AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Lun 21 Mar - 20:17
Un ferry, une mer légèrement agitée par le vent... Dans ce bateau, quelques personnes sont présentes. Ce n'est sûrement pas la meilleure période pour venir visiter une île, au printemps, alors que les pluies vont se faire plus présentes. Enfin, pour l'instant, il ne semble pas pleuvoir... Mais l'air y reste bien frais. Aimée se trouve actuellement sur le pont de ce bateau, les cheveux au vent. Son regard fixe l'horizon, vers l'endroit où elle va bientôt s'installer. Un nouvel endroit, une nouvelle vie, peut être un nouvel espoir.

En attendant, au loin, malgré la densité assez importante de nuages dans le ciel, un bout de terre commence à être distingué. Il va bientôt être temps de sortir de ce bateau. Après ces heures de vol, puis de voiture, et enfin de bateau, du repos ne ferait pas de mal. En plus de cela, il faudra bien une bonne semaine à la jeune femme pour reprendre le travail, une partie de la maison n'étant pas encore terminée.

Ne perdant pas plus de temps, Aimée quitte le pont pour rejoindre les profondeurs du bateau. Lorsque celui-ci sera bien amarré, ils devraient ouvrir les portes pour laisser passer le peu de véhicules présents. Mais avant ça, la jeune femme rentre dans la remorque attachée à sa voiture. Une petite porte se trouve vers l'avant du van, qu'elle a ouverte. La tête de sa jument apparaît alors. Celle-ci est un peu stressée par tout ce trajet. Caressant doucement la tête d'Iliade, Aimée essaie de la rassurer. Mais ça ne va pas durer bien longtemps. Bientôt, bientôt, tu pourras galoper, tölter, trotter, marcher comme bon te semble...

Quittant alors cet endroit, Aimée rentre dans la voiture. Du siège passager, la petite Crapule se montre bien contente et vient quémander des caresses que l'Esertari lui donne avec plaisir. Mais cela ne va pas durer bien longtemps. Il v falloir sortir de cet endroit bien sombre. Enfin le calme et le repos seraient de mise...

Après quelques longues minutes d'attente à embêter le chien, les portes s'ouvrent finalement, permettant aux automobiles de rejoindre l'île. Quelques voitures passent avant elles, pour qu'enfin les voilà à l'extérieur. Mais ne connaissant pas la région, l'Esertari opte pour garer sa voiture et son van sur l'un des parkings du port, après seulement quelques mètres à rouler lentement. La jeune femme coupe le moteur, trouve une laisse et un collier qu'elle vient accrocher à Crapule. Et les voilà maintenant dans la rue, un vent frais balayant leurs poils ou cheveux. Enjouée, la chienne tente d'aller voir un peu partout, curieuse. Aimée la laisse faire un instant, mais pas longtemps.

« Crapule, reviens. »

Ces mots sont prononcés d'une voix douce, alors que ses lèvres semblent avoir ancré son sourire. Malgré la douceur de ses paroles, Aimée ne laisse pas le choix à la chienne. Si elle ne revient pas, de toute façon, elle l'y forcerait... La demoiselle s'approche alors d'une personne, seule, se trouvant à quelques mètres de sa voiture. Celle-ci est dos à elle, ne lui permettant donc pas de déterminer de qui il s'agit ni ce qu'elle fait là.

« Bonjour, peut être pourrez vous m'aider... »

En même temps, elle replace une mèche de cheveux derrière son oreille de sa main libre, l'empêchant de cacher ses yeux et de bien voir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Etudiant
Pouvoir :: Manipulation des sentiments
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Mer 30 Mar - 22:42
La dernière fois que j’étais venu au port, j’avais fait une drôle de rencontre : Lauraline… Cette fois-ci je n’espérais pas faire ce genre de rencontre. Je m’étais installé au bord de la mer. Même si la ville était faite pour le désir et l’attraction, elle manquait beaucoup de calme, et il fallait s’éloigner dans les quartiers reculés pour en trouver. Il restait cependant le port, où chacun pouvait se reposer quand les bateaux ne se pressaient pas. L’industrie poissonnière était active, mais les bateaux rentraient à heures fixes et le reste de la journée, il ne se passait pas grand-chose. Parfois, on voyait tout de même au loin venir les ferrys et les bateaux de croisière. Certains s’arrêtaient au loin, profitant de la vue depuis le pont sur la ville, tandis que d’autre venaient s’amarrer pour déverser les habitants partis sur le continent. Plus loin, il y avait le port de marchandises où venaient les tankers.

Je m’assis sur un banc profitant du Soleil… On pouvait reconnaitre que le port avait une certaine tranquillité, mais quand les oiseaux s’y mettaient, il n’en restait plus grand-chose. Je commençais seulement à me reposer quand j’entendis au loin le bruit du ferry. Je tournais la tête, il était en avance par rapport à d’habitude. Il avançait sur la mer plane, comme si rien ne pouvait le perturber. Je décidai de me lever et de marcher un peu, j’avais mal aux jambes à force de rester assis. Mes genoux me faisaient souffrir. Je m’approchais de l’embarcadère, tranquillement, à dire-vrai, je n’avais aucune raison de me presser. Le ferry s’amarra juste devant moi. Les voitures commencèrent comme d’habitude à en descendre. Je fus intrigué par une voiture équipée d’une remorque. Bien sûr j’en avais déjà vue une, mais c’était une remorque pour chevaux, et on en trouvait pas sur l’île.

Je vis un chien sortir de la voiture ; décidément le propriétaire abritait une ménagerie. Le chien sortit en courant, visiblement content de retrouver l’air libre. Je vis la voiture se garait et une jeune femme se garer. Elle descendit, cherchant le chien du regard. Elle avait les cheveux clairs, gris comme les vieilles femmes, mais elle était jeune. Je ne vis pas bien son visage ; j’avais presque l’impression de parler à un Kuribo, même si celui-là était gris… Je m’égarais à vrai-dire, nous étions loin d’un jeu de cartes… La jeune femme s’approcha et m’adressa la parole. Je lui souris, ravi de pouvoir l’aider.

« Vous cherchez votre chien, je suppose, il est parti par-là » lui répondis-je en lui indiquant la direction dans laquelle il était parti. « Vous voulez que je vous accompagne ? Nous irions plus vite ! Vous connaissez l’île ? Ou c’est la première fois que vous venez ? »

J’attendais sa réponse, calme, essayant de voir si j’apercevais encore le chien de là où j’étais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Jeu 31 Mar - 13:41
Son sourire étant toujours présent, il serait un peu étrange de dire qu'elle se remet à sourire... Mais la demoiselle a un sourire un peu plus amusé suite aux paroles de l'adolescent en face d'elle. En fait, au moment où celui parle, la Crapule est sortie de son champ de vision pour revenir à côté d'Aimée et de s'y asseoir, semblant attendre quelque chose de sa part. Ayant senti sa présence, la jeune femme baisse la tête vers la chienne, ses cheveux cachant à nouveau son visage.

« Non, je ne cherche pas mon chien, regardez... Elle est revenue juste à côté. »

L'Esertari, pendant ses paroles, passe doucement sur la tête de l'animal qui semble ravi. De l'affection, toujours, toujours. Mais maintenant elle veut surtout courir. Il va donc leur falloir rentrer dans leur nouvelle maison. La jeune femme relève alors la tête vers lui, retirant les mèches de son visage une fois encore. Toujours pour pouvoir mieux voir, et cette fois c'est le blondinet en face d'elle.

« Mais sinon oui, c'est bien la première fois que je viens sur cette île, donc je ne la connais pas du tout... Je n'ai pas pris le temps de me renseigner sur la carte auparavant. »

Aimée laisse alors quelques secondes passer, avant de continuer.

« Ce n'est pas pour mon chien que je cherche de l'aide, mais plus pour me guider... Sauriez vous m'indiquer comment me rendre vers la forêt de Sypholios ? Ou alors vous connaissez peut être les magasins du port, si quelqu'un peut vendre des cartes par exemple. »

La jeune femme se tait alors, attendant maintenant sa réponse avant de ne faire quoi que ce soit. Sur ce coup-là, ce serait rentrer dans sa voiture s'il propose de l'y conduire, ou bien se diriger vers un vendeur de cartes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Asura
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Dans le lit de Shallia
Métier :: Fan de Shallia
Pouvoir :: Le puant en puissance
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Sam 2 Avr - 18:10
Leylans avait tout vu, tout entendu et tout compris ! Bloqué dans son carton de clochard, il gigotait depuis quelques quarts d'heure pour tenter de casser l'objet marron et long dans lequel il s'était glissé pour s'amuser, tel un chat. Il réussit enfin après de nouveaux efforts avant de se lever précipitamment et d'interpeler le groupe de gens.

"Moi !!! Moi je veux je veux !! Mettez-moi dedans et poussez-moi tout en bas, je le ramènerai plus vite là-bas !"

Les hommes du port le regardèrent, bouche bée et perplexes. Ce n'était qu'un grand et haut tonneau en plastique, rond et vide à faire rouler jusqu'en bas de la rue pour permettre au bar du coin d'entreposer ses multiples bouteilles dénuées de liquide. Pourquoi ce gamin inconnu, bizarre et puant, qui sortait de nulle part pouvait... Alors qu'ils allaient refuser catégoriquement, le rigolo du groupe stoppa les autres, montrant du doigt le clochard albinos. Il le connaissait, c'était un dingue, il faisait à chaque fois des trucs bizarres et il était passé plusieurs fois par la case "police". Mais ça à part, il était trop kiffant pis, il voulait faire que du bien, c'était juste qu'il était maladroit.

"Allez, poussez, bande de nazes !"

Leylans n'avait pas attendu que le débat commençât, il s'était directement mis dans le tonneau terriblement confortable, enjoué, excité, trop content de pouvoir rouler ! Il ne s'en souvenait pas mais dans son enfance, il faisait souvent cette connerie avec sa sœur chiante Athérys... Sauf qu'ils pratiquaient ça dans l'immense vase en verre de maman à l'époque. Aah... C'était la belle vie, le goût du risque, les gestes suicidaires, tout ça. Bref, le rigolo n'avait pas patienté non plus, détestant le vote à l'unanimité : il avait poussé le tonneau en plastique de toutes ses forces, après l'avoir rapidement rebouché avec son petit capuchon, et ce dernier n'avait pas mis longtemps avant de prendre de la vitesse... Beaucoup de vitesse.

"YEEEEAAAAAAAAAAAH !!!!!!!"

Heureusement qu'il n'avait encore pas mangé ce jour-ci parce que son bidon allait en finir plus que retourné, hé hé. A l'intérieur, l'air circulait à peine, l'odeur de l'alcool était omniprésente et Leylans se retrouvait cogné et maltraité de part en part. Il finirait sans doute avec tout plein de bleus, tout plein de bosses et peut-être même une fracture, ce couillon ! Mais tout ce que vous avez à savoir, chers partenaires de rp... C'est que ce tonneau bleu océan à la vitesse super Sonic, vous allez vous le prendre en pleine face puis vous manger la maison juste en face par le choc si vous restez ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Etudiant
Pouvoir :: Manipulation des sentiments
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Dim 3 Avr - 18:02
Je cherchais le chien du regard, sans parvenir à le retrouver. Me retournant vers sa propriétaire, je le vis au côté d'elle, calme. le chien était revenu, obéissant ou dressé, je ne le sais, mais toujours était-il qu'il savait reconnaître sa maitresse... Je souriais à la jeune femme content de ne pas avoir à chercher plus longtemps l'animal. Non pas que je ne souhaitais pas rendre service, mais sa propriétaire devait être rassurée, et à dire vrai ; je n'avais pas très envie de me balader plier en deux à la recherche du toutou en disant "petit petit au pied"

J'écoutais la requête de la jeune femme, qui attendait autre chose. Sa demande me fit rire. Je ne connaissais pas bien la forêt, ni son nom d'ailleurs mais il n'y en avait qu'une aussi digne de ce nom sur cette ile. Le plus dur n'était pas de situer géographiquement le lieu mais de savoir comment s'y rendre. Je trouvais que c'était un endroit étrange pour choisir de vivre ; mais elle avait visiblement un cheval, et je supposais qu'elle pourrait trouver un endroit pour le loger là-bas.

J'eus du mal à étouffer un éclat de rire quand elle me parla de la carte. "Je sais que nous sommes sur une ile mais nous avons accès aux dernières technologies..."lui dis-je, sortant mon téléphone de ma poche. "Plus personne n'utilise de cartes maintenant... Tout du moins pas pour ça. Si vous comptez rester sur Yasashii il vous faudra sans doute vous équiper en conséquence." dis-je encore, souriant.

Je n'arrivais pas à comprendre les gens qui ne s'étaient pas mis à la technologie... Non pas qu'ils soient forcément dépassés, mais chaque action leur coûtait un effort inutile. Déverrouillant l'écran, je lançais l'application de localisation.

"Si vous me donnez l'adresse, je pourrais vous y conduire dans les meilleurs délais, enchanté au fait, je m'appelle Archibald et vous? "

Je n'eus pas le temps d'entendre sa réponse. Un bruit effroyable se fit entendre tandis qu'une barrique dévalait la route du port. Elle accélérait a un tel point qu'elle paraissait folle. Je ne pris pas le temps de voir là d'où elle venait. J'étais sur la trajectoire du projectile et je ne souhaitais pas finir dans la voiture ou dans l'eau. Avisant la jeune femme en face de moi, je me jetais sur elle sans ménagement, la poussant vers l'arrière, espérant amortir le choc avec mes bras.

La chute ne dura qu'un instant, mais il parut durer une éternité. Je me demandais à quoi nous ressemblions : un couple d'amant qui s'enlacent? ,deux quilles projetées par une boule de bowling invisible?

J'atterris sur la jeune femme, mes bras ayant maintenus sa tête pour éviter qu'elle ne se cogne. Nous avions sans doute l'air d'une poupée de son, grotesque. Autant dire que j'étais embarrassé pas la situation : je me retrouvais collé contre une jeune femme, que je ne connaissais pas, mon visage devant le sien. Pourtant, j'oubliais un instant la situation, observant ses yeux. Même si je ne les avais pas remarqué plutôt, ils étaient violets, d'un violet très clair. Ils étaient vraiment beaux. Puis elle bougea légèrement, et je me rappelai de la situation, honteux, ne sachant que dire, rougissant sans doute à vue d'œil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Dim 3 Avr - 21:34
Attendant silencieusement sa réponse, le blondinet semble se moquer d'elle lorsque Aimée parle de carte. Plus personne n'en utilise par ici ? En tous cas, cela la dérange un peu. En plus de cela, il semble penser qu'Aimée n'utilise pas du tout les nouvelles technologies... Il ne faut pas faire d'hypothèses trop rapidement. L'Esertari étant vétérinaire, il lui faut un minimum pour que tout soit gérable et gardé. Les dossiers s'empilant trop vite, il est plus simple de les garder dans un fichier sur son PC. Après quelques instants, celui-ci lui propose de l'accompagner jusque chez elle en utilisant son application, ce après quoi il se présente. Archibald est donc son nom, alors...

La bouche légèrement entrouverte pour répondre, un bruit parvient à leurs oreilles et semble se rapprocher. Tournant la tête vers celui-ci, la jeune femme n'a pas le temps de réagir que la voilà contre le sol, sa tête amortie par les bras d'Archibald. Le tonneau qui roulait vers eux, quant à lui, est allé s'écraser contre un mur quelques mètres plus loin. Après quelques secondes, la jeune femme remarque qu'il ne bouge pas et le fixe simplement. Gardant toujours un petit sourire sur les lèvres, ses joues ont pris une légère teinte rosie.

« Hmm, vous devriez peut être vous relever... »

Après quelques instants le temps qu'il le fasse, la jeune femme se relève à son tour et époussette sa jupe, au cas où quelques trucs s'y soient collés. Une fois fait, la jeune femme observe le tonneau, et observe un peu les alentours. Elle lâche alors un léger soupir suite à cela.

« Je me demande qui est assez idiot pour faire rouler ce genre de choses en pleine rue... »

En tous cas, s'il y a quelque chose là-dedans, il doit être bien sonné... L'Esertari prend alors le temps de répondre à ses questions.

« Appelez moi Aimée. Et, vous ne devriez pas faire de conclusions trop vite. Je dois juste changer de forfait et recharger la batterie de mon téléphone. Et sinon, pour le nom de la rue... C'est tout simplement la rue de la forêt, dans le Luxire. Par contre, il me semble qu'elle est vraiment longue cette rue-là, et qu'elle rejoint la forêt. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Asura
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Dans le lit de Shallia
Métier :: Fan de Shallia
Pouvoir :: Le puant en puissance
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Ven 8 Avr - 22:19
« Houlà… Houlà houlà houlà, ça tangue, sa maman ! »

D’un coup de pied bien porté, Leylans avait réussi à dégager le bouchon obstruant la sortie du tonneau et tenté tant bien que mal d’en sortir. Sa tête tournait, ses membres blessés étaient victimes de tremblements aussi violents qu’involontaires et sa gorge était terriblement sèche. En même temps, après avoir gueulé aussi longtemps avec autant d’entrain, cela ne pouvait en être autrement… ! Des larmes de joie et de douleur coulèrent de ses yeux dilatés par l’excitation tandis qu’il réussissait à se retourner pour sortir sa main de l’objet. Soudainement posée sur le bitume, maigre, pâle et vibrant comme un portable récepteur d’appel important, elle semblait appartenir à un zombie. Le reste du corps du clochard ne mit pas plus longtemps à se découvrir, tout aussi flippant que ses doigts à l’air cassé.

« Boudiou, j’me sens trop mal haha ! »

Sa tête troublée à peine sortie du tonneau, il s’était même pas laissé un instant pour prendre une longue respiration et se refaire une beauté capillaire. Il s’était directement mis à éclater de rire et on pouvait pas dire si ses épaules étaient secouées par la rigolade ou par la frayeur des roulés boulés. Sa tignasse rebelle partait dans tous les sens, il paraissait plus fou que jamais. Mais au lieu de tenter de se reprendre et d’attendre que le monde arrêtât de tourner, il se leva et tituba sur la route, trébuchant sans jamais tomber pour se diriger vers deux personnes très proches. Il réussit à se diriger comme un alcoolique jusqu’à la forme floue féminine avec l’intention de la prendre comme appui. Malheureusement pour elle – et sans doute pour lui après cette réponse – l’albinos se loupa au dernier moment, perdant le contrôle de sa tête ondulante qui embrassa la poitrine de la douce.

« WOUUUUUPS ! Pardon, pardon, j’essuie ! »

Sa caboche immédiatement relevée, il entreprit d'épousseter la partie haute du corps de la forme floue aux longs cheveux blancs avant de s’en détourner tout aussi rapidement pour aller voir ailleurs si elle y était. Ah… Ce contact n’avait pas été doux du tout, normal qu’il s’en fût trouvé lassé aussi vite !

« Ah ces meufs toutes pourries, ces amatrices de mes deux boules pleines ! ‘peuvent rien faire sans du rembourrage de nos rouges… Jours… JOUUUUULE ! »

Sans crier gare, il se péta la tronche à cause d’une perche blonde tombée par terre, sa tête se trouvant encore fracassée par un mur du plancher. Ah beh, s’il avait fait ça toute sa jeunesse, on aurait dû prévoir sa folie d’aujourd’hui ! Il se releva aussitôt pour mettre un coup de pied sur la chose informe par terre. Boudiou !- mais c’était un homme ?! En tout cas, le contact à travers ses vêtements étaient vachement plus agréable que celui précédemment eu. Ah bah, y avait un peu trop de graisse là-dessous ?! Trop de jeux vidéo peut-être ? Leylans s’agenouilla pour tâter le petit bidon du monsieur « allongé ».

« WOUAAAAH ! T’as un nombril ?!! Je peux toucher ?! »

L’albinos adorait les nombrils ! Franchement, fallait l’avouer, c’était tellement trop cool d’entrer son doigt à l’intérieur pour le ressortir aussi vite : ça faisait un tout petit bruit tout mignon ! Brefouille, non, il n’attendit pas la réponse positive de son interlocuteur pour passer rapidement à l’acte, ses membres fatigués par la dégringolade se ramassant royalement sur le torse du monsieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Etudiant
Pouvoir :: Manipulation des sentiments
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Jeu 21 Avr - 15:46
Je devais avoir l’air pathétique pour la jeune femme. Ce n’était pas la première fois, mais cela m’insupportait. Je ne savais pas comment je faisais pour rencontrer uniquement des femmes dans des situations embarrassantes. Je me laissais glisser sur le sol, ne me relevant pas tout de suite. J’avais mal aux bras et aux genoux. Le tonneau alla s’écraser contre un mur. Je regardais la jeune femme qui était prêt de moi. J’espérais qu’elle ne s’était pas fait mal. Le tonneau semblait s’être stabilisé sur le sol. Je regardais vers le haut de la jetée, espérant voir la cause de ce bazar. Je vis des marins sur le haut du port, courant vers nous.

Un gémissement sortit du tonneau, le couvercle sauta et une main en sortit. Vu la disposition des doigts sur la main, il était évident que son propriétaire allait souffrir : il ne fallait pas être médecin pour voir que les os de ces doigts étaient fracturés. Avait-on voulu torturer l’homme ? A en juger par la main, celui qui était dans le tonneau devait plutôt mal en point. Je fus surpris de constater qu’un enfant était planqué dans le tonneau. Il avait l’air sonné, enfin pas suffisamment pour perdre complétement la boule. J’allais demander au gamin s’il allait bien quand il se colla contre Aimée. C’était un joli nom pour une jeune femme.

Il jouait avec sa poitrine sans vergogne comme s’il était dans une chambre avec elle. Le gamin était vraiment pervers. J’en venais soudain à me demander si on l’avait poussé dans le tonneau ou si le gamin c’était volontairement jeté dans le tonneau pour rouler sur la route. Je regardais Aimée, incapable de croire à ce qui se passait devant moi. Le gamin eut l’air de trouver que la poitrine n’était pas à son goût car il vint vers moi. Qu’allait-il encore inventer ? Il commença par me tomber dessus, accentuant les douleurs que j’avais déjà à cause de la chute, puis me frappa comme si ça ne lui suffisait pas. Je commençais à grogner, quand il s’arrêta enfin ; il était vraiment pénible. Je commençais à reprendre mes esprits et me préparait à me relever quand il s’allongea sur moi pour toucher à mon nombril. C’en était trop. J’arrêtais le gosse, lui tordant le doigt. Je n’étais pas pour la violence mais elle s’avérait nécessaire ici. J’espérais qu’il comprendrait que je n’avais pas envie de plaisanter. De ma main libre, je récupérais mon téléphone portable et le rangeait tranquillement dans ma poche tandis qu’il gesticulait pour essayer de s’en sortir. Sans attendre son avis, je tirai le gamin jusqu’au tonneau et l’enfermai de nouveau dedans.

« Vous allez bien Aimée ? Vous croyez que l’on doit faire quoi de ce gamin ? On le jette dans son tonneau dans le port ? Quelqu’un finira bien par le récupérer en passant. » Lui dis-je avec un sourire enjoué. Je tapais sur le couvercle du tonneau avec mon poing pour être sûr qu’il ne puisse pas sortir. Je regardais Aimée, espérant qu’elle me laisse le lancer dans l’eau. « Bien sûr après, je vous emmènerais où vous voulez ; mais je crois que l’on doit s’occuper de ce petit plaisantin… » Ajoutais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Jeu 21 Avr - 23:26
Aussi surprenant que cela puisse paraître, alors qu'Aimée attend la réponse d'Archibald, le tonneau s'est ouvert pour en laisser sortir un être complètement maigre. Assez surprise, ses yeux s'écarquillent un peu. Un sourire reste toujours présent sur ses lèvres, mais la jeune femme ne pensait pas avoir un jour devant elle, ce genre de phénomène. C'est même à se demander si cela lui arrive parfois de manger, tellement ses membres semblent fins. Il se déplace alors qu'elle le suit du regard, étant donné qu'il s'approche dangereusement d'elle pour que sa tête finisse... dans sa poitrine. Un léger sursaut l'envahit ainsi qu'une vague de dégoût : en plus de ne pas sentir la rose, cet être s'est permis d'embrasser les vêtements couvrant sa poitrine... Alors que ses mains semblent vouloir "essuyer", comme il le dit si bien, l'Esertari recule de quelques pas pour l'empêcher de faire ce qu'il veut.

Il finit d'ailleurs par jeter son dévolu sur Archibald, et plus principalement son nombril. Elle observe alors le blondinet remettre l'inconnu de là où il vient. Soupirant, la jeune femme observe de nouveau son chien comme pour oublier cette étrange mésaventure. Du tonneau, Archibald reprend à nouveau la parole pour.. quoi ? Se débarrasser du tonneau et son contenant ? Souriant, elle ne les quitte pas des yeux : le tonneau et le blondinet.

« J'ai plus important à faire que de m'occuper de lui... »

Pour aller avec ses paroles, un coup nerveux se fait entendre pas loin : la jument commence à s'impatienter dans le van. En même temps, c'est compréhensible vu toutes ces heures de voyage.

« Allons-y maintenant plutôt que plus tard. »

Aimée s'approche alors du jeune blond pour lui attraper le poignet, et le tirer gentiment pour revenir vers sa voiture.

« Tu viens Crapule, on rentre. Je vous laisse vous installer à l'avant. »

La chienne ne se fait pas prier, sa queue remuant l'air toute contente. A force de les utiliser, elle reconnait les mots "on rentre", ce qui explique cette joie. Les trois êtres se rapprochent alors rapidement de la voiture, alors qu'elle lâche finalement le poignet du jeune homme. Elle attrape alors les clés, ouvre le véhicule et la portière arrière afin de permettre à sa Crapule de prendre place. Cette dernière ne semble d'ailleurs pas vouloir y entrer.

« Allez Crapule, hop hop hop ! »

Tapotant sur les sièges arrières, et incitée par la voix de sa maîtresse, la chienne rentre finalement s'y installer. Aimée ferme alors la portière, avant de se mettre à l'avant de son véhicule et de mettre le contact, sans pour autant démarrer. Il lui faudrait déjà savoir où aller...

« Je vous laisse donc me guider vers la rue de la forêt. », lâche-t-elle en tournant la tête vers Archibald, un doux sourire aux lèvres.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Asura
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Dans le lit de Shallia
Métier :: Fan de Shallia
Pouvoir :: Le puant en puissance
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Mer 27 Avr - 9:39
« AAAAAAAAÎÎEEEEUH !!! Enfoiré d’sale p’tit fils de ta grand-mère l’oursonne !!! »

L’albinos s’était vite écarté du méchant binoclard, tenant sa main meurtrie comme si elle allait tomber. La douleur était si insupportable qu’il en tapait inconsciemment des pieds et que ses larmes coulaient sans arrêt. Si on lui laissait un peu de temps, il pourrait créer une flaque d’eau par ici… Quoique, c’était Leylans, fallait voir plus large, plus grand, plus énorme ! Il était extraordinaire ce mec alors il constituerait plutôt un lac ou, mieux : une nouvelle mer ! Ouaip, plutôt la dernière car les larmes étaient aussi salées que les gouttes dégueulasses où se mêlaient merde, pisse et sperme de l’océan. Bref, cette géniale idée de préméditation carrément faisable à part, l’Asura avait quand même gardé son sourire, bien qu’il semblait aussi crispé que le fessier d’un festif ondulant avec les mouvements d’un taureau en colère. Alors que l’albinos s’était relevé pour admirer une nouvelle fois le monde tourner, il fut repris par la blondinette au nombril poilu. Ah bêh, elle était plutôt forte celle-là ! Pas une ni deux, elle réussit à le faire pénétrer le tonneau une deuxième fois pour l’y enfermer sans aucune pitié.

« Attends, attends ! J’aime bien ça mais i m’faut une pause sinon je tiendrai pas… Mais non qu’est-ce j’raconte ?! Je suis Leylans le Magnifique, le Brave, le hyper-trop-badasse-de-sa-maman !! Vas-y meuf, fais-moi rouler rrrouler rouleeer ! »

Ses mots se répétaient en écho dans son petit baril bleu étroit et, ce dernier ayant son bouchon, peut-être que ses deux interlocuteurs ne l’avaient pas entendu. Baah !- t’façon, l’albinos était toujours partant, quelle qu’était la connerie à accomplir, qu’elle fût suicidaire, improductive ou inutile. Mais alors qu’il commençait à s’impatienter et à gigoter, n’entendant pas la réponse de la blondinette binoclarde qu’il n’avait vue que floue à cause de ses yeux dégueulasses, un cri extérieur se fit entendre, s’approchant à la hâte de l’endroit mais étant trop loin pour stopper la voiture pas encore démarrée.

« HEEE ! Y A UN GARÇON DANS CE TONNEAU ! VOUS SAVEZ S’IL VA BIEN ?! »

Comme quoi, les petits rigolos gardaient une part de responsabilité et s’inquiétaient tout de même pour les victimes de leurs bêtises et de leurs blagues pourries ! Après avoir vu que le tonneau prenait vraiment trop de vitesse et que la descente était réellement longue et menait à une maison à l’air aussi fragile qu’un bodybuildeur taulard tatoué, le mec du port avait décidé de courser le grand objet bleu pour tenter de le stopper. Mais franchement, entre la gravité et l’humain, nous étions tous du côté de la gravité, pas vrai ? Bref, toujours en courant, sa petite bedaine à binouze bougeant de droite à gauche selon ses pas, l’homme tentait désespérément d’atteindre l’albinos sans tomber à la renverse ou mourir à cause de son souffle trop rapide.

« Ah bêh, j’connais bien cette voix, c’est Jean-Simon ! »

D’un coup de pied toujours aussi bien porté, Leylans était encore sorti du tonneau pour regarder la masse informe qui courait vers eux. Comme un bourré, il se mit aussi à cavaler dans la direction de l’homme du port puis il s'arrêta (je vous conseille d’écouter le refrain de cette chanson pour profiter de ce moment romantique). Ils se regardèrent, se détaillèrent, se reluquèrent ! Aah… L’amitié virile, comme c’était beau…

Jusqu’à ce qu’une voiture freinât brusquement et bruyamment pour éviter d’écraser Leylans ! Ben ouais, on restait quand même sur une route dynamique !

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Etudiant
Pouvoir :: Manipulation des sentiments
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé] Mer 4 Mai - 19:01
Je suivais Aimée dans la voiture, m’installant rapidement. Avant même d’actionner le téléphone, j’indiquais la direction à suivre. Il était évident que la solution la plus rapide aurait été de passer pas la route principale, mais l’albinos y était encore à parlementer avec les marins. Autant dire qu’il avait mis un sacré bazar. Je frottais mon coude encore douloureux de mon contact avec le sol, espérant ne pas avoir tâché trop mes vêtements.

La voiture cahotait sur les pierres inégales de la chaussée du port, je réfléchissais aux raisons qui pouvaient pousser une jeune femme à emménager sur une île avec toute une ménagerie. Est-ce qu’elle cherchait un havre de paix ? Ou au contraire fuyait-elle quelqu’un ? Je n’eus pas le temps de me poser plus de questions qu’un klaxon retentissait à quelques mètres derrière. Le garçon de tout à l’heure venait de se faire quasiment renverser par une autre voiture. J’imaginais le conducteur prenant peur d’avoir blessé le jeune garçon tandis que celui-ci était vraisemblablement bourré. Comment pouvait-on être tombé dans l’alcool aussi jeune ? Je n’avais pas de réponse à cette question, mais à vrai dire, il y avait bien plus de questions que de réponses dans ma vie.

Je lançais l’application de GPS pour guider la jeune femme. « Prenez la prochaine à droite » dis-je d’un ton mécanique imitant celle du GPS. Tant qu’à faire, je pouvais la guider. La rue était une des plus larges du quartier, j’eus un pincement de cœur en voyant une petite ruelle sur la droite. C’était là que j’avais rencontré Lauraline. La voiture accéléra doucement et je regardais un peu plus ma voisine. Elle était assez jeune, les cheveux pâles, presque blancs. Je cherchais une trace de coloration à la racine, mais il n’y en avait pas. La teinture devait être fraiche. Je détournais rapidement le regard, essayant de guider Aimée. Le silence s’installa un moment puis je pris à nouveau la parole. « Comment êtes-vous arrivé à Yasashii Koji ? » dis-je rougissant à vue d’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Premiers pas à Yasashi Koji [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Yasashi Koji
» Yasashi Koji
» Yasashi Koji
» Yasashi Koji
» Yasashi Koji

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Asura :: Port-