AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

A la mémoire de nos pères (privé Sherlock Rechel) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Gemma
avatar
Age : 29

CV
Quartier d'habitation :: Gemma
Métier :: Mécanicienne/prostituée
Pouvoir :: Contrôle mental et sentiments
MessageSujet: A la mémoire de nos pères (privé Sherlock Rechel) [Terminé] Ven 6 Mai - 15:02
Cela faisait trois jours que Lauraline avait reçu un court SMS de l’Anglais chargé de retrouver la trace de son papa.

Sherlock Rechel a écrit:
« J'ai les infos, rendez-vous à « la sensation du bonheur » le mardi à 18h30. »

Trois jours à se demander si les nouvelles qu’elle allait recevoir étaient bonnes ou non. Bref trois jours à tourner en rond et à imaginer les pires hypothèses. Lorsque le fameux jour arriva enfin, elle se mit à compter les heures alors qu’elle servait les deux-trois clients qui étaient venu boire un café ce matin-là. Puis elle courut chez elle après avoir été libérée par son patron pour prendre une douche. C’est alors que le dilemme s’imposa à elle : « Comment devait-elle être habillée pour rencontrer Sherlock ? ». Elle se sentait bien plus à l’aise avec peu de vêtements mais elle savait qu’il n’aimerait pas ça. Elle choisit un compromis bien helvétique en enfilant une jupe rouge avec des motifs de crânes qui lui descendait juste au-dessus des genoux. Puis dessous, elle enfila le string le plus large qu’elle avait dans sa commode.
    «Euh c’est vrai qu’on est encore un peu en hiver, il risque de faire froid.», pensa la jeune femme. «Je vais voir si Lineth a des bas
La jeune femme en trouva rapidement et les enfila. Elle retourna ensuite dans sa chambre enfiler un soutien-gorge puis un T-shirt pro-URSS. L'après-midi était alors bien entamée mais il lui restait encore largement le temps de se rendre à l’heure au lieu de rendez-vous. Juste avant de sortir, elle enfila son éternel manteau et elle laissa un message pour expliquer à Lineth où elle était.

L
auraline marchait d’un bon pas dans la forêt, en continuant d’élaborer des hypothèses les plus farfelues les unes que les autres. Son papa était devenu soit acteur porno ou alors il était mort. Il pourrait être devenu chef d’une secte sexuelle dans le pire des cas. La Sexire était tellement prise dans ses pensées qu’elle ne remarqua presque pas son arrivée en ville et manqua plusieurs fois de foncer dans des passants qui durent s’écarter de son passage. Elle arriva finalement au lieu de rendez-vous avec seulement 5 minutes d’avance.

L’Anglais était déjà là, confortablement installé. Il semblait siroter un verre mais d’où elle était Lauraline n’arrivait pas à reconnaître son contenu car il tournait le dos. Sherlock était comme à son habitude super bien habillé de son costard noir et chemise blanche. Lorsque Lauraline arriva à sa hauteur, elle le salua chaleureusement et tenta de masquer son impatience. Si ce dernier se levait, elle lui ferait la bise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: A la mémoire de nos pères (privé Sherlock Rechel) [Terminé] Ven 6 Mai - 23:40
Allumer. Code. Messagerie. Taper : ‘J'ai les infos, rendez-vous à ‘‘la sensation du bonheur’’ ce mardi à 18h30’. Envoyer. Distribué.

Sherlock était posé dans son canapé rouge, le sien, son préféré… Quand il avait des clients, il laissait toujours le vert alors qu’ils sont en tous points identiques. L’autre ne lui va pas au teint, va-t-on dire. Un feu crépitant créait des ombres vacillantes sur les murs alors qu’il rangea son portable dans la poche intérieure de sa veste. Son visage était entièrement fermé. Il avait longtemps hésité mais cette option lui laissait le plus de choix : il avait maintenant trois jours pour fignoler son plan.

Le jour J, comme tous les jours depuis quelques temps, le trentenaire alla à ce bar. Belle trouvaille : un cadre classieux, des musiques intéressantes et des gens d’une gentillesse à toute épreuve. Il était à quelques pas de chez lui, quasiment à cheval entre le quartier Sexire, Capien et Humain. Cependant, c’était bien des non Mythes qui géraient ce modeste lieu. Pendant ces dernières semaines, il avait sympathisé avec les serveurs, aussi bien mâles que femelles, étant lui-même un collègue de temps en temps par sa musicalité. Cette enseigne était pour lui une zone qui lui était dédiée : les gens le connaissent (pas forcément sous son vrai aspect mais passons), il y ramenait ses clients du jour, vivait en temps que violoniste la nuit… Enfin, les occupants cernaient grossièrement le personnage sans en avoir réellement vu les traits.

Bref, tout ça pour dire qu’il s’y rendit, le sourire aux lèvres. Enfin, son masque sur le visage plutôt. L’Anglais salua tout le monde et se posa dans le coin détente : quatre canapés étaient disposés en rond et en leur centre, une table basse, ronde elle aussi. Caty vint vers lui automatiquement :
    « - La même chose que d’habitude ? Ou quelque chose de plus fort ? T’as vraiment une sale tête aujourd’hui…
    - Je vais voir une cliente que je n’apprécie pas trop. Et je te serais reconnaissant de…
    - Je sais. J’ai pris mon tour exprès.
    - Tu es parfaite.
    - Moins que toi. Sinon, t’as pas répondu.
    - As usual. » Finit-il dans un sourire.

Son regard gris se posa sur l’horloge murale : 18h20… Encore dix minutes à attendre. Il sortit son téléphone de sa poche, le regarda sans en activer son écran. Ses lèvres se serrèrent et son attention se perdit dans le vide… jusqu’à ce que la serveuse revienne et dépose son verre sur la table en bois.
    « Merci. »

Les prochaines minutes passèrent vite et finalement, elle arriva. Spontanément, Sherlock se leva pour la saluer mais, quand il comprit qu’elle voulait lui faire la bise (quoi de plus français !) il se recula un peu et lui tendit la main, les yeux dans les siens, clair sur ses intentions. Remise en place bien froide mais nécessaire : il n’était pas son ami, ni son amant ni quoique se soit d’autre. Elle fut bien déçue.
    « - Miss Larsson. Blanc. Puis-je vous débarrasser de votre manteau ?
    - Euh pourquoi pas. » Dit-elle avec un grand sourire

Le gentleman récupéra son long duvet et lui proposa un canapé. La brunette prit celui à côté de lui.
    « - Je n’ai pas eu la courtoisie de vous attendre pour commander. Puis-je vous offrir quelque chose ?
    - Un gin tonique s’il te plaît. »

Entendu, il héla la serveuse en faisant écho à ce que sa cliente voulait. Caty eut un sourire en coin qui voulait dire « Je t’avais dit qu’il te fallait plus fort. ». Amusé, Sherlock fit un signe des yeux pour dire que ce n’était pas pour lui mais pour la demoiselle : elle sembla étonnée mais partit promptement. Le Sexire avait sa boisson verte en face de lui, elle faisait bien piètre mesure à côté de l’alcool fort qui arrivait. Sa compagne de soirée semblait stressée… Non, impatiente plutôt. Mais malgré cela, elle garda le silence, attendant que son employé prenne la parole en premier. Celui-ci prit un temps infini pour prendre une gorgée de son diabolo menthe. Quand il posa son verre sur le couvre-table, il entama enfin :
    « - Parlons bien mais parlons peu. J’ai ce que vous désirez. Mais avant cela, je veux m’assurer d’un détail…
    - Je t'écoute. Dit-elle, peu rassurée.
    - Je ne suis pas un homme avide, et encore moins proche de ses biens. Cependant, je voudrais fixer le prix de tout ceci avant de vous délivrer les informations.
    - Je ne vois pas de raison à m'y opposer. Comme elle était visible cette l'envie de lui crier de cracher le morceau ! Il s’en amusa.
    - Vous n’avez pas les moyens et je ne souhaite pas d’argent. Ma requête est simple. Il laissa un silence et vrilla son regard givré dans le vert de sa partenaire. Ne plus jamais vous revoir. »

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Gemma
avatar
Age : 29

CV
Quartier d'habitation :: Gemma
Métier :: Mécanicienne/prostituée
Pouvoir :: Contrôle mental et sentiments
MessageSujet: Re: A la mémoire de nos pères (privé Sherlock Rechel) [Terminé] Jeu 12 Mai - 19:01
Pour Lauraline la soirée commença bien mal lorsque que ce goujat d’Anglais lui refusa de lui faire la bise et lui tendit la main à la place. Elle trouva ce geste d’une impolitesse crasse mais ne fit rien paraitre et la lui serra mollement. Elle dut se retenir de le gifler. «Bordel, ce n’est quand même pas comme si je voulais t’embrasser … euh enfin pas maintenant.» rumina intérieurement la Sexire tout en gardant un sourire de façade.

Ignorant volontairement la déception de la jeune femme, Sherlock donna ensuite l’impression de vouloir préserver son image de marque lorsqu’il prit l’initiative de lui retirer son manteau. «On parie combien qu’il va encore me trouver vulgaire alors que j’ai fait un effort de mettre plusieurs couches ? Ce n’est pas très agréable d’ailleurs, ça démange. Pas l’habitude de ces trucs là … houps j’espère qu’il ne lit pas dans les pensées.» pensa la jeune femme en essayant de faire le vide dans sa tête sans grand succès. Il faut dire que pleins d’hypothèses se bousculaient dans sa tête. Le gentleman de pacotille l’invita finalement à s’assoir et elle choisit le fauteuil le plus proche du sien. Elle voulait bien être gentille un moment mais il y avait des limites. Sherlock lui demanda si elle voulait boire quelque chose et il lui commanda un gin tonic comme elle lui avait demandé.

Lorsque la serveuse lui tendit son verre, Lauraline le posa directement sur la table sans y toucher. La jeune femme voulait garder les idées claires, au moins au début lorsque les négociations seraient sérieuses. Les minutes filaient et les mots étaient rares. Elle n’aimait d’ailleurs pas trop la tournure que prenait la discussion qui venait enfin de s’entamer. Elle avait vraiment l’impression qu’elle n’allait pas sortir gagnante mais elle voulait cependant rester confiante.

Lorsque le prix de l’Anglais tomba, elle n’eut qu’une envie : prendre son verre et le boire cul-sec. Ce n’est que grâce à un énorme travail sur elle-même que la Sexire réussit à conserver son calme et ne pas se réfugier dans la boisson. Elle balaya la pièce du regard afin de ne pas avoir à soutenir son regard glacial. Elle apprécia l’ambiance du bar presque intimiste avec ses six tables et son bar rempli de diverses bouteilles. Lorsqu’elle revient sur le regard glacé de l’Anglais, elle était sereine.
    «Je crains que je me dois de refuser votre offre, je préfère nettement payer cash et surtout j’imagine avoir nettement plus de moyen que vous le pensez. De plus, si vos renseignements ne me mènent pas à mon papa, j’aurai certainement besoin de vous à nouveau. Je sais que nous sommes partis sur des mauvaises bases mais il doit être possible de se supporter au moins au niveau professionnel.»
Attendant la réponse de Sherlock, la jeune femme resta assise dans son fauteuil, se tenant le plus dignement possible et ignorant encore et toujours ce verre qui lui tendait les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: A la mémoire de nos pères (privé Sherlock Rechel) [Terminé] Lun 16 Mai - 18:40
L’annonce eut l’effet escompté : elle se décomposa devant lui et chercha dans cette pièce quelque chose pour lui redonner consistance. Cependant, contrairement aux dernières fois, la Sexire se contrôla, ravalant ses pulsions parfois imprévisibles et répondit avec franchise et calme. D’une certaine façon, cela surprit Sherlock. Mais ça ne changea en rien ses plans : c’était bien la réponse qu’il attendait. Un silence s’étira entre les deux protagonistes malgré le contact visuel. Soudainement, il gloussa et un magnifique sourire se dessina sur son visage malicieux. Le violoniste se releva nonchalamment et conclut simplement :
    « Très bien, bonne soirée à vous Mlle Larsson. »

Et il commença à s'approcher du porte-manteau. La prostituée suivait le gentleman du regard, luttant pour rester de marbre. Peut-être que ses mains crispées sur les accoudoirs en étaient la démonstration ?
    « Dois-je prendre cela pour un non ? Et si je vous proposais 10 000 euros ? »

Le Sexire noua son écharpe bleue autour de son cou sans être ralenti par la proposition de la brunette :
    « - Il y a une saison, vous me disiez ne pas avoir de moyen, que nous devrions nous arranger et soudainement, vous avez de quoi faire ? J'aurais dû m'en douter, vous portez des vêtements aujourd'hui. Fit-il cynique
    - J'ai des ressources mon cher, que vous n'approuvez pas, mais je n'en ai cure. Contrairement à vous, on paye cher, très cher pour passer un moment en ma compagnie. Fit-elle plus tendue.
    - Et je devrais m'enorgueillir car vous me désirez ? Continua-t-il en soulevant un sourcil moqueur. Il prit en main son manteau.
    - Je ne pense pas, tu n'es pas comme ces simples d'esprits, tu t'enorgueillis de ton intelligence et de ton esprit de déduction. J'en ai besoin alors s'il te plait reste. Demanda-t-elle alors qu’il enfilait son manteau.
    - Vous savez ce que je souhaite. À vous de me faire rester... et personne n'est indispensable Mlle Larsson. Répliqua-t-il avec une légère pointe d'amertume dans sa dernière phrase. Il commença à faire quelques pas.
    - Est-ce que votre offre est négociable ?
    - Peu.
    - Vous êtes vraiment une… Commença-t-elle.
    - Dois-je en déduire qu'il n'y aura pas de négociations ?
    - Si, négociation il aura. L’homme stoppa son départ, attendant la suite. De un, j'aimerai savoir pourquoi vous me fuyez à ce point. Je vous fais peur à ce point ?
    - Isn't that obvious..? Dit-il, un sourire en coin, puis soudainement son visage reprit son sérieux presque menaçant. Vous me dégoûtez. Vous représentez tous ce contre quoi je lutte. Et vos envies ne sont pas miennes.
    - J'ai changé et mes envies également. »

Sherlock la dévisagea, cherchant à voir si elle mentait ou non. Et effectivement, elle était sérieuse. Cela désarçonna quelque peu notre protagoniste : si plus tôt les réactions de la jeune femme étaient celles espérées, elle renversait la donne à cet instant précis : cela apportait de l'eau à son moulin et de la force aux dires de la demoiselle. Mais cela ne voulait pas dire qu’il baissait sa garde. Méfiant, il revint doucement vers les fauteuils en rouvrant son manteau.
    « - Je ne veux pas de cet argent qui me rebute. Disons... d'un commun accord, que vous me devrez quelque chose qui sera décidé en temps et en heure. Une faveur en quelque sorte.
    - Est-ce que je peux en savoir un peu plus ? Je peux risquer ma vie ? Est-ce que c'est criminel ?
    - Cela dépend, êtes-vous capable de vous mettre en danger pour moi ? Croyez-vous assez en moi pour obéir à mes ordres aveuglément ?
    - Oui, je pense que je peux me mettre en danger pour toi.
    - Voilà votre réponse. Deal ? Il lui tend la main pour apporter de la force à ce contrat oral.
    - Deal. »

Ils échangèrent une poignée de main vigoureuse et entendue.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Gemma
avatar
Age : 29

CV
Quartier d'habitation :: Gemma
Métier :: Mécanicienne/prostituée
Pouvoir :: Contrôle mental et sentiments
MessageSujet: Re: A la mémoire de nos pères (privé Sherlock Rechel) [Terminé] Mer 25 Mai - 22:35
Soudainement, alors qu’ils se seraient la main, Lauraline eut l’impression de quitter son corps. C’était comme si son esprit flottait à quelques mètres du sol. Après quelques secondes, le monde se mit à tourner alors qu’elle s’éloignait de plus en plus de la Terre. De plus en plus vite, puis tellement rapidement que la Sexire ne voyait plus que des grandes traînées de couleurs. Elle était alors complètement paniquée.

Soudainement, elle aperçut comme un gigantesque mur complètement noir à l’horizon. Tellement grand qu’il ne semblait ne pas avoir de fin et donnait l’impression de se rapprocher à très grand vitesse. Juste avant l’impact, la jeune femme hurla et se fut comme si toutes lumières s’éteignirent d’un seul coup. Elle perdit alors la notion du temps et lorsque le mur repartit en arrière, elle était complètement perdue et ne savait pas ce qu’il lui arrivait. Lauraline avait peur de ce qu’il lui arrivait.

Le processus semblait alors comme s’inverser, elle retombait sur terre puis elle vit finalement le phare de l’Exilé se rapprocher de plus en plus. Pourquoi ici plutôt qu’ailleurs elle n’en avait aucune idée. Alors qu’elle pensait à nouveau s’écraser contre le mur, elle le traversa sans dommage. Elle flotta alors à travers des escaliers s’enfonçant dans la terre. N’apercevant personne, elle se demandait si le monde où elle était arrivée elle ne savait comment, était une version inhabitée de la terre. La peur qui l’avait prise à la gorge se transformait peu à peu en curiosité.

Mais lorsqu’elle arriva au 6ème sous-sol, elle entra finalement dans une cellule et elle vit un homme dans un état lamentable. Il semblait cracher ses poumons et n’avoir plus longtemps à vivre. Une écume sanguinolente à demi coagulée sortait de sa bouche. Alors qu’elle lui tournait autour en flottant, elle constata qu’il s’agissait d’un Sexire. Mais alors qu’il semblait rendre son dernier souffle, il se mit à vieillir de manière accélérée mais également guérir en même temps.

Après un temps indéterminé, un deuxième homme entra dans la pièce et menaça le premier. C’est qu’à cet instant que Lauraline put croiser pour la première fois ce regard si particulier, ce regard bleu à vous glacer le sang. « Sherlock mais … mais que t’est-il arrivé ? Dans quel guêpier tu t’es fourré ?».

Alors que Lauraline s’interrogeait sur la situation de son enquêteur préféré, l’Oracle en personne intervint, renvoyant l’homme. Alors qu’elle voulait en savoir plus, Lauraline sentit alors son esprit repartir en direction du ciel la frustrant énormément. Elle fonça en direction du soleil puis juste avant d’entrer en collision, elle se retrouva en train de serrer la main de l’Anglais.

Un simple « WOUAAAAH le délire » sortit de la bouche de la belle brune. L’Anglais la regarda alors avec un regard suspicieux et retira sa main.
    «Qu’as-tu vu … ?»
Lauraline regarda aux alentours que personne ne puisse entendre ce qu’elle allait dire puis elle se pencha vers l’oreille de Sherlock puis chuchota :
    «Tu ne vas pas me croire mais …»
Et elle lui raconta en détails toute l’histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Maire Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: A la mémoire de nos pères (privé Sherlock Rechel) [Terminé] Jeu 26 Mai - 0:33
Comm… pourq… What ?! Trop de questions se télescopèrent dans son cerveau hyperactif. Interdit, Sherlock la regarda, méfiant.
    « En es-tu sûre..? Sûre que c’était... moi ? À l'Exilé ? »

Plus ou moins discrètement, le violoniste lança un regard furtif vers le verre qu'elle avait laissé pourtant intact... Avait-elle bu avant ? Pris des substances pour la calmer et ainsi avoir des hallucinations ? Se droguer ? Car oui, dans le passé ses comportements étaient bien trop binaires pour qu’ils soient si banalisés maintenant. Pourtant, elle n’avait pas le profil d’une addict…
    « - Je te le promets et on peut aller faire un test sanguin car je n'ai rien bu ou pris qui pourrait expliquer ces visions. Comme quoi son fugace regard ne le fut pas …
    - Je n'y ai jamais été... Et encore moins en parjure.
    - J'ai besoin de m'assoir… »

Lauraline semblait mal au point, livide mais à la fois remplie d’une chaleur obnubilant. L’enquêteur de fortune la regarda s’installer dans son canapé, visiblement touchée par ce qu'elle venait de voir... Pouvait-il la croire ? Devait-il la croire ? Elle qui cherchait par tous les moyens de le piéger précédemment… Une ruse ? Provoquer de la peur en lui ? Rester auprès d’elle pour réitérer l’expérience ? Faire qu’il lui demande encore plus de détails ? En échange de quelque chose ?
    « Caty ! De l'eau fraîche s'il te plait. » Commanda-t-il promptement.

Lui-même se posa dans en face d’elle, troublé, regardant la demoiselle avec intensité... Malgré toutes ses visites, il n’avait que traîné autour de l’Exilé, dans ses ruelles mais jamais à l’intérieur et encore moins dans une cellule au bord de la mort. Si ce n'était du passé... Serait-ce..?
    « - As-tu déjà eu des visions du... futur ?
    - Non non enfin, je ne crois pas. En tout cas jamais comme ça, jamais aussi précis. »

La serveuse arriva avec une cruche d'eau et deux verres, sans attendre, le gentleman servit et le tendit à la demoiselle.
    « - Calme-toi. Rien ne nous dit que cela se... réalisera… Est-ce que tes visions sont justes ?
    - Dans le passé, je ne me suis encore jamais trompée mais pour le futur… Si c'est bien ce que j'ai vu je ne peux rien garantir.
    - Donc tu es en train de me dire qu'il n'y a aucune certitude..?
    - Pour le moment non, c'est la première fois que cela m'arrive. Avec le passé c'est relativement facile de vérifier. Pour le future c'est moins évident… »

Pendant les prochaines minutes, Sherlock se perdit dans un silence lourd, scrutant la demoiselle... La croire ? Ne pas la croire ? Trop de questions s’emmêlaient, trop de réponses manquantes, trop d’incertitudes… Que lui voudrait l’Exilé ? Peut-être avec cette affaire de femme-chat et de voleur blanc… Comment pourraient-ils être au courant ? Ou ces Russes ? Le coup qu’il avait fait au SDF ? La frustration aggravait son humeur tranchante… Quand le gentleman daigna de nouveau à bouger, il chercha dans sa poche intérieure son téléphone. Il le déverrouilla et afficha un Sms avec un numéro non enregistré. Puis il le tendit à sa cliente.
    « L'adresse que vous vouliez. »

La jeune femme fut bouche bée à tel point que des larmes embrumèrent ses yeux. Le choc de la vision plus cette nouvelle devaient avoir raison de ses barrières émotionnelles… Comme quoi, rien n’est imprenable.
    « - Mer-merci beaucoup.
    - Retenez-la bien. » Dit-il en quémandant son portable d'une paume ouverte.

Dès qu’elle le lui rendit, Mr.Rechel rangea son Smartphone à sa place. Derrière son calme stoïque, son cerveau ne cessait de passer à la moulinette ce qui venait d’être dit.
    « - Si un jour une de vision s'avère juste, prévenez moi. Silence. Si vous n'avez à présent plus besoin de moi, je me permets de me retirer.
    - Oui ... d'accord ... à la prochaine. » Fit-elle absente.

Le trentenaire vida d'une traite son verre et alla payer au bar sa consommation et celle de sa compatriote. Finalement cette transaction se terminait étrangement facilement. Lui qui avait élaboré tant de plans pour ne pas à avoir à subir ce pouvoir… Le voilà qui se prenait un revers fort déstabilisant.
    « Ça va Sherlock ? T'as l'air encore plus mal... »

Sans répondre, il quitta l'établissement. Juste après que l’homme à l’écharpe bleue soit sorti du bar, Lauraline vida d'un coup son verre et en recommanda plusieurs jusqu'à finir ivre morte.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A la mémoire de nos pères (privé Sherlock Rechel) [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

A la mémoire de nos pères (privé Sherlock Rechel) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un "léger" problème [Rp privé Amy/Will] [Terminé]
» Nouvelle déception [Rp privé Edge/Amy] (Terminé (avec suite ailleurs))
» Frère et soeur [privé : Ayou Haven ][Terminé]
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective
» Nouvelle structure de la Partie Privée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Humain & Védin :: Yasashi Koji-