AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

CV
Quartier d'habitation :: L'esprit torteux du staff
Métier :: Raconter des histoires
Pouvoir :: Mettre des bâtons dans les roues.
MessageSujet: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Dim 17 Sep - 0:15


Event Inauguration


Un dispensaire? Elémentaire mon cher Watson!


Bienvenue sur les bords du lac atlantin, sa plage calme, l'orée de la forêt Morany non loin et sur ses rivages, le charmant dispensaire médical Watson. Invités privilégiés, yasakojiens curieux, venez donc passer une après midi de visite et une soirée de détente à la découverte de ce nouvel établissement de l'île.

Une fois descendu sur la plage, plusieurs lieux sont là pour vous distraire : le banquet pour les affamés, le feu de camp autour duquel se réunir, la plage pour se promener avec l'eau attirante du lac où se baigner. Au menu ce soir, un assortiment délicieux de plats salés et sucrés sous forme d'un copieux buffet auquel s'ajoute au fur et à mesure de la soirée les viandes et poissons grillés au barbecue par la traiteur recommandée pour son don culinaire : bon appétit à tous!

Quelques règles :
- Le nombre maximal de joueur dans un même lieu de rencontre est limité à 5.
- Le nombre de joueurs dans les lieux de spectacle n'est pas limité mais le sujet l'est dans le temps.
- Il est recommandé de respecter les tours de jeu : A commence, puis B puis C, à nouveau A, B, C… Cependant si l'intrigue le nécessite et en accord entre joueur, des tours peuvent être passés ou modifiés. Il suffit de se concerter via Discord/CB/MP.
- En cas d'absence pour un joueur, signalez vous en avance sur le sujet prévu afin de ne pas ralentir le RP des autres qui vous attendraient.
- Si vous avez avec vous un membre qui ne communique pas assez rapidement et qui vous bloque, un temps d’attente de 24h (sans réponse de sa part) ou de 48h (s'il a demandé un délai) est demandé avant de pouvoir sauter son tour/changer de lieu. En aucun cas il n'est évincé du lieu. Si vous avez son autorisation pour sauter son tour, elle devra être jointe en spoiler.
- Pour changer de lieux, il faut attendre un délai de 2 jours minimum pour le réitérer. Pour cela, postez dans le nouveau lieu avec un lien d’où vous venez et dans votre poste de départ, le lieu où vous allez. Cependant, si vous vous rendez d'un lieu à un autre en passant par des endroits intermédiaires, ce délai de 2 jours par lieu n'est pas nécessaire. Dans ce cas là, il suffit toujours de prévenir en spoiler du lieu où vous voulez vous rendre et de celui d'où vous venez. Vous pourrez alors, soit laisser un post de passage dans les lieux traversés, soit poster directement dans le lieu d'arrivée.
- Il est strictement interdit d’être à deux endroits au même moment.


En attendant, avancez vous donc, venez profiter de cette belle fin de journée et de cette soirée pleines de spectacles et de surprises en tout genre, dont le buffet préparé avec soin par la traiteur !

À la moindre question, n'hésitez pas à Mp/Discord/rechercher activement Luna Watson. Amusez-vous bien~♫






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Ven 22 Sep - 0:35
Lorsque Luna leur a ouvert, Aimée n'a pu que sourire, rayonnante, avant de la remercier de son hospitalité. Ainsi, comme elle l'avait pensé, ils connaissent tous deux Luna. De quel moyen se sont-ils connus ? Cela la rend bien curieuse ! Et légèrement joueuse, devinera-t-elle cela plus tard ?

Bon par contre, croiser Naoko n'a pas été la meilleure des surprises... Et sa réaction a probablement été un peu trop forte pour le peu qu'il y ait à craindre : mais il y a certains sujets sur lesquels on ne rigole pas, et pour Aimée, celui-ci en fait partie. Et bien qu'elle fuie comme elle peut le regard du jeune androgyne, elle a réussi à répondre d'un léger signe de tête à ses paroles pour le remercier tout de même, avant qu'ils ne s'éloignent puis décident de se séparer.

Aimée s'est alors dirigée vers le buffet, toute cette journée l'a bien creusée ! Entre les consultations, le petit imprévu... Bref, de quoi raviver les papilles alors que son ventre finit par crier qu'il souhaite se remplir et plus vite que ça ! Elle s'empresse donc de prendre une assiette et de se servir d'un peu de tout : une fourchette de chaque, presque ! Un peu de poisson, un peu de viande, un peu d'accompagnants... Elle soupire en remarquant que le récipient est plein à ras bord, mais ne perd pas espoir : maintenant, il faut tout manger.

L'Esertarie se décide donc de prendre son temps pour apprécier les saveurs, malgré le mécontentement de son ventre qui grommelle encore plus, mais surtout pour que celles-ci ne se mélangent pas trop entre les différents plats... Bien que ce soit un peu raté. Au moins, la nourriture est bonne~♪ Et elle apprécie la fraîche brise du lieu pour le moment, mais aussi le calme. Quels invités vont donc arriver ?

Aimée a bougé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 17

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Mar 26 Sep - 2:13
    « Je vous remercie Mlle. »

Ne sachant réellement où je devais aller et ce qui me ferait plaisir à ce moment précis, je flânais dans la grande pièce. Un bel air de piano emplissait l’air et au jugé, je sentais le joueur au sommet de son art. Dire que j’avais moi-même énormément de plaisir sur ces touches d’ivoire. Depuis combien de temps n’avais-je pas caressé un clavier ? Trop. Et pourtant, cela me faisait un bien fou. Peut-être que cela calmera l’incendie ravageur en mon sein.

Mais cela me le rappelait.
Lui. Inlassablement. Tout me ramenait à lui et à la brûlure de son absence.

J’en avais perdu la saveur des jours, le plaisir de la vie, la flamme de l’envie. Rien n’avait de sens ou de beauté. Sauf cette musique jouée à ce moment même. Elle me raccrochait à mon corps… à ma réalité. C'en était intenable. Ne supportant pas plus dans cette ambiance ‘zen’ qui m’oppressait, je sortis prendre l’air.

Toujours talonnée par mon garde, je pris goulûment une inspiration fraîche, offrant mes sens au crépuscule déclinant. L’eau, le sable, l’herbe, la forêt, la nuit… tout avait une odeur qui se mélangeait savamment, emplissant mes vides… comblant mes souvenirs ternes. Puis, quelque chose de plus reconnaissable chatouilla mes narines : de la nourriture. Or, je m’étais gavée avant de venir, de peur de me rabaisser à mes pires instincts. J’eus presque un haut de cœur tant cela me dégoûtait.

Pourtant, je n’en fis rien. Pis encore, je m’approchai de la source.

Affublée de ‘talons hauts’, je tentais tant bien que mal de rester digne mais mes pieds et mes mollets me faisaient déjà atrocement souffrir. En y allant doucement, peut-être que j’arriverai à les dompter sans anicroche. Ainsi, je m’assis à la table du banquet, massant doucement mes chevilles, l’air penaud. En face de moi, une autre matérialisation des limbes : une femme aux cheveux d’agent et aux yeux violets… affamée !

Arrivera-t-elle seulement à manger l’entièreté de cette assiette ?!
Ainsi, abasourdie, je la regardais sans discrétion, me repaissant de sa façon de se mouvoir, de ses manières. Elle devait avoir physiquement dix ans de plus que moi.

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Humain
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: Garde du corps
Pouvoir :: aucun
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Mar 26 Sep - 18:51
    Je n’aurais jamais dû venir ici. J’aurais dû mourir lors de la dernière pleine lune. Ma mort aurait dû lui apporter le regret et la détermination pour sauver Sonatae… Mais je demeurais en vie. Pis encore, elle m’aimait alors qu’elle devrait me détester pour ce que j’avais voulu lui faire subir. Mais elle m’avait ouvert son cœur. Elle devrait me haïr…

    Au final, j’étais le seul à m’abhorrer. Je me répugnais tant que je savais que mes jours en ce monde étaient comptés. Que pour expier mes pêchés il n’y avait qu’une rédemption possible. Mais je devais d’abord respecter mon serment. Je me devais de la ramener avant de m’en aller à tout jamais.

    Elle. Elle que je vois là-bas, assise à la table du banquet à l’extérieur. Elle que j’observe à moitié dissimulé derrière les arbres de la forêt. Elle que je désire tant mais que je ne peux croiser. Elle. Mon venin et mon antidote. Ma fin et mon renouveau. Mon rêve et mon cauchemar. Ma vie et ma mort…

    Dans peu de temps, un jeune garçon devrait lui apporter une boite contenant une poche de mon sang. C’est tout ce que je pouvais faire pour elle, dans l’immédiat… Et tout ce que je pouvais faire pour Luna était de m’en aller. De la laisser en-dehors de mes histoires. De l’épargner… Peut-être était-il trop tard ? Je le craignais hélas. Mais je devais tout de même partir. Elle devait m’oublier. Et oublier ses sentiments…

    Je devais fuir le monde pour qu’il continue de tourner. Je devais les fuir pour qu’elles ne me suivent pas dans ma lente agonie. Au revoir dispensaire. A bientôt Sonatae. Adieu Luna. Bonjour cruelle solitude.

    Spoiler:
     

~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: PDG pharmaceutique
Pouvoir :: Death-Camas
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Mer 27 Sep - 11:11


Je vous remercie, Madame Watson. En effet, nous aimerions visiter votre dispensaire afin de voir vos dispositions prises . Je vous remercie de la précision. Et nous essaierons de nous détendre.

Hubert sourit, alors que Louis la regarde intensément et retrousse le nez avant de se détourner pour nous suivre à l'intérieur. Je le regarde curieusement. Qu'avez-t-il découvert ? Quand il fait cette mimique, c'est qu'il a trouvé quelque chose qu'il n'aurait pas voulu savoir.

Qu'est-ce qu'il y a, Louis ?
L'hôtesse. Elle est bien sexire...
Oh ! Intéressant.
Tout dépends quel genre de sexire elle est, Maria.
Hum...

On se dirige vers le banquet où grandes variétés de petits fours peuvent se voir de l'entrée. On regarde la jeune femme qui semble se noyer dans la nourriture. Avait-elle un désespoir à combler ? Souhaite-t-elle oublier dans la nourriture ? C'est une façon de faire. Comme nous, une autre femme la regarde se goinfrer jusqu'à m'en donner mal au ventre alors que je n'avais encore rien touché. Hubert part se servir une assiette.. non deux ? Pourquoi donc ? Lui aussi est triste ? Suis-je tombée dans une réunion de dépressif ? Pourtant, Hubert a l'air normal. Je ne comprend pas. J'observe ensuite la deuxième personne. Elle est habillée de façon très exotique. J'aime beaucoup. Je crois qu'au regard de Louis sur elle, qu'elle a attisé son appétit de sexire. Je soupire alors que je m'avance encore. Comment dois-je agir ? Cela ne ressemble pas du tout aux réceptions auxquelles j'ai rarement participé. J'attrape un verre de champagne en suivant des yeux les mouvements des gens de la pièce. Hubert qui revient avec deux assiettes et qui m'en tend une... ah ! C'est pour moi.

Merci.


Direction a écrit:

- Bienvenue
- Le Banquet

Tenue :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Jeu 28 Sep - 11:21
Au fur et à mesure des mouvements de fourchettes, l'assiette se réduit petit à petit pour pouvoir remplir l'estomac de la jeune femme, qui commence à ne plus être seule autour de cette table. En effet, une paire d'yeux vient d'arriver et la fixe, assise sur la table, alors qu'Aimée avait décidée de rester debout. Peut-être devrait-elle faire de même..?

Lentement, elle se dirige vers une des chaises installées autour du banquet, tout comme la demoiselle... Sauf pour autant se mettre face à elle. Un doux sourire est venu se promener sur ses lèvres tandis qu'elle continue de l'observer un instant avant de remettre le nez dans son assiette.

« Bonsoir~ Vous ne venez pas pour manger ? Hm, plutôt pour la fraîcheur, le calme ? ... Ou bien me regarder manger ? », finit-elle dans un sourire, ainsi qu'un rire un peu taquins sans en perdre son appétit.

D'autres personnes : un homme, une femme, un couple ?, se sont alors approchées, se servant elles aussi sans faire réellement attention à elles apparemment. Est-ce le regroupement des personnes aux cheveux blancs/argentés ? Ça en a tout l'air, en tout cas.

Aimée ralentit au fur et à mesure qu'elle mange, se rendant compte que, finalement, elle a peut être eu les yeux plus gros que le ventre. Pourtant, la nourriture est tellement bonne qu'elle ne souhaite pas en laisser une miette. Oh, peut-être pourrait-elle attendre Esteban pour lui donner le reste ? En profiter pour les lui mettre dans la bouche avec l'excuse de "tiens, goûte !". Pourquoi pas ? Son regard se promène alors sur la foule tandis qu'elle le cherche du regard sans pouvoir le voir d'ici : est-il toujours à l'intérieur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Gemma
avatar
Age : 29

CV
Quartier d'habitation :: Gemma
Métier :: Mécanicienne/prostituée
Pouvoir :: Contrôle mental et sentiments
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Ven 29 Sep - 10:42
Juste après avoir quitté Luna, Virginia fit un rapide crochet à sa voiture pour aller prendre un Tupperware, car il y avait une possibilité de ramener de la nourriture pour sa famille. C'est donc le bras en écharpe et avec une boite dans l'autre que Virginia arriva dans la salle du banquet. Avec sa salopette de travail par-dessus son vieux t-shirt à la gloire du marxisme la jeune femme détonnait parmi toutes ses robes de soirées et costards. « Mhhhh j'aurais peut-être dû demander une tenue à la doc… je passerais un peu plus inaperçue. Bon je mange un morceau, je prends deux-trois trucs et je file, je vois bien que je ne suis pas à ma place ici. » La jeune Gemma se dirigea directement vers la source de nourriture en évitant au maximum les contacts tant elle ne se sentait pas à l'aise dans un tel milieu.

Arrivée vers la table, elle ne put s'empêcher d'être bouche bée devant l'étalage de nourritures.
    «On peut se nourrir pendant des mois avec autant …» ne put s'empêcher de lâcher la mécanicienne. «C'est quoi ça ? Et ça ? Ça se mange vraiment ?»


Curieuse et intriguée, elle se permit de commencer à se servir difficilement une belle assiette avec du caviar d'aubergine, du saumon, des langoustines et quelques petits toasts. La tâche était cependant ardue avec un bras en moins et elle jeta un regard autour d'elle afin de voir si quelqu'un pourrait éventuellement l'aider. Son dévolu se jeta d'abord sur un homme plutôt bien habillé (Hubert).
    «Euh bonjour, je … je m'excuse mais est-ce que tu peux m'aider à me servir ?»


A sa manière de parler, ce dernier pouvait aisément comprendre que le français n'était pas sa langue maternelle et que cela la gênait beaucoup de devoir demander de l'aide à un inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: PDG pharmaceutique
Pouvoir :: Death-Camas
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Ven 29 Sep - 19:52


Alors que je regarde les plats exposés dans mon assiette, je reconnais qu'Hubert sait à la perfection mes goûts. Je prends la première bouchée quand une fille d'une vingtaine d'années habillée comme une ouvrière avec un bras soutenu par une écharpe entre. Hubert, étant au plus proche, regarde la maxime à moitié caché, sur le devant, de son haut en levant les yeux. Pendant ce temps-là, un fin sourire s'accroche à mes lèvres. Pour avoir vécu la montée du marxisme, je pouvais dire que ce n'est pas quelque chose que nous avons exploité pour notre part. Louis, de son côté, reste indifférent au reste de la salle qui n'est pas cette jeune femme qui semble l'attirer et nous.

On entend les questionnements de la jeune fille. Je sais bien que peu de monde peuvent s'accorder autant de nourriture tous les jours. Cependant, si on y réfléchit bien, qui mangerait ces quantités gargantuesques ? Il ne fallait pas oublier que nous sommes dans une réception, ce qui explique la profusion des mets. Mais après tout, la réflexion n'est pas la première qualité de tout le monde. Chacun a ses points forts et ses points faibles. Je ramène délicatement ma fourchette à ma bouche pour savourer une autre bouché.

La même voix nous parvient. Elle parle directement à Hubert.

~~ INTERPRÉTATION D'HUBERT ~~


Consciemment ou pas, cette jeune fille ne devrait-elle pas savoir où est sa place ? Me croit-elle serveur ? Il y en a plein qui gravite autour de nous. Dois-je me montrer sympathique ? Je suis sûr qu'elle ne mesure pas l'entière compréhension de ce qu'est le marxisme, en plus. Pour l'avoir vécu, ce n'est pas quelque chose que j'apprécie forcément. Mais n'est-ce pas, parce que nous avons élevé notre fortune grâce au capitalisme ? Dissoudre les classes sociales aurait pu être un challenge intéressant. Mais c'était perdu d'avance au vu de l'avancée de la société. De plus, Marx, lui-même, sur la fin, ne se disait plus marxisme. Je soupire. Il me semble, de plus, que la politesse ne soit pas son point fort. A-t-elle seulement des points forts ? Parce que d'après ce que je vois, il y a clairement des manques dans son éducation. Je me demande qui l'a éduqué... Si j'avais été son instructeur cela ne se serait pas passé comme cela. Bref, elle est blessée, je vais faire preuve d'indulgence. Je lui adresse un sourire superficiel mais galant.

Chère demoiselle, la politesse et le savoir-vivre exigent le vouvoiement lorsque vous ne connaissez pas la personne à qui vous vous adressez. Veillez à vous en souvenir.

J'attrape l'assiette avec délicatesse et me tourne vers la jeune fille.

Je puis comprendre que vous êtes étrangère et que cela soit gênant mais il ne faut pas oublier comment se tenir en société. Que voulez-vous ?


Du caviar d'aubergine, du saumon, des langoustines et quelques toasts ici, s'il te.... vous plaît.

Je commence à me tourner vers le buffet pour remplir l'assiette des mets demandés. Ensuite, je me dirige vers un tranchant de table et dépose l'assiette à une place.

Suivez-moi. Voici. Normalement, il y a des serveurs qui sont payés pour ce travail. Si vous êtes bien installée, je vais vous laisser.

Je commence à m'en aller vers Maria où je m’assois à sa droite en lui souriant.

~~ FIN ~~


Hubert, ne commences pas à faire ton instructeur.
Princesse, je ne peux me dévier de mon premier métier.

Je le regarde en coin avant de sourire doucement. A ce moment-là, je vois deux jeunes femmes qui se servent aussi d'énormes assiettes à l'instar de la première femme que j'avais vu au buffet. Il me semble les connaître. Où les avais-je déjà vu ? Elles ont quelque chose qui me sont familier. C'est Louis qui relève la ressemble des jumelles à des chercheurs avec qui nous avons pu discuter pour certains projets.

Maria, je ne savais pas que la famille Meyer était venue s'installer sur l'île.

Moi non plus. Peut-être pourrions-nous leur demander ? Cela pourrait s'avérer utile qu'elles veulent bien travailler avec nous ici.
D'après, ce que j'avais compris, l'aînée s'était instruite pour devenir biochimiste.
En voilà, une excellente nouvelle. Je te laisse d'en occuper Léon ?
Oui, Maria.

Je vois bien à la tête du sexire que cela ne lui plaisait guère de dévier de sa proie de la soirée. Je souris face à cette attitude en portant un main sur mon épaule m'assurant que ma tâche était bien cachée.

~~ INTERPRÉTATION DE LOUIS ~~


Je place une de mes mèches de cheveux blondes derrière mon oreille alors que je jette un dernier coup d’œil à cette sublime créature qui se trouve à la même table que nous. Je me lève tranquillement ne prêtant aucunement attention au reste de la pièce. Après tout, qui était-il pour moi ? Rien ! Seuls mes proches comptent et encore... Je tourne un regard lassé vers les deux morfales qui semblent s'agglutiner autour de la table des mets. Ce n'est absolument d'aucune élégance.

Bonsoir, Mesdemoiselles Meyer. [PNJ de Dionae] Je me présente, je suis Louis Campanule et le directeur général de la branche de recherche chez Phytopharma. Je ne sais si vous vous rappelez de moi ou encore de mes amis (montre Maria et Hubert) mais nous avons eu affaires plusieurs fois avec votre père.
Oui, je m'en rappelle. Papa nous a parlé qu'il travaillait avec vous sur certains projets.
On vous a croisé dans les couloirs du labo aussi.
Bien alors, cela va faciliter l'affaire. Nous voulons installer une succursale ici. Nous voulions savoir si vous souhaitez travailler avec nous ?
Vous semblez ne pas aimer perdre du temps. Ne pouvez-vous pas le faire moins directement ? Je ne sais pas. Faites-le de manière plus ... aérienne.


Je regarde la deuxième en soupirant avant de lever les yeux. Qui m'avait refilé une fille pareille ? Aérienne ? Maria veut vraiment ces filles dans l'entreprise ?

En tant que partenaire ou employé ?

Partenaire ? Qu'avez-vous à nous apporter ? (rire moqueur)

La première croise les bras d'un air arrogant alors que la deuxième d'un air rêveur semble réfléchir. Je ne sais pas pourquoi mais cette histoire va finir par littéralement me lasser... C'est pour cela que c'est Orpheus qui s'occupe des employés et non moi. Bref, je ne vais pas faire le travail d'un autre.

Voici, la carte de notre service de ressources humaines. Si vous êtes intéressez, adressez-vous à eux. Sur ce, je vous laisse vous goinfrer.

~~ FIN ~~



Je vois Louis revenir avec un air irrité sur le visage. Aie, cela ne présage rien de bon. J'attends patiemment ce qu'il va dire.

Maria, la prochaine fois que vous souhaitez que je rencontre des folles, veillez à me prévenir auparavant que je m'y prépare.

Je le regarde avec des gros yeux. Folles ? Je tourne le regard vers les filles. Une d'elle nous regarde froidement alors que la deuxième tire littéralement la langue à Louis. D'accord...

Toutefois, je leur ai quand même donné le numéro du service RH.

Je hoche de la tête pour dire que j'avais compris mais surtout pour ne pas sortir quelque chose qui irritera encore plus le sexire. Bien qu'au fond, je trouve cette situation assez amusante.


Direction a écrit:

- Bienvenue
- Le Banquet

Tenue :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sang-Pure
avatar
Age : 17

CV
Quartier d'habitation :: Capien
Métier :: aucun
Pouvoir :: Sang Pur
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Mar 3 Oct - 11:02
    « Par votre coup de fourchette et votre léger sourire, je ne peux que comprendre ce qui vous pousse à autant manger. En tout cas, de loin, ça a l’air délicieux. » Conclus-je dans un sourire sincère.

Je n’avais aucune envie, malgré la bonne publicité faite, de me servir à mon tour. Mon estomac était plein alors que la faim me tenaillait encore. Derrière moi, Sofiane restait de marbre… alors que je voyais bien qu’il mourrait d’envie de gouter à ces petites merveilles. Alors que j’allais lui offrir la liberté, il mit doucement sa main à sa ceinture, regardant au loin. Intriguée, je suivis son regard.

Une trentenaire s’avançait vers nous, un paquet en carton en main, l’air intimidé. Sans parler, mon garde lui fit comprendre qu’elle devait rester à bonne distance. Sa voix peu assurée passa à travers les rires et les conversations, se mourant au fur et à mesure des mots. Si elle n’avait pas l’air très au clair avec sa mission avant, à présent, elle n’assumait plus.
    « J-je… J’ai un paquet pour vous Mme Delorme. »

D’un hochement de tête, j’autorisai Sofiane à s’en approcher : ce qu’il fit avec élégance. Il contempla la boîte, jugea son poids, la regarda sous tous ses angles… à travers ses mains, il ressentait les énergies et rien ne le laissait penser à un danger. Cependant, il était juvénile dans le métier et n’osait poser son pronostic sans sûreté.
    « Permettez que je l’ouvre plus loin. »

Je le vis s’enfoncer dans la forêt. Pour crever ce silence lourd, je voulus poser des questions à la dame mais elle avait disparu. D’un côté, j’étais inquiète : je ne voulais être victime de terrorisme (la guerre d’aujourd’hui… les moyens d’aujourd’hui… un peu comme les poisons mondains)… et je ne voulais voir cette jeune âme être soufflée par une explosion quelconque. J’attendis un moment qui me fut interminable, m’imaginant des scénarii invraisemblables. Que se passait-il autour de moi à ce moment précis ? J’entendis des applaudissements, des verres qui tintent et durant une folle seconde, je décrochai mon regard de cette sombre forêt. Je voyais la responsable qui trinquait avec les autres, le sourire aux lèvres. Mollement, je suivais les acclamations en frappant aussi dans mes mains.

Un mouvement, une ombre, un soulagement : le voilà qui revient. Mon cœur reprit un rythme normal. La boite avait été descellée et son contenu fouillé. Attirée, je me levai, venant à l’encontre de mon garde. Son visage était fermé mais avant tout, interrogatif.
    « C’est un présent pour vous, ma Dame. »

Intriguée, je pris le carton en main et lançai un regard. Quelle fut ma stupéfaction ! Une poche de sang, 500ml, encore chaude.

Cette odeur…


Un spasme me plia en deux. J’avais le cœur au bord des lèvres.
    « - Ma Dame ?! Vous allez bien ? Je vais..
    - R-rapportez-le au carrosse sans que personne n’y touche. Attendez-moi là bas.
    - Ma Dame, je ne peux vous…
    - C’est un ordre. » Fis-je froidement.

Perdu entre l’envie de me tenir tête pour son métier et celui de m'obéir car c’était la Sang-Pure, Sofiane ne savait pas comment réagir. Il ne savait ce que les autres attendaient de sa part. Cependant, le regard que je lui lançai était sans équivoque. Ainsi, il se replia avec ce… cette…

Je savais qui je devais interroger pour avoir des informations. Ainsi, je me dirigeai vers la terrasse.
HRp : Déplacement : buffet => terrasse !

~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Gemma
avatar
Age : 29

CV
Quartier d'habitation :: Gemma
Métier :: Mécanicienne/prostituée
Pouvoir :: Contrôle mental et sentiments
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Mer 4 Oct - 17:20
Virginia ne s'entendait pas à ce que sa demande soit satisfaite après une telle entrée en matière. Mais finalement l'homme qu'elle avait abordé lui avait bien rendu service. Elle ne comprenait pas pourquoi vousoyer les gens était considéré comme une marque de respect. Elle trouvait que c'était plus une manière de se distancier que de montrer de la considération.

Comme on l'y invitait, elle s'assit à la table sur laquelle on y avait déposé son assiette puis commença à goûter les différents mets. Le caviar d'aubergine était pour elle une découverte fabuleuse, car elle en adorait le goût. Elle fit un petit signe de remerciement à Hubert qui était attablé proche d'elle.
    «Je te… vous remercie… désolé, mais le vouvoiement ce n'est pas naturel chez moi. Et je n'avais pas fait attention à ce que vous appelez « Serveurs » je pense pouvoir m'en sortir pour la suite mais ton… votre aide fut fort appréciée. Je m'appelle Virginia González et toi…rahhhh vous ?»


La Gemma sentait une envie de discuter et cet homme semblait intéressant malgré son comportement en lien avec sa situation sociale. Elle allait enchainer sur d'autres informations et questions, mais elle fut interrompue par le discours de la maitresse des lieux. Elle fut encore une fois agréablement surprise par les mots prononcés. Le Dr Waston avait vraiment un grand esprit d'ouverture pour une bourgeoise et elle en avait déjà fait l'expérience. Elle nota cependant qu'elle n'invoqua pas la fameuse Inoue et la Gemma se demandait quel était son rôle. Elle applaudit cependant avec son seul bras disponible puis leva joyeusement son verre. Ce n'est qu'après ce petit moment d'euphorie qu'elle se sentit coupable de ne pas partager ces moments avec sa maman. Elle sortit discrètement son téléphone et lui envoya un message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Zéphyr
Métier :: Historien
Pouvoir :: Le vent
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Ven 6 Oct - 20:04
Sei'han contemplait la terrasse afin de voir ce qui se passait : il voyait Fiona et Sinai d'un côté, des jeunes adolescents et une serveuse avec des oreilles de chat de l'autre, et au milieu Luna qui discutait avec un homme. Il lui parlerait plus tard, surtout qu'aujourd'hui, il n'avait pas retiré sa plume comme il le faisait habituellement avant de venir sur l'île.
En entrant dans la salle du banquet, il croisait l'organisatrice du quartier capien habillée d'une robe blanche ornée de noir et d'or, très à son avantage. Par contre, sa démarche se calquait sur son regard désemparé et déterminé. Le zéphyr se disait que ce n'était peut-être pas qu'une organisatrice d'événements. Après s'être mis sur le côté pour la laisser passer, il se dirigeait vers le buffet pour prendre une assiette et se servir d'un peu de chaque plat qui l'intéressait. Il finissait sa coupe de champagne avant de reprendre un verre de vin avant d'aller s'asseoir. Il s'asseyait à côté d'une jeune femme vêtue d'une robe violette et la ponctua d'un "Bonsoir et bon appétit". Il commença à goûter aux plats qui étaient succulents. Puis en coupant un morceau de viande d'un geste vif, il employait un peu trop de force et son coude vint heurter légèrement sa voisine.


"Excusez-moi de ma maladresse, j'y suis allé un peu..."

En faisant face pour la première fois à la personne en face de lui, il remarquait qu'elle avait un collier de fleurs et cela lui rappelait quelque chose. En effet, le visage de son interlocutrice en était un du passé, qu'il ne s'attendait vraiment pas à revoir. Il s'agissait de la PDG de Phytopharma et maintenant qu'il n'était plus absorbé par son assiette, il remarquait que son conseiller était également présent. La surprise était telle qu'elle se lisait sur son visage, en particulier dans ses yeux, qui s'étaient écarquillés pour l'occasion.


"Mademoiselle de Camas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Esertari
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Vétérinaire
Pouvoir :: Lien animalier
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Ven 6 Oct - 20:54
La remarque de la demoiselle laisse Aimée perplexe, à tel point que sa fourchette a arrêté son chemin, s'arrêtant juste devant ses lèvres.

« Par votre coup de fourchette et votre léger sourire, je ne peux que comprendre ce qui vous pousse à autant manger. En tout cas, de loin, ça a l’air délicieux. »

Pendant un instant, elle reste à la fixer, alors que cette dernière a fini par s'éloigner, la laissant dans ses pensées... Qu'insinue-t-elle !? Qu'Aimée est enceinte ? Cette pensée la fait rougir - à retardement - puisqu'il n'y a plus personne à qui demander des détails supplémentaires. Puis ça lui ajoute un petit peu de stress aussi : se protègent-ils en fait !? Voilà une question qui n'est jamais passée dans son esprit... Hm... A creuser ? Un peu plus tard sûrement ou maintenant... Au fait, il en met du temps Esteban pour ramener des verres. Elle devrait peut-être... Plus tard.

Son regard s'est posé sur Luna qui vient de demander l'attention afin de pouvoir commencer son discours, et Aimée a finalement pu récupérer une coupe de champagne qui passait par là (finalement, il est pas très efficace pour ramener à boire !).

Des remerciements, des présentations, de jolis mots mis bout à bout. De quoi officialiser l'ouverture du cabinet à ses habitants, ainsi que mettre en avant toutes les personnes qui participent à cette belle soirée. D'ailleurs, l'Esertarie en connait une, même si son nom de famille a dû mal à la faire réagir. Muscipula... Avec les compositions florales... Dionae ? Elle est donc présente ici... Peut-être a-t-elle déjà croisé les autres ou les croisera-t-elle durant cette soirée.

En même temps que Luna, elle a alors levé son verre en direction de la maîtresse des lieux sans réellement trinquer avec les personnes alentours. Bon... Un problème de taille majeure se présente alors ! Les deux mains d'Aimée sont prises, elle ne peut pas boire ET manger. De toute façon elle n'a plus faim pour l'instant.
Elle quitte donc le banquet à la recherche d'une solution déjà toute tracée dans sa tête.

Déplacement : Banquet => Salle à vivre (Estééé j'arriiiiiive !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: PDG pharmaceutique
Pouvoir :: Death-Camas
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Sam 7 Oct - 2:03


Sous son air ronchon, Louis me jette un dernier regard avant de se diriger vers un des serveurs pour se chercher une coupe. De son côté, Hubert est toujours pris par la jeune femme qui semble vraiment être intéressé par mon conseiller. Je hausse les épaules lorsqu'elle continue la discussion avec Hubert. Je sens qu'un mal de tête pointe le bout de son nez grâce au léger froncement de sourcils de ce dernier. Ce fut le même que celui qu'il affiche quand je restais trop dans ma langueur alors qu'il tentait de m'inculquer quelques bases sociales.

Je mange lentement par égard à l'éducation que l'on m'avait enseignée. J'avale ma bouchée alors que la maîtresse de maison appelle à notre attention pour l'écouter. Des remerciements sur un projet qui tient à cœur, des explications sur son aboutissement, ce que je puis comprendre. Un tel projet, de cette ampleur... cela explique une émotion inhabituelle dans la voix à sa concrétisation et dans un tel discours ; mais ici, je ne ressens pas cette même émotion. Je l'observe, affable, levant mon verre pour porter un toast. Une flûte levée puis portée à mes lèvres, j'en savoure une gorgée.

Le pétillement du champagne éclot dans ma gorge, faisant paraître dans mes prunelles, des souvenirs du passé. Les réceptions sous mon père... où des fontaines de champagne, boisson estimé et inouïe, qui prenait place en centre de la salle... originalité de ce temps... placée auprès de celles de chocolat... Un autre souvenir vient se calquer puis effacer l'autre... le chocolat... gourmandise préféré de Marie-Antoinette, la femme de mon cher neveu qui n'a pas su rester à la tête du pays. Cette même personne qui m'envoie une lettre suppliante, larmoyante... une lettre hors de ma compréhension de ce temps... Maintenant, je peux la comprendre... je l'ai gardé, conservé... à quoi me sert-elle ? Me faire mal ? Non. Me satisfaire ? Non plus. Elle est là, encore et toujours comme un rappel du passé.... de ce passé troublé, de la fin de la famille de France... Du moins, c'est ce que je pensais … jusqu'à cette fameuse photo d'il y a quelques années. Des recherches ont abouti sur des conclusions déconcertantes.... saurais-je, un jour, le début de cette histoire ? Connaître cette femme ? Une voix me coupe dans mes élucubrations.

~~ INTERPRÉTATION D'HUBERT ~~


Je peux me réjouir de l'effort que cette jeune enfant fait dans son langage. Je m'apprêtais à répondre mais déjà l'hôtesse demande l'attention pour discourir à l'assemblée. Je fais un léger signe à Virginia comme elle s'était présentée pour lui signifier qu'il répondrait par la suite. J'écoute avec attention en hochant de la tête sous certaines paroles. A la fin de celui-ci, le verre de vin rencontre mes lèvres où le liquide purpurin me rappelle mon met favori. Un coup d’œil vers Maria, je m'aperçois que son esprit se fait absent. Le champagne... cette boisson qui était très prisée de cette époque. Merveille qui extasiait le roi et qui embellissait les banquets. J'aimerai tant qu'elle ne se perde pas dans ce temps révolu.... le temps infernal de son rejet... le temps où seul le roi, son père, la considérait... Reniée par le reste de sa famille... répudiée par la cour entière... Sans soutien, autre que le mien... Ce manque de sociabilité se ressent encore et toujours... préférant restée seule, ma pauvre Princesse. Je reviens donc dans le présent en reposant mes yeux sur Virginia.

Je vous félicite pour l'effort dont vous faites preuve, alors. Je me nomme Hubert Paterdeame. Enchanté de vous connaître, Mademoiselle González.


~~ FIN ~~

Je lui rends sa politesse d'une voix semi-absente. Reprenant ma fourchette pour piquer un morceau de saumon dont je contemple la belle couleur avant de le mettre en bouche, je sursaute légèrement sous le touché imprévu de mon voisin. L'effleurement très léger ne permet pas à la gêne de s'installer. Je relève alors la tête vers l'homme qui s'excuse pour lui sourire tranquillement, ne me sentant aucunement importuner par son geste maladroit et non voulu. Mes lippes se fanent peu à peu lorsque je vois la surprise se lire sur son visage. Pourquoi donc ? Il dit mon nom, ce que je puis comprendre vu qu'on peut me voir dans les journaux ou autres supports médiatiques. Il doit alors être surpris de me rencontrer en vrai. Je lui souris alors aimable, en lui répondant par l'affirmative. J'allais retourner à mon saumon, quand... En y réfléchissant, c'est étrange comme il me rappelle une personne.... mais qui ? Je réfléchis à tous mes partenaires... tous les hauts placés... Mais rien ne me vient. Autre part ? Qui est-il ? Où l'ai-je rencontré ? Un flash de la photo de cette femme... Un lac... Une gêne... La chaleur... Enfin l'embarras. J'ouvre légèrement mes lèvres de stupeur. Un léger blush naturel apparaît sur mes pommettes. Je bégaie un peu en jetant un coup d’œil vers Hubert, occupé par la jeune femme qu'il avait servi.

Mon..sieur Tennegard.... hum... Comment allez-vous ?


Direction a écrit:

- Bienvenue
- Le Banquet

Tenue :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Gemma
avatar
Age : 29

CV
Quartier d'habitation :: Gemma
Métier :: Mécanicienne/prostituée
Pouvoir :: Contrôle mental et sentiments
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Dim 8 Oct - 15:25
Virginia se sentait soulagée de pouvoir discuter avec quelqu'un, ainsi elle avait moins l'impression d'être l'intruse. De plus, elle venait de recevoir une réponse comme quoi sa maman était en route pour la rejoindre et elle ne serait donc plus la seule.
    «Euh enchantée également. Je dois vous avouer que je n'ai vraiment pas l'habitude de côtoyer un tel milieu. Je suis mécanicienne de formation et je participe plutôt à des réunions où la bière coule à flot et on l'on fait rugir les moteurs. J'essaie un peu d'y amener mes amies, mais le monde de la mécanique reste malheureusement très masculin et un peu vulgaire. De plus, venant du Venezuela et n'ayant jamais fait partie de la caste dirigeante, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de participer à de telles réunions comme ici même si j'imagine qu'il doit y exister de plus fastes.» Puis juste après avoir pris une gorgée d'eau gazeuse, Virginia continua sur sa lancée. «Mais je pense que cela se voit à mon habillement non ? Il faut dire que je n'avais pas vraiment prévu de venir ici et si je n'avais pas eu mon accident je serai en train de manger avec ma maman. Et vous ? À mon avis, tu… vous semblez bien plus à l'aise, mais je n'arrive pas à imaginer quel est votre métier. Puis-je le connaitre ? Je m'excuse par avance si cette question vous semble trop personnelle, mais je suis de nature curieuse.»


La Gemma prit alors un morceau de saumon et son regard s'illumina, décidément les riches avaient bien de la chance car ils pouvaient manger des mets absolument succulents. Pourquoi fallait-il que ces derniers soient si chers ou que les richesses soient si mal reparties.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Zéphyr
Métier :: Historien
Pouvoir :: Le vent
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Mar 10 Oct - 1:10
Ses mots sitôt prononcés, ses yeux étaient rivés sur sa voisine de table. En fouillant dans sa mémoire, son séjour à Paris lui revenait en tête. Et ce séjour en France n'avait pas été très fructueux, en plus d'avoir été un chemin pavé d'obstacles. Haarth, la mairie de Paris, cette rencontre dans le bois de Vincennes autour du Lac des Minimes... Une image de cette étendue d'eau lui revenait avec le déroulé des événements et il essayait de réprimer un un grand sourire intérieur afin que celui-ci ne prenne pas la place du sourire cordial qu'il affichait en face de son interlocutrice. Il fallait noter que la frustration liée à sa situation l'avait amené à sortir un peu des clous en utilisant l'outrecuidance comme approche, qui avait en quelque sorte porté ses fruits. Tout ceci l'avait amené à obtenir ce qu'il voulait, qui au final s'était révélé tout de même intéressant, bien que peu fructueux en informations tangibles. La décoration végétale couplée à la robe de la jeune femme retirait le doute du zéphyr sur sa nature : c'était une védine. La question avait éveillé sa curiosité durant leur première rencontre mais avec le temps, il avait appris à les reconnaître et à les identifier en tant que tel.
Sei'han continuait à sonder ses souvenirs alors qu'il observait du coin de l'œil une jeune femme aux cheveux argentés quittait la table avec son assiette à moitié pleine. Puis mademoiselle de Camas l'interrompit dans la réminiscence de son séjour parisien.


"Mon..sieur Tennegard.... hum... Comment allez-vous ?
Je vais bien et j'espère qu'il en est de même pour vous. Le monde est bien petit pour qu'on se revoit sur cette île. Avez-vous pu tirer avantage de votre installation dans le XVIIIème arrondissement ?"

Le rappel de cette affaire ne l'avait pas plus préoccupé que ça à cette époque-là. Mais il lui arrivait de se dire qu'il avait dû jouer avec le monde souterrain pour prendre des raccourcis dans sa quête de l'histoire des mythes, et que cela avait causé quelques dommages collatéraux inévitables. Cependant pour le jeune homme, il savait qu'on ne pouvait pas toujours satisfaire tous les acteurs d'une situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Homme/Femme à tout faire
Pouvoir :: Soin
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Mar 10 Oct - 18:22
C'est très contrarié que Naoko Inoue entra dans la salle du banquet, il s'en voulait d'avoir craqué avec cette jeune femme et également pour son comportement à la fin. « Pourquoi je l'ai quitté aussi froidement ? C'est moi qui l'ai allumé à la fin. Je ne pense pas qu'elle imaginait ça lorsqu'elle m'a demandé un massage. Mais est-ce ma faute si elle avait mon déclencheur ? Non mais elle ne méritait pas que je la traite avec autant de dédain. Il faut vraiment que je la retrouve dans d'autres circonstances pour m'excuser. Peut-être lui écrire une lettre ou alors lui téléphoner ? ». Le jeune homme finit par arriver vers la table et se servit une belle assiette, car il était affamé. Lorsque des clients venaient lui poser des questions, il y répondait le plus sérieusement et le plus aimablement possible malgré qu'il était encore perdu dans ses pensées.

Sans se rendre compte, il discuta même un certain moment avec les parents de Sophia et il les apprécia que moyennement, car ils les trouvaient trop rigides sur certains points de vue, notamment la liberté de genre et sexuelle. Lorsqu'ils le laissèrent, il se dit qu'il avait besoin de se changer les idées et de discuter avec du monde. Mais avec qui ? Après un rapide regard dans la salle, il fut soulagé de ne pas voir de chevelure cyan, mais la plupart des personnes semblaient déjà occupés à discuter entre eux et le Sexire n'aimait pas trop l'idée de devoir se taper l'incruste. Puis il lui sembla reconnaitre un Congénère, car il lui semblait impossible qu'un humain puisse être si beau (Louis). Et il semblait seul.

«Bonjour, la place est-elle libre ?» dit le jeune androgyne en désignant la chaise en face de Louis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: PDG pharmaceutique
Pouvoir :: Death-Camas
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Jeu 12 Oct - 0:36


~~ INTERPRÉTATION D'HUBERT ~~


Euh enchantée également. Je dois vous avouer que je n'ai vraiment pas l'habitude de côtoyer un tel milieu. Je suis mécanicienne de formation et je participe plutôt à des réunions où la bière coule à flot et on l'on fait rugir les moteurs. J'essaie un peu d'y amener mes amies, mais le monde de la mécanique reste malheureusement très masculin et un peu vulgaire.

Il semblerait qu'elle veuille vraiment parler. Je l'écoute poliment en hochant la tête par moments. Je vois, elle est mécanicienne. Réunions... bière qui coule à flots.... rugir les moteurs.... Voici une bien étrange manière de faire la bamboche. Cela me rappelle les fêtes populaires de l'ancien temps... où les tavernes croulaient sous les chopes débordant de mélanges douteux d'alcools. Les manants se vautraient à terre comme des porcs roucoulant dans leur propre repas dégobillé. Je lève donc un sourcil ayant une drôle d'image de cette femme maintenant.

De plus, venant du Venezuela et n'ayant jamais fait partie de la caste dirigeante, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de participer à de telles réunions comme ici même si j'imagine qu'il doit y exister de plus fastes.

En même temps, si elle colle parfaitement à l'image que je viens d'avoir... surtout avec les propos qu'elle a tenu, je comprends pourquoi personne de la classe supérieure n'a prêté la moindre attention à cette fille.

Mais je pense que cela se voit à mon habillement non ? Il faut dire que je n'avais pas vraiment prévu de venir ici et si je n'avais pas eu mon accident je serai en train de manger avec ma maman.

Oh oui ! Cela se voit comme la perfection du diamant qu'elle n'a aucunement sa place ici. Au moins elle semble le reconnaître et le savoir, c'est déjà ça. Je hoche la tête de satisfaction.

Et vous ? À mon avis, tu… vous semblez bien plus à l'aise, mais je n'arrive pas à imaginer quel est votre métier. Puis-je le connaître ? Je m'excuse par avance si cette question vous semble trop personnelle, mais je suis de nature curieuse.
Je travaille dans le conseil de direction de la firme Phytophrama que vous avez sûrement entendu parlé.

Je ne vais pas non plus trop m'étendre sur mes fonctions précises, cela ne se fait pas, surtout sur une entreprise de cette envergure.

~~ FIN ~~

~~ INTERPRÉTATION DE LOUIS ~~


Je remets en place encore et toujours une mèche de mes cheveux, tout en regardant le pétillement des bulles qui remontent rapidement vers la surface. Elles tentent de s'échapper de leur cage dorée. Je porte un regard vers Maria. Quand est-ce que cet oiseau s'envolera loin de sa cage de mélancolie ?

Je lève un sourcil surpris quand je vois une femme.... ? ...sexire ?? entrer comme un buffle dans la pièce. Je me demande si il n'y avait que des gredins sur cette île. En tout cas, cette réception est particulière. Je n'avais jamais vu de tels comportements ou accoutrements (coup d’œil à Virginia) dans pareille festivité. Je regrette les bals des années 30 où les femmes s'habillaient et s'amusaient avec grâce et douceur. Bien que dans cette époque, certaines n'ont aucunement perdu de leur impact.... d'autres par contre..... de ma race en plus. Je soupire, désolé de cette décadence.

Bonjour, la place est-elle libre ?

Je lui jette un rapide coup d’œil avant d'affirmer d'un hochement de tête sec.

~~ FIN ~~

Je soupire doucement. Un coup d’œil furtif vers Hubert me montre que ce dernier semble toujours occupé. Je hausse des épaules me disant que de toute manière, Monsieur Tennegard avait déjà vu la partie de moi, un peu moins affable que celle que je montre en public. Je ferme rapidement les yeux et je les rouvre sur mon verre que je saisis.

Hum... Malgré quelques débuts en dents de scie, nous avons pu tiré notre épingle du jeu en négociant finement les stratégies commerciales et juridiques. A l'heure d'aujourd'hui, ce dossier peut se conclure sur un succès.


Je bois une gorgée de champagne avant de lui sourire.

En effet, le monde est petit. Je ne pensais pas vous recroiser un jour. Comme le dossier.. dont vous nous avez un peu forcé la main, a porté ses fruits, je vous accorde une faveur. Voici ma carte personnelle, si vous avez besoin de quoique ce soit à ma portée, je vous y aiderais comme je peux.


Direction a écrit:

- Bienvenue
- Le Banquet

Tenue :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Gemma
avatar
Age : 29

CV
Quartier d'habitation :: Gemma
Métier :: Mécanicienne/prostituée
Pouvoir :: Contrôle mental et sentiments
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Jeu 12 Oct - 13:08
Est-ce qu'Hubert aurait pu répondre de manière plus succincte ? Virginia n'y croyait pas et commençait à se dire que son interlocutoire ne l'écoutait que par politesse. Cette impression était confortée par le langage corporel du « gentleman ». De plus, comme il ne disait rien pour le contredire quant à savoir si elle avait sa place ici, elle se dit qu'il n'appréciait guère la présence de prolétaire. Mais elle voulut en avoir le cœur net sans néanmoins lancer une attaque frontale, elle commença donc simplement et innocemment.
    «Je dois m'excuser, mais il n'en ait rien. D'après le nom de votre entreprise, vous devez faire des médicaments, mais pour quel genre de traitement je ne sais pas. Vous pouvez m'en dire plus s'il vous plait ?» Commença par dire la jeune femme tout en remontant légèrement ses manches de t-shirt comme elle trouvait qu'il faisait vraiment chaud. «J'espère que vous n'êtes pas trop offensé par ma méconnaisse du monde des médicaments mais j'ai eu la chance de rarement tomber malade. Et les rares fois que cela m'est arrivé, on m'a surtout donné des infusions à bases de plantes. Comme quoi parfois les remèdes naturels ont du bon non ? Et surtout cela coûte bien moins cher. Cela dit, il est parfois compliqué de retrouver certaines plantes malheureusement et que certaines maladies graves ne peuvent parfois pas se passer de la chimie. Enfin certains « soigneurs disent le contraire. Vous croyez- aux formes alternatives de la médecine ?»


La jeune femme se demandait comment allait réagir ce personnage face à la force de la nature. Allait-il lui attribuer un quelconque tribut ou ne jurait-il que par le côté chimique de la médecine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Zéphyr
Métier :: Historien
Pouvoir :: Le vent
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Mar 17 Oct - 21:19
La demoiselle prit son court moment afin de formuler une réponse à Sei'han. Ce dernier en avait profité pour jeter un coup d'œil vers la droite de Maria et avait pu apercevoir son conseiller en train de converser avec une autre invitée, même si son accoutrement ne semblait indiquer qu'elle avait prévu de venir au dispensaire, mais ceci n'était pas vraiment le sujet au cœur de sa pensée.

"Hum... Malgré quelques débuts en dents de scie, nous avons pu tiré notre épingle du jeu en négociant finement les stratégies commerciales et juridiques. À l'heure d'aujourd'hui, ce dossier peut se conclure sur un succès."

Il semblerait qu'en dépit du fait qu'il ait forcé leurs mains par le passé, la société Phytopharma avait pu faire de cet investissement bancal, et ce n'était que peu de le dire, une réussite que seules les grandes entreprises qui rivalisent avec le "Global five hundred" pouvaient se targuer. Puis en ce qui le concernait, il n'attirerait pas l'attention sur sa petite personne, bien que le zéphyr se l'avouât à lui-même, la chance a grandement joué sa part dans ce projet. La jeune femme avait ses yeux rivés sur sa coupe de champagne et en goûta une gorgée avant de poursuivre ses paroles.


"En effet, le monde est petit. Je ne pensais pas vous recroiser un jour. Comme le dossier.. dont vous nous avez un peu forcé la main, a porté ses fruits, je vous accorde une faveur. Voici ma carte personnelle, si vous avez besoin de quoi que ce soit à ma portée, je vous y aiderais comme je peux."
"Je vous remercie... de cette attention, même si votre entreprise est la seule à pouvoir vraiment se féliciter de la direction qu'a prise cette affaire.
À la vôtre."


Il fit s'entrechoquer un verre de champagne, pris au passage d'une serveuse qui passait, doucement avec celui de Maria puis vida la petite flûte. Il lui retournait son sourire par politesse même si une légère surprise se dessinait dans son esprit vu la tournure heureuse des événements pour lui. Cette carte lui serait sûrement utile un jour mais pour l'instant, il la glissait dans une des poches intérieurs afin de l'avoir sous la main le moment venu. Il continua de profiter du repas tout en balayant la salle de son regard, avant de s'arrêter à nouveau sur le conseiller. Le ton de la discussion était monté en animation du côté droit de la jeune PDG. Cependant avec le bruit environnant, il ne pouvait vraiment comprendre la discussion et ne captait que quelques sons. D'un geste discret de sa main gauche, Sei'han indiqua à sa voisine de porter son attention sur sa droite. Il approcha légèrement sa tête de l'oreille gauche de la jeune femme et lui souffla d'une voix basse avec un léger ton d'amusement.

"Je pense que votre conseiller mériterait un peu de votre attention, même simplement en tant qu'auditrice. J'ai le souvenir qu'il ait largement les épaules pour répondre dans les règles de l'art à sa jeune interlocutrice."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Homme/Femme à tout faire
Pouvoir :: Soin
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Jeu 19 Oct - 22:41
Pas un bonjour ou même le moindre signe de salutation, juste un signe brusque de la tête pour lui confirmer que la place était libre. Décidément les Sexires de cette île n'étaient guère sympathiques ou accueillants. Heureusement qu'il y avait des exceptions comme Luna ou Ynka. Néanmoins et conforme à son éducation, fit une belle courbette à son interlocuteur avant de prendre place.

«Je vous remercie, je m'appelle Naoko Inoue. Je travaille dans cet établissement. Enchantée de faire votre connaissance, Monsieur ?» L'androgyne semblait vraiment intéressé par connaitre son congénère.

Étant donné qu'une non-réponse était possible, le Sexire commença à manger gentiment les mets de son assiette tout en attendant une éventuelle réponse de son vis-à-vis.

Durant cette réponse, si elle devait intervenir, une jeune femme à la chevelure cyan fit son entrée, se servit au buffet puis repartit en évitant la table du Sexire. L'ayant aperçu du coin de l'œil, Naoko Inoue dut alors lutter pour ne pas la rejoindre et cela se matérialisa par un léger mouvement sur sa chaise, comme s'il voulait se lever. Il fut satisfait de la voir faire un détour afin d'éviter de passer proche de sa table et il lui lança un léger clin d'œil. Ce n'est cependant que lorsque la Capienne quitta la pièce qu'il put enfin la lâcher complètement des yeux et revenir à 100 % à son « invité ». Durant tout ce passage, Naoko n'avait pas tourné la tête et n'avait suivi la petite Peste que des yeux. Il prit alors le pari que Louis n'avait pas pris ombrage ou alors n'avait même pas remarqué son petit manège tant le médecin semblait être insignifiant pour « l'homme d'affaires ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: PDG pharmaceutique
Pouvoir :: Death-Camas
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Jeu 19 Oct - 23:49


~~ INTERPRÉTATION D'HUBERT ~~


Un rictus passe sur mes lèvres moqueur. Elle n'a pas entendu parler de l'entreprise et elle déblatère dessus comme si elle peut deviner notre leitmotiv. Si elle lit un minimum ou qu'elle se réfère un tant soit peu au nom de l'entreprise, elle peut y trouver notre motivation. Certes, avec ce dernier, nous pouvons déterminer que nous faisons des médicaments.... mais seulement, si on ne prend en compte que la fin du nom. C'est bien de se faire intelligente... c'est mieux quand on l'est. Un sourire sarcastique apparaît sur mon visage et reste en place. Comment corriger cette impudente ? La parole se fait douce mais son regard incisif. Assis de toute sa hauteur, il contemple la jacasseuse.

Quand on parle de traitement, on ne parle pas forcément de médicament. Le traitement est un ensemble de méthodes employées pour lutter contre une maladie... or les médicaments ne sont justement qu'une de ces méthodes ; un peu comme les saignées sous l'ancien régime. Si ce sont les traitements qui vous intéressent, je ne peux que vous conseiller de vous tourner vers notre hôte.

Je l'observe remonter ses manches alors qu'elle reprend la parole. Pourquoi fait-elle cela ? Elle part en guerre mentalement ? Contre moi ? Laissez-moi rire, comment une ignare pareille peut arriver à la hauteur de mon esprit ? Son manque de culture générale est clairement visible... Alors, si je devais être offensé, c'est plutôt de perdre ainsi mon temps. Qu'est-ce que cela peut me faire franchement qu'elle sache ou non ? Je ne suis pas son père ni son tuteur. Alors qu'elle soit inculte, cela me passe par-dessus... j'ai bien d'autres affaires en tête, bien plus importantes, que cette jeune femme que je ne connais pas. En résultat, je lève un sourcil étonné ; bien vite remplacé par de l'exaspération. Rarement tomber malade ? Voilà quelque chose qui sied parfaitement à son manque de recherche, d'intelligence... voire même de logique primordiale. Le fait de ne pas tomber malade, à notre époque, n'est pas quelque chose dont on doit être fier. Nous sommes passés par différentes décennies, survécus à plusieurs épidémies et grâce à cela, notre corps a pu créé les anticorps nécessaires pour son renforcement immunitaire. Tout simplement, nous rendre résistant à certains virus. Surtout qu'à notre époque, les bactéries deviennent résistantes au progrès engagé... Puis ne dit-on pas au Japon que seuls les idiots n'attrapent pas de rhume ? Oh ! C'est pour cela ? Je l'observe blablater sur des propos que je connais de long en large pour les avoir étudier... Bien sûr que nous nous renseignons sur les différentes méthodes ! Elle nous prend pour qui ? Inculte... Je me pince l'arête de nez. C'est là, où, je me dis qu'heureusement, ce n'est pas Louis qui lui parle. Je reprends une gorgée de vin. Ah~ ! N'a-t-elle jamais entendu parler du proverbe : « il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler ? »

Comme vous l'avez si bien dis, « d'après le nom de notre entreprise », nous faisons des médicaments. Il est vrai que nous avons une partie de la recherche basée sur les médicaments chimiques comme vous les nommez. Cependant, toujours d'après le nom de notre entreprise, vous auriez pu avoir de la jugeote et remarquer qu'il est composé de deux mots distincts. Phytopharma est une entreprise qui mise plus sur les médicaments à base de plantes médicinales que par ce que vous pensez être la chimie. Bien sûr, si vous aviez pris plus de temps à vous renseigner, au lieu de vous fier à ce que vous pensez de prime abord, vous auriez compris que la principale ressource de nos recherches est dans les plantes. (après quelques secondes et une autre gorgée) Il est vrai qu'il peut arriver à tout le monde de se tromper..., si on peut dire cela ainsi.

Est-ce que cela l'excuse à mes yeux ? Aucunement ! Je la regarde en coin. Je n'avais pas vraiment apprécié que l'on juge nos recherches, nos efforts ainsi alors que nous faisons de notre mieux pour satisfaire notre clientèle tout en respectant notre devise. Je sens une main se poser en douceur sur mon épaule.

~~ FIN ~~

~~ INTERPRÉTATION DE LOUIS ~~


Je regarde sa courbette avec un sourcil relevé. Je soupire en l'écoutant se présenter alors que je reprends une gorgée de champagne. Moi qui rêvait de calme... C'est mal parti. J'allais ouvrir la bouche pour me présenter par politesse mais observant la réaction de ma voisine, je me dis que cela ne semble pas vraiment l'intéresser au final. Autant qu'elle apprécie son plat pendant que j'apprécie mon calme sans intervention étrange.

De loin, j'observe Hubert s'échauffer contre la jeune femme avec qui il parle. Au vu des siècles passées ensemble, il m'est assez facile de deviner dans sa posture ce qu'il pense malgré qu'il le cache extrêmement bien. Alors que Maria est occupée avec un autre invité... Tiens, il me rappelle quelqu'un... Bon cela m'importe peu, en vrai.

Un léger mouvement à mes côtés me fait reporter l'attention sur la sexire, mais je capte aussi celui de Maria qui se relève de sa chaise. Par ce fait, je me lève aussi pour la suivre directement saluant rapidement d'un coup de tête la femme qui me regarde pour l'heure.


~~ FIN ~~

Les paroles s'étaient faites chuchotements sans m'en rendre compte. Mon regard est un peu effacé mais je réponds tout de même à son remerciement par un hochement de tête. Cette boisson me perd trop souvent dans de vieux souvenirs. A chaque gorgée, je m'enfonce peu à peu dans les méandres d'antan qui me happent et me rappellent les quolibets d'une cour jalouse. Le choc sur mon verre le fait résonner entre mes doigts. Mon regard se porte sur lui pour observer ce phénomène. Je cligne des yeux, me réveillant enfin, avant d'incliner la tête. Un ''À votre santé'' sort de ma bouche rapportant le verre vers mes lippes pour en boire une gorgée. Maintenant que tout cela a été dit, je retourne à mon assiette faisant fi de ce que mes conseillers font. Après tout, ils ont aussi une vie. Je me reperds dans mes pensées appréciant encore une bouchée de saumon que je prends le temps de mâcher afin d'en savourer finement les saveurs. Un vrai délice.

Un geste m'indiquant la direction d'Hubert me fait suivre le mouvement. En penchant légèrement la tête, j'écoute ce que Monsieur Tennegard dit en rougissant un peu. Parant à certaines réactions, je me concentre donc sur mon conseiller. Sa posture, son aura et même son ton que je peux percevoir par quelques brides, me signalent qu'il semble en colère ? Non, exaspérer ? Peut-être... Dans tous les cas, il n'apprécie pas la tournure de sa conversation. Quand est-ce que cela avait viré ainsi ? Qu'avait dit la jeune femme pour qu'Hubert soit ainsi ? En tout cas, cela devait être un sujet qui le touche vraiment, c'est la seule explication à sa réaction froide.

Portant une main vers son épaule, je lui fais comprendre de se décontracter un peu par une simple pression. Je calque un sourire bienveillant sur mon visage, en me penchant un peu par-dessus la table dont j'avais repoussé la vaisselle, pour voir son interlocutrice.

Excusez-le, Mademoiselle, pour le ton employé. Je ne sais de quoi vous parliez mais je vous prie de ne pas en prendre outrage. Hubert a tendance à être strict dans ces actions et paroles.

Je vois Hubert ouvrir la bouche... pour le faire taire, j'exerce encore une pression sur son épaule en souriant toujours avant de me remettre correctement sur ma chaise. Je soupire doucement avant d'avaler le dernier morceau de saumon et terminer la flûte de champagne. Il est temps de bouger. Respirer un peu. Oublier. Je me lève, rapidement suivi de Hubert qui salua sa voisine. ''Ce n'est pas parce que tu es en froid avec une personne qu'il faut oublier ses manières''. La voix de Hubert résonne dans mon souvenir alors qu'un fin sourire orne mes lèvres. Je pose ma main sur l'épaule de Monsieur Tennegard pour porter son attention sur moi. Je me penche un peu vers son oreille droite, afin de lui parler, où je vois, enfin, une plume trôner fièrement. Pourquoi je ne l'avais pas vu avant ? Rêverie quand tu me prends... Je cligne donc des yeux avec un étonnement qui se voit clairement. Ma main posée sur son épaule s'élève délicatement pour aller la caresser. J'y passe mes doigts lentement, frôlant par moments son oreille ou ses cheveux, obnubilée par elle. Un contact sur mon bras relevé me sort de ma fascination. Je comprends mon manquement de politesse et je rougis de gêne en abaissant ma main. Je m'incline un peu et abaisse légèrement ma tête pour m'excuser dans un murmure audible que pour le concerné.

Je suis désolée de l'aisance dont j'ai fais preuve à votre égard. Et je vous remercie pour tout à l'heure. (me redressant et d'une voix plus haute) Au plaisir de vous revoir, Monsieur.

Je commence à me diriger vers la sortie et sachant pertinemment que Louis va nous suivre après avoir pris congé des personnes autour de lui.


Direction a écrit:

- Bienvenue
- Le Banquet
- Le Jardin Zen

Tenue :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Gemma
avatar
Age : 29

CV
Quartier d'habitation :: Gemma
Métier :: Mécanicienne/prostituée
Pouvoir :: Contrôle mental et sentiments
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Mar 24 Oct - 18:24
Constatant que le visage de son vis-à-vis devenait moqueur, Virginia se demandait à quelle sauce elle allait être mangée. « Encore un qui va péter plus haut que son cul sous prétexte qu'il a pu aller dans des hautes écoles sans doute. » pensa-t-elle amèrement.
« Et voilà déjà le cours sur les traitements, est-ce ma faute si le français n'est pas ma langue natale ? Effectivement il n'y a pas que les médicaments qui peuvent fournir un traitement mais bon « pharma » c'est proche avec pharmacie… ».

Puis vint le coup de grâce et le « vous auriez pu avoir de la jugeote » qu'il assena tel un coup de poignard. D'abord surprise, elle ne réagit pas directement mais rapidement elle estima vraiment mal poli cette manière de la prendre pour une idiote alors qu'elle ne connaissait juste pas la racine « phyto ». Devait-elle lui apprendre qu'elle n'apprenait le français que depuis quelques temps seulement ? Hésitante, elle lui lança toutefois un regard bien noir. Puis celle qui semblait être sa patronne d'interposa alors que la Gemma allait lui lancer une réplique cinglante. « Il me prend pour une conne et je ne dois ne pas prendre outrage ? Et puis quoi encore ? ». On pouvait voir à son langage corporel que la petite femme fulminait intérieurement, mais tentait de garder son calme. Ce n'est que lorsque Hubert et Maria furent suffisamment loin qu'elle libéra les vannes.
    «Cabrón presuntuoso, espero solamente que comprendas tanto el español como yo el francés para juzgarme de manera tan arrogante. (Espèce de connard prétentieux, j'espère seulement que tu comprends aussi bien l'espagnol que moi le français pour me juger de manière aussi hautaine.)»


Puis constatant que sa maman était arrivée, la Gemma se remit à sourire et se leva pour l'accueillir. Se faisant, elle passa devant Louis et comme elle avait remonté ses manches, on pouvait voir une tâche de naissance sur son bras gauche, qu'elle avait légèrement tenté de dissimuler à l'aide d'un tatouage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Zéphyr
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Zéphyr
Métier :: Historien
Pouvoir :: Le vent
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Mar 24 Oct - 23:38
Étant spectateur de la scène entre le conseiller Hubert et l'autre jeune femme, Sei'han avait les yeux et les oreilles intrigués par cette conversation. Il voyait mademoiselle de Camas rougir suite à son chuchotement : elle ne semblait pas avoir changé depuis dix ans. Dans ses souvenirs, elle avait cette même réaction déjà même si les circonstances étaient totalement différentes, c'était le moins qu'on puisse dire. Reportant son regard sur le second de la jeune PDG, tout indiquait qu'il était agacé mais n'ayant pas pu entendre leurs échanges avec le brouhaha de la salle, il restait neutre en terme d'opinion dans sa tête. Même si le jeune zéphyr avait une préférence pour Hubert en ce qui concerne l'apparence, comme on le dit si bien, "l'habit ne fait pas le moine". Quant à Maria, elle tentait de calmer son conseiller et visiblement, il semblerait que cela fonctionne même si elle dut s'excuser pour son comportement.

La situation ne présentant plus rien qui attire l'attention de Sei'han, il se replongeait dans la suite du repas qui tenait ses promesses pour le moment. Finissant lentement mais sûrement son plat, il réfléchissait à ce qu'il allait faire ensuite. Soudain, il sentait sa voisine se rapprocher de lui et du coin de l'œil droit, il voyait la main de celle-ci se poser sur son épaule. Elle approchait afin de lui chuchoter quelque chose mais au lieu de ça, elle était absorbée par sa plume car elle ne prit pas compte de son avis avant de la toucher. Cela lui rappelait une bref souvenir de sa mère mais au temps du présent, il était spectateur d'un phénomène rare : l'initiative de la jeune femme. Quand il fallait lui parler la dernière fois, il avait dû lui "forcer la main". Il fallait croire qu'avec le temps, même une personne comme elle a dû s'adapter et changer au moins un chouïa.


"Je suis désolée de l'aisance dont j'ai fait preuve à votre égard. Et je vous remercie pour tout à l'heure. Au plaisir de vous revoir, Monsieur.
Je vous en prie et ce n'est rien. Au plaisir également."

Elle se dirigea vers l'entrée accompagnée de son conseiller. Sei'han lui avait répondu avec un sourire amusé puis se leva pour voir ce que le buffet proposait en terme de desserts.

"Cabrón presuntuoso, espero solamente que comprendas tanto el español como yo el francés para juzgarme de manera tan arrogante."

Cette phrase qu'il entendit de la part de la petite femme en T-shirt l'avait ralenti dans sa quête et lui fit hausser que légèrement ses sourcils. Hubert avait dû dire une phrase particulièrement cinglante pour arracher une réaction pareille, même si celle-ci provenait d'une colère spontanée. Il s'approcha d'une des tables pour débarrasser son assiette vide et se servit d'un dessert en chocolat blanc qui semblait délicieux. Il se rappela au passage qu'il voulait voir Luna pour visiter son dispensaire. Ne la voyant plus sur la terrasse, il observait la salle et repérait une jeune femme aux cheveux bruns habillée d'une robe rouge. Le zéphyr se souvenait d'une personne travaillant pour Luna et s'adressa donc à elle.

"Veuillez m'excuser par avance si je me trompe, mais il me semble que vous travaillez pour le docteur Watson. Ne la voyant plus à l'extérieur, auriez-vous l'amabilité de me montrer où se trouve son bureau ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 24

CV
Quartier d'habitation :: Sexire
Métier :: Homme/Femme à tout faire
Pouvoir :: Soin
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Ven 27 Oct - 11:47
Visiblement son petit manège avec Sophia n'était pas passé aussi inaperçu qu'il ne l'aurait voulu. En effet, le potentiel Sexire en face de lui avait dû prendre sa question juste une intention d'être polie. Comme lorsqu'on demande à quelqu'un comment il va et qu'on n'écoute même pas la réponse, bref pour une convention sociale car il ne prit même le temps d'y répondre.

Il n'eut néanmoins pas le culot de ne pas la saluer lorsqu'il s'éclipsa pour suivre sa patronne. Naoko Inoue hésitait entre se lever pour rejoindre une autre table ou attendre de voir si la petite dame qui s'était levée allait revenir. C'était plus une question de politesse que de réelle envie de lui parler, car la femme à la salopette lui semblait un brin particulière. Il lui sembla même qu'elle insultât son ancien vis-à-vis après qu'il fut partit. L'androgyne n'eut cependant pas à trancher à cette épineuse question, car un autre invité l'aborda en lui demandant s'il pouvait lui indiquer le bureau de Luna. Le jeune homme se leva pour lui faire une petite courbette avant de lui répondre.

«Bonjour, je travaille en effet dans cet établissement et vous accompagnerai volontiers au bureau du Docteur Watson. Veuillez me suivre s'il vous plait.»

Tout en regardant si tout allait bien pour leurs invités, Naoko Inoue traversa la pièce pour se diriger vers la sortie et rejoindre ensuite le cabinet. Il regardait également que la personne qu'il devait conduire puisse le suivre dans la foule.

«Oh j'ai oublié de me présenter, je me nomme Naoko Inoue et je m'occupe de la partie physiothérapie de cet établissement. Je suis enchantée de faire votre connaissance monsieur ? Puis-je vous demander pourquoi désirez-vous rencontrer le Docteur ? Je peux peut-être vous aider.»

Déplacement:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Gemma
avatar
Age : 29

CV
Quartier d'habitation :: Gemma
Métier :: Mécanicienne/prostituée
Pouvoir :: Contrôle mental et sentiments
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé] Lun 12 Fév - 16:35
La soirée avançant, Virginia et sa maman discutaient tantôt entre elles en espagnol tantôt avec quelques invités en français. Il s’agissait presque uniquement des discussions de courtoisies sur la pluie et le beau, mais néanmoins les deux femmes prirent du plaisir à se retrouver dans un autre cadre que les bars miteux dont elles avaient l’habitude. Elles firent également largement honneur au buffet et subtilisèrent discrètement quelques réserves de quoi faire profiter leurs amis et améliorer largement leur ordinaire. Elles avaient entre temps fait appel à un ami dépanneur pour les aider pour la voiture de la Gemma et cette dernière fut rapidement réparée avec les outils nécessaires. Le garagiste n’avait pas voulu entrer chez Luna, mais avait facilement accepté une boite de victuailles avant de repartir.
    «Mais tu sais maman, elle ne semble pas comme les autres… elle semblait vraiment inquiète pour moi et elle m’a soigné sans rien attendre en retour. Oui, elle a bien trop d’argent pour une seule personne, mais elle essaye d’en faire profiter aux autres.»
    «Peut-être, mais comment a-t-elle eu accès à tout cet argent ? Sûrement en exploitant d’autres personnes. Ce n’est pas parce que tu sembles sympathique que tu l’es réellement. Mais bon, je ne vais pas lui faire un procès d’intention directement. On verra à l’usage d’accord ? Et va me resservir un verre de ce vin rouge.»


La Gemma sourit à sa maman puis se dirigea vers le bar avec le verre de cette dernière. La soirée allait toucher à sa fin et certains invités commençaient leurs préparatifs de départ. C’est alors qu’une détonation lui attira l’attention et elle regarda dehors. La jeune femme ne put qu’être émerveillée par le spectacle offert et elle fut rejointe par sa maman.
    «Bueno mi hija, mi copa está pendiente desde hace algún tiempo.(Et ben ma fille, mon verre se fait un peu attendre.)» lui dit-elle avant de rire.


Les deux femmes profitèrent alors ensemble du spectacle en se tenant la main. Elles se rappelèrent des rares instants de bonheurs partagés en famille lors des fêtes nationales. Puis vint le moment de rentrer, la conduite fut compliquée, car le véhicule était encore un peu plus capricieux qu’avant et que Virginia n’avait pas l’habitude de boire autant d’alcool. Elles arrivèrent néanmoins en vie à destination puis s’endormirent comme deux masses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Dispensaire et petits fours : le buffet [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Apéro dinatoire : Petits fours, Verrines, amuses gueules ...
» [Diplomatie] Les Ambassadeurs, les Traités, les petits fours
» Petits fours, grand ennui, Petites roulettes et grosse bébête [PV Ragda]
» 01.01/22.C.Chihuahas, bourges & petits fours
» [Diplomatie] les Ambassadeurs, les Traités, les petits fours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Atlantin :: Atlante :: Habitations-