AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Il était une fois... ~ Kusum Registaan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Esertari
Métier :: Gardienne d'enfants
Pouvoir :: Matérialisation de contes
MessageSujet: Il était une fois... ~ Kusum Registaan Sam 28 Mai - 23:39
~ Carte d'identité ~

  • Nom : Registaan
  • Prénom : Kusum
  • Âge : Une vingtaine d'année en apparence
  • Race : Esertari
  • Particularité de la race : température corporelle élevée
    Pigmentation des cheveux et des yeux

  • Sexe : Fille, aux dernières nouvelles
  • Orientation sexuelle : Hétéro
  • Logement : partout tant qu'il y a de la lumière ou de la chaleur, Quartier Esertari
  • Métier : Gardienne d'enfants
~ Biographie du personnage ~

  • Description physique : Je range ma plume en soupirant. J'ai enfin fini mes rapport et je dois dire que je suis soulagée de ne pas avoir à en rédiger davantage. Je sors de mon bureau et décide d'aller voir les enfants. A cette heure- ci, ils doivent jouer dans la cour. Je m'y rend donc et les observe de loin.

    Je repère rapidement Kusum, ce qui est assez facile. Se tenant au milieu de la mêlée, elle surveille et joue avec les enfants. Bien qu'étant la plus âgée, elle est fort petite, ne devant pas dépasser le mètre 55. Étant plutôt maigre, comme tous les enfants de cet orphelinat, elle est un peu en sous-poids mais cela n'a encore rien d'inquiétant. Kusum étant mince, elle n'a pas beaucoup voire aucune forme. Voyons le côté positif des choses: même si elle attire moins les garçons, elle peut bouger facilement et elle est rapide.

    Kusum a pris pour habitude de porter des tuniques et des robes. D'ailleurs je ne comprend pas pourquoi, puisqu'elle bouge constamment, ne serait elle pas plus à l'aise avec un pantalons? Enfin, bon, elle en met de temps en temps en dessous de ses blouses longues.
    La jeune fille, même si elle est au milieu des enfants, est à une certaine distance de ceux-ci. En effet, ils évitent d'être trop près de celle qu'ils appellent affectueusement "grande sœur". La raison? C'est la saison chaude. Et tous les pensionnaires de l'orphelinat savent qu'il ne faut pas s'approcher de Kusum durant cette période si on ne veut pas avoir un coup de chaud. A son arrivée dans l'établissement, on n'a longtemps cru qu'elle avait beaucoup de fièvre, ce qui était très inquiétant. Mais en remarquant que la petite se portait parfaitement bien, on a fini par se faire une raison: sa température est plus haute que la norme. Les enfants en tirent d'ailleurs partis quand le temps est plus froid. Se blottissant contre elle pour profiter de cette chaleur bienvenue. Mais pendant la saison chaude, c'est l'inverse, rester trop près d'elle n'est pas conseillé.

    Mais ce qui me surprendra toujours et sur quoi je m'attarde particulièrement, ce sont les couleurs de la jeune fille. Indienne, retrouvée en Inde et élevée en Inde, sa peau blanche pourrait faire croire à de l'albinisme si c'est cheveux et ses yeux n'étaient pas si pigmentés. Ses grands yeux verts brillants tels des émeraudes pourraient suffire pour indiquer que Kusum n'est pas albinos mais c'est cheveux l'affirment. Après tout, quel albinos aurait les cheveux rouges comme le feu? Aucun. Nous voici donc à la derniers caractéristique de l'adolescente, la première que l'on remarque mais celle sur laquelle je m'attarde toujours à la fin. Des cheveux courts et lisses, parfois ondulés lorsque Kusum néglige leurs coiffure. Des cheveux flamboyants, pareil à un feu ou au ciel à l'aube. Des cheveux uniques en Inde.
    C'est pour ces particularités de la jeune fille que je l'ai présentée au temple lorsqu'elle est entrée dans l'âge de raison.

    /par la suite, Kusum ne changera pas. Elle deviendra seulement plus musclée qu'elle ne l'était à l'orphelinat/

  • Description mentale : Lorsque l'on a retrouvé Kusum à la frontière du désert, elle a mis du temps à s'adapter. Restant en retrait et ne parlant pas aux autres de son âges. Puis, petit à petit, elle s'est ouverte aux autres et elle est devenue la jeune fille souriante et festive qu'elle est aujourd'hui.

    Très rapidement, Kusum a développé un intérêt envers les enfants. Étant la plus âgée de l'orphelinat, elle s'occupe d'eux pendant les pauses, nous aide à les coucher, elle invente sans cesse de nouveaux jeux et leurs lis des histoires. Les enfants apprécient particulièrement cette dernière activité.

    Après tout, sa deuxième passion est la lecture et elle dévore les livres dont elle raconte ensuite le contenu aux plus petits. Bien sûr, ce sont surtout des contes, des livres d'aventures, des histoires qui font peur pour les plus grands,... Elle lit tout ce qu'elle peut raconter et on peut dire qu'elle a presque un don. Elle lit et c'est comme si les personnages sortaient pour illustrer ses paroles. Bref, elle captive l'assemblée et même les surveillants s'arrêtent parfois pour une heure ou deux.

    Pour pouvoir s'occuper ainsi des enfants, Kusum est pleine d'énergie. Toujours en forme, dans les premières levées et dernières au lit, elle profite de des journées au maximum même si cela lui coûte parfois un malaise et une journée complète de repos. Elle recommence après, têtue comme pas deux sans tenir comte de ses erreurs ni de ses blessures. Parce que des blessures, elle en a eu et elle en aura encore! Téméraire, elle relève tous les défis, même ceux que personne ne lui a lancé.

    Je l'ai déjà évoqué mais Kusum attend toujours le dernier moment pour dire ce qui ne va pas. Si elle est blessée ou malade elle va attendre que cela guérisse tout seul. Parfois, les enfants le remarque et en font part aux surveillants qui viennent la soigner. Comment le savent- ils qu'elle est malade? J'ai déjà posé la question à quelques uns et certains me disent que c'est une question de température, comme quoi qu'elle serait plus froide... Mais les enfants sont les enfants, je ne sais pas lesquels il faut croire.

    Elle est aussi très, voire trop curieuse. Touche à tout, elle essaye toutes sorte d'activités, des plus intellectuelles aux plus physiques. D'où ses blessures. Elle essaye mais ne réussi pas une bonne partie. Ce qui ne la décourage pas pour autant. Mais sa curiosité ne s'arrête pas à se chercher des capacités, elle veut tout savoir sur tout le monde. Les enfants trouvent que cette oreille attentive qui les écoute et les conseille est une bonne chose cependant elle aime aussi fouiner dans la vie des surveillants et de moi-même. Elle ne supporte pas les cachoteries et les surprises. Ce défaut peut aussi la mettre en danger. Combien de fois n'a-t-elle pas tenté de s'approcher d'un serpent pour voir comment le venin sortait de ses dents? Dangereuse, donc. Et c'était pire quand elle était petite. Alors mettez sa curiosité avec son énergie et vous obtenez une jeune fille intenable.

    Enfin, caractéristique assez positive mais qui peut être un vrai défaut de Kusum: elle ne sait pas mentir. Soit que la vérité sort plus vite que le mensonge, soit que son corps vous dise le contraire de ses paroles. Alors, après avoir lâché aux enfants que le Père Noël n'existait pas ( enfin, en Inde, ce n'est pas le père Noël mais ça vous donne une idée), elle a développé une technique de défense quand elle ne veut pas dire la vérité.

    Mais depuis cette visite au temple, il lui arrive aussi de s'éloigner, d'être dans la Lune ou de se lever la nuit pour rester seule dehors. Impossible de savoir à quoi elle pense mais cette autre facette d'elle, plus mélancolique, est tellement éloigné de la fille souriante et enjouée de la journée qu'elle tient à le cacher. Même les petits ne l'ont pas remarqué. Et quant je lui ai demandé ce qu'elle avait dans ces moments, elle m'a répondu qu'elle ne voyait pas de quoi je parlais. Mais elle ne sait pas mentir...

  • Histoire : Kusum est arrivée à l'orphelinat lorsqu'elle avait quelques années, 6 ou 7 ans tout au plus. Elle avait été retrouvée dans le désert Thar par des marchants qui revenaient de voyage. Ils l'ont déposées dans le premier village qu'ils ont croisé: le nôtre. La petite que j'avais alors devant moi me causa bien des soucis. Tout d'abord, elle ne parlais ni l'Hindou ni l'Anglais mais une langue inconnue et chantante. Elle était donc dans l'incapacité de nous dire son nom, nous lui en avons donné un: Registaan Kusum. Ce qui signifierait pour nous et pour elle Fleur du Désert.

    Comme pour tous les enfants arrivant dans l'établissement, l'étrange petite subit un examen médical. On l'a longtemps crue victime d'une maladie désertique car elle était brûlante. Suite à plusieurs rencontres avec les médecins des villages voisins et voyant que l'enfant se portait bien, nous avons décidé de ne plus en tenir compte. Il y avait en effet plus important à nos yeux qu'une fièvre qui ne la dérangeait pas. La petite nouvelle ne parlait pas notre langue et donc ne nous comprenait pas. La conséquence directe fut son isolement. Mais à force de patience, elle appris l'Hindou et l'anglais afin de communiquer dans tout le pays. Cela lui permit de grandir plus joyeusement et de s'ouvrir aux autres. Lorsqu'elle su maîtriser la langue principale de l'orphelinat: l'Hindou, je l'interrogeais plus sérieusement sur son passé et ses origines. Mais comme on peut s'y attendre de la part d'un enfant, elle ne se souvenait de pas grand chose. Elle savait toujours des bribes de son étrange langage mais pas plus. Alors que certains étaient adoptés par des couples stériles, Kusum se savait destinée à l'orphelinat jusqu'à sa majorité à causes de la couleurs de ses cheveux et de ses yeux qui inquiétaient les futurs parents. Elle commença alors à lire et à jouer avec les enfants.

    Quand on estima son âge à 15-16 ans, on amena les enfants au temple du village. Avec les surveillants, nous pensions que les nombreux prêtres et devins du sanctuaire pourraient nous éclairer sur les origines de Kusum. C'est là que, probablement poussée par sa curiosité depuis longtemps légendaires à l'orphelinat, elle décida pour une raison inconnue de s'éloigner du groupe pour nous retrouver environs une heure plus tard.

    "Je n'avais pas l'intention de m'éloigner du groupe, je le jure! Mais le petit sentier qui s'éloignait vers un autel dans les bois me paraissait plus intéressant que le temple principal. Pourquoi? Une intuition. C'est donc pour cette raison qui me paraissait parfaitement bonne que je m'aventurais en chemin inconnu. Je montais jusqu'à ce petit temple sans imaginer une petite seconde qu'il y aurait quelqu'un.

    C'est donc là que je rencontrais cet homme. Il était plus vieux que moi de quelques années mais quand il me regarda, j'eus soudain l'impression qu'il en avait beaucoup plus. Il devait être un prêtre, c'est la seule explication que je voyais à sa présence. Je m'approchais de lui. Après tout un prêtre est un prêtre non? Pourquoi celui-là ne saurait il pas moins bien qu'un autre m'en dire plus sur mes origines? Je me mis à genoux devant lui et attendis, tête baissée par respect pour s'est homme qui en imposait. Il eu un mouvement.

    -Tu crains le froid.

    Je restais sans voix et dû contenir mon malaise. Oui, le froid me faisait peur, il l'affaiblissait et il était désagréable. Mais comment l'a-t-il su si vite? Je ne trouvais aucune explication. Il dû s'impatienter de mon silence ou alors juste vouloir faire vite car il alla droit au but en expliquant tout de sa voix à l'accent doux.

    - Tu es une Esertari. Tu est une fille du feu, du Soleil et du désert. Tu ne peux survivre sans chaleur ou lumière. Les couleurs que tu portes sont aussi caractéristique de ta race. Ne dis pas qui tu es aux hommes si tu veux vivre.

    Là dessus il se leva et disparut sans que je ne m'en rende compte. Comment savait il cela? Je ne comprenais rien à ce qu'il m'avait dit mais je savais qu'il disait la vérité. Je me levais, les jambes endolories par la position. Tout en réfléchissant aux paroles de cet homme, je fis demi-tour. Je m'arrêtais à quelques mètres du groupe. Je respirais un grand coup et retournais vers eux en m'excusant de m'être absentée."

    Suite à cette visite, nous sommes retournés à l'orphelinat où la vie a repris son cours. Puis un jour, Kusum a su qu'il était temps pour elle de partir. On fit une fête, elle raconta une histoire magnifique et, quand tout le monde fut endormis, elle partit dans la nuit à la pâle lumière des étoiles.

    Je parti de l'orphelinat quand la directrice estima que j'avais atteint l'âge de partir. C'est alors triste mais impatiente de découvrir le monde que j'ai quitté ce lieu où j'ai toujours vécu. Ma première destination fut le désert de Thar, je comptais commencer mon voyage à partir de là. En entrant dans le désert sans bagages particuliers ormis mes romans préférés, je ne m'attendais pas à de grosses conséquences. Mais j'ai du oublier qu'il fallait boire et manger pendant la journée et que les nuits dans le déserts sont froides. J'ai donc failli terminer mon voyage avant de le commencer mais les dieux m'ont envoyé des marchands nomades qui m'ont réchauffée, hydratée et nourrie. Ils m'ont donné quelques conseils afin que je puisse survivre dans les déserts et durant mon voyage. Je suis restée avec eux quelques temps puis j'ai pris une route différente. Je voyageais parfois seule parfois avec un autre groupe, ce qui était quand même plus agréable. Je voulais tout savoir sur le monde et sur ses habitants. C'est pendant cette merveilleuse période que j'ai appris le plus de choses. Sur les hommes, certains m'ont même raconté de nouveaux contes et de nouvelles histoires merveilleuses,et sur les Esertaris. En effet, j'ai parfois voyagé avec des gens de ma "race" (j'ai appris à ne pas aimer ce mot). C'est ainsi que j'ai entendu parler de la guerre qui a failli tous nous tuer et que j'ai appris à mieux me connaître via nos particularités ethniques. Il paraît qu'il existe d'autres mythes mais mes compagnons n'en savaient pas plus. Mais je compte bien mener mes recherches! C'est donc après un long voyage de plusieurs années que je n'ai pas comptées, faites de bonheurs, de rencontres et riches en apprentissages que je suis arrivée en Afrique, terre de souffrance.

    C'est ma curiosité souvent reprochée par la directrice de l'orphelinat qui m'a valu les événements suivants. J'étais alors en Afrique, je passais dans une zone sédentaire afin de me ravitailler en eau et en nourriture quand j'ai entendu des cris hors du village. Désireuse d'en connaître la raison, je me suis dirigée vers l'origine des appels. Et c'est là que je vis des hommes européens attaquer des Africains sans défense. Dans un soucis de bien faire et pour savoir pourquoi ils les attaquaient, je m'approchais pour les séparer. Mauvaise idée apparemment car avant que je ne m'en rende compte, je me retrouvais enchaînée avec ceux que j'avais tenté d'aider. Malheureusement, je n'ai pas pu faire une longue route avec eux. La ville suivante me donna à une autre maison. Nous étions sur une estrade de bois, les gens passaient, nous regardaient, criaient des choses dans une langue que je ne connaissais pas, sûrement de prix. Puis un homme m'a désignée. Il a parlé sèchement, on m'a détachée et donnée en laisse. J'ai ensuite été conduite dans un domaine où des gens travaillaient péniblement. On m'a faite entrer dans la maison et on m'a présentée devant un homme, la vingtaine, et plutôt beau. Il m'a observer longtemps puis m'a adressé la parole dans cette langue étrangère. J'ai répondu en anglais car j'ai compris durant mes voyages que c'était la langue la plus comprise. Il a dû deviner que je parlais pas la même langue que lui, a aboyé un ordre et on m'a fait sortir.

    Depuis, je travaillais dans les champs avec d'autres personnes. Certains étaient petits comme des nains, d'autres étaient à moitié plantes ou animal. Il y en a même qui pleuraient du sang si on se blessait à côté d'eux. C'était glauque. Les autres avaient l'air humains mais peut terre étaient ils aussi des mythe? Mais la majorités était des Esertaris. Le jour, on travaillait sans relâche et le soir, on dormait un maximum. Mes journées étaient pour ainsi dire vide par rapport à celles de l'orphelinat. Je me mis à regretter cet endroit. Peut-être aurais-je pu rester et y travailler en tant que surveillante... On parlait rarement pendant les travaux. C'était aussi peut-être parce qu'on ne parlait pas la même langue? En tout cas, j'ai compris au fur et à mesure des coups que donner son avis et se faire remarquer n'était pas une bonne chose. Alors je me faisais remarquer le plus possible afin d'ennuyer au maximum ces gens qui nous surveillaient. Mais quand le maître du domaine est passé pour la première fois depuis mon arrivée, ma collègue de travail me fit comprendre par des gestes rapides et paniqués de rester calme. Elle s'inquiétait pour moi et je trouvais cela gentil. Je restais donc à travailler, tête baissée. Puis l'homme, qui est quand même beau pour un tortionnaire, partit en emmenant une femme avec lui. Je me tournais vers ma voisine pour demander des explications mais son regard me suffit. Le même soir, je cherchais une personne parlant anglais et la questionnais sur tout. Qui était cet homme? Pourquoi y avait-il autant de mythe ici? Qu'était il vraiment arrivé à la jeune fille qui n'était pas revenue? Et on me répondit. Cet homme? Un Sexire, un homme qui vit grâce à ses rapports. Les mythes? C'est parce qu'il ne veut pas avoir de rapports avec des gens qui ont essayé d'exterminer sa "race". La jeune fille? Elle a été choisie pour passer la nuit avec lui. Non, elle n'aura pas mal. Le problème avec les rapports avec un Sexire, c'est que la sensation est toujours merveilleuse. Plus tard, maintenant dors. C'est tout ce que je tirerais de cet échange. Je pris mon mal en patience, déterminée à savoir tout sur ce qui se passait ici.

    Les jours et les années passèrent. Je travaillais, me rebellais, j'étais punie, je retournais au travail. Nuit, on va dormir mais d'abord récolter quelques informations, apprendre la langue de la région. Petit à petit, j'appris les caractéristiques de tous les mythes présents. J'insistais parfois des mois pour connaître leurs histoires. Pour certains, j'ai dû demander pendant des années. J'ai appris à parler français et mon accent s'améliore. Je raconte la situation aux nouveaux qui arrivent et je raconte parfois des histoires et des contes du fond de ma memoire, à mi-voix avant que l'on ne s'endorme. J'ai aussi appris à parler un langage avec mes compagnons d'infortune: celui de la douleur et de l'entraide. La vie de prisonnière est pénible et je ne souhaite à personne de vivre cela. C'est durant cette période que je me suis dit que les "races" étaient une manière de penser qui ne devrait pas exister. On est tous des êtres vivants et c'est comme cela qu'il faut vivre. En acceptant les différences des autres comme des richesses à recevoir gratuitement et non comme un signe de danger, de supériorité ou d'infériorité. J'ai aussi eu la "chance" d'être choisie quelque fois par le maître du domaine dont le nom me sera toujours inconnu. C'est un moment par lequel tout les esclaves passent et, bien que je déteste cet homme qui m'a privée de liberté, j'ai appris à mes dépend qu'on ne peut pas ne pas apprécier une nuit avec un Sexire. Mais que l'on soit clair: je détestais cet homme détestable. En plus je n'ai jamais rien su de lui.

    C'est ainsi que j'ai vécu une bonne partie de ma vie. Puis un jour, cet homme qui nous emprisonnait est mort. Assassiné ou de vieillesse? C'est une des rares choses que je n'ai jamais voulu savoir. Le plus important pour moi, c'est que j'étais libre. Et je comptais vivre pour tout ceux que j'avais vu tomber à mes côtés. Je maîtrisait à présent le français, l'anglais et l'Hindou. Sans compter ma langue natale, oubliée quelque part dans un désert. Ce bagage linguistique me permis de voyager plus aisément en Afrique et en Europe. Mais il faisait froid et gris sur ce continent où rien ne m'intéressait. J'ai encore voyagé un peu et c'est lors d'une rencontre avec des Esertaris dans le Sahara que j'entendis parler d'une île où l'on pouvait vivre sans risquer quoi que ce soit des hommes. Je décidais donc d'aller avec eux voir cela de mes propre yeux. Yasashi Koji était telle qu'on m'en avait parlé. Non, mieux! Un désert, des habitations aux goûts de tous et surtout, une gigantesque bibliothèque! La lumière qui baigne l'endroit me permet d'y rester malgré la température plutôt basse mais je ne peux quand même pas rester indéfiniment. Les livres regorgent de contes fantastiques et aussi d'histoires sur les mythes, le paradis! À mon arrivée, je ne mis pas longtemps à me trouver un boulot. L'île regorgeait d'enfants qui ne demandaient qu'à jouer et je décidais de m'occuper d´eux. L'esclavage m'avais apporté beaucoup de douleurs mais j'ai quand même trouvé des points moins négatifs: je m'étais musclée et endurcie, piètre compensation par rapport au travail que j'ai fourni. Mais j'ai aussi trouvé une façon de penser qui me donnait un but. J'allais essayer avec les enfants d'établir une égalité entre les être vivants. Alors quand l'île s'est ouverte aux hommes, j'ai vu dans ces nouveaux habitants une possibilités d'atteindre mon but. Un jour, je m'occuperais des enfants "humains" et "mythes" mélangé, un jour, on vivra en harmonie. J'y crois et j'y arriverai!

  • Pouvoir : lorsqu'elle lit ou raconte une histoire, Kusum a la capacité de donner vie à ce qu'elle raconte. Bien sûr, elle ne peut pas contrôler le personnage. Elle doit rester fidèle à l'histoire ou au conte d'origine, sans inventer pour diriger l'action des personnages ou des objets.

~ IRL ~

  • Nom : Fany
  • Âge : 16 ans
  • Première impression : Il faut que je m'inscrive!
  • Comment avez-vous découvert le forum ? Grâce à ma MERVEILLEUSE soeur jumelle
  • Votre Parrain : Emi Miyuki
  • D'où provient le personnage sur votre avatar et le nom du personnage ? Shirayuki de Akagami no Shirayukihime
  • Votre Skype : fanyvervoir

  • Acceptez-vous le règlement et vous y soumettez-vous ? Oui
  • Code du règlement :
  • Quel est le nom de la guerre qu'engagèrent les Humains face aux mythes ? : Kimatsu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Il était une fois... ~ Kusum Registaan Dim 29 Mai - 0:00
Bienvenue parmi nous =)

Je ne m'occupe que du pouvoir (et des techniques), et je viens valider le tiens.
Bonne chance pour le reste.

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Il était une fois... ~ Kusum Registaan Dim 29 Mai - 9:27
Bien le bonjour et bienvenue dans ce petit monde qu'est Yasashi Koji !

J'ai été surpris hier soir de voir un nouvel utilisateur et dans la foulée, la présentation qui était postée. On a peu de membres ainsi et ça fait toujours plaisir. De plus cette fiche est complète et agréable à lire...! Tu fus mon histoire du soir avant de m'endormir... Comme ces enfants de l'orphelinat.
Bon, on s'lance dans la validation ?

Remarques :

Un moment, quand tu dis que tu arrives chez l'esclavagiste, tu parles d'homme-plante. Ce n'est pas la première fois qu'on fait l'amalgame mais : les Védins ne sont pas des Mythes. Bon, comme Kusum ne savait pas, tu n'as pas utilisé ce mot donc on peut imaginer que c'est un Mythe avec le pouvoir des plantes (ça peut exister !)...

N'oublie pas non plus que le froid n'est pas que synonyme de maladie mais aussi de vieillesse. Quand elle a froid, elle escalade l'échelle du temps et quand elle est repue de chaleur, revient vers la vingtaine. Faut faire gaffe à se détail car, si la température récurrente n'inquiète pas ta chère directrice, la vieillesse spontanée que tu peux avoir est déjà plus... extraordinaire.

Appréciation :

Ton style est fluide, agréable, presque aérien (whoaaaa j'suis un artiste dès l'matin !) on a envie de savoir où tu veux nous mener, connaître la suite. Ce n'est pas de grandes épopées que tu nous proposes mais, c'est un juste retour dans le temps. J'avoue que l'Inde est une originalité. L'esclavage était une surprise aussi. En fait, spontanément, on met le récit dans notre temps surtout que tu n'avais pas mis d'indices (enfin, je ne crois pas...). C'est ce que je trouve un peu dommage. Si tu avais étayé ton récit d'une chrono, tu l'aurais encore plus ancré dans le réel. Ou peut-être ça l'aurait trop appesanti...

Et on est d'accord, on ne peut que passer une bonne nuit avec un Sexire Cool */BRIQUE/*

Tu n'as pas brûlé d'étapes dans ton récit, on a nos détails sans pour autant en avoir trop, tu as su trouver le juste milieu entre les moments précis et le temps qui s'écoule. Ça donne une fluidité parfaite. Bon, j'avoue avoir été perturbé lors du changement de personne : quand tu passes de la directrice à Kusum (j'ai relu le passage deux trois fois et basta). Sinon j'ai vu quelques fautes mais c'est anecdotique avec la quantité que tu nous as proposés (et je ne suis pas très critique, j'en fais aussi moi-même).

Bref, tout ça pour dire que rien n'est à changer, que tu es validée avec un 7/10 bien frappé et que tu as toutes mes félicitations !
*Lance des bouts de journaux en confetti et se garde une lampée de champagne, et offre du Champony à la demoiselle*

Pour la suite, je te propose de décrire l'endroit où tu vis, de créer ton autobiographie et de mettre tes liens dans ton profil. Et accessoirement... demander des Rp's Rolling Eyes
Bonne chance dans ce monde de fous !
Au plaisir de continuer à te lire !
Wss.R

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il était une fois... ~ Kusum Registaan
Revenir en haut Aller en bas

Il était une fois... ~ Kusum Registaan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Il était une fois... Carrefour!
» Il était une fois Sophie la girafe
» Il était une fois la légion [DVDRiP]Guerre
» Il était une fois, une jeune fille nommée Katharina....
» Il était une fois... La petite souris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Général :: Présentations :: Validées-