AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 28

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Sans profession fixe
Pouvoir :: Contrôle temporel
MessageSujet: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Jeu 24 Sep - 10:25
La journée de Lauraline avait très mal commencé, la campagne de pêche avait été annulée et reportée aux calendes grecques à cause d’avis de tempêtes. La jeune femme était très contrariée parce que ses finances étaient alors au plus bas et qu’elle se voulait indépendante. De plus, son amant habituel était déjà partit sans l’attendre. Alors que d’habitude Lauraline se contentait de rentrer directement à la maison de Lineth qui l’hébergeait, la jeune sexire décida de se promener dans la ville afin de ne pas lui faire subir sa mauvaise humeur. Elle déambulait sans but dans les différentes ruelles ruminant de sombres pensées alors que le soleil se levait gentiment. La beauté des différentes architectures de la ville puis les senteurs des différentes échoppes qui s’ouvraient lui changèrent cependant rapidement les idées. Lauraline était et restait une femme très optimiste et préférait voir le beau côté des choses. Elle se sentait bien sur cette île, son métier actuel bien que temporaire et assez fatiguant lui plaisait et elle avait rencontré des personnes formidables. Ses pensées furent interrompues par son ventre qui émit quelques gargouillements rappelant à Lauraline qu’elle n’avait pas encore mangé depuis hier soir car elle avait compté sur la nourriture à bord. La jeune femme s’arrêta dans le premier bistrot qui correspondait à son maigre budget et commanda une salade simple. Elle fut servi très rapidement et elle commença à dévorer son repas, la salade verte était croquante et la sauce délicieuse. Sa faim contentée, Lauraline commanda un café. Elle le but gentiment et regardait les passants, hommes ou femmes. Cette activité lui redonnait de la vigueur et elle avait l’impression de se nourrir de ce passe-temps. Après avoir payé ce qu’elle devait, elle quitta l’établissement en laissant un petit pourboire. La jeune femme s’était assez éloignée du chemin qu’elle prenait d’habitude et allait de découvertes en découvertes, une échoppe de fruits par ici dont la fraicheur de l’étalage lui mit l’eau à la bouche, une boucherie par-là qui lui rappela la saveur d’un steak juste braisé ou encore une librairie qui la fit rêver un court instant. Elle essaya de figer leurs emplacements dans sa tête pour y revenir lorsqu’elle aurait plus de moyens.

Alors qu’elle marchait, l’architecture des lieux changea abruptement et Lauraline eut l’impression de débarquer à Vegas, elle n’y était jamais allée et n’y mettrait probablement jamais les pieds mais le lieu correspondait exactement à l’idée qu’elle s’en faisait. Des néons et différentes lumières clignotaient partout, élaborant des fresques lumineuses complexes, des casinos côtoyaient des sex-shops et des cabarets. Les yeux de la jeune femme ne savaient pas s’arrêter, il y avait sans arrêt un homme ou une femme à mater. Elle faillit d’ailleurs renverser plusieurs fois quelqu’un car elle ne regardait pas vraiment elle mettait les pieds. Elle arriva alors devant un bar qui se vantait de proposer les shows les plus « hots » de la ville. Sur une des portes d’entrée de l’établissement était collée une affiche qui attira le regard de la jeune femme. On pouvait y lire :

Citation :
« Recherche jeunes femmes pas farouches, casting tous les jours de 14 heure à 16 heure. Bonne rémunération. S’adresser au bar. »

Lauraline, se disant que cela pourrait faire un job d’appoint plus que bienvenu, regarda sa montre et constata qu’il était une demi-heure trop tôt. Elle entra cependant dans le bar si disant qu’elle boirait un verre en attendant. Il y avait presque personne à part trois ivrognes qui semblaient avoir pris racine, le barman et une jolie jeune femme qui s’entraînait à une barre de pole-dance. Cette dernière était sobrement vêtue mais détails particulier elle avait un bandage sur l’avant-bras droit. Pourtant lorsqu’on la voyait voltiger contre la barre, on se demandait bien de quoi elle pouvait souffrir tant elle se mouvait dans tous les sens. Le barman apostropha Lauraline qui s’était arrêtée juste après la porte.
    «Je peux faire quelque chose pour vous ? Vous bloquez la porte, si vous ne consommez rien, je vous demanderais de dégager fillette.»

Lauraline sursauta et avança d’un pas décidé en direction de ce barman pas très poli. Elle se demandait comment ce bar faisait pour ne pas faire faillite.
    «De un, je ne suis pas une fillette, de deux servez moi une bière et de trois, c’est bien ici qu’il faut s’adresser pour le casting ?»

    «Oh, tu veux devenir une reine de la nuit, fillette ? Je t’appellerai quand le patron pourra te recevoir», dit le barman en lui tendant un verre rempli d’un liquide ambré. «Il me reste que ça avant la livraison de ce soir.»

Lauraline prit le verre et sourit au barman, elle ne voulait pas se montrer impolie ou cassante. Elle but alors une gorgée et trouva le breuvage tout à fait à son goût. Elle se tourna pour regarder la jeune danseuse mais cette dernière était partie entre temps. Lauraline, déçue, finit sa bière et la paya. Le barman s’excusa et parti dans l’arrière-boutique. Lorsqu’il revint, il était accompagné d’un homme que la jeune sexire trouva antipathique au premier regard.
    «Alors, c’est toi la fillette qui veut danser pour moi ? Faudra être convaincante. Bon allez, je te laisse te mettre à l’aise. Enlève-moi cette horrible tenue.»

Lauraline, qui se demandait pourquoi les gens la regardaient différemment que d’habitude, eut enfin sa réponse. Il était vrai que sa tenue de pèche n’était guère sexy et cachait ses formes. Pas farouche pour un sous, elle retira son pull, son t-shirt et son pantalon de travail pour se retrouver en sous-vêtements. La réaction des deux hommes ne se fit pas attendre, ils étaient comme hypnotisé par les formes de la jeune femme. Même les trois ivrognes avaient laissé tomber leur mauvais vin et la regardaient plus qu’explicitement.
    «Je peux utiliser la barre ? »
    «Elle est là pour ça, ma jolie», dit le patron. «J’avoue que je ne m’attendais pas à voir d’aussi jolies formes sous ses habits de pécheur.»

Lauraline se dirigea vers la scène et monta dessus, elle y vit des chaussures aux talons plus qu’exagérés qu’elle mit, sans éprouvée le moindre gène bien qu’elles ne lui appartiennent pas. Ces dernières semblaient avoir été fabriquées sur mesure pour elle tant elles lui allaient bien. La jeune femme était contente de pouvoir utiliser la barre car elle s’entraînait au pole-dance régulièrement lorsqu’elle naviguait, elle trouvait que cela entretenait son corps et sa souplesse et le fait que cela la rendait attirante était un bonus non-négligeable. Elle commença alors son show par mettre une main sur la barre et l’autre sur son cou. Afin d’exciter un maximum son auditoire, elle fit glisser gentiment cette dernière jusqu’à sa poitrine, qui sans être trop grosse, remplissait largement son soutien-gorge. Lauraline était assez fière de ses seins bien ronds et fermes, elle savait aussi l’effet qu’ils faisaient aux hommes et en jouait régulièrement. Elle continua cette douce-caresse jusqu’à ses fesses passant par toutes les courbes de son corps. La jeune sexire savait parfaitement les réactions qu’elle suscitait aux hommes présents dans la pièce et en rajoutait un maximum en simulant des discrets petits cris de plaisirs. Elle enroula ensuite sa jambe autour de la barre et commença alors une lente rotation dévoilant la courbure parfaite de ses fesses lorsqu’elle entendit les ivrognes la siffler. Elle se dit alors qu’il était temps de les « achever », elle plaça alors ses deux mains sur la barre à bonne distance l’une de l’autre et lance sa tête vers le bas, remonta son corps le long de la barre pour elle finit sa figure par un grand écart. Un silence de cathédrale régnait alors dans la pièce.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Sam 26 Sep - 15:26
L’oisiveté de notre personnage est assez variable. En fait, c’est plus par phase : un jour, il est capable de soulever des montagnes et le suivant, pour une raison complètement inconnue, il sera une larve sur son canapé ne se nourrissant que de… ne se nourrissant pas en fait. Lunatique, bipolaire, étrange… tant de qualificatif juste pour le décrire. D’ailleurs, nous sommes dans la partie volcanique. Depuis son histoire avec Helena, il n’avait plus que ça en tête : même son violon prenait la poussière. Il allait et venait dans son appartement, parfois juste pendant quelques minutes mais parfois ses disparitions duraient des journées entières, voire des nuits. La chose qu’il ose encore appeler son appartement était dans un état épouvantable : des papiers partout, toute sa vaisselle foutue en frac dans l’évier et au-delà, des caisses ouvertes, des bibelots à terre… Il n’y avait pas un centimètre carré de parquet visible. Et il avait choisit comme support d’enquête… sa télé : il y avait des post-il partout, des numéros, des lignes rouges tracées : preuve qu’elle était terriblement utile !

Vous êtes sans doute entrain de vous dire qu’il se met dans un état second pour son enquête, tel Le vrai ? À vrai dire, le vrai SH n’aurait pas fait autant de zèle pour ce genre de chose. N’oubliez pas que c’est sa première, qu’il a les outils mais ne sait pas réellement s’en servir. Bah ouais, avoir une scie ça aide pas à planter des clous ! À l’instar de la littérature, il était galvanisé, presque shooté, il se sentait vivre et ce, à 100%. Depuis combien de temps n’avait-il pas eu ce ressentit ? Sherlock était enfin lui. En parlant du loup, il était entrain de lasser ses chaussures et d’enfiler son grand manteau noir. Il embarqua aussi sa légendaire écharpe bleue malgré le temps assez clément. S’il y a bien quelque chose qui hait, c’est le froid. En cette fin de saison, on ne sait pas tellement comment se vêtir, entre les matins frisquets et les après-midis cuisants… Son éternel costar noir, sa chemise blanche et d’un revers de manche, il posa sur son dos son manteau et, sans la nouer, fit pareil avec son écharpe autour de son cou. Préférant la marche à lenteur du bus, il partit énergiquement vers le quartier Sexire : il avait rendez-vous avec celle qui hantait actuellement ses nuits : Helena. Ne croyez pas que se soit dans un sens amical ou désirable, en disant cela, j’insinue que c’est de sa faute que Sherlock ne sait plus ce qu’est dormir ! Soit. Une fois arrivé, l’entretien fut court et malheureusement, peu intense, cela le frustra terriblement. Elle n’avait pas eu beaucoup de temps à lui consacrer, son patron vint assez rapidement pour couper court à leur discussion. Ne voulant pas attirer à nouveau les foudres d’un éventuel patron, il laissa couler.

Si déjà il était là, autant en profiter : il s’installa dans un coin du bar malfamé et commanda un cognac. Sherlock se lova dans un de leur canapé dans le carré VIP : il avait bien ce droit après avoir payé une petite centaine d’euro pour un simple verre. Le barman, déjà plus enclin à être agréable, tenta plus d’une fois d’entamer un dialogue : il se faisait joliment ignorer par notre dandy. Cependant, quelque chose l’attira. Ou plutôt, son absence l’inquiétât. Avant, il y avait du bruit, un brouhaha incessant mais sans plus d’intensité que ça. Le silence s’était installé et donc, avait tiré notre enquêteur en herbe de ses réflexions. Intrigué, il se leva, arriva dans la pièce principale et vit le spectacle. Les deux-trois ivrognes habitués s’en mettaient plein les yeux et les deux restants jaugeaient la brave femme. Le Sexire allait s’en retourner sans être plus ému que cela {il avait mangé il y a peu} mais au dernier moment, quand elle se retourna, il vit L’insigne : le cœur autour de son nombril. Intéressé et curieux, il resta finalement dans la pièce et profita des derniers instants : il n’avait jamais encore rencontré d’autres Sexires.

Quand elle eut fini, assez rapidement en soi, il fut l’unique personne à applaudir, attirant ainsi tous les regards sur sa personne. Le trentenaire avait laissé son manteau et écharpe sur son fauteuil, vêtu de son costar, il était comme un diamant sur un étalage de PQ : il avait rien à faire à cet endroit.
    « Cette petite danse était tout à fait charmante. Vos talents sont incontestables. Cependant, il manque quelques finissions tel que les pointes de pied ou la position de vos mains. Il y a de quoi pour faire quelque chose de plus gourmand. »

Le patron et le barman étaient atterrés : c’est quoi ce type ?! Comment ose t-il critiquer cette danse pourtant parfaite ? Sa colère était perceptible derrière un écran de marchand : il venait quand même de prendre le verre le plus cher de sa saison.
    « - Y’a rien à changer. C’était parfait ma jolie. Vous, vous n’avez, malheureusement, rien à dire quant à ton embauche.
    - Connaissant bien le coin, je peux vous assurer qu’il y a mieux ailleurs. Demoiselle, messieurs… »

Il salua les protagonistes d’un signe de tête et commença à se retirer vers le carré VIP.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 28

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Sans profession fixe
Pouvoir :: Contrôle temporel
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Lun 28 Sep - 17:05
Lauraline était assez contente de sa performance, elle savait bien qu’elle n’était qu’une amatrice techniquement parlant mais cela avait toujours suffit pour emballer les hommes ou les femmes qui l’a voyaient*.

*Vous ne trouvez pas dommage qu’on enlève toute une partie qui fait le piment de l’art de séduire ? Quand on est presque sûr de réussir, il y a moins de piments non ? Enfin, je n’y connais pas grand-chose. Heureusement que cela ne fonctionne pas entre sexire.

La jeune sexire fut étonnée de constater qu’il y avait un homme en plus dans ce bar. Elle ne l'avait pas vu en entrant, elle pourtant si attentive à ce genre de détail et trouvait cela très étrange. Lauraline tomba presque des nues lorsqu’il se montra cassant envers elle, c’était bien la première fois qu’un homme ne succombait pas à ses charmes. Elle trouvait cependant cela assez existant et prit cela pour un challenge personnel. Elle devait au minimum le rendre sensible à ses charmes et pourquoi pas, finir dans son lit. D’autant plus que malgré le peu qu’elle ait pu voir, tant il disparut si vite dans un coin qui semblait réserver aux personnes importantes, il semblait être bel homme. Elle se dirigea vers le bar pour négocier rapidement son contrat, enfin négocier était un bien grand mot tant elle les tenait par les couilles. **

** euh que dis-je les sentiments voyons.

Elle obtint un salaire plus que correcte et des horaires compatibles avec son métier de pécheur. Cela ne lui prit que quelques minutes, c’était presque trop simple. Lauraline avait des doutes mais elle les balaya, étant trop heureuse de gagner autant. Elle commanda deux gins, les paya et se dirigea vers le coin VIP ne prenant pas la peine de se rhabiller avant. Elle s’assit en face de Sherlock sans aucun gène et lui tendit un des verres.
    «Vous allez peut être me trouver gonflée mais vous êtes bien le premier homme à ne pas bavez à mon passage, cela m'interpelle. Je sais bien que je ne suis pas une danseuse de génie, vous voulez bien m’apprendre ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Lun 28 Sep - 19:01
En rentrant dans le salon VIP, Sherlock regarda l’heure, histoire de. S’avachissant dans son fauteuil et allongeant ses infinies jambes, il prit son portable dans une main et son verre de l’autre, buvant de temps en temps son cognac. Son verre enfin vide, il traîna encore sur son Smartphone, lisant l’actualité. De lourds pas s’entendaient : des talons sur le vieux sol du bar faisaient trembler tout l’établissement pour cause de vétusté. Ne relevant pas le regard, il continua à lire la nécrologie. D’après son plan, il savait pertinemment qui s’avançait vers lui. Et ce bruit de talon le réconfortait de plus en plus. Le bruit feutré du fauteuil le fit sourire : ce n’était pas un homme qui venait de s’assoir en face de lui. Il ne releva pas le regard, toujours entrain de lire tranquillement son journal virtuel.

Bingo ! Un léger sourire passa sur ses traits anguleux quant il reconnut la voix de la jeune femme. Comment me diriez-vous ? Bah, simplement, la voix des femmes s’entendent plus intelligemment que celle des hommes à travers les murs. N’ayant pas d’autres femmes dans l’établissement, le lien était facilement fait. Une autre qui est venue entre temps ? Il aurait entendu le bruit d’une porte alors ! Encore des questions ? C’est bon ? Revenons à la situation voulez-vous. La jeune femme paraissait assez déterminée, dû moins en entendant sa voix : il n’avait toujours pas décroché son regard. La Sexire lui proposait un verre ? Il ne le voyait pas. Laissant le silence s’étirer, il rangea finalement son téléphone dans sa poche interne après avoir lu la dernière ligne. Il posa enfin son regard froid sur la demoiselle. Mais un sourire fleurit sur son visage rien qu’à l’idée qu’un jour il danse sur une barre.
    « Je ne suis pas danseur moi-même et encore moins professeur. Adressez-vous à vos futures collègues.»

Sa voix grave laissait paraître un léger accent : comme vous le savez, il est anglais. Le violoniste récupéra avec ses longs doigts le verre qu’elle lui tendait. Il examina la texture du liquide en le mélangeant délicatement, regarda la couleur et finalement passa au nez : du gin. Celu-ci est un alcool bien reconnu des gentlemans d’outre manche, surtout à l’époque où il est né. Vu son odeur, on pouvait penser à de la piquette pour les jeunes en manque de sensation forte et puis même, il en faisait une répulsion complète : dans sa plus tendre enfance, son grand-père en buvait bien trop pour lui en laisser un bon souvenir. Il posa sans plus de procédure le verre en coin de table. Ayant enfin l’objet de ses désirs en face de lui, il se redressa un peu dans son fauteuil, posa ses coudes sur les accoudoirs, entre mêla ses doigts et posa son menton sur ceux-ci : on pouvait lire dans son regard de la curiosité intelligente, une sorte de malice froid :
    « Pensez-vous, si je ne vous avez pas critiquée, que vous seriez revenue auprès de moi ? Je n’ai dit que ce qui était nécessaire pour vous voir rappliquer ici même. »

Comme quoi, tout était prévu à partir du moment où le jeune trentenaire avait vu le tatouage. Le londonien lança un regard furtif à la montre et déclara de sa voix grave non sans fierté :
    « Il n’a pas fallu 5 minutes pour vous voir assise dans ce fauteuil. »

Ça va Sherlock ? Tu kiffes là ? Tu peux revenir sur Terre ? On sait tous que tu sais tout sur tout, que t’es un p*tin d’intellectuel qui ne fait qu’étaler ses connaissances, tu embrayes sur le vif du sujet là ? Il s’affala à nouveau dans son fauteuil, regrettant amèrement l’interdiction des cigarettes dans les établissements publics. Il aurait tant aimé s’en griller une. Il avait l’air d’un bourré aux as imbu de lui-même.
    « Au cours de ma vie, j’ai pu assister à un grand nombre de spectacle et autres danses érotiques. J’en ai été un peu vacciné. Je ne suis plus que sensible à la qualité ou au personnalisé.»

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 28

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Sans profession fixe
Pouvoir :: Contrôle temporel
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Mer 30 Sep - 16:14
Lauraline écoutait Sherlock en sirotant son gin qui était loin d’être de la piquette pour adolescent-e, non mais merde la fin, la jeune sexire a quand même un certain standing à préserver, enfin surtout quand elle ne paye pas au prix fort, le barman lui avait fait un prix d’ « amis ». Elle trouvait son accent plus que drôle et mais ne put savoir qu’il était anglais, elle n’en avait encore jamais rencontré. Comme il avait dit ne pas être professeur, elle lui dit :
    «Vous n’êtes peut être pas professeur mais vous n’êtes pas avares en critiques, vous pourriez les rendre constructives en me disant ce que vous entendez par les finissions avec les points de pieds. Et comme vous vous dites connaisseur, es ce que vous pourriez également me donner des noms d’artistes locaux sur lesquelles je pourrais m’inspirée ? Actuellement, je ne me suis entraînée que seule et sur des mâts de bateaux, je suis en manque de modèles dirions-nous.»

Lauraline interrompu son discours pour prendre une gorgée de gin, elle aimait beaucoup cette boisson, le goût de la baie de genévrier lui étant particulièrement agréable au palet. Elle regardait l’homme en face d’elle, il ne paraissait vraiment pas gêné par sa presque nudité ni même par le fait qu’elle s’était imposée à sa table. Il était vraiment différent des autres hommes qu’elle avait alors rencontrée, les autres auraient déjà inventé une excuse pour s’enfuir. Elle fut d’autant plus surprise lorsqu’il lui affirma qu’il avait voulu qu’elle vienne à lui.
    «Je ne sais pas si je serais venu à vous si vous n’aviez pas été aussi critique, personne ne le sait non ? À moins que vous ne connaissez l’avenir et ses multiples possibilités.»

Lauraline rigola de sa tentative d’humour mais faut dire que sa blague, mouais pas terrible. Elle avait essayé de réduire, par cette plaisanterie, un malaise qui s’installait en elle car elle n’arrivait pas à détacher son regard de cet homme et surtout qu’elle ne savait pas pourquoi. Il avait environ la trentaine et était un peu habillé je-me-la-pette-car-j’ai-assez-de-thune-pour-me-payer-un-costar. Bref, ce n’était pas vraiment son style mais bon elle ne devait pas s’arrêter à ça, après tout l’habit ne fait pas le moine. Il lui semblait assez froid en son égard mais n’avait-il pas avoué avoir fait ses remarques pour la faire venir à lui ? Se pouvait-il qu’un un homme charmant se cache sous cette froideur malicieuse ? Elle regarda son visage et se noya dans son regard. Elle y trouva un petit air curieux et sut enfin que c’était cela qui l’intéressait, il n’y avait enfin pas ce soupçon de peur ou de gêne qu’elle trouvait chez les autres. La dernière remarque de l’homme la fit revenir sur terre et la vexa. Elle répliqua un peu plus violement qu’elle ne l’aurait voulu.
    «Oh, je vois, on croit avoir tout vu et on joue les blasés du haut de sa trentaine d’année? Mais alors pourquoi m’avoir fait venir ici si ma prestation ne vous a pas convaincue et que le show n’était en rien privé ?»

Lauraline voulut boire une gorgée d’alcool mais son verre était vide, elle prit celui qu’elle avait offert à Sherlock, après tout il semblait ne pas en vouloir et le gaspillage c’est nul. Elle le but cu-sec, l’alcool lui brula un peu la gorge. Elle se sentit alors un peu bête et regretta le ton utilisé, elle ne voulait pas que l’homme s’en aille et elle s’empressa de s’excuser.
    «Euh pardon, je me suis emportée et je viens de constater que nous nous ne sommes pas présenté, je m’appelle Lauraline, Lauraline Larson, je suis citoyenne Helvétique.»

Elle tendait alors une main à Sherlock et lui souriait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Mer 30 Sep - 19:28
La Sexire enchaîna sur l’enseignement de la danse. Il avait l’impression d’être un pervers qui avait déjà reluqué toutes les minettes de l’île. Quelle souillure ! Cette idée ne lui plaisait guère, il avait juste vécu plus que la norme. Et puis, rien ne vaut l’amour pour rendre ces danses encore plus piquantes. Il sembla réfléchir quelques instants avant de répondre :
    « Je ne saurais réellement vous dire quoi faire. Autant vous dire ce qui cloche est dans mes cordes mais vous expliquer le comment n’est pas dans mes compétences. Pour ce qui est des exemples, sortez de chez vous : ce quartier en est plein. Avec un peu de chance, vous tomberez sur une collègue fort sympathique qui vous donnera quelques astuces. »

Je vais prendre un exemple peut être plus parlant : quand quelqu’un dessine, n’importe qui peut dire qu’il y a un souci de proportion ou de réalisme mais cette personne-ci, sans compétence dans ce domaine, ne pourra corriger la faute. C’est ce que Sherlock tentait de faire comprendre à la jeune femme. Celle-ci enchaîna en prenant une gorgée de gin et fit une blague à elle-même. Peu apte à la rigolade, Sherlock resta de marbre. Cependant son regard s’illumina en pensant qu’elle pouvait ne pas avoir tord : il existe sans doute des mythes avec ce pouvoir. Alors, dit-elle ça comme signe de sa connaissance quant aux mythes ou bien était-ce une simple boutade innocente… ? Peut-être est-ce son propre pouvoir ? Alors pourquoi feindre sa propre surprise ou faire une blague dessus…
    « Vous seriez bien surprise… » Souffla t-il à mi mot pour lui-même.

Puis la jeune femme exprima sa frustration, sa colère. Sans être atteint, il regardait de manière désinvolte la danseuse. Et par la même occasion, elle avala le verre qu’elle lui avait préalablement offert. Le dandy ne fut pas plus outré que ça, ça aurait été du gaspillage. Très rapidement, elle ravala ses paroles et s’excusa. Un peu versatile la petite ? Impulsive ? La brunette se présenta finalement et lui présenta sa main. Il la salua comme il le faisait souvent, avec une poigne ferme et déterminée.
    « Enchanté demoiselle Larsson, je suis Sherlock Rechel, britannique de naissance. Et sachez que si je vous ai fait venir ici, ce n’était certainement pas pour votre prestation. Si je vous ai fait vous assoir à ma table c’est uniquement pour le beau tatouage que vous portez. Depuis combien de temps l’avez-vous ? Cela signifie t-il quelque chose pour vous ? »

Questions rhétoriques ! L’anglais connait pour sûr les réponses qu’elle lui donnera. Il y avait deux solutions, soit elle se cache derrière un mensonge [ce que ferai tout Sexire sain d’esprit et là commencera une discussion longue et musclée], soit elle lui annonce qu’elle l’a depuis la naissance et là sera le début d’une remise à niveau. En lui-même, il piaffait d’impatience et cela se voyait dans ses yeux. Malgré son attitude nonchalante, on sentait son esprit beaucoup plus vif qu’on ne peut le penser. C’est enfin que son regard glissa sur le corps de la sulfureuse et il remarqua le manque notable de vêtement. Pas plus gêné que cela, il héla le barman, commanda son cognac et son meilleur gin. La boisson vint très rapidement à eux. Il prit son verre et le cogna délicatement contre celui de sa partenaire :
    « Cheers ! | Santé !| »

Mais contrairement à la tradition, il ne but pas une goutte de son breuvage et posa le verre.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 28

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Sans profession fixe
Pouvoir :: Contrôle temporel
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Jeu 1 Oct - 13:45
Lauraline avait de la peine à cerner cet homme si nonchalant, il lui disait qu’elle ne dansait pas bien mais refusait de lui dire pourquoi. Ou alors il n’en savait vraiment rien, aimer ou non une œuvre était de l’ordre du ressenti et non de la connaissance de l’art en lui-même mais elle trouvait cette situation frustrante car elle aurait bien aimé recevoir des conseils de cet homme car il était alors le seul à n’être pas bêtement en train de baver en regardant son corps. Il avait même apparemment honte de passer pour un gros pervers car il n’osa même pas lui donner un nom de fille qu’il appréciait.
    «Vous n’avez vraiment pas un nom à me conseiller ? Pas même un ? Une fille sympa et que vous pensez qui répondra à mes questions. Je suis nouvelle par ici, je ne connais presque personne, se serait vraiment sympa si vous m’aidiez et je vous en serais reconnaissante.»

La jeune sexire lui fait un clin d’œil plus que suggestif. Elle se demandait si elle n’en faisait pas trop mais après tout ils étaient bien dans un bar qui se vantait d’être le plus hot de la ville, l’homme en face d’elle n’était certainement pas venu pour conter fleurette. Elle fut un peu déçu qu’il ne réagisse pas à sa tentative de blague, mais bon tu t’entendais à quoi ma pauvre Laura, il est nul ton humour.
    «Parle pour toi», pensa-t-elle.

Bon on va dire que ce n’était pas pour moi, enfin bref, on en était où ? Ah oui sa tentative humeur raté. Lauraline se demandait néanmoins si la remarque du dandy pouvait avoir un rapport avec ce qu’il lui était arrivé lorsqu’elle avait touché le bâton d’Ifaël. Comme elle ne voulait pas se casser la tête avec ça, elle rangea ces pensées dans un coffre de son cerveau puis jeta la clé.

Elle fut soulagée qu’il ne parte pas après sa petite crise de nerfs, pourquoi elle était aussi susceptible aussi. Il lui broya presque la main, se présenta comme citoyen britannique et la première question que Lauraline se posa était si il était alors anglais, écossait ou encore irlandais. Un grand sourire illumina son visage lorsqu’elle s’imagina notre sympathique Sherlock en kilt traditionnel, un peu comme moi lorsque que j’écris ces lignes. Il lui avoua alors qu’il s’intéressait principalement au « tatouage » de naissance qu’elle avait au nombril.
    «Oh ma tâche de naissance ? Je suis née avec, les médecins étaient surpris que la forme soit si parfaite, ma maman en était si fière, elle disait que c’était un signe du bon dieu. Elle est très croyante et je l'ai souvent déçue. Moi je le trouve très joli.»

Lauraline sourit à Sherlock lorsque le serveur lui apporta un verre de gin qui semblait particulièrement cher et savoureux. Elle cogna son verre contre celui de l’anglais
    «Prosit ! Comme le disent nos « amis » suisse-allemand. Ou alors santé comme chez moi. Cheers.»

Son accent anglais était plus que déplorable et a dut écorcher à vif les oreilles de Sherlock. Elle but alors un petite gorgée du breuvage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Jeu 1 Oct - 21:54
    « Je ne connais ni nom ni endroit spécifique. Je ne côtoie plus trop ce genre d’établissement. J’ai juste entendu qu’ils avaient un bon niveau car beaucoup de personne comme nous y travaille. »

Décidé, il n’allait plus répondre à ces questions quant aux bars, ses indications sont pourtant claires ! Et puis, il n’en avait cure de son travail. Il aurait pu nommer Helena mais il ne connaissait pas son niveau de prestation. Et puis les deux femmes se rencontreront bien assez tôt si celle d’en face rentre effectivement dans ce bar. La suite, vous la connaissez : elle répond, elle boit un coup… Mais ce qui était effectivement intéressant, c’était sa version du tatouage : elle ne sait rien ! Celui-ci réprima difficilement un sourire vainqueur. Après qu’elle eut bu sa première gorgée, il enchaîna en jouant avec son verre sans pour autant le savourer :
    « Tache de naissance ? Elle est charmante. Il y a de quoi rendre fière une mère dévouée… Vous êtes nouvelle sur l’île ? Avez-vous déjà trainé dans ce quartier ? »

Avec finesse, il faisait tourner le liquide ambre dans le verre en cristal. Il ne regardait plus la jeune femme en face de lui. L’anglais huma le liquide et reposa son verre sur son accoudoir. Il ressemblait à un jaguar qui préparait sa traque. Menfoutiste en dehors, déterminé à l’intérieur :
    « N’avez-vous jamais rencontré quelqu’un qui a la même "tache de naissance" que vous ? »

Il lui lança un regard singulier, comme pour voir à travers elle. Il laissait le silence s’étirer. Puis il enchaîna, toujours aussi détaché :
    « Jamais vécu des choses un peu… extraordinaire ? Choses que vous ne pouvez exprimer sans qu’on vous regarde de travers ? Même vos proches ? »

Sherlock vrillait de ses yeux glacés ceux verdoyant de la Sexire. Son ton désinvolte avait quelque chose de transperçant, de gênant. On comprenait aisément qu’il savait bien plus qu’on ne pouvait imaginer et surtout, qu’il avait les outils pour l’entendre. Sa beauté ne se résume pas seulement à son physique mais aussi dans le culte du mystère qu’il cultive autour de lui. Ses sourires mystérieux, ses éclairs dans les yeux, ses gestes à la fois teintés de noblesse et d’efficacité, son style vestimentaire à part : cela attirait le regard et surtout l’absorbait. Très souvent les gens se souviennent de lui de par ses manies ou sa façon de parler. Les irritants ou le fascinants, il existe peu d’entre deux.
    « Et si je vous dis que moi, je vous croirai ? »

Mr.Rechel n’est pas doué en termes de délicatesse, à quoi cela sert de tourner autour du pot ? Et puis, quel compte a-t-il à rendre ? Ils ne se connaissent pas. Et puis, rien ne peut être pire que sa propre compréhension de sa race. Sa mère, Asura, était persuadée que son fils l’était aussi à cause de son ignorance. Toute son enfance et adolescence fut un fiasco totale rien qu’à cause de ce détail [il y a bien d’autres détails, mais là n’est pas la conversation]. Les parents Sexires sont beaucoup plus chaleureux avec leurs enfants et eux en ont terriblement besoin. Il a toujours été un frustré, niant à mi mot sa réelle nature. Ainsi, il contrôle un peu plus ses pulsions et ses besoins.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 28

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Sans profession fixe
Pouvoir :: Contrôle temporel
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Mer 7 Oct - 10:07
Décidément, ce Rechel n’était pas très coopératif, il ne voulait rien entendre, alors qu’il se vantait d’être un expert juste avant, il ne connaissait subitement plus personne, comme s’il avait honte de ses penchants de voyeurs/pervers. Il revient vite sur ce qu’il l’intéressait, cette fameuse tâche de naissance, Lauraline pensait également qu’elle était jolie mais pourquoi il lui portait tant d’intérêts. Sherlock évoqua ensuite sa mère et Lauraline ne put réprimer plusieurs sanglots.
    «Ma mère, fière de moi ? C’est plutôt l’inverse, elle m’a reniée, elle a honte de moi, maintenant elle m’appelle « la trainée » ou encore la « péripatéticienne ». Je n’ai jamais connu mon père si vous voulez le savoir.» Lauraline prend une gorgée de gin, se reprend et cesse de sangloter, l’alcool lui délie la langue, elle ne peut plus s’arrêter. «Je suis arrivée il y a peu de temps, mon voilier a coulé lors d’une tempête, depuis je vis chez la personne qui m’a recueillie et je gagne ma vie en tant qu’aide sur un bateau de pêche. Comme la dernière campagne de pêche a été annulée, je me suis promenée au hasard dans la ville, après tout je n’avais rien d’autre à faire. Je suis tombée sur ce quartier et sur ce bar. Je me suis dit que je pourrai gagner un peu d’argent facilement mais je n’y avais jamais mis les pieds avant.»

Lauraline regardait Sherlock jouer la désinvolture, mais quel goujat ce mec, il regardait son verre plutôt qu’elle. Il faisait tourner le liquide dans le verre, le sentait mais semblait ne rien boire. Lauraline avait l’impression d’avoir affaire à un snobinard, ceux qui commandaient des alcools hors de prix pour ne pas y toucher ou presque. Lorsque Sherlock lui demanda si elle avait déjà vu une tache identique chez quelqu'un d'autre, elle faillit lui rire au nez.
    «Non mais comment voulez-vous qu’une personne ait exactement la même ? Il doit bien exister dans le monde quelqu’un qui ai une tâche qui ressemble à la mienne mais je ne l’ai encore jamais vu. Et pourquoi elle vous intéresse tant ?»

Un long silence s’installa, pesant pour la jeune femme. L’homme en face d’elle la regarda d’un regard pénétrant comme s’il pouvait voir à travers le peu de vêtements qu’elle avait sur elle, elle frissonna de peur et d’excitation. Elle fut cependant vite refroidit par le ton complétement détaché du « gentleman ». Il donnait vraiment l’impression de s’en foutre complétement. La question qu’il lui posa troubla Lauraline, est-ce qu’il savait qu’elle était considérée comme folle par ses proches ? Elle ne dit rien et vida son verre d’un trait. L’alcool commençait à lui monter à la tête et « l’arme secrète » de Sherlock la frappe de plein fouet, enfin quelqu’un qui promettait presque de la croire.
    «Les gens me regardent déjà bizarrement, j’ai toujours l’impression qu’ils ont un mélange de forte attirance pour mon corps mélangé à de la peur, non plutôt de la honte dans le regard. Vous êtes un des premiers avec lequel je n’ai pas cette impression. Je pourtant juste Lauraline, une jeune femme comme les autres, j’aime séduire et être séduite.»

Lauraline essaya de boire dans son verre vide, il lui fallut plusieurs secondes pour se rendre compte et se dit enfin qu’elle avait assez bu. C’EST PAS TROP TÔT !!!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Admin Sexire
avatar
Age : 23

CV
Quartier d'habitation :: Humain.
Métier :: Violoniste.
Pouvoir :: Les cellules.
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Mer 7 Oct - 23:20
Première gaffe du jeune homme, sa partenaire se mit à pleurer quant à l’écho de sa mère. Il réprima un soupir et un regard peu intéressé. Il a des soucis familiaux aussi, donc, il n’en a cure de ceux des autres. Surtout qu’ils sont souvent superficiels et sans importances… Mais l’information cruciale c’est qu’elle ne connait pas son père ! Car ce sont des gênes dominants, son géniteur devait sans doute être un Sexire. Et un point en commun, un ! Sa mère a sans doute voulu bien s’amuser une fois dans sa vie… Puis la danseuse répondit enfin à ses questions. À la bonne heure !

L’ignorance de la jeune femme amusait définitivement notre sujet. Et puis, il avait fait mouche ! Directement elle déballa ses ressentis et ses pensées les plus recluses. L’alcool aidait peut être aussi ? Le violoniste posa son verre sur la table, prit délicatement celui de la jeune femme de ses mains pour le signaler au barman. En récupérant le contenant, il fit preuve de finesse et de douceur quand ses doigts touchèrent celui de la jeune femme. Contrairement à son attitude un peu rustre, il n’est pas de ceux qui sont violent. D’un geste entendu, l’employé partit pour en re-remplir un. Ainsi, Sherlock fit le vide autour d’eux. Avec dextérité, il joua avec sa chemise et ajouta :
    « Voyez, vous n’êtes pas seule… »

En déboutonnant deux boutons de son haut, il montra rapidement sa propre marque à l’alcoolisée. Un cœur sertissait son nombril, un peu comme le sien. Avant que le barman n’ait eu le temps de revenir, il boucla sa chemise. Devant la mine dépitée de la demoiselle, il lui adressa un clin d’œil et un sourire en coin avant de boire une gorgée de son cognac. Il aimait ajouter un peu de théâtral dans ses manies. L’employé revint avec un verre rempli du même liquide qu’avant et le posa sur la table en récupérant celui qui était vide. Jouant encore avec son verre, il enchaîna :
    « Ne croyez pas aux hasards, ne faites aucune déductions hâtives, cela vous embrouillera encore plus. Si vous voulez en savoir plus, il va me falloir un endroit sûr, sans oreilles indiscrètes. » Dit-il en lançant un regard furtif au barman qui nettoyait le verre distraitement.

Sa voix n’était qu’un murmure chaud. Puis il se redressa, se lova à nouveau sans le fauteuil et reprit une petite gorgée de sa boisson.

~~~~~~~~~~~~


Pourquoi mon pseudo ne colle pas à mon avatar ? Pourquoi j'écrivais en disant 'Sherlock' et à présent c'est 'Esteban' ?
Simplement car je suis censé être mort pour l'Exilé mais que je ne le suis pas... Mais chuuuuut, c'est un secret entre toi et moi...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Sexire
avatar
Age : 28

CV
Quartier d'habitation :: Morany
Métier :: Sans profession fixe
Pouvoir :: Contrôle temporel
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé] Jeu 8 Oct - 15:49
Lauraline était mal à l’aise face à cet homme, il n’avait fait aucun geste pour la consoler alors qu’il l’avait blessée en évoquant sa mère, il semblait vraiment distant. Elle hésitait sérieusement à se lever lui mettre une bonne claque sonore et le laisser sur place, comme un con. Mais en même temps, il s’intéressait à elle, enfin une personne qu’il l’écoutait sans la juger. Elle lui racontait sa vie et lui parlait à cœur ouvert. Elle ne comprenait vraiment pas ce qu’il lui arrivait, la jeune sexire était vraiment partagé entre un dégout profond et une forte attirance envers ce Sherlock. Il lui toucha alors gentiment les doigts pour lui prendre son verre vide et le montra au barman avec la gestuelle consacré pour qu’il en apporte un autre. L’employé vint chercher le verre et s’en alla comme il était venu, sans rien dire. Lauraline, se disant que son vis-à-vis voulait la souler pour éventuellement abuser d’elle, commença de se lever et voulut accélérer le mouvement lorsqu’elle le vit jouer avec sa chemise, allait-il la violer ? Le barman était son complice ? Tant de question dont elle ne voulait pas savoir la réponse. Elle fut interrompue dans son mouvement de fuite par un « vous n’êtes pas seule ». Lauraline regarda alors furtivement le nombril de Sherlock et reconnu la marque de naissance autour, c’était la même, ou alors elle lui ressemblait comme deux goûtes d’eau. Le jeune homme reboutonna rapidement son vêtement, juste quelques secondes s’étaient déroulées. Lauraline resta encore quelques secondes en position semi-assise avant de s’écrouler dans le fauteuil, complétement débitée, le cerveau alors en ébullition. À sa tête, on aurait pu croire qu’elle avait vu un OVNI ou quelque chose de plus extraordinaire encore. Sherlock décida alors lui faire un clin d’œil et lui sourit, ce qui pour effet de réduire la tension émotionnelle de Lauraline, ce qui était heureux car elle était au bord de la crise d’angoisse. Il lui fallait boire, boire quelque chose de fort et vite. Le barman arrive pile à temps, c’était presque bizarre cette synchronisation. Juste après avoir déposé le verre sur la table, ce dernier était dans la main de la jeune sexire et quelques secondes plus tard, il était vide. C’est alors que Sherlock lui parla mais Lauraline était ailleurs et ne compris pas grand-chose. Elle retenu cependant les termes « savoir plus », « endroit sûr » et « oreilles indiscrètes ». Elle oublia alors toute ses idées sur une éventuelle tentative de viol de son interlocuteur, il était comme elle après tout et elle voulait lui faire confiance. Elle réussit péniblement à articuler :
    «D’accord, je vous suis.»

Lauraline pose son verre vide sur la table et se leva de son fauteuil presque sans difficulté, elle n’était pas aussi ivre qu’elle ne le croyait.
    «On va ou ?»

Lauraline n’avait alors plus conscience de sa presque nudité.
    « Je vous propose d'aller chez moi, c'est le seul endroit qui m'est digne de confiance. »

Lauraline hésita un cours instant avant de lui répondre par l’affirmative, elle voulait lui faire confiance et son dégoût s’était estompé à la vison de la tâche en forme de cœur. Elle allait peut être enfin savoir ce qui clochait ou non chez elle.


Suite du rp ici

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Today Is A Good Day (feat. Sherlock Rechel) [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Annabella V. Lerenard feat Bella Thorne (Terminé)
» (X) Drague la si tu peux-feat Alma Rodriguez [Terminé]
» Please be gentle Hanako San ! feat Katase Kenta[Terminé]
» Good fortune on my way [terminé]
» Bad choices make good stories - PV Ambou ♥ [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Sexire :: Bar à strip-