AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Worm in a Jail (Solo) [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Worm in a Jail (Solo) [terminé] Sam 10 Sep - 12:39
La pauvre Lineth se retrouvait maintenant en prison elle ignorait bien le temps qu'elle allait devoir y passer. Toutes ses pensées étaient tournées vers sa chérie. Allait-elle s'inquiéter de ne plus la voir revenir ? Très surement. Elle avait également promis de tuer l'arbre qu'elle avait aidé dans la forêt mais en serait-elle capable quand le jour viendra. Elle ne voulait pas mettre à mort, elle n'était pas dans cet optique. Elle s'était promis de ne plus jamais le faire. Allait-elle devoir rompre cette promesse ?

Elle regarda autour d'elle, un mur fait de bois, quoi de plus logique, une prison arbre, nous étions après tout dans le quartier Morany. On pouvait voir diverses gravures réalisées par ses prédécesseurs sur le bois épais. Certains textes étaient optimistes, d'autres plutôt pessimistes. On aurait pu croire que ce lieu était un recueil de poésie. Elle s'approcha de ce qui était l'unique source de lumière extérieure, regardant au dehors, elle surplombait la ville. Si on devait faire un parallèle, elle se trouverait dans un gratte-ciel surplombant la ville sauf qu'ici le building était un arbre massif. Sa cellule était petite, trois mètres sur deux, elle savait bouger mais ses déplacements restaient restreints. Dans un coin, un bac qui devait à coup sûr servir à assouvir ses besoins primaires. A l'autre extrémité, un lit de paille tout ce qu'il y a de plus rustique, sa litière si on pouvait dire. A croire qu'on la prenait pour un animal. En y pensant, était-elle réellement loin de cet état ?

Il n'était pas encore l'heure de s'aliter mais le soleil commençait doucement à décroitre. Elle aurait aimé prévenir Etheria de sa condition et Cerel qu'elle ne saurait pas venir ce soir mais son téléphone et tous ses biens personnels avaient été saisis. Elle a tout de même eu le droit de garder ses vêtements, tout ce qu'il lui restait. Sa plume porte-bonheur offert par sa tendre, disparue, volatilisée, entre les mains de ses rustres personne qui n'en comprendront jamais la signification. Elle espérait qu'elle n'avait pas fini à la poubelle, la toute première plume que sa chérie lui avait offert revêtait pour la serpentine une signification particulière.

Un garde était assis à une table, discutant avec un autre, ses geôliers semblaient rigoler. Se foutaient-ils ouvertement de la gueule de la nouvelle ? L'hypothèse n'en était pas vraiment une quand elle surprit une parole parlant d'un serpent aussi fier qu'un ver de terre. Les propos la blessèrent mais elle dû s'y résigner, elle n'avait après tout fait que chouiner incapable de défendre sa cause. le temps avançait et ne revenait pas, serpentant, elle remarqua des barres incrustées dans le bois qui devait représenter le nombre de jour de détention d'un de ses prédécesseurs. Elle les compta donc et le résultat total la fit se sentir mal, plus de 1000 jours. Quelle horreur, elle ne voulait pas croupir ici.

La demoiselle s'approcha de la porte, interpellant les gardes.

Messieurs, laissez moi sortir, je ne veux pas croupir ici toute ma vie... Soyez charitable, je suis enfermée ici à tort, je n'ai rien fait de mal.

L'un d'eux s'approcha, le visage semblant compatissant. l'espoir naquit dans les yeux de la jeune femme qui les avaient brillants. Cela ne dura guère, elle se prit un coup de crosse au milieu du front, la sonnant à moitié. L'homme arborait maintenant un sourire carnassier.

Tu peux crever ici lombric insignifiant...

Lineth, estourbie, s'affaissa sur son lit de paille, choquée par ce qui venait de lui arriver. Elle y resta une bonne demi-heure puis regarda a nouveau par la fenêtre, tiraillée entre son envie de liberté et sa condition de prisonnière à temps variable. Sa vision lui rappela un poème de Paul Verlaine :

Le ciel est, par-dessus le toit,
Si bleu, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.

La cloche, dans le ciel qu'on voit,
Doucement tinte.
Un oiseau sur l'arbre qu'on voit
Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient de la ville.

Qu'as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?


Elle le récita a haute voix. Lorsque la dernière rime croisée sortit de sa bouche, elle fut interrompue par le gardien. Pas celui qui l'avait molesté mais l'autre. Un mécanisme retentit, une petite trappe s'ouvrit, on y déposa une gamelle en bois et une carafe d'eau avec un verre. Le repas du soir semblait léger mais la Morany n'avait pas trop la tête à manger ce soir. Elle prit donc ce qu'on lui avait servit, une sorte de boulgour et de légumes mélangés. Pas de trace de viande en tout cas et surtout une absence totale de pastèque. Elle prit son plat.

Merci pour le repas monsieur le gardien.

Elle tenta un sourire mais il ne semblait guère réceptif. Ce qui eu pour effet de lui miner un peu plus le moral. La Morany mangea dans le calme puis s'allongea, laissant la fatigue de la journée passée la submerger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Worm in a Jail (Solo) [terminé] Mar 20 Sep - 21:32
Jour 2 matin

La première nuit se passa sans encombre, sauf le réveil bien évidemment. Elle était roulée sur elle-même, se servant de sa queue comme d'un oreiller. Fort heureusement pour elle la paillasse était assez grande pour pouvoir l'accueillir. Elle était heureuse de ne pas dormir à même le sol. Cet endroit était après tout bien plus confortable que son cachot familial. La ou elle avait séjourné à la découverte de sa transformation... Le réveil aurait put-être léger si un des sadiques de gardien n'avait pas lancé une écuelle sur la tête de la demoiselle qui se réveilla en sursaut, la tête endolorie.

T'as assez dormis ver de terre... C'est l'heure du réveil... oh pas de chance ma pauvre... ta nourriture a volé partout, tu en as plein sur ton joli visage... Ca t'apprendra à traiter avec l'ennemi... espèce de Sa**** décérébrée.

Elle avait le visage couvert de nourriture, elle se servit de la paille pour nettoyer tant bien que mal. Elle n'aurait donc pas de petit déjeuner ce matin....

Lineth se leva donc, une fois sa toilette plus ou moins réalisée. Elle se demandait pourquoi les geôliers étaient si méchant avec elle. Tous, les uns après les autres... Elle avait les larmes aux yeux devant un tel traitement, une telle injustice... Elle en souffrait. Elle s'approcha donc, de l'écorce, commençant à lire un autre poème, elle souhaitait laisser évader son esprit mais le texte était d'un style plutôt dépressif mais elle ne peut s'empêcher tout de même de le lire. L'auteur portait un nom connu en fait : Joachim Du Bellay. Très certainement un Morany mouton, tout comme Paul Verlaine d'ailleurs. Cet espèce de Morany semblait assez mal vue visiblement, déjà deux poètes en prison. Elle prit donc une voix douce, récitant avec candeur les phrases tristes gravées à même le bois.

La Parque si terrible
A tous les animaux,
Plus ne me semble horrible,
Car le moindre des maux,
Qui m’ont fait si dolent,
Est bien plus violent.
Comme d’une fontaine
Mes yeux sont dégouttants,
Ma face est d’eau si pleine
Que bientôt je m’attends
Mon coeur tant soucieux
Distiller par les yeux.
De mortelles ténèbres
Lis sont déjà noircis,
Mes plaintes sont funèbres,
Et mes membres transis
Mais je ne puis mourir,
Et si ne puis guérir.
La fortune amiable
Est ce pas moins que rien ?
O que tout est muable
En ce val terrien !
Hélas, je le connais
Que rien tel ne craignais.
Langueur me tient en laisse,
Douleur me fuit de près,
Regret point ne me laisse,
Et crainte vient après
Bref, de jour, et de nuit,
Toute chose me nuit.
La verdoyant’ campagne,
Le fleuri arbrisseau,
Tombant de la montagne,
Le murmurant ruisseau,
De ces plaisirs jouir
Ne me peut réjouir.
La musique sauvage
Du rossignol au bois
Contriste mon courage,
Et me déplaît la voix
De tous joyeux oiseaux,
Qui sont au bord des eaux.
Le cygne poétique
Lors qu’il est mieux chantant,
Sur la rive aquatique
Va sa mort lamentant.
Las ! tel chant me plaît bien,
Comme semblable au mien.
La voix répercussive
En m’oyant lamenter
De ma plainte excessive
Semble se tourmenter,
Car cela que j’ai dit
Toujours elle redit.
Ainsi la joie et l’aise
Me vient de deuil saisir,
Et n’est qui tant me plaise
Comme le déplaisir.
De la mort en effet
L’espoir vivre me fait.
Dieu tonnant, de ta foudre
Viens ma mort avancer,
Afin que soie en poudre
Premier que de penser
Au plaisir que j’aurai
Quand ma mort je saurai.

Le moral de la jeune femme ne fut guère remonté a cette lecture. Certainement les dernière paroles d'un guillotiné. Elle en était horrifiée. Elle se tourna vers le gardien.

Vou..Vous lui avez fait quoi a... A Joachim Du Bellay

La réponse fut cinglante, l'homme en avait fichtrement rien à faire et prenait un vilain plaisir à torturer la jeune femme. Encore un frustré de la vie...

Vas savoir mais tu finiras très certainement comme lui. On a dû en faire du ragoût de mouton.

L'homme partit d'un rire gras, manquant de s'étouffer de sa blague de mauvais goût.

La serpentine, totalement morte de peur, se cala dans un coin de la prison, planquant sa tête derrière sa queue pour laisser des larmes s'écouler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Worm in a Jail (Solo) [terminé] Mer 21 Sep - 21:19
Jour 2 après midi

La matinée était passée mais la jeune femme commençait doucement à s'ennuyer. Elle était seule, trop seule, personne avec qui discuter sauf un garde d'une sympathie vraiment hors du commun. Qu'allait-elle donc faire ? Plus le temps passait, plus sa libération lui semblait improbable. Peut-être ne retrouveraient-ils jamais le Védin ? Ce qui la condamnerait à rester dans cette cellule pour le restant de sa vie. On lui ouvrirait peut-être la porte lorsqu'elle sera devenue un serpent. lorsque ce jour arrivera, plus jamais elle ne pourra redevenir humaine ou même semi-humaine. Rien que d'y penser, elle en frissonnait. Elle regarda dehors, il devait-être midi maintenant. Son repas allait arriver, elle espérait que cette fois elle aurait l'occasion de manger de cette soupe au gruau. Son ventre criait maintenant famine.

Elle entendit le bruit d'une chaise qui racle le sol, puis un bruit de pas sur le sol. Il arrivait, elle le savait. Celui qui allait très surement se moquer d'elle, la traiter de tous les noms jusqu'à ce qu'elle succombe. Quelques vers lui traversèrent l'esprit et elle ne put s'empêcher de les réciter.

Au sein d’une cellule sombre
Logée au cœur de l’arbre sylvestre
Le soleil couchant me dévoile les ombres
Qui doucement empoisonnent mon être.

Je suis seule et dans le tourment
Une âme pure viendra me secourir
Les portes s’ouvriront sur mon amant
Pour que mon cœur arrête de souffrir.

Je vois cette grande faux
Au-dessus de ma tête
Se réjouir à tue-tête
De ma mise à l’échafaud.

Etheria, cesse de me faire languir
Je ne veux pas dépérir
Vient défoncer cette porte
Avant que je ne sois morte.

A peine ses quelques rimes terminée, une gamelle vint heurter le visage de la jeune femme de plein fouet.

Tu vas la fermer avec ta poésie de merde... Tu me casse les oreilles. Pends toi, ça nous fera des vacances... On devra plus te nourrir ainsi. Une bonne façon de faire des économies.

Des autres bruits de pas résonnèrent se firent entendre, elle n'y avait pas prêté attention mais la personne devait déjà être là. Elle le comprit à la réaction de celui-ci

Hervey, tu vas arrêter de l'embêter comme ça ? C'est pas parce que ta femme t'en fais voir que tu dois t'en prendre à elle. Elle est en prison, oui, elle a été enfermée pour certaines fautes mais cela ne sert à rien d'amplifier les choses. En plus, ce poème était beau quoi qu'un peu maladroit mais tu n'as pas le droit de la juger ainsi.

Le fameux Hervey reprit la parole.

Oh tu me fais chier aussi toi aussi, c'est ton tour de garde... Tu n'as qu'à aller lui parler si elle te plait cette horreur.

Des bruits de talons qui se tournent, des pas lourds d'une personne visiblement contrariée et une porte qui claque puis le silence à nouveau.

Hum...Hum, il faut l'excuser.

La petite porte permettant de passer les gamelles s'ouvrit et une mains d'un homme qui semblait jeune, environ la vingtaine passa à l'intérieur. il avait une pilosité légèrement blonde.

Votre poème était plaisant, veillez juste à y mettre plus d'espoir. Voila de quoi manger...

La trappe se referma derrière et il s'éloigna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 27

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Étudiante
Pouvoir :: Les vecteurs
MessageSujet: Re: Worm in a Jail (Solo) [terminé] Dim 30 Oct - 17:40
Jour 3 Matin

Les premiers rayons du soleil commençaient à percer à travers les arbres. L'astre luminescent dardait ses premiers rayons à travers les barreaux. La chaleur venait doucement réchauffer le visage de la serpentine. Son corps commençait à absorber de l'ergocalciférol et du cholécalciférol, rien de tel pour avoir une bonne santé et un joli teint de peau. Ses yeux s'ouvrirent avec lenteur, il était encore tôt, dans les environs de huit ou neuf heure. Elle était dans l'incapacité de le vérifier, toutes ses affaires personnelles avaient été saisies lors de son incarcération. Lineth s'assit sur le bord du lit de fortune qui était le sien, la demoiselle étira ses bras derrière elle. Une fois ses étirements terminé, elle se dressa sur sa queue.

Une nouvelle journée commençait, le repas du matin n'allait pas tarder. Elle espérait de tout coeur avoir affaire au gardien sympathique de la journée précédente et non à celui qui ne cessait de l'invectiver et de la rabaisser. Il était inutile de préciser qu'elle n'appréciait guère le sobriquet de ver de terre qu'il lui avait attribué. Le gardien avait de la chance qu'elle n'était pas aussi agressive que l'espèce dont elle était issue.

Des bruits de pas résonnèrent dans le couloir, se propageant jusqu'à l'intérieur de sa cellule. Quelqu'un se rapprochait de la porte, la trappe s'ouvrit et une gamelle vola dans sa direction, répondant à la question qu'elles se posait quelques minutes plus tôt. Elle n'eut pas le temps de l'esquiver les gruaux infâmes venant s'épandre au niveau de son poitrail.

V'la ta merde grognasse bouffe bien...

Elle passa un doigt à l'endroit ou la nourriture avait atterrie puis l'amena à sa bouche, elle n'avait guère d'autres choix si elle voulait se sustenter. Elle mangea donc ce qu'elle pu mais avant de pouvoir terminer, des bruits de pas résonnèrent. Des voix retentirent, elles se rapprochaient de la porte. Lineth se débarbouilla donc en vitesse pour effacer les traces du repas raté. Elle se serait attendue à ce que le garde jure mais...rien, le nouveau venu semblait avoir été accueilli avec respect.

La voix était celle d'un homme, austère, sévère, mais tout de même chantante... un peu comme une hirondelle. Le judas de la porte s'ouvrit et elle distingua des yeux rouges.

"Mlle Synë, le grand jour est arrivé. Terminez votre repas, il vous sera utile. Prévenez-moi quand vous aurez fini."

"Je...J'ai fini... mais suis-je vraiment prête à l'affronter ? Ce...Ca c'est une autre histoire."

La porte s'ouvrit et elle pu découvrir son interlocuteur, un Morany hirondelle que certains reconnaîtront sûrement : Grizmin. C'est ainsi que la serpentine quitta la prison sous bonne escorte.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Worm in a Jail (Solo) [terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Worm in a Jail (Solo) [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» Un soupir vient souvent d'un souvenir ... [solo, terminé]
» Un anniversaire, une nostalgie [Solo] [Terminé]
» Enfin une issue [SOLO] (terminé)
» Série de meurtre en Mavreah [Rp solo terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Morany :: Sypholios-