AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Jamais vous n'oublierez mon sourire !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Jamais vous n'oublierez mon sourire ! Lun 14 Mar - 20:59
~ Carte d'identité ~

  • Nom : Myers
  • Prénom : Aimée
  • Âge : 26 ans
  • Race : Esertari
  • Particularité de la race : A besoin de soleil ! (ça vous fait pas penser à une chanson ?)
  • Sexe : Femme
  • Orientation sexuelle : Hétérosexuelle (N'allez pas croire qu'elle est zoophile)
  • Logement : Quartier Sexire, la dernière maison avant la forêt Sypholios
  • Métier : Vétérinaire
~ Biographie du personnage ~

  • Description physique :
    « Hé, vous saviez que j'ai moins de problèmes que vous, docteur ? »
    La femme en face d'Aimée hausse un sourcil, se demandant où veut en venir la jeune femme.
    « C'est génial la décoloration ! Regardez, là, mes jambes. Vous voyez quelque chose ? C'est pas possible de toute façon, y a rien à voir ! Et oui, les poils, on les voit plus...haha ! », s'esclaffe-t-elle, comme si elle devrait s'en vanter.
    « Bon, mademoiselle, c'est terminé, vous pouvez rentrer... »
    ----------------------♫----------------------
    Aimée quitte alors le bureau du docteur, où elle vient de passer une visite médicale. Elle est sensée en faire tous les deux ans, et vu qu'elle change de lieu de travail, on lui a conseillé d'en profiter.
    La jeune femme s'est donc retrouvée dans ce cabinet. Ses cheveux gris, qu'elle considère plutôt comme argentés, ondulent doucement sur son corps et arrivent dans le bas de son dos. Deux mèches viennent encadrer son visage, celles-ci étant plus courtes et s'arrêtant juste en dessous de sa poitrine. Sur le dessus de sa tête se trouve toujours un serre-tête, parfois orné d'une fleur. Au centre de son visage, deux pierres roses semblent briller : il s'agit de la couleur naturelle de ses yeux. Malheureusement, Aimée est obligée de les faire passer pour des lentilles, alors qu'elle aime tant ceux-ci. C'est la même chose pour ses cheveux, ou presque. Les rares fois où on lui pose la question, elle indique se les décolorer, ceux-ci étant soit-disant châtain naturellement. Si l'on continue, on remarque que ses sourcils sont de la même couleur que ses cheveux : pour ne pas choquer, il faut bien qu'elle se les décolore aussi. Sa peau est alors assez pâle, enfin cela dépend. Lorsque le soleil brille longtemps, en été par exemple, elle prend une légère teinte dorée.

    La jeune femme s'est alors déshabillée, se retrouvant en sous-vêtements devant le médecin. Elle dévoile donc ses formes généreuses, qu'elle ne met que rarement en valeur. Les seules fois où cela peut arriver, c'est pour un dîner avec son amant ou pour s'incruster à une soirée afin de passer le temps et d'attirer les regards. On lui indique alors de monter sur la balance, chose qu'elle fait. Celle-ci lui indique alors soixante et un kilogrammes. La demoiselle n'a pas besoin de se mesurer à nouveau, elle n'a sûrement pas pris un centimètre depuis la dernière fois. Elle mesure donc un mètre soixante neuf. On peut alors affirmer que cette jeune femme n'est ni grosse ni maigre, dans la moyenne, et qu'elle assume les morceaux de graisse qu'elle promène.

    Après quelques tests et vérifications d'audition et de vue par exemple, la jeune femme a l'autorisation de se rhabiller : une chemise blanche ornée d'un nœud au cou, et une jupe droite violet foncé maintenue par deux bretelles noires passant sur ses épaules. Il s'agit du type de tenue qu'Aimée porte régulièrement lorsqu'elle n'est pas à son cabinet. Il est très rare de la voir dans une autre tenue que des jupes et des robes : la plupart du temps, c'est lorsque celle-ci est malade ou doit rester à la maison. Niveau couleur, elle reste la plupart du temps dans des tenues sobres : chemises blanches, jupes ou robes foncées. Mais lorsque l'Esertari cherche à attirer l’œil, elle passe à des couleurs plus vives, telles que des robes rouges par exemple. Aimée quitte alors le cabinet, avec les papiers signifiant qu'elle est en bonne santé.

  • Description mentale :
    « Le miroir ne reflète pas toujours ce que l'on voit. »
    Aimée est une jeune femme maternisant une partie des personnes qu'elle croise, comme les enfants et les animaux. Elle a l'impression d'avoir un devoir de protection envers eux, même s'ils ne sont pas toujours amicaux envers elle.
    En réalité, sa relation avec les enfants est assez étrange : elle les aime et les déteste à la fois, à cause de son enfance. Mais en tant que femme voulant un jour donner la vie, elle n'arrive pas à se résoudre à les détester. Alors elle cache les blessures que ceux-ci rouvrent à chaque parole envers ses cheveux, ses yeux, ou de mauvaises intentions envers un de leurs camarades, même s'ils ne pensent pas à mal. C'est un peu comme un pont entre son passé et le présent, mais elle ne regrette rien. Alors pourquoi est-ce si douloureux ? Elle-même a parfois du mal à répondre à cette question, préférant simplement l'oublier et subissant ceci.

    En fait, la jeune femme se cache derrière ce que l'on peut appeler un masque de douceur. Aimée a presque toujours un joli sourire aux lèvres, peu importent ses émotions actuelles : les masquer pour se protéger. C'est ce qu'elle pense. Malheureusement pour elle, il y a des moments où ce n'est plus possible de tenir, où il faut craquer : et ces moments arrivent plus souvent que ses proches ne le pensent. Elle s'isole juste la plupart du temps dans ces moments-là. Parfois, pourtant, il lui arrive de tout lâcher en face d'une personne, ayant trop accumulé. Mais malgré la tristesse, son sourire est toujours présent, et les larmes coulent simplement, incontrôlables. Le sentiment qu'elle montre le moins, c'est la colère. Aimée est là pour soigner, pas pour blesser. Et Dieu sait qu'elle ne supporte pas de faire du mal aux autres, que ce soit psychologique ou simplement physique. Vous mettre une gifle suite à un mauvais comportement est le pire qu'elle s'est vue faire jusque là. Mais les comportements changent, et pas toujours en bien.

    De plus, cette demoiselle est réservée. Mais, détrompez-vous, elle n'est pas timide. Aimée n'aime juste pas parler de son passé, le cachant comme elle le peut et passant par plusieurs chemins, ou ne donnant que des morceaux de réponse. Si un jour elle n'a pas le choix, la jeune femme prendra sur elle et dévoilera ce qu'elle est capable de donner. Pour couronner le tout, elle peut être assez facilement gênée, ses joues se teintant souvent de rouge.

    Pour finir, la demoiselle aime s'amuser. Dans presque tous les sens du terme. Aimée s'amuse très facilement d'une situation, qu'elle soit bénéfique ou non pour les personnes en face d'elle. Bon, la situation ne doit pas être trop grave non plus. Dans ces cas-là, elle essaierait plutôt d'aider la personne en lui montrant son plus beau sourire. Joueuse, je disais donc qu'elle aime s'amuser : rire, danser, jouer à tout ce que vous voulez, regarder une pièce de théâtre. L'exception à cette règle ce sont les relations sexuelles. Et oui. La demoiselle ne s'en amuse pas facilement, ou du moins pas avec tout le monde. Pour elle, il y a besoin de sentiments pour que cette option soit envisagée. Sans cela, il y aura obligation de viol… (je ne devrai pas donner ce genre d'idées) Et pour séduire la demoiselle, ce ne sera pas si facile : surtout qu'elle fuit quand elle trouve que la situation n'est pas à son avantage. On peut aussi rajouter à cela qu'Aimée dit ne plus croire en l'amour, mais est-ce vrai ?

  • Histoire :
    Aimée se regarde dans le miroir, le visage neutre. Elle se met à parler à son reflet, comme s'il l'écoutait.

    « Bonjour à vous qui me lisez. Je me trouve actuellement sur un bateau en direction d'une nouvelle île avec les amis qu'il me reste, sauf que j'en suis séparée pour le moment. C'est un cargo très spécial et je suis pressée d'y arriver. Malheureusement, le trajet risque de prendre plusieurs heures. Je vais donc en profiter pour vous raconter mon histoire.

    Je suis née il y a de ça vingt-six ans en plein centre de Paris. Mes parents étaient plutôt riches à ce moment-là, mais je ne m'en souviens pas. Je vais donc aller directement à l'essentiel. Lorsque j'avais aux alentours de quatre ou cinq ans, je me souviens d'une scène, même si elle est vague, mais ma mère me l'a racontée plusieurs fois. En fait, elle me teignait les cheveux. Un jour, en rentrant du travail, mon père a aperçu les pots de teinture et mes parents se sont criés dessus : il ne voulait pas qu'elle se teigne les cheveux, et a tout jeté à la poubelle. Si elle tentait d'en racheter, il recommençait. Alors elle a fini par abandonner.

    Et les soucis ont commencé à arriver. Mes cheveux ont continué à pousser, naturellement. C'est normal, après tout. Seulement, ils avaient une couleur argenté. Les enfants de mon école semblaient pris de dégoût, ne trouvant pas ça normal. Ma mère a essayé de faire passer ça pour de l'albinisme, mais les autres caractéristiques n'étaient pas valables pour moi, comme la perte de vue. En plus de cela, j'aurais été trop jeune pour comprendre les explications de ma mère. Alors je subissais leurs 'insultes' d'enfants, et me renfermais petit à petit. Seuls les animaux arrivent à me comprendre, ai-je commencé à penser. Je passais beaucoup de temps avec un chat, après les cours. Il était mignon, pot de colle, et câlin. Ça me changeait de toutes ces histoires.

    Puis, ma mère a décidé de m'emmener dans un collège plus éloigné. Entre temps, ce petit chat est mort, écrasé sur une route. C'était la vie, comme ils disaient. Pourtant, je leur en voulais. Ils m'avaient retiré mon ami. Mon seul ami à cette époque. Seulement, je ne savais pas sur qui laisser tomber cette tristesse. Remarquant celle-ci, ma mère m'a acheté un chien. Il m'a aidée à me remettre de cette perte, même si ce n'était pas pareil. J'ai fini par accepter son tragique destin, mais décidais de ne pas l'oublier : il n'avait pas mérité cette mort. En plus de ce chien, j'ai commencé à fréquenter un centre équestre afin d'apprendre à monter à cheval. Bon, les soucis avec les autres élèves étaient plus ou moins les mêmes, mais j'y gagnais un nouveau contact avec les animaux.

    Dans ce collège, c'était différent de la primaire, avec de nouvelles remarques : ah, elle se teint les cheveux à cet âge ; c'est pas sérieux de la part de ses parents. Ma mère a abandonné cette idée d'albinisme, celle-ci n'étant pas reconnue par les médecins… Mais pourtant, ils sont beaux mes cheveux… En tous cas, moi, je les appréciais et continue d'apprécier cette chevelure argentée : ils définissent ce que je suis.

    Ces quelques années qui ont suivi, alors que mon père était absent, ma mère m'a tout dévoilé : qui j'étais vraiment. Une Esertari, comme elle m'a dit. Elle m'a expliqué que tant que le soleil est présent, nous restons jeunes, mais que si l'on restait trop longtemps dans un endroit froid, on vieillissait et notre peau se refroidissait. C'est à ce moment-là qu'elle m'a expliqué les raisons de leurs disputes, et les teintures qu'elle me faisait lorsque j'étais toute jeune, et aussi que mon père ne devait pas être au courant. Ces explications m'ont aidée à tenir, en plus des animaux et de ma mère. Mon père, quant à lui, restait assez distant avec moi. M'étant moi-même renfermée, je ne m'y attardais pas vraiment. En plus de cela, il travaillait bien plus qu'avant.

    Un jour, lorsque mon père n'était pas là pour son travail, j'ai surpris ma mère qui fouillait dans ses affaires. Elle m'a fait signe d'approcher, chose que j'ai faite, et m'a montré des documents. Je n'ai pas eu besoin de lui poser de questions à ce moment-là, j'ai très vite compris après les avoir lus. Quelques notes étaient écrites, principalement sur les mythes en général. J'ai décidé d'en prendre des photos afin de pouvoir les lire plus tard. Ma mère n'avait pas autant d'informations que lui sur les mythes non plus. Et c'est là qu'elle a décidé de l'abandonner. S'il nous dénonçait, qui sait ce qui nous serait arrivé. La mort ? Pire encore ? Un laboratoire d'expériences, peut être… Nous nous sommes préparées pendant quelques jours, pour partir en début de semaine prochaine. Ma mère possède un autre compte bancaire où elle y déposait de l'argent régulièrement, au cas où ce genre de situation arriverait. Même si elle espérait que ce ne serait pas le cas.

    En réalité, on s'est peut être emportées. Peut être qu'il ne nous aurait pas dénoncées. Mais était-il seul dans ses recherches ? On a préféré ne pas prendre de risques et s'enfuir, un pincement au cœur. On ferait peut être nos recherches personnes là-dessus plus tard… La semaine d'après nos découvertes, ma mère a brûlé les documents dans la matinée, pour ne pas qu'ils tombent entre de mauvaises mains. Puis nous avons pris un taxi, direction l'aéroport. De là, nous avons volé en direction des États-Unis. C'était douloureux pour nous, mais on évitait d'en parler, pour ne pas attirer les personnes alentours. Déjà qu'avec notre chevelure, ce n'était pas facile. Durant ces heures de vol, nous avons lu les documents. Il avait des bribes d'informations pour plusieurs espèces de mythes, mais surtout des détails sur les Esertari. C'est là que l'on s'est rassurées quant au fait de s'enfuir. Ce n'était peut être pas le meilleur choix, mais c'était trop tard.

    J'ai encore les notes que mon père avait, les voici :
    Citation :
    Asura : leur tatouage change selon la personne qu'ils observent (signification?)
    Atlantin : êtres pouvant respirer sous l'eau, palmes
    Capien : se nourrit de sang (lien avec les vampires?), canines
    Esertaris : toute pigmentation leur est naturelle (toutes couleurs permises) et ils réagissent à la chaleur selon leur état physique (chaud=jeune ; froid=vieux)
    Sexire : leur 'régime sexuel' définit leur apparence physique

    Une fois aux États-Unis, nous nous sommes installées vers le nord du pays, dans le Montana. Notre physique changeant légèrement au gré des saisons, on le cachait comme on pouvait, par du maquillage ou les vêtements simplement. Et j'ai commencé des études de vétérinaire. On avait d'ailleurs emmené mon chien, j'ai faillit oublier celui-là… Donc, on s'est reconstruit une nouvelle vie. Au fil des années, j'ai appris plein de nouvelles choses sur les animaux, principalement sur leur santé, les soins à prodiguer. J'ai même appris à opérer.

    Habitant maintenant plus proche de la campagne, il y a quatre ans de cela, deux nouveaux animaux sont arrivés dans ma vie : une jument qui me permet de continuer à approfondir mes connaissances sur les chevaux : on l'a eue à six mois, ce qui m'a permis de la voir grandir. Puis, un autre chien, un Berger Australien cette fois-ci.

    Puis, il a fallut trouver du travail. Ne connaissant pas la région, je ne savais pas où aller. Alors je venais demander dans des parcs animaliers, pour voir plus d'animaux. La plupart avaient déjà suffisamment de personnel. Puis je suis arrivée dans une petite cabane en bois. Le parc n'était pas bien grand et semblait accueillir peu de visiteurs. Pensant que j'allais me faire rejeter une fois encore, je suis entrée. Un homme d'une trentaine d'années m'a accueillie. J'avais vingt-quatre ans à ce moment-là. Quand il m'a vue, il m'a demandé ce que je faisais là. Après lui avoir indiqué chercher un travail, il m'a fait visiter les lieux, les animaux avaient l'air en bonne santé, bien que l'un semblait blessé. Je lui ai alors annoncé que j'étais vétérinaire, et voulais l'aider à soigner ses animaux. Il a hésité à me faire confiance, mais il n'avait pas vraiment le choix, sinon il aurait dû appeler quelqu'un d'autre et l'animal aurait attendu un bon moment, la ville se trouvant à au moins une heure du parc. Alors il a accepté. J'ai soigné son cerf qui s'était blessé contre le grillage. Rien de bien grave, mais il en souffrait. Il a alors réfléchi à l'idée. Quelques jours après, cet homme m'a rappelée pour me proposer un contrat. Il a aussi accepté que j'emmène les deux animaux qui partagent ma vie depuis deux ans maintenant, ce qui m'a permis de continuer à les éduquer tranquillement. Bien que petit, le parc lui demandait trop de travail pour qu'il puisse le faire seul. J'ai alors passé mes deux prochaines années à ses côtés. J'aidais ce pauvre homme seul à s'occuper de son parc, nourrissant parfois les animaux et nettoyant leurs cages. Je me suis assez vite rapprochée de lui, avec qui j'ai partagé… une relation particulière que je n'expliquerai pas en détails mais que l'on peut facilement deviner.

    Cette relation avec cet homme m'a permis de m'ouvrir un peu plus. Cette période où j'étais plus renfermée s'est peu à peu assoupie. De plus, avec l'âge que j'ai atteint, les teintures et lentilles de couleur sont moins mal vues, plus facilement acceptées. Enfin, cela dépend avec qui…

    Il y a deux semaines, cet homme avait un regard différent. Il avait peur. Je ne savais pas de quoi, pas encore. Il m'a avoué être un Mythe, un Morany. Je ne connaissais pas cette race. Je n'aurais jamais pu le deviner, je ne l'ai jamais vu. Il m'a dit que son pouvoir était de contrôler sa forme, et que du coup je ne risquais rien. Mais il allait avoir quarante ans dans quelques jours. « Sais-tu ce qui arrive aux Moranys quarante ans après leur première transformation, ma jolie ? » me demanda-t-il. Ces mots résonnent encore comme si c'était hier. « Ils se transforment en bête sauvage et perdent leur humanité », a-t-il alors lâché. « Tiens, regarde ce document. Il y a la possibilité pour un vétérinaire de s'installer sur cette île… Ce serait l'occasion d'un nouveau départ pour toi. Si tu pouvais m'emmener avec toi, afin de -peut être- découvrir une solution à ceci… Je vais m'enfermer en attendant que tu fasses ton choix, mais ne me relâche surtout pas. ». Il s'est alors éloigné de moi, le regard triste et est entré dans le cabinet que j'utilise pour soigner les animaux. Il a mis sa vie et tous ses espoirs (et sûrement ceux d'autres Moranys) sur le dos d'une jeune femme de vingt-six ans, qui est un mythe comme lui : il s'en doutait sûrement mais ne m'en a jamais touché un mot. Je me suis alors approchée. Il s'était enfermé dans la cage et me tendait la clé que j'ai prise. Si je ne devais pas le relâcher, c'était soit mettre fin à sa vie, soit l'emmener… La première solution est bien trop difficile à prendre pour moi, j'ai donc décidé de l'emmener. Avec quelques calmants, lorsqu'il se sera transformé, cela devrait passer.

    J'ai alors suivi son conseil. J'ai attendu quelques jours. Depuis que j'ai récupéré la clé, je ne l'ai plus revu sous forme humaine, ce qui m'attriste… Il est devenu agressif au moindre être vivant présent devant lui… J'ai ensuite prévenu ma mère que je déménageais sur une île plus lointaine pour y exercer mon métier. Elle a dit qu'elle viendrait me rendre visite de temps en temps, si son travail le permettait. Durant les deux dernières semaines avant mon départ, j'ai organisé tout le voyage. Me voilà donc dans un avion. J'ai emporté avec moi quelques animaux, les autres ont été vendus à d'autres parcs. J'emporte donc ma jument, mon Berger Australien et un renard. Ce dernier ne faisait pas partie du parc, et de toute manière c'était mon « patron » (pas que, mais ça vous l'avez déjà compris…).

    Je vais devoir arrêter mon récit ici : le voilà terminé, et l'île est maintenant en vue. Il va être temps pour moi de me rapprocher de la forêt de Sypholios : pour mes recherches, ce sera plus facile car il risque d'y avoir moins de passage. De plus, s'il y a des Moranys ou animaux blessés quelque part sur cette île, ils doivent y être plus présents. Malheureusement, la maison est assez vieille, mais grande, avec un étage et un sous-sol. Elle possède de nombreuses salles qu'il va falloir réaménager pour en faire un cabinet. Il va donc falloir attendre quelques temps avant de pouvoir commencer à travailler correctement… »

  • Pouvoir : Lien animalier. Aimée peut se lier à un ou plusieurs animaux, selon une sorte de 'rite'. Ce lien ne permet pas de contrôler l'animal, mais améliore la communication de la jeune femme avec celui-ci (cela dépend de son agressivité). Avec ce lien, elle peut lui ajouter des attributs ou 'améliorations'. Mais comme il n'y a pas de contrôle, qui sait ce que l'animal va en faire...

~ IRL ~

  • Nom : Emilie
  • Âge : 21 ans
  • Première impression : Toujours aussi bonne ♥
  • Comment avez-vous découvert le forum ? DC
  • Votre Parrain : Moi ! (les top-sites au tout début)
  • D'où provient le personnage sur votre avatar et le nom du personnage ? Shijou Takane de THE iDOLM@STER
  • Votre Skype : Vous l'avez déjà !

  • Acceptez-vous le règlement et vous y soumettez-vous ? [Oui/Non]
  • Code du règlement :
  • Quel est le nom de la guerre qu'engagèrent les Humains face aux mythes ? :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Jamais vous n'oublierez mon sourire ! Mar 15 Mar - 19:29
Rebienvenue parmi nous ^^

Par rapport à ton pouvoir, il n'y a que les animaux que tu peux booster, et non les animaux envers toi si j'ai bien compris ?
Peux-tu me donner des exemples d'attributs ou améliorations que je vois mieux ce que tu entends par là s'il te plait ?

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: Jamais vous n'oublierez mon sourire ! Mar 15 Mar - 19:37
Mercii !
Et oui c'est uniquement pour les animaux, pas l'inverse
Hmm rendre les crocs d'un chien plus résistants par exemple, permettre à un oiseau de soulever une plus grande charge...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Jamais vous n'oublierez mon sourire ! Mar 15 Mar - 21:14
Donc tu ne peux pas modifier leur physique non plus ? Genre faire pousser des ailes à un crapaud ?

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: Jamais vous n'oublierez mon sourire ! Mar 15 Mar - 21:29
J'avoue ne pas y avoir pensé, mais non du coup xD Pas faire apparaître de nouvelles choses, ça reste dans l'amélioration de ce qui existe déjà !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Jamais vous n'oublierez mon sourire ! Mar 15 Mar - 21:36
Ok, ton pouvoir est validé dans ce cas =)

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Jamais vous n'oublierez mon sourire ! Jeu 17 Mar - 13:33
Hello-hellow Miss,

Re-bienvenue chez nous. Ça fait toujours plaisir de voir quelqu'un qui aime notre forum au point de faire un second compte. Pour une fois que ce n'est pas le staff qui le fait ! Ou bien c'est par ce que tu t'ennuies et que tu tentes de te raccrocher comme tu peux à notre contexte... À choisir, je sais quelle excuse je préfère x) En tout cas, je suis aussi ravi de voir que les Esertaris commencent à être appréciés à leur juste valeur. Bon, trêve de palabre, la validation !

Remarques :

Pour les Moranys transformés, normalement, ils ont la possibilité de garder leur intellect humanoïde ainsi que leur caractère. Ils perdent leur pouvoir mais ont la capacité de télépathie : pouvoir discuter en 'humanoïde' aux bipèdes. Je pense qu'ils causent aussi la langue de leur propre animal. Cependant, selon le caractère, la virulence de l'animal, de la pression atmosphérique et de la couleur du cheval vert d'Henry IV, ils sont soit toujours contaminateur tout le reste de leur vie, soit ne le sont plus (comme tu as compris, au choix). Après, on est réellement permissif : si tu veux que plus tard il soit capable de te causer ou finalement jamais... À ton bon plaisir.

Au début de ton histoire, tu dis être dans un bateau, en fin de récit, t'es dans un avion : badass Cool

Appréciation :

Bon, maintenant j'ai l'habitude de te lire mais ça ne m'empêche pas de faire des critiques. Ton style est efficace, fluide et on se prend très facilement à ton histoire. Pas de longueur, des explications juste ce qu'il faut, des sentiments par-ci par-là, tout ce qu'il faut pour dévorer un texte avec le sourire. Après, même si tu es la première à parler de Moranys 100% animaux, ta bio est tout de même linéaire : peut-être que j'étais au courant aussi... Va savoir. Un peu de piquant aurait peut-être égaillé ton récit mais après, ce n'est qu'une remarque personnelle.

Je n'ai rien pour t'empêcher d'être validée alors : toutes mes félicitations !
*Lance des morceaux des journaux et lui offre un Pins de garde forestier.*

Je vais te mettre un 7 pour cette présentation rapidement réalisée et sans anicroches.

Amuse toi bien, fais ta description de logement, ton autobiographie et des demandes de Rp's !
Bienvenue dans ce monde de fous~

Wss.R

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Jamais vous n'oublierez mon sourire !
Revenir en haut Aller en bas

Jamais vous n'oublierez mon sourire !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» EFFY ಞ vous n'oublierez jamais mon nom.
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Vos amis se lasseront de parler de vous ; vos ennemis, jamais ! [PV Ashlynn]
» Ne craignez pas la perfection, vous ne l'atteindrez jamais • Dylan E. Stark
» “ MacDonald's™ : Venez comme vous êtes. ”[with Jade]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Général :: Présentations :: Validées-