AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 26

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Péripatéticienne
Pouvoir :: Absorption de pouvoir
MessageSujet: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Mar 24 Nov - 11:56
Depuis quelque temps, Séléné s'entête à trouver la pierre philosophale, une hypothétique substance alchimique. Évidemment, ce minerai n'existe que dans les contes et autres légendes. Seulement, cela fait quelques années déjà que la femme ténébreuse croit aux sciences occultes et aux surnaturelles. Pour elle, si les Mythes sont présents sur Terre encore aujourd'hui, ça signifie qu'il n'y a pas de raison que les phénomènes inexpliqués soient des spéculations. Et pour pouvoir donner une preuve de ce qu'elle avance et afin de marquer une longue pause entre ses différents travaux, l'ex-roumaine s'autorise à poursuivre sa quête auprès des différentes bibliothèques de l'île. Le quartier Helldream offre déjà pas mal de ces établissements. Aujourd'hui, Séléné se renseigne "aux milles et une pages".

Naviguant entre les livres historiques et les légendes, la femme aux cheveux sombres se décide enfin à se mettre à une place afin de chercher la tête reposée. Une pile d'ouvrages monstrueuse déborde de la table et des feuilles volantes s'éparpillent un peu partout. La Reine des Ombres est déterminée. Elle reste patiente et ne perd pas courage. Convaincue qu'elle trouvera les indices qui lui mettront la main sur la pierre philosophale, Séléné feuillette page après page, dévorée par l'envie d'y arriver. Son regard ne semble pas prêter attention aux éléments autour d'elle. Pourtant, c'est exactement le cas. Le dos à une étagère remplie de documents, la trentenaire s'est judicieusement bien placée afin d'avoir une vue sur l'ensemble de la bibliothèque. Et la venue d'un homme séduisant ayant sans doute son âge ne lui échappe pas. Le nouveau se place en face d'elle, un livre à la main. Il engage alors la conversation.

Oh, vous êtes prof' d'Histoire?

La Vampire jette alors un rapide coup d'œil et ne répond pas. Un Sexire probablement. Et plus certainement en manque. Son charme est enivrant au point où Séléné fini par remarquer qu'elle glisse de plus en plus d'œillades envers lui. Malgré le dérangement de plus en plus grand, la femme ténébreuse garde son calme et se concentre davantage.

Vous savez, je suis passionné d'histoires. Je peux peut-être vous aider?

De toute évidence, cet inconnu se met à draguer la belle. Séléné réfléchit alors quelques secondes afin de déterminer qui est exactement cette personne en face d'elle. Observant attentivement sa manière de parler jusqu'à ses mimiques, elle cherche à comprendre s'il n'est pas envoyé par adversaire quelconque ou s'il désire juste parler un peu. Alors que le séduisant homme continue son discours dans le vent, une troisième personne s'apprête à son tour de déranger la Capienne. Désormais, intérieurement, Séléné ne peut qu'être irritée.
©odage by Séléné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 34

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Mar 24 Nov - 18:22
La patronne de l’établissement avait de tout temps permis aux uns et aux autres de se gérer complètement dans l’établissement. Une partie des habitués la connaissaient assez bien pour connaitre les règles de la maison sur le bout des doigts. D’autres, visiblement avaient besoin de se faire taper sur ces derniers. Au début, elle tolère, un temps, un moment. Après, elle remet à l’ordre, elle tapote sur les doigts. Mais en cas de récidive, elle explose et expulse les malandrins. Les règles ne sont pas innombrables et il est attendu de tous et toutes de les connaître. Une pancarte à l’entrée rappelle d’ailleurs la seule Loi, en lettre d’or.

« Bienvenue aux mille et une pages.
Ici pas d’interdiction, mais souvenez-vous que le plaisir passe par le respect de l’autre et des livres. »


Le Respect. Non pas juste le respect avec une minuscule, non, le Respect avec une majuscule. Et là, elle avait un exemple quelque peu dérangeant. Un homme faisant des avances dans un lieu de savoir, soit, pourquoi pas. La poésie est née des talents d’Érato, muse de la poésie lyrique et érotique. Donc bon, pourquoi pas faire des avances, mais alors, avec grâce, avec talents, avec subtilité et pas juste avec du rentre-dedans. On est au XXIème siècle, soit, mais on peut être habile. Et visiblement la « cible » n’était pas consentante, donc autant lui dire de lâcher l’affaire. Ou d’aller chasser dans un autre lieu, un bar, par exemple. Ça c’est pour le respect de l’autre.

Mais aux yeux de la Princesse, la femme n’était pas mieux. A étaler ses ouvrages dans tous les sens, à accumuler des feuilles volantes qui finissent par sombrer à ses pieds, sur le chemin, elle dérangeait l’ordre bien établi de la bibliothèque. Le respect des livres ! On ne peut pas avoir l’esprit clair si nos affaires sont en désordre, tel est l’une des maximes qu’aimait à répéter la Capienne dans sa tête. Et sa bibliothèque reflétait cet esprit. Ceux qui faisaient des recherches avaient des petits chariots pas loin d’eux pour porter le trop plein d’ouvrages. Pas tant de feuilles volantes, nombreux sont ceux qui ont de petits dossiers pour garder leurs prises de notes. Certains travaillent sur des ordinateurs, même, depuis que la bibliothèque a des prises un peu partout. De là à dire que la bibliothécaire a dressé ses habitués, il n’y a qu’un pas que nul n’osera franchir. Mais elle sait aussi très bien que certains ont besoin d’une certaine liberté pour s’épanouir, et elle ne souhaite pas brimer les gens. Alors qu’elle s’approche du duo, elle reconnait la femme. Ces cheveux noirs de jais, ce regard fier… Une Capienne ! Une de ses citoyennes. Elle réfléchit un instant, elle l’avait rencontré par le passé, lors de son couronnement de Princesse. Ah oui, Séléné von Markov. Ce serait l’occasion d’échanger plus que les deux trois mots lors de leur première rencontre. Arrivée à leur hauteur, elle se drapa dans sa dignité de patronne de l’établissement pour asséner au duo son avis.

« Monsieur, je vous prie de ne pas déranger les clients. Vous êtes ici dans une bibliothèque, pas un vulgaire bar. Si votre passion pour l’histoire s’arrête aux éditions Harlequin, je vous prierai de repasser la porte de cet établissement lorsque vous aurez lu la plaque à l’entrée. »


Puis elle regarde la demoiselle, sans être de miel, elle lui décroche un regard légèrement moins sérieux et un peu plus accommodant. Elle ne devait pas connaître les loges, surement, alors plutôt que l’agresser par une morale direct, autant l’informer simplement.

« Et vous, mademoiselle von Markov, je vois que vous avez de nombreux ouvrages posés en équilibre instable sur votre table, sans compter vos feuilles volantes qui profitent de cet adjectif pour nuire au passage des gens dans la rangée derrière vous. Je peux vous proposer de prendre un de ces petits chariots afin de ranger les livres de manière plus sûre si vous souhaitez rester ici. Sinon, je vous informe que mon établissement propose des loges d’études, un peu à l’écart, où vous aurez plus de place sans être incommodée par qui que ce soit et où vous aurez un peu plus de place. Est-ce que je vous dirige vers l’une d’elles ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 26

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Péripatéticienne
Pouvoir :: Absorption de pouvoir
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Mer 25 Nov - 1:19
Séléné reconnait la troisièmement personne qui se tient devant elle. La nouvelle venue est plus petite, plus jeune, presque comme sortie à peine de l'adolescence. Et malgré son apparence, elle semble avoir de l'autorité. Après tout, pour la chef de tous les Capiens, on n'attendait pas moins.

L'homme semble accepter sa condition et finit par quitter la table. Certes, Séléné n'aime pas être dérangée, mais pour le peu que cet inconnu ait fait, la trentenaire ne peut le laisser partir. Elle glisse alors juste avant que la directrice lui adresse la parole une phrase à l'attention de ce Sexire en anglais.

Attends.

Tout de suite intéressé, le monsieur se retourne pour faire face à nouveau à Séléné pendant que Gwihir informe en douceur cette dernière du dérangement qu'elle fait par ses feuilles qui traînent. Bien que la Reine des Ombres habite depuis quelques années le quartier, elle ne comprend toujours pas le français. Parmi les ouvrages qui s'entassent sur la table, un dictionnaire français / russe est à sa portée. Elle empoigne alors le livre et l'ouvre pour chercher à vive allure les mots les plus difficiles à saisir tout en écoutant attentivement la Princesse. Toujours en anglais, elle répond à la jeune Capienne afin de lui exprimer sa non compréhension.

Nous vous demandons pardon?

Le dictionnaire ouvert, Gwihir a sans doute remarqué que Séléné parle mieux le russe. L'historien, quant à lui, profite de ce moment pour séduire à nouveau la femme aux cheveux noirs en langue slave. Seulement, il est loin d'imaginer que la bibliothécaire sait le comprendre et le parler également.

Je suis navré, mademoiselle. Je ne pensais pas que vous ne parliez pas la langue de l'île. Je me présente. Jules Fayollet.

Séléné prend note dans sa tête du changement d'attitude. Elle le soupçonne d'être plus qu'un simple historien. Cet homme ne cherche certainement pas le plaisir charnel. Maintenant qu'il est là, la trentenaire préfère le garder encore pour voir s'il ne s'agit pas d'un espion. Si elle l'avait demandé d'attendre, c'était pour savoir s'il était là pour piéger l'ex-roumaine. Peut-être que Gwihir va encore lui demander de partir, mais Séléné fait comprendre à la jeune Capienne que ce n'est pas si grave. Après que la Princesse explique à nouveau son message précédant, la femme de 33 ans indique alors en retour qu'elle se soumet aux règles pour le bien de l'établissement.

Nous acceptons votre propositions.

Séléné a préalablement refermé ses ouvrages petit à petit pour éviter des regards indiscrets comme celui de cet homme mystérieux. De toute évidence, la trentenaire a besoin de se changer les idées et d'être au clame. Elle dépose alors avec délicatesse les livres et les notes dans son chariot. La pierre philosophale n'est pas pour aujourd'hui. Avec un peu de patience, elle finira par trouver des informations concrètes. Elle laisse ensuite Gwihir ouvrir la marche pour la joindre dans le locale spécialisé pour les recherches plus tranquilles. Quant au monsieur, n'ayant toujours aucune réponse de la part de la Capienne mûre, il se rabat sur la jeune adulte en s'adressant à elle en français, cette fois.

Et vous, mademoiselle, comment vous vous appelez?
©odage by Séléné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 34

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Mer 25 Nov - 14:35
Gwihir jauge le jeune homme. Visiblement, il ne doit pas être du coin et ne pas savoir beaucoup de choses dans le coin. Après tout, la Capienne anime souvent des soirées littéraires ou des ateliers de traductions pour ses habitués. Ainsi, les langues mortes comme le grec, le latin ou l’araméen sont souvent parlés par ici. Mais c’est aussi le cas de nombreuses langues du bassin indo-européen, et les langues slaves ne font pas exception. Passionnée de langue et de linguistique, la Princesse a étudié beaucoup d’écrits en langues anciennes et en idiomes modernes. Le jeune homme n’est donc définitivement pas venu ici pour les ouvrages ou pour un but littéraire. Elle interroge du regard sa sœur de lignée mais cette dernière semble dire qu’elle a la situation en main. Soit. Si elle peut éviter de se donner en spectacle en éjectant l’importun de son établissement, c’était toujours un mieux. Ainsi, il tente une approche en russe avec Séléné mais en français avec elle ? Définitivement, il avait un truc de dérangeant, mais bon. Dans un coin de sa tête, elle note le nom… Jules Fayollet. Inconnu au bataillon, mais ça ne coûtait rien de vérifier, à l’avenir. En tout cas son approche était loin de plaire à la Capienne rôdée aux approches pleines de politesse et de grâce d’un autre temps.

« Mon cher monsieur, ici, l’on m’appelle « Mademoiselle » ou « Patronne », ça me suffit la plupart du temps. »


Elle avait répondu d’un ton qui ne laissait pas la place à une réponse. Si Séléné voulait gérer cet homme, soit, mais ce ne serait pas à Gwihir de l’entretenir. Mais si l’homme n’était pas en train de piquer un fard, il aurait pu voir, à l’instar des deux Capiennes, que dans la salle de lecture, un certain nombre d’habitués à portée d’oreille avaient de la peine à cacher leur amusement. La situation n’est pas courante, mais pour des hommes aimant les lettres et qui sont très vite invités à lâcher les formalités lors des études littéraires, être témoin d’un vent pareil était visiblement fort amusant. Reportant son attention sur Séléné, laissant l’homme les suivre si tel il le voulait, elle l’entraina un peu au fond de la salle. Là, trois portes boisées s’ouvrent sur des salles de lecture privatives et meublées de manière sobre. Faites pour des études en groupe, elles sont lumineuses et spacieuses, surement de quoi répondre aux attentes de la Capienne.


En face de la dernière porte, un escalier monte à l’étage, mais il est barré d’un cordon en tissu accroché des deux côtés de la porte.Une fois entrée dans la pièce, elle s’adresse dans un anglais fluide à son invitée, mâtinée d’un léger accent Oxfordien.

« J’espère que cet espace sera à la hauteur de vos attentes. Si vous en avez pour long, vous pouvez me demander une clé à la réception afin de garder la pièce pour vous durant plusieurs jours de suite. Moi seule gère les clés et en ai des doubles. Avez-vous d’autres besoins pour vos études ? »


Elle laisse le temps à Séléné de ranger ses affaires. Du coin de l’œil, elle guette les réactions de l’homme aussi. Si dans la grande salle il se tenait bien, qu’en sera-t-il ici ? Mettra-t-il son nez n’importe où, importunera-t-il à nouveau la slave ? Visiblement, elle saurait s’en dépêtrer. Alors à demi-mot pour n’être entendu que par l’autre Capienne, Gwihir ajouta simplement…

« Дайте мне знать, если вам нужно что-нибудь. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 26

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Péripatéticienne
Pouvoir :: Absorption de pouvoir
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Sam 28 Nov - 20:41
Cette salle convient parfaitement à Séléné. Le calme et silence sont l'une des choses qu'elle apprécie grandement, surtout quand elle fait de longues et pénibles études. L'établissement "aux milles et une pages" n'est pas la première bibliothèque que fréquente la Capienne depuis qu'elle est sûr l'île et ne sera certainement pas le dernier. Cela dit, elle pense rester encore un peu plus que les autres car non seulement elle sent qu'elle est sur une piste, mais en plus Gwihir est une personnalité importante dans le quartier, ce qui est fort intéressant. Pourquoi pas faire connaissance vu que l'occasion se présente, et plus tard, chercher un quelconque intérêt? La ranger dans ses rangs, tirer les ficelles pour que Séléné lui vole son rang afin d'opérer dans l'ombre pendant que la populace pense que c'est la Princesse qui exécute à la lumière, la convertir à la secte de manière à ce que Gwihir fasse passer le message aux autres citoyens du quartier que Séléné est une Déesse désirant faire des Capiens la race dominante, etc... Tant de choses sont possibles. L'esprit de la femme ténébreuse remue dans tous les sens. Intérieurement, la trentenaire est excitée. Évidemment, elle cache sa joie afin d'éviter toutes remarques pouvant capoter ses plans. Séléné fait donc savoir ses besoins à la propriétaire des lieux en lui parlant en anglais.

À vrai dire, nous devons bien avouer qu'une personne sachant traduire serait certainement la bienvenue. Nous nous lassons des dictionnaires...

C'est bien sûre une invitation. Les ouvrages en français demandent beaucoup d'attention à Séléné. Quant à ceux en latin, ils sont beaucoup moins contraignant pour elle, car depuis quelques années déjà, la trentenaire se consacre à pas mal de livres médiévaux. De plus, sa quête sur la pierre philosophale est loin d'être le commencement de son aventure. La femme aux cheveux ébènes est sur ce projet depuis bien des mois maintenant.

Je l'avais bien dit qu'on avait besoin de moi.

C'est Jules qui profite de l'occasion en intervenant et en s'exprimant en anglais. Séléné ne manque pas de noter dans sa tête l'attitude de l'homme. Quelque chose dérange la femme aux cheveux sombres chez cette personne étrange. Il y a de fortes chances qu'il soit un espion. Séléné fait alors le tour dans son esprit pour savoir qui peut bien compromettre ses plans, ou au contraire, en jouir à sa place. Un nom vient. Darwin Moriaty. Un riche lord anglais mordu par une chauve-sourie vampire avide de richesses. Il demeure un collectionneur pour le moins étrange, car son cabinet de curiosité est remplie d'objets d'un autre temps et appartenant à la culture des Mythes pour la plupart. La Capienne l'a rencontré par le passé lors d'une expédition en Amérique du Sud. Suite à une altercation entre les deux, ils sont rentrés chez eux et ont juré de nuire l'autre dès que l'occasion se présentera. Or, maintenant que Séléné semble s'approcher de plus en plus vers l'elixir de vie, il se peut que Darwin ne soit pas loin et prépare des plans pour lui dérober au moment importun.
©odage by Séléné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 34

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Dim 29 Nov - 12:29
La Capienne entendit bien la demande de son homologue, cette proposition qui sonnait comme une invitation. Mais la présence de l’homme inconnu, envahissant l’ennuyait et l’empêchait d’être spontanée ou en tout cas de répondre de manière directe et sans détour. Ce Jules n’était en tout cas pas un Capien. Elle se souvenait de tous les membres des familles et Lignées qui étaient là lors de son couronnement et il n’en faisait pas partie. Seuls les Delornes ont quitté la salle avant le serment, mais ces derniers sont bien plus habiles, bien plus mesurés dans leurs interventions et surtout savent quand il est plus intéressant de rester derrière les tentures et quand il est rentable de se montrer. Un Capien fraîchement débarqué ? Non, peu de chance. L’un de ces derniers aurait contacté la Cour Capienne, se serait fait connaître aux yeux de l’ex-Prince ou de la Princesse. Les Fils de la Nuit ont gardé bien au fond de leurs habitudes l’art du respect et de la bienséance. Et là, ce Jules en était bien loin. Irrespectueux, envahissant. Mais Séléné avait fait signe de vouloir s’en occuper elle-même et Gwihir respectera cette volonté. Alors, faisant abstraction de l’intervention impromptue de l’homme, elle répondit dans son anglais Oxfordien.

« Je comprends bien ce besoin. Bien sûr que c’est possible, mais en dehors des heures d’ouverture de la bibliothèque. Je suis seule à travailler ici et je ne peux m’éloigner longtemps du comptoir. Mais tous les soirs, de dix-neuf heures à vingt-deux heures j’ouvre la bibliothèque pour des groupes d’études sur réservation. Donc si vous souhaitez, vous pouvez vous inscrire et compter sur mon aide. Actuellement seul le samedi est réservé par le Cercle d’Étude des Récits Thanatologiques Européens et Sumériens, le CERTES. »


Si pour n’importe quel profane ce nom ne signifie rien ou semble mâtiné d’occultisme de bas étage, certains initiés savent que ces cercles d’études défouraillent bien des sujets. Et la Thanatologie est un moyen de parler de tout ce qui a trait à la mort. Les Sumériens regroupent aussi tout un bassin de populations anciennes datant de l’époque Babylonienne, dont sont issues les Lois d’Hammourabi. Alors que les Cours d’Autriche ont les premières instauré les Chasses au Sang contre les ennemis des Capiens. Tout ceci mis ensemble, pour ceux qui auraient l’esprit aiguisé donne au « CERTES » un sens de lecture différent. Mais Gwihir n’allait pas les expliquer, préférant regarder les réactions des deux personnes face à elle. D’une part si Jules est un tant soit peu érudit ou s’il s’arrête à l’étape « occultiste », d’autre part si Séléné, issue de la diaspora Russe, où ne sont pas instaurées de Cours, ferait le lien. Sans laisser trop de temps passer, Gwihir reprend, toujours en anglais.

« Auriez-vous une préférence quant à la soirée ? Si vous souhaitez réfléchir tranquillement, vous pouvez me rejoindre plus tard dans la bibliothèque. Auriez-vous besoin d’autre chose, dans l’attente ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 26

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Péripatéticienne
Pouvoir :: Absorption de pouvoir
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Jeu 3 Déc - 23:41
Voilà quelque-chose de fort intéressant. Ayant passé du temps avec son oncle Capien Leshrac à Vienne durant son adolescence, ce dernier enseigna à Séléné l'Historie des Mythes, et plus particulièrement, l'Histoire des Von Markov. C'était à ce moment-là que la jeune fille s'émerveilla. Savoir qu'elle était issue d'une race non-humaine la fascinait, elle en était même fière. Cela dit, la Chasses au Sang ne lui était pas si familier. De plus, les études des sciences occultes, la thanatologie ou tout ce qui peut être en rapport avec les phénomènes paranormaux ne lui vinrent que bien plus tard. Toujours en anglais, la trentenaire fait part à la Princesse de sa réponse, le visage chaleureux.

Nous comprenons votre position. C'est pourquoi nous n'allons plus vous retenir longtemps. Nous saurons nous débrouiller pour l'instant. Monsieur Fayollet devrait pouvoir nous aider d'ici là, n'est-ce pas?

Séléné a la tête tournée vers l'homme. Ce dernier est évidemment tout fier. La femme aux cheveux ébènes profite de cette pause pour regarder vite-fait l'heure sur le mur. 16h53.

Il reste dix minutes avant la fermeture. Comme demain on est samedi, s'il est encore possible, nous souhaitions nous inscrire à ces fameux cours du C.E.R.T.E.S. avant qu'il soit impossible.

Séléné est très intéressée par ce groupe d'études. Il y a de fortes chances que le C.E.R.T.E.S. l'emmènera à son but plus rapidement que prévu. Et ça, la Princesse vient de gagner son estime. Quant à Jules, pour ces dernières minutes qui restent, elle a bien une idée derrière la tête pour pouvoir l'identifier et connaître pour qui il travail si toutefois il s'agissait bien d'un espion. Et pour ça, il suffit simplement de rentrer dans son jeu et faire comme lui. Il faut juste bien parler, donner de fausses informations et éviter les pièges. Ce qui n'est évidemment pas évident.

Moi aussi ça m'intéresse ces cours. Je suis venu dans votre bibliothèque, car j'ai besoin de faire un exposé que traite visiblement le C.E.R.T.E.S. afin de faire ma soutenance. La thanatologie.

Coïncidence? Peu probable. Une soutenance dans quelle école? Pour un professeur d'Histoire, cet homme est bien curieux. Séléné prend alors note dans un coin de sa tête et termine son élocution.

Si ce n'est pas trop indiscret, que faites vous durant votre pause? Il faut dire que nous n'avons pas vraiment eu l'occasion de discuter longuement lors de votre cérémonie. Que dites-vous si vous veniez chez nous pour faire plus ample connaissance?

Avoir Gwihir chez elle est sans doute un bon moyen pour pouvoir lui faire part de ses projets en toute discrétion. Cela dit, il est dangereux d'emmener Jules jusqu'à son repère. Le séquestrer reste possible, mais s'il est envoyé par une personne, cette dernière s'en inquiétera. La seule solution est de sous-tirer les informations avant qu'il ne parvienne au manoir et le renvoyer.
©odage by Séléné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 34

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Ven 4 Déc - 23:37
Les deux semblèrent sauter sur l’occasion, comme des moineaux sur un bout de pain oublié. C’en était amusant. Pour la Capienne qui lui faisait face, ça pouvait être compréhensible, même si elle semblait ne pas avoir saisi toute l’essence de ce Cercle d’Etudes. Qu’à cela ne tienne, Gwihir lui en parlera sûrement en privé, entre quatre yeux. Ce qui sera différent pour le jeune érudit d’ascendance inconnue. Après tout, dans une organisation qui a besoin du secret, ne pas être connu de ses pairs est presque la norme, même si souvent des rumeurs fuitent. Le contraire aurait été plus étonnant. Mais ce genre d’information ne se partage pas comme ça, debout autour d’une table, non, il y a des rituels à respecter. Et des assurances à prendre, comme celle de la loyauté. Si beaucoup de réunions de Capiens sont des nids de vipères intriguant les uns contre les autres, ce Cercle d’Etude ne peut exister sans une allégeance absolue de ses membres envers le Prince ou a Princesse en place. Une chose de plus à s’assurer avant d’y inviter des gens. Dans tous les cas, ce sera après un entretien individuel. Elle informa ainsi, en anglais.

« Oh, je vois que vous êtes fort motivés. Je ne peux vous inviter de suite, en effet, ce Cercle d’Etude fonctionne par cooptation. Mais je peux vous arranger un entretien individuel à tous les deux afin d’en discuter entre quatre yeux ce soir, après la fermeture de la bibliothèque. »


Au fond d’elle, elle savait déjà que si pour l’une, une invitation pouvait être délivrée, pour l’autre, cette rencontre ne serait que l’occasion de faire disparaitre un encombrant s’il se montrait imprudent. Homme ? Mythe ? Elle ne le savait pas, mais n’avait pas envie de laisser un curieux fourrer son nez n’importe où. A lui d’apprendre à tenir sa langue plus tard, ou à défaut, son sang parlera pour lui. Et pour la chance de la Princesse, la proposition de Séléné tombait juste bien pour pouvoir mettre en place ses pièces sur l’échiquier.

« Oh, ce soir, il n’y a pas de réservations. Je suis donc libre. Hum. »


Elle fit semblant de réfléchir alors que ses idées savaient déjà dans quelle direction son programme allait aller. Il fallait juste donner l’impression que l’idée était spontanée. Pas trop travaillée, juste comme une idée juste tombée de l’arbre.

« Quelle charmante invitation. Eh bien, je peux vous proposer la chose suivante. Vu que la réunion a lieu demain, je vous rencontre ce soir. M. Fayollet ici même, après la fermeture de la bibliothèque afin que nous soyons au calme. Vous m’en direz plus sur cette soutenance et sur votre université d’attache ainsi que votre référent de thèse. Je me réjouis déjà. »


L’homme paru quelque peu surpris, mais ne put qu’accepter l’idée. Après tout, il avait lui-même mis la main dans l’engrenage. Refuser maintenant serait se fermer une porte, peut-être définitivement.

« Quant à vous, Mlle von Markov, je vous propose de conduire cet entretien chez vous, une fois la bibliothèque fermée. Je vous y rejoindrai dès que j’en aurai fini de ma la discussion avec M. Fayollet. Je pense donc pouvoir vous assurer de mon arrivée en votre domaine vers les dix-neuf heures. L’occasion de doubler cette charmante discussion d’un repas sobre autour duquel nous pourrons faire connaissance. Qu’en dites-vous ? »


Deux heures devraient être bien suffisantes pour que la Princesse puisse conduire cet entretien avec cet homme bien trop curieux, qu’elle puisse comprendre ce qu’il fait ici, mais aussi pourquoi il tourne ainsi autour de l’une de ses sujets. Et la soirée s’annonce intéressante. Elle n’a eu encore l’occasion de passer les portes du manoir des von Markov, ce sera une première lui permettant de juger de leur implication et de leurs éventuels liens avec d’autres familles Capiennes de l’Île. Après tout, les Capiens n’aiment rien plus que le sang, à part peut-être les intrigues, alors faire connaissance permettrai de saisir en partie sur quelle toile Gwihir met le pied et quel est le genre d’araignée celle qui la tisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 26

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Péripatéticienne
Pouvoir :: Absorption de pouvoir
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Mar 15 Déc - 23:43
Séléné écoute sagement les paroles de Gwihir. Malgré son jeune âge, elle parlait comme une princesse digne d'autorité et de prestige. C'est une chance pour la Vampire d'avoir rencontrée la propriétaire de cet établissement, car elle peut désormais mieux la connaître et pouvoir échanger plus longuement sur bien des sujets. Bien que la femme aux cheveux d'ébène organise souvent des soirées pour les riches aristocrates du coin, elle ne s'était pas encore intéressée à la vie des personnalités importantes de l'île, ni à la Cour des Capiens de Yasasho Koji et son Conseil. Encore une étude poussée à établir. Il lui fallait beaucoup plus de sbires aux pouvoirs pratiques à sa solde. La trentenaire songe à faire une séance de recrutement afin de s'entourer de Mythes loyaux et aux capacités fortes intéressantes. Mettre Gwihir dans sa poche ou dans ses rangs semble compliqué, il vaudrait mieux établir un partenariat comme avec la Sexire Lilith Saint-Clair, dit "Hathor". Depuis quelques temps, cette dernière et la femme sombre s'entraident à faire progresser leurs entreprises, l'une, pour enrichir le commerce de chairs de la proxénète, l'autre, pour donner des informations utiles à la Reine des Ombres.

La Von Markov remarque que son interlocutrice accepte son offre très rapidement. Pour une femme aussi importante que Gwihir, cela reste très étonnant. N'a t-elle pas des affaires à régler chez elle concernant le bien-être de ses nombreux citoyens? Séléné ne pense pas que la Princesse soit sotte. Elle est lettrée, active dans la vie politique, mature et peut-être même aussi sournoise que la Reine des Ombres? Qui sait? Tout ceci est évidemment à découvrir. N'ayant rien à craindre, la femme aux cheveux d'ébène se laisse envoûter par la proposition de Gwihir. De toute manière, pour l'instant, la jeune Capienne ne verra qu'un aspect de Séléné, celle qu'elle veut bien dévoiler: une dame seule dans son manoir qui a besoin de s'entourer de convives pour l'aider à passer du temps.

La trentenaire n'avait pas remarqué tout à l'heure que Jules s'était adressé à elle en l'appellent mademoiselle. Séléné refuse qu'on l'interpelle ainsi, car pour elle, elle n'est plus une petite fille depuis longtemps. Elle tient une très haute estime d'elle-même. Elle reprend sans toutefois offenser Gwihir toujours dans son anglais.

Madame Von Markov. L'heure nous convient parfaitement.

Séléné donne ensuite un carton d'invitation avec son adresse écrite dessus à sa future convive. Inutile que l'homme mystérieux connaisse l'emplacement de sa demeure, surtout s'il s'agissait d'un espion travaillant pour l'un de ses ennemis. Maintenant que la question est réglée, la propriétaire de la bibliothèque peut désormais retourner dans la grande salle annoncer la fermeture. La porte se referme alors, laissant ainsi les deux passionnés d'Histoire seul à seul. N'ayant pas les yeux de sa chère sœur Victoria qui peut savoir d'un simple regard la race de la personne qu'elle observe, la Reine des Ombres doit procéder par elle-même. Afin de déterminer si Jules était un Sexire ou non, Séléné joue la carte de la séduction.

Enfin, nous sommes seuls.

La femme diabolique découse alors le devant de sa robe pour se mettre un peu plus à l'aise, laissant évidemment le haut de ses seins paraitrent légèrement. Que peut bien être la libido de ce type? Pour sûr, il ne peut pas s'empêcher de zyeuter les glandes mammaires, mais ça ne fait pas de lui un Sexire pour autant. Pourtant, Séléné a cru l'avoir charmé. Peut-être que ce mystérieux homme a été envoûté lui aussi par un pouvoir d'un Mythe et que sans se rendre compte, il opère pour une personne inconnu. Après tout, tout reste possible. Au moins, il est sûrement possible de soutirer des informations sans l'aide de sérum grâce à la posture qu'adopte Séléné. Visiblement, Jules semble hypnotisé.

Wouiii...

A priori, Séléné doit être son genre. Cela dit, ça reste étonnant que Jules soit aussi charmé, car la trentenaire n'a pas les atouts d'une véritable Sexire. Il lui reste moins de dix minutes pour en apprendre plus avant l'arrivée de Gwihir. Elle va droit au but.

Pour qui tu travailles?

©odage by Séléné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 34

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Mer 16 Déc - 15:33
« - Madame Von Markov. L'heure nous convient parfaitement. »

Le moment était donc décidé. Il n’y avait pas grand-chose à apprendre de plus, en tout cas de suite. La propriétaire des lieux sorti tranquillement de la pièce en fermant la porte. Cette dernière n’était pas des plus épaisses, mais l’éloignement du lieu par rapport à la grande pièce commune limitait grandement les risques d’oreilles indiscrètes. Elle prit la direction de la grande salle, la tête pleine des choses à préparer. Dix minutes, juste le temps de donner quelques consignes et de planifier la soirée. Remontant l’allée, elle passa à la hauteur d’un habitué comme les autres, portant un costume élégant mais élimé. Un homme entre deux âges portant une charmante moustache à la Bismarck avec fierté. Alors qu’elle s’avançait, elle lui glissa juste deux trois mots…

« - Cher baron, je ne serai des vôtres ce soir. Une nouvelle invitation m’est venue et je compte l’accepter. »

« - Très bien, Princesse. Passez une excellente soirée. »

« - Merci, baron, vous aussi. »


Ah… Les titres… ça faisait des années que les familles Capiennes portaient des titres qui n’étaient plus reliés par des possessions terriennes, mais qu’à cela ne tienne, ils continuaient inlassablement à porter avec fierté ces titres. L’homme dans le fauteuil ne broncha pas à l’information, surement qu’elle sera présente à une autre réception un autre jour. Il y avait tant de soirées dans les manoirs et palais Capiens. Et si la Princesse était une habituée, jamais elle ne privilégiait l’un ou l’autre. Toute à son jeu d’équilibriste entre les pouvoirs des familles, elle s’en allait parfois chez l’un, parfois chez l’autre, bien souvent hôtesse à son tour. Ici comme ailleurs, le pouvoir s’obtient par les liens et les connaissances nouées. Arrivée au comptoir, Gwihir regarda l’heure. Sept minutes avant la fermeture. Elle décrocha le vieux combiné qui faisait aussi office d’interphone au sein de son manoir.

« - Elise ? »

« - Oui madame ? »

« - Préparez moi une toilette honnête pour la soirée et faites appeler un fiacre pour ce soir, dix-huit heures quarante. »

« - Très bien, madame. »


Le personnel de maison saura s’organiser. Elise est une bonne efficace, diligente, mais surtout habituée aux changements de programme de sa maitresse. Pour la réunion avec M. Fayollet, elle n’aura besoin de se mettre sur son trente-et-un. Le programme prenait forme dans son esprit. Sous peu, la bibliothèque allait fermer. Tout d’abord évacuer le monde. Garder l’importun, le rencontrer, apprendre et comprendre. Identifier ses buts. Puis elle ira se préparer, se changer et rencontrera Séléné dans son manoir. A n’en nul douter, la soirée semblait s’annoncer sous des auspices positifs. Les Von Markov sont une famille Capienne installée depuis un certain temps mais jamais Gwihir n’avait eu l’occasion d’en passer le portique. Ce serait une première fois intéressante. Plus tard, elle devra aussi informer… son ombre de son voyage. Visiter seule un manoir, c’est bien, s’assurer d’une certaine protection serait la moindre des choses, ne sachant à quoi s’attendre. Et de toute manière, si elle ne le faisait pas, elle sait que l’ombre la suivrait dans tous les cas. Pendant toutes ces réflexions, l’heure tournait et c’est le son de la cloche d’airain sise au-dessus de la porte de la bibliothèque qui la sorti de ses pensées. Les habitués se levaient, dignement et se mettaient en route vers la sortie, non sans avoir rangé leurs ouvrages, leur tasses et leurs éventuels termos. Sous peu, Gwihir ira toquer à la porte de la salle privative afin d’informer Séléné de la fermeture du lieu. Et commencera son entretien avec M. Fayollet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 26

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Péripatéticienne
Pouvoir :: Absorption de pouvoir
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Lun 7 Mar - 14:42
Alors que la diablesse pense avoir Jules à sa merci, elle ne remarque pas que ce dernier joue volontairement son petit jeu depuis le début. En réalité, cet homme n'est pas un simplet, ni envoûté par les formes de la belle Capienne. Il sait parfaitement à qui il a affaire et comment s'y prendre pour extraire les informations qu'il a besoin pour son maître. Oui, cet individu est à la solde du Lord Darwin Moriaty et il est également un Mythe, mais certainement pas un Sexire. Toujours est-il que son pouvoir d'hypnose lui permet de maîtriser ses victimes même face à des personnes aussi forte d'esprit que Séléné. Maintenant qu'il peut opérer discrètement, il amène doucement la femme aux cheveux d'ébène dans son piège. Il ne répond pas à la question tant il sait déjà que la Vampire ne lui peut rien à cet instant précis. Sans qu'elle s'en rendre compte, Jules manipulait une bague à son doigt pour activer sa capacité d'hypnose. D'un ton ferme et sans possibilité de rétorquer, il demande à la Von Markov une seule chose.

Où se trouve la pierre philosophale?

Étant sous son charme, Séléné n'a pas conscience d'être manipulée et se livre d'elle-même. Quelle ironie! Elle qui désirait lui soutirer des informations, elle subissait l'interrogatoire. Les mots sortent mécaniquement de sa bouche.

Nous n'avons encore rien de bien concret. Nous n'avons que des ébauches, mais nos dernières trouvailles nous mènent dans le quartier Gemma en plein cœur de la mine.

Jules prend alors le tisonnier de la cheminée.

Dans d'autres circonstances et dans d'autres lieux, peut-être aurions-nous pu collaborer ensemble, mais malheureusement pour toi, je dois t'éliminer.

Sans hésiter une seconde, l'homme fout un beau revers au niveau de la tempe de la Capienne. Le coup est si violent que la femme pourrait très bien avoir un traumatisme crânien, voire pire, elle pourrait tomber dans le coma. Pendant que le corps inerte de Séléné s'effondre sur le sol dans un bruit sourd, l'homme inconnu continue de la ruer de coups, tous aussi violents les uns que les autres dans le but de achever rapidement. La barre vient frapper à plusieurs reprises la tête de la femme qui réalise pendant un court instant qu'elle est au proie d'un misérable et que pour la première fois depuis bien des années, elle reste impuissante. Une seconde d'après, Séléné se laisse emporter peu à peu vers la mort, tant elle n'a pas la force de se défendre et d'analyser concrètement ce qu'il se passe. Les assauts répétés laissent une inquiétude de l'autre côté de la porte, alors de peur qu'il se fasse prendre, Jules abandonne son arme de fortune et préfère mettre les voiles pendant qu'il a encore le temps. Il ouvre alors rapidement une fenêtre et saute l'instant d'après, ne laissant ainsi aucune trace de lui. Ce qu'il ignore, c'est qu'il n'a pas réussi à tuer la Von Markov malgré ses coups. Elle se trouve dans un état entre la vie la mort...

[Hors RP: Tout d'abord, désolé du retard. Puis, désolé de mettre Séléné au porte du coma, mais c'est pour pouvoir me mettre en stand-by de manière justifié si jamais je ne réponds à nouveau plus.]
©odage by Séléné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Age : 34

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé} Mer 16 Mar - 13:42
De l’autre côté de la porte, la vie avait continué. La Princesse avait continué à gérer ses affaires, laissant Séléné et son invité s’arranger. Bien sûr, elle comptait l’interroger, mais elle ne sentait pas d’urgence et sa consœur lui avait fait comprendre qu’elle contrôlait la situation. Soit. Et c’est lorsque l’heure de fermeture de la bibliothèque qu’elle vint toquer à la porte. Il n’y avait pas beaucoup de temps qui venait de s’écouler, à peine trente minutes. Les salles de lecture étant loin de la nef de la bibliothèque, personne n’avait relevé les bruits de lutte. Pas de réponse à son premier appel… Elle retoqua… Mais une odeur vint chatouiller ses narines. Une odeur métallique flottait dans l’air, une odeur âcre, trop facilement identifiable… du sang !

« - Que… ? »


Sans s’embarrasser de plus de politesse, elle entra alors à la volée. Le margoulin était déjà bien loin, son méfait accompli, et dans une mare de sang gisait la Capienne. D’un appel sec et résonnant, elle appela l’une des personnes qui l’assistait dans son établissement. Heureusement, les clients étaient déjà tous partis et ils n’auront donc à voir un tel spectacle.

« - Appelez de suite une ambulance ! »


Sans demander son reste, l’homme quitta la salle. La Princesse serra le poing. Elle avait fait confiance dans les capacités de son invitée et elle avait eu tort. On ne l’y reprendra plus. Elle préparait déjà aussi ce qu’elle allait devoir raconter aux policiers qui viendront, ainsi qu’aux employés de la femme blessée si ceux-ci souhaitaient enquêter. Finalement, elle n’ira effectivement pas à la réception du baron, mais ce sera pour une toute autre raison. Et elle allait avoir à gérer bien d’autres soucis administratifs jusqu’à tard dans la nuit, ainsi que savoir ce qui s’est passé ici… Et peut-être organiser une chasse au sang, déjà… Mais tout ceci n’est que musique d’avenir.

[HRP: Pas de soucis. Ce RP est donc clos et nous verrons bien si tu reviens. Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé}
Revenir en haut Aller en bas

Être à la page - [Privé - Gwihir Deirfiur et Séléné Von Markov] - {Terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)
» Faut il tourner la page et oublier ???
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» 01. La Première Page

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Capien :: Helldream-