AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Après la guerre... la choupititude [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Après la guerre... la choupititude [terminé] Dim 22 Mai - 19:51
Lineth venait de quitter sa maison, équipée d'une tenue confortable pour la marche. Elle tenait à la main un panier en osier qu'elle comptait bien remplir de plantes et champignons divers nécessaire a ses concoctions et décoctions. Elle cherchait principalement de la menthe, elle désirait se faire une tisane. Elle n'avait pas pris la peine de prendre sa forme humaine, elle savait qu'elle ne craignait rien ici. La forêt était un lieu sûr, on y croisait assez peu d'humains. Elle savait bien qu'Etheria n'approuvait pas de la voir se balader ainsi, sous cette forme qui la rendait tellement peu discrète mais elle affectionnait cette forme en forêt, elle lui permettait de se déplacer plus rapidement, de monter aux arbres... Tellement plus pratique qu'un corps totalement humain.

Elle s'arrêta devant un premier plan de menthe qu'elle déposa avec délicatesse dans le fond du panier. Un inconnu se serait sûrement demandé pourquoi elle prenait dans de soin dans la réalisation de ce geste. Il y avait pour elle une raison, on ne pouvait obtenir des extraits de plantes parfaits qu'en prenant soin d'eux. Réalité ou superstition ? Allez savoir. Le panier commençait à se remplir de plus en plus, elle avait pris soin également de prendre quelques pousses de moutarde et non les graines, elle pourrait ainsi en manger en salade pour le repas du soir. Elle déposa son panier au sol, serpentant le long d'un arbre afin d'aller cueillir quelques pommes sauvages. Elle pourrait ainsi faire de la compote pour les tartines du matin.

Mine de rien, la forêt regorgeait de matières premières bien indispensable qui la dispensait d'aller faire les courses. La seule chose qu'elle regrettait, c'était l'impossibilité de trouver des pastèques dans cette forêt. Enfin, ce n'était pas grave, Etheria connaissait son péché mignon pour ceux-ci et se faisait un grand plaisir de lui en ramener à chaque fois qu'elle allait aux courses. Cette fameuse pastèque lui rappela sa première rencontre avec Justice qu'elle n'avait pas vu depuis bien longtemps. Qu'était-elle donc devenue ? Elle était la seule humaine avec qui elle entretenait un contact. Elle devrait lui téléphoner dans les jours qui viennent... Il n'y a rien de pire que de perdre contact avec les personnes que l'on apprécie. Elle le ferait donc sans faute.

Comme à son habitude, elle avait pris l'habitude de sonder la forêt, elle s'était rendue compte récemment qu'elle arrivait à faire comme les serpents, sonder la température des choses qui l'entouraient. Tout avait l'air normal, elle sentait la chaleur des animaux qui volaient autour d'elle, de blaireau qui copulaient... encore, c'était vraiment une habitude chez cette espèce. Quelque chose d'étrange qu'elle n'avait jamais senti par le passé l'interpella, quelque chose émanait d'une chaleur qu'elle n'avait jamais encore rencontré, entre le végétal et l'humain, cela n'avait aucun sens. Un Morany végétal ? Elle n'en avait jamais entendu parler jusqu'à présent. Elle étudia son mouvement, il semblait se déplacer mais comme un animal blessé, tanguant légèrement lors de ses mouvements. Il devait-être en difficulté, elle ne voyait que cela...

Sans une once de peur ni de bon sens, elle reprit son panier et à tout hâte pris la direction de celui-ci, elle devait porter secours à cet être quoi qu'il fut. La jeune femme avait un coeur d'ange sous son armure d'écaille. Elle déboucha donc devant un homme mi-humain mi-plante. D'après la branche qui dépassait de son crâne, un If visiblement. D'une voix douce et calme sans la moindre once de méchanceté, elle prit la parole tout en débouchant d'entre deux arbres.

Attendez, Attendez... Vous devez-être blessé, je le sens à votre façon de vous mouvoir, je suis là pour vous aider, n'ayez crainte. J'ai quelques bases en médecine qui pourraient vous-être utile.

Elle arborait un sourire radieux, un regard tout choupi comme certaines personnes le décrirait. Elle était là, attendant la réaction de celui qui lui faisait face.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Lun 23 Mai - 10:27
    Il avait réchappé. A quoi déjà ? La mort ? Ou bien la torture, l’interrogation et la souffrance à perpétuité ? Il avait réchappé aux explosifs, aux missiles et aux boules de feu. Un torrent de flammes qui aurait eu raison de n’importe quelle forêt. Une troupe d’agents contre lui tout seul. Et pourtant, le vétéran de guerre était encore en vie, ce qu’on ne pouvait dire de tout le monde. Les Humains avaient bien fait leur travail en créant les Védins la première fois. Le but premier de leur création semblait être respecté : des tueurs efficaces de mythes. Bien qu’en ce moment précis, Ifaël se retrouve plus dans la posture de la proie que du chasseur.

    Blessé et harassé, où pouvait-il bien se rendre ? Helena ? C’est une Asura qui était certes sympathique, mais une Asura malgré tout. Justice ? Elle n’avait rien fait quand il lui avait envoyé un message, aucune manifestation, et il y avait l’ennemi au sein même de la gendarmerie. Pouvait-il encore lui faire confiance ? Peut-être, car il est possible qu’on l’ait simplement empêchée d’agir. Peut-être. Pas sûr.

    Alors, il n’y avait que la forêt, son berceau ces trois derniers siècles, son refuge. Le vieil homme marchait en tenant son bâton des deux mains, y mettant plaçant beaucoup de poids. Sa vitesse avait drastiquement diminuée par rapport au début, du quartier des Védins jusqu’à la forêt des Moranys. Et bien que le voilà « chez lui », en quelque sorte, il continuait d’avancer, ne se sentant pas en sécurité près de la bordure. Il devait mettre le plus de distance entre lui et la lisière avant de pouvoir devenir un if et se reposer enfin. Récupérer surtout. Sa respiration était lourde, saccadée comme celle d’un vieil homme qui avait trop marché, perdant encore de son souffle à chaque pas. Ses bras étaient meurtris par les flammes. Ifaël avait pu se soigner suffisamment pour que sa vie n’en soit pas menacée, mais pas assez pour tout effacer. Il en gardera ces marques dont l’odeur de la chaire calcinée commence à peine à se dissiper. Des bras fébriles qui serraient le bâton comme si c’était là la dernière chose qu’ils feraient de leur vie, et des pieds en sang après avoir foulé si longtemps la terre civilisée des hommes.

    C’est à ce moment-là qu’une femme serpent fit irruption. Bien qu’elle fût sympathique au premier abord, le sang du vieil homme ne fit qu’un tour. Une Morany ! La pire espèce des mythes, car elle peut vous amener chez l’ennemi. Le corps du Védin nu était déjà recouvert d’une couche d’écorce, hormis ses bras qu’il prit soin de recouvrir à présent. Il tendit alors son bâton en direction du buste de l’inconnue tandis que le bout de son arme improvisée se changea en pointe. Le bâton devint un javelot. Courbé en avant, Ifaël se tenait sur ses gardes mais n’agit point encore. Il prit simplement la parole.

    « Mes blessures ne viennent pas d’accidents, ni de moi-même. Alors pourquoi devrais-je vous faire confiance ? »

    Serait-ce possible qu’elle ne soit pas au courant de ce qui lui était arrivé ? Peut-être, car il n’avait pas vu de Morany parmi les agents. Mais les avait-il tous vus ?

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Mar 7 Juin - 21:57
L'homme plante qui lui faisait face semblait sur ses gardes, elle le compris lorsque le bâton qu'il tenait en main se changea en pointe. L'objet était dirigé vers sa poitrine, il semblait méfiant vis à vis d'elle. Mais pour qu'elle raison, elle n'avait pourtant pas fait de gestes agressifs, son ton de voix ne devait pas être cassant, effrayant ou pouvant instiller la peur. Elle ne comprenait pas trop, elle finit par comprendre que celui à qui elle s'adressait s'avérait-être une forme de fugitif vu qu'il avait été blessé par autrui. De quel côté pouvait-on le classer ? Gentil ? Méchant ? Enfin, si une vision aussi manichéiste des choses pouvait exister. Après tout n'était que nuance mais elle n'avait pas le temps de penser à cela. Elle devait prouver à son interlocuteur qu'elle n'était pas une menace pour lui mais une bénédiction. Une personne qui allait le retaper pour peu qu'il en eusse réellement besoin.

Elle savait, enfin, espérait connaître la solution. elle fit comme les animaux qui souhaitent montrer une forme de soumission envers un être qu'ils jugent supérieur à eux. Elle se courba en avant, baissant la tête, se montrant à la merci de celui qui lui faisait face. Elle ne le voyait pas réellement, rien n'aurait été plus facile que de profiter de ce moment pour tenter de la tuer, tête courbée en direction du sol.

Je vous promets que vous pouvez me faire confiance. Je ne saurais vous dire pourquoi vous devriez me croire. je ne sais pas non plus trop quoi faire pour prouver ma bonne foie. Je vous propose donc de me dire ce que je pourrais faire pour vous le prouver. J'ai sur moi quelques plantes qui peuvent atténuer la douleur, vous remettre sur pied également. Je ne peux pas vous forcer à me faire confiance, nous ne nous connaissons pas après tout mais je sais que tout comme moi, vous appréciez tout particulièrement cette forêt. je ne saurais l'expliquer mais je le ressens au fond de moi. Vous semblez tourmentés par quelque chose, désirez-vous en parlez ?

La voix de la jeune femme resta calme tout du long, ne semblant pas contenir la moindre once de méchanceté mais l'homme arbre sera-t-il sensible à la choupitude qui exhale du corps de la jeune femme ? Nous serons bientôt fixé. L'épée de Damoclès se trouvant au dessus de la jeune femme sans même qu'elle n'en ai conscience. Folie, naïveté ou ignorance, allez savoir par qu'elle force le corps de la serpentine est mue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Mer 8 Juin - 10:36
    Une promesse. Voilà son argument. Mais que valaient sa parole et son honneur ? Le Védin ne la connaissait pas et la rencontrait pour la première fois. La moindre erreur de sa part pourrait provoquer sa mort. Etait-il prêt à encourir le risque ?

    La femme serpent exposa entièrement son corps et sa vie au vieil homme. De l’insouciance ou une trop grande assurance ? Il se le demandait. Devait-il lui donner la mort, comme il l’avait fait une heure auparavant avec plusieurs autres mythes chargés de l’éliminer ? Alors, il n’avait fait que se défendre. Mais par le passé, c’était eux les prédateurs, les chasseurs. Qu’était-il aujourd’hui ? Une simple proie qui se savait en danger, sur le qui-vive, et qui a su démontré sa dangerosité également.

    La croisade devait-elle reprendre, ou bien ce monde avait-il changé ? A en juger par ses nombreuses brûlures, ça n’était pas le cas. Pourtant, il ne pouvait retourner en guerre dans cet état. Pas immédiatement tout du moins.

    Ifaël libéra une de ses mains afin de créer un carreau d’arbalète robuste qu’il lança aux pieds, ou à la queue, de la demoiselle.

    « Pour me prouver votre bonne foi, vous devrez vous ouvrir la main avec ceci, et apposer les mêmes plantes que vous voulez m’appliquer sur vos propres blessures. Alors je pourrais vous faire confiance. »

    Comment la Morany allait-elle réagir ? Indignée, irascible, éhontée ? Seul un fou accepterait la proposition du vieil homme, et il le savait. Pourtant, il s’agissait de la meilleure manière de le convaincre malgré tout.

    « Si vous n’en êtes pas capable, je vous suggère de partir et de ne plus revenir, sans quoi je ne pourrais garantir votre sécurité. »

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Jeu 23 Juin - 11:11
Elle regardait l'homme arbre qui lui faisait face, décollant un petit peu son visage du sol. Il semblerait que malgré la position de soumission qu'elle avait prise, elle ne l'avait pas convaincu, c'est tout du moins ce qu'elle était capable de déchiffrer. Il restait sérieux et sur ses gardes. Il avait tellement peu confiance qu'il alla jusqu'à lui proposer de se blesser à partir d'une flèche faite de bois d'If qu'il laissa choir au sol.

Lineth n'était pas rassurée, elle frissonna légèrement, il n'y avait aucune trace de cet effet indésirable sur ses écailles mais la partie humaine de son corps la trahissait allégrement. Elle avait peur mais à juste raison, les baies de celui-ci sont toxiques pour cause, la présence d'une substance appelée taxus qui peut provoquer la mort par dysfonctionnement cardiaque. Lineth avait déjà utilisé des extraits d'If afin de concocter des remèdes contre le cancer. Ses connaissances en botaniques ressemblaient à une mine de savoir...

Je veux bien vous faire confi...confiance mais je sais très bien que l'If est un arbuste qui est un poison pour l'être humain. Je...Je ne suis pas suicidaire, je ne me couperai avec celui-ci qu'à une seule et unique condition, c'est que vous me juriez que votre flèche n'est pas gorgée de substance qui pourrait me conduire directement au boulevard des allongés. Surtout qu'en prime, je ne possède pas ce qu'il faut sur moi pour pouvoir me soigner... J'ai ce qu'il faut sur moi et autour de moi pour atténuer vos souffrances et vous aider à cicatriser par contre. J'ai une autre méthode pour faire disparaître vos douleurs mais je ne pense que vous me fassiez assez confiance pour m'y autoriser.

La Morany était suspendue aux lèvres du Vedin, attendant le verdict, elle se pencha en avant, prenant la flèche en main en faisant attention de ne pas s'entailler avec celle-ci. Elle était morte de trouille car après tout, elle mettait sa vie en jeu pour un inconnu méfiant et potentiellement hostile. Elle ne pouvait par contre pas se résigner à le laisser dans un tel état. Elle avait tué récemment et cela laissait en elle des traces indélébiles même si cette personne avait attenté à sa vie, elle n'aurait pas du le faire, elle regrettait ce geste. Elle ne tuerait plus, elle avait pris cette décision en connaissance de cause, elle s'y était résignée. Elle espérait en soignant l'homme If trouver un chemin vers la rédemption et le calme de son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Jeu 23 Juin - 22:22
    Le vieil homme soupira devant la bêtise de la femme serpent. Elle le ferait s’il jurait ? Qu’est-ce qui l’empêcherait de mentir pour obtenir ce qu’il désirait ? Absolument rien du tout. Les serpents avaient-ils la même cervelle que les moineaux ? Mais surtout, il y avait un autre argument jouant contre sa proposition et qui aurait déjà dû lui fournir la réponse.

    « Si j’avais voulu vous empoisonner, il m’aurait suffi d’avancer un peu mon bâton pour vous égratigner la peau. J’aurais déjà pu vous tuer, alors pourquoi passerais-je par un subterfuge pareil uniquement pour vous octroyer un poison ? C’est insensé. »

    Et pourtant, elle ne devait la vie qu’à sa bêtise. Proposer de l’aide à un Védin blessé sans même en chercher la raison. Peut-être était-ce une occasion de glaner quelques informations ?

    « Vous me donnez simplement envie d’ajouter du poison en me demandant cela. Et non, je ne veux pas de vos méthodes magiques, car je ne sais ce que vous me ferez. Alors, avez-vous enfin décidé ? Je n’ai pas tout mon temps. »

    En effet, Ifaël voulait s’enfoncer le plus loin possible dans la forêt. Plus il y pénétrait profondément, plus il se sentait en sécurité. Là, au milieu de tous ces arbres, il lui suffirait alors d’arborer le même aspect que ses congénères pour ne pas être remarqué. Mais cette fois, il n’hibernera pas plusieurs siècles durant. Cette fois, il se mettra à agir.

    « D’où viens-tu ? »

    Les Morany viennent-ils de la ville, de la forêt, ou d’autre part sur l’île ? Elle, elle devait être une Morany banale pour se promener là, toute seule. Sa vie avait-elle une quelconque valeur pour les siens ?

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Sam 25 Juin - 10:30
Son interlocuteur expliquait qu'il aurait déjà pu la tuer si il le désirait mais heureusement pour elle, il ne l'avait pas fait et donc, elle pouvait aisément en déduire qu'il n'était pas un mauvais bougre. Ou alors, un fieffé menteur c'est la seule autre explication restante. Il n'y avait donc pas de poison et Lineth le croyait de ce fait, elle était prête à obtempérer. Doucement, la paume de sa main enserra le morceau de bois avec plus de fermeté, un peu de liquide rougeâtre s'écoulant du creux de sa main et venant souiller le sol. Elle espérait que cet ultime acte allait faire mouche, qu'il aurait un minimum confiance en lui après cela. Elle lâcha ensuite l'objet au sol, légèrement couvert de son propre liquide vital.

Je pense avoir passé le test non ? Si vous me le permettez, je vais utiliser quelques plantes, la toute première permet d'atténuer la douleur, la seconde a un effet désinfectant et la toute dernière un effet cicatrisant.

Sur ses mots, elle entreprit de prendre soin de sa blessure, quoi que minime, il était primordial de veiller à ce qu'elle ne s'infecte pas. Une fois ses soins réalisés, elle prit soin de répondre à l'ultime question de l'If. Elle hésitait à révéler la vérité mais que pourrais faire un homme contre tout un peuple ?

J'habite dans cette forêt en compagnie d'autres de mon espèce. Vous désirez venir vous reposer chez moi pour subir les soins ou je dois les prodiguer ici ? J'espère que vous me faites un petit peu plus confiance. Pour une question d'efficacité, les plantes sont meilleures concassées ou moulue mais je serais incapable de le faire ici, je n'ai pas mon mortier et pilon. Vous désirez peut-être attendre de voir les effets de ce que j'ai utilisé sur moi ? Ah oui, je ne me suis pas encore présentée, je me nomme Lineth et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Sam 25 Juin - 15:18
    « Dans quelle direction est-ce ? »

    La Morany vivant avec d’autres de son espèce, la suivre signifie risquer d’en rencontrer d’autre, et pas forcément des aussi dociles qu’elle. Revenir d’une bataille pour se jeter dans une autre ? Malgré tout, Ifaël voulut se renseigner sur la localisation de cette résidence. Combien d’habitants étaient-ils d’ailleurs ?

    « Nous resterons ici. »

    Juste qu’il retiendra l’endroit à éviter dans un premier temps, et peut-être qu’il s’y rendra une fois qu’il aura pleinement récupéré. Quoique s’il s’agit des Morany, il affronterait l’espèce la plus dangereuse à son sens, car une seule morsure et il deviendrait des leurs, changeant son arc d’épaule. Il se souvenait encore d’alliés et de camarades qu’ils durent achever à contrecœur. Dans cette guerre, la mort était préférable à une blessure de ces bêtes. Surtout s’ils se font capturer derrière, car cette époque vit d’abominables expériences en vue d’une potentielle guérison. Après moult tortures, ils se résignèrent toujours à achever le cobaye, seul antidote qu’ils trouvèrent à ce mal.

    « Je ne suis qu’un vieux Védin. Et prenez garde, si votre mâchoire se rapproche trop de moi, je n’attendrais pas de connaître l’avenir pour vous tuer. »

    Sans nul doute que la prochaine arme du vieil homme sera empoisonnée. La flèche ne l’était pas, Ifaël fut fidèle à ses propos, bien qu’il se demanda s’il avait bien agi. Une personne capable de se meurtrir volontairement pour un inconnu n’était pas banale, et le Védin ne savait trop quoi attendre de sa part. Lentement, l’écorce se retira d’une de ses mains, pour commencer. Il ne découvrait pas plus que nécessaire, et uniquement la main, pas encore le bras. Méfiance est mère de sûreté.

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Mer 13 Juil - 18:05
Lineth était heureuse, il semblait finalement accepter son aide après tout. Il n'avait également pas menti, la flêche ne semblait pas empoisonnée. A moins que l'effet ne se fasse à retardement. Elle classa cette information dans un coin de sa tête pour se concentrer sur la suite. Une des questions de L'if dérangeait la jeune femme, il voulait savoir où se trouvait la ville des Moranys mais pourtant ne désirait pas s'y rendre. Elle allait donc devoir officier dans des conditions non optimales voire même précaires pour tenter de le soigner. Le vieillard semblait tout de même encore méfiant, il n'avait découvert que sa main aux soins de la jeune femme, preuve que la confiance ne régnait pas encore...

La ville se trouve à quelques kilomètres d'ici, je ne comprends pas pour quelle raison vous refusez de vous y rendre. Vous n'avez rien à craindre de moi. J'ai mis ma vie en jeux pour vous et ma maison est sûre et accueillante vous savez. Je ne suis pas dangereuse vous savez.

Elle approcha avec lenteur sa main de celle de l'homme, ne voulant pas le brusquer, de peur que celui-ci, ne devienne dangereux. Car elle sentait qu'à la moindre erreur, sa tête risquait de rouler au sol. L'arbre dégageait une odeur de quelqu'un qui en a vu et pour qui tuer semble être routine. Elle frissonna un peu de peur lorsque sa main toucha celle d'Ifael. Sa main tremblait légèrement mais elle respira profondément en fermant les yeux pour se calmer. Le calme revint...

Je suis désolée, je suis un peu nerveuse, je n'ai pas l'habitude de telles situations engendrant ce type de tension. Je vais commencer les soins, ne bougez pas et faites moi confiance, vous ne le regretterez pas.

Lineth prenait son temps pour panser les blessures, les entailles et écorchures étaient multiples parsemant la pogne de l'homme.

J'ai terminé avec cette main, il faudrait que vous agrandissiez la zone que je puisse vous soigner dans votre totalité.

Elle le fixait, sa queue enroulée comme un ressort pour-être à la hauteur de sa main.

Je..j'espère que vous allez mettre un peu du votre pour la suite, ça sera mieux pour vous comme pour moi je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Mer 13 Juil - 21:48
    Ca n’était pas elle qui inquiétait le vieil homme, ni son habitat, mais ses congénères. Ifaël ne venait pas d’échapper à la mort et d’une bataille épique pour foncer immédiatement dans une autre. Mais il n’allait tout de même pas le lui dire. Après tout, comment réagirait-elle s’il lui disait craindre les autres membres de son espèce ?

    Le Védin remarqua les tremblements de la femme serpent. De toute façon, elle ne s’en cacha pas. Elle avait donc conscience que cette situation n’était pas normale. Et pourtant, elle continuait dans sa folie ?

    « Y mettre du mien ? »

    Ifaël ne voyait pas trop ce qu’elle voulait dire. Devait-il accepter de la suivre finalement ? Certainement pas. Sa main pansée se recouvrit de marron alors que son bras retrouva la couleur normale de la peau. Ensuite, au fur et à mesure qu’elle avancera dans ses soins, l’écorce reculera et se reformera derrière. Le Védin posa ce bras sur la queue à ressort de la Morany.

    « Et si des Moranies m’attaquaient, que feriez-vous ? »

    Une question qui sortit de nulle part, mais Ifaël resserra sa main libre autour de la lance, prête à frapper la serpentine si elle comprenait alors l’origine de ses blessures et qu’elle choisissait de changer de camp. Le Védin avait déjà croisé une Asura folle amoureuse qui souhaitait l’aider malgré qu’il l’ait menacée de mort. Mais il ignorait encore si elle était plus amoureuse que folle, ou inversement.

    Et pour Linth, qu’en était-il ? Etait-elle prête à tourner le dos aux siens ? Y avait-il des dissonances dans le camp des mythes de cette époque ? Après tout, il n’y avait aucune guerre, et ils n’avaient donc pas un seul ennemi en commun. Ils se cachaient, mais entre eux il devait y avoir des avis divergents sur la marche à suivre.

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Sam 23 Juil - 9:06
L'if ne semblait pas vouloir dévêtir son corps plus que nécessaire ce qui ne simplifiait guère le travail à la Morany. Elle sentit une main ferme se poser sur sa queue. Allait-il essayer de lui faire du mal ? Elle ne doutait pas qu'il fut capable de la tuer ou de la mutiler avec facilité. Elle se sentait de moins en moins sûre d'elle et sur une voix paniquée elle lâcha à celui qui lui faisait face :

" Vous...Vous pourriez enlever votre main de...de ma queue ? Ce...Ca me fait peur, vous voulez me faire du mal ? Si ce n'est pas le cas, en...enlevez cette main je vous en prie. Je...je ne vous ferai pas de mal.

Les yeux de la serpentine semblaient doucement se remplir de larmes. Elle ne comprenait pas pourquoi il semblait si méfiant, il devait lui être arrivé quelque chose de grave pour qu'il soit dans un tel état. Elle n'osait lui poser de questions de peur qu'il ne devienne violent avec elle. Il lui demanda ce qu'elle ferait si des Moranys voulaient lui faire du mal et elle sentit la prise sur sa queue se raffermir.

E...Et bien, je vous protégerai, je ferai barrage de mon corps si...s'il le faut, il est bien plus résistant qu'il n'en à l'air à premier abord... Puis... Pourquoi on vous voudrait du mal, on...on vit en harmonie ici, non ? Vous avez fait quelque chose de grave ? Je...je ne vous demande pas de me raconter si vous ne le désirez pas. Vu..Vu vos blessures, je pense que...que c'est vous qui avez été attaqué et non l'inverse, c'est pour ça que j'ai envie de les voir disparaître. Di...dites moi si...si je me trompe.

La Morany était toute tremblotante et ça se ressentait dans les soins qu'elle prodiguait, ses gestes étaient de moins en moins assurés, devenant même presque maladroits. Elle avait visiblement besoin d'être rassurée pour offrir un service à l'auteur de ses compétences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Dim 24 Juil - 1:56
    « Parce que je suis un Védin. »

    Voilà pourquoi on lui en voulait. La vérité et un mensonge à la fois. Sa vie était indésirable surtout à cause de ses connaissances, mais le fait d’être Védin n’était pas tout à fait faux. Après tout, ses connaissances, s’ils les avaient mais en étant des leurs, cela n’aurait posé aucun problème. Si ce n’était pas du racisme… Finalement, les mythes faisaient à présent ce qu’ils critiquaient aux Humains. Les voilà tombés bien bas.

    Cependant, ce qui fit tiquer le vieux vétéran était la réponse de la femme serpent. Elle le protégerait de son corps ? Alors qu’elle ne le connaissait pas et qu’elle ignorait pourquoi il était blessé, elle risquerait sa vie contre les siens ? Soit Lineth avait l’esprit bien foulé, soit…

    « Que vous ont-ils fait ? »

    Il ne desserra pas son étreinte pour autant, toujours aussi méfiant malgré les tremblements de la Morany. Peut-être joutait-elle la comédie ? Son regard l’inspecta plus en profondeur. Lineth ne semblait pas porter de grandes blessures, ni d’horribles cicatrices. L’hypothèse qu’elle fut la martyre des Morany perdit des points. Mais peut-être était-elle exilée ? Bannie pour une faute toute autre ?

    « Pourquoi vous lèveriez-vous contre les votre ? Êtes-vous en froid avec les autres Moranys ? »

    Il devait bien y avoir quelque chose, un bouton de pression à creuser et à utiliser quelque part, mais où ? D’ailleurs, pouvait-il réellement croire tout ce qu’elle lui disait ? Un seul faux pas, un moment d’inattention, et il pouvait passer de vie à trépas. Sa méfiance était-elle donc vraiment de trop ?

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Dim 24 Juil - 8:20
Lineth était estomaquée de la raison pour laquelle on semblait en vouloir à sa vie. Elle avait du mal à comprendre une raison aussi futile.

Je...Je ne vois pas en quoi le fait d'être Vedin vous empêche de vivre parmi nous, pour vivre en harmonie il suffit d'une chose... une seule chose, vivre en paix. Les guerres n'ont pas de raison d'être.

L'arbre ne semblait pas vouloir relâcher sa queue, elle allait devoir s'y faire même si cela ne la rassurait pas même loin de là en fait. La prochaine question désarçonna la serpentine. Lui avait-on fait du mal ? Oui et non...

Vous savez, je n'ai pas toujours été comme je le suis actuellement, j'étais humaine avant qu'un serpent contaminé ne me morde. Ma famille était même nantie mais le destin a voulu que je mute de cette manière et je ne regrette pas d'avoir fuit vu le...leur réaction devant ma moi actuelle.

Lineth semblait avoir du mal à raconter son passé qui la remplissait de tristesse.

Je...j'ai été séquestrée mais j'ai finis par leur pardonner plus ou moins, ils avaient peur de l'inconnu tout comme moi à l'époque... Je n'ai rien contre mon clan, si ce n'est que par mon appartenance à cette race, j'ai du me défendre contre une attaque de Gemma... Je...Celui qui me faisait face est mort à cause de moi...et...et...

Lineth commença à sangloter délaissant un peu les soins à base d'herbes.

Je ne veux plus que sa recommence, pourquoi doit-on se déchirer entre mythes, humains et Vedins, nous sommes tous pareils...Plus jamais, je ne laisserai quelqu'un mourir dusais-je y laisser mes propres écailles.

La Morany avait du mal à contenir ses pleurs, de chaudes larmes coulant sur ses joues.

Je n'ai aucune raison de vous en vouloir... Vous êtes un assassin qui prend plaisirs à tuer les gens ? Je ne le pense pas alors... Pourquoi avez-vous peur de moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Dim 24 Juil - 10:16
    Lineth était véritablement folle. Elle livrait le secret des mythes sur un plateau à un Védin blessé et aux aguets. Cela faisait-il parti d’une stratégie de mise en confiance ? Car autrement, elle s’attirerait probablement moult problèmes venant des siens.

    « Où vivent ces… Gemma ? »

    Une information des plus capitales. Car s’ils s’affrontaient entre mythes, Ifaël pourrait peut-être sauter sur cette occasion afin de se trouver des alliés temporaire. Rejoindre un camp pour plus de sécurité avant de retourner sa veste. Après tout, il était plus simple de s’occuper d’un ennemi après l’autre que d’une foule entière, d’autant plus lorsque l’on est tout seul.

    Pourquoi avait-il peur d’elle ? Peur n’était pas le bon mot. Il récupéra brièvement sa main en cours de soin pour pointer son orbite du doigt. L’œil manquant pouvait être une raison de se méfier des mythes. Mais surtout : il avait été créé dans le but de les annihiler. Que ce soit juste ou non, c’était la raison primaire de son existence. Après cela, il avait trouvé un autre but dans sa vie : Alice. Mais on le lui avait également retiré. Ne demeurait que Justice, mais silence radio depuis quelques mois déjà. Qu’avait-il alors ? Il n’avait pourtant rien fait encore, rien que se défendre. A présent, le voilà traqué. Avait-il vraiment le choix ? C’était tuer ou être tué.

    « Si un animal quelconque vous a entendu prononcer ces mots, je ne donne pas cher de votre peau… Et vous semblez porter un certain fardeau sur les épaules. Laissez-moi vous soulager de cette douleur, vous rejoindrez alors un monde meilleur où vous pourrez transmettre mon bon salut à mes anciens camarades. »

    Camarades et une femme, surtout. Être Morany était une maladie, et Lineth ne semblait plus prendre plaisir à la vie. Et Ifaël connaissait justement un moyen pour qu’elle aille mieux.

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Dim 24 Juil - 11:00
Lineth commença à sécher ses larmes, elle ne devait pas montrer une telle détresse devant un inconnu. Il voulait maintenant en savoir plus sur les Gemmas, avait-elle fait une boulette, très certainement. Devait-elle lui raconter ou lui taire la vérité ? Son choix allait vite être fait.

De...Des gemmas mais il y en a partout sur l'ile... Comme toutes les autres races de mythes. Vous voulez aller leur faire du mal ? Tenter de discuter ?

Lineth était un peu perdue mais avait réussi à se calmer un petit peu surtout lorsque celui-ci enleva sa main de sa queue et continua à le soigner avec douceur et minutie.

Les soins avancent bien, vous ne risquerez plus que les choses s'enveniment, quand j'aurai finit plus de risque d'infection.

Elle lui fit donc un petit sourire, un peu stressé tout de même mais sans faux semblant. La phrase suivante lui enleva tout sourire, elle était maintenant morte de trouille venant de capter ou il veut en venir. Il désirait donc la tuer. Elle tremblait et allait devoir défendre chèrement sa peau.

Me...mais je n'ai ja...jamais dit que je n'aimais pas ma vie. Je l'adore o...on si habitue et sans cette transformation quoi que parfois déplaisante, je...je n'aurais jamais pu rencontrer celle que j'aime, ma fiancée. C'est ma métamorphose qui l'a mise sur mon chemin. Je vous en prie, ne me tuez pas... Je n'ai rien fait de mal. Je ne veux pas me BATTRE, je veux un monde ou les gens pourront s'aimer malgré leurs différence. Je...j'ai une amie humaine qui connait mon secret et...elle n'a pas essayé de me tuer. Elle essaye de nous comprendre, nous ne sommes pas tous mauvais...comme dans tous les camps, il y a des gens bien gentils et des gens bien méchants. Regardez, je prends soin de vous malgré nos différences. J'aime être ce que je suis... La mort n'est pas une solution...

Si...si vous essayez de me faire du mal, je...j'appelle Justice, c'est une amie dans la police... Elle vous trouvera et...et vous arrêtera.


Lineth est morte de trouille devant cet adversaire qui semble coriace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Dim 24 Juil - 14:47
    « C’était pour négocier les cessations des hostilités entre eux et les Moranys, mais s’ils sont un peu partout sur l’île… Il ne sera pas aisé de parlementer avec eux. »

    Peut-être obtiendra-t-il des informations plus précises par ce biais-là ? Après tout, Lineth semblait être l’archétype du parfait naïf. Un philosophe pourrait probablement écrire sa biographie en intitulant l’ouvrage Candide. Sauf qu’il y a toujours un moment où l’on doit ouvrir les yeux, où le monde nous force à le voir tel qu’il est vraiment.

    « Justice ne me fera rien. »

    Elle l’aimait, bien que ce soit d’une manière étrange, à sa façon. Sauf qu’elle avait disparu depuis quelques temps déjà. Lineth la connaissait ? Etait-ce l’amie connaissant le secret de la Morany ?

    « Si vous lui avez dit pour vous, vous l’avez condamné par vos propos… Peut-être est-ce pour cela que je n’entends plus parler d’elle d’ailleurs. Vous qui répugnez la mort, vous la semez de vos mots. »

    Belle ironie. Allait-elle continuer à adorer sa vie après avoir réalisé ça ? Mais il y avait encore un autre point. Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule…

    « Et les arbres ont des oreilles par ici. Il suffit qu’une petite bête ait entendu notre conversation, et vous serez traquée et exécutée à votre tour. Vous ne pourrez donc plus rester. Vous condamnez les autres en plus de vous-même. »

    Et vas-y qu’on enfonce bien le clou et qu’on en ajoute un autre derrière, bien rouillé. Il ne restait plus qu’à planter le marteau avec.

    « Restez avec moi, et vous aurez peut-être une chance de survivre. Mais il vous faudra m’obéir au doigt et à l’œil. Et peut-être vous faudra-t-il combattre, à moins que votre vie n’en vaille pas la peine ? »

    Potentiellement la première alliée qui se battra à ses côtés ? Elle avait déjà dit qu’elle le défendrait face aux Moranys. Ne restait plus qu’un pas à franchir.

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Lun 25 Juil - 18:24
L'homme ne semblait pas vouloir passer à l'attaque malgré les dires qu'il venait d'avoir il y a peu. L'avait-elle convaincu de changer d'idée (Vous le saurez dans le prochain épisode de Choupi dans la forêt).

Vous voulez réellement arrêter cette guerre mais que pourriez-vous faire surtout que...que sans vouloir vous vexer, vous semblez plus agressif que diplomate. Je ne pense pas que vous y arriviez, vous ne feriez que prendre des risques inutiles. Ils ne seront surement pas très coopératifs...


L'if certifiait également connaître Justice et insinuait que la disparition de celle-ci était sa faute. Lineth ignorait cette histoire de disparition et était chamboulée mais racontait-il réellement la vérité ? La révélation de Lineth ne devait pas avoir tellement influencé et elle essaya de s'en justifier auprès de l'inconnu.

Elle...Elle connaissait déjà l'existence d'un autre mythe avant de faire ma rencontre. Elle savait donc le risque qu'elle encourait à me côtoyer. J'espère qu'il ne lui est rien arrivé de grave, qu'elle se porte bien.
Je l'apprécie beaucoup vous savez...


Ne vous tracassez pas, je ne pense pas que nous soyons observés, je m'en serais rendu compte. Vous pouvez me faire confiance là dessus.

Lineth était sûre d'elle même. Elle savait qu'elle aurait remarqué le moindre intrus. Elle refit un rapide tour de panorama et ne remarqua bien évidemment rien du tout.

Ne vous tracassez pa...pas pour moi, je saurai survivre parmi les miens, je n'ai nullement envie de vous suivre et de vivre comme un fugitif. J'ai ma vie ici, ma chérie et je ne comptes pas la laisser derrière moi. Si vou...vous m'y contraignez, je serai obligée de me défendre.

Les yeux de la serpentine changèrent du tout au tout, ils semblaient assurés à l'antipode de ses habitudes. Elle regardait le Vedin dans les yeux, montrant sa détermination pour défendre son amour.

L'amour n'est peut-être rien pour vous mais pour moi, c'est tout ce qui m'importe.

Il n'y a que trois solutions à ce dilemme.


La première, vous me laissez terminer les soins et rentrer chez moi. La seconde, vous me laissez partir directement et je n'achève pas de vous éviter des risque d'infections. La troisième et dernière et celle que j'aimerais éviter par dessus tout, en arriver au mains. Je trouve que cette solution vous désignerait comme une personne bien ingrate envers moi.

L'instinct du prédateur en elle se réveillait à nouveau tout comme la fois où elle avait tué. Elle ne se retiendrai pas s'il voulait l'emporter de force ou tente de lui faire du mal. Elle ne permettra à personne de l'éloigner d'Etheria, l'élue de son coeur. Elle tuera si cela devient nécessaire...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Mer 27 Juil - 20:09
    Il semblerait que le vieil homme n’en apprendra pas davantage de Lineth. Ca n’était pas un problème : il suffisait de tendre un peu l’oreille en ville pour en savoir plus sur les différentes localisations de l’île et ses habitants. Les pauvres bougres pensaient avoir été oubliés de tous et usaient donc des mêmes noms que par le passé. Il pouvait y avoir de vrais comédiens dans la foule, mais il y avait certainement de véritables mythes parmi eux.

    « Personne qui nous observe, et vous vous dites Morany ? »

    Il n’y avait pas que les hybrides, mais les animaux eux-mêmes. Voilà pourquoi il était si compliqué de les traquer quatre siècles plus tôt. Voilà pourquoi ils avaient sans doute échoué. Ils avaient beau tuer toutes les mouches et les fourmis qu’ils croisaient, il y avait toujours un cafard pour se faire la malle. Et ici, en pleine forêt, Lineth n’allait pas lui faire croire qu’il n’y avait pas l’ombre d’un insecte dans les parages.

    Ifaël n’apprécia pas non plus lorsque Lineth suggéra que l’amour n’était rien pour lui. Il savait mieux qu’elle ce sentiment. Mieux que quiconque. Il aurait bien étripé la Morany pour cette supposition, mais elle était le personnage principal d’une possible dissidence future au sein même des mythes. Il devait donc la garder en vie jusque-là. Sauf que s’il restait plus longtemps avec elle, il ignorait s’il parviendrait à se contenir. L’écorce recouvrit donc son corps entier.

    « Quand vos congénères viendront vous chercher et qu’ils vous reprocheront vos paroles, alors vous comprendrez votre erreur. Sauf qu’il sera trop tard. Adieu donc. »

    Toujours sur ses gardes, Ifaël s’éloigna lentement avant de s’enfoncer plus profondément dans la forêt. Tant pis pour ses brûlures, il savait se soigner lui-même de toute façon. Lineth n’avait été qu’un moyen de récolter de précieuses informations.

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Sam 30 Juil - 9:41
Lineth était perdue, l'arbre lui demandait maintenant si elle était réellement une Morany. Elle n'y comprenait décidément plus rien et préféra ne pas répondre à cette question qu'il venait de formuler.

L'écorce commença à se refermer autour du corps d'Ifael, l'emprisonnant entièrement. Il avait donc choisi la deuxième solution. Elle était soulagée de ne pas avoir a se battre contre lui. Il lui fit encore la remarque que son peuple s'en prendrait à elle mais elle ne comprenait pas la raison de cette affirmation. Il tourna ensuite les talons sans un merci, se limitant à un adieu. La femme était tout de même déçu qu'il ne la remercie pas, elle le trouvait même ingrat mais elle avait sa conscience tranquille, elle avait fait le bon choix en l'aidant. Elle faisait le bien autour d'elle et n'avait après tout pas besoin d'éloge ou de remerciement pour cela. Elle était une bénévole du coeur.

Le seul hic, c'est qu'elle n'imaginait pas du tout les conséquences de son acte. Une histoire à finir en sac à main mais allez savoir ce que le futur lui réserve.

Au revoir tout de même, notre route se croisera peut-être à nouveau et j'espère que cette fois, vous serez en bonne santé. Si vous avez besoin de moi, je saurai où vous retrouver...

Lineth fit demi-tour, retournant à Sypholios, contente d'elle-même avec son panier de champignon remplit pour l'omelette de ce soir. La journée était passée plus vite que prévu avec cette incident. Elle se hâta donc pour préparer le repas pour elle et sa chérie. Elle allait pouvoir lui raconter sa matinée riche en émotion, elle était sûre qu'Etheria serait fière d'elle. Elle se promis également de sonner à Justice pour voir s'il ne lui était rien arrivé de grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé] Sam 30 Juil - 12:28
    Un oiseau ne perdit pas une miette de cette conversation.

    Et une fourmi non plus.

    Voilà des infos qui vont intéresser l'Alpha...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Après la guerre... la choupititude [terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Après la guerre... la choupititude [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les rois et autres nobles après la guerre de l'anneau
» La vie après la guerre [Pv Kanade Hitomi][FB]
» Après la guerre, le calme et la parole [PV : Véga]
» Legolas?
» [Aisne(02)] Château de Coucy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Morany :: Forêt-