AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 35

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé] Lun 7 Mar - 9:47
La Capienne venait de quitter son Calice dans l’hôpital, puis avait quitté les salles aseptisées pour monter dans son véhicule. Elle n’avait pas le temps de faire des détours ni de rentrer chez elle, non, l’heure n’était pas à la procrastination car une menace planait sur les têtes des Mythes, sous la forme d’un Védin qui avait percé les voiles du mensonge. Il savait que certains Mythes avaient survécu et vu le destin qui avait attendu le premier Sexire découvert, il fallait agir vite, avant qu’une nouvelle Kimatsu n’éclate. Les soucis rendaient la Princesse ombrageuse, alors que sa destination approchait, alors que l’Exilée commençait à se détacher sur l’horizon au fur et à mesure que sa voiture avalait la distance. Il y’a moins d’une journée, elle était venue remettre en main propre à Myria Maxe un rapport écrit par Sherlock. Ça aidait définitivement pour passer certaines portes que d’avoir un titre reconnu. Cette fois, ce jour, elle ne venait pas « informer » mais bien « requérir », « demander » l’aide de l’organisation faîtière des Mythes face à la menace. Elle était là au nom de l’Anglais, afin de le soutenir dans son projet qui mettra un point définitif à la menace planant sur leurs têtes. Elle avait bien quelques arguments à faire valoir face à celle qui dirige le destin des Asuras, mais son aide n’était pas acquise pour autant. Pendant toutes ces réflexions, Alfred avait continué de conduire pour finir par arriver dans la cour de l’Exilée. Il sorti alors de la voiture pour en ouvrir la portière, laissant ainsi descendre sa maitresse. Cette dernière le gratifia d’un sourire, murmurant.

« - Je n’en ai pas pour longtemps, vous pouvez m’attendre ici.
- Très bien, madame. »
, Répondit-il sobrement, la tête inclinée en signe de soumission.

Puis elle s’élança dans les couloirs, en direction du bureau de l’Oracle. Elle connaissait le chemin, et rapidement elle arriva devant la secrétaire de cette dernière et se fit annoncer simplement.

« - Bonjour, je suis la Princesse Deirfiur, je souhaiterai rencontrer l’Oracle.
- Mes respects. Avez-vous rendez-vous ?
- Non, mais j’ai tout mon temps, je peux attendre qu’elle ait le temps de me recevoir. Elle sait ce qui m’amène ici.

- Très bien, je vous annonce de suite.
- Merci beaucoup. »


Une fois ces quelques mots échangés, elle alla s’assoir dans la salle d’attente, dans les canapés en attendant qu’on lui permette de rencontrer la Dame des Asuras. Pendant l’attente, elle ressassa les informations en sa possession et ce que lui avait demandé Sherlock… Il avait son plan, il fallait qu’elle l’aide de son mieux… Pour la sécurité des Mythes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Oracle
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Juge
Pouvoir :: ??
MessageSujet: Re: Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé] Sam 12 Mar - 9:34
    Une bien étrange lettre lui était parvenue quelques jours plus tôt. Une missive que même elle ne pouvait ignorer.

    Spoiler:
     

    Cependant, elle ne connaissait pas ce Sherlock Rechel. Aussi, il y avait plusieurs vérifications à faire avant d’opérer. Ca aurait sans doute était plus rapide s’il s’agissait d’un Asura, mais il y avait des procédures à respecter. Vérifier son identité, pour commencer, puis son curriculum vitae et son potentiel casier judiciaire afin de se faire une idée de la personne. Enfin, il faudra vérifier ses dires auprès de la Mac. Myria Maxe s’occupait bel et bien de ce genre de cas au travers de son poste à l’Exilé, mais elle demeurait l’Oracle des Asura. Aussi, elle ne pouvait intercéder si brusquement dans les affaires des autres sans un minimum de tact, au risque de se faire des ennemis inutilement. L’ordre venait de la Mac, alors s’entretenir avec elle était la moindre des choses.

    Et pourtant, qu’apprenait-elle ? La Princesse Capienne attendait de la voir dans le couloir. C’était la seconde fois en moins d’un mois. Serait-elle tombée amoureuse de l’Oracle ? Myria soupira. Elle devrait encore arborer un sourire poli pour bien paraître. Elle avait beau être jeune physiquement, il s’agissait des muscles les plus sollicités chez elle, et elle ne parvenait toujours pas à s’accoutumer à ces politesses malgré les années qui défilent. Pourquoi était-elle là ? Il y avait deux hypothèses possibles, mais elle se doutait de la raison de sa venue.

    La dame, car demoiselle serait trop dégradant pour quelqu’un de son rang, quitta son bureau en arborant ce fameux sourire, et rejoignit son hôte. Elle s’inclina légèrement pour la saluer.

    « Bonjour à vous. Puis-je connaître la raison de cette venue impromptue ? Avez-vous de nouvelles informations sur Leylans, ou bien est-ce à ce propos ? »

    Myria montrait une lettre dont la signature était visible, mais pas le contenu. D’après ses investigations, la Princesse rendait régulièrement visite à ce Sherlock.

    « Suivez-moi je vous prie. »

    L’Oracle nota qu’elle n’était pas accompagnée cette fois. Lui faisait-elle confiance depuis la dernière fois ? De retour dans le bureau, elle hésita. Le coin salon, comme précédemment, ou le bureau, lieu des discussions plus sérieuses ? Elle opta finalement pour le canapé afin de ne pas dépayser son invitée improvisée. Encore une fois, le thé ne saurait tarder à faire son apparition.

    « Je dois vous avouer ne pas avoir pu lire l’ensemble du contenu de cette lettre, certaines parties étant pour le moins… illisibles. Peut-être pourriez-vous me faire votre propre rapport de la situation ? »

    Disait-elle la vérité, ou voulait-elle simplement connaître la version de la Princesse ? Les deux hypothèses se tenaient. Après tout, Sherlock aurait pu s’appliquer correctement pour écrire, et ne pas oublier de lettre dans certains mots…

    « Aussi, je m’attendais plutôt devoir m’entretenir avec la Mac… Alors pourquoi est-ce vous qui venez pour un Sexire ? »

    Le tout accompagné d’un sourire courtois, malgré la délicatesse de la question. L’Oracle se demandait dans quoi elle allait mettre les pieds. La Mac d’un côté, la Princesse de l’autre, et un Sexire inconnu au bataillon qui engendra cet entretien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 35

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé] Lun 14 Mar - 14:11
La Princesse attendait tranquillement, se remémorant les derniers mots de Sherlock. Il avait parié sur elle plus que sur sa Mac, soit, à elle de montrer pattes blanches et de se montrer à la hauteur de la tâche. Elle connaissait déjà l’existence d’un premier courrier qu’elle avait elle-même apporté la veille. Dès lors, elle savait que la réunion serait rapidement organisée, surtout concernant un sujet aussi sensible qu’une menace d’holocauste… Ou un massacre des Asuras. Mais même à petite échelle, ça restait une menace sérieuse. Lorsque l’Oracle vint la chercher dans la salle d’attente, elle se leva de son canapé et s’inclina en réponse à ses salutations.

« - Mes respects, Oracle. Merci de bien vouloir me recevoir malgré votre emploi du temps surchargé. »


Puis Myria parla d’un autre souci en souffrance entre leurs deux ethnies, mais ce n’était pas ce qui l’amenait ici. Et il était visible que l’officielle n’en n’était pas dupe non plus, montrant une lettre signée de la main de l’Anglais. La Capienne sourit et acquiesça.

« - En effet, c’est bien suite aux nouvelles reçues de cet homme que je viens à votre rencontre, sur sa demande, d’ailleurs, afin de requérir votre concours. »


Entre temps, les deux femmes ont eu le temps de prendre place dans le coin détente du lieu de travail de l’Asura. Gwihir ne commença pas de suite à développer ce qu’elle savait, mais attendit de voir la servante qui apportait le thé. Ce dont elle n’avait pas besoin c’est qu’une rumeur insensée ne commence et que des actions irréfléchies en découlent. Une fois qu’elles ne furent plus que toutes les deux là, elle répondit à ses interrogations.

« - Pourquoi moi et pas une autre et pourquoi serais-je celle qui parlerai au nom d’un Sexire ? Je dirai simplement que nous partageons une confiance commune et que j’ai une certaine dette envers lui, que je rembourse de cette manière.

Concernant la situation, si je dois aller au plus court, je dirai ceci : M. Rechel a eu la charge d’enquêter sur un Védin et ce dernier, vétéran de la dernière guerre contre les Mythes, a manifesté l’envie de continuer cette dernière, de mener à bien son devoir passé. Il est donc une menace face à tous les mythes, mais surtout ceux qu'il aurait déjà identifiés comme tel. Alors pourquoi ne pas aider l'un de ceux-ci à mettre fin à la menace sans pour autant risquer la couverture d'autres. Basé sur ces constatations, et mû par l’envie de finir sa tâche et de protéger les mythes, ce gentleman m’a demandé de plaider en son nom pour son projet. Celui de mettre fin définitivement à la menace que fait planer ce Védin. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Oracle
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Juge
Pouvoir :: ??
MessageSujet: Re: Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé] Lun 14 Mar - 19:00
    Toujours aussi courtoise, toujours aussi polie. Ils gagneraient tous du temps si on abolissait ces boniments qui ne servent qu’à prolonger inutilement une discussion. Tout ça pour ne pas mal paraître… La Princesse aurait une dette envers le Sexire inconnu ? Voilà un sujet qui intéressait l’Oracle. Cette dernière nota l’information dans un coin de sa tête en se disant qu’elle creuserait le sujet une autre fois. Après tout, il y avait plus urgent, non ?

    « M. Rechel a eu la charge. C’est précisément cela. Une charge confiée par la Mac elle-même. Or, cette dernière ne m’a pas encore contactée… Que dois-je en conclure ? Est-elle seulement au courant de la situation, ou de cette prise de contact ? »

    Gwihir ne semblait pas vouloir que les Asura trainent dans les affaires des Capien la fois dernière. Et à présent, elle furetait dans celles des Sexire de manière si ouverte ? La voix de l’Oracle n’avait cependant pas été froide, mais calculée. Le sourire toujours sur ses lèvres, elle cherchait à connaître toutes les cartes en jeu avant de définir sa propre main, en toute amitié. Après tout, elle ne souhaitait en aucun cas s’attirer les foudres d’un autre quartier pour le simple fait d’avoir agi trop rapidement. Des procédures et encore des procédures.

    Myria Maxe réprima un rire et manqua glousser aux propos de la Princesse, mais elle se contint derrière son sourire courtois. Le monde se raillait-elle d’elle ? Plusieurs mois auparavant, Gwihir se portait garante pour une Védin connaissant leur secret et menant une carrière politique, alors que l’Oracle aurait plutôt eu tendance à la faire taire comme il se doit. Soit. Mais à présent elle venait pour condamner un autre Védin ? De quel côté se trouvait-elle donc ? La nouvellement Princesse était bien mystérieuse…

    « Si ce Védin est tel que vous le décrivez, il peut en effet être un problème pour notre sécurité… Cependant, je n’ai encore jamais ouïe de cas où on retrouvait l’un de nos compatriotes mort avec du bois d’if sur la scène de crime. Car il s’agit bien là de l’arme du Védin. Ce qui me vient à penser que, lorsque vous mentionnez de ne pas risquer la couverture des autres, n’est-ce pas ce que M. Rechel a fait lors de son enquête ? Aucun cas avéré auparavant, et là vous me parlez d’un ancien vétéran qui perdure la guerre ? Le facteur ayant déclenché cette prise de conscience sur notre survie ne se trouve-t-il pas en ce même homme qui vous a envoyé transmettre ses doléances ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 35

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé] Mer 16 Mar - 11:06
Ah… Ce qu’elle aimait ces discussions feutrées, ces moments de discussion où autant l’une que l’autre battait les cartes d’un jeu qui les dépassait toutes les deux. L’une lançant une pique, l’autre répondant de tout cœur, comme si c’était aussi simple que de ramasser du trèfle un mois d’avril. Mais de l’autre côté des carreaux des fenêtres, c’était la vie d’au moins deux personnes et surement plus dont elles sont responsables. Alors elles jouent toutes les deux sur des œufs, avançant à petits pas. Et comme dans tout jeu, il y’a du bluff, de la manipulation et des pièges. Gwihir plongea ses yeux dans ceux de son interlocutrice. A peine avait-elle lancé son premier piège que l’Asura avait mordu. Elle ne pensait pas ferrer aussi vite l’intérêt de son homologue. A peine la Capienne avait dit « dette » que l’Oracle avait eu les pupilles qui se contractaient un instant, signe d’intérêt prédateur, et que son cœur accélérait un moment, sous l’excitation. Gwihir cacha son amusement dans une lapée de thé chaud avant de continuer. Pensait-elle à une dette de sang, une dette d’honneur ou une dette de cœur ? Que son esprit s’égare sur les chemins du possible, pendant ce temps, les fils de la discussion continueront d’être tendus, par ceux qui réfléchissent sans s’encombrer de pensées parasites.

« - Oh, bien sûr qu’elle est au courant, voyons. Je ne serai pas de celles qui feront de l’ingérence dans les affaires des autres quartiers. »


L’amusement de Myria n’avait pas manqué d’apparaître clairement à la Capienne. Non, pas aussi facilement que si elle avait gloussé, bien sûr. Mais les signaux corporels étaient bien là. Épaules qui se relâchent, tension moins forte dans les jambes, les muscles maxillaires qui changent de configuration, passant de la retenue à un visage plus « rond », signe d’un sourire naissant. Ah, si cette Asura maitrisait les messages détournés, il lui manquait encore l’habileté pour éviter les pièges naissant dans certaines discussions. Déjà qu’elle avait réagi à l’évocation d’une dette, la voilà maintenant qui se jetait toute entière sur la partie de la « charge ». Si directe… Elle était surement une femme faite pour les intrigues, car son ton policé ne laisse aucun doute sur ses capacités de réflexion et de diplomatie, mais ses signaux corporels sont trop visibles. Et son schéma de pensée presque trop direct, même si ce n’est pas toujours un défaut. Mais face à la Capienne, ce n’est peut-être pas le mieux. Maintenant que Myria Maxe a avancé ses arguments face au Védin, il ne restait à la Capienne que de les orienté d’un pouce. Tout comme les mots de l’Oracle avaient été un fleuve, il ne restait à la Capienne que de poser une digue pour orienter ses mots selon le sens qui lui plaisait. Elle l’allait pas nier ni s’opposer, non. Juste donner raison à l’Asura et ainsi développer sa propre conclusion. Cette dernière ne pourrait la contredire sans contredire ses propres propos.

« - Un problème en latence, une menace à venir, certes, mais qui doit être gérée avec tact, comme vous le dites. La source du problème est ce Védin et ce Sexire, et tant qu’ils ne seront que les deux seuls impliqués, laissons-les gérer ceci entre eux, que ce M. Rechel corrige lui-même ses erreurs. Moins nous impliquons de monde et mieux le souci sera traité discrètement et sans collatéraux. Voilà pourquoi je suis ici, afin de permettre à cet homme de réparer ses propres approximations, et pour ce faire, il a besoin de quelques menus outils. Vous en conviendrez, un coup de pouce, surement pas gratuit, envers la Mac et son agent maladroit ne nous coutera rien, assurera notre sécurité et celle des nôtres tout en les rendant redevables. Qu’en pensez-vous ? »


Sa diatribe finie, elle porta son thé ses lèvres à nouveau, mangea un scone mais ne quitta pas des yeux l’Asura. Elle savait d’ors et déjà que la notion de « dette » l’intriguait, et donc que faire de la Mac une de ses obligée ferait tinter une corde. Sans compter le volet de la « charge », c’est-à-dire de la responsabilité, de l’engagement… Bien sûr qu’elle pouvait s’opposer à l’idée mais marcherait elle sur les autres pièges posés dans la discussion ? Sans nul doute…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Oracle
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Juge
Pouvoir :: ??
MessageSujet: Re: Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé] Mer 16 Mar - 17:59
    Son invitée improvisée commençait à prendre un peu trop ses aises. Pensait-elle parler d’égale à égale ? Elle était pourtant là en tant que messager, et non cheffe des Capien. Qui plus est, elle était là pour demander son appui. Mais Myria ne laissa rien paraître, comme à son habitude. D’ailleurs, Gwihir s’était montrée plutôt évasive quant à la première question. Peut-être n’était-elle pas si à l’aise que ça ?

    « Dans ce cas, puis-je savoir quelle fût sa réaction en apprenant que c’est vous qui porterez le message d’un Sexire sous sa charge ? »

    Peut-être que la Mac avait peur de contredire la Princesse et de se mettre alors les Capien à dos ? Quoique, ces deux espèces se sont plutôt bien entendues au fil du temps. Après tout, ils doivent tous deux requérir le corps d’autrui pour se sustenter…

    Et voilà que la Princesse tente une joute verbale dans le fil des négociations. N’avait-elle donc pas peur face à une Asura qui possédait sa pire peur tatouée sur sa peau ? L’Oracle était en poste depuis bien plus longtemps qu’elle. Elle n’était qu’une jeune Princesse qui n’a pas encore l’habitude de jouer dans la cours des grands. Rendre les Sexire redevables ? Etait-ce pour cela qu’elle était là, afin de sortir son épingle du jeu dans la manœuvre ? Pourtant, sont-ce les Sexire qui seront redevables ou uniquement le Sexire impliqué ? Après tout, la Mac n’avait formulé aucune demande dans sa direction, et ainsi elle pourrait aisément prétexter n’être en rien redevable, chose à laquelle personne ne pourra y redire. Une argumentation irrecevable donc, et une plaidoirie qui se contredit elle-même…

    « Tant qu’ils ne seront que deux impliqués… A partir du moment où une telle affaire parvient aux oreilles de pas un mais trois chefs de quartiers différents, je pense plus judicieux de dire qu’ils ne sont pas que deux impliqués. De plus, si vous me demandez de les laisser gérer l’affaire entre eux, pourquoi devrais-je y fournir un soutien quelconque ? Ca n’est pas vraiment la définition que j’ai de laisser et ne pas s’impliquer… Et s’il s’agit de menus outils, je doute que la Princesse des Capienne viendrait me solliciter plutôt que d’offrir d’elle-même ces « menus outils ». »

    Une jeune Princesse, bien trop jeune pour se défendre dans ces joutes dans lesquelles Myria baigne depuis des décennies.

    « Mais la question la plus importante demeure celle-ci. Vous avez bien qualifié ce Védin de menace face à tous les mythes ? Alors pourquoi devrais-je laisser la gérance d’un tel problème à un Sexire si peu important que je n’avais pas entendu parler de lui auparavant et qui en plus a déjà essuyé un échec face à cette menace ? Nous ne sommes pas la charité, et c’est d’ailleurs précisément notre rôle de nous occuper de cela… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 35

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé] Sam 26 Mar - 13:06
Ah… et dire que cette vieille qui ne comprends pas les sous-entendus était cheffe de quartier… Elle devait sûrement se méprendre sur sa réelle influence. Après tout, les Capiens n’avaient cure du « problème », qui menaçait en premier lieu un Sexire. De plus, ce dernier, plutôt que se tourner vers sa Liée, en bon Calice, se tournait vers les Asuras. Soit, mais dès lors, elle n’avait aucune obligation de réussite. Et cette brave femme qui faisait la fière, encore moins de raison de croire en une poigne assurée sur la situation. Et la Princesse n’allait pas se gêner de le faire comprendre.

« - … Non. Car ce n’est pas la raison de ma venue. Je pensais que vous auriez compris entre les mots. Elle a été contactée, par moi et ce qui en est résulté est entre elle et moi. Comprenez ceci n’a rien à voir avec l’actuelle discussion. Je suis ici pour une chose bien précise. »


Laissant l’insulte couler lentement dans l’esprit de l’Oracle, elle prit une lapée de thé, sans se départir de son sourire poli. Un sourire si lisse pour un esprit si carnassier. Et la voilà qui demandait encore des informations, des choses… pourtant déjà dites… Quel dommage pour elle que la Capienne du enfoncer d’autres portes ouvertes. Elle commençait à parler d’implications, de sollicitations… La Princesse avait été pourtant bien claire… Il ne fallait pas voir en la messagère… autre chose que ceci. Elle était là en tant que telle et bien décidée à ne pas en faire plus. Que Sherlock subisse sa punition de ne pas se tourner vers les bonnes personnes. A moins… que ce soit l’occasion de mettre sur la touche l’Asura, qui se prenait de grands airs.

« - Pourquoi y fournir un soutien ? Vous n’y êtes obligée. Comme je l’ai dit, je viens ici négocier une aide particulière. Cette demande, formulée par une personne qui ne dépend pas de mon quartier, est adressée à vous, et pas à la Princesse des Capiens. Dès lors, pourquoi ferais-je moi-même ce travail ? C’est en ceci que seuls ces deux êtres sont impliqués. Les Capiens ne le sont pas et je ne suis ici qu’en tant que messagère et … témoin ? J’aime admirer la manière dont vous gérez vos affaires. Ça me permet d’en apprendre plus… »


Ceci pouvait être un compliment, mais ses yeux pétillaient, doucement. Et alors qu’elle posait la tasse elle ajouta, avec un certain fiel doucereux qui montrait bien à quel point elle doutait des capacités de l’Asura.

« - … Et d’éviter de faire de même. Après tout, je connais mes Capiens et sait les tenir, de sorte qu’ils ne brisent pas d’anciennes lois en attaquant d’autres Mythes. Et je sais faire respecter ma loi dans mon quartier. La poigne de tenir des agresseurs potentiels, ou de punir des pyromanes en puissance, je l’ai. Tout comme je connais mes propres peurs et leur fait face, grâce à certaines rencontres. Pouvez-vous en dire de même ? Les Capiens savent gérer leurs problèmes. Je sais le faire. Ce Sexire s’est tourné vers vous, me montrerez-vous comment vous vous occupez de ce rôle, précisément ? »


Après avoir claironné que c’était justement « leur » rôle de combattre et de gérer ce genre de menaces, comment l’Oracle pourrait bien faire une reculade ? La Capienne, toujours tout sourire continuait de plonger en son regard pour voir quand est-ce qu’elle ferait une nouvelle erreur. Il était tellement facile de la bousculer et d’user de ses propres mots à son encontre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Oracle
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Juge
Pouvoir :: ??
MessageSujet: Re: Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé] Sam 26 Mar - 16:35
    Ce qu’elle elle ne comprenait pas, c’est qu’au-delà du statut de messager, elle demeurait malgré tout cheffe des Capien. Il s’agit bien de sa bouche, et non d’un message seul. Sinon, elle n’aurait fait que déposer une lettre à la secrétaire et s’en serait allée. Or, elle se trouvait bien là, face à l’Oracle. Ou bien, si elle n’est qu’un messager, souhaitait-elle être considérée comme tel, en omettant alors les égards dus à son rang ? Ceci a tout à voir avec l’actuelle discussion, car l’Asura ne souhaitait pas se faire d’ennemis inutilement, et encore moins sur un malentendu. Si elle avait survécu aussi longtemps, c’était parce qu’elle agissait seulement une fois qu’elle possédait toutes les cartes, pas avant.

    Mais elle laissa la Princesse parler, se gardant bien de préciser qu’il y avait pourtant des Capien qui devaient être gardés prisonniers ici, dans sa tour, tandis qu’elle critiquait sa gestion. Etait-elle responsable de chacun des siens ? Non. Le pyromane aura ce qu’il mérite. Mais cela n’a rien à voir avec la discussion actuelle, si ? Bon.

    Gwihir venait de commettre une erreur en proclamant haut et fort qu’elle n’était qu’une messagère dans cette affaire et que les Capien n’étaient en rien impliqués. Alors, elle n’aura aucun droit au chapitre quant à la résultante de cette discussion…

    « Je vais m’occuper du Védin, mais en aucun cas en soutenant le Sexire. Après tout, il a déjà échoué une fois, pourquoi y parviendrait-il maintenant ? »

    Pourquoi l’Oracle devrait-elle aider un inconnu à récupérer sa réputation alors qu’il était la cause même de cette situation ? Il devait assumer ses actes. D’ailleurs, l’Asura n’avait pas bien apprécié qu’en plus d’envoyer une missive, il avait demandé à une cheffe de quartier de venir à son encontre. Sherlock avait-il essayé de lui serrer la main en comptant sur le titre de la Princesse ? Sauf que cette dernière venait d’avouer ne pas impliquer les siens. Dette ou pas dette, peut-être l’avait-elle donc payée ?

    « Mais mon rôle est également celui de tenir à l’écart les mythes risquant notre existence, et ce Sexire a créé une menace pour nous autres au point que l’on vienne me demander de régler l’affaire. Je ne suis pas du genre à balayer les pots cassés uniquement. »

    Ceux qui les brisent également. Le verdict était donc donné. La Princesse avait fini son rôle, alors l’Oracle se permit d’ajouter avec le sourire :

    « Merci de vous être donné la peine de vous déplacer en personne pour me transmettre ce message… »

    A moins qu’elle ne soit plus qu’une messagère pour lui, la discussion devait avoir aboutie, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 35

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Conteuse, bibliothécaire
Pouvoir :: Affinité d'âme
MessageSujet: Re: Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé] Dim 3 Avr - 14:33
Gwihir regardait l’Oracle toujours avec un sourire poli. Qui pourrait dire ce qu’elle cherchait vraiment lorsqu’elle est venue ici. Soutenir un Sexire ? Elle est responsable des Capiens, pas des Sexires. Pousser un peu la responsable des Asura à la faute ou à bout ? Non, ceci n’était qu’un petit plaisir personnel. Elle trouvait la manière de gérer les affaires de Myria absolument inefficace. La Princesse était adepte d’une ligne dure, c’est-à-dire de punitions exemplaires et définitives. Or l’Asura se contentait d’emprisonner, de contraindre, sans avoir jamais l’assurance qu’une évasion ne serait pas la source d’un problème plus grand. Était-elle venue soutenir son Calice ? Définitivement non. Après lui avoir expliqué ce que c’était, et même avoir été critiqué pour le côté « paternaliste » ou « protecteur » de ce lien, Sherlock avait décidé de se tourner vers quelqu’un d’autre que sa Liée pour demander de l’aide. Soit. Elle n’était pas rancunière, ni vexée, mais elle avait tout de même mal digéré ce choix. Qu’il s’amuse alors avec l’Oracle, qu’il se démêle des fils qu’il a préférés à la toile de la Capienne…

« - Je sais bien quel est votre rôle, que ce soit pour les menaces intérieures ou extérieures. Et j’espère bien voir de quelle manière vous allez gérer ceci. »


Puis, sa tasse étant aussi terminée que la conversation, elle se releva du canapé, épousseta ses habits afin de remettre les plis de sa robe correctement, puis elle pris congé de l’Oracle.

« - Oh, nul besoin de me remercier. Ça m’a fait plaisir. Et je vous remercie d’avoir pris du temps pour moi. Je vous souhaite une excellente fin de journée. »


Le reste était platitudes, échanges de politesses entre personnes qui n’avaient pas plus envie que ceci d’en faire, puis, dans un sourire charmant, elle sorti du bureau de l’Asura. Un vétéran de l’Ancienne Guerre ? Ahh…. Comment ferait-elle ? Et en cas d’échec, quel plaisir ce sera de jeter l’opprobre et de mettre le doigt sur les incompétences des Asuras. Ils prennent de grands airs, mais sont-ils réellement capables de gérer autre chose que des petites frappes ? En cas de réussite, ça lui permettra d’apprendre bien des choses sur les méthodes de travail des autres quartiers, et ne cas de ratage… de se gargariser de l’échec d’une femme qui tomberait de son piédestal. Dans tous les cas, la Princesse était gagnante. Et pour son Calice… Un peu de challenge. Ça vaut bien une certaine expérience et une paire de bas déchirés. Alors qu’elle montait dans la voiture qui la ramènera chez elle, Gwihir se souvient que Sherlock attendait de ses nouvelles. Taquine, à la place de l’appeler, elle lui envoya un sms. Après tout, dans les hôpitaux, les appareils sont censés être éteints.

    Bonjour,
    Ai discuté avec l’Oracle. Votre plan a été refusé.
    Elle prend les choses en main, selon ses propos.
    Appelez-moi pour plus d’informations.
    Bien à vous,
    Gwihir

L’appellera-t-il ? Hum… cette attente serait plaisante. Reprochera-t-il quelque chose ou sera-t-il résigné ? Doux dans ses propos, ou colérique par le manque de nicotine ? Elle se réjouissait de savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Un plan à soutenir. [Privé, sur invitation.] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un "léger" problème [Rp privé Amy/Will] [Terminé]
» Nouvelle déception [Rp privé Edge/Amy] (Terminé (avec suite ailleurs))
» Frère et soeur [privé : Ayou Haven ][Terminé]
» [SORTIE] L'Abîme invitation chez Kanaxai [Terminé]
» "Une invitation qui n'accepte aucun refus" [Livre II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Asura :: Exilé-