AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Atlantin
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Pêcheur
Pouvoir :: Anguille électrique
MessageSujet: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Sam 30 Jan - 17:15
    La terre... Elle est là, pas loin. Juste devant, à quelques centaines de mètres. Cerel la voit. A la surface de cette mer agitée, elle continue de nager, tentant de s'en approcher. Les conditions météorologiques n'étaient pas clémentes ces derniers jours, et la jeune fille a dû attendre un peu plus longtemps avant de s'élancer vers une énième découverte. Seulement, à attendre, elle s'était juste épuisée un peu plus qu'elle ne l'était.

    Et maintenant, il s'agit de son ultime voyage vers cet endroit qui lui offrira peut être ce qu'elle souhaite. Elle s'avance donc, son corps se tortillant, s'arrêtant parfois à cause de la violence des vagues. Mais il faut continuer, encore et encore, jusqu'à attendre le sable qui l'attend là-bas. C'est ce que l'atlantine pense en tous cas. Elle continue d'avancer, et commence à voir les bâtiments prendre forme. En fait, la demoiselle devrait normalement les distinguer correctement, mais à cause des vagues et du ciel assez sombre, il n'est pas évident de pouvoir tout comprendre à cette distance.

    Après de nombreux autres mouvements, parfois quelques reculs, Cerel arrive proche de ce qui semble être les différents quais de cette île. Quelques bateaux sont accostés là, ce qui ne fait pas vraiment plaisir à la jeune fille qui aurait préféré arriver incognito. Mais elle n'avait plus vraiment le choix. Il lui fallait de quoi manger, de quoi se reposer. Simplement reprendre des forces. Sans cela, il n'y aura sûrement plus d'autre voyage possible.

    Elle continue de s'avancer un peu le longs des quais, observant ce qu'il se passe. Un peu plus loin, la demoiselle remarque des êtres qui ne semblent pas être humains. Fatiguée, Cerel a l'impression de rêver. Continuant d'essayer d'observer, elle trouve qu'il y a beaucoup de monde au port malgré le temps qui n'est pas si clément.

    La jeune fille s'approche un peu plus de l'un des pontons, aucun bateau n'étant accroché à celui-ci. Ses deux mains viennent s'y accrocher, et difficilement ce sont ses bras qui se posent sur ce ponton en bois. Son corps s'est doucement soulevé pour permettre ce mouvement, sa queue de poisson étant un peu sortie de l'eau. Ses deux yeux turquoise et le reste de son visage se découvrent alors aux personnes qui passent, marchent ou font quelque chose d'autre que Cerel ignore. Il semble y avoir quelque chose d'important qui se déroule actuellement, de nombreuses personnes empêchant la femme-poisson de voir de quoi il s'agit.

    Seulement, un moment de faiblesse survint. Ses bras lâchèrent prise, la faisant pousser un cri assez aigu qui pourrait la faire repérer, mais ça, elle n'en sait rien pour le moment. Après quelques instants à gigoter de nouveau dans l'eau, elle retente, se soulève à nouveau contre ce ponton. Malheureusement - ou heureusement pour elle vu son état -, quelqu'un semble se tenir devant. Cerel, apeurée, n'ose pas bouger plus ni même tenter de voir de qui il s'agit ou si cette personne va venir vers elle. Pourvu qu'on m'ait pas vue, pensait-elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin Maire PNJ
avatar
Age : 34

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Anciennement chasseusse
Pouvoir :: Le lierre
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Lun 1 Fév - 18:39

Les beaux jours reviennent, la fin de l’hiver est là et la neige est déjà partie. Entre deux journées de giboulées, il est possible de croiser une journée avec un soleil radieux, propice aux sorties et aux achats. C’est dans cette optique qu’Atérys a pris son poste au marché du port de Yasashi Koji. De plus, c’est samedi et c’est une grosse journée pour les arrivées. C’est le jour où il y a le plus de monde qui vient au parc et tout ce beau monde passe obligatoirement par le port vu que c’est le seul moyen de rejoindre cette ile. Et le marché est bondé, même si une immense majorité ne fait que passer, les habitués s’arrêtent aux stands pour effectuer leurs différents achats.

Pourtant, entre le brouhaha du monde, les bruits de pas des passants, un bruit inconnu se fait entendre, un genre de cri, plutôt aigu, comme si une petite enfant s’était cognée le pied contre quelque chose. Sauf que ce cri semblait venir de derrière la jeune Védin. Et il n’y a rien derrière elle, uniquement de l’eau… Après avoir servi son client en viande, la femme-lierre s’est retournée pour voir ce qu’il se passait. En baissant la tête, elle a pu apercevoir que quelqu’un était au sol à quelques mètres d’elle. Mais pas un humain, non, plutôt un genre de Morany mais aquatique… Le problème étant que dans les allées du marché, il y a une très, très, TRES forte concentration d’humains.

La jeune Védin s’est approchée de cette personne ressemblant à une sirène et lui a parlé comme pour la rassurer, au cas où elle n’apprécierait pas les hommes-arbres.

- Vous allez bien mademoiselle ? Ne vous inquiétez pas, vous êtes en sécurité maintenant. Personne ne vous a vue heureusement. Ne bougez pas, je vais vous tirer de la et vous cacher quelques instants.

Sans attendre l’avis de la sauvée, elle la tira et l’allongea au sol, derrière son étal. Elle est maintenant invisible aux yeux des touristes, ce qui est une bonne nouvelle pour les mythes.

- Comment vous vous appelez ? D’où vous venez comme cela ? Voulez vous une quelconque aide ?

~~~~~~~~~~~~
[19:29:11] Sherlock Rechel : Moi aussi je repousse.. Mais seulement Atérys.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Atlantin
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Pêcheur
Pouvoir :: Anguille électrique
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Lun 1 Fév - 20:28
Alors que la femme-poisson espère encore ne pas être repérée, la présence se fait plus importante et une ombre se retrouve plus proche d'elle, la forçant à lever un peu la tête pour tenter de voir qui s'approchait d'elle. Sa voix rompt alors le silence, parmi ce brouhaha en bruit de fond. Cerel passe plus de temps à observer cette femme qui semble bien plus grande qu'elle, mais ce sont surtout ses yeux qu'elle regarde. Cela fait des années qu'elle n'a pas croisé un regard, ce qui la perturbe un peu. En fait, la jeune fille n'a même pas écouté ce que la femme en face d'elle lui a dit.

« Aaah... » ; lâche-t-elle, surprise qu'on la tire ainsi vers l'un de ce qui semble être des stands.

Une fois allongée au sol après que cette femme l'y ait déplacée, sa queue de poisson laisse doucement place à une paire de jambes. Tout comme son torse, celle-ci possède quelques cicatrices à la fois anciennes et récentes. Se redressant un peu pour s'assoir, elle place ses cheveux pour qu'ils tombent devant sa poitrine. C'est bien la seule chose de son corps qu'elle peut cacher dans son cas. Cerel observe la femme qui commence à la bombarder de questions. Hésitant un peu, Cerel commence tout de même à lui répondre, chaque chose en son temps.

« Cerel, c'est mon nom. »

La femme-poisson continue de l'observer, mais cette fois ne reste pas que sur ses yeux ou son visage. Quelque chose attire son attention, une sorte de bijou autour de son cou. Pourquoi une plante comme bijou ? Cela lui paraissait assez étrange, bien qu'elle crut avoir lu quelque chose sur les plantes. Mais qu'était-ce exactement ?

« Je ne sais pas exactement d'où je viens, je sais juste que j'étais en Europe il y a longtemps. Depuis, je nage, nage, nage... »

Son regard s'assombrit quelque peu en repensant à cette période, mais Cerel aimerait à son tour demander quelque chose.

« On est... », mais un gargouillis vient la couper. Cela doit faire quelques jours que la jeune fille n'a pas mangé, et malgré ses interrogations, son ventre s'en rappelle. Rougissant légèrement étant donné que la situation ne lui semble pas propice, elle préfère tout de même finir sa phrase.

« On est où, ici ? Est-ce que...je vais devoir repartir ? Il va m'arriver quoi ? »

Après tout, c'était tout de même étrange que cette femme ne paraisse pas surprise de croiser une fille avec une queue d'anguille dans un port.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Asura
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Dans le lit de Shallia
Métier :: Fan de Shallia
Pouvoir :: Le puant en puissance
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Ven 5 Fév - 20:49
« Du coup, je lui ai dit d'enfoncer son gâteau chocolat-framboise en plein dans son c... Oh mais ce truc est trop cool !! Allez, j’t’achète le tout ! »
« Pff, Leylans, dis pas des conneries : t’as de quoi payer tout ça, toi ?! »
« Mec, t’as vu mes ch’veux ? J’ai vécu mille vies : tu multiplies le tout par un milliard et t’as la moitié du fric de mon compte en banque ! »

Fallait l’dire : les cinq marchands n’étaient pas très convaincus. Le clochard avait les bras remplis de canards en porcelaine et croulait dessous, si bien qu’on ne pouvait voir de lui que ses cheveux blancs et ses bas de pantalon. A l’unité, les objets fragiles ne coûtaient pas grand-chose, bien qu’ils fussent artisanaux (qui achetait ça après tout ?), mais le gamin en avait choisi tant et tellement qu’on devait atteindre le tiers d’un salaire mensuel au final. Mais bon, comme le disait Leylans, un être parfait possédait autant le chic que le choc que le chèque ! Bien entendu, il n’était arrivé au port que par pur hasard mais, comme d’habitude, il avait pu croiser des potes et se mettre à parler et parler bruyamment pendant des heures et des heures. Ce qui était le plus surprenant dans cette histoire, c’était que les vieux marchands pas encore sourds avaient supporté ses conversations infinies sans se plaindre une fois. Comme quoi, malgré son odeur, le clochard pouvait s’attirer les sympathies et la bienveillance des personnes âgées !

« Allez, les jeunes, j’m’en vais ! »
« QUOI ? »
« Hé, reviens-là gamin !! »
« Te casse pas comme un voleur ! »
« Attends attends, paye avant. »
« Hein… ? Payer quoi ? »

D’un seul coup, les bras de Leylans avaient lâché tout ce qu’ils tenaient. Dans un fracas assourdissant de verre brisé, les canards en porcelaine se firent attaquer de tout côté, par la pesanteur et le sol, jusqu’à se fendre en dix mille morceaux. Un des vendeurs fut tellement abasourdi qu’il s’évanouit : tout cet argent gâché comme ça, bordel ! Les autres fixèrent les bouts de céramique, la bouche aussi ouverte que leurs yeux exorbités. Si Leylans avait eu des chaussures, il aurait sûrement écrabouillé et cassé encore plus les canards. Mais, pour une certaine facilité de scénario visant à garder ses pieds nus en vie, il… Ouais c’est ça : il s’était cassé du stand en courant, luttant contre le mince filet de lumière qui venait seulement de s’installer dans le port. Il rabattit sa capuche sur sa caboche, protégeant même le bout de son nez sans cesser de gambader. Aaah... L’albinisme !

« Boudiou, depuis quand le soleil est vert ?! »

Il ne savait comment, il avait remarqué une lumière de jade brillante vers sa droite, scintillant dans son champ de vision (très) limité de son éclat couleur plante. Mais les marchands derrière lui s’étaient repris, gueulant dans le marché, criant à l’assassin, le coursant et le pointant du doigt. Heureusement, à notre époque, tout le monde s’en battait les boules avec un fouet pâtissier et, il fallait l’avouer, les seniors n’étaient plus très endurants. L’albinos ne perdit pas son sourire, il cria à son tour à l’assassin et se rua sur les deux taches au bord de l’eau. L’une, immense et verte, lui rappela vaguement quelque chose et il s’en détourna : rien à battre des choses qu’il connaissait déjà, le mieux était la nouveauté ! Il n’avait même pas ralenti pour les dévisager (après tout, Dieu ne lui avait pas accordé cette possibilité) et s’était jeté tête la première sur la demoiselle fatiguée presque aussi blanche que ses fesses. Ils tombèrent tous deux dans l’eau gelée et salée en un plouf assez banal. Avant la chute, Leylans avait chopé les oreilles de la fille et avait brutalement posé son majestueux fessier sur son dos courbé.

« HUUUUU !! AU GALOP FEIGNASSE !! »

Pourquoi il avait fait ça ?- très bonne question ! Mais, en y réfléchissant bien, la nouveauté n'était-elle pas présente dans le mot "voyage" aussi ? Et quoi de mieux que de prendre le large pour voir de nouveaux horizons ? Cette explication vague à part, il y avait un problème dans la mer. Au lieu de bouger en-dehors de l’eau, le clochard ne faisait que couler à la verticale. Que faisait sa monture ?! Était-elle évanouie ? Ou juste trop écrabouillée par le poids de l'anorexique pour pouvoir bouger ? Merde, il y avait plus important encore… Savait-il nager ?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin Maire PNJ
avatar
Age : 34

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Anciennement chasseusse
Pouvoir :: Le lierre
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Lun 8 Fév - 20:07

Une femme poisson, il est vrai que la jeune Védin n’en avait jamais vue mais elle suppose que c’est un mythe et ce n’est pas une queue d’anguille qui lui fera peur, par contre, ce qui lui fait peur, c’est quand Leylans apparait et utilise la noyée, enfin si une femme-poisson peut se noyer, comme monture avant de plonger dans l’eau. Comme quoi, cet imbécile sera toujours la pour mettre des bâtons dans les trous les roues lorsqu’Atérys est dans des moments calmes…

Et vu l’état de fatigue de la sirène, il est du devoir de la femme-lierre d’aller sauver Cerel, car c’est ainsi qu’elle se nomme. Utilisant son lierre pour entourer une grosse bite … d’amarrage, bande de pervers, elle saute dans l’eau à la recherche de l’anguille géante, déroulant du lierre derrière elle pour retrouver rapidement le ponton. Heureusement, grâce au poids plume de leylans, le cavalier et sa monture ne sont pas allés bien loin et la femme-lierre a facilement pu rattraper la femme-poisson et la ramener sur le rivage, en activant la fonction enrouleur sur son lierre, un peu comme pour ramener la prise d’un aspirateur. Le temps du trajet de retour a été utilisé par Atérys pour masquer comme elle le pouvait la longue queue d’anguille et la nudité de la noyée.

Et Leylans dans tout ca ? bah il doit bien savoir nager, lui qui est tellement super génial et qui sait tout… Une fois que la femme poisson est de retour sur la terre ferme et de nouveau à l’emplacement ou elle était avant l’intervention du clochard de service, Atérys s’est remise à la cuisson de la viande qu’elle préparait pour la rescapée, car vu le grognement d’estomac qu’elle avait pu entendre, il semblait qu’elle ait très faim et que sa défaillance dans l’eau était surement liée à ça.

Une fois la viande préparée, et bien cuite, la femme-lierre lui ajouta quelques patates sautées et a donné l’assiette à Cerel, toujours allongée à ses pieds.

- Tiens Cerel, j’espère que tu aimes la viande. En tout cas ca ne peut te faire que du bien et ne t’inquiètes pas, tu n’a pas besoin de repartir. Tu es dans un endroit sûr à présent, même s’il va falloir encore faire preuve d’un peu de discrétion. Tu es bientôt arrivée… Et tu peux m’appeler Atérys.

Pourtant, quelqu’un a quand même plongé pour tenter de récupérer Leylans lors de son bain… Si seulement il le connaissait et le sentait il n’aurait pas plongé. Par contre il y a aussi un comité d’accueil sur le ponton attendant impatiemment le retour du clochard.

~~~~~~~~~~~~
[19:29:11] Sherlock Rechel : Moi aussi je repousse.. Mais seulement Atérys.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Atlantin
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Pêcheur
Pouvoir :: Anguille électrique
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Jeu 11 Fév - 0:10
Alors que Cerel attend silencieusement ses réponses, un type débarque de nulle part, se retrouvant sur le dos de la jeune fille et lui ordonnant de galoper. Au lieu de ça, ils tombent tous deux à l'eau, s'enfonçant doucement dans celle-ci. A peine sortie de l'eau, voilà qu'elle s'y retrouvait encore. Une eau aussi glacée qu'avant, ce qui est normal en hiver. Malgré cela, la jeune fille ne semble pas avoir très froid. Peut être une habitude ou simplement pas le temps d'y penser ? Il lui faut ressortir, pour l'instant.

Ses mains et pieds deviennent rapidement palmés, puis quelques nageoires apparaissent alors sur le corps de la jeune fille : une sur chaque jambe, du côté extérieur, tel un voile. Et aussi de petites nageoires viennent se loger sur ses joues. Celles-ci lui permettent de rester à environ deux ou trois mètres de la surface, sans pour autant réussir à remonter jusque celle-ci.

La personne sur son dos tiendra-t-elle ? Après tout, les atlantins peuvent respirer sous l'eau sans problèmes, mais ce n'est peut être pas le cas de ce type qu'elle n'a même pas eu le temps de voir. Et puis, quelques instants après, quelques feuilles commencent à s'approcher rapidement de la femme-poisson. Assez impressionnée, elle se demande d'où ça vient exactement. Mais Cerel n'a pas vraiment le temps de se poser la question que la plante la sort de l'eau, la ramenant vers le ponton où elle se trouvait précédemment. Ses nageoires et palmures disparaissent petit à petit, ayant quitté le contact avec l'eau.

Son regard est tourné vers l'eau, dans la direction d'où elle vient. Mais il ne reste pas bien longtemps intéressé par cet inconnu. Sa tête se tourne alors vers une odeur de nourriture. La femme-poisson remarque alors la femme qui l'a sauvée, qui lui tend ce qui semble être de la viande et un féculent jaune. Cerel ne se souvient plus des noms exacts de tous les ingrédients, mais elle ne se pose pas de questions et entame son plat, manquant même de se brûler.

La femme-plante répond alors aux interrogations de la jeune fille, qu'elle écoute entre ses bouchées qu'elle amène à la bouche directement avec ses doigts. C'est ce qui lui semble le plus simple pour l'instant.

« Merci beaucoup, Atérys. La viande n'est pas mon repas habituel, mais... je ne ferai pas la difficile dans cet état. »

Cerel esquisse un petit sourire en direction de la femme en face d'elle, continuant d'ingurgiter ce qu'il y a dans l'assiette mais pas trop rapidement. En fait, elle a peur que son estomac ait un peu de mal avec ce type de nourriture, étant donné qu'elle ne se nourrissait presque que d'algues en cette période froide.

« Si je n'ai pas besoin de partir... La légende est-elle vraie ? »

Un semblant d'espoir peut se percevoir dans ses yeux, Cerel aurait donc trouvé l'endroit dont les livres parlaient il y a vingt ans ? Mais cet endroit existait-il déjà ?

« Je peux donc rester, mais... Où sommes-nous ? Et, arriver où ? En quoi cet endroit est sûr ? »

Cerel observe Atérys avec insistance, elle a un peu trop d'interrogations, ce qui lui fait faire une pause dans son repas. La femme-poisson veut savoir ! Tout ce qu'elle peut savoir. Est-ce que cet endroit héberge d'autres mythes ? Après avoir vu le lierre d'Atérys, elle se rappelle de légers souvenirs sur ça, comme leur création par les mains de l'homme. Mais pour quelles raisons ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Asura
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Dans le lit de Shallia
Métier :: Fan de Shallia
Pouvoir :: Le puant en puissance
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Jeu 11 Fév - 11:50
G-ge-gel-gelée... L'eau était gelée. Tellement que Leylans en avait la tête qui tournait et tous ses sens éveillés. Grâce à son accroche, il avait pu remonter à la surface avec sa monture volante, mais avait fini par plonger une seconde fois quand elle avait atteint le sol, se prenant un plat déroutant. Ouais, cette plante verte inutile : quelle radine ! A cause de cette brève apparition de son visage face au marché, les vendeurs avaient réussi à le retrouver et s'étaient lancés dans sa direction. Mais bon, ils formaient pas le premier soucis de l'albinos : il était frigorifié de la tête aux pieds et paralysé par le froid, si bien qu'il ne pouvait même pas bouger dans cette étendue de glaçons. Ah, j'ai presque failli faire un instant "émotion" mais comme j'suis franchement une brêle à ça, je vais vous l'épargner.

"Julien ! Ramène cet orchidoclaste à la surface !"

Ouf ! Les vieux marchands avaient atteint le bord de l'eau et, indifférents aux deux dames, avaient entrepris de remonter Leylans. Ils avaient abandonné leur confrère évanoui par terre et gueulé sur un jeune téméraire dont ils connaissaient les parents. Quoi ?! Les vieux aigris n'allaient pas nager quand même, et encore moins dans une eau glaciale comme celle de l'île en plein hiver ! Fallait un corps jeune et fort pour ça !- et surtout un pigeon. Julien ne perdit pas de temps pour se présenter, main levée dans un salut militaire, et comprit rapidement ce que les vieux cons lui demandaient. Ok, c'était encore à lui d'se mouiller. Mais bon, y avait d'la meuf à épater, dont une assez... dénudée. Après un coup d’œil pervers, il s'élança dans l'eau, visant de sa tête la forme inanimée, et fit un remarquable plongeon. D'accord, ses boules le firent souffrir en pénétrant le liquide mais il parvint sans peine à s'emparer de l'albinos quasi-inconscient et à ramener progressivement son corps léger à la surface en moins d'une minute.

"Boudiou... Cette connasse a failli me tuer..."

Leylans n'avait pas perdu sa langue et rejetait sa faute sur les autres : il allait bien du coup ! Mais tout son corps était engourdi. Il regarda faiblement les ombres autour de lui et, de façon assez théâtrale, sortit sa tirade.

"Mes amis. Merci. Je savais que je pouvais compter sur vous. On a vécu tellement de bons moments ensemble, éreintants, douloureux mais toujours joyeux, inoubliables. J'aimerais.. Rester à vos côtés mais (une larme sincère coula de sa joue)... je pense bien que l'heure de votre Dieu a sonné. Non... Ne me pleurez pas. Je resterai dans vos cœurs et je pénétrai toujours vos... Oh la salop'rie !"

Le clochard s'était levé en trombe après avoir de nouveau remarqué l'éclat vert scintillant du collier de la grosse plante. Elles avaient osé le balancer à la flotte, le laisser pour mort et en plus, rester sur leur scène de crime ?! Quelle belle bande de... Leylans ne put faire un pas. Les marchands s'étaient fermement emparés du col de sa chemise et le tiraient sans ménagement. L'un d'eux balança une pièce à Julien.

"Merci, on te revaudra ça gamin."

Dégoûtés parce qu'ils avaient failli prendre en pitié le clochard au début de sa réplique, les vieux hommes avaient pris une décision : ils n'allaient pas laissé ce gamin se foutre encore de leur tronche. Ils allaient le faire bosser pour les rembourser des dégâts qu'il avait causés.

"Tu vas travailler mon gars."
"On va t'apprendre un métier tu vas voir."
"Un métier bien merdique, si tu vois ce que je veux dire."
"Pas de quartier pour les insolents dans ton genre."
"Ça..."

Il n'avait pu prononcer qu'une syllabe, les papys avaient aplati leurs doigts serrés sur son sourire. La patience avait ses limites, surtout lorsqu'on était âgé. Ils quittèrent la place sans un mot pour les deux demoiselles, décidés à mettre leurs menaces à exécution. Seul Julien s'était rapproché des filles avec un sourire enjôleur : qui voulait Ken ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin Maire PNJ
avatar
Age : 34

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Anciennement chasseusse
Pouvoir :: Le lierre
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Lun 15 Fév - 19:46

Même si elle ne mange pas de viande habituellement, Cerel a accepté l’assiette. Comme quoi, elle doit avoir une grosse faim. Tout en dînant, elle a posé plusieurs questions, plutôt indiscrètes en public, au vu de la nature de cette île et de ses habitants.

- Si je n'ai pas besoin de partir... La légende est-elle vraie ?

Elle semblait retrouver de l’espoir en disant cette phrase, ce qui a rassuré Atérys. La femme poisson était contente d’arriver. Peu importe d’où elle est partie, c’est terminé maintenant.

- Je peux donc rester, mais... Où sommes-nous ? Et, arriver où ? En quoi cet endroit est sûr ?

- Tu es arrivée a Yasashi Koji, et il y a suffisamment de choses étranges ici pour que ce soit l’endroit que tu cherches.

Heureusement que le brouhaha ambiant et l’attroupement autour de Leylans on masqué ces paroles, car elles pourraient couter très cher à la jeune Védin.

- Pour ce qui est du reste, je te propose de venir chez moi pour qu’on puisse en parler. Ici, c’est trop dangereux.

- Vous allez bien Mesdames ?

Julien venait d’apparaitre juste devant l’étal de la femme-lierre, le t-shirt transparent à cause de l’eau qu’il contient après le plongeon précédent. Cette transparence laissait apparaitre ses abdos et a rappelé a Atérys qu’elle était elle aussi habillée d’une robe complètement trempée. Mais comme c’est l’hiver, la jeune Védin porte des robes très épaisses et qui ne deviennent pas transparentes à la moindre pluie. Ca a aussi rappelé à Atérys que la noyée est entièrement nue et qu’elle doit certainement être congelée.

- Oui ca va bien, tout le monde est sauvé. Juste une question par contre, je vais devoir m’absenter, ça te dérange de me remplacer ici ?

- Non pas du tout.

Ah bah pour épater les filles, on est prêt à tout… Atérys va donc voir son patron, un vieux briscard, pour lui indiquer le changement. Bien évidemment et au vu des circonstances, il accepte et utilise Julien pour remplacer la femme-lierre. D’ailleurs, le sauveur du clochard, a gagné un bisou et un merci de la part d’Atérys pour le remercier et qui l’a fait virer au rouge.

La jeune Védin retourne alors au niveau de Cerel, qui a fini son repas, et lui donne une des nappes de secours afin qu’elle puisse masquer sa nudité car se promener en ville dans le plus simple appareil, c’est le meilleur moyen de se faire remarquer. Et puis il y a déjà assez de personnes qui sont spécialisées dans l’oubli de vêtements (Tu te sens visée Lauraline ? C’est normal…) pour que l’on rajoute encore quelqu’un de dénudée.

- Tu arriveras à te lever et à marcher jusque chez moi ? Il y a un quart d’heure à tenir avant que tu puisse te reposer bien au chaud.
HRP:
 

~~~~~~~~~~~~
[19:29:11] Sherlock Rechel : Moi aussi je repousse.. Mais seulement Atérys.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Atlantin
avatar
Age : 22

CV
Quartier d'habitation :: Humain/Védin
Métier :: Pêcheur
Pouvoir :: Anguille électrique
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Mar 16 Fév - 0:46
Alors que la demoiselle reçoit les réponses d'Atérys, elle en est plutôt satisfaite et rassurée, lui répondant par un petit hochement de tête. Même si elle est curieuse sur la partie de dangereuse, Cerel est décidée à attendre pour ne poser ses questions qu'une fois chez la femme plante. Un homme s'est approché, ce qui n'a pas dérangé la femme-poisson le moins du monde. Occupée à grignoter dans son assiette, elle laisse sa sauveuse s'en occuper. Y a plus important que celui-ci, sa propre vie aurait quand même pu être en jeu quelques instants auparavant.

La demoiselle finissant tout juste son assiette, elle commence à se lécher les doigts pour ne rien perdre en nourriture. Quelques instants après, la femme plante revient en lui ramenant de quoi se couvrir. Ça ne devrait pas lui faire de mal, en effet. Elle place cette "chose" autour d'elle, ne sachant pas vraiment comment ça se met ni même comment ça s'appelle.

« Je devrai pouvoir, si tu m'aides un peu. »

Après ces paroles, elle s'approche de la femme plante et se tient à elle pour pouvoir se relever correctement et faire le moins d'efforts possibles. Ceci n'était d'ailleurs pas très évident, mais Cerel n'avait pas le choix. Elle n'allait quand même pas se faire porter comme une princesse jusque là-bas ? Ça aurait pu la tenter, en fait, mais elle a encore de quoi pouvoir marcher.

La femme-poisson la suit alors, ou plutôt rester contre elle, se laissant guider en regardant surtout où elle marche plutôt que les alentours. Peut être par peur des regards, ou de finir trop curieuse, ou surtout pour ne pas trébucher et se ramasser par terre. S'il y avait vraiment quinze minutes avec une marche normale, Cerel les ralentirait sûrement, surtout qu'il fallait zigzaguer entre tous ces gens. Un pas après l'autre, elles se rapprochent de plus en plus, s'éloignant des foules qui peuplent le marché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Asura
avatar

CV
Quartier d'habitation :: Asura
Métier :: Détective privé
Pouvoir :: Intuitions surnaturelles
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Mar 16 Fév - 16:25
« God rest ye merry, gentlemen !
Let nothing you dismay
Remember, Christ, our Saviour
Was born on Christmas day ! »


Ah l’air du port de bon matin ! Les vents salés, qui se mélangeaient aux relents exceptionnels des étales remplies de poissons de toutes sortes. Un mélange savoureux de brise fraiche et d’humidité, le tout chauffé par la proximité de la foultitude de bipèdes qui se dandinaient dans les environs. Tout ce qui rendait la vie si belle en somme.
Le vent du large, des poissons morts, des gens humides, une jolie jeune femme nue qui sort de l’eau, l’odeur du sel, et les navires qui accostent.

Et quoi de plus beau pour arpenter ce superbe tableau qu’une bouteille de Blackadder toute neuve ? Je n’allais quand même pas me priver alors que c’était un de mes énièmes jours de vacances. Se balader dans le port me rappelait mon enfance anglaise, et le whisky me permettait de l’oublier. L’un dans l’autre, ça permettait de ne voir que le côté positif.
Prenez une peinture avec un arrière-plan atroce et un très joli premier plan. Vous badigeonnez l’arrière-plan avec de l’eau pour diluez et c’est tout de suite moins terrible. Ben je faisais pareil avec du whisky sur ma cervelle. C’est fou ce que ça permet d’apprécier le moment présent !


« To save us all from Satan’s power
When we were gone astray !
O-Oh tidings of comfort and joy,
Comfort and joy ;
O-Oh tidings of comfort and joy … »


Une minute. Une jeune femme nue qui sort de l’eau ?
Je rebrousse chemin pour scruter le point, entre deux étales, où j’avais cru la voir. Partie. Ou alors elle n’avait jamais été là ? Je regarde ma bouteille avec un air de reproche et je reprends ma route. Si je n’avais pas été au beau milieu d’une merveilleuse ballade, et d’une très agréable balade, je l’aurais sûrement engueulée avec d’avantage de véhémence. Mais bon, j’étais de trop bonne humeur pour me brouiller avec elle. Reprendre une gorgée paraissait plus indiquée.


« From God our Heavenly Father
A blessed Angel came ;
And unto certain Shepherds
Brought tidings of the same :
How that in Bethlehem was born
The Son of God by Naaaamebeuuuaarrrrggh … »


Mon estomac venait de me jouer un bien vilain tour, pardi. Finalement, quand ton estomac est fragilisé par la boisson, l’odeur du poisson n’est pas si bonne. Enfin, maintenant que j’avais retapissé une partie du bitume du port, je me sentais carrément mieux.
Je relevais la tête, prêt à reprendre ma chanson quand je m’aperçus que je venais de dégobiller pile poil aux pieds de deux jeunes femmes qui me paraissaient ma foi fort charmantes. Et peut-être aussi un peu surprise.
L’une, brune et peau laiteuse, s’appuyait sur une seconde, carrément immense et vêtue d’une longue robe blanche.
Soucieux de ne pas égratigner mon image de marque, je fis une petite courbette pour les saluer.


« Miladies, mes excuses les plus sincères … »

Suite à quoi ? Je manquais d’inspiration en fait.

« Bonne journée à vou… Beurrr… Au revoir. »

J’étais plutôt fier d’avoir évité ce deuxième élan de rejet. Je repris ma chanson en sautant un couplet tout en m’éloignant dans la direction opposée aux deux jeunes femmes, sans vraiment comprendre que la brune était la fille de ma vision un peu plus tôt, ou même sans vraiment me souvenir que je les avais croisé.
Ca me reviendrait un peu plus tard dans la journée et je me poserais des questions. Peut-être.


« Now to the Lord sing praises,
All you within this place,

And with true love and brotherhood
Each other now embrace … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Védin Maire PNJ
avatar
Age : 34

CV
Quartier d'habitation :: Humain
Métier :: Anciennement chasseusse
Pouvoir :: Le lierre
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé] Jeu 18 Fév - 20:14

Comme le pensait la jeune Védin, la femme-poisson a du mal à se lever et à marcher. Il y a des chances que les 15 minutes de trajet se transforment en 30 minutes de galère. Galère qui commence dès les premiers mètres lorsqu’un Poivrot vient déposer une gerbe juste aux pieds des deux femmes. S’excusant et retenant un autre bouquet de fleurs, il part dans la direction opposée à la ville. La plante et la poissone évitent alors de marcher dans la flaque et quittent, au rythme des pas hésitants de Cerel, le port en direction de l’appartement d’Atérys.

Les 30 minutes sont bien passées lorsque la rue des Luthiers est en vue. Une fois dans l’immeuble, au premier palier, le duo croise la voisine préférée de Sherlock : Miss Lullaby.

- Et bien Atérys, tu nous ramènes quoi aujourd’hui ?

- Une petite qui s’est échouée dans le port.

- T’a pêché un bien joli poisson alors.

- Oui et d’ailleurs il lui manque de quoi se vêtir, tu n’aurais pas une robe que tu n’utilises pas ? Vu que vous faites a peu près la même taille, je me suis dit que j’allais te demander.

- Je vais voir ce que je peux faire.

- Merci beaucoup, je passerais plus tard.

Le duo monte alors au deuxième étage et entre dans l’appartement de la femme-plante. Le feu dans la cheminée est toujours actif et une chaleur douce et apaisante s’en dégage. Atérys dirige Cerel, surement encore congelée, vers l’âtre flamboyant, se met a genoux avec elle et la lâche afin qu’elle puisse se réchauffer.

- Voilà, profites-en maintenant, tu es en sécurité. Si tu veux te reposer, allonges-toi sur le canapé qui est juste à coté. J’irai te chercher une couverture plus tard. Je vais te laisser, je retourne voir Marie-rose en dessous.

Laissant alors la femme-poisson se réchauffer, Atérys retourne chez sa voisine pour voir si elle a quelque chose à mettre sur le dos de Cerel. La femme-lierre entre alors dans l’appartement et aide la retraitée à chercher une tenue qu’elles ont trouvée une dizaines de minutes plus tard. La jeune Védin retourne donc chez elle avec le vêtement en main. Mais en dix minutes, la sauvée s’est endormie sur le canapé. En même temps après sa longue nage, elle doit récupérer. Après avoir posé la robe blanche sur une des chaises du salon, Atérys s’en va chercher une couverture pour la belle au bois dormant, qui, une fois couverte est parée pour passer une bonne nuit, même s’il n’est que 15 heures.

~~~~~~~~~~~~
[19:29:11] Sherlock Rechel : Moi aussi je repousse.. Mais seulement Atérys.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Un colis échoué [Atérys et + ?] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Colis-voiturage
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yasashi Koji :: Zone RP :: Quartier Asura :: Port-