AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

[Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Ven 17 Mar - 16:06
      « Les secrets n’ont pas de place ici Maeglin. Soit tu parles, soit tu tais tes phrases ambigües. Tes grands discours, je m’en contre bas les flans. Si je te disais que j’étais une petite fille calme qui cueille des marguerites, ça ferait le même effet que tes grands mots. Le Titan fera ce qu’il veut et je ne démordrais pas : je veux ce nom. »

    Un lourd regard se posa sur la jeunette.
      « Et ce n’est certainement pas une Moranie qui me dira comment traiter mes troupes. »

    Silence glacial. Attaquer la fierté des Gemmas : mauvaise idée.

    L’Esertarie fut un peu plus banale.
      « Tu oublies quelques chose Myers, les Gemmas sont exilés des terres esertaties. Passer par la mer ? Avoir une dérogation ? Tu en serais capable ? »

    Finalement, l’Asura prit la parole :
      « Philiarys : Asura protecteur du camp Morany, envoyé par l’Exilé pour surveiller les faits et gestes moranies. Je veille à ce que le secret reste et perdure. Je suis clairement contre une expédition éclaire. Prenons notre temps pour assurer un voyage optimum. Et puis… »

    Il lorgna la panthère…
      « … Je ne vous connais pas, vous n’avez aucun papier, rien. Que de belles paroles. Je n’ai pas confiance en vous et encore plus depuis vos mi-mots. Je serai d’avis de vous retirer de l’expédition. »

    Dans un dernier regard interrogateur, il glissa vers la lapine qui ne put protéger la demoiselle… Effectivement, la jeunette n’avait rien pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Dim 19 Mar - 19:35

L’esertarie, elle aussi, avait dû se présenter, bien que beaucoup moins longuement.
« -Je m'appelle Aimée. Aimée Myers. Je suis une Esertarie, vétérinaire, je et n'agis que pour moi-même, en quelque sorte. Je ne suis ici que pour aider à soigner les blessés, dans la mesure du possible, les animaux étant mon domaine. »
Une vétérinaire ? Remarque, je comprenais, on aurait qu’un seul chariot pour tous ; le poids sur les épaules de la jument sera énorme à n’en pas douter. D’où ce maillon essentiel ; si elle nous lâchait en court de route, qui sait ce qui arriverait. Elle donnait ensuite aussi son avis sur le chemin à prendre.
« -Pour ce qui est du chemin parcouru... Le plus direct serait le mieux, il est vrai. Mais. Selon moi, il vaudrait mieux éviter le centre de l'île, et donc les lieux les plus peuplés. Je ne suis pas sûre que se déplacer avec des armes à la vue de tous soit la meilleure solution. »
Cependant, rien n’empêchait d’envelopper les armes dans un tissu léger pour éviter que quiconque sache la nature de cette marchandise et ne voit là, qu’un simple transport de blessé. Après, effectivement, éviter les lieux les plus peuplés nous apportera moins de questions, mais on n’allait pas non plus faire tout le contour avec des blessés.

Ce fut ensuite au tour de notre invité de partager ses paroles, assez glaciales à mon égard à n’en pas douter.
« -Les secrets n’ont pas de place ici Maeglin. Soit tu parles, soit tu tais tes phrases ambigües. Tes grands discours, je m’en contre bas les flans. Si je te disais que j’étais une petite fille calme qui cueille des marguerites, ça ferait le même effet que tes grands mots. Le Titan fera ce qu’il veut et je ne démordrai pas : je veux ce nom. »
Elle posait son regard sur ma personne et je le soutenais fortement. Elle ne pourrait pas m’intimider ainsi, j’ai dit que je protégerais cette personne alors moi aussi, je n’en démordrais pas… Qu’importe ce qu’elle me fera, j’ai échoué une fois à protéger mes idéaux, mais jamais je ne trahirais quelqu’un comme ça. Mes grands mots cachent bien des actes, l’acte de ne pas trahir malgré le danger. Mes mots ont leur sens, car je les respecte, voilà le sens de mes paroles.
« -Et ce n’est certainement pas une Moranie qui me dira comment traiter mes troupes. »
Soit, même si je n’ai jamais remis en cause la gestion de ses troupes. Je lui ai simplement fait comprendre que je comprenais leurs paroles justifiées et que ce n’était pas la peine d’être aussi dur. Est-ce la fierté ou le fait d’être têtus qui la fait sentir attaquer ? Elle fit aussi une remarque sur le trajet proposé par la fille du sable.
«-Tu oublies quelque chose Myers, les Gemmas sont exilés des terres esertaties. Passer par la mer ? Avoir une dérogation ? Tu en serais capable ? »
Tout comme moi, elle semblait bien voir que l’on ne pourrait pas contourner tout et tout le monde…

Je sais, depuis Atérys, de quoi les Assuras sont capables et c’est l’un d’eux qui prit la parole ;
«- Philiarys : Asura protecteur du camp Morany, envoyé par l’Exilé pour surveiller les faits et gestes moranies. Je veille à ce que le secret reste et perdure. Je suis clairement contre une expédition éclaire. Prenons notre temps pour assurer un voyage optimum. Et puis… »
Prendre notre temps ? Les blessés ont certes eu des soins ici, mais il faut être réaliste ; y aller à train de tortue n’arrangera pas du tout leur état… Le temps est donc capricieux ; ne pas y aller trop vite pour ne pas attirer l’attention, mais pas trop lentement de par la condition physique des blessés. Cela ne s’annonce pas simple… Ce fut à son tour de me fixer, je n’en démordais pas.
« - Je ne vous connais pas, vous n’avez aucun papier, rien. Que de belles paroles. Je n’ai pas confiance en vous et encore plus depuis vos mi-mots. Je serai d’avis de vous retirer de l’expédition. »
Vraiment, je souris légèrement.

Je repris la parole, passant mon regard surtout entre l’Assura et la Gemma.
« -Effectivement, je n’ai que mes paroles, ni papier, mais cela sont plus dur que ce que vous semblez suggérer tous deux. J’ai dit que je ne donnerais pas ce nom donc je ne le vous donnerais pas, qu’importe ce que vous pourriez me faire. Ce n’est peut-être que des mots, mais je les tiens. De plus, je n’ai jamais dit en soi comment traité vos troupes, j’ai dit que je comprenais leurs mots surtout ; ai-je remis un seul instant en doute votre autorité ? Non. Vous mettez en doute mes paroles, mais vous vous sentez insulté par ce que je n’ai pas prononcé.

Et mon cher Assura, que vous ayez confiance en moi m’importe peu ; je sais certaines choses, ces mêmes choses qui m’ont mis en colère contre votre chef. Mais néanmoins, je ne vous fais rien, car je ne mets pas tous les individus d’un peuple dans le même sac. Pour que le secret reste et perdure ? Ces mêmes mots ont entrainé des préjugés, des morts inutiles, du sang d’innocent qui pourtant respectait cette idéologie…. Tout ça, car ils étaient différents. Je ne suis avec aucun peuple ni avec le mien ou un autre, car je ne les considère pas, je suis qu’avec les individus qui les composent. Vous voulez que votre secret reste ? Pardon, c’est trop tard dans un sens, par ce que vos mots ont déjà entrainé et par ce que je sais. Alors soit, ne me fait pas confiance, sachez juste que si vous en prenez à certain non mythe qui savent, mais ne dévoile rien, vous risquerez très fort de m’avoir sur votre chemin. En sachant cela, vous voulez toujours me retirer de votre exposition. Je ne sais pas jusqu’où les assuras sont prêt à aller donc je vous suivrais forcement pour être sûr que tous arrivent ou il faut sain et sauf. Donc, vous m’aurez forcément sur votre dos.

La question est donc ; vous préférer me surveillez en m’admettant ou ne pas savoir ce que je fais ou pourrais faire, avec aucun contrôle en me m’admettant pas ? Je parle beaucoup certes, mais mes mots ont un sens et ça… »

Je reviens sur la Gemma, la fixant fortement.
« - Il y en a bien qui l’ont compris. »
Je protégerais le nom de cette Gemma, je n’en démordrais pas. Si elle veut me tester, qu’elle le fasse donc, après tout, j’ai bien dû prouver déjà une fois le sens de mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Lun 20 Mar - 15:36
      « Ce secret qui, si est révélé, va faire encore plus de mort et nous anéantir définitivement… Qu’est-ce qui est mieux : vivre et faire taire les quelques uns qui sont bruyants ou mourir car on veut essayer quelque chose qui a fait des millions de morts il y a peine 400 ans.. ? »

    Plus la conversation avançait, plus les personnes présentes se décomposaient. Kat’ eut des yeux comme des soucoupes en entendant la menace envers l’Exilé et le secret. Se rendait-elle compte de ce qu’elle disait ? Et à qui ?! Même la Gemma, pourtant tête brûlée, haussa un sourcil mauvais. Aller contre l’Exilé, c’est signer son arrêt de mort dans le mois… Rumeurs bien trop souvent vérifiées…
      « Défiez-nous. Osez. Et vous verrez dans quel état vous finirez… »

    Les mots flottaient dans les airs, lourds de sens.

    La Gemma finit aussi par ajouter :
      « Toi qui critiques tous les chefs dont tu oses prononcer les noms avec irrespect, sache que je ne suis pas du même filon que toi. Dès que je retrouverai mon souverain, je traquerai cette ‘Gemma’. Si dû moins, elle existe. Tu n’as rien gagné en ne disant pas son nom… Tu as cependant perdu par ton impertinence.

      De plus… Toi qui blâmes mon Titan, sache que s’il m’ordonne d’exterminer les Moranies, tes actions ne pèseront pas bien lourd face à ma fidélité et que je vous exterminerai jusqu’au dernier… Donc prends garde à tes idéaux car tu vas tomber de très haut Moranie. Et ne souille plus jamais son nom ou ses actes en ma présence…
      »

    L’atmosphère semblait peser des tonnes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Lun 20 Mar - 17:31
Surprise par ses paroles, Aimée est choquée. Peut-être autant que la lapine. L'Esertarie connait peu les différentes races, mais en étant présente depuis quelques jours maintenant dans ce camp, elle a pu se renseigner un peu plus sur eux ainsi qu'entendre certaines rumeurs. Toutes ne sont pas jolies jolies. Et malgré ça, elle veut aller à l'encontre de l'autorité de l'île ? Veut-elle empêcher les mythes de vivre tranquillement ou simplement imposer notre présence avant qu'elle ne soit réduite de nouveau ? Il n'y a pas à dire, cette idée n'était pas passée dans l'esprit d'Aimée et dit ainsi, ça ne lui plaisait pas. Pas du tout.

Une fois que la Gemma a terminé, elle e lance dans sa réponse. D'une voix claire et précise, elle sait ce qu'elle veut dire et ne semble plus vraiment avoir une émotion, si ce n'est ce sourire de façade.

« De plus, je ne suis pas persuadée de pouvoir obtenir une dérogation pour une Moranie telle que toi par le Nomade. D’autant plus si tu ne respectes aucun des chefs... »; commence-t-elle. Allez expliquer les raisons d'une dérogation à quelqu'un que vous n'avez jamais vu, si en plus la personne n'a pas de bonnes intentions. Le but est louable, selon Aimée, mais pas les méthodes.

« Laureline, je suis aussi d’avis pour te retirer de l’expédition. Tu as eu l’idée, mais le reste, nous pouvons nous en charger. »

Après tout, les mythes sont plus ou moins tous alliés malgré quelques différents, probablement. C'est difficile d'être à cent pour cent d'accord, mais avoir des avis divergents n'empêche pas l'irrespect. Aimée se tourne alors vers la Gemma pour répondre à la question donnée auparavant.

« Pour ce qui est de vous et des Gemmas blessés, je peux essayer de faire quelque chose mais je ne promets rien. »

Et à la fin de ses mots, son regard s'est tourné vers l'Asura. Mais peut-être qu'avec vous, nous pourrions changer la donne, semble vouloir dire son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Mar 21 Mar - 16:25

Aurais-je dû cacher ce qui, de toute évidence, allé se savoir un jour ? N’était je pas prête à mettre mon existence en jeu pour ma cause ? On me sous-sous-estimait, encore et toujours… Je pourrais surement plaindre mon sort, mais ce n’est pas le cas, une ombre de ne se lamente pas d’elle-même.
«-Ce secret qui si est révélé, va faire encore plus de morts et nous anéantir définitivement… Qu’est-ce qui est mieux : vivre et faire taire les quelques-uns qui sont bruyants ou mourir, car on veut essayer quelque chose qui a fait des millions de morts il y à peine 400 ans.. ? »
Je fermais un instant les yeux, puis les ouvrit de nouveau, avec sérieux envers l’Assura. Déterminé, têtue peut-être, suicidaire ? Je ne pense pas et comme il le dit ; c’était il y a 400 ans. Mais le problème n’est pas où il semble l’être ; ils ne font pas taire les plus bruyants, mais aussi les silencieux…
« - Défiez-nous. Osez. Et vous verrez dans quel état vous finirez…
-On verra bien… Si je dois souffrir pour apporter l’espoir à ceux dont on a privé de soleil par les préjugés, les guerres stupides et je ne sais quoi d’autre, alors soit.»
On ne peut pas tout changer, mais rien ne nous empêche d’essayer de transformer ce qui est à notre portée. Peut-être mourrais-je comme une chienne, peut être que jamais je n’arriverais à changer les mentalités, mais au moins, aucun regret ne me tenaillera. La Gemma aussi, en ajouta une couche, encore plus sèche, encore plus rude ;
«-Toi qui critiques tous les chefs dont tu oses prononcer les noms avec irrespect, sache que je ne suis pas du même filon que toi. Dès que je retrouverai mon souverain, je traquerai cette ‘Gemma’. Si du moins, elle existe. Tu n’as rien gagné en ne disant pas son nom… Tu as cependant perdu par ton impertinence. »
Comme quoi, j’ai bien fait de ne pas donner son nom, va la trouver tienne, essaye seulement. Tu sais juste qu’elle a perdu son mari, mais pour beaucoup d’autres, c’est aussi le cas. Je ne t’ai pas donné son physique, où on a pu se rencontrer, trop peu d’infos pour que tu puisses faire quoi que ce soit. Je dis des faits et encore une fois, on se sent insulté sans aucune raison ; mais il y a aucune tolérance pour les gens avec leur propre jugement…

« -De plus… Toi qui blâmes mon Titan, sache que s’il m’ordonne d’exterminer les Moranies, tes actions ne pèseront pas bien lourd face à ma fidélité et que je vous exterminerai jusqu’au dernier… Donc, prends garde à tes idéaux, car tu vas tomber de très haut Moranie. Et ne souille plus jamais son nom ou ses actes en ma présence…»
Me défie-t-elle ? Elle est aussi bornée que moi et aucune de nous ne se laissera intimider par l’autre, mais en même temps, ce n’est pas ce que je cherche. La fidélité, qu’a-t-il fait pour l’acquérir ? Je me le demande…
«-De plus, je ne suis pas persuadée de pouvoir obtenir une dérogation pour une Moranie telle que toi par le Nomade. D’autant plus si tu ne respectes aucun des chefs... »
Je la fixe, mais avec beaucoup moins de dureté, elle a cette réaction que beaucoup ont et auront… Parce que j’ai une idéologie différente, c’est forcément mauvais, c’est ainsi que c’est perçu pour beaucoup.
«-Laureline, je suis aussi d’avis pour te retirer de l’expédition. Tu as eu l’idée, mais le reste, nous pouvons nous en charger.
Pour ce qui est de vous et des Gemmas blessés, je peux essayer de faire quelque chose, mais je ne promets rien. »

Je soupire, vraiment…

J’imagine que certaines choses ne changent pas comme ça.
« -Je ne peux pas juger les dirigeants dont je n’ai pas vu ce qu’ils ont fait. Je sais que le chef des Esertari a banni les Gemmas et les Moranies de son territoire pour ce qui s’est passé là-bas et c’était surement le meilleur moyen que ça ne dégénère pas de nouveau là-bas. J’attends de voir pour les autres que je n’ai pas encore cités. Mais je ne vais pas davantage m’étaler là-dessus, ce qui est fait, est fait.

Pour ce qui est du secret ; vous semblez tous croire que je vais crier sur tous les toits avec un mégaphone la vérité, mais mon but n’est pas de créer l’émeute générale. Si ma méthode était celle-ci, je ne pense pas que nous serions encore là. Et ne mentez pas, mon cher Assura ; vous ne fait pas taire ce qui sont trop bruyant, vous tuer aussi les plus pacifistes, qui veulent vous aider et qui reste muets comme des carpes ; pourquoi ? Car ils sont différents et que vous n’accepte pas qu’en 400 ans, des choses ont changé, aussi bien du côté mythe que celui des hommes et des Védins. Tuer, car ils sont différents, exactement comme les hommes il y a 400 ans justement, n’est-ce pas ironique ? Dans les actes des mythes, je ne vois aucune différence de ceux des hommes il y a 400 ans. Tuer, faire des coups en douce, obéir aveuglément, se faire la guerre, juger sans apprendre à connaitre ? C’est très simple de dire que c’est pour le bien de tous, que ça doit être comme ça, que c’est la seule solution, de dire que c’est juste quand ça ne l’est pas ; par contre, remettre en question sa vision des choses, changer, ça, c’est beaucoup plus dur, surtout pour ceux à la longue longévité. Il y a beaucoup de solutions, mais vous n’offrirez jamais la chance à aucune d’entre elles et vous tairez ceux qui essaye et qui prouve que ça peut marcher, car tous se répétera forcément, car vous êtes incapable de voir demain. Vous y allez à l’intimidation, faute d’argument qui pourrait combattre les miens. Vous manipuler certainement très bien les armes, vous savez tuer, mais avez-vous déjà écouter les cris de désespoir dans votre sillage, les larmes versées, tout ça, de par votre fierté ? »

Je disais ça avec sérieux, dans mes yeux brillait l’attente d’une réponse valable. Ils savent bien juger, tuer, mais moi, mes armes les plus affutées restent mes mots. Je n’avais pas crié, j’avais comme tout le reste, dit ça avec calme.

Bref…
« -Sinon, mademoiselle Myers, vous voulez tous m’écarter de votre expédition en oubliant un point. Vous voulez donc traverser le désert et je vous suivrais forcément. Les deux parties ont été bannies des sables à l’origine par leur rivalité ; si les deux parties traverse le lieu ensemble au lieu de tout seul, peut être que le changement pourra être vue de par ce comportement et que les deux parties soient de nouveau acceptées sur ces terres avec condition, à la suite. Et aussi, n’hésite pas à dire ce que tu penses au lieu de te réserver, si tu désapprouves mes idéaux, dis-le. Je ne suis pas du genre à tuer tous ceux sur mon passage, car ils ne pensent pas comme moi. Et je n’aurais pas aussi clairement exposé mon point de vue si je n’étais pas prête à recevoir les critiques et les risques qui vont avec. »
Elle n’avait pas d’émotion sur son visage, d’où mes dires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Mar 21 Mar - 17:20
Une nouvelle tirade de la demoiselle. Des mots, des mots, des mots. Aimée n'écoute que d'une oreille distraite. A rester assise ici, elle ne peut pas faire ce pour quoi elle travaille depuis longtemps maintenant : aider les Moranys. Ce n'est pas en aidant cette Morany-là qu'elle le fera, à courir après un idéal. Des idéaux, des idéaux. Que de mirages et de rêves pour Aimée. Son idéal à elle ne pouvant apparemment pas être atteint, ouvrir les yeux de la jeune femme semble être la seule chose à faire. Est-ce pourtant possible ?

L'Esertarie est restée dans ses pensées jusqu'à ce que l'on ne s'adresse directement à elle.

« Ne vois pas ça comme de la réserve. En réalité, tes idéaux, je m’en fiche. Que les partis soient mieux vus ou pas par le Nomade ne me regarde pas. Fais ce dont tu as envie, mais évite de prendre les autres à parti malgré eux. Je ne souhaiterai donc pas m’impliquer avec toi : voilà ma réponse. »

Qu'est-ce que Laureline attend réellement qu'on lui dise ? Que l'expédition est annulée et qu'elle n'a qu'à rentrer chez elle ? Ce serait la meilleure chose à faire, du moins pour mettre fin à cette discussions.

« Et, si j'arrive à avoir des dérogations pour les Gemmas, malgré ce conflit, te mettrait toi en tord. »

Aimée pourrait bien en parler au Nomade, genre "Y a probablement une Morany qui va nous suivre, on ne sait pas si elle est dangereuse". Ah, ça ne plairait probablement pas au Nomade de savoir qu'il y aura probablement un conflit, de nouveau, sur ses terres. Dans ce cas, changer de trajet pourrait être une autre solution finalement. Mais l'Esertarie n'en fera pas part, pas maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Mar 21 Mar - 21:19
    L’Asura et la Gemma hochèrent la tête lors des questions, muettes ou non, de la vétérinaire. Avec un calme olympien, après avoir rechaussé ses lunettes, le Mythe divinatoire posa ses coudes sur la table et entrelaça ses doigts.
      « Pourquoi faisons-nous cela.. ? Pensez-vous que c’est aussi vide et creux que vous l’énoncez.. ? Si c’était aussi simple, on ne recruterait pas des espions ou des assassins : on rassemblerait nos ennemis et nous les ferions exploser sans la moindre hésitation. Ne laissons-nous pas une chance à tous.. ? Vous entendez les rumeurs néfastes, notre sale réputation… Mais le jour où l’une de vos carpes se fait mariner par un prédateur, ne pensez-vous pas qu’elle va tout déballer ? Croyez-vous vraiment que nous avons tous le mental d’acier ?

      Laissez-moi répondre à cette question : Non. Si l’une de ces carpes a l’idée saugrenue un jour de raconter cela à sa meilleure amie, son chéri, quand elle est ivre… le poste sur un réseau social, le relai sur les téléphones… que pensez-vous que nous deviendrons.. ?

      Alors oui. Nous pêchons ces carpes. Nous prévenons une guerre où nous perdrons. Je préfère tuer et voir mes enfants pouvoir vivre que les imaginer fauchés du jour au lendemain car j’ai mal fait mon travail.

      Les gens comme vous déstabilisent cet équilibre trop précaire et c’est à cause de terroriste comme vous que nous devons traquer, fouiner, dénicher…

      Si vous voulez protéger l’innocent alors soit taisez-vous, soit suicidez-vous.
      »

    En effet, le fils de l’Exilé la regardait comme une dangerosité. Derrière ses carreaux, on voyit bien qu’il retenait tout pour faire un rapport très détaillé. La Gemma lança un regard en biais à la demoiselle encapuchonnée :
      « - Suis-nous et tu seras ma nouvelle descente de lit. Tu t’es brûlée auprès de nous.. Et si l’Alpha me convoque, les personnes ici dont une de l’Exilé confirmera que tu es une menace avec tes idéaux et tes faux semblants… Et tu crois vraiment parce que trois gus et demi ont fait copain-copain que le Nomade va nous rouvrir ses frontières ?! Dans quel monde vis-tu ?!
      - SILENCE ! »

    Katarina tapa du poing sur la table, récoltant tous les regards. Il est vrai qu'elle n'avait pas beaucoup parlé ces dernières minutes.
      « Toi, Laureline, si ton réel premier souci est l’entente des Gemmas, leur retour et que les armes soient rendues sans de trouble annexe alors retire-toi. Si tu restes auprès de vous, ça veut dire que tu ne nous fais pas confiance et nous, cela a été clairement dit, non plus. L’expédition aura lieu, tu as lancé l’idée. Si ton seul souci est ce retour alors tu n’as rien à perdre en te retirant. Mais si tu restes malgré nos réticences… ça veut dire que tu veux y gagner quelque chose et donc, que tu es fourbe de cacher ton intention première derrière quelque chose de louable.

      Choisis… et assume les conséquences.
      »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Dim 26 Mar - 1:57

Il est si facile de douter, si facile de contester, mais réfléchir demande autre chose, c’est une autre affaire…
L’Assura parlait avec force, il connaissait surement son affaire. Mais tout ce qu’il disait prouvait ma raison ; des assassins, des espions ; certaine chose change, certaine personne : non. Ces gens-là, on les mettrait devant une fenêtre qu’il penserait qu’il s’agit d’une peinture, d’un trompe-l’œil. Mais non, qui vit le plus dans la réalité ; eux ou moi ? Aucun des deux je pense, car aucun ne peut voir devant. Certains n’ont pas le même mental ; il oublie que cela ne concerne pas seulement les Védin ou les humains, mais les mythes aussi. À penser qu’ils sont mieux, plus fort, ils deviennent exactement ce qu’ils chassent. J’eus un sourire triste, furtif, de voir à quel point il était possible d’être aveugle. Je sais déjà quoi visé chez les Hommes ; les rêves. Ils ont toujours vécu avec nous sans le savoir, de par les histoires du monde et les mythes ont toujours vécue dans la crainte et la haine. Je ferme un instant les yeux avant de les ouvrir de nouveau ; tout ça changera. Pour l’Esertarie, elle ne souhaite juste pas s’impliquer tout en disant bien qu’elle ne voulait pas de moi. Je soupirais, ce n’est pas facile tout ça.
« - Suis-nous et tu seras ma nouvelle descente de lit. Tu t’es brûlée auprès de nous.. Et si l’Alpha me convoque, les personnes ici dont une de l’Exilé confirmera que tu es une menace avec tes idéaux et tes faux semblants… Et tu crois vraiment parce que trois gus et demi ont fait copains-copains que le Nomade va nous rouvrir ses frontières ?! Dans quel monde vis-tu ?!
- SILENCE ! »
Etais je surprise ? Pas vraiment, je regardais la Gemma, sans peur, sans crainte, juste pensive et attentive. Ce n’est qu’avec lenteur que je me tournais vers celle ayant réclamé le dieu silence. Dans quel monde je vis ? Je vis dans un monde avec des possibilités, des moyens comme pour essayer de les transporter d’un endroit a un autre en sécurité, dans un monde où j’essaye d’arrêter une guerre… Pour le bien de tous…
« -Toi, Laureline, si ton réel premier souci est l’entente des Gemmas, leur retour et que les armes soient rendues sans de trouble annexe alors retire-toi. Si tu restes auprès de vous, ça veut dire que tu ne nous fais pas confiance et nous, cela a été clairement dit, non plus. L’expédition aura lieu, tu as lancé l’idée. Si ton seul souci est ce retour alors tu n’as rien à perdre en te retirant. Mais si tu restes malgré nos réticences… ça veut dire que tu veux y gagner quelque chose et donc, que tu es fourbe de cacher ton intention première derrière quelque chose de louable.
Choisis… et assume les conséquences. »

Je finis par la regarder, souriante, des yeux tristes.
« -J’ai une question, que signifie une promesse pour toi ? Probablement rien. J’ai déjà échoué une fois, je n’échouerais pas une deuxième fois à les tenir. Dans quel monde je vis ? Dans un monde de justice … »
Je regarde l’assura.
« -Dans un monde de danger permanent pour tous les mettre en sécurité, qu’importe le prix que j’aurais à payer… »
Je regarde la Gemma.
« -Dans un monde où chaque personne est différente, ou chaque chose, chaque mot et action ont des conséquences… »
Je regarde vite la fille des sables. Je suis là, même sans les impliqués, je ne peux rien faire sans parler a personne. Je finis par la Moranie.
« -Dans un monde où on ne cherche pas à gagner quelque chose pour nous en impliquant tout le monde, mais où on cherche à gagner quelque chose pour tout le monde en prenant ses responsabilités. »
Je fais un tour de table des yeux, appuyant mes paroles.
« -Voilà le monde ou je vis. Ce que j’ai à gagner ? Le sourire de Gemmas dont la mémoire de leurs défunts et de survivant leur sera reconduit. Ce que j’ai à gagner ? L’espoir de paix. Mon chère Assura, ces carpes que vous pécher sont parfaitement inutile, car vous ne les connaissez pas. Vous savez ce qu’elles sont, mais jamais, qui elles sont. Chacun a un mental différent, mais ça ne concerne pas que les hommes et les Védin, mais aussi les mythes… Vous avez peur… Vous avez peur de l’avenir. Vous gouvernez par la peur, moi par l’espoir. Alors que vous tuez, je ne fais que tendre la main. Vous vous battez par vos armes, par le meurtre, je combats par les mots et la justice. Cette dernière chose que vous avez oubliée dans votre sanguinolente existence, la justice. Vous devenez ce que vous avez toujours combattu… Vous ne combattez pas ces fameuses carpes, vous vous combattez vous-même. Vous êtes à la fois le juge et le bourreau. Il est facile de donner la mort sans comprendre les sentiments de chacun. Cette erreur qu’ont faite par le passé les hommes, vous la reproduisez… C’est quoi la prochaine étape, créer aussi des esclaves de votre volonté par la génétique ? Eux ont changé, ça n’a jamais été votre cas, vous préférez entretenir la haine… Si tous étaient révélés, ce qu’il se passerait ?

Je ne vais pas parler d’un futur que je ne connais pas. Tout ce que je sais, c’est que beaucoup nous combattront, mais aussi beaucoup nous soutiendront. Ces mêmes personnes donneront à tous un futur plus radieux. Vous avez certainement raison, mais vous pouvez aussi avoir tort. Je pourrais certainement avoir tort, mais je pourrais aussi avoir raison. Les terroristes comme moi ? Nom facile pour la différence d’idéaux. Vos enfants ne mourront pas demain et je ne les priverais pas d’un père, ça ne serait pas juste, même si je ne pense pas que vous connaissiez ce mot.

Allez donc voir l’alpha, cher Gemma si cela vous amuse. Après tout, avec ces mots que je prononce, vous croyez vraiment que je ne m’étais pas préparé pour une telle possibilité ? Donner l’espoir a un prix ; la haine des autres. »

Il faudra que je m’occupe de l’Exilé un jour.
« -J’ai quelque chose à perdre en me retirant ; le risque qu’une promesse ne se réalise pas. Par contre, vous, vous n’avez rien à perdre en me laissant. Je n’ai pas d’arme, vous si ; je suis seule, vous plusieurs. En soi donc, de nous tous et au vu de vos opinions, je suis celle qui risque le plus d’y laisser la vie… À moins d’avoir peur de mots ? »
Sans parler que je contrôle la panthère en moi et que je peux courir très vite. J’avais dit les faits ; une promesse. Est-ce fourbe ? À elle de voir, mais pour moi, non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Mar 28 Mar - 14:17
Aimée écoute attentivement les réponses de l'Asura et de la Gemma. Sauront-ils convaincre cette fille bornée de les laisser gérer ça maintenant ? Le plus surprenant dans tout ça à été la coupure de la lapine, ce qui a presque fait sursauter l'Esertarie.

Mais toutes ces paroles n'ont pas eu l'effet voulu. Laureline ne veut rien entendre. Elle ne veut pas comprendre leur point de vue. Ne peut-elle pas comprendre que ce n'est pas en imposant sa présence qu'elle arrivera à quelque chose ? En tous cas, sa tirade, l'Esertarie ne l'écoute qu'à moitié. Elle a envie de l'interrompre mais ne le fait pas par flemme. Ignorer n'est-il pas la pire des insultes...? N'est-ce pas ce que Laureline est en train de faire ? Elle ignore même les propos des personnes les plus concernées : les Gemmas... En plus de cela, la panthère parle d'une promesse qui n'a pas été faite. Depuis quand ont-ils promis quelque chose ? La lapine a dit qu'ils le feraient, et nous pas qu'ils le promettaient. N'est-ce pas différent ? C'est en soupirant qu'Aimée prend la parole.

« Laureline, tu ne sembles pas comprendre notre point de vue. Et ce n'est pas en nous imposant le tien que tu arriveras à quoi que ce soit. Forcer les choses est la pire des manières qui soient... Et c'est ce que tu fais. »

La jeune femme fait une pause en observant la panthère, reprenant calmement ses paroles qui démontrent aussi le peu d'intérêt qu'elle donne à la jeune femme.

« Tant que tu ne comprendras pas et ne pourras pas accepter nos conditions (elle insiste bien que ce mot), ne compte pas sur moi pour permettre le transport des Gemmas. Sur ce, j'ai d'autres choses à faire... Si jamais elle change d'avis, n'hésitez pas à me déranger pour mettre en place cette excursion. », finit-elle en tournant le regard vers l'Asura et la Gemma.

Aimée les laisse décider de la suite et a fait part de ses propres conditions. Elle ne peut rien faire de plus. Sur ce, elle s'est levée, est sortie de table et a commencé à s'éloigner d'eux afin de revenir à ses occupations : les soins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Mer 29 Mar - 17:22
    La Gemma commençait à jouer avec ses mains, signe d'agacement. De plus, son regard se perdait sur les différents outils derrière l'Esertarie. C'est fou comme elle se sentait nue sans son arme. Aimée partit après quelques courtes phrases... À la fin de la tirade, la lapine croisa les bras sous sa poitrine et s'avachit sur sa chaise : donc l’inconnue attendait quelque chose de cette affaire... Sa réponse était caduque car même sans participer, ça aura lieu. Donc, cherchait-elle à noyer le poisson..? Elle aussi voudrait quitter cette table pour ses patients mais si elle le faisait, une jeune femme allait se transformer en chair à pâtée...

      "- Ta promesse est de nous ramener chez nous. Pas de nous accompagner. Voilà qui va être fait : pars alors de ce pas.
      - Qui est-ce qui a dit plus tôt : je combats par les mots et la justice ? Alors ne devrais-je pas avoir peur de vos mots ? Donc, vous ne légitimez pas votre propre raisonnement..?

      Aussi infime est l'espoir que tous ceux que nous taisons n'auraient rien dit, il suffit d'un. Qu'auriez-vous fait de l'If alors qu'il avait tué des milles et des cents ? Vous l'auriez laissé faire en l'assommant de vos paroles..? Alors que d'autres meurent en le fuyant juste ? Il y avait une personne qui avait tenté de le protéger... À présent, elle est morte. C'est le sort que vous souhaitez ?

      Vous êtes utopiste et folle. Je ne sais dans quel monde vous vivez ou sous quelle came vous êtes mais...
      "

    Il tiqua et eut un sourire.
      "Jeudi prochain, 18h : reviens ici seule. Tu sauras alors le sort qui te sera réservé."

    La Gemma eut un regard outré alors que la lapine se demandait ce qui ne tournait pas rond chez l’Asura.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Jeu 30 Mar - 22:30

Ne pas comprendre le point de vue de la crainte ? Si, je le comprends, car c’est dans cette marée noire qu’ont grandie les générations de mythes suivant la guerre. Oui, dans cette chose ténébreuse où je me suis moi-même plongé ; la colère, la haine. C’est ainsi qu’est bâti notre monde…

… Et c’est pour cela que je veux le changer.

Forcer les choses ? J’ai dit des choses qui auraient pu ne pas avoir de suite, mais on ne cesse de me chercher, me provoquer, en espérant que je me laisse faire de la fatalité. Alors oui, je réponds, je dis les choses telles qu’elles sont. Je ne pense pas qu’il s’agisse de forcer les choses, mais plutôt de la rencontre de deux pôles opposée. De plus, j’ai déjà accepté leurs conditions déjà au niveau de l’accompagnement et aussi, je n’ai fait qu’une suggestion de passage. Mais sinon, ils n’y en avaient pas eu d’autres, à part que je ne les accompagne pas ; chose inacceptable. Ainsi, la fille des sables s’éloignait, semblant lasser de la conversation sans fin, sans compromis. Il m’en restait deux.
« - Ta promesse est de nous ramener chez nous. Pas de nous accompagner. Voilà qui va être fait : pars alors de ce pas.
- Qui est-ce qui a dit plus tôt : je combats par les mots et la justice ? Alors ne devrais-je pas avoir peur de vos mots ? Donc, vous ne légitimez pas votre propre raisonnement..?

Aussi infime soit l'espoir que tous ceux que nous taisons n'auraient rien dit, il suffit d'un. Qu'auriez-vous fait de l'If alors qu'il avait tué des milles et des cents ? Vous l'auriez laissé faire en l'assommant de vos paroles..? Alors que d'autres meurent en le fuyant juste ? Il y avait une personne qui avait tenté de le protéger... À présent, elle est morte. C'est le sort que vous souhaitez ?

Vous êtes utopiste et folle. Je ne sais dans quel monde vous vivez ou sous quelle came vous êtes, mais... »
Après le mot terroriste, j’avais droit à celle de la folie ; c’est Noël ? Mais qui est le plus fou, ceux qui prônent la paix, la solidarité ou ceux se battant dans le sang et la douleur au nom de ce sois disant devoir ? Au nom d’un roi, d’une reine, mettant en danger toujours plus de leurs propres familles, amis qu’ils embarquent avec eux dans leur soif de chair humide ? Je fixe l’Assura et lorsqu’il sourit lui-même, me prônant soit pour une naïve, soit un demeuré irrationnel, je fis de même.
« -Jeudi prochain, 18h : reviens ici seule. Tu sauras alors le sort qui te sera réservé. »
Vraiment… Il croyait quoi ?
« -Je sais déjà le sort que vous réservez au changement et je ne serais pas disponible lors de ce créneau horaire. Prenez-rendez-vous la prochaine fois. »
J’avais dit ça de manière tellement détachée, levant même un sourcil. Mais je repris mon air sérieux en soupirant.
« -Pour les mots, je dis tout sérieusement en général. Mais la remarque est ironique, venant de quelqu’un qui me traite de folle et à tendance à ne mettre aucune légitimité sur mes paroles. À moins que ce soit la justice que vous ayez enfin comprise ; mais ça voudrait dire que vous reconnaissez vous-même n’avoir rien fait de juste jusqu’ici. Et pour l’If ; j’aurais fait en sorte qu’il soit jugé pour les crimes présent et non ceux passés. Car en guerre ; aucun des deux parties ne fait quelque chose de juste, plus criminelle que son adversaire. Et aucun des deux parties n’est victorieuse non plus ; certain meurent, d’autre succombe à la folie, traumatiser à vie ou ne sont que l’instrument d’autres personnes dont les agissements sont plus pénibles encore. Et ce dernier argument est particulièrement vrai pour les vétérans qui ont été créés pour l’égoïsme, ce même égoïsme qui les a abandonnés plus tard, traité plus d’arme que d’être vivant. J’aurais fait en sorte qu’il soit jugé par tous, autant de celle des mythes que celui des hommes et autres védin. Même si, pour les morts qui a produit ; ça ne serait probablement pas arriver si vous ne l’aviez pas poussé à bout… Obligé de se défendre comme tout être vivant dont la vie est en danger. Même si je sais aussi qu’il avait commencé à changer, en bien ; mais il n’en a pas eu le temps, il n’a pas eu le temps de croire, car la chasse avait été donnée… J’imagine que la personne qui est morte en le protégeant l’a vue, elle ou il, contrairement à vous.

Et chère Gemma ; j’ai dit que j’avais fait la promesse de ramener les armes pour votre peuple ; je n’ai jamais dit que c’est à vous que je l’avais faite. Si je n’avais pas faite cette promesse, je ne serais pas venue et vous seriez très certainement encore dans votre tente à insulter tous les soignants voulant juste vous soigner. Si c’était à vous que je l’avais faite, je n’aurais pas à m’assurer que tout arrive à bon port. Aussi, j’ai dit mon point de vue sur les choses et je suis toujours implacable sur le fait de venir par un moyen ou un autre. Mais si, à chaque fois, vous répondez sans réel intérêt à mes dires en les insultants et me menaçant, en sachant que je suis du genre à toujours expliquer lors de ce genre de chose, et ceux de manière inutile, on y sera encore à la nuit tombée. Surtout qu’il est évident que l’on ne tomberait jamais d’accord sur ce genre de question qui avec le voyage en lui-même, n’a rien à voir. »

En effet, que pourraient-ils répondre à cette évidence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Mer 5 Avr - 12:29
    Quelqu'un entra dans la tente et vint murmurer aux longues oreilles de la Moranie. Elle répondit sur le même ton avant de se lever, regarda l'assemblée un petit temps puis sortit. Son avis avait été donné. Ils le connaissaient. De plus, ses patients l'attendaient... enfin, les infirmières et les médecins plutôt.

    La Gemma vrillait la demoiselle au capuchon. Elle empestait le secret et la crainte : qui défendrait mordicus son silence ? Un innocent ? Certainement pas. Ce n'était pas la seule qui avait eu cette sensation : sinon pourquoi l'Esertarie serait partie ? Pourquoi la lapine se serait crispée ainsi ? Et l'Asura... la dévorait des yeux ? Cette jeune femme en fait trop pour être discrète. Bien trop. Elle devait apprendre à se taire plutôt que faire ses envoyées lyriques en critiquant les autres sans écouter leurs arguments. Ou est-ce réellement le petit groupe qui refusait ses paroles ? Peut-être un bon mélange des deux ?

    Certaines de ses idées étaient intéressantes mais c'était la façon de le dire. Trop franche. Trop directe. Trop : simplement trop. Si elle apprenait à doser ses paroles et à masquer ses pensées, elle serait une politicienne redoutable. Mais encore une fois : trop jeune. Il lui manque de l'expérience. Voilà le prix qu'elle allait sans doute payer auprès de l'Asura.

    Elle pouvait voir les étoiles qui éclairaient le regard du petit gros. Et ce n'était pas rassurant, même pour une guerrière aguerrie comme elle. Il s'adossa confortablement sur sa chaise, les mains sur sa bedaine, ses yeux fixés dans ceux de l'inconnue.
      "Ok. Alors je conclurai là-dessus : ne venez pas. Je ferai un rapport pour l'Exilé. Il remit ses lunettes en place. Il est même possible que le Titan ait vent de vos dires. Si vous tentez de nous suivre, plus rien ni personne ne vous protégera. Vous êtes prévenue."


    Il se leva, et fit un geste vers la Gemma. Après un hochement de tête, ils firent mine de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Morany
avatar
Age : 21

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Artiste
Pouvoir :: Panthère
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé] Jeu 6 Avr - 13:50







Libre dans la douleur


[Quéte intermediaire Gemma]




Ma franchise, à la fois une qualité et un défaut, je le sais. Même si, d’un autre côté, je ne dis pas tout non plus, mais c’était une nécessité. La lapine repartie après quelque mot apporter par un autre Morany. Je ne peux pas faire en sorte que tout le monde adhère à ma cause, je le sais. Cela a toujours été ainsi après tout, je ne suis pas magicienne, je ne suis qu’une personne prêchant l’espoir. Et chacun est libre de me croire ou non, ceci n’est pas un secret, juste une vérité douloureuse. Car j’ai beau le savoir, ça fait mal de savoir que beaucoup ne verront surement jamais demain, ce demain là à qui je veux donner vie. Un endroit où la paix serait une priorité, tous comme la cohabitation, sans préjugé mortel où chacun aurait la liberté de penser. Je fixe l’Assura, lui qui remet ses lunettes en place en me répondant, cet air glacé collé à son visage.
« -Ok. Alors je conclurai là-dessus : ne venez pas. Je ferai un rapport pour l'Exilé. Il est même possible que le Titan ait vent de vos dires. Si vous tentez de nous suivre, plus rien ni personne ne vous protégera. Vous êtes prévenue. »
Ils se levèrent, faisant mine de partir. Je leur souris ; je m’étais déjà préparé à cette possibilité, à être pourchassé. Et cela ne m’a pas arrêté.
« -Faite donc mon cher. Mais mes dires ne vaudraient pas grand-chose si je n’agissais pas en conséquence. Et il ne sert à rien de me prévenir : Je ne suis pas là pour être protégé… Mais pour tenir une promesse. »
Je m’enfonçais dans la végétation, lâchant, tout bas, toujours souriante.
« -Ce n’est pas la première fois que je risque ma peau pour mes idées. »
Et je suis toujours là ; après le Védin, après les risques de partir de chez l’ami de mon frère avant mon rétablissement complet, la montagne et maintenant, ça… Jamais je n’abandonnerais. J’allais assez loin pour ne pas me faire repérer, mais assez près pour pouvoir les suivre et savoir ce qui se passe. Je dus tout de même aller me trouver des vêtements jaunes, je profitais de leur préparatif pour cela ; fouillant bien souvent dans les poubelles de la ville des Moranys vite fait… J’aurais surement chaud à présent, mais bon ; je pris aussi tout récipient pouvant contenir de l’eau, les remplissant ensuite à la rivière et je les mets dans ma sacoche. Je pris aussi un peu de nourriture, mais bien moins, sachant que si je devais choisir, ça serait l’hydratation plutôt que la satiété. Je les rejoignis ensuite, les suivant dès qu’ils partaient… Je ne faisais aucun bruit et guettais tout mouvement à proximité de moi, pour pouvoir me préparer à n’importe quelle attaque. Quand ils arrivaient dans le désert, je dus aussi faire attention aux éventuelles Esertarie, je me cachais bien souvent derrière une colline de sable ou dans des roches quand il y en avait. Mais ça n’était pas très rependu en plein désert. Parfois même, quand je n’avais pas le choix, je m’enterrais dans le sable brulant à l’approche d’Esertarie même si je devais ensuite rattraper le groupe discrètement plus loin quand les menaces étaient parties.









©Codage by Littleelda from Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

[Quéte] Libre dans la douleur [intermediaire Gemma] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» « L'homme est une prison où l'âme reste libre. » ~Victor Hugo~ [Pv~Alicia Von Ludvig]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» Nouveau Cabinet + 20000 emplois en Haiti ! Quel miracle ?
» Masse Salariale / joueurs blessés
» And I die a thousand deaths. [Katina] - Terminé (dans la douleur :D)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Morany :: Forêt-