AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Folles pierres [Quéte][terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Jeu 30 Mar - 23:51

J’étais prêt et j’observais les alentours ; un loup à l’affut. Même mon maitre, je me souviens, lorsque ma rage était la plus forte tout comme ma douleur, me comparait à un animal sauvage. Mais on n’a pas besoin d’être une bête pour être enragé ; juste d’avoir de la haine, de la colère et les sens affutés. Comme si, ce qui allait suivre était en fait un repas longtemps attendu. Est-ce cruel de dire ça ? Je ne sais pas vraiment en fait, je sais juste que je ne suis pas à mon premier coup d’essai. Je prenais des notes dans un coin de ma tête ; deux gardes à chaque entrée ; des guerriers en somme… Qui ont très certainement l’habitude des coups de face, mais jamais des magouilles des assassins qui peuvent arriver dans leur dos. Après tout, on nous sous-estime, nous ne sommes que des êtres fragiles de leur point de vue, je pense. Mais c’est parfois à notre avantage. J’observais un moment leurs déplacements, je m’aperçus alors qu’un garde seul se déplaçait à chaque fois pour faire son rapport et récupérer celui de ses camarades. Ce qui me compliquait davantage la tâche était la surveillance générale de la montagne. Je devais donc trouver un endroit plus propice que celui-ci ou je pourrais faire ce que j’avais à faire sans me faire voir et sans qu’ils se doutent de quelques choses et ceux, avant plusieurs minutes. Au moins, la nuit était avec moi… Et me déplacer d’un endroit à l’autre sans me faire voir n’en devenait que plus facile. Je trouvais finalement ce que je cherchais, une bonne cachette avec ce que je voulais comme condition. Quand le bonhomme passait, après ce qui me semblait une éternité, je l’endormis ; lui mettant mon chiffon trempé d’éther et l’autre bras me servant à lui tenir son membre armé, fermement. Je n’ai pas la carrure pour tenir une éternité comme ça, mais ce n’est pas le but, le produit devait faire effet rapidement, emportant cette masse dans les bras de Morphée. Je le trainais un peu plus à l’ombre, avec son arme et le ligotais fermement avec mes cordes. Je dus le trainer, aussi discrètement que possible. Et je pris aussi son arme avec moi bien que ça ne me facilitait pas du tout les choses…

C’était une affaire de temps pour filer avant qu’ils se rendent compte de quelque chose. Une fois dans un coin, relativement en sécurité, j’eus une brillante idée. Je lui administrais un sédatif pour animaux, pour être sure qu’il ne se réveille pas en route, ce gros balourd. Je trainais le corps inerte d’un endroit a un autre, aussi rapidement qu’il m’était possible mais sans imprudence. Dès que j’entre apercevais des gardes arrivés vers ma position, je nous trouvais rapidement une cachette. Laissant passer les pierres, attendant un peu qu’ils soient loin pour reprendre mon chemin. Ce fut long, cette technique, et je ne sais combien de fois je failli me faire griller. Mais l’avantage de la montagne était ces cachettes étroites que personne ne pense jamais à vérifier. C’est ainsi que je quittais la géante de pierre… La pression des risques que je venais de prendre partant doucement au fur et à mesure que je m’en éloignais.

À présent, même si l’alerte était donnée, je serais déjà plus là.

Je ne pouvais n’y aller au dessert ni au marché céleste, mais je connaissais un endroit qui devait surement être fermé et, malgré la difficulté à y aller, serait surement sur. Je devais me cacher dès que je voyais légèrement une silhouette dans les rues… Mais cela en valait la peine, même si, je devais aussi prendre les ruelles ou j’étais certains de l’absence d’éventuelle caméra. Je ne sais pas au bout de combien de temps j’y arrivais, je sais juste que j’étais en sueur, j’avais mal à ma jambe et que je redoutais à chaque fois le moment ou mon colis risquait de se réveiller en pleine route. Le parc d’attractions éteint était presque glauque, et j’aimais ça. Je dus passer par un passage dérobé pour entrer. J’allais ensuite dans la salle des machines d’une maison hantée. Ancienne attraction qui partait en ruine et était en cours de rénovation ; l’avantage est que la porte ne peut plus se fermer à clé.

Je trouvais rapidement un endroit ou mettre mon prisonnier, attaché à une colonne, sous le grincement du bâtiment. Je trouvais même une trousse à outils dans un coin. Je vérifiais une dernière fois mon joyeux caillou, je sais avoir prévue large lors des dosages de mes seringues, mais j’espère tout de même qu’il se réveille dans l’heure. De toute façon, au pire, je crois que demain encore ils sont fermés, donc ça tombe bien. Je le rattachais de nouveau, mais avec les mains derrière le poteau qui était presque trop gros pour ce que je voulais faire. Je parvins tout juste à lui joindre les mains, l’une par-dessus l’autre. Alors, je pris le plus grand clou trouvé, qu’importe son état, le positionnait perpendiculaire aux mains et à la poutre et avec un marteau, commençais à taper. Que mon masque ait un peu de sang m’importe peu, tout comme le reste. J’avais tout de même pris la précaution de planquer son arme avant de faire ça.
Je me demande si ça va le réveiller ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mar 4 Avr - 10:57
    Dans un cri strident, le Gemma se réveilla en sursaut. Son regard fou balaya la salle mais il ne reconnut rien. Où était-il ? Pourquoi était-il attaché ? Pourquoi avait-on troué ses mains ? Une attaque des Morany ? En tout cas, cet acte ne demeurera pas impuni.

    « Qui êtes-vous ? Où suis-je ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mar 4 Avr - 13:35

Eh bien, il semble que cela l’a réveillé ! Bien que sa douleur m’importe peu, son cri a été comme cette friandise que l’on donne à un enfant, pour moi. Comme quoi, même une pierre sait me faire plaisir de temps en temps, le son mélodieux de la souffrance physique, telle une musique pour mes oreilles. J’amène, en me redressant, une goutte de son sang ayant atterri sur mon masque jusqu’à ma bouche, la savourant bien comme il le fallait. Je souris, un sourire fou, cette chose que les plus chanceux ont pu constater avant… De mourir dans d’atroce souffrance. Cette souffrance que j’ai moi-même éprouvée le jour où j’ai perdu mon frère… De la main d’une misérable pierre. C’est ainsi, j’imagine, je ne peux changer le passé, qu’importe à quel point je le souhaite, mais ; je peux colorer l’avenir de sang. Celui encore plus épais et visqueux qu’auparavant, qui m’avait fait devenir ce que je suis aujourd’hui… Mais je ne dois pas m’emporter, pas tout de suite, car je dois libéré Vent Funeste… Je dois donc obtenir les informations recherchées. Mais la proie demande, perdue à jamais dans mon esprit illogique…
«- Qui êtes-vous ? Où suis-je ? »
Je vais devant lui, ce sourire toujours présent et ceux, jusqu’en enfer s’il le fallait. Je m’accroupis, lui fit « shut » en mettant un de mes doigts gantés devant mes lèvres étirées. Laissant le doute, la peut même peut être imprégné un peu l’individu devant moi. Je me relève, vais plus loin, m’appuyant sur un mur et le fixant ainsi avec cette même mine, les bras croisés, pendant une dizaine de minutes. Chacun sa façon de faire, j’aime bien faire émergé quelque grain de terreur, de folie en mes victimes surtout quand il s’agit d’aussi gros poisson.

Après ce temps-là, je me rapproche de nouveau, petit manège de l’obscurité, celle résidant dans la folie. Je m’accroupis de nouveau, attendant encore une minute avant d’enfin parlée.
« -Je ne suis que ce que tu vois, je ne suis qu’un passé forgé et un avenir tortueux. Où tu es importe peu, ainsi attaché et cloué, seul le présent devrait compter, donc ta position est inutile et incertaine. »
Je penche légèrement la tête, le sourire toujours là, l’obstination de l’égarement de l’esprit aussi. Une trentaine de secondes, je laisse écouler avant de continuer.
« -Alors qui je suis, ou tu es… Serais-tu capable d’y répondre ? Je ne serais pas aussi désireux de le savoir à ta place.
Surtout que j’ai moi-même des questions et il ne serait pas juste de ne point y répondre… »

J’allais chercher le marteau et quelques autres clous que j’avais vus, une quinzaine environ. Je les mis derrière moi, mais de manière à ce que mon prisonnier d’honneur les voix. Je repris cette position initiale.
« -N’est-ce pas ? »
La menace silencieuse était largement percevable, même pour le plus simple esprit. Je me léchais la lèvre avant de continuer, le sourire s’étendant.
« -Alors… Quelle est la position de chaque passage secret de la montagne, de chaque issue dérobée ? »
J’étais attentif… Dis mon cher, ou fais attention aux conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mer 5 Avr - 9:59
    Blood prenait son temps. Une technique qui pouvait fonctionner avec un lâche, ou après avoir instillé la peur et une grande souffrance. Là, la douleur du Gemma allait en diminuant. Surtout, il put constater que son ravisseur était seul. A moins que les autres ne soient dehors ? Cet endroit… Un bâtiment abandonné. Ils devaient être en ville, car ça ne ressemblait pas à l’architecture typique des autres quartiers.

    Blood ne dit rien, ou pas grand-chose. Le silence parlait davantage pour lui. Surtout, il diminuait l’espoir du prisonnier d’être retrouvé. Pourtant, vu leur système de tour de garde, ses collègues devaient déjà avoir remarqué son absence, d’autant plus s’il a pu être transporté jusqu’à la ville. Etrange cependant qu’un Morany ne l’amène pas plutôt dans leur forêt. Peut-être pour troubler le Gemma ?

    Blood demanda les passages secrets vers la montagne. C’était donc ou un Morany ou un de leur partisan. Un Esertari peut-être ? Le Nomade avait beau se dire neutre, il appréciait davantage les animaux que les forgerons. Le marteau et les clous présageaient de ce qui attendait le garde. Ou il allait mourir dans d’atroces souffrances, ou il trahirait son peuple, son honneur et sa famille. Deux choix tout aussi répugnant l’un que l’autre.

    « D’accord. D’accord… Je vous dirais tout. Approchez. J’ai du mal à parler fort. Sans doute votre produit… »

    Blood leva un sourcil et caressa le manche du marteau avant de lui sourire.

    « Vous allez devoir faire un effort mon cher… Ma patiente a des limites… »

    « Connaissez-vous le souhait… de tout garde Gemma ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mer 5 Avr - 13:45

Je suis couvent obstinée, voir tout le temps en fait. Mais c’est ma nature, surtout quand mon corbeau est retenu prisonnier par une chatte… Mais quand tout sera fini, je ne compte pas passer mon chemin aussi facilement, je me vengerais forcément un jour. Mais ce n’est pas le moment, il faut déjà que je libère les plumes. Ainsi piégé, voilà que la pierre essaye quelques stratégies sans aucun intérêt.
« -D’accord. D’accord… Je vous dirais tout. Approchez. J’ai du mal à parler fort. Sans doute votre produit… »
Je lève un sourcil, je ne suis pas un imbécile... Je caresse de manière distraite le manche du marteau avant de le fixer de nouveau avec mon sourire.
«- Vous allez devoir faire un effort mon cher... Ma patiente à des limites...»
Qu’avait-il cru ? Ce genre de manigance, je ne les connais que trop bien… Tu n’essayes pas des techniques lâches d’assassin… Sur un assassin, ça me semble logique pourtant. Je le fixe, insistant, encore une chance mon beau. Essaye encore une seule fois de m’avoir d’une quelconque manière, et il me restera quinze moins un clou.
«-Connaissez-vous le souhait… de tout garde Gemma ? »
Je ricane légèrement, ne veut-tu pas dire le souhait de tout Gemma ? Ne parle pas de cela, mon frère en avait aussi un, vivre, mais votre peuple ne lui a pas donné cette chance. Je suis son contraire et c’est votre cruauté de ce jour qui m’a rendu ainsi, haineux et plein de colère !
« -Le souhait de tout garde Gemma… Vraiment, laisse-moi deviner ; protéger les faibles, rendre justice… Tuer un orphelin qui n’avait rien demandé à personne ? Mon cher gemma, tu n’as vraiment pas de chance, on m’a obligé à faire ça, mais vois-tu… Je n’ai que de la haine envers vous. Mais dites toujours… »
De manière théâtrale, je claquais des doigts. L’ombre se matérialisait autour du prisonnier, la noirceur de mon cœur. Et elle durerait en plus… J’aime distiller la peur, surtout quand on me titille ainsi.
« -Dite donc… Mais j’espère pour vous, que c’est assez intéressant… Ou subissez ma colère. Vous savez, me dire ce que vous savez pourrait vous éviter ce moment désagréable au lieu de jouer au plus malin. »
Dans le noir installé, je pris le marteau en main ainsi qu’un clou… Ce dernier que je laissai cogner contre les autres, avant, laissant une menace percer le bruit oppressant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Jeu 6 Avr - 22:28
    Blood ne connaissait décidemment rien aux Gemmas. Le prisonnier tenta d’ignorer la pénombre s’installant ainsi que le cliquetis des clous. Sa parole lui donnait du courage, il s’efforçait à s’accrocher à cette idée :

    « Le souhait de tout garde Gemma est de rejoindre les guerriers d’élite. Nous tous qui surveillons la montagne nuit et jour les prenons comme un exemple à suivre, un idéal à atteindre.
    Je ne suis pas dupe. Ou vous me torturez jusqu’à ma mort, ou je trahis les miens sans garantie que vous ne me tuez pas.
    Mais quel est le dernier exemple que nous prodigua nos idoles ? Un affrontement contre les Morany et des morsures contaminants. Soit ils mourraient, soit ils allaient devenir des ennemis à notre cause en survivant. Qu’ont-ils choisi ? Ils ont tranché leurs membres sans la moindre hésitation pour ne pas devenir l’ennemi, pour ne pas trahir les leurs.
    Pour notre peuple ! »


    Le prisonnier recruta l’ensemble des muscles de ses bras, cherchant à écarter ses mains. Dans un râle mêlant douleur et détermination, il s’arracha plusieurs doigts dans une gerbe de sang, ainsi qu’une bonne partie de ses mains. Sans doute ne pourra-t-il plus jamais les utiliser. Sans doute ne pourra-t-il jamais devenir un guerrier d’élite. Mais jusqu’au bout, il en aura eu l’âme.

    Le Gemma ignorait où se trouvait son ravisseur. Il ne pouvait d’ailleurs rien voir. Mais, ce que Blood ignorait peut-être : cette race est attirée par leur arme. Ils savent les retrouver. Alors, évitant de s’interroger sur son ravisseur, le prisonnier se focalisa sur sa fourche et courut dans sa direction sans se soucier des obstacles sur son chemin, car il savait que s’il ne l’atteignait pas, il mourrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Ven 7 Avr - 0:55

Un Gemma reste un gemma, un bloc de pierre, rien d’autre. Vraiment, le souhait de tout garde Gemma ? Et puis quoi encore ? Moi aussi j’avais un souhait à une époque, mon frère aussi, mais tout a été brisé, tout, mon âme a grandi et c’est noirci. Car c’est comme ça que je vis à présent, dans cette folie qui m’est propre, depuis que le jour est devenue nuit et les larmes, des gouttes de sang. Quand mes mains, autrefois innocentes, sont à présent ceux d’un meurtrier dont la soif n’est jamais satisfaite.
«-Le souhait de tout garde Gemma est de rejoindre les guerriers d’élite. Nous tous qui surveillons la montagne nuit et jour les prenons comme un exemple à suivre, un idéal à atteindre. »
Sauf que les idéaux meurent un jour, les idoles aussi, rien ne perdure à part la souffrance. Je suis certainement plus jeune que lui et pourtant, je l’ai déjà compris. Je ne sais pas pourquoi, mais je l’envie d’avoir encore quelque chose comme ça.
« -Je ne suis pas dupe. Ou vous me torturez jusqu’à ma mort, ou je trahis les miens sans garantie que vous ne me tuez pas. »
À croire qu’ils ne sont pas complètement idiots, car effectivement ; abréger les souffrances ne veut pas forcément rendre la liberté a quelqu’un dans une certaine mesure. Tout dépend quel sens vous donnez à vos paroles.
« -Mais quel est le dernier exemple que nous prodiguèrent nos idoles ? Un affrontement contre les Morany et des morsures contaminants. Soit ils mourraient, soit ils allaient devenir des ennemis à notre cause en survivant. Qu’ont-ils choisi ? Ils ont tranché leurs membres sans la moindre hésitation pour ne pas devenir l’ennemi, pour ne pas trahir les leurs.
Pour notre peuple ! »

Je sentais mon sang bouillirent dans mes veines à ses derniers mots, une rage encore plus ancienne que celle de mon frère ; l’abandon. La question longtemps posée de notre place, de ce que l’on était, des regards sur la plume dans nos cheveux. Oui, cette existence longtemps trompée… Un peuple, qu’est-ce ? Pour nous, ce n’était que ceux qui nous avait donné cette vie d’orphelin et rien d’autre. Mon frère disait qu’il devait y avoir une raison, je ne l’ai jamais cru… La vérité était sans aucun doute que l’on nous avait abandonnés.

Pensant, le cri de douleur du prisonnier m’arrachait de mes pensées, je reculais d’un coup. Hé ben, vu l’état dans lequel il s’est mis, je me demande ce qu’il compte faire. Je ne pense pas qu’il puisse discerner quoi que ce soit, mais il se dirige directement vers où j’avais planqué son arme ridicule. Je le notais dans un coin de ma tête pour la prochaine fois. Je le laissais faire, c’est qui, qui va devoir nettoyer après ? Vraiment, c’est moins drôle quand c’est auto infligée. Je soupire, j’applaudis légèrement deux, trois fois.
« -Au moins, la prochaine fois, je saurais que je devrais m’armer au lieu de jouer à l’opportuniste de dernière minute. »
Pourquoi le dire à haute voix ? Faut-il vraiment une raison ?
« -Vous avez de la chance d’avoir encore des idoles… Un peuple, mais vous savez, il ne faut pas grand-chose pour qu’il vous trahisse. Que ferez-vous ce jour-là ? Que ferez-vous, vous, être bornée, le jour où vous perdrez tout ce qui vous est cher ? Sincèrement, si mon ami, qui, je vous fais une fleur, est effectivement un morany n’avait pas été fait prisonnier par un de ses compères, je ne serais pas là à prendre mon pied avec vous. De plus, son geôlier, une fois que j’aurais réussi à le libérer, aura une belle surprise ; Je pense que la tête de quelques moranis va augmenter sur le marché noir.
Je vous raconte tous cela, car je ne pense sincèrement pas que vous alliez bien loin dans votre état de toute manière. »

Je parlais en me déplaçant constamment, pour ne pas être une cible facile à cause du bruit. Je m’arrangeais à être toujours hors de sa portée. Même s’il s’enfuyait, vue comment il pisse le sang et vu l’état même de ses mains, il ne représentait pas un réel danger direct pour ma personne.

Vraiment, ce mec.
« -Mon maitre me dirait probablement de me maitriser et n’aurait certainement pas voulu que j’aille aussi loin, mais… Vous savez, quand on retire la muselière à un loup affamé ce qui se passe… »
J’ai une idée… Autant le laissé s’épuiser tout seul, crevé tout seul…
« -Si on jouait à un petit jeu… À votre avis, qu’est-ce que je suis ? Et surtout, maintenant que je sais que je ne pourrais pas faire grand-chose de vous, pensez-vous vraiment que je ne vais pas lancer mon dévolu sur, disons… Quelqu’un de plus jeune ? »
Comme, un enfant ? Dans cette obscurité, que va-tu répondre, petite pierre privée de soleil ? Vas-tu enrager ? Vas-tu deviner ? Vas-tu jouer à mon jeu ? Je me tais le temps qu’il réponde, un silence stressant… Me déplaçant toujours, de manière à ce que l’on ne me localise pas. Hors de portée… Que va te faire ? Je risque tellement, mais… C’est tellement tentant et il m’intrigue. Une envie irrationnelle de savoir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Ven 7 Avr - 18:09
    Le Gemma n’écoutait Blood qu’à moitié, se focalisant simplement sur le bruit pour savoir s’il s’approchait ou non, histoire de savoir s’il devait faire demi-tour pour tenter de riposter ou s’il pouvait continuer à fuir. Enfin, fuir… Il cherchait plutôt son arme pour le moment.

    Et c’était à bout de souffle, après avoir trébuché plusieurs fois et profitant de l’adrénaline pour tenir debout qu’il trouva son arme cachée derrière une machinerie : une lance. Evidemment, il ne pouvait la saisir avec ses mains, mais un simple contact avec cette dernière suffisait pour user de son pouvoir. Ainsi, alors qu'il posait son pied dessus, un mur étrange et rosâtre prit forme pour séparer le coin de la pièce où il se trouvait du reste. Ce n’était qu’ensuite qu’il s’attarda sur ses mains, bloquant la sortie du sang à l’aide de cette même substance rose.

    Son pouvoir ? Celui du chewing-gum.

    A présent qu’il s’était plus ou moins sécurisé, il pouvait s’attarder sur les propos de Blood, tout en réfléchissant à une issue de secours. Mais comment s’échapper alors qu’il n’y voyait absolument rien ? Blood voulait s’en prendre à d’autres Gemmas… Mais que pouvait faire le prisonnier ? Il était blessé dans un endroit inconnu, alors que pouvait-il faire ? A part parler, gagner du temps ou tenter de le convaincre ?

    « Je… Donc si je comprends bien… Vous préférez vous mettre toute une race à dos… A cause d’un maître chanteur plutôt que de leur demander de vous aider ? »

    Plutôt étrange comme stratégie.

    « Votre action aura… des conséquences. Le Titan pensera à une attaque des Morany… Aussi, il leur rendra la pareille… Qu’en dira votre ami Morany ? »

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Ven 7 Avr - 18:54

Il prit son temps pour trouver ce qu’il cherchait, c’était pitoyable… Vraiment, cette grosse limace espérait quoi en plus ? Sincèrement, il y a un moment où il devra bien s’avouer vaincu. Mais il finit par trouver ça chère et bien aimée, son arme quoi. Je me demande comment ça s’appelle l’amour pour un objet quelconque. Heureusement que je ne partage pas la même relation avec ma faux ! Ce qui me surprit, c’est la formation de ce mur rose, isolant mon prisonnier. Je grommelais légèrement ; ça ne va pas me faciliter la vie. Bon, essayons de voir le côté positif ; je ne pense pas qu’il ira bien loin quand même, il s’est juste coincé davantage dans une position plutôt incertaine.
«-Je… Donc si je comprends bien… Vous préférez vous mettre toute une race à dos… À cause d’un maître chanteur plutôt que de leur demander de vous aider ? »
Je ne pus m’empêcher de rire, douloureusement, aider… Ce mot, il n’existe pas dans le monde où je vis, ce n’est qu’un mot pour soumettre les autres… Mon ami m’avait un jour sauvé la vie, son peuple l’avait trahi tout comme le mien m’avait trahi. Ma chère et tendre aussi m’a tourné le dos, son père adoptif, un Gemma, avait tué mon frère. Alors j’ai une question ; comment peut-on espérer de l’aide dans une telle situation ?
«- Votre action aura… des conséquences. Le Titan pensera à une attaque des Morany… Aussi, il leur rendra la pareille… Qu’en dira votre ami Morany ? »
Je regarde mes bras, il croit vraiment que cela me déplairait ? Vraiment ? Il y a des choses qui ne changent pas, je ris à en avoir mal… Je mets ma main gauche sur mon cœur douloureux, douloureux d’un passé trop bien vécue…

Ce passé qui ne m’a apporté que souffrance et larme.

Je fixe le mur en me déplaçant, essayant de me calmer difficilement.
« -C’est assez alléchant cette bataille que vous promettez. Avec un peu de chance, cette diablesse relâchera assez sa surveillance pour que je puisse récupérer mon maitre. Qu’est ce qu’il dirait ? Moi comme lui n’avons rien a espéré de n’importe quel peuple et ceux qui l’ont trahi un jour n’auront que ce qu’il mérite. Vous me faites rire avec votre sois disant aide. Vous êtes du genre à tuer sans réfléchir et à ce que je sache, personne ne peut ramener les morts à la vie. Je devrais sans doute vous remercier remarque ; sans ce Gemma, je ne serais sans doute jamais devenue comme ça, à aimer le sang et la mort… »
Paradoxalement, je me léchais les lèvres tout en ayant les larmes aux yeux. Je ne sais pas pourquoi je suis ainsi, je me repassais en boucle la mort de mon frère dans la tête. Mes yeux reflétaient ma folie, ma vois à la fois la tristesse, la rage et la joie. Je me déplaçais de plus en plus vite, comme un loup affamé.
« -Toute une race à dos ? Tout est relatif dans le monde ou l’on vit. Je n’ai jamais vraiment ressenti quelques choses depuis ce jour, comme une brume. Mon maitre espère sans doute m’en faire sortir, mais voyez-vous… »
Je me rapproche dangereusement du mur, le temps de quelques mots.
« -Il n’est pas là. »
De nouveau, je m’éloigne, mais moins, concentrant mes déplacements surtout aux alentours du mur, d’un pas rapide.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Sam 8 Avr - 12:11
    Les Gemmas lui auraient fait du mal ? En tout cas, Blood ne les aimait pas. Cependant, pourquoi une attaque contre les Moranys relâcherait la surveillance d’une ravisseuse ? Cette dernière faisait partie de cette race ? Ca signifiait donc que son ami était prisonnier là-bas ?

    « Et si votre ami mourait suite à l’attaque des Gemmas… Que vous aurez vous-même provoquée ? »

    Blood parlait et se déplaçait, mais rien ne se produisait. Le mur du prisonnier était donc suffisant pour le garder à l’abri ? Dans les propos du kidnappeur, il semblait sujet à ses émotions. En tout cas, il n’était pas très stable, mentalement parlant. Un psychopathe à n’en point douter.

    De son mur, plusieurs boules de la taille d’un ballon de foot s’envolèrent dans la direction des derniers mots du Zéphyr. Des boules de chewing-gum qui, si elles le touchaient, l’emporterait se coller à la paroi derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Sam 8 Avr - 13:31

Ma rage était très forte, ma haine aussi et ma surexcitation, à l’approche d’un dénouement… Délicieuse. Vraiment, mes pas étaient de plus en plus rapides, tel un prédateur tournant autour de l’arbre auxquelles sa proie s’est réfugiée. Même si le repli envisagé par mon prisonnier était un mur rose. Je me léchais les lèvres, viens mon cher, viens dans la gueule du loup que je puisse me repaitre de ta peur et de ton sang.
«- Et si votre ami mourait suite à l’attaque des Gemmas… Que vous aurez vous-même provoqué ? »
Toujours en déplacement constant et rapide, je réfléchis en quelque sorte… Vent Funeste peut voler et c’est un corbeau, il ne serait pas une cible prioritaire. Que ferais-je s’il périssait ? Je pense que je tuerais encore plus, tout simplement, qu’est-ce qui me retiendrait alors ? La raison ? Je l’ai perdue depuis fort longtemps. La conscience ? Elle est partie en même temps que mon frère. Le cœur ? Il m’est douloureux, toujours en souffrance, il ne me reste rien que mon maitre, rien d’autre, après…. Je n’aurais plus rien à perdre. Cassandra peut-être ? On a toujours cherché à s’entre-tuer sans jamais réussir à porter le coup final l’un comme l’autre. Nous sommes maudits à nous détester et à nous apprécier à cause de notre passé, mais ce n’est certainement pas elle qui me retient à ce monde perfide.

La haine et la rage sont mes seules amies et Vent Funeste, mon gardien. C’est ainsi qu’est résumée ma vie.

Je vis, vite fait, des boules se diriger vers mes dernières paroles, mais je me déplaçais toujours. A cette tentative ratée, j’allais me mettre à l’abri derrière une machinerie proche pour parler.
« -Si mon ami mourrait… Plus rien ni personne ne pourrait me retenir, j’imagine… Il ne me restera qu’à faire couler le sang à longueur de journée… Même si vous sous-estimez mon maitre, après tout, même le marché noir n’a pas compris qui il était.
Mais je crois qu’il est temps de toute manière, comme vous venez de me le signaler. »

J’attends un peu, dans le cas d’une autre offensive avant de me diriger vers le marteau et les clous. Je pris le marteau, le lançant sur le mur rosâtre. Si j’ai un petit espace en haut de cette architecture visqueuse, j’y lancerais les clous… Mais pour l’instant, je me déplaçais à nouveau, vite.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mar 11 Avr - 22:40
    Le marteau s’enfonça sur quelques centimètres dans le mur avant que la substance ne reprenne sa position d’origine, l’outil collé dedans. Pendant ce temps, le Gemma continuait d’éjecter ses bulles de chewing-gum un peu partout dans l’espoir de toucher le Zéphyr. Et même s’il ne l’affectait pas, ses projectiles collant tapissaient lentement la pièce, réduisant ainsi les déplacements possibles de Blood. Bientôt, il ne pourrait alors bouger sans poser un pied dans du chewing-gum et donc être bloqué.

    Quant au mur, on pouvait y voir à travers par endroits du fait de la finesse de la structure, mais aucune zone libre pouvant permettre à un projectile de passer sans s’embourber dans le chewing-gum. Le Gemma ne pouvait faire changer d’avis à Blood, fou comme il était, mais peut-être pouvait-il le provoquer suffisamment pour qu’il commette un faux pas ?

    « Plus rien ni personne… pourrait vous retenir ? Alors qu’un estropié comme moi vous tient… en respect ? »

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mer 12 Avr - 0:19

Les Gemmas n’ont vraiment rien dans le crâne. Je me répète sans doute, mais c’est vrai, il espère quoi a lancé ses boules au pif ? Même un glandu pourrait s’en sortir ainsi. Néanmoins, j’ai une absence durant une seconde… Je vois le visage souriant de mon frère, qui me dit de le rejoindre. Je vais moins vite, mon cœur me fait si mal, si seulement j’avais été plus fort ce jour-là… Encore aujourd’hui je me demande pourquoi tu m’as fait ce don, Cat, toi qui me manques tellement… Il y a des destinées qui ne sont pas faites pour être vécus ; je ne cesserais jamais d’être hanté par mon passé. Mais c’est comme cela que je mène ma vie de tourment infinie ; je n’attends pas de jour meilleur, cette chose qui fait rêver tant de monde. Dans le fond, mon désir impossible serait de revoir mon frère même si ce n’est que pour cinq malheureuses minutes. Mais cela, je ne les aurais jamais, ce temps est passé depuis sa mort, on ne peut rembobiner cette pendule-là. Une boule passe à quelques centimètres de mon visage pour venir s’écraser sur le sol derrière moi. Elle me fit revenir à moi d’une certaine manière, il m’était plus dur de me déplacer. Il fallait que je trouve une solution et vite. J’eus une idée, je récupérais les clous vite faits et sortis, laissant la porte ouverte. Juste avant de passer, j’entendis…
«-Plus rien ni personne… ne pourrait vous retenir ? Alors qu’un estropié comme moi vous tient… en respect ? »
La porte grince et je la franchis. Répondant une fois dehors, les yeux sombrent…
« -Je ne suis pas un Gemma mon brave. Me faire insulter est mon quotidien, mais chacun a droit à ses petits plaisirs… Et vous ne faites qu’amplifier ce plaisir que j’aurais à la fin. Je me demande si vous allez rester là-dedans pour toujours ou oser vous montrer, mais cela signifierait sans doute abandonner votre arme… Cruel dilemme, n’est-ce pas ? Mon obscurité est reine, hélas pour vous… »
Je souris encore plus, claquant de nouveau les doigts… Si j’inclus le bâtiment et celle que je fais régler aux alentours, on est sur une surface d’un bon terrain de foot bien que je n’ai jamais aimé ce sport. Et le temps se rallongeait… Je regarde en l’air, n’est-ce pas le moment idéal ? Mon sourire disparait un instant seulement… Le moment de me souvenir à quel point il aurait aimé pouvoir être libre lui aussi. Mais ce n’est plus possible, car… Je cligne des yeux… Il est mort. L’arrière de mon vêtement est déchiré là où mes ailes sortent alors que je prie mon sac dans ma main libre. Je m’envole, n’oubliant pas de lancer les clous sur le sol ; il se prendra certainement les pieds dedans. Je vais sur un lampadaire éteint en hauteur, accroupi.

J’attends un moment puis entends un coup de feu pas loin de ma personne, je regarde en contrebas ; un élément imprévu.
« -Cassandra… J’espérais pouvoir t’éviter.
- Il aurait été difficile de te rater au vu de l’indice que tu laisses mon cher… Des dernières paroles ?
- Je n’ai pas le temps de jouer avec toi surtout que tu n’as aucune chance. Tu as déjà des problèmes de vus, tu espères quoi dans cette situation en t’enfonçant dans les enfers ? Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre.
- Chacun son enfer… Il est sûr que tu es en chasse, mais tu ne feras pas de prise aujourd’hui !
- Remarque, tu as raison, continues de tirer au hasard, ne t’arrêtes pas. Tu le tueras surement à ma place ainsi. Comme ça, je pourrais m’amuser un peu avec toi après !! »
J’éclate de rire, sans vraiment savoir pourquoi moi-même. Viens, mon amie, que je puisse voir ton visage quand t’aurais tué un mec innocent. L’innocence tuant l’innocent, je n’avais encore jamais vu cette pièce de théâtre où je ne ferais pas partie des acteurs… Elle hésite, elle ne souriait pas, ses yeux étaient sombres d’un sentiment inconnu, recule d’un pas. Je m’assois sur mon perchoir, les jambes croisées. C’est limite si elle hurlait, mais moi, mon ton était égal à celui d’habitude dans cette situation ; changeant.
« -Parfois, j’aimerais revenir à cette époque.
-Où j’étais faible ? Tu sais bien que c’est impossible, c’est notre malédiction.
-Cette époque où tu n’étais pas un monstre avide de vengeance et de souffrance.
-Tais-toi ! »
Je ne voulais pas en entendre plus, j’avais hurlé ces deux derniers mots d’une façon peu habituelle. Je ne savais pas ce qu’elle cherchait à faire… Je me redresse…
« -N’excite pas davantage le loup, c’est un conseil, arrivera bien assez tôt ton heure.
-Ce n’est pas moi qui suit rentrer en enfer, mais toi qui y est depuis un moment !
-Ne prononce plus aucun mot !
-Tu pourras bien sourire que je saurais toujours que ce n’est qu’un masque… Je ne vois que ta propre souffrance !
-TAIS-TOI ! »
Je la fixais à présent, je détestais que quelqu’un d’autre voie ma détresse, cette blessure qui n’est pas physique. Je ne faisais plus du tout attention à mon prisonnier… Je ne devrais probablement pas faire attention ; j’utilise les mots dans mes chasses pour terroriser, pour manipulé, mais elle… Elle les utilisait pour dire la vérité. Je ne voulais point entendre ma propre vérité, jamais ! Elle sait que je vais essayer de la tuer, elle a probablement compris qu’elle n’est pas avantagée alors pourquoi continuer ? Pourquoi ?! Je ne comprends pas, je ne souris pas, j’écume de rage. Pourquoi risque-t-elle toujours autant pour mes proies alors qu’elle ne les connaisse pas personnellement ?! Je n’aime pas qu’on touche à mes jouets !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mer 12 Avr - 16:15
    Blood sous-estimait grandement son prisonnier ? Un cruel dilemme ? Où ça ? Tandis que la pièce entière devenait rose, le Gemma posa sa main sur sa lance et du chewing-gum entoura l’arme et son membre, collant la lance à sa paume. Si lui ne pouvait la tenir, son pouvoir si.

    Le mur tomba tandis que le Gemma s’avançait sur le tapis rose sur lequel lui seul ne restait pas collé. Il avançait prudemment, à l’affût du moindre bruit suspect pour se défendre en se couvrant de chewing-gum. Il cherchait la sortie de ce sinistre bâtiment en envoyant de temps en temps une nouvelle couche de chewing-gum, au hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Mer 12 Avr - 18:37

Je ne voulais pas entendre quelqu’un d’autre dire ce que je ressentais, elle qui me perçais si facilement à jour. Son père a tué mon frère et j’ai tué son paternel, même adoptif. Certains destins ne devraient pas exister, c’est ainsi. Mais ils sont présents et c’est comme cela que beaucoup les subissent sans pouvoir y faire grand-chose. On n’y peut pas grand-chose, malgré à quel point on le souhaiterait. Parfois, la vie est un cercle vicieux, tuer me permet de la prolonger j’imagine sans en être sure. La rage est souvent un bon carburant, me permettant de marcher, de sourire ; mais ce n’est pas le cas aujourd’hui.
« -TAIS-TOI !
-T’aurais-je vexé ? Oiseau apeuré ? »
Je me lève complètement, serrant les dents. Le diable dansait dans mes yeux, les flammes déchiraient mes entrailles, métaphoriquement parlant. Ce n’était pas le feu d’un stupide espoir, de la vie ou je ne sais quelle autre légende que les Hommes inventent. Non, ce n’était que la chaleur étouffante de cette douleur d’autant, de cette rage qui me gouvernait à cet instant précis. Je regarde vers la porte ; toujours rien, je me demande ce qu’il fait, mon jouet, mais ça n’a plus d’importance à présent. Je pourrais toujours m’occuper de lui après.
« -Ma chère, des dernières paroles ? »
Ironique, c’est aussi ce qu’elle m’a demandé en premier… Incessante répétition, douloureux tourment, destin uni, mais tragique. Mon lot quotidien en somme… Elle ne souriait pas, elle avait sans doute deviné que sous cette brume, sous ce masque impossible à discerner… Mon visage était presque pareil au sien.
« -Tu n’es pas ce loup que tu prêtant être à mes yeux, juste une ombre vivant dans le passé. »
Je serre encore davantage les dents, m’envolant alors qu’elle tire vers moi, un peu trop tard. Elle doit sans doute me repérer au son… Elle attend, semble se concentrer puis une balle passe à quelques millimètres de mon aile. Je n’ai pas parlé pourtant, mais je comprends vite ; le son des battements d’ailes est bruyant dans ce silence. Je décide donc de me poser à l’écart de mon piège clouté. Elle semble perdue à savoir où tirer. Je n’aurais peut-être pas du parler de ma proie et lui confirmer que j’en ai une, car je pense qu’elle est prudente pour cette raison. Je rentre mes ailes, laissant tomber une plume noire au passage.
« -Tu crois que Cat aurait voulu ça ?!
-La ferme ! »
Je reçois une balle juste à mes pieds, je me déplace vite fait, comme je peux. Elle me connait trop bien… Je me mords la lèvre, situation compliquée dans laquelle je m’enlise.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Jeu 13 Avr - 13:50
    Le Gemma continuait son chemin, guidé par les voix des deux protagonistes qui se confrontaient à l’extérieur. Il avançait tout en envoyant ses boulles dans différentes directions, mais pas contre la nouvelle voix qui semblait ne pas être dans le même camp que son ravisseur. Quant aux clous à l’entrée… Ils s’étaient faits avoir dans le tapis de chewing-gum sur lequel le Gemma marcha. Ce dernier, une fois dehors, prit le chemin opposé aux deux autres personnes, silencieux, et s’enfuit de là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Jeu 13 Avr - 20:41


Ce que Cat aurait voulu ? Il n’est pas là pour me le dire ! Il n’est plus à mes côtés, mon gentil jumeau n’est plus de ce monde !! Il ne reste que moi, il ne reste que la haine en mon sein ! La douleur et le tourment pour cette existence entière ! Chacun sa malédiction, je suis le loup de la mienne, prêt à se repaitre de ce qui m’entoure… Le sang et les cris des innocents, celui qu’était mon frère autrefois, avec sa plume blanche. La mienne est noire comme les ténèbres bien que je ne l’avais plus en cet instant… Mais c’était pour la bonne cause, j’imagine, même si je ne pense pas que ça existe ce genre de chose. Je devais sauver mon maitre, coute que coute, et j’avais une fille en face de moi… Cette femme qui m’avait guidé étant petite avait été mon amie et maintenant, elle n’est qu’un obstacle à mon espérance profonde. Certains croient en un dieu supérieur… S’il existe, nous ne sommes que ses pantins, le fruit de son amusement quand notre cœur douloureux se meurt. Si je n’agissais pas vite, elle parlerait davantage, ça ne devait pas se produire ; personne ne doit savoir qui je suis au fond. Il est plus facile de jouer un rôle, d’être le loup que la victime que l’on réconforte… Je ne veux pas le pardon, jamais ! Sinon, comment pourrais-je continuer ? Elle ouvrit la bouche et je me précipitais sur elle. Elle se tourne dans ma direction, m’entendant sprinter, elle tire et se retrouve à terre alors que la balle me laisse une entaille le long de mon épaule droit. De peu, dis donc… Je n’attends pas, la prends et la lance contre une installation proche avec la force que j’ai et possible grâce à son petit poids de femme… Par rage, par instinct surement, par colère. Elle ne bouge plus, je m’approche, elle s’est cogné la tête, s’assommant sur le coup. Je pourrais l’étrangler, finir cela ici même. Mais je n’y arrive pas, je serre les dents, comme les autres fois, je ne peux pas l’achever. Comme ces autres fois où elle aurait pu m’achever, mais n’a pas pu non plus.

Mais sur qui déversé cette rage m’enflammant les veines ?

Je regarde vers la porte, les clous sont dans cette chose rose, il en a profité, semble-t-il… Ce n’est pas très poli… Je sors de nouveau mes ailes, m’envolant, faisant quelques tours sur la zone, de plus en plus loin si nécessaire jusqu’à repérer mon prisonnier évadé. Je me pose sur un perchoir à la fois à une distance proche, mais raisonnable. Je fais craquer mes ailes avant de les replier contre moi. J’étais trop occupé auparavant pour y penser, mais… Je peux voler à présent… Toucher enfin le ciel si triste. Moyen défensif, réaction instinctive ; je souris.
« -Il est plutôt impoli de partir ainsi… En profitant d’un élément imprévu. »
Je remarque après seulement qu’il avait réussi à prendre son arme par un drôle de moyen. Je me préparais donc de décoller de nouveau à tout geste offensif.
« -Jusqu’où vous pourrez aller ainsi ? »
Je doute que la technique que j’ai employée avec Cassandra marche ici… Ce n’est pas un corps frêle que j’ai devant moi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Ven 14 Avr - 11:11
    Le Gemma continua simplement d’avancer dans une même direction, du chewing-gum recouvrant lentement son corps et des boules qui filèrent vers la voix du Zéphyr. Tant qu’il restera dans la pénombre, il continuera de tirer au hasard. Mais cette noirceur devait bien avoir une limite, et une fois dehors il pourra se repérer pour aller chercher du renfort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Ven 14 Avr - 17:10


Comme je l’avais deviné, il me lança encore des boules et je décolle un peu tard. Ma chaussure est prise dans cette chose gluante et je n’allais pas rester attaché à mon perchoir éternellement. Je fis donc au plus simple ; je retirai ma chaussure. Je n’ai pas l’air très fin tien… Je ne comprends pas ce qu’il espère à continuer ainsi. Je réfléchis ; j’ai peut-être une idée… Je n’ai sans doute pas que mon obscurité et mes ailes. Je me concentre… Je suis le messager de la mort et de la tourmente, non ? Alors que la tourmente, mon désespoir lui soit donné, corromps son espoir en partie au moins. Surtout que ce fumier m’a obligé a enlevé une de mes godasses et je n’en suis pas particulièrement fan. Lors de cette manœuvre, j’avais dû m’envoler de nouveau… Que faire à présent ? Je n’ai pas d’arme ! Quoique ? Je retourne sur mes pas, Cassandra est toujours dans les pommes… Je lui prends son pistolet, merci ma chère même si tu n’aurais certainement pas voulu que cela se retourne contre toi, tes précautions. Je vais de nouveau vers la pierre, je reste en l’air, mais je suis obligé de me rapprocher davantage. Je ne suis pas très arme à distance, en général, je chasse avec ma faux, mais là, je n’ai pas le choix. Je vise donc le bas du brave, vers sa jambe gauche, sans être sûre de réussir à toucher. Manœuvre réussie ou non, je m’éloigne de nouveau, par précaution. Pas le plus discret du monde les coups de feu, mais je n’ai pas le choix. Vu ma maitrise de ce genre d’armement, j’ai autant de chance de l’avoir tué sans le faire exprès que de l’avoir loupé. Même si, pour la première possibilité, vue qu’il se couvre de sa substance rose, ça risque fort d’avoir amorti l’impact et de faire moins de dégâts dans tous les cas.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Sam 15 Avr - 14:26
    Le Gemma cherche son chemin à tâtons et finit par sentir une douleur cuisante à sa jambe. Mais avec son chewing-gum, la balle n’alla pas bien loin et la substance blanche boucha immédiatement le trou d’entrée pour éviter de perdre du sang.

    Le désespoir le prenant lentement, le Gemma se mit alors à courir malgré sa boiterie. Il ne tarda pas à quitter l’obscurité, lui permettant ainsi de se repérer pour prendre la direction de la montagne tout en criant à l’aide.

    Ca n’était donc plus qu’une question de temps avant que les secours n’arrivent.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Sam 15 Avr - 15:27


Ainsi, il prenait la fuite, je l’avais touché, mais comme je l’avais supposé, les dégâts étaient réduits à cause de son armure rose et molle. Vraiment, il essaye de fuir ainsi ? Je vole vers lui de manière majestueuse pour quelqu’un qui apprend tout juste. Il sort de mon obscurité, qui resterait là encore une bonne cinquantaine de minutes maintenant que je ne la maintiens plus. Elle aura au moins le mérite d’en intriguer quelqu’un, de répandre la voix du diable, les rumeurs craignant le noir… Mais rien ne peut être plus ténébreux que ma personne… Le faucon traque la pierre.


De son vol libre et sans limites, il l’observe malgré les risques… Le faucon devient alors le loup poursuivant le lapin à l’approche de la cible, le devançant même, pistolet en main. Il décrit un arc de cercle, passe devant lui en mettant son doigt devant sa bouche dans un sourire. Oui, ce même sourire que j’avais au début, malgré ma chaussure en moins… Je vais de nouveau à l’arriéré, proche, pour tirer trois fois vers la tête, espérant encore une fois que ça touche.


Pour la dernière des trois balles tirées, j’avais brièvement atterri. Puis j’avais de nouveau décollé, espérant bien entendu avoir abattu ma proie pleine de peur. Enfin, ce dernier point est certes relatif, mais je ne pouvais pas le laisser partir comme ça. En effet, il y avait un faible risque certes, mais un risque tout de même que cela ne tourne pas en mon avantage… Surtout qu’au final, je ne sais pas comment la donzelle aurait réagi pour mon ami si son peuple avait été en danger. M’aurait-elle soupçonné ? Il y a peu de chance, je ne m’étais pas présenté en tant qu’assassin, mais en temps qu’espion… Vent Funeste lui, ne serait pas étonné ; il sait que je ne suis qu’un loup dans la bergerie dans ce genre de situation… Mon passé m’a forgé ainsi et je ne suis pas de ce métal dont on a la possibilité de refondre. Je regarde vers ma proie pour regarder si elle est morte ou au moins, gravement blessé même s’il y a des chances que je l’ai loupé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Dim 16 Avr - 13:48
    La vue lui revenant, le Gemma courait aussi vite qu’il pouvait vers sa montagne bien aimée sur laquelle sa disparition avait été remarquée quelques heures auparavant. Dès qu’il quittera la ville et traversera la frontière vers le domaine des Gemmas, ses camarades le retrouveront immédiatement. Voire avant avec tout le raffut qu’ils faisaient ? Surtout avec un homme ailé qui tire avec une arme à feu plusieurs fois. De quoi rameuter bien du monde. Que ce soit un Gemma, les secours ou les policiers, la cavalerie n’allait pas tarder à arriver, et donc Blood ne pourrait agir tranquillement.

    Un mur rose vint bloquer les projectiles de son arme, ou plutôt la dernière car les deux premières furent trop rapides. Une se planta simplement dans le sol tandis que la seconde effleura le mollet du Gemma qui continuait de hurler au secours. Il avait arrêté de tirer ses boules, économisant ses forces pour s’échapper.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Lun 17 Avr - 1:59

Je continuais de bouger, remarquant que je n’avais point fait mouche… Mais aussi que la chose avait arrêté de tirer…. Il court plutôt vite malgré son état ; je ne pouvais pas le laisser partir, il a eu des brides de ma vie et je ne le voulais point. Je lui ai certes un peu trop parlé, mais disons que je partais du principe qu’il allait mourir. Eh oui, même lorsque je l’avais enfermé, je pensais déjà au fait qu’il ne ressortirait pas d’ici dans le même état que dans lequel il était entré… Vivant tout du moins, car après mon passage, c’est la mort qui attend la plupart de mes victimes… Il en est toujours ainsi, c’est comme cela que je mène mon existence maudite, dans le sang et la douleur…. Réclamant celle des autres pour apaiser la mienne. On n’y peut rien, personne ne pourrait seulement espérer me faire changer, car je ne crois plus en l’autre depuis fort longtemps… Seul mon corbeau demeurera toujours mon seul et unique gardien, ami, compagnon, maitre…. Mais il n’est pas là aujourd’hui, le loup est libéré cette nuit, la lune deviendra rouge… Fonce petite pierre, vers la fin de tout comme il en a toujours été. La seule chose vraiment réelle est la mort, sache-le, car c’est bel et bien le sort que je te réserve… Je peux être têtus mon cher, ne l’as tu toujours point compris ? Pourtant, tu le devrais à présent, regarde les traces que tu laisses derrière toi, celle de la peur, du désespoir qui continue de te serrer les poumons. N’est-ce pas ce que j’inspire ? L’enfer tout puissant, réserver à tous, même à moi, seul châtiment possible pour ce monde maudit. Une autre âme va bientôt rejoindre ton royaume, roi démon…

J’atterris non loin, souriant, tirant deux nouvelles fois, visant encore une fois la tête, mais aussi le cœur. J’essaie de nouveau, mais le bruit de l’arme m’indique qu’elle est vide. Je peste, s’il est mort ou non, dans tous les cas, je n’ai le temps de ne rien faire… En effet, j’entends du bruit au loin à part mon brave asticot. Je m’envole, allant me percher sur le toit d’un des bâtiments alentour, me baissant, me cachant. Mais je décide de retourner dans ma brume vite fait ; j’ai quelqu’un d’autre que je dois m’occuper… Je peste ; Cassandra a disparu, à croire que je ne l’avais pas sonné assez fort et qu’elle a elle aussi senti un danger qu’elle ne pouvait pas se permettre de prendre en tant qu’espionne… Même pour moi. Je retourne guetter, à la limite de mes ténèbres, en hauteur…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Titan
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Gemma
Métier :: Titan
Pouvoir :: Terre
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Lun 17 Avr - 15:51
    « Qu’est-ce qui s’est passé ? »

    Installé sur son trône de pierre, son marteau à ses pieds, le Titan observait le bout d’homme qui avait été amené jusqu’à lui. Dans l’immense salle sculptée au sein même de la Montagne, plusieurs Gemmas regardaient le corps, formant un cercle respectueux tout autour des deux soldats qui vinrent de déposer le mort.

    « Il s’agit d’un de nos patrouilleurs, disparu quelques heures plus tôt. Ses mains montrent qu’il a été attaché de manière barbare et cruelle. Mais il s’en est détaché et est mort en fuyant, très probablement. Sans doute a-t-il été interrogé ? »

    « Qui a fait ça ? » demanda le Titan.
    « Un Morany ! Qui d’autre ? » hurla un Gemma de l’assemblée.
    « J’en doute fort. Il a péri à cause d’une arme à feu et il n’y a nulle trace de griffure ou de morsure sur le corps. Les Moranys n’agissent pas si… humainement. »
    « Peut-être un subterfuge pour nous duper ? »
    « Silence ! »

    Le Titan avait parlé et tout le monde se tut. Le brouhaha fut assassiné par un simple mot de l’Héritier. Un silence pesant qui dura une longue minute. Pedro prit finalement son marteau et frappa le sol.

    « Morany ou pas, cet acte ne restera pas impuni ! »

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Officieusement assassin
Pouvoir :: Ange Déchu
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé] Lun 17 Avr - 23:33

Je ne m’étais pas fourvoyé, bientôt, des gens vinrent et cela sentait bien trop le roussit pour moi, je m’envole, embarquant toute affaire me concernant ainsi que l’arme bien entendue. J’essayais de dégluer ma godasse, mais en vin ; cela risquait de me porter préjudice, mais je n’avais pas d’autre choix que de partir sans. Vraiment… Au moins, ma brume, mes ténèbres, le temps qu’ils se dissipent auraient de quoi occuper quelques esprits et me donnaient un bon moyen de fuite. Je me replie ainsi vers les cieux sans demander mon reste… Je volais haut, sans aucun doute… Si haut, seul le manque d’oxygène m’obligeait à redescendre un peu au bout d’un moment. Le ciel, à présent que je le voyais, il me semblait si libre lorsque je ne regardais pas en contrebas… Et que dire du vent dans mes plumes, dans ces ailes que je ne pourrais que chérir à présent ? J’aimerais tellement que mon frère soit avec moi, mais ce n’est pas le cas. Je déteste ce passé, je hais cette personne qui lui a jadis hotté la vie. Qu’est-ce que l’on avait fait à cette époque pour mériter ça ? Qu’est-ce que l’on avait fait bon sang !? Aujourd’hui, les choses sont différentes, je le sais bien, je dois mériter bien des choses à présent… Et tous les proches de ceux sur qui je me suis soulagé doivent bien imaginer des façons horribles, mais bon… C’est dans cet esprit de danger constant que j’ai décidé de mener mon existence… Même si, là où je suis, tout cela me semble bien loin… Non pas que je sente apaisé, mais mon cœur me brule moins. Je ne peux pas continuer à voler pour l’instant, je ne me sens pas près de renouer avec ce genre de sentiment désastreux, de faible. Je dois me poser, absolument, je me pose sur le toit d’une bâtisse, près de chez moi une fois que j’ai reconnu l’endroit. Je range mon masque dans mon sac que j’ai récupéré avant de partir…

Je descends de là, retourne chez moi directement. Je contemple ma bâtisse miteuse ; j’imagine que même les rats ont des nids plus douillets. Pourquoi pensais-je à cela ? Pourquoi alors que le mot confort et bonheur me laissait indifférent ? C’est ce genre de faiblesse que je me dois de cacher au monde que je ne pouvais pas permette qu’une personne qui en a vent, même de quelque bride, soit en vie. Ma raison de tuer ? Je ne sais pas vraiment en fait, j’aime le sang, la mort, le désespoir des autres dans ces instants de chasse…. Car c’est surement ce que j’ai moi-même ressenti autrefois à la mort de Cat. Je regarde un instant le ciel étoilé ; tellement de choses se sont passées, est-ce que cela aura une fin un jour ? Je rentre chez moi, posant mon sac, m’allongeant directement sur mon lit. Si je ne retourne pas chez les Gemmas, cela pourrait être suspect, mais d’un autre coté, c’est risqué d’y allé. Je m’endors, tourmenté, sans m’en rendre compte.


Je suis à une table, en face de Cat, on a tous deux nos ailes, lui blanche alors que les miennes demeure noir. Je pose ma tête sur la table, c’est différent des autres fois, des autres rêves, cauchemar que j’ai déjà fait. Je ne ressens que ma profonde détresse, mais je ne peux rien faire bien que je détestais ça.
« - Quand arrivera ce jour où je n’aurais plus mal ? »
Je regarde mon frère.
« -Pourquoi a-t-il fallu que tu meures ? Pourquoi m’as-tu laissé ? »
Il ne répond pas, se contentant de sourire. Je remarque la lumière sur la table, il fait jour dehors. Je ne ressens aucune chaleur quand même ; ce n’est qu’une illusion. Je reconnais ce lieu, il s’agit de cet endroit où l’on s’est réfugié tant de fois, quand on venait de rencontrer Vent Funeste. Il met sa main sur la mienne tendue.
« -C’est toi qui aurais dû vivre, tu avais toute la vie devant toi, aucun problème de santé, tu étais fort… Contrairement à moi, j’ai été un incapable…
-Ce n’est pas ta faute et tu le sais.
- Si, si j’avais été plus fort à ce moment-là….
- Tu refuses de l’admettre, mais au fond de toi, même infime, tu le sais. Je suis mort, ce que tu vois n’est que le fruit de tes pensées. »
Je le fixe de nouveau, il pleut à présent dehors. Je me lève, tends une main tremblante vers cet être, touche son visage, ne sens rien.
« - Le destin est cruel d’avoir séparé deux jumeaux inséparables et ceux, par l’ironie du père de leur meilleure amie… Sans doute mes actes ne seront jamais pardonnés, jamais comprit, mais c’est ce que je souhaite… Car si on me voit en monstre, on ne pourra jamais dire ce que je pense ou ressens vraiment. Je ne veux pas qu’on me prenne en pitié, ça serait pour moi la pire torture du monde.
- Tu ne saurais pas comment réagir. Mais tu sais, tant que je demeure dans ton cœur et ta mémoire, je n’ai pas complètement disparu. »
Je baisse les yeux, serre les dents, caresse cette surface de cette même main tremblante.
« -Tu te trompes, ce cœur est parti en même temps que toi et jamais je ne trouverais le repos. »
C’est ainsi, je me dirige vers la porte, sans plus le regarder. Bizarrement, ce cauchemar a été le pire de ceux que j’avais déjà faits, d’une façon différente… J’ouvre et passe dehors.


Je me réveille, le soleil est déjà haut on dirait, ce n’est que la faim qui m’a rappelé. Je touche mes joues, elles sont mouillées, je mets un coup de poing dans le lit. Et merde ! Je m’essuie avec le drap avant d’aller aux toilettes me soulager et me changer, mettant des baskets noirs. Heureusement que je ne connais personne capable de lire dans les rêves ; étant particulièrement sensible à ce niveau-là hélas. Je n’ai pas tant changé finalement… Je dois tuer encore, la seule chose qui me pousse à mettre un pied devant l’autre. Je ne prends qu’un carnet et un crayon avec moi, je n’ai pas le choix si je veux être discret. Je vais directement grignoter un morceau… Je regarde le ciel, revêtant mon sourire habituel et faux, je dois au moins aller voire les conséquences de mes actes de la vieille, s’il y a de l’agitation dans l’air. Je repasse vite fait chez moi, mettant ma casquette noire. Je vais de nouveau vers la montagne…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Folles pierres [Quéte][terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Folles pierres [Quéte][terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Tuto-réaliser des pierres pour décorer les socles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Gemma :: Grande bibliothèque-