AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Mer 13 Jan - 17:47
What the He… ?! Déjà en tant qu’homme, quand il en impose, il déteste être embrassé sans son autorisation mais en tant que femme, il… elle se sentait souillée. Voire violée. Une puissante montée de dégoût imbiba son être ainsi qu’une stupeur paralysante. Mais… mais ! Malgré tous ces sentiments négatifs, quelque chose réveilla en elle des souvenirs profonds. La douceur du baiser (quelque peu langoureux !) lui rappela à quel point c’était plaisant, se laissant quelques secondes croire que la personne qui posait ses lèvres sur les siennes était celle qu’il avait toujours aimé. Cependant, la chute fut encore plus violente quand celui-ci se décolla, prononçant des choses incompréhensibles et surtout, elle put se souvenir de qui réellement son partenaire était… Heureusement qu’en étant Sexire il était immunisé aux MST… Non, vomir n’est pas une solution pourtant elle eut un haut de cœur sans pour autant cracher quelque chose. Avait-il dit quelque chose ? Perdu dans ses pensées, Sherlock était complètement déstabilisé, perdu.

Cependant, la Morany, auparavant si agressive avec lui, sembla chaleureuse et la fit sortir du parc en la bousculant un peu. L’Anglais était tellement à l’ouest qu’il n’avait rien suivit : que cela concerne les flics, la fuite ou où elles étaient à présent. La jais arrêta ses pas dans une ruelle, reprenant son souffle… Bon Dieu, qu’il n’avait pas l’habitude de ce corps si frêle. Et dire que les femmes sont faites pour l’endurance et les hommes pour la force… Entre deux respirations lourdes, elle tenta de repérer où elles étaient à présent : les ruelles de l’Exilé.
    « Mer… merci d’avoir été aussi réactive… Je… j’étais un peu pris de court. »

Prise idiot ! T’es une femme, assume ! C’est ta connerie après tout… Ou mon choix que je t’ai imposé… On va pas se lancer dans ce débat stérile hein. La Sexire lança un regard transversal pour être sûre qu’aucun policier ne les avait suivies et c’était le cas.
    « Pourquoi on fuit déjà.. ? »

Son souffle était revenu et elle prit le temps de contempler ses doigts… fins, élancés… Que c’était étrange… nouveau… excitant. Et son regard se posa après que la femme qui l’avait sauvée.
Ce à quoi ressemble Sherlock...:
 

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Jeu 14 Jan - 21:55
Shallia guida la jeune femme à travers la ville, ne sachant pas où la conduire, elle n'avait pas répondu à sa question de lieu ou de direction. Elles courraient mains dans la main, elle vit que la jeune femme commençait légèrement à peiner, ce qui n'était pas encore son cas, elle était bien entraînée et courir sur de longues distances ne lui faisait pas peur. elle fut remerciée pour sa réactivité, voila qui lui faisait chaud au coeur surtout provenant d'une si belle femme. Elle l'avait sauvé du satyre et de la police après tout. Elle regarda autour d'elle, elle se trouvaient dans le quartier des Asuras visiblement. Elle sourit, pourquoi avait-elle choisit cette direction ? Elle ne connaissait pas bien ce lieu, elle s'avait qu'il s'appelait L'exilé mais ne savait pas exactement pourquoi.

Shallia tiqua un petit peu en l'entendant parler au masculin, elle se rassura en se disant que ce devait-être l'émotion car après tout, elle semblait très féminine, elle ne pouvait-être une femme déguisée en homme. Son instinct lui aurait dit si cela avait été le cas. Si seulement elle savait la réalité qui se cachait derrière cette femme, elle aurait certainement bien peur. Elle ne se souvenait plus de pourquoi elles fuyaient, c'était donc bien l'émotion qui l'avait fait fourcher.

Et bien, nous étions en train de fuir le pervers...qui...*Visage emplit de dégoût* qui à osé unir ses lèvres au tiennes. Puis la police qui allait pas tarder à débarquer vu tout le grabuge qui a eu lieu dans le parc public.

Shallia ne lâchait pas la main de la jeune femme, elle appréciait ce contact et voulait le prolonger vu que la femme à la chevelure de jais ne semblait pas vouloir rompre ce contact.

Vous avez eu de la chance que j'ai été réactive sur ce coup là, enfin... pas assez à mon goût, je n'ai pas pu empêcher cet homme de vous embrasser.

Shallia laissa un petit blanc pour laisser le temps à celle qui lui faisait face de reprendre ses esprits.

Vous connaissez le coin ? Je ne sais pas pourquoi on est venue se perdre ici en tout cas. Enfin, bon on est en sécurité, c'est déjà ça.

Elle avait maintenant le temps de regarder le corps de la jeune femme en détail et malgré qu'elle soit habillée de manière pas très affriolantes, plutôt l'inverse d'ailleurs avec le training qu'elle portait, elle n'en demeurait pas pour autant très désirable. Elle avait les cheveux dans tous les sens et guère ordonnés, certainement à cause de la fuite précipitée.

Vos cheveux sont bien rebelles, j'ai dans ma poche de quoi vous coiffer si vous le désirez. Une femme se doit d'avoir les cheveux présentables.

Shallia lui fit un petit sourire malicieux, sortant un peigne de sa main libre qu'elle avait entreposé dans une des poches intérieurs du haut de sa tenue. Elle lui tendit alors.

Comment-vous appelez-vous ? Madame... Mademoiselle ? Vous habitez loin d'ici ?

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Mer 20 Jan - 13:59
Il fronça encore les sourcils, cherchant à oublier au plus vite cette sensation et ces images. Cependant, c’est bien des souvenirs les plus désobligeants qui restent gravés alors que les plaisants sont aussi flous qu’un nuage de coton. Mécaniquement, elle passa sa main sur ses lèvres, comme pour, encore une fois, s’assurer que le contact qu’elle y sentait encore n’est que le fruit de son imagination. À la première question, Sherlock chercha quand et pourquoi il avait déjà été ici : Helena et cette affaire d’enfant encore non résolue. Surtout ce repas qui n’avait jamais eu lieu finalement. Encore un mauvais moment dont il se rappela avec un rictus crispé.
    « Humm, très peu. Mais ça ne doit pas changer beaucoup de Yasashi même. »

L’Anglaise rassembla ses cheveux plus d’une fois, les retira de son champ de vision, les triturait… Comment font-elles avec ces trucs ?! C’est infernal ! Puis la Morany lui proposa de quoi se peigner. Avec un sourire franc, elle prit l’objet et entreprit de se brosser les cheveux. Il avait l’habitude de le faire sur les autres… enfin, sur Elle, mais pas sur lui. La tâche se révéla simple malgré quelques crissements de dents. En prenant l’objet quelques secondes en bouche, il fit un chignon rapide et le bloqua savamment avec. Quelques mèches rebelles tombaient parfaitement pour encadrer son visage fin et doux. Alors qu’elle se coiffait, elle tenta de répondre le plus naturellement du monde :
    « Je suis Sher… » Il s’arrêta quelques secondes, pas loin de faire la connerie du siècle «… ryl. Sherryl Sparrow. » Et une idée bourgeonna dans sa tête « Miss Sherryl, je suis Anglaise. C’est pourquoi mon français est un peu hésitant... Puis-je vous retourner la question ?»

Ce qui est vrai ! Et dans la langue de Shakespeare, il n’y a pas d’accord au féminin… Encore un alibi en béton. Au fond de lui, il se sentait rassuré : au moins elle n’était plus hostile : pas de risque de contaminations. Ou peut-être n’a-t-elle pas toutes les caractéristiques félines..? Allez savoir…
    « Je vous remercie pour le peigne. Si vous en avez besoin, dites le moi, je vous le rendrai immédiatement. Mis à part si vous avez un autre moyen de contention ? J’avoue avoir la tête ailleurs ces temps-ci. »

Paroles, paroles, paroles ~ Mentir peut très vite devenir une seconde nature mais c’est d’autant plus facile avec quelqu’un qui ne nous connait pas… et puis il va pas lui dire qu’il n’a pas de chouchous car normalement… bah… il en a pas besoin quoi. J’avoue qu’il a pensé à se les couper mais avec quoi..?

Mais quelle idée…

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Mar 26 Jan - 19:12
Shallia regardait la jeune femme se coiffer la chevelure, elle trouvait sa manière de faire comment dire, pas étrange car elle semblait savoir comment faire mais plutôt réalisé avec une certaine forme de maladresse provenant de quelqu'un qui n'est pas habitué à cet acte journalier. Pourtant, avec la longue chevelure dont elle est dotée, ce devait-être loin d'être la première fois. Bwah, elle devait rêver et s'imaginer des choses.

Elle était donc d'origine anglaise, voila ce qui expliquait sa fâcheuse manie à se masculiniser quand elle parlait d'elle même. Cela l'exacerbait un peu mais elle ne pouvait pas lui en vouloir pour un léger problème de langue. elle n'aurait jamais pu imaginer qu'en réalité, derrière ce corps de femme se cachait un homme.

Je suis désolée mais je ne possède pas de chouchou, je préfère laisser mes cheveux libres. je n'aime pas cette impression d'étirement que l'on ressent lorsque les cheveux sont attachés. Par contre, il doit très certainement y avoir des boutiques qui en vendent dans le coin, si tu souhaites, on peut en chercher une. Tu peux garder le peigne, j'en ai plusieurs à la maison. Ce n'est guère une grande perte pour moi.

La queue touffue, soyeuse et finement entretenue de Shallia remuait derrière elle. Elle battait l'air. Elle se sentait attirée de manière anormale par cette femme, elle se doutait bien de la raison. Elle hésitait juste à faire part de ses soupçons, certains préférant cacher leur vraie nature même devant d'autres mythes.

Pour répondre à ta question, je m'appelle Shallia et j'habite dans la forêt de Sypholios. comme tu as dû le remarquer, je suis une femme chat.

Elle bougea son oreille droite pour bien mettre en avant sa condition de félin.

Tu habites dans quel coin si ce n'est pas indiscret ? Je pourrais te raccompagner chez toi si tu le désires. Je peux me permettre de te poser une question ? Rien d'indiscret, rassure toi.

Shallia avait le visage partagé entre la joie et la tristesse lorsqu'elle sortit de la doublure de sa tunique une photo, légèrement écornée sur les bords. On peut voir à quel point elle a souffert. De toutes petites entailles semblaient avoir été fait par du verre lors de la chute du cadre la contenant. Un des bords était légèrement noirci. On peut distinguer sur l'image deux femmes chats tenant dans leurs bras réunis un tout petite fillette, dépourvue des appendices qui rendent ses deux mères si différentes des humains.

Je suis à la recherche de ma femme et de ma fille adoptive, vous ne les auriez pas vues par hasard ?

Shallia semblait emplie d'espoir comme à chaque fois qu'elle montrait cette photo et qu'elle voyait le regard des gens se poser dessus. Son espoir fut de courte durée lorsqu'elle capta le regard de la jeune femme, elle su directement qu'elle ne les avaient jamais croisées. Elle rangea rapidement la photo mais avec d'infinies précautions comme s'il s'agissait d'un trésor inestimable. Elle posa ensuite sa main à l'endroit où elle se trouvait, cherchant le contact à travers le tissu de sa tunique. Elle soupira lentement.

Je suis désolée de vous embêter avec cela mais...

Shallia mit un certain temps à terminer sa phrase.

Ma femme et ma fille sont les deux femmes les plus importantes de ma vie et j'aimerais tellement les retrouver. Nous pourrions faire un petit bout de chemin ensemble, qu'en pensez-vous ?


Shallia commença à marcher tout droit sans réel objectif de destination si ce n'est de se promener et de ne pas rester seule. Elle redoutait la solitude qui l'attendrait une fois rentrée chez elle. Elle était perdue dans ses réflexions et sans s'en rendre compte, elle heurta l'épaule d'un homme portant un haut de forme et un monocle semblant sortir d'une époque révolue. Elle le houspilla, elle n'avait pas trop le coeur à en faire plus, continuant sa route ne prêtant pas la moindre attention aux excuses formulées par celui qu'elle avait heurtée ou qui l'avait heurté suivant le point de vue. Shallia avait le regard triste et perdu dans le vague. Elle errait au hasard et certainement pas dans la bonne direction même si Sherryl préalablement lui avait fournie la route à suivre.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Lun 1 Fév - 16:12
Sans attendre, la demoiselle passa au tutoiement, ce qui fit grimacer Sherlock : c’est quoi ce manque de respect chronique et unanime ? Pourquoi les Français, qui ont des règles rien que pour ça, ne les utilisent jamais ? Personnellement, il trouvait que cela manquait à l’anglais, accentuant encore plus cette politesse détachée. Est-ce pour à cause de ça qu’il l’utilisait à outrance ? Allez savoir… D’un mouvement de tête, la noiraude fit comprendre à sa compagne de fortune que ce peigne lui suffisait largement et qu’elle ne nécessitait pas d’acheter quoi que soit de plus.

Cette Shallia n’hésita pas une seconde quant à annoncer ce qu’elle était : jouait-elle son rôle d’actrice jusqu’au bout ou bien voulait-elle réellement appuyer sur le fait qu’elle était une Morany ? En ne disant pas le terme exact, le violoniste ne s’en formalisa pas plus que ça.
    « J’habite dans Yasashi Koji même, chez mon grand frère. Je ne suis que de passage. »

Sa sauveuse lui montra avec entrain une photo : deux femmes animales tenant un nourrisson. Chose surprenante, le petit n’avait pas les attributs bestiaux de ses mères : une adoption. Allaient-elles le transformer et ainsi, sceller sa vie à jamais ? Ne vivre qu’une quarantaine d’années sans avoir la certitude de pouvoir se contrôler ? Assumera-t-il ce changement irréversible ? Est-ce que ses deux mères porteront cette lourde responsabilité pour lui ? Quel choix… Yeux-de-glace savait parfaitement ce qu’était de ne pas pouvoir maîtriser ses pulsions et rien ne pouvait plus l’acculer. Et quelle déception étira les traits de la féline quand l’Anglaise hocha négativement de la tête ! D’ailleurs, l’émotion fit switcher la rousse au vouvoiement : décidément, ils ne savent pas ce qu’ils veulent ! Pour sa part, sa politesse excessive lui convenait parfaitement :
    « C'est-à-dire que … »

Mais la longiligne ne l’écoutait plus, déambulant dans la ruelle sans prêter attention : elle bouscula un homme à l’accoutrement notable (un costume et un monocle). Il se souvenait parfaitement avec quelle hargne celle-ci luttait contre les représentants masculins et là, sa tristesse l’engourdissait entièrement. La perte, le manque, la solitude, tout était là pour attendrir notre homme qui souffrait silencieusement du même syndrome.

La Sexire se rapprocha de l’âme en peine et posa une main chaleureuse sur son épaule :
    « Si je ne les connais pas, cela ne m’empêche pas de les rechercher. Si tu m’en dis plus, peut-être que le pourrais t’aider. Mais je ne peux rien te promettre. »

Vous vous souvenez de mon discours sur le vouvoiement ? Oublions le quelques secondes voulez-vous… Ce qui est bien avec cette technique, c’est qu’il peut être qui il veut et même parfois, lui-même.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Mer 17 Fév - 19:19
Shallia avait besoin de se calmer, la Sexire la talonnait de près, ses mains vinrent par réflexe se poser sur sa tunique à l'endroit où se trouvait la photo de sa petite famille. Elle ne sentit pas la forme rectangulaire habituelle, ses mains la cherchant, son visage était déformé par par la panique et l'anxiété. Sa main droite passa sous sa toge, fouillant la poche cachée mais rien n'y fit, elle n'était plus présente. Elle l'avait perdue.
    Ma photo où est-elle ?
Elle se retourna bousculant la Sexire sur son passage, elle fit demi-tour tentant de la retrouver, allant même jusqu'à se mettre à quatre pattes afin de mettre la main dessus. Elle offrait un bien piètre spectacle aux passants qui devaient la prendre pour une folle. Elle venait de comprendre que la photo était définitivement perdue, plus jamais elle ne pourrait sentir le contact de celle-ci entre ses doigts. Elle se recroquevilla au sol, commençant à pleurer à chaude larme, pourtant, elle avait toujours été forte mais cette ultime goutte fit déborder le vase. Elle ne retrouverait plus jamais sa famille sans celle-ci, il n'y avait plus d'espoir. C'est en tout cas ce qu'elle pensait mais peut-être que l'avenir allait la détromper ? Espérons le en tout cas. Elle n'avait pas réalisé mais Sherryl avait disparu, elle était maintenant seule au monde, sans personne pour l'aider, elle sombrait petit à petit dans la dépression, se laissant aller à sa tristesse.

Les passants continuaient leur petit bonhomme de chemin sans se préoccuper de la femme chat, l'ignorant tout simplement. les gens semblaient bien insensible à la douleur de notre protagoniste, ou d'autrui, cela reste à déterminer. Les humains devaient croire qu'elle était une actrice, jouant un rôle afin de gagner un petit peu d'argent. Un badaud s'arrêta à côté d'elle et laissa choir une piécette au sol comme pour la remercier du spectacle en cours.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Jeu 18 Fév - 23:28
La Morany semblait perdue dans sa tristesse. Avait-elle entendu ce qu’il avait dit ? Pas sûr, surtout après cette bousculade non calculée. Mais ce fut au moment où elle fit de mouvements étranges que sa curiosité maladive prit le dessus. La photo, elle venait de la lui montrer… Était-elle tombée quelque part ? Alors que la féministe fouillait sur elle, la Sexire regarda le sol puis fit le chemin dans ses pensées de ce cliché… Evidemment !

Quand Sherryl revint, elle avait sa respiration activée et son corps chauffé par la course qu’elle venait de faire. Heureusement, Shallia n’avait pas bougé, toujours prostrée. La noiraude leva les yeux au ciel : c’est pas comme ça qu’elle va revenir ta photo !
    « Est-ce que tu l’as vu repasser ? Shallia ! L’homme au monocle, est-il repassé près de toi ? Dit-elle en recherchant son regard, pressée. Réagis bon sang ! C’est pas ainsi que tu vas retrouver cette photo tout comme tes proches ! Continua-t-elle, exaspérée.»

Harassée, la joggeuse laissa cette loque au sol puis ferma les yeux, cherchant dans sa mémoire visuelle des déductions ou des indices cachés… Une marque se dessinait dans son esprit, ainsi que des traces… Qui était-il..? Raaah, il n’avait pas fait assez gaffe ! Ce changement de corps et de façons l’entrave au plus haut point !

Sa concentration était telle qu’il n’entendait plus rien, s’enfermant dans sa bulle pour maximiser ses chances d’obtenir des infos. Ses sourcils se fronçaient de plus en plus, jusqu’à ce que… For the God Sake ! Ses mains se crispèrent et de la frustration tirait ses traits. Les preuves étaient là, sous ses yeux, mais sa candeur lui a valu cette erreur monumentale.
    « Shallia, fais moi une description de cet homme. Dis moi tout ce dont tu te souviens. Tout. Jusqu’à son odeur ou sa crème de jour. »

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Sam 20 Fév - 19:06
Shallia était totalement perdue, paumée, elle ne savait plus quoi faire. La Sexire finit par se rappeler à elle et pas dans des termes très élogieux, on devrait même dire aux antipodes pour être réaliste. Elle lui parlait d'une histoire d'un homme avec un monocle, elle ne comprenait pas pourquoi elle venait l'embêter avec ce gars, il l'avait bousculé mais pas de quoi en faire un foin. Ce n'est pas la première fois que ça lui arrivait et sûrement pas la dernière fois non plus. La vie est un cycle éternel et toute chose qui t'es arrivée une fois finit toujours par t'arriver une seconde fois. On pourrait faire la réflexion, c'est la vie ma pauvre Lucette. Shallia reçu un coup de butoir lorsque la jeune femme lui dit que ce n'est pas de cette manière qu'elle allait la retrouver. Elle se redressa bien droite sur ses jambes, le visage toujours maculé de larme.
    Je ne vois pas comment je pourrais la retrouver, c'est pratiquement impossible, tu as vu la taille de cette ville et la distance que l'on a parcourue depuis que je te l'ai montrée ? J'ai refais tout le chemin dans l'autre sens et je n'ai pas l'impression que tu l'aies trouvée non plus.
La voix de Shallia était un peu acide, voire blessante mais elle n'appréciait pas trop que l'on remette ce qu'elle faisait en cause, surtout provenant d'une pure inconnue.
    Parce que tu penses que je pourrai réellement retrouver mes proches, retrouver cette photo ? Pour le premier, je n'ai aucun indice et pour la seconde, si ça se trouve, elle est tombée dans une bouche d'évacuation. Dans ce cas là, il est impossible de la retrouver. puis pourquoi tu me parles de l'autre con qui m'a heurté ? Il a quel rapport avec cette histoire ? Le retrouver et lui faire la peau me ferait peut-être du bien ? Tu en penses quoi ?

Shallia ferma les yeux, histoire de tempérer ses envies de meurtre, de tenter de redevenir calme et sûre d'elle. Elle montrait sa faiblesse et n'appréciait pas cela, surtout devant une personne qu'elle ne connaissait pas du tout. Elle ne semblait pas vouloir le décrire, elle se souciait peu de ce détail dans un moment pareil. Sherlock lui fit alors une déclaration qui la stupéfia un petit peu.
    Tu as été victime d'un vol à la tire... Cet homme t'as volé délibérément ta photo. Mais pourquoi..?
Le cerveau de Shallia tenta de faire des liens, de recouper tout ce qu'elle avait pu voir.
    Mai...mais pourquoi me voler une photo, elle n'a de valeur que pour moi. C'est totalement illogique. Surtout que...

Shallia passa une main sous sa toge, fouillant une de ses poches camouflées.
    Il n'a pas touché à mon argent, depuis quand, il existe des voleurs de photo ?
Dans le doute, le cerveau en ébullition, elle revécu la scène tant bien que mal, essayant de capter le plus de détail possible.
    Je vais te le décrire, enfin, essayer.

Elle sécha ses larmes, un petit peu d'espoir point dans ses yeux.
    Alors, il portait un haut de forme, une tenue rétro, un monocle, on aurait dit un personnage évadé de la fin du 19ème siècle. Il avait le visage fin et semblait avoir dans la trentaine ou la quarantaine. Il n'était plus si jeune que cela. Ses joues étaient légèrement gonflée comme quelqu'un qui à l'habitude de trop manger. Je ne saurais te le décrire plus que cela. Je n'ai pas fait trop attention. Tu es détective ? Tu penses-être capable de le retrouver ? Si tu y arrives, je te donnerai ce que tu veux en échange même si je doute pouvoir te payer, je suis ruinée.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Dim 28 Fév - 12:12
Pourquoi ? Mais pourquoi ? Quel est l’intérêt de cet homme à prendre cette photo si ce n’est pour créer le désespoir dans le cœur de cette pauvre innocente ? Pour se faire remarquer ? Illogique, pourquoi un voleur voudrait attirer l’attention de sa cible ? Pour qu’elle hurle et pleure et donc révèle qu’il n‘est pas loin ? Donc attirer l’attention de quelqu’un d’autre… Qui ? La foule est présente, il y a tellement de monde, ça pourrait être n’importe qui… Quelqu’un de proche d’elle à ce moment là… Mais qu.. ? Ohw, bien sûr… Évident même. Sherryl leva les yeux au ciel : la réelle cible n’était pas la Morany mais lui-même. Pourtant, sous cette apparence, qui pouvait le reconnaitre ? C’est la première fois qu’il s’y essaye… « On t’a vu, idiot… ! » Et cela le glaça d’effroi. Crap ! Est-ce qu’il est Mythe ? Humain ? Venait-il de faire une énorme gaffe ? C’était fait pour le prévenir ?

Sherryl était énervée, mais contre elle-même. Comment avait-il pu être aussi stupide et perdre ainsi tellement de temps ?! Mais la description de la jeune femme le fit atterrir et reprendre son calme olympien. Il devait garder la tête froide, réfléchir et retrouver cet homme. Coûte que coûte.
    « A sort of… »

Résumons les faits, voulez-vous..? En se concentrant, les images revenaient doucement, lui laissant plus de marges pour ses déductions. Elle parlait à voix basse et sa diction était effrénée : elle parlait pour elle-même :
    « Homme mûr d’un mètre quatre-vingt, voleur émérite. Malgré son style voyant, sait se cacher dans la foule donc, a des capacités dans le camouflage et dans la tromperie. À sa tenue, n’a aucun souci financier et donc, a des moyens pour exécuter ses plans… Vu sa morphologie, H ou A… mais sans certitude. Ne pas se focaliser sur son physique mais sur ses attitudes. Il me faut une évaluation de son talent d’acteur et de ses habilités… Il a osé une confrontation directe, il est joueur… Ça va être terriblement amusant… » Lâcha-t-elle comme une gamine excitée.

Un sourire sexiresque se dessina sur ses traits et une lueur de bonheur colora ses pupilles. The game is on...!

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Dim 6 Mar - 20:24
Shallia se rattachait à celle qu'elle venait de secourir un peu plus tôt, elle semblait avoir le cerveau en ébullition. Elle était capable de faire des retranchements et des liaisons rapides entre les éléments. Pour peu, on pourrait la prendre pour une surdouée capable d'analyser tout ce qu'elle voit et avec une mémoire infaillible. elle semblait bien décidée à l'aider ce qui surprit Shallia, elle n'avait pas l'habitude qu'on l'aide, elle était solitaire, surtout depuis la perte de sa femme et sa fille. Qu'avait-elle donc fait pour mériter une telle aide.

D'après ce que sous-entendait Sherryl, le coupable n'était autre que celui qui l'avait bousculé. Mais pourquoi lui prendre cette photo, il n'y avait aucun sens à moins que... les hommes ourdissent un complot pour se débarrasser d'elle. C'était possible mais il aurait été aussi simple de la tuer après tout, ils souhaitent peut-être la faire souffrir ? Voulaient-ils se venger pour ce qu'elle avait fait ? Elle ne les comprendrait jamais, c'est eux qui dès son enfance avaient lancé les hostilités pourtant.

Je ne comprends toujours pas, pourquoi me voler cette photo, elle doit-être insignifiante pour lui. Que veux-tu dire par H ou A, je ne comprends pas, c'est une forme de code ? Quelque chose que je ne dois pas savoir ? Que les gens autour ne doivent pas être au courant. Éclaire moi un petit peu, je ne suis pas aussi douée que toi pour les déductions, je me vois dans la peau du pauvre Watson à côté du Grand Sherlock Holmes. Une chose est sûre, je te préfère à lui, tu es bien plus belle. En même temps les hommes.

La détresse semblait avoir disparue, elle était redevenue calme quoi qu'un peu perdue tout de même. Elle ne comprenait pas les tenants et aboutissants de la chose. Soudain, elle entendit un bruit retentir dans sa tunique. Elle sursauta, surprise, se demandant bien ce qu'était ce soin, on pourrait penser de prime abord à un réveil faisant des siennes. Elle passa précipitamment sa main dans sa poche et en sortit une montre qui sonnait 14 heure exactement. Autour de celle-ci, un petit mot noué.

Ce...c'est quoi cette chose, ça ne m'appartient pas. Comment ça a pu arriver là ?

L'aiguille rouge était placée comme si tout avait été planifié, l'heure du vol et le moment ou cet indice devait faire irruption. Elle dénoua et tendit le mot à Sherryl qui lui réclama immédiatement avant qu'elle n'aie le temps de le lire.
    Cher Monsieur Rechel, où plutôt devrais-je dire maître.

    Je vous propose ici un petit jeu qui je pense saura aiguiser vos envies. J'ai en ma possession une photo que la jeune femme à vos côtés doit désirer ardemment. Vous pouvez lui transmettre de ma part mes plus plates excuses pour le désagrément rencontré ainsi que sa photo est en sécurité auprès de moi. Je compte sur vous pour me divertir un petit peu. J'avoue que votre transformation m'a fortement surprise et je pense que cela ne pourras qu'épicer un petit peu notre bras de fer même si je connais déjà le gagnant à l'avance.

    Que le spectacle commence.

    ps: comme je suis un homme au grand cœur et afin de me faire pardonner auprès de miss Silvermoon, j'ai des informations qui pourraient l'intéresser mais pour cela, il va falloir m'attraper.

    Arsène Turlupin

Shallia trépignait, impatiente que Sherryl lui explique le contenu de la lettre.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Mer 16 Mar - 18:20
Sherlock n’écoutait plus ou plus simplement, n’écoutait pas. Inspiré par cette attaque frontale, il souriait aux anges, perdu dans ses pensées et réflexions. Comment le retrouver..? Qui est-il ? Pourquoi lui directement ? Pourtant, il faisait tout pour que sa réputation ne reste qu’un murmure inintelligible… Comment a-t-il su ? Il se devait de faire plus gaffe à l’avenir. Et peut-être refuser les prochaines enquêtes qui s’annonceront à lui..? Sherryl soupira : impossible. Si quelqu’un arrive à l’accrocher avec un mystère, il n’aurait pas la force pour se poser et retourner à son quotidien morbide.

Cependant, quelques mots heurtèrent ses oreilles et à ce moment précis et il fit gaffe aux palabres de Mlle… ? Ah oui, elle ne lui a pas dit son nom de famille. Watson ? Que faisait Waston ici ? « À coté du Grand Sherlock…» : pendant une folle seconde, il se cru percé à jour, mais elle enchaina sur ce personnage irréel, désuet, drogué… Son regard se durcit : il détestait profondément cette invention qui lui gâchait la vie. Or, s’il avait entendu toute la phrase, je gage qu’il aurait apprécié le compliment. Sans ajouter un mot, le violoniste cherchait un moyen pour remonter à cet homme. Mais le jeu était loin d’être terminé.

Biiiiiiiiip Biiiiiiip Biiiiiiiiip

Quand Shallia sortit la montre de sa poche, l’Anglaise s’en empara précipitamment et lu le message pour elle-même en silence. Une main sur son menton, l’autre tenant le papier et l’indication temporelle, son regard dévorait les lignes à une cadence folle. Quand elle releva la tête, aucune émotion ne passait sur son visage de cire. Ses yeux étaient d’un sérieux effrayant. Il l’a vu. Il sait. Un potentiel Humain sait pour lui… Il était en danger ainsi que tous les Mythes autour de lui voire de cette île. Merde ! À ce niveau, ce ne sera pas juste une course poursuite mais bien un jeu mortel et contrebalancé… Le fera-t-il chanter ? Est-ce pour ça qu’il a exécuté ce plan ? Son inquiétude était à peine perceptible car la concentration était de mise : malheureusement pour lui, la missive était faite de lettres découpées dans des journaux ou des magazines : cela se voyait aux différents « vernis » de papier. Avec son expérience, ces différents morceaux venaient de nombreux numéros éclatés : rien à découvrir dans cette voie. Le papier de support était de ce qu’il y a de plus banal, cependant, plié au millimètre près : montrant une grande précision et surtout une minutie digne des perfectionnistes. Sherlock jubilait et rageait en même temps : un adversaire à la hauteur.

Soudainement, ses neurones tiltèrent sur une information dérisoire. Arsène Turlupin… Arsène Lupin ! Ne contenant plus son exaspération, elle extériorisa sa frustration. M.Leblanc avait fait affronter un ersatz de Holmes contre ce voleur gentleman : est-ce une blague ?! Quelle est la probabilité qu’un type qui ait ce pseudonyme s’intéresse à un pauvre gars qui a pour malheur de s’appeler de cette manière ?! Mais pourquoi lui ?! Pourquoi obéit-il tellement à ces schémas et conditionnements ?! Clairement, cette enquête résonna au plus profond de son être, insulté par cette vive révélation. For the God sake : je ne suis pas Sherlock Holmes !

De longues secondes s’écoulèrent alors que la femme-chat était pendue à ses lèvres.
    « Un homme a jugé amusant de voler cette photo pour me provoquer…» Dit-elle froidement.

La Sexire n’avait pas détaché son regard de l’objet durant la faible explication de la situation. La montre était de nouvelle facture, voire venant de sortir. Masculine vu son design ainsi que le tour de poignet : homme fluet, peu sujet à allergie et à la pilosité réduite (les poils se coincent volontiers dans ce genre de bracelets métalliques). Au vu de la marque, il estimait l’objet à 3.000 £ et, suivant le cours du temps, ce modèle était très jeune : deux mois tout au plus. Ajoutons à cela une très fine usure, peu de résidus, et des frottements anecdotiques. Cependant, une marque le fit réfléchir : la fermeture. Alors que le reste du bracelet était encore flambant neuf, la boucle, elle, était précocement usée. Pour un simple rythme hygiénique, cela ne pousserait pas cette marque à ce point : un métier ou un tic de la part de notre propriétaire. En jouant avec les boutons, il réussit à voir les réveils répertoriés : 6h15 et 21h45 (celui de 14h ne comptant pas). Ceux-ci n’étaient pas du tout sujet à érosion : ça a été mis en place et plus touché.

Quels métiers peuvent remplir ces différents critères : gain d'argent intéressant voire important, obligation de poignets libres, métier en trois temps… La noiraude sourit car avait une idée bien précise de l’homme qu’elles devaient rechercher. Elle lui fit signe, accompagné d'un sourire mystérieux :
    « Viens, nous allons retrouver cette photo...! »

Sans attendre une quelconque réponse de la part de la Morany, Mlle Sparrow se mit en route : direction le commissariat.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Dim 24 Avr - 9:46
Shallia attendait et la réponse finit par tomber. Elle n'était donc pas la cible de ce vol à la tire, la vraie personne visée serait Sherryl ? Cela n'avait aucun sens pour la femme chat. Son interlocutrice était-elle imbue d'elle même au point de croire qu'elle était la cible de tous les événements du monde ? En tout cas, son visage restait stoïque, pas une marque de stress, de peur ou autre. La seule chose perceptible en elle était la flamme d'intelligence qui brillait au cœur de ses pupilles. Elle raisonnait, recoupait des informations, aucun doute là dessus.

Pourquoi vous sentez-vous visée? Qu'est ce qui vous fait croire ou vous permet de le déduire ? Pourquoi est-ce à moi que l'on a subtilisé la photo et que l'on ne s'en est pas pris directement à vous ? Nous ne nous ressemblons pas, comment le voleur aurait pu se tromper ? Notre seul point commun c'est d'être toutes les deux des femmes.

Elle était tombée dans le panneau de la transformation, c'était une évidence maintenant. Shallia ne se rendait pas compte de l'heure qui avançait de plus en plus rapidement. Certains événements ont parfois tendance à nous déconnecter du temps, comme si celui-ci s'en retrouvait accéléré comme dans le cas présent. L'heure fatidique de la transformation se rapprochait à grand pas mais la jeune femme n'y pensait même plus, trop choquée par ce qu'elle venait de vivre. Si seulement elle savait que dans environ une quarantaine de minute, elle allait devenir un chat, elle aurait coupé court à la discussion pour aller se cacher. Pendant ce temps, Sherryl était concentrée et perdue dans ses réflexions, remarquant à peine que l'on s'adressait à elle. Les questions restèrent donc sans réponse.

La sexire reprit finalement conscience de ce qui l'entourait hormis la montre et le message. Elle semblait sûre d'elle comme si elle savait où se trouvait la photo à l'heure actuelle. Comme si elle venait de résoudre cette affaire avec une simplicité déconcertante. Elle lui demanda de la suivre, ce qu'elle fit, lui emboitant le pas, suivant l'allure soutenue de celle-ci. Elle se laissait guider ignorant encore la destination qu'elle leur faisait prendre. Elle tenta de lui poser des questions en chemin. Espérant qu'elles seraient plus fructueuses que sa première tentative, lui demandant à nouveau pourquoi elle se sentait visée puis embraya sur un autre chemin.

Vous savez où se trouve ma photo ?

Le visage de Shallia redevint souriant lorsqu'elle lui répondit par la positive. Les larmes avaient séchées , laissant place à des yeux rougis.

Elles arrivèrent devant un commissariat de police. Voila la destination qui avait été sélectionnée par Sherryl. Le commissariat principal de l'ile était de taille raisonnable voir même grand pour une ile de cette taille. Au dessus de l'entrée du bâtiment imposant, trônait un panneau en acier mélangeant le blanc et le bleu sur lequel les caractères sont alignés pour former le mot police nationale. Elles passèrent le tourniquet à l'entrée ce qui laissa place à une salle d'attente bondée de monde. Faire la file risquait de leur prendre quelques heures tout au moins. Shallia allait allez s'asseoir sur un siège même si elle ignorait l'utilité de se trouver ici. Les policiers étaient généralement des bureaucrates dénués de l'once de génie nécessaire à la résolution d'une enquête. A sa grande surprise, Sherryl se dirigea directement vers le standardiste de l'accueil qui regardait d'un air sévère celle qui tentait de dépasser les gens dans la file sans prendre le petit ticket à l'entrée qui devait définir l'ordre de passage.

Il ne restait maintenant plus que 15 minutes avant que Shallia ne se transforme...

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Mar 3 Mai - 8:57
Le commissariat était plein à craquer, à croire qu’une foultitude de gens avait été cambriolée pour le plaisir de mettre en déroute la rapidité et le flair de notre enquêtrice. Sans une once d’hésitation, la jeune femme traça la foule pour directement aller à un guichet. Un client râla ostensiblement, ne réveillant pas la culpabilité de la Sexire : à quoi ça sert la culpabilité, sincèrement ? Voilà, nous sommes d’accord. Cependant, si elle s’en foutait, le policier derrière le plexi, lui, la rembarra :
    « - Je viens pour un vol qui a été commis de sang-froid avec l’assurance qu’il y en aura encore et encore, jusqu’à ce que vous soyez submergés comme à cet instant précis. Si je ne vous désengorge pas, je peux vous garantir que vous ne verrez pas votre mari ce soir inspecteur.
    - Ça va les chevilles ?
    - J’ai de bonnes baskets, pourquoi cette question ? Répondit-elle le plus sincèrement du monde.
    - Et en plus vous êtes une rigolote ? Aller, de l’air. J’ai du travail moi. Suivant !
    - Mais ma…
    - Faites la queue comme tout le monde mam’selle. » Conclut-il le plus suavement possible.

Et le client juste derrière elle ne se gêna pas de la pousser d’une pression sur la hanche pour se retrouver devant le secrétaire. Quels goujats ! Avec sa réelle apparence, ils n’auraient pas osé… Agacée de cette situation, Sherryl fit deux pas en arrière, réfléchit quelques secondes en regardant la foule puis mit ses mains en porte-voix :
    « J’ai retrouvé une montre de belle facture, est-ce que son propriétaire est dans les parages ? »

Quelques têtes se retournèrent mais beaucoup avaient l’air plus ennuyées qu’intéressées. Cependant quelques gus vinrent vers elle. Cinq six personnes étaient venues. Le violoniste les scanna comme il en avait l’habitude et fit avec une gestuelle presque théâtrale :
    « - Pas vous, pas vous, ni vous, hummm… Vous. En désignant un trentenaire du doigt. La marque.
    - Tissot.
    - Combien d’alarmes ?
    - 5 en tout.
    - Leurs heures ?
    - Je n’en n’utilise que deux : 6h15 et 21h15.
    - Parfait. La jeune femme vint la lui rendre.
    - Comment saviez-vous que c’était moi ? Demanda-t-il pendant qu'il la mettait au poignet.
    - Il n’y avait que sur vous que le bracelet correspondait parfaitement. Et je me doutais qu’avec cette manufacture, vous veniez la réclamer à la Police.
    - Vous êtes douée.
    - Simple bon sens. Bonne journée. »

Cela n’avait duré qu’une petite flopée de minutes. Quand l’homme se retourna, un gout acide ankylosa sa bouche : quelque chose clochait. Comment pourrait-il remonter à notre voleur en n’ayant plus aucun indice.. ? Avait-il loupé quelques choses ? Est-ce qu’il devait écouter toutes ces personnes se plaignant de vol ? Il manquait quelque chose mais quoi.. ? Puis soudainement, il vit l’infirmier cadre sortit un objet de sa poche, l’air étonné. Son sang ne fit qu’un tour, elle s’avança vers lui.
    « - Ce n’est pas à vous n’est-ce pas ?
    - Je ne sais pas ce que ça fait dans ma poche. Je n’ai jamais eu de plume !
    - Je vous la prends, merci.
    - Att… »

Le Sexire avait déjà fait demi-tour vers sa jeune compagne, détaillant le stylo avec minutie.
    « Suite des évènements : nous cherchons une jeune adulte Capienne gauchère à cheval entre la licence et le master de Chimie et d’origine grecque. Il ne doit pas en avoir une dizaine en ville. »

Sans le bonus des votes : c'est mon poste des 300xp.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Sam 21 Mai - 12:47
Shallia suivait les événements de près. La jeune femme qui l'accompagnait malgré son culot et bagout bien supérieur à la moyenne, se fit rembarrer par le policier gay, semblait-il. Elle ne devait pas être à son goût visiblement... Pourtant, elle était bien plaisante à voir... La file allait donc devenir inéluctable. Elle prit donc un ticket à la machine dédiée à cet office. Il allait falloir faire preuve de patience, ce qui ne semblait pas être le fort de Sherryl. Une voix féminine et imposant le respect se fit entendre, il n'y avait aucun doute sur son propriétaire. Elle clamait haut et fort à la recherche d'une personne dont la montre aurait été dérobée. Plusieurs personnes se présentèrent à elle mais grâce à son flair hors du commun, elle réussi sans la moindre difficulté à éliminer les menteurs et à trouver son vrai possesseur. Le geste était réalisé avec une telle facilité que l'on aurait pu croire qu'elle avait fait cela toute sa vie. Ce qui devait surement être le cas d'ailleurs. Elle espérait de tout cœur qu'elle résoudrait l'affaire entièrement avec une vélocité comparable et que bientôt, cet objet si cher à son équilibre mental se retrouverait au creux de ses mains.

Elle se dirigea vers la jeune femme qui tenait déjà l'indice suivant entre ses doigts, une plume. Shallia attendait de voir ce qu'elle allait pouvoir en tirer comme information. Elle se rendait compte qu'elle n'allait-être d'aucune utilité, elle se pensait intelligente, elle était un peu imbue de ses capacités parfois mais là, elle se rendait compte qu'elle ne faisait pas le poids face à la noiraude. Elle n'appréciait pas cette impression d'infériorité mais que pouvait elle y faire ? Rien pour le moment de toute évidence. Sherryl reprit alors la parole expliquant sans que Shallia ne puisse en comprendre le lien de causalité entre ce stylo et la profession de la nouvelle personne qu'elles allaient devoir chercher. Tout cela ressemblait à un jeu de piste savamment organisé pour intellectuel surdoué en manque de sensations.

Elles devaient donc partir a la recherche d'une étudiante en chimie dont le cursus n'aurait pas encore atteint son terme. Cela revenait à chercher une aiguille dans une botte de foin pour réussir à dénicher une personne sur cette ile. Elle n'était pas immense mais tout de même fortement peuplée. Qu'allaient-elles faire ? Elle était larguée et l'heure ne cessait d'avancer, elle commença à ressentir de légers picottements dans le bout de ses doigts ce qui la ramena à la réalité. Elle regarda ses doigts, ses ongles commençaient à s'affiner et s'allonger, voila qui arrivait au plus mauvais moment, en plein milieu du commissariat de police. Elle avait commis une erreur et elle s'en rendait compte, elle n'avait pas assez bien calculé son coup, elle s'était laissé guider par ses sentiments, l'éloignant de la raison et du côté parfois rude et terre à terre du monde qui l'entoure. Elle devait trouver une solution et vite, scrutant un coin où elle pourrait se cacher.

MJ : lance un jet de fouille...
Joueur : Quoi, un jet de fouille pour ça ?
MJ : Ta gueule, c'est moi le MJ alors ... lance ton dé...
*bruit de dé et un 13 plus tard*
MJ : tu aperçois des toilettes pour dame...


Elle venait de trouver la solution, le lieu de commodité réservé aux demoiselles. Elle s'y précipita sans un mot, claquant la porte derrière elle, faisant tomber au sol le petit carré blanc représentant une personne portant une jupe qui recouvrait celui d'une personne en smoking... Un petit malin avait rien trouvé de mieux que de décoller celui des dames, fixé à la porte juste à côté et de venir l'apposer chez les hommes. Certainement un être pervers qui voulait voir les femmes entrer dans les mauvaises toilettes ou bien alors, un simple petit marrant qui voulait s'amuser un peu en attendant que la file se désengorge.

Un homme quitta le commissariat prestement, un sourire aux lèvres, connaissant bien l'aversion de la demoiselle pour le sexe masculin. Il était content du petit tour qu'il venait de lui jouer.

une fois entrée, tellement pressée et stressée par ce qui allait se passer, elle ne vit pas les deux hommes en train de se soulager aux urinoirs tout en discutant de choses et d'autres. Elle s'enferma à toute hâte dans une des cabines, fermant le loquet derrière elle. La transformation continuait d'œuvrer en elle. Fort heureusement pour elle, la porte fermait de haut en bas ce qui l'empêcherait de pouvoir sortir. A peines quelques minutes plus tard, le corps de la jeune femme laissa place à un chat à moitié recouvert de vêtements humains. Elle s'en extirpa, venant gratter à la porte comme les chats domestiqués ont l'habitude de le faire lorsqu'ils souhaitent sortir dehors. La féline laissait de petites marques de griffes sur le côté intérieur de la porte.

Une âme bonne et charitable allait-elle ouvrir la porte au pauvre chat coincé dans les toilettes ?




~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Mar 31 Mai - 16:20
Avec minutie, Sherryl rangea l’objet dans la poche de son jogging : il ne fallait pas l’abimer. C’est alors qu’elle leva les yeux sur sa partenaire qui fut comme piquée par un moustique. Sans plus d’explication, la Morany fila vers les toilettes… C’est alors que le logo de celles-ci chut et un homme, sourire aux lèvres, sortit de l’établissement. Le cœur de l’enquêteur se comprima, prit en étau entre deux faits :
    - Admettez qu’une Morany chat, tout à fait saine (donc pas de maladies) qui courre vers les toilettes pour s’y enfermer de manière complètement inattendue c’est méga over louche. Sherlock comprit bien vite les motivations de la petite : sa transformation quotidienne (et non pas une quelconque envie pressante). Bon, espérons qu’elle ne se soit pas enfermée dans un box avec un mâle sur le trône…
    - Par contre, ce qui le faisait plus réfléchir, c’était cet homme qui fuyait. Il connaissait l’aversion de la demoiselle pour la gente masculine et en profitait pour jouer avec elle : il était renseigné sur elle et avait sans doute un lien avec ce... Turlupin.

Il y avait donc deux urgences qui se télescopaient et la prise en charge était délicate. Ni une, ni deux, la Sexire parla plus fortement :
    « Cette femme a une méningite bactérienne sévèrement contagieuse ! Si vous ne voulez pas finir en légume, faites sortir les hommes qui sont dedans et bouclez ces toilettes ! Je vais chercher les secours ! Je suis médecin ! Ne fuyez pas au risque de contaminer plus de personnes encore ! Et n’entrez surtout pas !! » Ou à vos risques et périls pensa-t-il pour lui-même.

Stupeur et tremblements… Un silence lourd se mit en place alors que la noiraude prenait ses jambes à son cou pour retrouver l’inconnu. Pourvu qu’ils mordent à ce pathétique mensonge… Il savait que l’infirmier cadre avait entendu et qu’avec un peu de chance, il saurait juguler la foule. Ou peut-être démonter son mensonge ? Naaaah ! Avec cette dégaine, il devait certainement pas bosser pour les urgences…

Ses chaussures et ses habits trop grands la gênaient dans ses mouvements, la rendant pataude et lente. Durant sa course, il reprit rapidement son apparence première pour rattraper le type qui l’avait presque semé. Sherlock chopa finalement ce type, il lui agrippa fermement à l’épaule :
    « - Pourquoi ?
    - T’es qui toi ?
    - Ma sœur et moi communiquons rapidement… Pourquoi ? Pourquoi elle ? À quoi cela rime ?
    - À toi de me le dire… non ?
    - Vous êtes pas tellement en position pour des négociations...
    - Ah oui ? Tricher serait décevant vous ne trouvez pas ? »

Alors que le violoniste allait raffermir son étreinte pour obtenir plus d’informations, celui-ci se dématérialisa dans l’ombre de la ruelle, se soustrayant à sa force. Le Sexire ragea, il devait s’y attendre pourtant ! À regret mais ne pouvant rien faire d’autre, il retourna au commissariat tout en changeant son apparence. Il y avait urgence, il ne pouvait plus perdre du temps pour rien… enfin, ce n’était pas si inutile que ça en avait l’air. En entrant dans le bâtiment, toutes les paires d’yeux la dévoraient de questions.
    « Les secours sont en route, laissez-moi la voir. Continuez, vous faites un bon boulot.» Fit-elle à l’infirmier.

Enorgueilli par ce compliment, le soignant continua à trier les gens de ceux qui pouvaient être potentiellement malade des autres (en soit, pas grand monde… !). La boxeuse entra doucement dans les toilettes, les voyant tous vide sauf un. Elle jeta un rapide coup d’œil à son portable pour voir le temps écoulé : 15 minutes. Il ne pouvait se permettre de faire plus attendre au risque que son mensonge soit révélé. Il ne restait donc qu’une seule solution… affronter la bête.
    « Shallia.. ? »

Un grattement sur une porte lui répondit. La demoiselle inspira un bon bol d’air et quand elle força la porte d’un coup de pied bien placé, fut en position pour combattre cet animal féroce.
    « Voilà qui est… plus simple. » dit-elle, le sourire aux lèvres.

Le chaton se tenait derrière cette dite porte et se l’était pris en plein minois : il fut assommé sur le coup. Au moins, elle n’aurait pas à avoir peur de devenir un Morany. Sans attendre, la Sexire se pencha sur l’animal et apposa son pouce sur ses lèvres puis sur celles du chat avec délicatesse. Il ne voulait pas par mégarde se faire contaminer par un croc qui traînait par là. Une fois cette besogne faite, il alla promptement se laver les mains, ouvrir la fenêtre des toilettes, prit le chat dans ses habits et sortit de là, encore une fois, sous le regard de toutes ces personnes.
    « Elle s’est enfuie par la fenêtre… Je vais tenter de la retrouver ! »

Et c’est ainsi que Sherlock fit patienter pendant 5h les policiers et leurs clients : les secours, bien évidemment, ne vinrent jamais.



~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Dim 17 Juil - 12:23
Le chat grattait hargneusement à la porte, il voulait sortir de sa prison improvisée. il n'y a pas de parallélisme souhaité avec un certain violoniste, toute ressemblance est désirée par l'auteur... Des petites marques de griffes avaient commencé à entamer le bois de la porte. Comme tout le monde le sais, enfin, les sains d'esprits, les chats exècrent au plus haut point d'être privé de liberté. Shallia ne faisait pas exception et s'acharnait sur la porte comme si de cette manière, elle allait passer au travers...

Un grand crac retentit à l'oreille du félidé lorsque Sherryl d'un coup de pied bien placé envoya valser la porte hors de ses gonds. Le choc qui s'ensuivit assomma la pauvre bête (Appelez la SPA). Le violoniste au grand flair l'enroula ensuite dans ses vêtements quittant le poste de police, direction son domicile.

Il fallut tout de même un petit moment à notre roublarde, mot qui la définissait allègrement vu la facilité avec laquelle elle venait de gruger la police. Il montait les escaliers menant à son appartement et croisa sur le perron Miss Lullaby de laquelle il tenta de se dépêtrer le plus vite possible avant qu'elle ne remarque le chat enroulé dans les vêtements. Il finit au bout de quelques minutes à rentrer chez lui. Il semblait soulagé dans un sens. Il déposa le chat sur son lit dans les fripes de la jeune femme à moitié déchiré par les explosions. Comme tout bon gentleman qui se respecte, il avait pris soin de déposer sur les montants du lit de la rechange pour la demoiselle. Les habits semblaient par contre, plus typé pour une personne de sexe masculin. Il aurait été plus qu'étrange que dans sa garde-robe, il posséda une jolie robe.

Il quitta ensuite la pièce, s'installant sur le divan. il était dans un état second, vu de l'extérieur, on aurait pu croire, qu'il était drogué. Il songeait à l'enquête en cours. Les indices se mélangeaient,s'intriquaient de manière quantique dans son esprit. Pour ça peut-être qu'il réfléchissait si vite d'ailleurs. Pour le moment, Turlupin menait toujours la danse, il avait des coups d'avances sur le gentleman anglais mais jusqu'à quand vu se rapidité d'esprit ? Plus le temps passait, plus Sherlock commençait à cerner son adversaire et sa manière de procéder. Quel joli match entre deux esprits au sommet de leur art. Un duel au sommet entre deux génies se battant pour leurs honneurs.

Pendant ce temps là, dans la chambre, Shallia se réveilla dans son plus simple appareil. Elle regardait autour d'elle, un mal de crâne carabiné comme si elle venait de se descendre des litres de Vodka à la patate frelatée. Elle toucha son front d'un geste souple et sentit une bosse qui venait de germer au sommet de son crâne. Elle se demandait bien ce qui venait de se passer, elle se rappelait uniquement s'être enfermée dans les toilettes puis trou noir, plus rien. Elle s'habilla donc avec les vêtements mis à sa disposition et quitta la chambre tombant sur Sherryl en pleine réflexion sur son canapé.

Elle portait un jean noir pas trop collant, escarpin noir pas trop haut, une tunique blanche qui se noue autour du cou, moulant et assez décolletée en haut, dos nu. L'effet du tout fait très élégant mais aussi une pointe de sexy, Les cheveux assemblés en un chignon fou savamment réalisé.

Bonjour Miss Sherryl, cette tenue vous vas à ravir. Je me demande juste pourquoi j'ai pas eu droit à un truc aussi sexy.

Shallia prend un petit air faussement boudeur.

Il s'est passé quoi, j'ai comme un trou et une énorme bosse au front ?


~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Mer 20 Juil - 0:38
    « - Il n’a pas de sœur ! Mme Lulaby était catégorique
    - Dois-je faire un test de fraternité pour vous le prouver ? Notre ressemblance ne vous suffit donc pas ?! Han… Il m’avait parlé de vous, je ne vous imaginais pas ainsi.
    - Parlé de moi ?? Là, elle était intéressée.
    - Une brave dame qui veille sur lui comme une mère sur le cousin de ses enfants. Aussi droite et dure qu’une maîtresse d’un autre temps, aux valeurs qu’il espère indémodable. Qui ose mettre des coups sur le doigt avec fermeté et autorité. Je ne vous pensais pas à ce point fermée d’esprit…
    - Il a dit tout ça.. ? De moi.. ? Cette fois-ci, touchée.
    - C’est une pipelette si on le connait bien…
    - J’ai du mal à vous croire…
    - Vous avez dans votre appartement un lit avec trois matelas superposés…
    - Comment le sait-il ?!
    - N’avez-vous pas passé un Noël avec lui ?
    - Oh oui… »

C’est à peu près cette conversation qu’elles eurent quand Sherlock se battait pour rentrer chez lui, dans les mains, un chat roux emmitouflé. Après cela, il déposa le félin avec délicatesse dans son propre lit, veillant à ce que tissu ne gêne pas la respiration de l’animal et prépara des affaires.

Pour passer le temps, il se changea et se mit en quête de cette Capienne grecque. C’est ainsi qu’il chercha pendant au moins tout le temps de la transformation de la Moranie. Plus les secondes s’égrenaient, plus la frustration remontait en lui et plus il était irritable… Quand il estima le temps de métamorphose passée, il relâcha la paralysie de la demoiselle et ne s’étonna pas en la voyant rappliquer. Cependant, ce qui le surprit était les vêtements : il dut réprimer un réel rire. Mais ses yeux pétillaient pour lui. Elle répliqua, son sourire sexiresque aux lèvres :
    « Ce sont les habits de mon frère. Je ne vous voulais pas garçonne. Vous n’avez sans doute pas vu la petite robe blanche que je vous avais mis sur le bord de lit. Je suis persuadée qu’elle vous ira à ravir… en tout cas mieux que cela. »

Si la jeune chatte partait, Sherryl elle, continuait frénétiquement ses recherches… Mais elle lui fit un rapide topo en haussant la voix pour qu’elle l’entende malgré les volumes :
    « Quelqu’un a entendu vos jappements et pour vous délivrer, défonça la porte. Manque de chance, vous étiez derrière. Je vous ai récupérée et nous voilà dans l’appartement de mon frère. »

Omettre serait-ce mentir ? Puis l’Anglaise fulmina dans son propre jargon d’outre-manche : elle ne trouvait pas cette stupide identité ! Il n’en restait plus que 15 mais cela était trop… Il lui fallait un coup de pouce de quelqu’un qui connaisse bien le peuple Capien…

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Ven 5 Aoû - 0:06
Elle avait fait visiblement une erreur sur le choix de la tenue. Elle s'excusa donc, et rentra dans la chambre pour se changer, préférant bien évidement la robe blanche à l'immonde tenue masculine qu'elle portait encore il y a quelques secondes. Elle le replia tout de même avec soin, ne voulant pas vexer la jeune femme dont l'aide avait été plus que bénéfique pour elle. L'enquête n'avait pas encore été résolue mais elle sentait au fond d'elle que cette jeune femme était celle de la situation.

Vous m'avez donc sauver sur le coup et je comprends ma douleur au nez mais je n'ai rien de cassé et fort heureusement... Un nez cassé c'est pas très élégant pour une dame.

Elle lui fit un petit clin d'œil entendu puis s'approcha d'elle, passant un regard au dessus de ses épaules.

Une autre piste ? Une idée de la façon pour retrouver ma photo ? Je suis sûre que votre esprit vif sait déjà quoi faire. Qu'allons nous faire ?

Elle virevolta sur elle-même, faisant tournoyer sa robe.

Franchement, on pourrait croire qu'elle a été faite pour moi.

Sans demander l'autorisation, elle s'assit dans un canapé et demanda lui demande si elle pouvait faire du thé ou quelque chose pour l'aider dans ce qui semblait-être une période de réflexion.
Elle ne voulait pas trop la déranger, prenant son mal en patience, visitant le petit appartement du regard. Il était à l'image de son possesseur pour ne pas rentrer dans des détails inutiles.

Puis-je être utile à quelque chose ?

La Neko fit jaillir une petite flamme de sa main, jouant avec celle-ci pour se passer le temps. Elle en fit apparaitre deux supplémentaires et commença à jongler avec celles-ci avec une dextérité non feinte.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Mar 9 Aoû - 23:11
Trop occupé à chercher des éléments éliminatoires, elle n’écoutait que d’une oreille distraite les dires de la demoiselle. Sher’ se repassait les évènements dans l’ordre, cherchant des failles, des détails qu’il lui avait échappé. 15 personnes… Les adresses étaient trop dispersées pour faire le porte à porte. Et puis ce quartier était trop dangereux pour lui : y déambuler longtemps pourrait le consumer. De plus, le temps pressait pour la Moranie. Pour finir, Turlupin l’attendait au tournant et il se devait d’être à la hauteur pour la femme-chat. L’Anglais avait déjà perdu tellement de temps avec ces recherches et cette transformation. Sa réflexion se voyait dans ses yeux perdus dans le vague mais aussi au léger tremblement de son pouce droit sur ses lèvres : mouvement mécanique.

Shallia virevoltait dans l’appart’, scrutant l’antre. Mais cela était le cadet des soucis de notre Sexire, trop concentré sur l’affaire.
    « Enough ! Fit-elle en tapant du poing sur sa table de salon en se levant après un long moment, sortant de son silence religieux. Comment veut-il que j’y arrive sans plus d’indication ?! Data… Data… Il me manque une donnée. Mais laquelle ?! Où ? Où l’ai-je loupée ?! »

Elle se mit à faire les cents pas, sa main droite sur le menton, replongeant dans ses pensées mais au vu de ses sourcils froncés, rien ne venait. Elle parlait dans sa barbe, en anglais : incompréhensible. Elle se refaisait encore toutes les étapes… Un détail bordel ! Avide, frustrée, dessus depuis au moins une heure, la noiraude se jeta sur la plume pour à nouveau l’examiner, prenant une loupe pour être plus précise encore. Mais chaque millimètre carré avait déjà été scruté. Encore après un temps :
    « Utile vous avez dit ? Oh oui… Mais seulement si vous connaissez personnellement tous les Capiens de la ville ! » Riposta t-elle septique, vrillant son regard glacial dans celui plus chaleureux de la pauvre femme qui n’avait rien demandé.

Étant là depuis peu, il n’avait même pas de documents dans lesquels chercher. Il fulminait, cherchant encore et encore. Il avait besoin d’une cigarette d’urgence… et de retrouver son calme. Sans s’excuser, elle se posa à nouveau sur le canapé, plongée dans les limbes de ses idées, faisant abstraction de son environnement.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Dim 4 Sep - 12:23
La voix de la noiraude se fit entendre, enfin un bruit cassant le silence ambiant surtout, faisant sursauter la chatte qui ne s'attendait pas à cette réaction. Elle semblait remontée, n'arrivant visiblement pas à trouver "The Solution" qu'il lui fallait comme aurait pu dire un british. Une donnée manquante ? Shallia ne voyait guère comment l'aider là dessus, elle avait retourné les informations qu'elle possédait dans tous les sens, mais sans y trouver de solution. Elle aurait voulu aider mais cela était au dessus de ses capacités. Elle n'avait jamais été confrontée à ce type de situation, elle déléguait généralement à d'autres ce types de mission, mais cette fois pouvait-elle réellement le faire ? Non, elle était bien trop impliquée.

Sa proposition d'aide semblait avoir été écartée d'un mouvement sec de la main. Pourtant, elle savait comment obtenir les informations qu'il lui fallait.

Je ne connais pas tous les Capiens de la ville mais par contre, je connais quelqu'un qui les connais tous. Je peux vous mettre en relation avec elle si vous le désirez.

Sans attendre réellement un réponse, elle composa le numéro de Gwihir sur son téléphone portable qu'elle avait préalablement récupéré dans la chambre. La sonnerie retentit et une voix se fit entendre à l'autre bout du fil. Elle expliqua rapidement à son interlocutrice la situation, ne donnant jamais son nom ni sa position dans la hiérarchie de l'ile. Sa voix était rapide, stressée ce qui devait mettre du poids aux yeux de Gwihir sur l'importance de la situation à ses yeux. Elle avait besoin d'aide, nul doute.

J'ai vraiment besoin de toi, tu sais à quelle point cette image est importante pour moi. Je vais te passer une jeune femme qui m'aide dans l'enquête pour la retrouver. Elle cherche un Capien en particulier, tu saurais l'aiguiller. Je saurai te rendre cette faveur au centuples.

Elle avait l'accord de la princesse, elle passa donc le combiné à Sherryl, prenant le temps de presser sur le bouton haut-parleur cette fois pour entendre la conversation dans son ensemble.

Voila, je penses que vous devriez avoir toutes les informations nécessaires maintenant.

Les doigts de la Morany étaient crispés, ses ongles s'enfonçant un peu dans les paumes de ses mains. Elle avait peur que la piste ne s'achève ici, peur que jamais elle ne retrouve cet photo indispensable à son coeur. Ses mains devenaient moites...

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Mer 7 Sep - 9:00
Sur le coup, la Sexire se retourna, comme piquée à vif : elle connaissait quelqu’un ! For the God sake ! Pourquoi ne pas l’avoir dit de suite ?! Partagée entre excitation et colère, elle laissa un regard ambigu couvrir son invitée. Celle-ci composa un numéro, bavarda rapidement sous l’œil et l’oreille attentives de l’enquêtrice puis mit le haut-parleur en le passant à Sher’. Hésitante en un premier temps, elle entama après quelque secondes de sa voix de velours sexiresque et son accent très britannique:
    « Hello..? »

Une voix visiblement posée, calme répondit au combiné. Un petit accent dans la voix, une diction légèrement plus lente que la moyenne... Origines celtiques.. ?
    « - Bien le bonjour. Madame Silvermoon m'a brossé rapidement le tableau. En quoi puis-je vous être utile ?
    - Je cherche une jeune Capienne gauchère à cheval entre la licence et le master de Chimie et d’origine grecque. »

Un petit moment d'attente, comme pour réfléchir...
    « - Oh, j'imagine, si vous parlez de son origine, qu'elle suit un cursus ici même ? À moins que vous ne cherchiez n'importe quelle Capienne de cette faculté, actuellement en vacances ou en déplacement sur l'Île ?
    - Vivant sur l'île.
    - Oh... sur l'Île ? Voici qui va réduire bien trop la liste éventuelle. Je connais bien une jeune Agis Manos, actuellement en master de chimie, ou alors ma chère Ypatia Théotokis, qui a fini avec les honneurs un bachelor en chimie appliquée du vivant. Et toutes deux tiennent leurs verres de la main gauche lors de réceptions... ... mais permettez moi de douter de voir en elles de potentielles voleuses... »

Avant que les doutes de son interlocutrice ne soient dits, le téléphone vola dans les mains de la Moranie sans crier gare. Qu’avait-elle à faire des élucubrations d’une étrangère ? La noiraude alla à son ordinateur et tapa à une vitesse folle. Les deux fiches étaient devant ses yeux. Son choix fut vite fait. Sans rien répondre, un sourire triomphant sur les lèvres, elle clappa son ordinateur sans douceur puis se dirigea vers la porte. Elle choppa son manteau et avant de partir de son appartement :
    « - Le jeu continu !
    - ... jeu ? ... Hum... je vous serais grée, Mme Silvermoon, de m'informer de la suite donnée. Nous en parlerons. Sur ce, une bonne journée. »

Et par ce vousoiement, un peu de distance, ou alors... un peu de mystère quant à la personne au bout du combiné et le lien qu'elle aurait avec Shallia.

Si la Moranie ne se dépêchait pas, elle n’allait pas pouvoir rattraper l’Anglaise. Celle-ci filait à grande vitesse, courant presque avec ses longues jambes. De l’adrénaline jusqu’au bout des doigts, elle frissonnait de plaisir : quel jeu excitant ! Cette île est définitivement pour lui, cet accueil est magnifique… grandiose ! Il allait se plaire ici ! Tellement perdue dans ses pensées et sa petite victoire qu’elle avait oublié de vérifier que la femme-chat la suivait… De toute façon, il n’avait pas besoin d’elle.

La quartier Capien s’érigeait devant elle… ♫~Just the two of us... against the world !

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Sam 8 Oct - 12:16
La conversation téléphonique avec Gwihir ne dura guère. Quelques questions adroitement placées et concises. Elle se retrouva rapidement avec le combiné dans les mains, s'excusant d'avoir dérangé la princesse sans bien sûr révélé son identité. Sans un mot supplémentaire d'explication, la noiraude quitta la pièce. Shallia n'avait d'autre choix que de lui emboîter le pas vu qu'on était pas prédisposé à l'attendre où à lui expliquer ce qui se passait. Elle désirait son bien plus que tout et c'est avec cette jeune femme qu'elle aurait le plus de chance d'aboutir. L'enquête avançait, suivant son cours et à coup sûr bien plus rapidement que si elle avait eu recourt à la police traditionnelle. Ils n'auraient certainement pas accepté de perdre du temps pour retrouver une photo sans la moindre valeur monétaire. En prime, elle aurait affiché son déguisement aux policiers qui, très à coup sûr avec sa chance légendaire aurait soit été un humain soit un homme.

Elle franchit la porte et remarqua à même le sol un papier format A4 plié en quatre avec soin. Un petit ruban entourant la feuille. Elle le ramassa donc, tirant sur une des extrémité et libérant le contenu de la lettre.

Attendez Sherryl, il y a peut-être un indice ici. Je viens de trouver un mot sur le sol qui doit vous être destiné.

Elle s'empressa de lire à voix haute, espérant retenir la jeune femme et se laisser ainsi le temps de la rattraper sans devoir courir à toute enjambée. Elle préféra ne pas donner directement le papier cette fois, préférant pouvoir en analyser le contenu également.

Mademoiselle Sparrow,

Vous me laissez sur ma faim pour le moment. Je ne m'attendais pas à ce que cette piste vous mette tant de temps à éluder. Je pensais avoir laissé assez d'indices derrière moi pour que vous arriviez à suivre plus aisément le rythme.

Allez, la course continue ma belle dame. Je me serais bien amusé à faire un paragraphe entier sur vous pour louer votre beauté. Nous savons tous les deux la raison intrinsèque qui m'en empêche.

Bien à vous,

Arsène Turlupin, gentleman cambrioleur.


Une fois la lecture terminée, elle donna le papier à Sherryl, se posant quelques questions sur la fin ambigüe de la lettre. Elle donna ensuite le message à la détective qui bien évidemment s'était arrêtée pour l'écouter. La femme chat avait profité de cet instant pour la rattraper.

Où allons nous ? Vous pourriez m'expliquer, je suis un peu larguée.

Pas de réponse, elle la suivit donc, pénétrant dans le quartier Capien qu'elle connaissait maintenant assez bien.


~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Dim 30 Oct - 19:49
Le pas décidé, le sourire aux lèvres, la flamme triomphale dans les yeux, Sherryl traçait la route avec à la fois de la légèreté et de la détermination. Bachelor… En licence… les français utilisent moins ce terme que les autres. Cela en disait encore long sur la demoiselle qu’il avait au bout du fil. Puis une voix la coupa dans ses pensées. Quand elle se fit plus forte, la Sexire daigna ralentir pour que la chatte vienne à son niveau.

Pendant une fraction de seconde, son regard se fit dur, toxique, ses mâchoires se serraient dangereusement et son visage de cire s’imprégna quasi imperceptiblement de colère. Sa fierté bien protégée ou mal placée, dépend, venait de se prendre un coup mais immédiatement après ce temps court, il reprit contrôle de son corps et n’ajouta rien. Ses foulées se firent plus rapides encore.

Des questions ? Les réponses seront données en temps et en heure. Elles arrivèrent dans le quartier Capien, rapidement, elles bifurquèrent dans les petites ruelles et furent devant un porche respectable. Préférant sonner à toquer (plus audible), Lady Sparrow écrasa violement la sonnette à plusieurs reprises, montrant son impatience… ou son manque de civilité.
    « - Pour l’amour du ciel, veuillez arrêter ! Qu’est-ce que vous voulez ?!
    - Je suis là pour discuter avec Mlle Ypatia Théotoki. C’est urgent. C’est à peine si l’enquêtrice ne força pas la porte pour entrer malgré les protestations de la vieille dame.
    - Sortez ! Je vais appeler la Police ! Sortez !! »

Pas plus atteint par cette menace, la jeune femme continua à évoluer dans ce petit appartement. Inquiets, des pas s’entendaient dans l’escalier.
    « Que se passe t-il Susie ? Oh ! Qui êtes-vous ? »

Il s’apprêtait à répondre avec précision quand ses mots restèrent dans sa bouche devenue pâteuse quand il la vit. Jeune, la peau blanche, les crocs visibles, de magnifiques cheveux blonds, des yeux à mi chemin entre le vert et le bleu, sur sa main droite des marques de surligneurs de toutes les couleurs, une bouche en cœur, un vêtement parfaitement porté, un corps qui mériterait plus de soins mais… C’est avec difficulté que Sherryl ravala sa salive et se contint. Attiré dans ce piège par sa trop grande capacité d’extraction spatiale, il n’avait pas calculé ceci. Quelques secondes s’étirèrent, déstabilisantes.

Le contact d’une main sur son bras le sortit de sa torpeur : c’était la bonne qui la tirait vers la sortie. Sans attendre plus, la noiraude dégaina.
    « - Mon stylo-plume ! Où l’avez-vous trouvé ?
    - J-je, elle sortit de l’éteinte de la servante, reprenant contenance, je l’ai trouvé dans les poches d’un autre homme.
    - Vous êtes des voleuses, je le savais !! AU SECOURS ! POLICE !!
    - Quel voleur sonnerait ?! Fit-elle avec dédain. Cet homme me l’a donné. Je ne fais pas dans le vol à la tire… ou pas encore. Conclut-elle plus bas.
    - Nous nous connaissons ? Comment avez-vous su ? Elle prit l’objet dans ses mains.
    - C-c’est d’une facilité infantile. Sur cet objet, les marques de vos dents sont visibles et il a été aisé de remarquer les canines bien plus développées que la norme. Ajoutons à cela que vous avez déjà votre dent de sagesse droite mais pas encore la gauche : cela montre que vous êtes à un âge certain mais pas encore dans l’adulte totalement. Le biseau de votre plume ne conviendrait pas à un droitier, trop usé par vos soins et adapté à votre écriture de gauchère. Pour ce qui est de votre niveau d’étude et votre origine qui me paraissent criant à présent : un petit papier buvard était glissé dans la plume, montrant des formules chimiques typiques mais aussi vos difficultés à résoudre ces problèmes. Ainsi, je savais que vous étiez encore bien dans la licence. Et c’est aussi par cet artifice que j’ai su votre origine dû à votre alphabet. Votre adresse n’était plus qu’une formalité…
    - Tout ça sur ma plume.. ? Mais d’où ma plume a atterri dans les poches d’un homme ? Un camarade ? Il vous l’a rapporté ? Un professeur qui vous a payé pour me la rendre ? Dire que je viens de m’en rendre compte… C’est…!
    - C’est une longue histoire et je n’ai pas le temps. Pour continuer sur ma lancée, pourriez-vous me dire si vous avez en votre possession des objets qui ne vous appartiennent pas ?...
    - Sortez !!
    - Susie ! Laisse ! Un objet vous dites ? J-je peux vérifier. Susie, aide-moi.
    - Moi je sais qu’est ce qui ne devrait pas être là ! C’est vous deux ! Sortez ! DEHORS ! »

Alors que la Sexire allait allumer la vieille femme, son regard aperçut quelque chose qui la paralysa sur place. Sur son visage se matérialisa la stupeur et un soupçon de désespoir passa dans ses yeux. Sonnée, Sherryl passa une main blafarde sur sa bouche.

Là, pendue, une écharpe bleue qu’il connaissait parfaitement.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
morany admin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artificière
Pouvoir :: Le feu
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Sam 5 Nov - 11:10
La lecture terminée, elle jaugea la noiraude, les paroles d'Arsène semblaient avoir fait mouche. La fierté de Sherryl avait été piquée au vif. Shallia ne manqua pas cette information importante qui lui permettait de cerner un peu plus celle qu'elle côtoyait. Toujours pas de réponse, une fois calmée, la jeune femme recommença à trotter dans une direction inconnue pour la chatte qui n'avait toujours d'autre choix que de la suivre. Heureusement qu'elle était sportive car sa partenaire se débrouillait bien, elle la suivit donc sans peine.

Elles arrivèrent dans le quartier Capien, elles s'arrêtèrent devant un porche. La demoiselle pilonnait la sonnette, voila qui n'allait guère mettre de bonne humeur le propriétaire des lieux. La patience n'était pas son fort non plus. On ne pouvait pas avoir toutes les qualités déjà qu'elle semblait avoir une intelligence au dessus de la norme.

La porte s'ouvrit et ils tombèrent nez à nez avec une vieille mégère dont la politesse laissait à désirer... Quoi qu'en y réfléchissant, lequel des deux était le plus irrespectueux ? La vieille femme ou la plus jeune. Elle préférait se taire, laissant toute la foudre tomber entre les deux protagonistes. Une histoire de Stylo mais qu'est ce que ça venait faire la dedans ? Elle était perdue mais quoi de plus normal, on ne lui expliquait rien après tout. Une série de paroles et d'explications s'en suivirent sur le justificatif de la manière dont elle avait retrouvé le propriétaire... mais d'où venait ce maudit stylo ? Elle commençait un peu à saturer de ne pas être tenue au courant des avancées, des indices...

La Morany était prête à exploser... Ce qu'elle fit, normal après tout pour une artificière.

Il vient d'où ce putain de stylo et c'est quoi cette écharpe, j'aimerais comprendre. Mémé, tu pourrais arrêter de crier sans cesses, j'en ai mal au crâne... Sherryl, tu pourrais m'expliquer un peu, je suis paumée et ça commence à me rendre aigrie... Comme certaines.

Shallia décocha un regard à la personne du troisième âge, la désignant clairement.


~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé} Sam 5 Nov - 19:13
Sherryl ferma ses beaux yeux gris et passa une main lasse dessus. Comment réagir ? Que dire ? L’incompréhension est certes une souffrance mais bien plus une protection dans certains cas. Ne sachant trop si elle devait être furieuse de s’être fait avoir ou de se sentir soulagée de voir une énigme facile, elle s’approcha de l’écharpe et la prit en main. Tout d’abord, est-ce une copie ?

L’écharpe était en un tissu très doux et chaud, faite à la main (pas de marques ou de revendications), d’un bleu roi usé par les années et les nettoyages. Malgré tout, le tissu d’origine était très résistant et d’une qualité indéniable. Par une étude plus poussée, on pouvait en déduire que c’était en Espagne que ce tissu a été acheté. La manière de faire était en tout point identique aux habitus esertariens. En connaissant bien la matière, on pouvait en déduire son âge… Environ 35 ans. À ses extrémités, il y avait une dizaine de franges dont deux recousues. Elle était froide au touché, signe qu’elle était là depuis un petit temps ou qu’elle n’avait pas été portée. Elle était de taille moyenne et, par le parfum qui s’en émanait, elle devait appartenir à un homme. Étrangement, comme le vrai Sherlock Holmes, il avait en tête le nom et la marque du parfum. Mais sniffsniff-sniff mais quelle est cette touche.. ? Sherryl approcha l’objet de son nez et le renifla. Ce n’est pas dans les nuances connues de cette essence… Quelque chose de chaud, sensuel, du musc… Un Sexire peut-être… ? D’ailleurs, on pouvait affirmer que l’homme se rasait de près : le tissu n’était pas écorché ou accroché en son centre. C’est aussi un être routinier car il ne la portait que d’une façon : comme une cravate. Il n’y avait que l’extérieur qui était légèrement amoché par le contact répété d’une veste ou d’un manteau au col remontant sur le cou. C’est aussi par ce biais là qu’on pouvait affirmer que l’homme en question n’avait pas de soucis de surpoids : son tour de cou était tout à fait respectable. Un bon nombre de mailles étaient de couleurs différentes, créant un camaïeu de bleu. À vu de nez, une bonne cinquantaine de réparations ont été réalisées : soit il est terriblement maladroit soit il a souvent des soucis… Oui, des bagarres, des coups de couteaux, des déchirements par force… Belliqueux ? Aimant à problème ? On y voyait une autre manière de faire dans ces réparations, signe qu’elles avaient été faites par une personne différente qui n’a jamais retrouvé le tissu d’origine. Donc, soit il y avait une rupture de stock durant toutes ces années (et ces différentes cicatrices avaient des âges bien différents au vu de leurs décolorations), soit le propriétaire s’était éloigné du magasin. Cependant, une certitude était posée : il ne côtoyait plus la personne qui la lui avait offerte. Vu le nombre de rattrapages, cette écharpe n’était plus un simple vêtement mais un souvenir… Elle devait avoir une valeur énorme aux yeux de son propriétaire pour toujours être réparée ainsi. C’est bien au-delàs d’une simple amitié… Cela relève au minimum d’un amour passionnel. Et au vu de la manufacture, c’était toujours le même qui les réalisaient. Ce ne peut être un vendeur ou un artisan, sinon les bleus seraient les mêmes. En analysant les différents tissus, on pouvait déduire qu’il était globe trotteur… Mais seulement sur le continent Américain. Un Espagnol ? Un Américain ? L’homme devait être un perfectionniste, car tout était réalisé au millimètre près, même les franges disparues il les avait recousues. Ses gestes devaient être précis et efficaces avec le temps et l’expérience, cependant, aucune des balafres ne souffraient de relâchement. Son état de conservation frôlait la folie. Oh ! Là, cette maille… Elle est différente de toutes les autres… Un point que certains experts reconnaîtront : de la suture. Le propriétaire était donc familier avec le monde de la médecine. En observant avec minutie, Sherryl put dégager un cheveu : bouclé, mi-long, brun cuivré.

Donc si nous devons résumer : Un Sexire aux cheveux bouclés, bruns cuivrés d’au moins 50 ans, de poids normal, rasé de près, portant ce parfum de marque illustre, prenant aisément des cols ouvragés, médecin de profession, routinier, perfectionniste, belliqueux, voyageur, sentimental au dernier degré et capable d’apprendre pour restaurer cet objet souvenir. Il est encore amoureux d’une (selon la probabilité) Esertarie rencontrée 35 ans plus tôt avec laquelle il avait une relation au minimum amitieuse dont il n’a plus de nouvelles depuis. Seul un cœur aigri et mélancolique réagirait ainsi.

Quelle était la probabilité qu’il y en ait un autre.. ?

Ce n’est pas une copie.

Avec lenteur (cachant de la tristesse ?), le ton monotone (de la colère ?), la Sexire daigna enfin répondre aux questions de la Moranie :
    « L’homme qui t’a pris la photo a laissé cette montre. En lisant dans ce bijou, nous sommes remontées à ce stylo. Celui-ci nous mène alors à cette écharpe bleue. Il se joue de nous, jouant à la chasse au trésor, nous faisant nous rendre à l’endroit qu’il espérait, rencontrer les personnes qu’il voulait. Nous jouons au chat et à la souris et nous ne sommes pas encore prêtes à voir le bout de son museau pour l’attraper. Si la plume nous a causé quelques soucis d’adresse, je sais cependant parfaitement où nous allons dès à présent. Retour chez moi… Elle appartient à mon frère. »

Et s’il n’avait pas été si négligeant, il l’aurait remarqué dès qu’il était sorti de chez lui… Trop sûr de lui pour qu’il puisse se faire avoir sur son propre terrain… D’habitude, il ne sort pas sans elle… Comment avait-il pu être aussi stupide.. ?!

Cependant, il était trop sonné par cette attaque personnelle pour ressentir de l’énervement. Son cœur saignait même s’il le cachait derrière son jeu d’acteur. Sans plus de cérémonies, l’esprit lugubre (cette piqûre de rappel n’était vraiment pas agréable), elle retourna chez elle en silence.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé}
Revenir en haut Aller en bas

Dans le corps d'une autre... Ce titre est dégeulasse '-' |Shallia| {Terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» "L’amitié, c’est un seul esprit dans deux corps." [Pv. Calypso]
» Quelque part dans le Val d'Anduin [Flashback PV Sefir]
» Corps de verre et coeur de pierre
» Open your wings and flies towards the light. Butterfly. | Eden & Marissa
» SSS's Time ( Solo )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Asura :: Exilé-