AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un étudiant nouveau-venu [PV : Archibald Spencer][Interrompu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Capien
avatar
Age : 35

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Un étudiant nouveau-venu [PV : Archibald Spencer][Interrompu] Dim 28 Fév - 14:23
La fin de semaine s’était passée rapidement, le temps semblait manquer à la Princesse tellement souvent ! Depuis l’incendie limité dans son manoir, elle n’avait fait que courir de gauche et de droite. Un rendez-vous au commissariat d’une part pour porter plainte, une autre à l’Exilée pour rencontrer la responsable des Asuras et tenter de comprendre ce qui se passait et si ce n’était que le début d’une opposition bien plus sanglante qui allait arriver… Courir aussi au palais de justice afin de recommander les ouvrages abîmés ou détruits par le feu. Si le corps même de la bibliothèque n’avait pas subit le moindre dommage, il n’en restait pas moins que ces livres perdus étaient souvent demandés par des juristes et des pénalistes ainsi que par les étudiants en droit de l’Île. Il fallait donc qu’elle les recommande rapidement afin d’honorer les besoins des uns et des autres. Dès lors, toute la semaine, elle n’avait fait que courir, téléphoner, sans jamais avoir un moment pour elle, un moment pour souffler. Les affaires avec les Russes n’aident pas non plus à avoir l’esprit calme et pourtant en ce lundi, enfin, elle pouvait respirer un moment.

Tout avait été fait, maintenant, elle n’avait plus qu’à attendre la livraison de ses commandes, de plus la pièce avait été nettoyée durant le weekend pour des professionnels à prix d’or, donc elle pouvait enfin souffler tranquillement au sein de la bibliothèque. Depuis l’incendie criminel, elle avait ajouté deux nouveaux employés, reconnaissables à leurs plaquettes nominatives sur la poche de leur veste. Pour sa part, elle était connue comme le loup blanc dans cette bibliothèque et trainait souvent vers le comptoir, donc pour tous, il n’y avait aucun doute sur le fait qu’elle travaillait ici. Et après quelques mots échangés et quelques visites, les habitués savaient qu’ils avaient à faire à la patronne du lieu. Et en ce moment, elle était au comptoir, en train de compulser quelques fiches, remettant de l’ordre dans les classements, tout en regardant les jeunes gens entrer dans la bibliothèque. Elle sourit chaleureusement en les voyant ouvrir des yeux ronds en découvrant la majesté de la nef. Vu leur dégaine, c’était surement des universitaires qui ont eu conseil d’un professeur pour venir chercher ici de la documentation… Elle se réjouissait d’entendre leurs premiers mots de surprise, puis de pouvoir répondre à leurs attentes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Etudiant
Pouvoir :: Manipulation des sentiments
MessageSujet: Re: Un étudiant nouveau-venu [PV : Archibald Spencer][Interrompu] Ven 4 Mar - 23:09
La bibliothèque. C’est un endroit très particulier. Avant chacun devait passer par la bibliothèque. C’était un lieu de savoir et de puissance. Qui contrôlait la bibliothèque contrôlait l’information. Aujourd’hui ce n’est plus qu’un musée, une gloire passée ; deux clicks, un retour à la ligne et chacun peut accéder à plus de contenu qu’il ne pouvait en imaginer : un moteur de recherche, une encyclopédie en ligne et le tour est joué. Alors dans ce nouveau monde où tourne autour de milliards de lignes de code, chacun oublie que les bibliothèques existent. Qu’importe à près tout, tant que l’information est là. Mais ces lignes de codes sont dangereuses, bien qu’elles paraissent anodines et discrètes. Pourtant la plupart des gens ignorent la menace, pourquoi s’en soucier puisque l’information est au creux de leurs mains, dans leur téléphone ?

Pourtant, ce jour-là je passais les portes de la bibliothèque, non par hasard mais par choix. Il est vrai que bien des données circulent sur internet, mais j’avais deux raisons précises de me trouver là. J’étais à la recherche d’informations sur ce qui avait pu arriver au scientifique. Comment avait-on pu en arriver là ? Je m’étais convaincu que ce n’était qu’un mirage ou une hallucination, mais l’idée que ce n’était pas un rêve ne m’avait pas quitté l’esprit. Mais revenons à notre sujet : pourquoi la bibliothèque ? La première raison était en fait la plus simple : bien qu’une quantité énorme de documents aient été numérisés les plus anciens, et par conséquent les plus rares ne peuvent être trouvés nulle part. La seconde est nettement plus problématique à vraie-dire… Je n’avais plus confiance dans le système : qui sait ceux qui rôdent sur internet ? Le scientifique ou d’autres personnes avec des compétences telles que personne ne puisse les arrêter ; tout cela m’importait peu, mais je préférais rester à l’abri, pour un certain temps ; j’étais sans doute un peu impressionné par les derniers événements.

C’est ainsi que je passais pour la première fois les portes de la bibliothèque de Yasashi Koji. Le lieu était un peu à l’écart du centre-ville et inspirait l’ancien. Je rentrais dans la demeure ; j’étais mal à l’aise ; non pas de peur de me perdre, mais de peur d’être rattrapé… Ils guettaient dans l’ombre, prêts à bondir… Je savais précisément quoi chercher ; enfin précisément n’est pas le bon terme, mais je savais surtout où je ne devais pas chercher. Toutes les bibliothèques utilisent une classification ; un registre, une suite de chiffre, un code pour que les bibliothécaires puissent s’y retrouver. Bien sûr cette classification n’est pas faite pour le lecteur mais avec un minimum de connaissance chacun peut se retrouver dans les rangées souhaitées. Je m’intéressais tout particulièrement aux livres anciens, aux traités sur l’occultisme et le folklore ; il était temps d’abandonner les sciences exactes pour trouver ce que je cherchais.
Je me dirigeais vers les rayons concernés ; plus calme qu’à l’habitude. J’avais fait du bon travail ce matin, et personne ne pouvait soupçonner ma plume cachée sous mes cheveux… J’allais enfin paraître normal ; personne ne se moquerait de moi aujourd’hui. J’hésitais à sortir mes écouteurs pour m’isoler. Mes recherches allaient être longues… mais je ne me demandais comment se comporteraient les gens autour si je partais dans mon monde… Je regardais autour de moi ; j’étais visiblement seul, personne ne s’intéressait plus à ces vieux grimoires. Il y avait tout de même un employé au coin de la pièce qui surveillait les passants. Je fus surpris par le nombre d’employés. Chacun portait un badge mais ils semblaient plus faire des rondes que renseigner les gens. Je me demandais si tout cela était normal, mais après tout pourquoi pas… Je ne pouvais pas vraiment dire que je connaissais les lieux. Je finis par m’installer entre deux rayonnages, et abaissant la capuche de mon sweat sur ma tête, je commençais mes recherches…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar
Age : 35

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Un étudiant nouveau-venu [PV : Archibald Spencer][Interrompu] Lun 7 Mar - 11:18
La routine déployait ses ailes dans la bibliothèque. Les habitués étaient déjà de retour, tous avec leurs petits tics, leurs propres rites. Avec les heures qui avançaient, les thermos fleurissaient sur les tables. Ci et là, des petits paniers de biscuits étaient emportés depuis le comptoir central par les clients. Une ambiance détendue, presque familiale dans cet univers cotonneux où les voix sont toujours retenues, polies. Il n’y avait pas d’obligation au silence, loin de là, et un peu partout les gens échangeaient des points de vue, des conseils, ou devisaient de telle ou telle nouvelle lecture. Et pourtant, ce n’était pas un brouhaha informe qui emplissait les salles de lectures et les coursives, mais bien une ambiance propice à l’abandon de l’esprit au sein de mondes littéraires. Et au milieu de ce monde fait de papier, de thé et de mondes uchroniques, oniriques, fantastiques ou fantasmés par les lecteurs, Gwihir se sentait à la maison.


Passant dans les rayonnages, rangeant certains ouvrages datant d’un certain temps avec respect, la Capienne remarqua une silhouette qu’elle n’avait encore jamais vu jusque-là. Un nouveau lecteur était toujours un petit plaisir pour la bibliothécaire car il signifiait qu’elle faisait bien son travail et continuait d’attirer des gens. Par contre, que faisait-il assis là, entre deux rayonnages, alors qu’il y avait de la place pour lire et s’assoir correctement un peu partout ? Serait-il timide ? Ou bien pensait-il qu’il serait surveillé, jugé sur ses lectures, comme pourrait le faire croire sa capuche rabattue qui masque son visage ? Peut-être, oui, surtout qu’il semble s’intéresser à de vieux ouvrages, des documents datant d’une toute autre époque. Intriguée, la libraire s’approcha gentiment et initia la discussion avec l’inconnu.

« - Bonjour… Pardonnez-moi de vous déranger… Si vous le souhaitez, il y’a des postes de lectures un peu plus loin, il ne faut pas hésiter à vous y installer. Et si vous le voulez, il y’a du thé en libre-service. Et… si vous avez besoin d’informations ou de conseils, n’hésitez pas à faire appel à moi. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Etudiant
Pouvoir :: Manipulation des sentiments
MessageSujet: Re: Un étudiant nouveau-venu [PV : Archibald Spencer][Interrompu] Jeu 21 Avr - 14:17
J’avais commencé à déterrer les premiers livres des rayonnages. La plupart prenait la poussière depuis longtemps, ce rayon n’était visiblement pas celui préféré des lecteurs. Je soufflais sur les épaisses reliures de cuir. Je ne savais pas vraiment ce que je pensais trouver mais si c’était quelque part dans cette bibliothèque, ça ne pouvait être que là. Les traités les plus récents ne m’intéressaient guère, ils étaient les plus évidents à trouver et la plupart avaient été traduits et numérisés.

J’attrapais un vieux livre recouvert de cuir et l’ouvrais sur mes genoux ; assis en tailleur. Il n’y avait pas grand-chose à en tirer. L’épais volume sentait la colle artisanale et les anciennes feuilles. Sur des centaines de pages s’étalait une écriture fine, faite à la plume, jaunie avec le temps. Je contemplais un instant l’écriture, puis je fouillais le livre. Une seule chose m’intéressait pourtant dans l’épais volume, la transformation des hommes en animaux. Le précieux ouvrage présentait de magnifiques illustrations s’étalant sur une demi-page. Elles étaient comme le reste faites à la main, contrastant par leur style et leur encre noire. Je ne saurais décrire quoi si ce n’est qu’elle paraissait plus bestiales, plus sauvages ; et il paraissait évident qu’elles n’avaient pas été réalisés par les mêmes personnes. Sur l’une, on voyait un jeune homme à moitié nu, une fourrure anormale sur le visage, il semblait souffrir. Je caressais le parchemin noirci, comme si la légende du loup-garou pouvait m’apporter une quelconque réponse à mon problème. Le texte était tout à fait banal, il racontait la même histoire que celle que chacun sait. Il n’y en avait pas plus, j’étais déçu, mais je savais qu’il faudrait un certain temps pour obtenir les réponses que je cherchais.

J’attrapais un second livre, d’aspect extérieur semblable, si ce n’était que le cuir paraissait plus ancien. La reliure était fermée par deux carcans métalliques qui furent un jour doré, mais qui arborait aujourd’hui une couleur plus proche du bronze et de la patine que de l’or. J’ouvrais le livre et fouillait de nouveau les pages. Des pleins et des déliés encore et encore, c’était tout ce que je pouvais observer sur les pages. La légende du loup-garou avait une fois encore une bonne place dans le livre. Cette fois-ci c’était une femme qui était présentée, bien sûr l’illustration ne laissait plus entrevoir sa poitrine, la décence étant de mise. Le texte était confus et obscur contrairement au premier. Je me demandais ce que l’auteur cherchait à faire comprendre. Au premier abord, cela ressemblait à un poème, mais il n’y avait pas vraiment de rimes. La page s’obscurcit soudain et j’eus du mal à lire les lignes qui s’y étalaient. Quelqu’un se tenait derrière moi.

Je me retournais précipitamment, voyant l’intrus comme une menace ; ce n’était en fait qu’une jeune femme. Je la détaillais de haut en bas sans me soucier de paraître inconvenant. La jeune femme portait une robe longue dans un style presque moyenâgeux. Elle était très jolie comme ça. D’après sa demande, elle travaillait ici. Je me rendis compte que ma situation était un peu idiote : je m’étais installé entre deux rayonnages alors qu’il y avait des places libres où s’asseoir.

« Excusez-moi madame, je n’ai pas fait attention qu’il y avait des places où s’asseoir. Merci de votre proposition mais je n’aime pas vraiment le thé et je préfère faire mes recherches seul» lui dis-je d’un ton que j’espérais poli mais ferme. Je replongeais ma tête dans le livre. Il allait falloir que je bouge de toute façon, mais je voulais finir de lire ma page avant. C’est alors que je remarquais une inscription dans un coin de l’image, tracée dans la même encre que l’écriture et non de celle de l’image. Il y avait écrit 1/20. Je lis d’abord un mot sur vingt, mais cela n’avait pas de sens. J’allais abandonner quand je lis une lettre sur vingt ; cette fois-ci le texte était troublant. « Les a… ». La coïncidence était troublante. Je devais paraître ridicule à la jeune femme. Je sortais un stylo feutre rouge de ma trousse et m’apprêtais à entourer les lettres sur le livre. Je me rappelais alors que je n’étais pas seul et que la jeune femme se tenait toujours derrière moi.

« Oups, pardon excusez-moi, je crois que j’ai oublié que vous étiez derrière moi… » Lui dis-je, passant sous silence le fait que j’avais failli écrire au feutre dans un livre qui était sans doute beaucoup plus ancien que moi. Je me levais précipitamment, me dirigeant vers une des tables libres, espérant que la jeune femme allait s’écarter une fois que je serais installé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar
Age : 35

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Un étudiant nouveau-venu [PV : Archibald Spencer][Interrompu] Mar 24 Mai - 11:17
La Capienne souriait, doucement, mais avait un air strict sur le visage. Elle n’allait pas s’imposer à l’un des clients de sa bibliothèque, mais elle n’allait pas non plus laisser l’un d’entre eux mettre à bas tout le respect que l’on donne aux livres dans son établissement. Ils ne sont pas au Bazar d’Islamabad, on ne lit donc pas par terre mais assis à un bureau.

« - Cher monsieur, ce n’est pas négociable. Vous pouvez travailler seul, oui, mais allez prendre place à l’une des tables, ou dans une des alcôves de travail si vous trouvez le lieu trop bruyant. Ici, nul de plus de quatorze ans n’est autorisé à s’assoir par terre entre les rayonnages. »


Puis elle laissa un instant passer, peut-être qu’elle attendait qu’il ne se lève, qu’il se redresse. Elle avait toujours ce sourire poli sur le visage, ces yeux tendres et rieurs et pourtant, sa voix avait changé diamétralement de ton et s’était enfoncée de deux octaves au moins. Au fond de sa gorge semblait vibrer un son plein de menace alors que de sa main, elle désigna le comptoir.

« - … et si vous avez besoin de papier pour vos brouillons, nous en mettons à disposition. Alors que je ne vous voie pas refaire ce geste, monsieur. Ici, les livres sont respectés. Si vous ne comprenez pas ceci, je vous demanderai et sans la moindre politesse, soyez en assuré, de quitter ce lieu séant et de ne plus en passer les portes. Me suis-je bien faite comprendre ? Et ne me mettez pas au défi de le faire, j’aurai grand plaisir à relever le gant. »


Et bien loin de laisser l’homme en paix, elle resta là, dans son dos, à attendre qu’il se lève et qu’il rejoigne une table de travail libre. Et vu son geste, il n’aura le choix de s’assoir où il veut, mais sera installé dans un des lieux d’étude qui sont à portée de vue du comptoir où elle travaille. Qu’il ne croit pas qu’on peut menacer SES livres sans en payer le prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Etudiant
Pouvoir :: Manipulation des sentiments
MessageSujet: Re: Un étudiant nouveau-venu [PV : Archibald Spencer][Interrompu] Sam 25 Juin - 1:14
Parfois il vaut mieux savoir s’arrêter à temps. J’esquissais un sourire, contrit. La jeune femme me faisait sourire, elle avait un je ne sais quoi d’un autre temps. Je m’exécutais en silence, je n’étais pas vraiment là pour faire de la provocation, même si je me demandais si son système informatique était à la hauteur...

"Pardon si mon geste vous sembla dépassé, simplement n’y voyez pas là une quelconque volonté de vous défiez ou d’abîmer le livre. Je me suis simplement laissé emporter. Auriez-vous un scanner ?"

La jeune femme m’emmena jusqu’à la dite machine, visiblement, j’étais sous sa garde personnelle. Après tout pourquoi pas ; du moment qu’elle ne m’empêchait pas de travailler. Je récupérais les précieuses photocopies du vénérable parchemin avec une gourmandise à peine dissimulé. Je récupérais l’original que je gardais à mon côté puis commençais le long travail de cerclage des lettres manuscrites, sur une version qui ne devrait pas attirer les foudres de la geôlière des lieux. Les mots commencèrent à se former ligne après ligne, pages après pages, tandis que je décodais les lettres cachées des siècles auparavant. La jeune femme n’avait de cesse de me surveiller, au point que j’allais me demander si elle n’était pas en fait une admiratrice. Je continuais mes recherches patiemment. Je relis doucement les phrases qui s’étaient dessinées, comme si cela allait m’aider à y voir clair.

« Le sang des Capiens coulera encore lorsque celui de leur proies humaines aura quitté leurs veines.
Le dernier oracle s’est depuis longtemps éteint, pourtant ses descendants vivent encore ici-bas. Ils me surveillent.
Je ne sais si tous les démons existent, mais les succubes et les incubes ont pris chair ; ils portent une marche sur leur ventre. »

Si la première phrase faisait pensait aux vampires, les autres s’éloignaient du folklore traditionnel. Bien sûr tout cela n’était pas forcément vrai. Mais à vrai dire tout cela était troublant. L’écrit remontait à une date lointaine, à une époque où ce genre de texte vous valait un procès pour sorcellerie. Les choses commençaient à prendre un sens qui m’était jusque-là inaccessible : il y avait le tatouage sur le ventre de Lauraline et celui d’Emi. Etaient-elles des démons ? Bien sûr le texte exagérait sans doute, mais il y avait de quoi se poser des questions. Et moi qu’étais-je ? J’avais beau lire et relire le manuscrit ne m’était d’aucune aide. Qui était enfin ce « me », ce narrateur si bien renseigné ?

Je m’étais depuis longtemps perdu dans les textes à chercher à mettre de l’ordre dans ma tête, oubliant du même coup la gérante de la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Capien
avatar
Age : 35

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Un étudiant nouveau-venu [PV : Archibald Spencer][Interrompu] Mar 5 Juil - 17:20
Elle regarda le jeune étudiant avec l’air de ne pas croire la moindre parole qui passa ses lèvres. Avec un petit regard accusateur, elle souffla juste, entre ses dents, malgré son sourire…

« - Je m’y connais en gestes déplacés et vous avez largement dépassé une limite. Enfin. C’est le seul et dernier avertissement que vous aurez en mon établissement. Vous voilà averti… »


Elle avait bien reconnu l’ouvrage et cet incunable avait une valeur bien suffisante pour qu’un petit malotru soit promptement remercié séance tenante à la moindre seconde incartade. Au moins, il souhaitait à présent travailler sur des copies ou des scans. Alors la maitresse des lieux lui demanda de la suivre jusqu’à une pièce à l’écart. Ils passèrent une petite porte au bout d’un couloir et arrivèrent dans une salle de reprographie. Vu le bruit que pouvaient déployer ces instruments qui aurait par ailleurs semblés hors du temps dans la grande salle, ils étaient rangés tous ensemble. Des appareils relativement modernes, permettant même de numériser les documents de travail afin de toujours les avoir sous la main. Mais le jeune homme semblait juste vouloir faire quelques copies choisies. Alors la Princesse se contenta de garder un œil sur son travail en cours sans s’immiscer dans son travail de copiste. Lui laissant le temps de travailler sur ses textes, la bibliothécaire prit place un peu à l’écart afin de lui donner de l’intimité tout en surveillant ses faits et gestes. Il y avait bien assez d’employés dans l’établissement pour qu’elle puisse se permettre de prendre du temps ainsi. Puis elle laissa à nouveau les minutes passer, fluides, en attendant que le garçon finisse son labeur de l’après-midi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un étudiant nouveau-venu [PV : Archibald Spencer][Interrompu]
Revenir en haut Aller en bas

Un étudiant nouveau-venu [PV : Archibald Spencer][Interrompu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» nouveau venu
» Nouveau venu cherche partie(s) de JdR
» le nouveau venu: ametz
» Un nouveau jour, un nouveau venu
» Un nouveau venu du pays de la Choucroute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Capien :: Helldream-