éméchée, elle ronronnait dans celui comme un chaton sans défense. Elle proposa à la femme tigre de s'asseoir à côté d'elle dans celui-ci ce qu'elle fit. La Morany en profita pour activer le mode séduction.
    Taiga, tu as un amoureux dans la vie ou une amoureuse ? Ou bien tu es un cœur à prendre.

La tigresse rougit devant une question si directe, cherchant ses mots, visiblement gênée par la tournure de la question dont on venait de l'assaillir. Elle frottait nerveusement ses mains nerveusement l'une dans l'autre, Quelques secondes passèrent ce qui fit sourire Shallia intérieurement, elle avait fait mouche, elle n'avait plus qu'à attendre qu'elle tombe dans ses bras. Le meilleur moyen de s'assurer qu'une personne vous reste fidèle est de provoquer chez elle une forme d'adoration voir d'amour pour vous.
    Je... non, je n'ai personne dans mon cœur, je n'ai pas beaucoup le loisir de me promener et de profiter de la vie. Mon père m'en empêche, c'est déjà un miracle que je puisse me retrouver ici chez toi. Puis, une femme, c'est étrange de poser cette question, ce n'est pas très naturel de se laisser aller à cela non ? L'amour entre femme, ça doit-être très spécial.

Elle ne semblait de prime abord pas intéressée par les femmes mais dans la vie tout peut changer, se poser la question est déjà une première victoire dans l'esprit de Shallia. Elle l'attira contre elle pour lui faire un gros câlin, n'y voyez ici rien de pervers ou de déplacer, juste un câlin en toute amitié. Elles parlèrent un petit peu de leur passé que je préfère pour le moment occulter afin de laisser un petit peu de suspense pour la suite.

Le soleil venait de se coucher, il commençait à faire tard, les deux jeunes femmes parties dans leur discussion ne virent pas le temps passer, certainement l'alcool aidant à cette impression de dilatation temporelle ( ou alors, Lauraline était planqué sous le canapé).

Taiga regarda sa montre, plus par réflexe qu'autre chose, il était 22h00 et la nuit avait enveloppé entièrement la forêt.
    Il est déjà tard, il va falloir que je rentre

Elle n'était visiblement pas rassurée à l'idée de se promener seule de nuit. Shallia sauta sur cette occasion pour lui faire une proposition.
    Si tu désires rester ici pour la nuit, tu peux, nous partirions ainsi demain toutes les deux pour l'épreuve. J'ai un lit enfin comme dans toute les maisons, il n'est pas bien grand, nous serons sûrement un petit peu serrée.

Taiga accepta, préférant visiblement cette solution à l'autre qui s'offrait à elle.

Jour 1

Les deux jeunes femmes se réveillèrent lorsque le réveil retentit, brisant le sommeil des deux comparses. Leurs paupières étaient lourdes, elles n'avaient pas assez dormi, c'est une évidence. Elles durent tout de même se lever, elles se douchèrent ensuite pour tenter de supprimer la petite barre au milieu de leurs fronts. Elles se préparèrent, s'habillant en conséquence pour leur permettre de se mouvoir avec aisance dans la forêt et sur les terrains difficiles. Une fois vêtues, elles quittèrent la chaumière de Shallia. Celle-ci, avait préalablement pris soin de vider toutes les poches cachées de sa tunique. Elle se sentait légère sans ses explosifs et son fidèle Emasculator 3000. Son arme blanche de prédilection est un rasoir coupe chou, un vieux modèle comme utilisaient les coiffeurs dans le temps ou les personnes âgées. Le tranchant était entretenu avec soin et fixé à une châsse en micarta. Au bout de la lame, un crochet non aiguisé permet une ouverture facile, permettant à notre jeune femme de faire face avec rapidité à tous les obstacles se présentant devant elle. Elle n'était de par ce fait pas très rassurée de devoir le laisser chez elle mais elle n'avait pas vraiment le choix. Le cacher sur elle serait trop dangereux, elle risquait la disqualification. La femme chat prendrait donc sur elle.

Elles quittèrent finalement la maison, se rendant au point de rendez-vous. Les fouilles commencèrent mais elles furent bien trop sommaires au goût de Shallia, ils ne remarquèrent même pas ses petites poches cachées à l'intérieur de sa tunique, Cela n'était guère rassurant car, elle en était sûr, certains avaient à coup sûr pu faire entrer des armes sur le site. Elle regrettait un peu sa décision de s'être délestée de ses équipements mais bon, il était trop tard pour cela maintenant. L'examen corporel fut ensuite suivi d'une séance d'injection de puces traceuses. Les organisateurs avaient soit disant recourt à ce procédé pour pouvoir les retrouver en cas de problème mais était-ce réellement la raison ? Nul ne savait. Elle sentit un petit pincement lorsque l'aiguille perça sa peau au niveau de la cheville mais elle ne sourcilla point. Une fois tout le monde fouillé et certains tout de même éliminés pour avoir tenté de frauder, les injections faites, le coup de départ fut lancé. Une très grande partie des concurrents s'élancèrent au pas de course quand la Nekotte vit cela, elle fit un petit signe de la main à Taiga pour lui signifier qu'il ne servait à rien de se précipiter. La forêt était peut-être piégée comme dans hunger games, il serait donc dommage de tomber dans la première embûche qui passe comme le premier des demeurés. Il fallait lors d'une telle épreuve faire preuve d'une grande maturité et intelligence pour triompher d'une telle épreuve. Ceux qui ne possèdent pas ces deux qualités seront sûrement les premiers éliminés. Elle se mit donc à trottiner afin d'économiser ses forces car elles devraient certainement rester plusieurs jours dans cette arène. La première étape et non des moindres, serait de se familiariser avec le milieu environnant. Il était primordial de connaître la superficie qui leur était allouée pour l'épreuve. Une zone de faible envergure serait beaucoup plus propice aux rencontres ainsi qu'aux alliances à l'antipode des zones de grandes envergures. Le contact finirait par avoir lieu de toute manière. Il fallait également tenter de trouver un lieu sûr pour la nuit et s'arranger pour qu'il soit difficilement accessible pour ses adversaires, facilement défendable mais également de leur laisser une porte ouverte pour la fuite, une sortie de secours en d'autres termes.

Shallia se savait désavantager au niveau de son pouvoir, il était bien trop dangereux dans les zones forestières, Elle risquait de tout faire flamber. Les deux femmes continuaient à s'enfoncer plus en profondeur, il ne fut guère difficile de déterminer qu'ils avaient affaire à une zone réduite. Les interactions allaient donc pleuvoir. Était-ce le but de cette épreuve ? Elle n'en avait pas de certitudes mais tout le laissait croire en tout cas.

Soudain, elle entendit un cri de douleur provenant de derrière elle, aussitôt suivi d'un bruit de chute étouffé par la végétation comme si quelqu'un venait de se gameler lamenteusement. Qu'elle ne fut pas la surprise de Shallia de découvrir que la coupable était Taiga qui venait de se prendre le pied dans les racines à nues d'un vieux chêne très certainement plusieurs fois centenaire. Elle fit donc demi-tour pour s'approcher de son amie et l'aider à se relever. Une partie d'elle avait envie de disputer la jeune tigresse de son manque de prudence et de sa maladresse mais pourtant, elle ne le fit pas. Ce trait de caractère était ce qui faisait le charme de cette jeune femme et donc, il n'y avait aucune raison de la forcer à changer en supposant que cela fut possible.
    Tout vas bien, rien de cassé ?

    Je pense que ça va

Taiga tenta de faire un pas en avant mais immédiatement, une grimace s 'esquissa sur son visage doux.
    Je ne suis pas convaincue que tu t'en sois tirée indemne.

    J'avoue, je pense que je me suis foulée la cheville, je ressens une douleur lancinante. Je pense que tu devrais continuer sans moi, je vais te ralentir.

    Pas question, je n'abandonnerai jamais une personne à qui je tiens, dussé-je perdre cette foutue épreuve. Ne te tracasse pas, appuis toi sur moi, tout ira bien, nous allons nous cacher en attendant que tu te reposes un petit peu.

Shallia vint se placer sous l'épaule de la tigresse afin que celle-ci puisse prendre appui sur elle. La nekotte cherchait du regard un endroit sûr où se cacher en attendant que la douleur de son amie s'estompe, Elle ne se faisait pas d'illusions, le premier jour commençait mal, elles allaient devenir des cibles faciles pendant cette immobilisation forcée.
    Merci beaucoup de ne pas me laisser seule livrée à mon sort.

    Ne te bile pas, c'est tout naturel de faire ça pour une amie. 

Elles n'allèrent guère loin avant de s'installer dans un abri naturel formé par un fouillis indescriptible d'arbustes. Shallia avait un peu mal au cœur de la voir marcher ainsi clopin clopant pour rejoindre la cachette dans laquelle, elles avaient maintenant élu domicile pour un temps incertain.

Une petite heure s'écoula sans la moindre encombre, personne ne semblait les avoir remarqué, une bonne chose en soit. En cas de confrontation, Taiga était pour le moment hors jeux. Shallia se doutait que cette situation n'allait pas tarder à changer, chaque minute d'immobilisme augmentait de manière exponentielle les risques de mauvaises rencontres. N'allez pas croire pour autant qu'elle est pessimiste, loin de là, elle est réaliste, voila tout. Elle ne fut pas détrompée lorsqu'elle entendit un bruit, comme quelqu'un qui se creusait un chemin à travers les fourrés. La femme chat intima à Taiga de ne pas faire de bruit, il n'était pas l'heure de se faire remarquer, le risque était trop grand pour le moment. Le bruit ne cessait de se rapprocher dans leur direction, avaient elles été localisées, simples hasard, rien ne permettait pour le moment de le déterminer. Devait- elle se lever et se mettre à courir pour faire diversion afin que l'on ne tombe pas sur son amie ? Ou au contraire, devait-elle rester auprès elle ? Un dilemme cornélien faisait rage dans sa tête. Elle devait se décider et vite si elle ne voulait pas finir par se chopper des maux de tête. L'inconnu était maintenant tout proche, elle avait pris trop de temps de réflexions.

Une femme surgit, elle ne semblait pas réellement humaine. Elle tenait dans sa main ce qui semblait-être un pistolet silencieux. Pas une aubaine, certains n'avaient visiblement pas respectés les règles. Apparemment, les organisateurs ne semblaient pas vouloir intervenir devant cette tricherie. Les deux femmes allongées au sol étaient dans la ligne de mire de celle-ci. Shallia avait fait une énorme boulette en voulant rester près de son amie. Qu'allait-elle faire maintenant ? Elle se sentait comme une débutante prise au piège, elle se sentait frustrée, comment pouvait-elle avec son expérience se laisser prendre ainsi sans ne rien pouvoir faire ? Elles étaient à sa merci, elles attendaient le coup de feu mais celle qui leur faisait face ne semblait pas décidée à presser la détente, pour qu'elle raison ? La peur d'être disqualifiée ? Souhaitait-elle éprouver sa supériorité indéniable en cet instant ? La Nekotte ne pouvait strictement rien faire pour le moment, elle en profita donc pour dévisager la femme, tentant de trouver une faiblesse à celle-ci pour peu qu'on lui en laisse le temps. Sa peau était verdâtre ce qui était légèrement affolant. Son visage semblait avoir des traits reptiliens mais ne s'apparentait pas aux serpents mais à quelque chose de bien plus antique. Ses dents cachées derrière sa mâchoire devaient-être aiguisée, c'est ce qu'elle supposait en tout cas et ne tenait pas réellement à le vérifier. Les yeux étaient d'un jaune vif, les pupilles de forme reptilienne. Qu'était-elle donc ? Une longue queue de la même couleur que son corps dépassait du bas de son dos, surmontant un pantalon bleu des plus classiques. Un body échancré couvrait le haut de son corps, il était vert également tout comme sa chevelure. Tout avait ce ton en elle et sur elle. L'avantage de cette couleur c'est qu'elle passait plus ou moins inaperçue dans la forêt ce qui était un atout de taille dans ce type d'épreuve.

Valheria:
 

Le temps s'écoulait, semblant très long pour les deux jeunes femmes se sachant à la merci de la volonté d'une autre. Le silence finit par être rompu.
    Levez-vous, mains sur la tête, pas de gestes brusque, je n'hésiterai pas à faire feu. Ne vous croyez pas à l'abri. Je n'ignore pas le fait qu'il est interdit de tuer mais rien ne m'empêche de vous mettre une balle dans le bras ou la jambe, je peux vous assurer que ça fait bien mal.

Les yeux reptiliens de celle-ci les fixait avec intensité, elle montrait sa détermination de par ce fait. Il allait donc falloir obéir pour ne pas souffrir. Il était temps pour Shallia de prendre également la parole.
    M'autoriseriez-vous à aider mon amie à se relever ? Elle vient de se fouler la cheville. Elle aura plus simple si je l'aide. En prime, je n'aimerais pas que ses mouvements vous fasse croire qu'elle tenterait quelque chose de louche.

Les yeux de la reptile s'obscurcirent, ils semblaient mauvais. Shallia pensait avoir la réponse à sa question sans même la moindre formulation en retour.
    Ce n'est pas mon problème, qu'elle se débrouille. Je veux qu'une fois redressée, vous vous éloigniez l'une de l'autre. Je vous promet de tirer si vous êtes trop proches.

Elles se relevèrent donc, une avec une plus grande facilité que l'autre. Je vous laisse deviner laquelle. Enfin, trêve de bavardages, revenons à nos moutons. Elles s'écartèrent donc l'une de l'autre comme les ordres avaient été formulés.

Taiga était apeurée, elle n'avait jamais par le passé rencontré de situation de stress aussi intense, la peur faisait flageoler ses jambes, venant amplifier la douleur, les faisant finalement céder sous le poids de la peur, s'effondrant au sol. Shallia, rapide comme le vent, pardonner moi l'expression éhonteusement fausse, elle n'en a pas réellement la possibilité mais aussi vite que son corps lui permit. Une balle siffla à côté de ses oreilles mais avec un bruit très léger, le suppresseur de bruit faisait magnifiquement son office. Shallia se jeta sur la tigresse, faisant barrage de son corps.
    Tue moi si tu le désires, mais je la protégerai de mon corps. Tire moi dessus et tu auras affaire à ma colère, on ne touche pas à mes amis, peut-importe ce qu'il arrive.

Ses yeux étaient fermés, s'attendant à être punie de son opiniâtreté, pourtant, rien ne se passa. Qu'elle étrange sensation que ce temps dilaté par les événements. Un petit rire éclatant se fit entendre, ce qui sidéra la jeune femme. Shallia tourna alors la tête, l'arme qui la menaçait avait disparue, ou était-elle passée ?
    Vous venez de passer mon test, que diriez-vous de continuer votre route avec moi ? Je cherche des gens fiables et je pense les avoir trouvé en vos personnes. Relevez-vous voyons, je ne vous ferrai pas de mal. Je n'ai jamais eu l’intention de le faire. Pas que l'utilisation d'arme à feu soit quelque chose hors de ma portée, surtout sur une aussi courte distance et sur cible immobile.

Elle s'approcha des deux femmes vautrées au sol, leur tendant la main pour les aider à se relever. Shallia était rouge de colère, elle n'avait qu'une envie, la rouer de coup pour se venger de l’humiliation qu'elle venait de subir. Elle saisit donc la main avec fermeté, tirant d'un coup sec pour la faire choir au sol, perdant l'équilibre, elle se retrouva au sol, Shallia, en profita pour venir s'installer à califourchon au dessus d'elle, levant le point comme pour lui asséner un violent coup au visage. Elle voulait lui enlever ce sourire qui lui trônait sur son visage. Son poing était en suspend, prêt à s'abattre. Le visage de la reptile n'avait pas pour autant changé ce qui énervait encore plus Shallia.
    Je peux comprendre votre envie de me rouer de coup, c'est vrai que ma méthode n'était pas très régulière. Si cela peut vous soulager, faites le mais réfléchissez tout de même à ma proposition d'alliance. Plus nous serons nombreux et plus nous aurons de chance de triompher. Qu'en pensez-vous ?

Devant ses paroles, la main de Shallia redescendit, elle n'avait plus l'air d'une harpie dangereuse. Sa colère venait de s'estomper. Elle avait été touchée au vif par cette invitation à lui asséner un coup, elle ne désirait plus le faire, elle n'arriverait pas à se venger de cette manière. Tout finissait finalement bien. Elle roula sur le côté, soulagée. Pendant ce temps, Taiga, souffrait en silence, la chute n'ayant pas amélioré les conditions déplorables de sa cheville. Shallia restait au sol, elle vit la Reptile dont elle ignorait encore le nom se lever et s'accroupir à côté de la tigresse.
    Je m'excuse d'avoir dit que je n'avais rien à faire de ta blessure, ce n'est pas le cas, je vais regarder ce que je peux faire pour soulager cela.

Elle remonta un peu le pantalon de la jeune femme pour avoir accès à la cheville et commença à la manipuler avec douceur.
    Tu n'as rien de grave, une foulure, une simple distension sans déchirure ni arrachement des ligaments. Tu en auras pour quelques jours tout au plus. En temps normal, je t'aurais mis de la glace dessus mais ça risque d'être compliqué à trouver ici sauf si on tombe sur mister freeze.

Elle rigola de sa blague puis enchaîna.
    On va te faire une attelle en bois pour que tu aies plus facile à te mouvoir et que ça atténue la douleur.

Elles profitèrent de ce moment pour se présenter les unes aux autres. La nouvelle membre du groupe se prénommait Valheria. Elle avait été acceptée mais Shallia ne lui faisait pas réellement confiance, elle se méfiait d'elle. Était-elle fourbe ? Avait-elle mentit sur le test qu'elle leur avait fait passer ? Le temps répondrait à cette question. La nuit n'allait pas tarder à poindre, elles cherchèrent donc un endroit sûr où se reposer. La nuit se passa sans heurt, les jeunes femmes montant la garde à tour de rôle. Shallia fit mine de dormir lorsque le tour de Valheria arriva, elle la gardait à l’œil, toujours méfiante. La nuit se passa sans heurt. Le Maître du Jeu ne semblait pas avoir fait un jet provocant une rencontre. Heureusement pour elles, la première journée avait été forte en émotion.

Jour 2

Le lendemain matin, elles se réveillèrent, certaines plus en forme que d'autre, Shallia ayant monté une double garder en surveillant Valheria. Elles quittèrent leur abri de fortune, errant un petit peu dans la forêt. Elles entendirent un bruit et se cachèrent, élaborant un plan pour le premier contact. La personne envoyée serait Taiga afin de jauger leur adversaire, histoire de voir si celui-ci s'en prendrait à une estropiée munie d'une attelle. C'est ainsi que la route de la tigresse croisa celle d'une panthère noire. Les deux autres en profitèrent pour contourner discrètement le félidé, prêtes à intervenir en cas de besoin.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Griffon
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Mer 13 Avr - 18:10

Elle avait de beau yeux et sa queue et ses oreilles était tigrées. Un autre félin ? Je posais mon regard sur l’attelle qu’elle portait à la cheville de mes yeux de fauve… Je regardais la fille plus intensément de mon œil bleu et de mon œil vert. J’essayais de lire une quelconque envie de se battre, voir si je devais me méfier. Je regardais un instant en arrière en repensant a Mini, avec un peu de chance, elle dort encore. Et puis, je veux juste faire de la reconnaissance, je ne veux pas qu’elle pense que je suis partie sans elle, que je l’ai abandonnée. Je suis une voleuse mais je ne suis pas aussi lâche. Surtout que je suis en train de me dire que ses talents pourront être utiles de bien des manières ; il ne faut pas oublier l’eau et la nourriture. Un point que je pense être un plus gros problème que nos adversaires. La trahison aussi remarque, dans ces situations, il n’est pas rare que des amis se trahissent. Je soupirais, fixant de nouveau la fille. Je pense que ça se voit tout de suite que je ne suis pas un simple félin ; rien que mes oreilles plus pointues que la moyenne et ma longue queue. Aussi mon comportement remarque ; mais on ne se refait pas. Je m’assoie, fixant l’attelle d’un œil intelligent.
« -Bonjour, je n’ai pas pour habitude de m’attaquer à des gens qui ne peuvent pas tout donner. »
Je fermais les yeux un instant en repensant à hier soir…
« -Enfin, exception faite des gros pervers vaniteux… »
Je me raclais la gorge, je n’avais pas besoin de préciser ce détail !
« -Bref, je devrais plutôt dire que je ne blesse pas les miens gratuitement. Après tout, je suis ici pour être capable de protéger mon peuple par la suite ; des chasseurs, des hommes qui ne savent rien.
Donc je vais plutôt te donner un conseil avisé ; fait attention au loup. Il y en une sacrée meute et ils ne font pas dans la finesse. Même s’ils ont le désavantage de ne pas pouvoir monter aux arbres ! »

Je la regardais de nouveau ;
« -Donc à présent, il te reste deux choix ; sois te battre en sachant que ça ne serait franchement pas malin de ta part vu ton état ou simplement me laisser passer. Qu’en dit-tu ? »
Après tout, la balle est dans son camp. J’avais encore un peu mal à mon bras gauche mais ça, c’était une information confidentielle.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Lun 18 Avr - 19:10
Devant les yeux de Teiga ses tenait une panthère noire, on ne pouvait douter à sa manière de se mouvoir qu'elle n'était pas un simple animal mais plutôt un Morany transformé. Shallia et Valheria étaient toutes les deux stationnées dans des buissons environnants, tapies et silencieuses. Elles attendaient de voir ce qui allait se passer, qu'elle serait la réaction de la panthère fasse à l'estropiée si l'on peut-dire. Leur présence ne semblait pas avoir été découverte, ce qui leur permettait de garder un avantage indéniable en cas de problème.

Valheria avait fait apparaitre entre ses mains un sniper grâce à ces pouvoirs magiques. Le long canon était surmonté d'une lunette de visée manuelle et non d'un pointeur laser qui aurait pu donner une idée sur sa présence ainsi que sa position. Elle préférait faire ainsi et prendre le risque de perdre un peu en précision vu qu'elle ignorait si elle allait ou non avoir besoin d'ouvrir le feu. Elle était allongée sur le ventre, l'arme à feu bien calée sur un bipied prévu à cet effet. Elle avait l'air d'une professionnelle dans une telle position, ce qui était très vraisemblablement le cas. Elle avait en joue la patte droite de l'animal, prête à faire feu. Elle espérait en visant cet endroit ne pas la tuer et l'empêcher de pouvoir fuir, ou tout du moins la ralentir. L'attente avait commencé.

La panthère pris la parole, elle ne semblait de prime abord pas vouloir s'en prendre à Teiga, préférant le dialogue à la violence directe visiblement. Shallia écoutait attentivement, une main levée, prête à l'abattre pour donner l'ordre de faire feu.

Je dois me méfier des loups, quels loups, je n'en ai pas encore rencontré ici. Il y en a ? Ils sont dangereux ?

Teiga semble avoir légèrement la frousse, il suffit parfois de bien peu pour l'effrayer mais c'est pour ça qu'elle nous plait temps.

Je...je ne veux pas me battre, je suis blessée, je me suis tordue la cheville dans une racine. Je..j'aimerais une troisième option, nous pourrions nous arrêter ici et discuter un petit peu, faire connaissance. Qu'en pensez-vous ?

Shallia fit un signe de la main à Valheria pour lui faire comprendre qu'elles n'avaient rien à craindre. Le sniper de Valheria disparu comme par magie. Les deux femmes sortirent de leur cachette. Shallia émergea du buisson de droite, en profitant pour se présenter.

Bonjour Madame la panthère si je ne me trompe. Je me prénomme Shallia, la jeune femme à l'attelle, Teiga, la troisième membre de notre petit groupe quand à elle se prénomme Valheria. A qui avons nous l'honneur ? Il serait peut-être plus simple que vous repreniez votre forme humaine pour pouvoir discuter.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Griffon
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Mer 20 Avr - 12:53

La fille demandait, l’air légèrement paniqué de quels loups je parlais. En même temps, ce n’est pas en 2 jours que tout le monde aurait pu se croiser. Elle demandait aussi précipitamment s’ils étaient dangereux. Heuu, je crois que la réponse est évidente, je ne parle pas de chien apprivoisé mais de Moranys loups, des adversaires quoi. Je lui fis savoir aussi qu’elle avait deux possibilités dont une qui ne serait pas très fine au vue de son état. Sur ce, elle me répondit alors ;
« -Je...je ne veux pas me battre, je suis blessée, je me suis tordue la cheville dans une racine. Je..j'aimerais une troisième option, nous pourrions nous arrêter ici et discuter un petit peu, faire connaissance. Qu'en pensez-vous ? »
Je réfléchis un moment. Bah, à l’origine, je suis venue juger de mes adversaires potentiels. Et puis, j’ai Mini qui doit encore dormir comme une masse dans notre base donc perdre du temps inutilement ainsi, voilà quoi. Enfin bon, j’imagine que je n’ai pas grand-chose à perdre non plus. Deux autres filles sortirent des buissons, soit, une embuscade ou quelque chose dans ce genre. Elles n’ont pas d’altitude agressif, c’est déjà cela, mais je reste méfiante. Une bête à fourrure et une autre à écailles ; c’est cela ?
« -Bonjour Madame la panthère si je ne me trompe. Je me prénomme Shallia, la jeune femme à l'attelle, Teiga, la troisième membre de notre petit groupe quant à elle se prénomme Valheria. A qui avons-nous l'honneur ? Il serait peut-être plus simple que vous repreniez votre forme humaine pour pouvoir discuter.
-Je me nomme Shena et je n’ai rien contre la discussion mais je n’ai pas envie que ma partenaire crois que je l’ai abandonnée. J’avais pris cette forme aussi pour voir mes potentiels adversaires sans qu’on me l’on me voit et essayer de trouver la cachette des loups. Je préférais donc garder cette forme jusqu’à que je retrouve mes vêtements que j’ai laissé à ma base. Vous ne m’êtes pas hostile donc voulez-vous me raccompagner ? »
Je devrais sans doutes être plus méfiante mais je n’en avais pas envie. Et puis, vu le nombre de loups que j’avais croisé au début, c’est mieux d’être nombreux.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Jeu 21 Avr - 9:09
    Qui dit discussion, dit bruit, dit attention, dit...

    Soudainement, un espèce de javelot se planta dans l'arbre tout proche de la chose noire ressemblant à un gros chaton. Un second se ficha à quelques millimètres de la blessée et un troisième entama la joue du truc à écaille. En y regardant de plus près, ces projectiles venaient de la droite derrière un gros bosquet d’orties. Stupeurs et tremblements... Alors que les demoiselles devaient réagir à cette attaque inopinée, une meute de loup (6-7 individus) arriva crocs et griffes sorties.

    Hey les filles, on est pas là pour boire du thé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Jeu 21 Avr - 20:08
La jeune panthère portait donc le nom de Shena. Elle n'était pas la seule car elle mentionnait la présence d'une partenaire suivie d'une invitation à la suivre pour pouvoir discuter un petit peu. Elle ne voulait pas reprendre sa forme normale de peur de se retrouver nue, sans vêtement. Shallia avait un peu de mal avec ce concept, elle ne voyait pas en quoi se retrouver au naturel devant d'autres filles pouvait-être choquant.

Nous allons donc te suivre

Nous sommes loin de votre campement ? Car je souhaiterais na pas avoir à subir ma transformation en plein milieu du chemin du trajet. C'est mieux pour moi mais surtout pour vous en fait. Je sais gérer cette transformation de ma propre manière, je l'avoue pas très orthodoxe mais cette méthode fonctionne à merveille. Par contre, pendant ce moment là, je serai un poids mort.

la réponse a cette question était d'une importance cruciale pour la reptile car elle n'avait que peu de temps devant elle avant que la transformation n'opère.

Je dirais que ma métamorphose de vrai avoir lieu dans moins d'une heure. Je ne peux guère être plus précise vu que nous ne possédons pas de montres ou d'autre moyen moderne pour pour savoir l'heure exacte. Je ne peux donc donner qu'une approximation.

ma transformation finira également par arriver mais plus tard dans la journée comme la veille. Cette condition est bien embêtante, fort heureusement, je me prends la forme d'un animal de petite taille. Il suffit donc de m'attacher à un arbre ou à tout autre chose et le tour est joué, vous êtes tranquille et moi je ne risque pas ma peau en pleine forêt seule.

Cela ne sera plus nécessaire dans un futur proche, je vous montrerai de quel manière je résous ce problème lorsque je changerai de forme. Si la solution te convient, je pourrai l'employer sur toi également si tu le désire.

Voila qui est intéressant pour mon cas, Teiga n'est pas concernée pour sa part.

Vous parliez de loups tout à l'heure, ce sont de vrais loups ou bien des Morany affilié à cet animal ? Ils sont vraiment dangereux ? Ils s'en prennent aux participants ? J'ai besoin d'information afin de pouvoir protéger mon petit groupe. Ainsi que le votre si vous le désirez. Plus nous seront nombreux et plus nous auront de chance de sortir d'ici sans encombres.

Des loups, c'est super effrayant, limite flippant, je n'ai pas envie de mourir moi.

Shallia passa sa main gauche dans la longue chevelure de Teiga pour la rassurer.

Tout ira bien, ne te bile pas avec ça, on est la Valheria et moi pour te protéger et on ne les laisseras pas faire de mal à notre petite estropiée préférée.

Valheria acquiesça de la tête. Sincérité ou faux semblant. Aller savoir...

Avant que les femmes n'aient le temps de réagir, des javelots volèrent dans leur direction. Un venant même effleurer la joue de la reptile. Elle resta calme, stoïque, sautant ensuite dans un buisson pour analyser la situation. Une M16 surmonté d'un viseur apparut entre ses doigts fins. Elles les cherchait du regard.

Shallia quant a elle se tourna en direction du bosquet, poussant Teiga au sol pour ne pas prendre le risque de la blesser et avoir la vue dégagée. Elle lança une boule de feu dans la direction du bosquet d'ortie.







~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Griffon
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Lun 25 Avr - 14:03

Je leur expliquai que me retrouver nue ne me ravissait guère. Et puis, je suis bien plus à l’aise sous cette forme-là. On me demandait aussi si mon campement se trouvait loin d’ici car on aurait bientôt deux transformations aprioris. Ha ok, c’est vrai que ça ne va pas être pratique. Moi, je ne suis pas concernée heureusement. Je les rassurais ;
« -Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas fait tant de chemin que ça avant de vous rencontrer donc on ne devrait pas être loin. Et pour les transformations, être petit n’est pas forcement avantageux. Ma partenaire est liée à l’araignée donc je vous laisse imaginer la galère quand c’est l’heure de sa transformation. »
Enfin, j’imagine que c’est ça le désavantage d’être un insecte pour elle. En effet, un insecte peut avoir sa vie qui se finit à chacune de ses transformations à cause de sa taille. Il faut dire qu’écraser un insecte est chose courante, même si on ne le veut pas.
On me demandait aussi si c’était des vrais loups ou des Moranys, je penche plus pour des Moranys. L’estropiée mis en avant qu’elle n’avait pas envie de mourir. Je crois que c’est le cas de chacun ici. Je pus voir que leur groupe était soudé et cela me fit sourire.

Mais on n’eut pas le temps de trainer davantage que des pics volèrent vers nous. Aucun javelot nous atteignit sérieusement mais la proximité avec nos personnes n’était pas très rassurante. Je plains un peu l’arbre devant moi. Je mis un coup dedans, un coup de griffe où le bâton pointu finit en sushi de bois. Ouai, ok, je vois. Je crois qu’on nous cherche des hostilités. Je courus aussi vite que possible après la démonstration des pouvoirs du reptile et du petit félin. Je sautais par-dessus les orties assez vite et mis des coups au premier adversaire venu. Je pense que mes coups de griffes rageurs lui firent regretter sa venue. Je faisais attention à ma force, il ne s’agit pas de le tuer. Mais c’était un loup, et un coup par-dessus l’épaule de mon adversaire me fit comprendre que bien que j’en avais eu un et que d’autres avaient le poil roussi, on devait adopter une autre stratégie. Je revins donc d’où je venais ;
« -Il faut filer. Ils ne sont pas aussi nombreux que la troupe originelle mais on est 4 dont une incapable de se battre, contre 7, ça va être compliqué. A moins que vous aviez une stratégie ? »
Cela serait super mais bon…

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Mar 26 Avr - 8:53
    Deux loups touchés sans être fichus, quelques uns aux poils roussis et un bosquet d'ortie en moins : voilà le résumé de l'action. Cela déboucha sur d'autres loups qui se jetèrent à corps perdu vers Valhéria : le sniper. Ces canidés ont pour force leur groupe et leur entente, voire, l'esprit de chasse et une endurance à toute épreuve. Un loup continue de mordre après sa mort, alors ne comptez pas sur eux pour cesser de le faire avant cette limite fatidique : d'où leur dangerosité.

    Au loin, vraiment plus loin, un gros tas faisait le dos rond, des pics partout sur le dos, des griffes immenses à ses doigts, un nez en truffe, des poils qui transperçaient ses habits : un porc-épic. Il réajusta ses lunettes sur son museau : il lançait des pics dans toutes les directions, parfois éraflant un loup par mégarde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Mer 27 Avr - 18:44
La jeune femme panthère leur proposait la fuite mais cela était impossible. Teiga avait bien trop mal à la cheville pour pouvoir entreprendre un sprint. En prime, comment pourraient-ils distancer à pied une meute de loup enragée ? Cela était du domaine du difficilement surmontable, voire de l'impossible. Elles allaient devoir se battre, nul autre solution n'était pour le moment envisageable.

Shena, il est impossible qu'on leur échappe, Teiga est blessée. Je crois que nous allons devoir les affronter. Tenez vous prête à tenir le choc et attention à ne pas vous faire blesser.

Plusieurs loups se dirigèrent vers Valheria qui pu avec grand soin viser la partie charnue au dessus des pattes afin de sectionner le muscle.

PAN


Le premier coup de feu fit mouche, heurtant l'endroit qu'elle visait. sous la force de l'impact, il s'écroula au sol. Quelle plaie de ne pas pouvoir les éliminer, de devoir les garder en vie. Elle n 'avait pas l'habitude d'un tel comportement. Cela lui compliquait grandement les choses.

PAN...PAN

Le second fut également touché, le troisième par contre, elle manqua sa cible d'un fifrelin. Il n'était pas toujours aisé de viser avec une telle précision des cibles mouvantes surtout lancée à une telle vitesse. Elle allait devoir maintenant changer de stratégie, le troisième loups allant arriver près d'elle. Elle laissa choir sa M16 au sol, privilégiant deux armes de points de type bereta. L'affrontement promettait d'être rude. Le temps filait, rapprochant inexorablement Valheria de sa transformation.

Pendant ce temps, Teiga rampait au sol pour venir se cacher dans un buisson suivant les ordres de Shallia. La femme chat comptait bien mettre en avant ces talents de leader, rien de tel qu'une situation comme celle-ci pour faire ses preuves. Elle envoya une seconde boule de feu devant le museau de deux loups qui chargeaient dans leur direction. Elle tentait de les ralentir comme elle le pouvait, essayant de ne pas mettre le feu à la forêt. Elle espérait les faire fuir de par cette manœuvre, ils réagiraient peut-être comme de vrais loups, qu'ils seraient pris de peur devant le feu. Elle n'y croyait guère mais elle n'avait rien à perdre à tester.

De nouveaux pics volèrent en direction de nos protagonistes. L'un d'eux vint érafler le flanc de Shallia, faisant couler le sang. La blessure était superficielle mais Shallia poussa tout de même un cri de douleur, prête à riposter. Elle voyait rouge, leurs adversaires semblaient prêt à les tuer vu comme ils avaient visés Valheria à la tête. Fallait-il rendre les coups dents pour dents ? Au risque de se faire disqualifier ? Elle chassa cette question de sa tête pour le moment, préférant se concentrer sur l'action. Une chose était sûre, si jamais ils tuaient un de ses alliés, elles les bruleraient à petit feu jusqu'à ce que mort s'ensuive. Elle deviendrait le Punisher au besoin.

Shena, tu saurais prendre Teiga sur ton dos et la mettre à l'abri ? Elle n'est pas faites pour ce type de conflit surtout dans son état. Ramène la si tu veux bien à votre campement. Ne te tracasse pas pour nous, on te rejoindra dès que possible. On va les ralentir pour couvrir votre fuite.

Je...Je ne vais pas vous abandonner, tout est de ma faute si je me suis tordue la cheville.

Teiga, fuies avec Shena, tu es un poids mort pour nous en ce moment avec ta blessure. Tu es une cible bien trop facile.

Shallia était dure dans ses propos mais réaliste, elle s'en excuserait par la suite si le futur lui en donne l'occasion.


~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Griffon
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Jeu 5 Mai - 16:11

Des loups étaient touchés mais cela ne les empêcherai pas de bouger, à notre grand désespoir. J’étais revenue vers le petit groupe et avait demandée s’il avait une stratégie quelconque ; on était en infériorité numérique après tout. Surtout que plus loin, une masse noire avec des pics semblait être l’alliée des canidés, hélas. Shallia dit qu’on ne pourrait pas les distancer si on prend la fuite. Enfin, il faut dire que comme elle l’avançait qu’une des personnes composant notre joyeuse bande était blessée. Il fallait donc tenir le choc comme elle le disait si bien.

Je découvris donc assez vite les pouvoirs de la dénommée Valheria qui pouvait faire apparaitre des armes à feu. Elle visait bien, elle les immobilisait sans pour autant les tuer. Pendant qu’elle se débrouillait à sa manière, moi, je devais faire ce que je savais faire. Je préfère ma forme animale mais être bipède apportait parfois certains avantages lors de combat. Je pris donc une forme à semi-animale, griffes sorties et yeux perçants tandis que ma queue fouteait l’air rageusement. J’utilisais ma vitesse et mes griffes, esquivant des pics lancés par ces ennemis cachés. Néanmoins, un m’effleurait le bras où j’avais déjà mal, super… Ce n’est qu’une éraflure heureusement. Un de mes parents était un félin dont la vitesse était le principal avantage après tout… Oui, était, ma mère est morte et mon père transformé à jamais.

Du coin de l’œil, je vis que Shallia avait ordonnée à notre estropiée d’aller se cacher. Entre deux coups portés à un loup de manière à ce qu’il soit hors course mais pas mort, on m’interpellait. On me demandait de prendre Taiga sur mon dos, qu’elles couvriraient notre fuite. Je pris de nouveau ma forme complète de panthère en allant derrière les deux filles alors que la blessée protestait. Houla, c’était dur de parler ainsi mais je comprenais Shallia, elle ne ferait qu’empirer son état. J’hochais la tête et laissais la fille se mettre à l’aise sur mon dos. Je la prévins de s’accrocher avant de me lancer aussi vite que je le pouvais. Parfois, il y avait un tronc s’interposant à notre course folle et je devais sauter habilement. J’espère qu’elle n’est pas trop secouée. En tout cas, je connais une araignée qui va faire une drôle de tête par cette belle matinée.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Sam 14 Mai - 8:06
La jeune femme panthère semblait obéir aux directives de la jeune femme. Elle en était contente, elle ne voulait pas prendre le risque que le membre non guerrier de l'équipe soit blessé de manière trop importante. Son instinct lui dictait qu'elles auraient besoin d'elle lors d'une des épreuves. Elle en était convaincue. En prime, elle la considérait comme une amie et donc pour ces deux raisons, elle ne pouvait permettre qu'une telle situation se présente. Teiga enfourcha la bête, une jambe de chaque côté de celle-ci. Elle était embêtée de devoir fuir et attristée par les paroles dures de Shallia mais elle avait bien compris que dans son état, elle était un poids mort dans un combat ouvert tel que celui-ci.

La femme chat les vit donc s'enfuir à toute vitesse sans se retourner, c'est ce qu'elles devaient faire. Ce petit instant de distraction ne lui fut guère bénéfique, elle sentit un des pics de l'hirsute qui lui effleura le bras gauche ce qui eu pour conséquence de la refocaliser sur l'affrontement, juste à temps pour qu'elle puisse bondir sur le côté et esquiver le saut d'un des loups qui malgré ses blessures semblait toujours vouloir en découdre.

Pendant ce temps, Valheria était en assez mauvaise posture, elle venait de dégainer ses pistolets mais un loup arrivant dans son dos la surpris, se jetant sur elle la fit choir au sol. Avant qu'elle n'ai le temps de réagir, elle sentit les crocs de celui-ci se refermer sur son bras gauche. Les dents du canidés perçant allégrement la peau. Il remuait excité par le goût du sang comme s'il essayait de lui arracher le bras. Un long cri de douleur se répercuta dans la forêt. Le poids du loups sur son dos l'empêchait de se se retourner et de lui trouer le bide à l'aide de ses armes à feu. Elle était piégée. Elle ne pouvait mourir de cette manière, elle avait une mission à réaliser pour l'Exilé. Elle ne mourrait pas avant de l'avoir terminée. Sa main gauche avait bien sûr lâché l'arme à feu sous l'effet de la douleur. Elle n'avait guère de solution, elle replia son bras droit, le faisant passer dans son dos et ouvrit le feu au niveau du ventre de l'animal, espérant le faire lâcher prise. Elle tira à deux reprises histoire de le calmer.

Elles étaient mal barrées et cela devenait une évidence dans la tête des deux femmes mais elles comptaient bien défendre chèrement leur peau.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Griffon
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Dim 22 Mai - 14:34


Je cours donc vers notre repère, à Mini et moi. Courir sans se retourner mais espérer secrètement que les deux jeunes filles tiennent. La puissante musculature d’une panthère noire et la rapidité que j’ai héritée de ma mère. Une patte foule la terre puis une autre, la poussière s’accroche à mes poils et mon esprit est libre. Car c’est bien à peu près ce que je ressens quand je suis sous cette forme ; la liberté. Et bien que j’ai une passagère et que le danger est encore présent, ce sentiment remplissait encore complètement mon être. J’espère que la dénommée Taiga n’est pas trop secouée non plus, mais j’ai pas trop le choix, je dois courir aussi vite que je le peux ! Le vent caresse mes poils noirs et mes yeux sont vigilants aux moindres mouvements dans l’ombre de la forêt.

Finalement, j’arrive, Mini est déjà levée on dirait, je m’arrête à sa hauteur, en parlant de taille, elle n’est pas bien grande ;
« -Désolé de t’avoir laissé seule, j’étais partie en repérage.
-Je te crois, mais qui ramène-tu là ? Va-t-elle partager notre toit ?
-J’ai rencontré un autre groupe, on va surement devenir alliés. Il y a un combat, je devais éloigner leur estropié.
-Doit aller les aider ? Les prendre dans la toile de l’araignée ?
-si tu y vas, je protège la blessée. En gros, y a un chat et un reptile. Contre une meute de loup, essaye juste de trouver un moyen pour les ralentir suffisamment pour ramener tous ce beau petit monde ici.
-C’est un bon choix, j’y vais de ce pas. »
J’hoche la tête. Je dis à la fille de descendre et je la surveille. Je lui demande aussi si elle peut monter dans l’arbre malgré sa blessure alors que Mini s’éloigne déjà à une vitesse impressionnante. C’est une naine pourtant, c’est peut-être grâce aux 4 membres qu’elle a en plus ?



L’araignée a une spécificité, selon une étude, les toiles d’araignées sont le matériau le plus résistant du monde animal, alors mettez-le à l’échelle humaine et vous comprendrez à quel point elles sont redoutables ! Mini pris un moment à arriver et à les trouver. Elles les observaient dans le feuillage des arbres. Elle lançait un de ses fils rapidement, coupant la bataille en deux, entre ceux ayant déjà passé les lignes et les loups qui seraient piégés de l’autre côté de son mur en toile. Elle allait vite, mais elle était parfois obligée d’aller au sol, se faisant repérer. Elle se fit un moment blesser par un des piques mais continuait sa tâche. Certain des canidés se faisaient piégés dans sa toile, comme un filet redoutable. Elle espérait que ces fameux « alliés » comprendraient qu’elle était avec moi.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Lun 23 Mai - 12:24
    Aussi étrange que cela puisse paraitre, les loups touchés de manière significative disparaissaient au bout de quelques secondes. Ceux qui n’avaient que des plaies superficielles continuaient à se battre avec force et acharnement. Cependant, il n’y en avait plus qui arrivaient sur elles : est-ce que la meute venait d’y passer dans son intégralité ? Et tout cas, les quelques uns qui restaient montraient les crocs assaillant encore et sans relâche les demoiselles.

    Mais des toiles invisibles se refermaient sur eux, ne leur laissant plus la possibilité de bouger, collés, bloqués. Certains glapissaient de frustration, d’autres feulaient la colère. Mais avec toute cette agitation, l’absence de quelque chose rendait les choses trop faciles…

    Étrangement, les pics avaient disparus, ne griffant plus les membres de l’excursion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Jeu 26 Mai - 19:52
Teiga était légèrement mal à l'aise, transbahutée sur le dos de la panthère noire, s'enfonçant entre les arbres à toute vitesse, elle se cramponnait tant bien que mal au cou de celle-ci, prenant garde à ne pas l'étrangler lorsque celle-ci sautait avec agilité au dessus de branchages. Le trajet ne dura guère devant la vélocité de la jeune femme due à ses origines. Elle débarqua donc une fois arrivée à destination. Elle boitait légèrement, les chocs lors du voyage et quand Shallia l'avait poussée au sol n'avait pas amélioré sa condition. Elle ne cessait de ressasser au fond de son être les paroles proférées par Shallia. Elle avait le cœur gros, triste que son amie l'ai ainsi rejetée alors qu'elle aurait tellement aimé être utile. Elle réfléchissait à ses dire et plus elle le faisait, plus elle comprenait ce qu'elle avait voulut lui dire sans prendre de tact par contre mais devant une telle situation, la tergiversation n'était pas une option. Il est bien vrai que dans son état, elle n'était d'aucune utilité, elle allait devoir attendre la guérison...

Shena pendant ce temps discutait avec ce qui semblait-être une femme araignée, elle frissonna à sa vue, elle n'appréciait que bien moyennement les arachnides. Elle n'en avait pas d'aversion, cela n'allait pas à ce point tout de même mais elle se sentait méfiante envers cette espèce qui pouvait pondre sous la peau. Un second frisson la parcouru à nouveau avant de se reprendre. Elle se raccrocha alors aux paroles des deux femmes qui conversaient sur la marche à suivre. Elle n'avait malheureusement rien suivit au plan, elle vit uniquement l'araignée s'éloigner à une vitesse surprenante pour sa condition, elle était étonnée qu'elle se rende seule au front.

Vous ne devriez pas aller avec elle ? Je suis capable de veiller seule sur moi. On ne devrait pas me trouver ici. Vous êtes sûr que vous ne devriez pas l'aider ? On peut lui faire confiance ?

Pendant ce temps, le combat continuait de faire rage entre nos deux héroïnes et les loups qui ne semblaient pas vouloir abandonner la partie.

Valheria se releva le bras ensanglanté, elle se sentait bête de s'être fait avoir comme une débutante, elle ne faisait pas honneur à son grade d'assassin d'élite de l'Exilé. Elle allait devoir se rattraper. Elle avait quelques difficultés avec cette règle qui empêchait de tuer les participants, c'était à l'opposé de ses habitudes. Enfin, elle avait réussi jusque là.

Il commençait à faire un petit peu chaud dans cette forêt à force de lancer des boules de feu. Shallia n'était guère dérangée par cela mais... Les loups devaient avoir les bouts des poils roussit et ne devaient guère apprécier cette sensation de chaleur. Les deux femmes commençaient à reculer à l'unisson, Valheria se servant de ses pistolets pour faire reculer les prédateurs. Une araignée surgit soudain dans leur dos. Amis, où Ennemi, tel était la question. Lorsqu'elles la virent ensevelir les loups sous des toiles, elles comprirent qu'elle devait être de leur côté. Elles profitèrent de la diversion pour fuir dans la direction de celle dont l'arrivée était providentielle.

ps : désolé pour la qualité, je viens d'écrire cela sur tel, n'ayant pas accès à mon pc depuis mardi et ne pouvant y remédier avant samedi. J'ai tout de même posté pour ne pas faire attendre.




~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Griffon
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Sam 2 Juil - 10:57

Je faisais confiance à Mini bien sûr pour mener à bien l’opération si on peut l’appeler ainsi. Surtout que la voir filer à cette vitesse malgré sa taille me rassurais un peu je dois bien avouer.
« -Vous ne devriez pas aller avec elle ? Je suis capable de veiller seule sur moi. On ne devrait pas me trouver ici. Vous êtes sûr que vous ne devriez pas l'aider ? On peut lui faire confiance ?
-La seule chose un peu énervante avec elle, c’est qu’elle ne parle qu’en rime mais on s’adapte. Mais si entre alliés on ne se faisait pas confiance, on n’irait pas bien loin je pense. »
Je le pensais bien entendue, enfin, dans les choses un peu agaçants, il y a eu aussi sa transformation. Mais bon, elle a aussi ses bons côtés donc ça serait injuste si je m’en plaignais trop. Enfin, je repris une forme plus humanoïde et alla chercher mes vêtements. Je mis mon bas mais en haut, je restai tout juste en sous vêtement. Je souris à la demoiselle blessée. Je regardai la cachette d’en bas et demanda après un coup d’œil vers Teiga ;
« -J’imagine que tu ne peux pas monter ? »
Comme on dit, on ne perd rien à demander.



Les loups étaient plutôt en mauvaise posture et c’était même presque comique de les voir ainsi empêtrés dans la toile de Mini. Mais cette dernière ne pouvait pas trop trainer non plus. Elle allait devant le groupe en fuite et d’un mouvement de la main, leur indiquait de la suivre. Malgré sa vitesse et sa blessure, elle s’assurait que les deux personnes la suivaient. Surtout que ces dernières n’avaient pas l’air en bien meilleur état qu’elle, c’était même pire. Elle lançait au vent quelques paroles quand même :
« -Il faut se hâter car ma toile pourrait être contourner. Suivez-moi jusqu’à votre amie et Shena. »
Oui, rimes un jour, rimes toujours on va dire.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Dim 3 Juil - 0:25
Teiga regardait l'araignée en train de s'en aller a une vitesse qui semblait peu conventionnelle à ce que l'on aurait pu penser vu le volume occupé par celle-ci. Sa question fit une sorte de flop, Shena ne semblait pas daigner faire demi-tour pour aller aider ses amies, préférant user de la confiance qu'elle plaçait en Mini. Elle portait d'ailleurs très mal sa taille vu son nom, une erreur de nature ? Des parents qui voulait ruiner la vie de leur enfant ? Les questions pouvaient se poser mais elles quittèrent vite la réflexion de la tigresse se rendant compte de la futilité relatives de ses pensées. Elle allait donc devoir attendre visiblement, elle ne pouvait guère faire plus de toute manière, son état l'empêchait bel et bien d'en faire plus.

Elle se retrouva nez à nez avec une femme maintenant, totalement nue d'ailleurs... Heureusement pour Teiga, elle s'habilla prestement même si visiblement, elle préférait rester en soutien-gorge. La pudeur n'était visiblement pas une chose qui devait fort la déranger. D'après les dire de la panthère, elle allait devoir escalader, elle en était bien sûr incapable toute seule.

Je ne pense pas pouvoir arriver à monter là-haut en solitaire mais peut-être qu'avec un petit peu d'aide de votre part, je devrais y arriver tant bien que mal. Enfin, si vous voulez bien vous dévouer pour la pauvre estropiée que je suis actuellement. J'espère pouvoir prouver une certaine utilité à l'avenir si ma douleur daigne se calmer un petit peu.

Teiga attendait de voir si elle allait obtenir de l'aide.


Pendant ce temps là, Shallia et Valheria avaient réussi à se dégager de leurs adversaires suite à l'intervention salvatrice de Mini. Elles se regroupèrent donc auprès d'elle pour en apprendre plus sur les événements à venir et sur la manière de semer définitivement leurs opposants. Elles allaient devoir faire preuve de discrétion et de sagesse pour être totalement sûres de ne pas laisser de trace derrière elles. Elle semblait également en piteuse état mais elles lui emboitèrent le pas, prenant la direction de la cachette. Apparemment, elle ne cherchait pas à prendre de précautions mais uniquement fuir à toute vitesse. Shallia espérait de tout cœur qu'elles ne seraient pas suivies car le plan semblait dans son ensemble assez boiteux vu qu'il n'y en avait pas réellement.


~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Aucun
Pouvoir :: Griffon
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Mar 5 Juil - 14:23

J’avais jeté un coup d’œil à l’abri en haut et j’avais demandé à Teiga si elle pouvait monter même si j’en doutais fort. C’est alors qu’elle confirmait de ses dires mes pensées ;
« -Je ne pense pas pouvoir arriver à monter là-haut en solitaire mais peut-être qu'avec un petit peu d'aide de votre part, je devrais y arriver tant bien que mal. Enfin, si vous voulez bien vous dévouer pour la pauvre estropiée que je suis actuellement. J'espère pouvoir prouver une certaine utilité à l'avenir si ma douleur daigne se calmer un petit peu.
-Si je t’ai demandé, c’est que je comptais bien t’aider. Je préfère qu’on aille là-haut pour ne pas avoir l’air de deux crétins sans défense au pied d’un arbre. On sera au moins cachées, ce qui me semble être plutôt un bon plan je trouve. »
Je lui souris. Après tout, je n’ai pas demandée juste pour faire joli mais pour savoir si j’allais devoir l’aider à l’origine, rien de plus et rien de moins. Ainsi, je l’aidais comme je le pouvais pour monter en espérant qu’elle ne se casse pas autre chose avec ces manouvres plus ou moins risquées.



Mini était bonne pour les pièges, j’en avait fait les frais à notre rencontre après tout. Par contre, il ne me semblait pas qu’elle était tout aussi bonne pour échafauder des plans et cela elle le montrait en ce moment même. Après tout, les loups ont un bon odorat et c’est risqué de fuir ainsi sans prendre plus de précaution. Mais d’un autre côté, au vu de l’état du petit groupe, s’attarder n’aurait peut-être pas été une meilleure idée. Donc l’objectif de Mini était de fuir le plus rapidement possible en espérant qu’ils perdraient leur trace mais elle faisait tout de même attention à ne pas perdre leur petit groupe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alpha admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé] Mer 6 Juil - 19:02
Du côté de Teiga et Shena (ou de chez swann pour les mélomanes en herbes).

Les deux jeunes femmes avaient décidés de monter à l'arbre. La situation promettait d'être périlleuse et haute en couleur. Les deux jeune femmes avaient entrepris d'escalader le feuillu, tant bien que mal, elles commençaient à écarter les branches. Des nuages noirs commençaient à poindre le bout de leur nez, le ciel n'allait pas tarder à se déchainer, on pouvait déjà entendre au loin des craquements sonores cassant la quiétude forestière. L'orage d'air froid n'allait pas tarder à arriver sur eux. Son déplacement ne semblait pas totalement naturel, il donnait l'impression de se mouvoir à une vitesse accrue. Un pouvoir ou bien la fatigue qui leur donnait cette impression ? Le plan initial ne semblait plus spécialement une bonne idée. Teiga qui avait une relativement bonne connaissance en sciences connaissait l'effet de pointe. la foudre frappe en priorité les objets pointus et malheureusement, l'arbre est donc une cible potentielle et même privilégiée. Un tel phénomène climatique promettait de faire de sacrés ravages sur la forêt.

Shena, je suis pas sûr que ça soit une bonne idée de monter se réfugier dans un arbre, on va bientôt subir un orage... On devrait plutôt chercher une grotte ou même rester au sol. C'est bien trop dangereux là haut. On a pas le choix, il faut redescendre et vite avant que l'on ne finisse carbonisées.

Teiga était pressée de mettre pied au sol pour aller se mettre à l'abri, elle pesa donc un petit peu sur la main tendue de Shena pour lui indiquer qu'elle ne désirait vraiment pas continuer cette ascension.

Dépêche toi, on a pas de temps à perdre....

Pendant ce temps là, l'autre groupe de protagoniste, courrait à travers la forêt, sautant au dessus des racines dépassant du sol, se frayant un chemin. Les deux femmes étaient en pleine lancée, suivant la guide qui semblait sûre du chemin à suivre. La blessure de Valheria commençait à lui faire de plus en plus mal et le sang continuait à s'écouler, laissant de temps à autre des traces de sang au sol. La douleur commençait à devenir lancinante, son entraînement et l'adrénaline avait pour le moment fait passer celle-ci au second plan mais ce temps était maintenant révolu. Elle allait devoir se faire soigner, se désinfecter si elle ne voulait pas que la plaie devienne suppurante.

Plus elles avançaient et plus le crépitement du tonnerre qui déchirait le ciel gagnait en intensité. elles devaient se dépêcher de rejoindre les autres avant que la situation n'empire...

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé]
Revenir en haut Aller en bas

La loi du plus fort. [Shena Etoile & Shallia Silvermoon][terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» Fort-Liberte: Complexe portuaire, industriel et commercial
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Morany :: Forêt-